(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Écrivains, artistes et savants de l'ordre de Prémontré"



miimim 






il 


KA» 





ii!i';:-'V^ 



Digitized by the Internet Archive 

in 2011 witii funding from 

University of Toronto 



Iittp://www.arcliive.org/details/crivainsartist03goov 



PXRIYAINS, ARTISTES ET SAVANTS 

DE L'ORDRE DE PRÉMONTRÉ 



AvERBODE. — Imprimerie de l'Abbave 



ECRIVAINS 

ARTISTES ET SAVANTS 



DE L'ORDRE DE PREMONTRÉ 



DICTIONNAIRE BIO-BIBLIOGRAPHIOUE 
par le Fr. LÉON GOOVAERTS 

CHAXOIXE RÉGULIER DE V ABBAYE D'AVERBODE 



VOLUME III 
DEUXIÈME SÉRIE 



BRUXELLES 

SOCIÉTÉ BELGE DE LIBRAIRIE 

Oscar SCHEPENS & Cie, Editeurs 

i6 rue Treurenberg, 16 

1907. 




us Q, 3 



AVEC L'APPROBATION DES SUPÉRIEURS DE L'ORDRE 



ÉCRIVAINS, ARTISTES ET SAVANTS 



DE L'ORDRE DE PRÉMONTRË 



TOME III 



A 



ABEEL (Philippe), né vers la 
fin du i6« siècle, chanoine prémon- 
tré de S. Michel d'Anvers. Il rem- 
plit les fonctions de camérier-secré- 
taire du prélat Matthieu Irsselius. 
(1629). Etant archiviste et chrono- 
logiste, il mourut le 5 mai i633, 
âgé de 35 ans. 

Sources : vander Sterre, Echo S. Norb., 
p. 256. — du Pré, Annal, brev., 1645, p. 
86. — Obituarium Eccl. S. Mich. Antv., 
1859, p. 143. 

ADALBERT : Vol. I de ce 
Diction., p. (9) Lisez : 

Sources : P. ^. Fricdenfels, Sion, mons 
inclytus, 1702, p. 383. — Dlabacz, His- 

tnr. Darstellung des kônigl. Stiftes 

Strahow. je Période, i8o5, pp. 32 et suiv. 

ADAM, 2onJ abbé du couvent 
de Croxton, fondé en Angleterre 
l'an 1172. L'historien Matthieu Pa- 
ris écrit à l'année 1216, qui est 
celle de la mort du roi John : 

Abbas Canonicorum Crokestoniae 
peritissimus in medicinis, qui Me- 
dicus Régis tune temporis extiterat, 
factâ anatomiâ de corpore Regio, 
ut honestiùs portaretur, viscera co- 
pioso sale conspersa, in sua domo 
transportata, honorificè fecit sepe- 
liri. (Hugo, Annal. I, col. 564 ; — 
Geiidens, A Sketch of the Premonstr. 
Oïder, 1878, p. 26). 

ADAM de CRÉCY. Lorsque 
Guillaume de Louvignies, abbé- 
général de Prémontré, renonça spon- 
tanément au pouvoir en 1304, les 



votes du chapitre y élevèrent Adam, 
de Crécy-sur-Serre. Ce très digne 
candidat était alors prieur à Do- 
rengt. 11 était fort instruit dans les 
lettres divines et humaines. Le Paige 
résume en ces quatre mots son 
administration : prudenter laudabi- 
literque praefuit et profuit. 

En i3ii et i3i2, Adam assista 
au concile de Vienne, présidé par 
Clément V qui l'y avait personnel- 
lement appelé. Le pontite lui oc- 
troya trois diplômes datés du 28 juin 
i3i2 (4 des kal. de juill.) lesquels 
témoignaient de sa bienveillance et 
pour l'abbé et pour tout Tordre. 

Adam mourut le 27 oct. 1327 à 
l'abbaye de S. -Paul à Sens, lors- 
qu'il était dans le cours de sa vi- 
site des monastères. Ses actes sont 
consignés dans les ouvr. suiv. qui 
me servent de 

Sources : ]. le Paige, Biblioth. Praem. , 
— P. de Waghenare, o. c. i65i, pp. 210- 
211; — Hugo, Annal. I, col. 27-28; — 
Taice. o. c. 1872, ire partie, pp. 102 à 
108, 166-7. 

ADAM L'ÉCOSSAIS. Vol. I, 

p. 10. n" 6. 

Sermones Fratris Adae, Ordinis 
Prsemonstratensis. Twenty eight 
discourses of Adam Scotus of Wi- 
thorn hitherto unpublished ; to vi^hich 
is added a collection of notes by the 
same illustrative of the Rule ol 
S* Augustine, ehted, at the désire 
of the late Marquess of Bute, 



ADR 



8 — 



ADR 



K.T, LL.D. etc., by Walter de 
Gray Birch, LL.D. F. S. A. of the 
British Muséum etc. (Aux frais du 
Marquis de Bute. Prix 3o shill. -— 
125 francs). 

William Blackwood and Sons, 
Edinburgh and London. MCMI, 
in-4*\ 

Index : I-VIL 

Préface : IX-XXXL 

21 sermons on Saints : 1-173. 

Sermones septem ad viros reli- 
giosos : 174-247. 

Tituli Sermonum : 248-251. 

Nctes by Adam Scotus on the 
Rule of S^ Augustine : 252-273. 

Adam l'Ecossais est mentionné 
par Dom Ceillier^ en son « Histoire 
générale des auteurs sacrés » Paris, 
i863, t. XIV 2<^ partie, pp. 687-89. 

Le journal anglais « Catholic Ti- 
mes » fait un grand éloge du pré- 
lat Adam de Candida Casa ou 
Withorn, dans son n" du 4 octobre 
1901, 3^ page, 5e colonne. 

Rectification 

à la p. 12 du l'^r volume. 

Le pape Adrien IV n'appartient 
point à l'Ordre de Prémontré, quoi- 
qu'en disent plusieurs écrivains. Il 
fut chanoine régulier de Saint-Ruf, 
ce qui (comme l'observe Dom U. 
Berlière) explique suffisamment les 
mots : M Attendentes.... quomodo 
Religio & Ordo vester, cujus nos 
alumnus aliquando fuimus, » Tous 
ceux, qui ont lu ou consulté une 
histoire des Ordres religieux, savent 
parfaitement qu'il y a eu un grand 
nombre de congrégations de cha- 
noines réguliers. Lorsqu'on par- 
court, par exemple, le tome II de 
l'Histoire des Ordres monast., relig. 
et militaires par le P. Hélyot(PdiX\s, 
17 14), on est réellement surpris d'y 
constater l'énorme variété de ces 
congrégations. 

Grand fut mon étonnement, lors- 
que je lus dans le « Précis de 
l'Histoire du moyen âge ».... par 
J. Moelley, professeur d'hist. à 
rUniv. cath. de Louvain, 2^^*-' édit. 
Il^e partie, Louv., 1846, page 341 : 



« Les grands papes Alexandre III, 
Innocent III, Honorius III, Cèles- 
tin III sortirent de l'ordre des 
Prémontrés. » Avant le chapitre, 
l'auteur cite, parmi les sources : 
Hélyot, Ordres monast. et milit. 
Paris 1719. (!) Notez que l'ordre 
chronologique est celui-ci : Alex- 
andre III, Célestin III, Inno- 
cent III, Honorius III. 

Pour moi, je tiens à respecter 
avant tout la vérité historique, et 
suis d'avis que nous ne pouvons 
citer, avec preuves à l'appui, un 
seul souverain pontife qui ait ap- 
partenu, par sa profession, à l'ordre 
de S. Norbert. Nous avons, par 
contre, toute une légion d'archevê- 
ques et d'évêques, ^ui se sont dis- 
tingués et par leurs talents, et par 
les éminents services rendus à notre 
Mère la S^^ Eglise catholique. 

Il faut en finir avec les vieilles 
légendes, avec les contre-vérités. 
J'offre donc ici les fruits des lon- 
gues recherches, que j'ai faites dans 
des historiens sérieux, dont les Dic- 
tionnaires biographiques louent gé- 
néralement l'exactitude. 

I. Caesaris S. R. E. Card. Baro- 
nii, Od. Raynaldi et Jac. Laderchii 
congregationis Oratorii presbytero- 
rum Annales ecclesiastici denuo 
excusi.... ab Augustino Theinere]nsà. 
congregat. presbytero, sanctiorum 
tabulariorum Vaticani prœfecto, etc. 
Barri-Ducis, Ludov. Guerin, 1869, 
t. 19, p. 78 : 

Hadrianus IV, 
de quo Baroniiis ex Codice Vaticano : 
« Fuit natione Anglicus de Castro 
Sancti-Albani, Nicolaus ncmine, 
qui pubertatis suae tempore, ut in 
î tudiis litterarum proficeret, egre- 
diens de terra sua et cognatione 
sua, pervenit ad Arunlatam (legen- 
dum Arelatum, seu Arelatem, septem 
tantum leucis ab urbe Avenionensi, 
juxta cujus muros erat monasterium 
Sancti-Rufi, in quo Hadrianus pri- 
mum canonicus regularis et postea 
abbas factus est, dissitam) ubi cum 
in scholis litteris vacaret, a Domino 
factum est, ut ad Ecclesiam Beati 



ADR 



9 — 



ADR 



Rufî accederet, et in ea religionis 
habitum, factacanonicaprofessione, 
susciperet »... ; nam Trithemium in 
Chron. qui eum facit abbatem Or- 
dinis Sancti-Benedicti, et quicum- 
que eum hac in re secuti sunt, 
plane errasse certum esse débet. » 

[Habentur similia p. 145 ejusd. 
t. 19. — Dein sequuntur h?ec de 
Alexandro II I\ : « In Actis electio- 
nis Alexandri III, ex Codice Vati- 
cano a Buronio relatis,... de eo 
legitur : Cum esset in Ecclesia 
Pisana canonicus clericus magni 
nominis, ad hanc sanctam Roma- 
nam Ecclesiam a beato Eugenio 
est vocatus. )) — Non monachus 
Cisterciensis fuit, ut persuadere 
vult Henriquez in Menologio Ord. 
Cist. (Ibid. eâdem p. 145). 

1191. Obiit Clemens papa III, 
cui successit Hyacinthus diaconus 
cardinalis S. Mariae in Cosmedin,... 
et vocatus est Cœlestinus papa Ter- 
tius. (Ibid. p. 601). 

1198. Innocentius III ex pâtre Tra- 
simundodecomitibusSigniae. Quem 
Clemens III promovit in diaconum 
cardinalem, 29"™ setatis annum 
agentem. Innocentius in Urbe, dein 
Parisiis, tandem Bononiae scholas- 
ticis studJis insudavit. (Ibid. t. 20, 
p. 2). 

12 16. Honorius III, qui prius 
fuerat Centius (vel Cencius) nomi- 
natus, fueratque camerarius cardi- 
nalium, i. e. Ecclesiastici aerarii 
summus praefectus ; ex diacono car- 
dinali presbyter cardinalis. Erat pa- 
tvia Romanus, Sabella gente oriun- 
dus. (Ibid. t. 20, pp. 354-5). 

2. Le P. Hélyot s'exprime ainsi 
dans son Histoire des Ordres mo- 
nast., relig. et militaires, (Paris, 
1714, II. Ch. 9, p. 71, dont je 
respecte le vieux style) : La Con- 
grégation de saint Ruf a « fourni 
trois Papes à l'Eglise : sçavoir 
Anastase IV. Adrien IV. & Jules II. 
Adrien e^toit Anglois de nation & 
s'estant mis au service des Religieux 
de cette Abbaye, il fit tant par son 
esprit & par sa vertu, qu'il fut reçu 
au nombre des Religieux, tH: fut 



quelque tems après eleu General. 
Quelques affaires de son Ordre 
l'ayant obligé d'aller à Rome ; Eu- 
gène III. qui reconnut son mérite 
le fit Cardinal, Evêque d'Albe & 
Légat à Lafere au païs de Norvège, 
où il prêcha l'Evangile à ces peu- 
ples qu'il convertit à la foy de Jésus- 
Christ, & à son retour il fut eleu 
pour successeur d'Anastase IV. » 

3. J'ai consulté l'ouvrage de Pla- 
iina intitulé : Historia de vitis Pon- 
tificvm Romanorvm. Lovanii, Ap. 
loan. Bogardum, 1572, petit in- 
folio. (BB. d'Averbode). Il traite 
d'Adrien — Hadrianvs IIII — pp. 
153-4; d'Alexandre III pp. 154-7; 
de Grégoire VIII p. i6î (j'en re- 
parlerai plus loin) ; de Célestin III 
pp. 162-3 ;d'Innocent III pp. i63- 

5 ; de Honorius III pp. i65-6. 

Dans le même volume, se trouve 
à la p. 35 1 et suiv. : Onvphrii Pan- 
vinii Veronensis F. Eremitae Avgvs- 
tiniani Pontificvm Romanorvm 
Chronicon. Les 6 papes, nommés 
déjà, y ont leurs places pp. 379-81. 

J'ai consulté également : Onvphrii 
Panvinii..., Chronicon Ecclesiasti- 
cvm. Lovanii, lo. Bogard. i573, 
petit in-folio. (BB. d'Averb.) Les 

6 mêmes papes sont mentionnés 
pp. 97-102 (pour cette dern. p. il 
y a fautiv. 94.) 

Or dans tous ces ouvrages il n'y 
a aucune phrase, il n'y a aucun 
mot, qui puisse nous autoriser à 
avancer que tel ou tel de ces 6 
papes fut norbertin. Et ces deux 
écrivains, Platina et Panviniiis, fu- 
rent l'un et l'autre bibliothécaires 
du Vatican. 

4. Parmi les nombreux diction- 
naires biographiques qu'il m'a été 
donné de consulter, je citerai no- 
tamment ceux de Moréii, de Feller, 
éditions diverses, de Michaud, de 
l'Ecuy, de Peignot. 

5. Robrbacher, en son « Histoire 
universelle de l'Eglise catholique » 
Paris, 1857 et suiv., traite des 6 
papes que je viens de nommer. 
Dom Ceillier, o. c. i863, t. 14 
(2<^ partie) en fait également men- 



2 



G- 



AGR 



— lO — 



ALB 



tion, sauf de Honorius III. J'ai 
consulté le grand ouvrage intitulé : 
R. P. Natalis Alexandri Ord. FF. 
Praedicat. Historia Ecclesiastica.... 
opéra et studio Constantini Ron- 
caglia. T. 7, Lucae 1734, in-fol., 
pp. 53-66, où se trouvent les no- 
tices sur les papes Adrien IV, Alex- 
andre III, Grégoire VIII et Céles- 
tin III. Nulle part ces auteurs 
avancent qu'ils aient appartenu à 
notre Ordre ; ils écrivent cependant 
de belles choses sur S. Norbert et 
ses disciples, pp. 121, i37, 188, 
189. Je renonce à faire l'énuméra- 
tion des historiens et des écrivains 
que j'ai rencontrés dans mes recher- 
ches, pour en venir au colossal et 
tout-àfait récent ouvrage (quant à 
la réédition) qui a pour titre : 
Mansi (Joann. Dominic), Archie- 
pisc. Lucensis : Sacrorum Conci- 
liorum nova, et amplissima collec- 
tio. T. 21. Paris & Leipzig igoS. 
H. Welter, in fol. max. 

Col. 785 : Vita et epistolae Ha- 
driani papae IV. — col. 865 : Vita 
et epistolae Alexandri papae III. — 
T. 22. Ibid. igoS. col. 527 : Vita 
et epistolae Gregorii papae VIII. — 
col. 5g3 : Vita et epistolae Caeles- 
tini papae III. — col. 687 : Vita 
Innocentii papae III. — col. iog3 : 
Vita et epistolae Honorii papae IIJ. 

Or dans tous ces livres il n'y a 
rien, il n'y a absolument rien, qui 
nous permet de conclure que tel 
ou tel souverain pontife a été, en 
vertu de sa profession, membre de 
l'ordre de Prémontré. 

AGRICOLA (Augustin) : Vol. 
I. p. 14. Je trouve dans la « Bi- 
bliothèque des Ecrivains de la Com- 
pagnie de Jésus )) 4e série, i858, 
p. 245, le renseignement suivant : 

Frère (Claude), S. J. — Asser- 
tiones theolcgicae de Actibus huma- 
nis in communi, quas in Academia 
Dilingana praeside P. Claudio Frère 
Societatis Jesu SS. Theologiae Pro- 
fess. Ordinario propugnabit Reli- 
giosus et doctissimus Dominus F. 
Augnstinus Agricola, Celeberrimae 
Canonicorum Praemonstratensium 



Ecclesiae Steingadensis Professus ; 
Philosophie Magister ; SS. Theologiic 
et Sacrorum Canonum Studiosus. 
Anno M.DC.LXIX. Dilingse, For- 
mis Academicis. Apud Joannem Fe- 
derle, in- 12, pp. 128, sans l'Epît. 
dédie, et les lim. 

ALBERT, religieux de Kloster- 
bruck, a laissé : Historia ecclesias- 
tica per Fr. Albertum Canon. Lu- 
censem propria manu scripta 1448, 
in-fol. Ce travail était conservé 
jadis dans la célèbre BB. de la 
même abbaye, au sujet de laquelle 
Anton Vrbka s'exprime ainsi : Un- 
gedruckt ist der Anonymus Lucensis ; 
mit der Ceroni'schen Sammlung ins 
Ausland gewanJert ist ein auf Per- 
gament geschriebener « Codex Ma- 
trica et documenta monast. Lucen- 
sis ab anno iigo usque 1606)) ein 
Jahr vor dem Tode Sebastians 
Choteborsky. 

Bei der Aufhebung des Stiftes 
Klosterbruck ûber kaiserliche Ent- 
schlieszung (Jos. II) am 2g Juli 
1784, zâhlte man g6 Ôrdensmitglie- 
der. Die zahlreichen Werke der 
Bibliothek — nach P. Wolny solle^i 
hier io536 Bâiide gewesen sein — 
wurden theils in andere Bibliothe- 
ken eingereiht, (Olmûtz, Wien) 
theils verkauft. UrkundlicheSachen, 
Manuscripte etc. wurden bei der 
k.k. Statthalterei in Brûnn verwahrt. 
Nach Wolny soUen auch 3g Bande 
Manuscript hier gewesen sein, dar- 
unter i Pontificale fur den Leito- 
mischler Bischof, geschrieben von 
eine.n Hodik, 468 typographische 
Alterthûmer, darunter Incunabeln 
seit 1472, manche ohne Jahreszahl 
und Druckort.... Die vergoldete 
Bûchergeslelle wanderten nach der 
Aufhebung des Klosters nach Stra- 
how, wo im Bibliothekssaal auch das 
Bildnis des Abtes Gregor Lambek 
hangt. 

Sources . Vrhka, o. c. Klosterbruck, 
1898, pp. 44, 48, 49. — Cfr. Wolny, Kirchl. 
Topographie II. 4, p. 144 ; Mahren, III. 
— J'ai découvert sur un catal. de Rosen- 
thal, à Munich : Verzeichniss der Bûcher, 
wovon d. I. Thl. an der K. Olmûtzer 
Bibliothek d. 16. Aug. u. ft. Tage, d 2. 



ALM 



— II — 



ALM 



Thl. zu Klosterbruck bei Znaim d. 3. 
Sept. 1792 veràussert werden. Brunae 1792. 
Sehr interessanter Auktioiiskatalog, der 
verschiedene seltene Bohemica u. Incu- 
nabeln enthàlt. 

ALBRECHT (Denis) fut d'a- 
bord prof es de l'abbaye de Tepl, 
en Bohême ; dans la suite, profès 
dans la Congrégation réformée en 
Lorraine. Sa notice se trouve au I^ 
vol. de ce Dictionnaire, pp. 17-18. 

ALMARIC, religieux (non pas 
abbé) de Floreffe, sur lequel M. le 
chanoine V. Barbier, le conscien- 
cieux historien de cette abbaye, 
nous procure une notice très inté- 
ressante. 

En ii3i, — écrit-il, — Othon 
de Reveningen (Roeblingen), noble 
saxon, ayant demandé des prémon- 
trés pour fonder un monastère à 
Gottesgnaden (Grâce- Dieu), près de 
Kalbe, au diocèse de Magdebourg, 
saint Norbert lui envoya des frères 
qu'il fit venir de Prémontré et de 
Floreffe, et il leur donna pour pré- 
vôt un chanoine de cette dernière 
maison, nommé Almaric ou Elmé- 
ric, que Von a souvent confondu avec 
l'abbé de Floreffe du même nom. 

Ce religieux ne demeura pas 
longtemps à la tête de la nouvelle 
communauté. Rempli d'ardeur pour 
la gloire de Dieu et le salut des 
âmes, il sollicita et obtint d'aller 
porter l'Evangile dans la Palestine. 
Il eut pour successeur à Gottes- 
gnaden Evermode, qui devint dans 
la suite évêque de Ratzbourg. 

Muni de pouvoirs apostoliques 
et suivi de plusieurs compagnons, 
le zélé missionnaire partit pour 
l'Orient, vers l'année ii35. Foul- 
ques d'Anjou, roi de Jérusalem, et 
Guillaume, patriarche de la sainte 
cité, les reçurent avec de grands 
honneurs. Le nom des Prémontrés 
fut bientôt connu dans le pays ; 
Almaric surtout y devint célèbre 
par son talent pour éclairer les 
intelligences et pour toucher les 
cœurs. Les évêques, à l'envi, cher- 
chaient à fixer dans leurs diocèses 
ces courageux apôtres. Ceux-ci, 



parcourant toute la Palestine, tra- 
vaillaient avec un égal succès dans 
les églises et dans les camps des 
croisés. Afin de se remettre de leurs 
fatigues, ils se retiraient de temps 
à autre à Jérusalem auprès du vé- 
nérable patriarche qui les accueillait 
toujours avec une tendresse toute 
paternelle. 

Le désir de la solitude leur fit 
choisir pour retraite Saint-Abacuc, 
près de Jérusalem, où ils établirent, 
en 1137, un monastère de l'ordre. 
Almaric en fut le premier abbé. 

C'est dans cette maison, qu'à 
l'exemple des disciples du Sauveur, 
ils allaient se recueillir après leurs 
travaux, et se préparer à de nou- 
velles courses apostoliques ; car les 
sollicitations des évêques et les 
ordres du souverain pontife les rap- 
pelaient sans cesse à la vigne du 
Seigneur. 

Almaric prêchait en Phénicie, 
en ii52, lorsqu'à la mort de l'évê- 
que Bernard de Sidon, il fut élu 
pour lui succéder. Il reçut la con- 
sécration épiscopale, dans l'église 
de Lydda, des mains de Pierre, 
archevêque de Tyr. Cette dignité 
ne lui fit rien changer à la simpli- 
cité de sa vie évangélique. Au prin- 
temps de 1x56, il accompagna en 
Italie le patriarche Fulcher de Jé- 
rusalem, et il se trouvait de retour à 
la fin de cette année. Il figure, en 
qualité d'évêque de Sidon, dans un 
diplôme du roi Baudouin de l'an 
1 1 60, et il reconnaît, en 11 70, l'asso- 
ciation de prières établie entre son 
église et l'abbaye bénédictine de 
Josaphat, à Jérusalem. Selon Le- 
quien, ce prélat mourut en 1175. 

M. le chanoine Barbier {YWst. de 
l'abb. de Florefie, 1892, I, pp. 
34-36) cite les sources suivantes : 
Periz, Monum. Germaniae histor., 
Scriptorum, XX, p. 683 et suiv. ; 
— Muelversiedtf Regesta archiep. 
Magdeb. I, p. 409, no io5i ; et 
pp. 423-24, n" 1890 ; — Sigebert, 
Auctar. Vallicell., ap. Periz, Op. 
cit., VI, p. 460 ; Guill. Tyr., Hist. 
Orient., Lib. XVII, c. 6; Migne, 



AND 



12 — 



AND 



Patr. lat. CCI, col. 701 ; Recueil 
des hist. occid. des Croisades, I, 
pp. So3-8o4 ; etc. — LequieHj Oriens 
christianus, III, col. 1821. 

Note. L'abbaye de Saint-Abacuc, 
dite aussi de Saint-Joseph d'Ari- 
mathie, fut placée sous la filiation 
de Florefte. 

ALTENBURGER (Raphaël- 
Charles), né le I' novembre 1875 
à Detta, en Hongrie. Vêtu à Jâszô 
le 25 août 1894, il y prononça les 
vœux le 3 septembre 1899, et lut 
ordonné prêtre le 7 du même mois. 
Il avait suivi les cours de théolo- 
gie à l'université d'Innsbruck. Il 
enseigna d'abord cette science à 
Jàszô, ayant acquis le grade de 
docteur en 1902 ; étant professeur 
de théologie au Collège Norbertin, 
récemment établi à Eudapest, il 
s'est fait séculariser en 1906. 

Sources : Catal. gêner. 1900, p. 25o ; 
— Dr Farkas, o. c. de 1902, p. 314 ; — 
Alph. Zàk en son MS. 

AMBERGER (Pierre-Joseph), 

oblat à l'abbaye de Frigolet. Né à 
Colmar, en Alsace, le 7 juillet 1819, 
il entra au couvent le 6 juin i865, 
et y prononça les vœux le 11 mai 
1867. C'est lui qui a fait les boi- 
series du chapitre et de la biblio- 
thèque. Il mourut à Frigolet le 4 
mars 1877. (Ainsi le P. Marie-Xa- 
vier Rieiix, dans les « Annales Nor- 
bertines » n» de décembre 1882, pp. 
246-49 : Obituaire de Frigolet). 

ANDRÉ, 5e prélat de Cappen- 
berg, se distingua par sa profonde 
érudition (1210 à 1232 année de sa 
mort). En 12 15 il assista au concile 
de Latran, sous le pape Inno- 
cent III : il y prit à cœur les in- 
térêts de la S^'^ Eglise et de notre 
Ordre. (Hugo, Annal. I, col. 469). 

ANDREAS (Christophe), cha- 
noine prémontré, docteur en théo- 
logie, qui administra provisoire- 
ment, en i653, la paroisse de 
Kuhnering, dans la Basse- Autriche. 
(Geschichtliche Beilagen zu den 
Konsistorial-Kurrenden der Dioz. 
St. Polten, Ve tome, 1895, p. 295). 



Ce confrère était sans aucun doute 
de la Bavière : à cette époque, 
plusieurs chanoines bavarois des- 
servaient des paroisses, même sécu- 
lières, au diocèse de Passau et 
dans la Basse-Autriche ; plusieurs 
y travaillaient dans le ministère 
des âmes. (Communie, de M. Zdk), 

ANDRUSIKIEWICZ (Mi- 
chaëla Madeleine), chanoinessede 
Zwierzyniec, lez Cracovie. Née à 
Modlnica-w^ielka le 21 janvier i865, 
elle reçut l'habit le 26 octobre 1891, 
et prononça les vœux le i5 mai 
1893. En 1894 elle était déjà maî- 
tresse à l'école annexée au couvent ; 
en outre bibliothécaire en 1900. 
Dans la suite elle fut nommée di- 
rectrice des sœurs converses. Un 
décret du S^ Siège, signé le 7 juin 
1902, autorisa la Sœur Michaëla à 
se rendre à Heiligenberg (ad Sa- 
crum Montem) près d'Olmùtz. Les 
Prémontrés de Strahow y desser- 
vent une prévôté et un sanctuaire 
célèbre, vers lequel affluent de toute 
part les pèlerins. La même Sœur 
fut chargée d'y établir et d'y ad- 
ministrer une nouvelle maison, sous 
le nom de S^ Joseph, Sœurs du 
tiers-ordre de Prémontré. En 1904 
une autre maison de sœurs, appe- 
lée « Norbertinum » fut fondée à 
Strzeschow^itz, aux environs de 
Prague. C'est donc sous le géné- 
ralat de l'abbé Sigism. Star}?^ que 
furent fondés ces deux couvents. 

1. Einige Mittheilungen uber die 
Schriften polnischen Premonstra- 
tenser. Von d : Prem : Chorfrauen- 
Stifte Zwierzyniec bei Krakau. — 
Deux fascicules MSS et revêtus de 
signatures, le i' daté du 9 févr. 
1897, le 2'^ du 3o déc. 1899. Ils me 
fu.ent gracieusement adressés pour 
ce Dictionnaire, par l'entremise de 
M^ Franc. Damier^ chan. de Wilten. 

2. Zywot Blogoslawionego Mec- 
zennika Hroznaty zakonu Premon- 
straténskiego. (Vita B. Martyris 
Hroznatae). Krakôw, 1899 ; pp. 70 
petit in-80, avec une belle image 
représ, le Bienheureux. (Anonyme). 



ARN 



— 13 — 



AUV 



3. Un article en langue russe : 
« Cerkov sv. Norberta v Krakovë » 
(i. e. Ecclesia S. Norbert! Craco- 
viae) — dans la revue mensuelle : 
Kuchovka mesicna, igo2 (Prze- 
mysl, N. 6, pp. 19-28). 

Sources : Catalog. f^eneral. O. Praem. 
1900, p. 309 ; — renseignements fournis 
par les Rév. Confrères Dan)ier et Zàk. 

ANSELME, évêque de Havel- 
berg : I. pp. 22-23. 

Littérature : Jac. Streratk, Disser- 
tatio de Anselme Havelb., mense 
Decemb. 1854, Munster, Theissing, 
pp. 34 in-8^. — Edm. Kreusch, Kir- 
chengeschichte der Wendenlande. 
Paderborn, 1902. — Lentzen, Stifts- 
historié von Havelb. — Herder, 
Kirchenlexikon I et V. 

Sur l'évoque Anselme il y a un 
travail de Spieher^ publié dans le 
« Zeitschrift fur Théologie » d'Ill- 
gen, 1840, X, 3-94. La lettre d'An- 
selme à Egbert a été publiée par 
Amort, Vêtus discipl. canon., Ve- 
net. 1747, II, 1048 ss ; Spieker, pp. 
95-120, et reproduite dans Migne ; 
le traité « de ordine pronunciandae 
litaniae » l'a été en 1882 par Win- 
ter (Zeitschrift fur Kirchengeschich- 
te V, 144-155) ; les letties à Wibald 
se trouvent dans les éditions de 
Martène et de Jaffé. (Ainsi Dom 
U. Berlière). 

On peut encore consulter Dom 
Ceillier, o. c, édit. Paris i863, t. 
14 V'^ partie, pp. 413-16. 

ARGALÂCS (Jean-Marc), Vol. 
I, p. 24 : 

3. Tanûgyi értesitések, 1859-60- 
ban a Tanodai Lapokban. (Dr Rob. 
Farhas, o. déjà cité de 1902, p. 21 3). 

En 1900, Argalâcs était prieur de 
la maison de Jâszô, directeur des 
études théologiques, gardien des 
archives. Il reçut, en 1902, le titre 
honorifique d'abbé de Grosswar- 
dein. De nos jours (1907) il rem- 
plit encore les fonctions de prieur. 
(Catal. gêner. 1900, p. 234). 

ARNIKIUS, Vol. I, p. 24 : 
M' le chanoine Jules Evers, ar- 
chiviste d'Averbode, assure que l'on 



ne trouve aucun renseignement 
sur ce personnage, ni dans les né- 
crologes, ni dans les anciennes mo- 
nographies de notre monastère. 

ARVAY (Grégoire), Vol. I. p. 
25 : il naquit à Vajta, en Hongrie, 
le 5 nov. 1790 ; vêtu le 8 oct. 1810, 
profès du II oct. 1812, prêtre le 2 
sept. 1816. En 1837, directeur du 
gymnase de Steinamanger. En i853, 
secrétaire de la prévôté de Csorna. 
(Catalogus Ord. Praem. in Austria, 
1837, i853). 

AUBERTIN (Antoine), Vol. 
I, pp. 25-26 : 

L'édition de la « Vie de saint 
Astier » Périgueux, i855, pp. 188 
in-80 a été procurée par le marquis 
de Saint -Astier-des-Bories. Tirage 
à très petit nombre. On ne connaît 
qu'un exemplaire de l'édition de 
i656. — Ainsi les « Archives du 
bibliophile a de (feu) Anatole Clau- 
din, Paris, 46^ année, n^ 374 de la 
9e série, au n" 26755. 

AUBIGNY (François d'), 
prieur de l'abbaye de Lavaldieu, 
sous le prélat Nicolas Oudet, qui 
fut élu le 10 juillet 1715. Ce prieur 
composa un savant Mémoire, qui 
fut soumis au Conseil du Roi : il 
y retrace l'historique du monastère 
et celui de la principauté de Châ- 
teau-Regnault, le tout appuyé sur 
des preuves irréfutables. Le Con- 
seil se rendit à ses raisons, et par 
ordonnance du 23 janvier 1716 le 
Régent reconnut le droit des cha- 
noines d'élire leur abbé. 

Sources : Hugo, Annales, II, col. 1022 ; 
— Dom Albert Nocl, Bénédictin déjà 
mentionné. 

AUVRAY. Vol. I, p. 26. — 
J'ai sous les yeux une brochure 
intitulée : Notice biographique sur 
le R. P. Louis Aiivray Mort à Rome 
le 17 février 1876. Caen, Chénel, 
1876, imp. Domin : pp. 22 in-S". 
Elle est signée à la dern. p. « Fr. 
G. Madelaine ». (Extrait de la « Se- 
maine relig. du dioc. de Bayeux » 
n"^ 10, II et 12 de l'ann. 1876). 
L'auteur de ce travail, qui est ex- 



BAC 



— 14 — 



BAC 



trêmement édifiant à lire, fait con- 
naître les opuscules de son confr. 
Auvray : 

1. La Couronne des 12 étoiles 
à Marie Immaculée. MS. 

2. Petit mois du Sacré-Cœur de 
Jésus. MS. 

3. Bouquet spirituel offert à Jésus 
naissant, ou Sanctification de 
l'Avènt. MS. 

4. Thèses.... pro gradu Bacca- 
laurei in S. Thcologia.... Die III 
mensis Julii, MDCCCLXVII. Lo- 
vanii, Vanlinthout. 

5. Dès 1867, A lois était membre 
actif de la Société littéraire de Lou- 
vain ; en 1868 il donna une con- 
férence sur « Pie IX et la Pologne ». 

6. Au mois d'avril 1870, lors du 
Concile convoqué à Rome par le 
pape Pie IX, Mgr Verrolles, évêque 
de Colomby in partibus, et Vicaire 
apost. de Mandchourie, choisit 
notre confr. Auvray pour son se- 
crétaire et son théologien. Celui-ci 
rentra en France le 1 1 août suivant, 



à cause de la révolution italienne. 

7. Dissertation sur T Immaculée- 
Conception de la S^e Vierge Marie. 
Inachevée. 

8. Mgr l'évêque de Bayeux (Di- 
diot) se plaisait à confier au P. 
Auvray la correction d'une partie 
des Conférences diocésaines. Le 2 
mars 1873, notre jeune savant lisait 
au Grand-Séminaire de Bayeux, en 
présence de Monseigneur, de MM. 
les vicaires-généraux et de tous les 
élèves, une Dissertation théologique 
qui fut applaudie. 

9. Procureur de l'ordre depuis le 
5 sept. 1870, Louis-Aimé provoqua 
le rétablissement canonique, en 
France et en Belgique, du Tiers- 
Ordre de S. Norbert. Président du 
Collège Prémontré à Rome, il sti- 
mulait par son exemple les travaux 
de ses jeunes conf;ères. Au mois de 
juillet 1874, il soutint avec éloge 
ses ihèseSf et reçut le titre et les 
honneurs de docteur en théologie au 
séminaire romain de l'Apollinaire. 



B 



BACKX (Ignace -Jean- Bap- 
tiste), né à Malinesle i3 septembre 
i65o, était le frère de Rombaud, 
pléban de la cathédrale de N. D. 
à Anvers, si connu par ses écrits. 
Ignace fit sa profession religieuse 
à Tongerloo, le 28 août 1671. De- 
venu prêtre, il acquit à l'université 
de Louvain le grade de licencié en 
théologie, le 12 janvier 1677. Cir- 
cateur en son abbaye, pénitencier 
à Dufiel (1679), professeur de théo- 
logie au collège norbertin à Rome, 
en 1682, il y remplit, depuis le 
mois d'avril i683, les importantes 
charges de président du même col- 
lège et de procureur général de 
notre Ordre. En 1697, il reçut le 
titre purement honorifique d'abbé 
de Belchamp, — maison norbertine 
éteinte; en 17 10, les chanoines 



augustins de la congrégation de 
Windesheim lui offrirent le poste de 
procureur général de leur institut. 
Chéri et estimé de tous, grands 
et petits, Ignace Backx prit un 
soin assidu de tous les intérêts qui 
lui étaient confiés. Le collège lui 
dut diverses constructions et orne- 
mentations, ainsi que la maison de 
plaisance hors de la ville, bâtie 
dans le vignoble appartenant au 
collège. Claude- Honoré Lucas, très 
digne général des Prémontrés, res- 
sentit une vive douleur lors de la 
mort d'Ignace, arrivée le 3 juillet 
1726 ; il recommanda son âme tout 
spécialement aux prières des con- 
frères, ajoutant qu'il avait travaillé 
plus de 40 ans pour la prospérité 
de l'ordre, et cela de la façon la plus 
louable. 



BAN 



i5 — 



BAT 



Sources : W. Van Spilbeeck, grand ouvr 
de 1888, pp. 458-9, et Necrolog. Tonger 
loo, 1902, p. i3o; — P. Visschers, opusc 
de 1841 déjà cité, pp. 27-28, pas trop exact 

BAEYENS (Laurent- Fran 

çois), né à Molendorp, non loin 
d'Ostende, le 19 janvier 1874, reçut 
l'habit à Averbode le 11 octobre 
iRg5, prononça les vœux deux ans 
plus tard au même jour, et fut or- 
donné prêtre le 27 janvier igoi. 
Depuis le 12 février 1904, il est 
maître des frères convers. 

1. Grand nombre de notices 
hagiographiques dans la revue : 
Bode van het Aartsbroederschap 
van O. L. V. van het H. Hart, 
Twaalfde Jaargang, 1897, A ver- 
bode, in-80 ; Dertiende J., 1898, etc. 

Ces notices sont signées « Fritz » 
ou « Lorenzo » ou encore.*. 

2. (en flamand) Plusieurs rap- 
ports ou exposés des réunions des 
membres de la même archiconfrérie. 

3. (Sous presse.) Handboek der 
Leekebroeders. 

BALLIN (Pierre-Marie), cha- 
noine de l'abbaye chef d'ordre, 
aussi pieux que savant. En 1761 il 
était professeur de théologie au col- 
lège des Prémontrés, à Paris : 
parmi ses disciples se trouva l'il- 
lustre J. B. UEciiy. Licencié en 
théologie l'année suivante, Ballin 
fut plus tard créé docteur en S or- 
bonne. Il remplit fort louablement 
les fonctions de prieur à St André 
de Clermont, puis à Prémontré 
même, et à S^ Paul de Sens. 

1. Oratio habita 4 febr. 178 1 ad 
Revimum j^ B^ L'Ecuy, cùm neo- 
abbas in Ecclesiae Praemonstr. pos- 
sessionem immitteretur. 

2. Nombreuses lettres concernant 
l'administration de la maison de 
Prémontré. 

Sources : L'Ecuy en son MS « Vitae meas 
brève compendium ». — - Taiée, o. c, sou- 
vent sur Prémonlré. 1873, II, pp. 202, 
2o3, 256. 

BANCKE (Hermann), Vol. I, 
pp. 32-33. Ce confrère a laissé 
aussi un MS : Annales Gradicenses, 
1636-1670. 



BANDHAUER (Zacharie), 
Vol. I, p. 33. Veuillez voir à la p. 
462 du même vol. le n^ 3 de ma 
notice sur Klimesck. — Source à 
ajouter : Kôpl (Robert), Das ehe- 
malige Pram.-Chorfrauen-Stift Cho- 
tieschau, 1840, pp. 52-57. 

BANOVSKY (Denis), Vol. I, 
p. 33. Il acquit le grade de maître 
ès-arts et philosophie. 

BÂNYAY (Michel- Jean - 

Chrys.), né le 27 janv. 1788 à 
Kaschau, en Hongrie, fut admis à 
la vêture le 8 déc. i8o5, au cou- 
vent de Jâszô, et reçut le prénom 
de Michel ; il y prononça les vœux 
le 2 févr. 1809, et fut élevé à la 
dignité sacerdotale le i3 sept. 18 12. 
Depuis 1824 jusqu'en i838, il rem- 
plit les fonctions de directeur au 
gymnase de Rosenau, et celles de 
censeur des livres. Dans la suite 
(1839-46) il fut vice-directeur de 
l'académie royale des sciences à 
Kaschau, et fut décoré du collier 
avec médaille en or, pour ses mé- 
rites extraordinaires. Le savant con- 
frère mourut le 25 août 1854. 

Sources : Catalogus O. Praem. iSSy, p. 
ii3; item i853, p. 32. — (N àtafalussy) 
Schematismus 189 1, pp. 80, 106, 183-4. 

BARTOSCHECK (Jérôme-An- 
toine), Vol. I, p. 37. Il naquit en 
1680, à Aussec, et mourut à les- 
senetz le 12 mai 1748. (Ainsi Chr. 
d'Elverff o. et 1. cit., p. 279). 

Parmi les discours de Barto- 
scheck, qui furent imprimés à 
Brùnn, on remarque : 

17 12. Oraison funèbre d'Engel- 
bert Hâjek, abbé de Zabrdovic. 
In-fol. 

1730. Consécration de l'église à 
Zidlochovic. In-fol. 

1740. Consécration de l'église à 
Raigern (Rajhrad), O. de S. Be- 
noît. In-fol. 

Source : le MS de mon^ collaborateur 
en Autriche, M. le chan. Zâk. 

BATKA (Evermode-Edouard), 
né à Joannisberg, en Silésie, le 16 
mai 1797. Il reçut l'habit à Stra- 



BAU 



i6 — 



BAY 



how le 21 nov. 1821, y prononça 
les vœux le 25 mars 1823, et fut 
élevé à la prêtrise le 12 août de 
l'année suivante. En 1837 ^^ était 
coopérateur à S. Jacques d'Iglau. 

Le catalogue de Strahow de i865 
le mentionne ainsi : 

Parochus Teutokonicii in Mora- 
via, RR. Episcop. Consist. Brunen- 
sis Consiliar. ad hon., moneta aurea 
art. libéral, a Sua c. r. Apost. 
Majest., nec non moneta argent, 
imag. B. M. V. sine labe concep- 
tae a Sua Sanct. Pontif. Pio IX. 
donatus. 

Ce vieillard vénérable mourut 
dans sa paroisse le 3i mai 1873. 

Sources : divers catalogues de l'Ordre. 

BAUDOT (Dominique), Vol. 
I, p. 3;^. Il était né à Saint-Mi- 
hieï, le 22 janvier 1740, et avait 
pris l'habit des prémontrés à l'ab- 
baye de Rangéval. Nous le voyons 
ensuite simple religieux (1769), 
maître des novices (1770), puis 
sous-prieur (1776-1778) à l'abbaye 
de Pont-à-Mousson. Lorsque la Ré- 
volution éclata, il était prieur de 
l'abbaye d'Etival et vicaire général 
de son ordre. Après la fermeture 
du couvent d'Etival, sa correspon- 
dance nous le montre errant à tra- 
vers l'Allemagne, logeant dans de 
pauvres auberges et occupé de trou- 
ver des refuges pour ses religieux 
dans les monastères du pays. 11 
rentra en Lorraine sous l'Empire 
et fut curé de Lagney, au diocèse 
de Nancy, de janvier i8o3 à oc- 
tqbre 181 6. Il passa 6 ans au Sé- 
minaire de Nancy et y mourut le 
i5 octobre 1822, laissant à la BB. 
ses papiers, ses livres, et en parti- 
culier de précieux MSS sur l'ordre 
des prémontrés, (Ainsi M^ Vacant, 
professeur au grand Sémin. de 
Nancy : « La Biblioth. du gr. Sém. 
de N. » 1897, 8», pages 9 et 97.) 

Voyez ma notice sur Hugo, plus 
loin. 

BAUDOUIN de NINOVE : 

Vol. I. pp. 39-41. Dans la célèbre 
collection des « Monvmenta Ger- 



maniae historica » T. XXV, 1880, 
pp. 5i5-556, nous trouvons inséré : 
Balduini Ninovensischronicon. Ed. 
O. Holder-Egger. Subiicimus (dit 
cet éditeur p. 519) très libellos ad 
historiam Ninovensem pertinentes. 

De nos jours encore, on trouve 
à la BB. du grand Séminaire à 
Nancy le MS « Chronicon Fratris 
Balduini dyaconi, canonici ordinis 
praemonstratensis, abb. ninivensis : 
ex autographo ipsius authoris trans- 
criptum, anno 1726 ». In-folio sur 
papier de 234 pp., sans aucune 
couverture. Ce manuscrit — dit 
M' Vacant cité plus loin — est 
une copie prise sur l'au'ographe, 
conservé à l'abbaye de Ninove, 
pour l'abbé Hugo d'Etival, qui a 
publié l'ouvrage pour la première 
fois, dans ses Sacrœ antiquitatis mo- 
numenta. In opp. Sancti-Deodati, 
1731, t. II, pp. 59-190. Le texte de 
notre copie est intégralement repro- 
duit par l'imprimé, qui est par con- 
séquent conforme à l'autographe. M. 
le chanoine De Smet a donné dans 
le second volume du a Corpus 
Chronic. Fland. » Brux. 1841, une 
2'^^ édition de la Chronique de Bau- 
douin, assez différente de celle de 
Hugo. M. De Smet s'est servi d'un 
manuscrit qu'il croyait celui de 
Ninove (Hist. litt. de la France, 
t. XX, Paris, 1842, pp. 210-227). 
La conformité de notre copie avec 
le texte imprimé par Hugo donne 
lieu de supposer que M, De Smet 
s'est mépris sur la provenance de 
son manuscrit et que son édition 
est moins exacte que celle de l'abbé 
d'Etival. Ainsi M^" Vacant, professeur 
au gr. Séminaire de Nancy, dans 
son travail si intéressant sur « La 
Bibliothèque du grand Sémin. de 
Nancy » 1897, Nancy, 8° p. 5o. 
Et après lui Dom Ursmer Berlière, 
le savant Bénédictin, dans ses 
« Notes sur les manuscrits de l'abbé 
Hugo d'Etival » 1898, Brux., 8'\ 
pp. 14, 33, 58, 59. — Cfr. Hiigo^ 
Annal. II, col. 375, 38o. 

BAYER (Jean-Benoît), Vol. I. 
p. 43. 3. Selectae Quaestiones Théo- 



BÉC 



— 17 — 



BEL 



logicae.... Vetero-Pragae, ap. Math. 
Adam Hoger : pp. 522. Solemni- 
ter propugnandas suscepit Mel- 
chior (Georgius) Stiehner^ Teplensis 
Professus. (Item) : Geilacus (Joan.) 
Zeidler, Tepl. Professus. 

Stiebner natiis lyoS, prof. 1724, 
sacerd. 172g, f i junii 1750. Zeid- 
1er natus 1706, prof. 1724, sacerd. 
1729, t 17 oct. 1743. — (MS du 
confr. Klemm, de Tepl.) 

BÉCARD (Jean) : Vol I, pp. 
44-45. Le R. P. J. van den Gheyn, 
S. J., Catal. des Manuscrits de la 
BB. roy. de Belg. (t. VI, Brux. 
1906, p. 464, note i), nous ap- 
prend que le manuscrit 4123 « Fun- 
datio virginum de Bethania ord. 
Praem. » consiste, pour la plus 
grande partie, en un discours de 
Jean Becardus. Voyez ici au n^ 3, 
quelques lignes plus loin. 

Bethania ou Widpen fut une mai- 
son de norbertines depuis 1618, par 
les soins de Druve, abbé de S. Ni- 
colas de Furnes. J'ai découvert au 
cours de mes recherches : 

1. Livre de prières MS, à la fin 
duquel on lit : « Bidt om Godts 
wil voor suster Maria Vigoids die 
dit gheschreeven heeft tôt gloiiam 
Godts ende tôt liefden van de sup- 
priorin van Betanie, Suster Anna 
Hulsbos. )) 1629, 186 pp. in- 16°, 
écrit, nette, rouge et noir. — C'est 
le n" 1022 du Catalogue LXI de 
Rosenthal, à Munich. 

2. Beginsel van het Gasthuys te 
Wulpen, 1252, daer naer overgezet 
te Veurne onder den naem van 't 
klooster van Bethania van S. Jo- 
seph, of klooster der Norbertiners- 
sen > of witte nonnen ; getrokken 
uyt eenen boek byeen verzameld 
door de eerweerde vrouvven M ar ga- 
nte Cappe, Maria Baillaert en Eliza- 
heth de Comnch 1' hunnen tyden 
prieusen |sic] der religieusen Nor- 
bertinerssen te Veurne. — Voir 
Hugo, Annal. T. I, col. 341-2 ; et 
« Clironicon et Cartularium » de 
S. Nicolas de Furnes, 1849, les pp. 
placées tout à la fin, après la p. 268. 



3. Fundatio virginum de Betha- 
nia Ordinis Praemonstratensis in 
oppido Furnensi anno 16 18. Inci- 
pit : Religiosarum Norbertinarum. 
(1618-29). in-40. 

MS latin de la BB. royale de 
Belg. Bruxelles, n0 4i23 ; voir aussi 
le Catalogue J. B. Verditssen^ 1776, 
p. 187, n» 67, C. Papier ; 12 feuil- 
lets plus trois blancs en tête et neuf 
à la fin du volume; o"i,2i7 Xo'^>i65 ; 
XVI le siècle. Provient de Verdus- 
sen. 

BEIR (Matthieu de), ou de 
Beyr. Vol. I. p. 47. 

6. Afvveyringhe des doodt-steecks 
vande Transsvbstantiatie, den vvel- 
cken eenen onghenoemden predicant 
der stadt Berghen op den Zoom 
hem beroemt ghegheven te hebben : 
Geschreuen door Mattheus de 
Beyr, Pastoor tôt Halteren, ende 
Religieus Canonick vande Abdijc 
van S. Michiel binnen Antvverpen. 
[Ici la marque typog. de Plantin, 
avec les mots « Labore et Constan- 
tia »]. t' Antvverpen inde Plantiin- 
sche drvckeriie. M.DC.XXX. In-40. 

1° Au verso de ce titre, exacte- 
ment transcrit : Tôt den léser, une 
p. chiffrée 2 ; — 2° Voor-reden enz. 

pp. 3-6 ; — 30 Afvveyringhe pp. 

7-39 ; au bas de cette dern. p. 39^ 
on lit : « Imp. Z. V. H. L. C. » 
c'est-à-dire Zegeius van Hontzum 
Librorum Censor. — Nous avons 
un bel exemplaire de cet écrit po- 
lémique à la BB. à'Averhode, Ja- 
mais je n'en ai découvert sur les 
catalogues. 

BELLEMANS (Daniel), Vol. 
I, p. 48. 

Une note écrite de la main de 
M. le chan. Anselme Valvekens, 
ancien bibliothécaire à Averbode, 
aujourd'hui missionnaire au Brésil, 
indique les éditions suiv. des poé- 
sies de Bellemans, curé à Horssen. 

1. Het citherken van Jésus. 3^ 
édit. J. vande Velde ; — ensuite : 
Antw. J. Van Soest, 1698 ; Antw. 
1739. 

2. Den lieffelycken Paradys- 



EcRiVAiNS, Artistes et Savants (t. m) 



BER 



BER 



Vogel. i^e édit. 1670; — 2^ 1674 
Brussel ; — 3^ 1680 ibid. ; — 4e 
1681 Bruss. J. vande Velde. — 5*^ 
i683, et 6e 1686 ibid. — 7^ s. a. 
Antw. by Andréas Colpyn, item by 
Joan. Petr. Willemseii, item by 
de Wed. Thieullier. — S^ édit. s. 
a. Antw., Petr. Jos. Kymers. — 
ne édit. Bruss. 1695. — 12^^ Bruss. 
1718. etc. 

Notre confrère Bellemans est men- 
tionné avec éloges par J. F. IV il- 
lemSf Verhandeling over de neder- 
duytsche Tael- en Letterkunde, 
Antw. 2^^ deel, 1820-1824, pp. 140- 
142. * 

BENOIT, chan. de Bruck : Vol. 
I, p. 5o. Son nom de famille était 
Benes. A la BB. de la ville d'Ol- 
mûtz se trouve un splendide ma- 
nuscrit autographe de ce religieux : 
Antiphongesânge. 

Sources : Vrbka, o. c, 1898, p. 26; — 
MS du chan. Zàk. 

BERGER (Norbert-Franc. 

Xav.), né le 29 nov. 1828 à Strob- 
nitz, en Bohême, reçut l'habit blanc 
à Géras le 5 sept. 1847, y fit pro- 
fession le 20 avril i85i, et fut 
promu au sacerdoce le 25 juill. de 
l'année suivante. Successivement il 
fut secrétaire du prélat, coopérateur 
à Drosendorf, curé de Niklasberg 
de 1857 à 62, et de Kirchberg de 
1862 à y 5 ; ensuite, de 1876 agi, 
il fut chapelain à Rodingersdorf ; 
enfin depuis 1891 prieur et curé à 
Géras même. En 1898 il était con- 
seiller au consistoire épiscopal de 
St Pôlten, et décoré de la croix 
d'or avec couronne. 11 mourut le 
22 févr. 1901. 

Source : Alpli. Zâk, Catalogus Canon. 
Gerus., 189?, p, 4. 

BERNARTH (Aloïs-Mat- 
thieu), chanoine de Hradisch, or- 
donné prêtre en 1769. Docteur en 
théologie, curé à Chôlein en 1787, 
et portant plus tard (1802) les titres 
de doyen, de conseiller de l'arche- 
vêque d'Olmùtz, et d'assesseur con- 
sistorial. 



Sources : Catalogus archi-dioac. Olo- 
muc, 1787 et 1802. 

B E RT H E (René- Auguste), 
Vol. I, p. 55 : né le 25 déc. i838 
à Noveils, diocèse de Blois, il re- 
çut l'habit à Frigolet le 8 déc. 
1860, fit sa profession le 6 janv. 
1862, et fut ordonné prêtre le 23 
déc. 1866. Il mourut en son ab- 
baye le 4 juin 1901. 

Sources : Catalog. gêner. 1900, p. 259, 
et Necrologium 1900-1901. 

BERTRAM (Milon Jacques), 
chanoine de Tongerloo, qui vint 
au monde à Lûftelberg, en Alle- 
magne, le 21 avril 1871. Admis à 
la vêture le i3 février 1892, et à 
la profession le 2 février 1894, i^ 
fut ordonné prêtre le 27 mars 1898. 

Avant de se faire ^religieux, à 
savoir de 1886 à 1889, il suivit les 
cours à l'académie des beaux-arts, 
à Cologne : il y remporta plusieurs 
prix. Ensuite, pendant deux ans, il 
étudia et travailla à Bonn, sous la 
direction de M^ Langenberg, ar- 
chitecte renommé. 

Voici la liste des productions du 
confrère Milon Bertram, telle qu'il 
l'a dressée lui-même pour ce diction- 
naire : 

1. Peinture à l'huile u Le B. 
Herman-Joseph offrant la pomme à 
l'enfant Jésus » destinée à l'associa- 
tion du B. Herman-Joseph à Man- 
chester. 

2. Illustrations dans la Vie de 
S. Norbert par I. Van Spilbeeck, de 
l'abbaye de Tongerloo. 

3. Illustration dans la Couronne 
norbertine du même écrivain. 

4. Dessins dans Jannehen en Mie- 
ken par S. Daems, de l'abbaye de 
Tongerloo. 

5. Dessins dans Schetsen en Ver- 
tellingen du même écrivain. 

6. Un dessin dans Blinde Agnes 
du même. 

7. Aquarelle Gebed vôôr den Slag en 
mémoire du « Boerenkrijg ». Elle 
parut dans la publication « De Z'dug- 
school )) IXe année, n^ 3, 1898 ; 
Mech., Paul Ryckmans. 



BER 



— 19 — 



BEZ 



8. Frontispice duBocievanO. L. V, 
van het H. Hart et du Messager de 
N.-D. dît S. Cœur. Ces deux revues 
sont publiées à l'abbaye d'Averbode. 

g. Frontispice du Maria-Almanak 
et de VAhnanach belge de N.-D, du 
S. Cœur y paraissant annuellement à 
la même abba3^e. 

10. Frontispice du Misoffer de 
Tongerloo. 

11. Dessins divers dans les pu- 
blications citées sous les numéros 
8, 9, 10. 

12. Bannière (kartel) destinée à 
la Gilde de 5. Sébastien de V/ester- 
loo. (2^ prix à Liège.) 

i3. Aquarelle : Le progrès qui cou- 
ronne r agriculture et l'instruction, des- 
tinée à l'école ménagère d'Ooster- 
loo. (Diplôme à l'exposition de 
Paris.) 

14. S. Norbert : dessin paru dans 
« De H. Norbertus en zijne Orde » 
par le chanoine L. Wendelen, de 
l'abbaye de Tongerloo. 

i5. Frontispice de « Tonger- 
loosch Lindeloover », poésies du 
chanoine R. Jordens, de l'abbaj^e 
de Tongerloo. 

16. Mr Milon Bcrtram a dirigé et 
exécuté, en 1904, les travaux im- 
portants, qui ornent les cloîtres de 
son abbaye, les armoiries des pré- 
lats etc. 

17. Il est l'auteur des peintures 
si riches et réellement superbes dans 
la salle capitulaire de Tongerloo : 
aussi sont-elles l'objet de l'admira- 
tion de tous les artistes et de tous 
les visiteurs (1906). 

BERZEVICZY (André Léo- 
pold), né le 12 janvier 1779 à 
Berzeviczy même, en Hongrie. Ad- 
mis à la vêture, à Jâszô, le 19 mars 

181 1, il y fit profession le 26 avril 

18 12, et fut élevé à la dignité sa- 
cerdotale le 19 avril 181 3. En i8i5 
il était circateur, et enseignait la 
théologie. Au commencement de 
1837 il était prieur (depuis 1819), 
maître des novices, bibliothécaire, 
docteur en droit canon, professeur 
émérite de théologie au couvent. 



curé émérite de FelsÔ-Novaj. En 
1848-1857 il remplit les fonctions 
d'administrateur à la prévôté de 
Grosswardein. Il mourut le 19 avril 
de la dernière année. 

Sources : Catalogus Ord. Praemonst. 
1837 et i853, pp. 109 et 84 ; — Nàtafa- 
lussy, Schematismus 1891, p. 188. 

BEZDÊKA (Victor-Jos.), dont 
la notice est insérée au Vol. I, pp. 
58-59, est mort le 21 avril 1900. 

5. Ce très diligent confrère de 
Selau ne voulut jamais, par pure 
humilité, que son nom figurât sur 
ses publications. Eminemment versé 
dans l'hagiologie Bohémienne et 
Norbertine, il a fourni une quantité 
d'articles à la revue que l'on im- 
prime à Prague, sous le titre « Bla- 
hovëst )) : 

i856. Prâtelstvi pp. 128-30 ; 1859. 
Daniel Ant. Schindler pp. 114-21 ; 
1860. Jarloch pp. 208-11 ; i863. 
De S. Evrosia p. 35o ; et de SS. 
Ludmilla ac Wenceslao pp. 454- 
533 ; 1864. Ernest, de Pardubic 
pp. 177-274, et laudes ejus Maria- 
nae pp. 517-18 ; i865. Quinque 
sermones S. Pétri Chrysologi : 
N. I, 2, 5, 8, II ; — très S. Leo- 
nis Papae : N. 14, 21, 3o ; — de 
19 Martyr. Gorcum. : N. 17-20 ; 
— de canonia Litomysl O. Praem. : 
N. 16-19 ; — de B. Josaphat 
Kuncevic M. : N.^ 28-35 ; 1872. 
De Joachimo Dobefm pp. 88-89 '■> 
Andréa Bobola pp. 184-87 ; de 
rege Wenceslao II pp. 406-19 ; 
1873. De Carolo Spinola pp. 195- 
342 ; de Hieronymo Pragensi sa- 
cerdote pp. 437-40 ; etc. 1874. De 
Adamo Kravarsky S. J. pp. 178, 
194, 202 ; de Henrico Richter S. 
J. pp. 3ii, 323; etc. 1875. De 
Francisco de Dietrichstein pp. 149- 
212, et memoiiae comitissae Sla- 
vata pp. 273-75 ; 1876. De ven. 
Zdislava pp. 172-3 ; de Maximiliana 
Zâsmuckâ ibid. ; de B. Godefrido 
O. Praem. : N. 34, 35, 36. 

7. Carmen festivum in honorem 
benedictionis Ri"^' D. Norbeiti Sy- 
chrava, Abbatis Siloënsis. 12 Julii 
1857 : I feuille, sans nom d'auteur. 



BIC 



— 20 — 



BIE 



8. Siloë abbatia resuscitata 1622- 
i83o. MS in folio en langue bohé- 
mienne. 

g. Continuatio historiae domes- 
ticae i83o-47, sub R. et Ampl. D. 
Ignatio Sekousek. MS in folio. ^ 

10. Daniel Schindler, opat Ze- 
livsky (abbas Siloënsis). — Jarloch, 
opat Milevsky (Milovicensis). — 
Vita S. Norberti Bohemiae patroni. 
— En un seul cahier MS in fol., 
en langue bohémienne. 

11. Descriptio vitae B. V. Ma- 
riae. MS bohém. in fol. 

12. Carmina bohemica et germa- 
iiica. MS in-80. — Tous ces ma- 
nuscrits sont conservés dans les 
archives de l'abbaye de Selau. 

BICKER (Norbert), Sge abbé 
d'Arnsberg (1688-17 15), qui mérite 
une mention toute particulière à 
cause de ses talents éminents. 11 
avait d'abord rempli les fonctions 
de prieur. Les annales de l'Ordre 
le louent en ces termes : « Huma- 
niorum scholarum magistros, ad 
supplicationem civitatis Arnshergensis, 
in suo monasterio pridem institutos, 
auxit, & palœstram aperuit juven- 
tuti ; quin & ad instantiam Ordi- 
num patrise, philosophiam publiée 
in Gymnasio Norhertiiw Laurentiano, 
praecepit edoceri, anno 17 12. » Le 
prélat Norb. Bicker mourut en jan- 
vier 17 15. {Hugo, Annal. I, col. 

198.9.) 

En 1843, le directeur de ce col- 
lège, Dr. Franc. Xav. Hoegg, a 
publié, à Arnsberg même, une no- 
tice très intéressante à laquelle je 
recours souvent : Zur zweiten Sâ- 
cularfeier des Kônigl. Laiirentianums 
zu Arnsberg ; il y traite de Bicker 
pp. 7-1 5. Et parce que cette bro- 
chure est presque inconnue, j'indi- 
querai ici les sources auxquelles 
Dr. Hoegg dit avoir puisé, p. IV 
du « Vorvvort » : i. Baaden, prémon- 
tré d' Arnsberg, Programm von i835, 
imprimé ; 2. Piehr, Beitrage zur 
Amsb. ; — Seibertz, Die westfali- 
schen Beitrage zur deutschen Ge- 
schichte ; — Klosterchronik v. Arns- 



berg V. J. 1720, einige Urkunden 
des ehemaligen Klosterarchivs u. 
eine Anzahl Programme, Thèses 
und Actiones. 

BIE (Gaspar de), né à Lierre 
le 22 oct. i653. Son père, le célè- 
bre poëte de Bie, publia en 1670 
un livre intitulé : Faems Weergalm, 
et le dédia à Hroznata Grils, pré- 
lat de Tongerloo. 

1. Gaspar y inséra une pièce de 
vers latins : « Filius patri hujus 
libri authori » qu'il signa ainsi : 
Gaspar de Bie, Khetor Lyrae(i67o). 
Dans le catal. ms. de Tongerloo il 
est appelé : poëta et rhetor laurea- 
tus. Le jeune homme prononça les 
vœux en la même abbaye, le 14 
déc. 1676. 

2. Il défendit, sous la présidence 
de son professeur et confrère Au- 
gustin vaîi Hove, des thèses théolo- 
giques : Impii apothcosis sive Ac- 
tuum in lustificatione intervenien- 
tium oeconomia theologica. S. 1., 
s. a. J'ai cité cet opusc. de 65 pp. 
petit in-8" dans la notice Van Hove 
(Aug.), Vol. II, p. 3o6. 

Ordonné prêtre, Gaspar fut vi- 
caire à Rozendaal (1684), lecteur 
de théologie à Heilissem (169g), 
desservant à Zoerle (1703), curé à 
Schaffen (1705) et à Orp-le-Grand 
(1707). Il mourut le 3o oct. (?) 1719. 
La loyauté me commande de dire 
que, s'il a été censuré vers 1690 
par ses supérieurs (p. 341 t. I de 
ce Dictionn.), il a obtenu plein par- 
don dans la suite. 

Source : Necrologium de Tongerloo, 
édit. 1902, pp. 29, 220-21, 268. 

BIELFELDT(Otto), frère con 
vers de Strahow, qui est mentionné 
ainsi dans le nécrologe de cette ab 
baye : Saxo Lubecensis, Chyrur 
gus.... fuit suae Canoniae, et Col 
legii Norbertini Oeconomus fidelis 
et praestitis officiis Canonicis Sio 
neis decumbentibus clarus, t 1687 
die i5 Martii, anno aetatis 62 
(Dlabacz, Chronol. Necrolog. 18 17, 
pp. 43-44-) 



BLA 



21 — 



BLA 



BINDER (Christophe) : V. I, 
p. 60. N'est-il pas l'auteur du tra- 
vail suivant ? 

Officia et Antiphonae cum aliis ad 
cultum divinum pertinentibus frag- 
mentis, ad normam novissime cor- 
recti Breviarii Ordinis Praemonstra- 
tensis, notis Gregorianis illustrata. 
Pro Coenobio in Roth. 1626. MS. 
en rouge et noir, avec musique 
notée, pp. 173 chiffrées. Grand 
in-fol., cuir de sangl. 

Source : Lettre particulière de Mr Ro- 
senthal, libraire à Munich, du 19 mai 
1882 ; il y demanda 40 Mark, ainsi que 
sur un catal. qu'il publia depuis. 

Addition. Un religieux anonyme 
dé Roth publia en allemand : So- 
dalitium SS. Sanguinis Domini, 
atque SvS.Sebastiani et Rochi, 1628, 
Constanz, Léonard. Straub, in- 12". 
Voir le P. Stadelhofer, Hist. Roth., 
II, p. 319. 

BLANPAIN (Jean) ; Vol. I, 
pp. 62-64. 

J'ai découvert sur les tra^^aux de 
ce confrère lorrain, qui fut le col- 
laborateur et le secrétaire de l'il- 
lustre Hugo, des détails intéressants 
dans quelques publications assez 
rares en Belgique. 

I. Nous lisons dans l'ouvrage 
intitulé : La Bibliothèque du grand 
Séminaire de Nancy Par J. M. A. 
Vacant professeur au gr. sémin. de 
Nancy, 1897, p. 46 : (no 10.) Ha- 
giologium ordinis Prœmonstratensis, in- 
foliosur papier, manuscrit du XVII'^ 
siècle. C'est un projet de martyro- 
loge. Il indique, à chaque jour, les 
saints personnages de l'ordre des 
prémontrés, dont on célèbre la mé- 
moire, résume assez longuement leur 
vie, et indique les sources d'où 
chaque notice est puisée. Le vo- 
lume se compose de trois parties : 
i'^ un premier hagiologium écrit d'une 
main inconnue et qui a fourni le 
cadre primitif; 2° une série de 
notes prises par le P. Blanpain... ; 
3" enfin un hagiologe bien plus 
complet que le premier, rédigé et 
écrit par le même P. Blanpain. — 



Jusqu'ici M^ Vacant. De son côté, 
Dom Berlière s'exprime ainsi : Co- 
d(ex) 10. C'est un martyrologe de 
l'ordre, dans lequel Hugo a fait en- 
trer tous les personnages remar- 
quables par la sainteté de leur vie 
ou réputés comme tels, le tout tiré 
d'ouvrages imprimés. Il en existe 
dans le même volume une autre 
rédaction plus soignée, de la main 
du P. Blanpain^ mais puisée aux 
mêmes sources. (Notes sur les 
manuscrits de l'abbé Hugo d'Eti- 
val.... 1898, Brux., pp. 40-41). 

2. (no 172). Catalogue alphabé- 
tique de la bibliothèque de l'abbaye 
d'Etival, écrit de la main de Blan- 
pain en 1737. I vol. in-folio sur 
papier, de 407 pages. Une dizaine 
d'ouvrages seulement ont été ajou- 
tés postérieurement. Ils sont tous 
antérieurs à 1740. Ce catalogue 
mentionne 4 ou 5, 000 ouvrages. 
Nous y remarquons un cartulaire 
manuscrit in-folio de l'abbaye de 
Gorze, qui n'est pas autrement dé- 
crit. C'est sans doute le même qui 
est aujourd'hui à la bibliothèque 
du Séminaire de Nancy (n» i63). 
Aucun de nos autres manuscrits 
n'est inscrit dans le catalogue de 
la bibliothèque de l'abbaye d'Eti- 
val. 

La bibliothèque municipale de 
Saint-Dié possède un autre catalogue 
de la BB, d'Etival, en 2 vol., ré- 
digé par ordre de matières en 1739 
(no 71 du catal.) — Ainsi M^" Va- 
cant, o. c, p. 81. 

3. (no 54). Annales sacri et ca- 
nonici Ordinis Praemonstratensis, 
in quibus ecclesiasticae Historiae 
pars haud exigua continetur, auc- 
tore R. P. Joanne Blanpain. Tomus 
1, complectens libros XVI ab ortu 
sancti Norberti, ejusdem Ordinis 
institutoris : id est, ab anno Christi 
MLXXX ad annum MCLXXX, 
cum appendice et indicibus neces- 
sariis. Nanceii, typis Ant. Leseure, 
ad insigne Sancti Joannis-Evang. 
Ao 1747. 

N. B. Ml" Vacant nous fait ainsi 
connaître les manuscrits relatifs à 



BLA 



— 22 — 



BLO 



l'histoire des Prémontrés, sous les 
nnos 5i, 52, 53 et 54 à la BB. du 
grand Séminaire de Nancy (o. c. 
1897, Nancy, pp. 53-54) : (Codex) 
5i. 3 portefeuilles in-folio carton- 
nés ; ils renferment 149 pièces ou 
cahiers recueillis par Hugo d'Eti- 
val et numérotés de sa main. Plu- 
sieurs de ces cahiers sont des co- 
pies de manuscrits conservés dans 
les couvents, comme nécrologes, 
chroniques et vies de saints per- 
sonnages. 

Dom Ursmer Berlière a remarqué 
dans le i^ de ces 3 portefeuilles ; 
Factum 84. Notes prises à Bonne- 
Espérance, en 1730, par le P. Blan- 
pain, 3 ff. in-80 (O. c. p. 34). 

(Codex) 52. 2 autres portefeuilles 
in-folio cartonnés, contenant la cor- 
respondance et les pièces relatives 
à l'impression et à la souscription 
des Aîifiales ord. Prgemonstr. de 
Hugo. Les deux premiers volumes, 
imprimés en 1734 et 1736, devaient 
être complétés par d'autres, qui 
auraient raconté l'histoire générale 
de l'ordre. Les prospectus de ces 
autres volumes sont dans nos por- 
tefeuilles, ajoute M^ Vacant. 

(Codex) 53. Veuillez voir plus 
loin ma notice sur Hugo d'Etival. 

(Codex) 54. Annales sacri cano- 
nici ordinis Prsemonstratensis. Liber 
I, II, III et IV, in-folio cartonné 
de 792 pages. (Dom Berlière dit : 
192 pp. Est-ce une faute d'impres- 
sion?...) Ce manuscrit est prêt à être 
imprimé et écrit de la main de Blan- 
pain. Après la mort du savant abbé 
Hugo, il aurait voulu continuer 
son œuvre : il refit donc l'ouvrage 
de celui-ci suivant ses vues person- 
nelles et en tenant compte des ob- 
servations de l'abbé de Vence, cen- 
seur royal. En 1747, il avait mis 
le premier volume de son travail 
en état d'être publié et il en dis- 
tribuait le prospectus. Ce premier 
volume devait contenir l'histoire du 
premier siècle de l'ordre ; mais au 
lieu de partir de l'origine de l'ordre 
en II 20, Blanpain commençait à la 
naissance du fondateur, S. Norbert, 



en 1080. Le i^ volume devait donc 
se poursuivre jusqu'à 1180. Notre 
manuscrit (dit M»" Vacant) s'arrête 
brusquement au milieu de l'année 
ii33. Un autre volume manuscrit, 
d'une étendue à peu près égale, 
contenait sans aucun doute la suite. 
Ce 2""^^ volume est probablement 
perdu. En tout cas, nous ne le 
possédons pas. Nous possédons 
par contre le brouillon du début 
de l'ouvrage jusqu'à l'an 1 122 (cahier 
in-folio de 712 pages), écrit aussi 
de la main de Blanpain. 

(Codex) 216. Parmi les lettres à 
Dom Caimet, il y en a 9 du pré- 
montré Blanpain j concernant les 
ouvrages de l'abbé Hugo, 1736- 
1748. Ainsi Mr Vacant, o. c, pp. 
94-95. 

Dans la longue liste des travaux 
littéraires de notre annaliste Hugo, 
que je compte donner à la fin de 
sa propre notice, le nom de Blan- 
pain figurera encore plus d'une fois 
et nécessairement. 

J'ai dit à la p. 64 de mon i^ vo- 
lume, no 10, que le P. J^ean Blan- 
pain a laissé un MS intitulé : Jus 
Canonicum Regularium, praesertim 
Praemonstratensium. 3 vol. in-4'^. 

Le P. Lienhardt a appris, par une 
lettre de Lorraine, que plusieurs 
chanoines d'Etival ont tiavaillé à 
l'achèvement de cet ouvrage ; mais 
la mort prématurée de quelques-uns 
a empêché la publication. Les Nou- 
velles littéraires de l'an 1757 firent 
mention de ce vaste traité. (Calmet, 
Biblioth. Lorr., col. 126; — Lien- 
hardt, Spir. lit. Norb., note de la 
p. 102.) 

BLOCHOUSE ou BLO- 
CHOUZE (Matthieu), chanoine- 
prêtre de l'abbaye de Beaurepart à 
Liège. Il enseigna la théologie à 
ses confrères, pour le moins de 
1720 à 1727, et remplit la charge 
de curé à Loverval, plus tard à 
S. Nicolas (Outre-Meuse). Elu abbé 
le II août 1762, il mourut déjà le 
i3 janvier 1763. 

I. Thèses theologicaê ex Prima 



BLO 



— 23 



BOD 



Secundse Divi Thomse, et de virtu- 
tibus theologicis. Quas Praeside R. 
D. F. Matthapo BlochousCy Ord. 
Praemonstr. , Abbatiae Bellireditûs 
intra Leodium Canonico Regulari, 
ac sacrae Theologiae Lectore. Défen- 
dent Fr. Henricus Closset, & Fr. 
Erasmus Dans,... anno 1720 men- 
sis Junii die (en blanc) horâ nonâ 
ante, et tertiâ post meridiem. — 
Leodii, Typis, [sic] Urbani Ancien, 
sub signo albae Crucis, è regione 
PP. Praedicatorum. 1720. — Su- 
periorum permissu. Petit in-folio : 
pp. (3)-i2 ; I-XVII thèses. — BB. 
de Tongerloo, ainsi que tous les 
imprimés qui suivent. 

2. Thèses theologicse ex Secunda 
Secundse Divi Thomae, De Jure et 
Justitia. Ouas(uti suprà) Défendent 
D. Fr. Godefridus Detawe, & D. 
Fr. Leonardus Buismans [sic].... 
Anno 1721. die (27 à la main) Oc- 
tobris, horâ nonâ ante, et medio 
tertiae post meridiem. — Leodii, 
Typis U. Ancion, 1721. In-folio : 
pp. (3)-i8 ; I-XVIII thèses. 

3. Thèses theologicae, ex Tertia 
Parte Divi Thomse. Quas Praeside 
R. D. Matthaeo Blockouze, [sic].... 
Défendent. D. Fr. Erasmus Da7iSy 
& D. Fr. Leonardus Biiisman [sic].... 
Anno 1723. die (en blanc) Mensis 
Aprilis.... Typis U. Ancion.... 1723. 
Petit in-folio : pp. (t)-i9 ; I-XIX 
thèses. 

4. Thèses ex universa Theologia, 
ad mentem Divi Thomae. Quas 
Praeside R. D. Mathaeo [sic] Blo- 
chouse,... Defendet D. F. Leonar- 
dus Biiisman,.., i']'2/\, Mensis Julii, 
die (18 à la plume).... Ibid. 1724. 
Petit in-folio : pp. (i)-3o ; les thè- 
ses sont au nombre de 36. 

M. Xav. de Theux mentionne ce 
seul travail de Blochouse, Biblio- 
graphie Liégeoise, 2'-'édit., col. 485 ; 
il n'est point parvenu, malgré ses 
recherches, à découvrir les autres 
dissertations. Cela prouve que les 
publications des Prémontrés de 
Beaurepart sont introuvables de nos 
jours. Voyez ma notice sur Hahets. 

Les « Thèses ex universa Theo- 



logia )) de 1724 ont aussi paru 
chez le même imprimeur, avec ces 
variantes sur le titre : Defendet 
D. F. Erasmus Dans,,,. Mensis 
Julii, die (22 à l'encre). Tout le 
reste est conforme à la description 
déjà donnée. 

5. Thèses theologicae de virtute 
religionis et statu religioso, ad men- 
tem Divi Thomae, quas.... Defen- 
det D. F. y[(t\c\\\ox Barbier e,... anno 
1726. Mensis (à la plume : Maii) 
die (7^).... Leodii, Typis Urbani 
Ancion, 1726. Petit in-fol. : pp« 
(3)-24 pour l-XX thèses. 

Source : Daris, Notice hist.... Beaure- 
part, pp. 18-20. 

BODE (Richard). Le succes- 
seur de Braunman, au collège des 
Prémontrés à Louvain, fut Richard 
(Michel François) Bode, né à Loen- 
hout le 25 nov. 1684. Il était cha- 
noine de l'abbaye de Tongerloo, 
où il prononça ses vœux le 8 déc. 
1704. Deux ans plus tard, le jeune 
religieux venait à Rome, où il re- 
çut la prêtrise, tandis qu'il y ache- 
vait ses études ecclésiastiques au 
collège des Prémontrés, et prenait 
le grade de docteur. Après avoir 
enseigné la théologie pendant plus 
de dix ans, à l'abbaye de Tonger- 
loo, il revint, le 10 sept. 1724, dans 
la ville éternelle, pour y remplacer 
dans sa charge le Président du 
collège, Ignace Backx, également 
chanoine de Tongerloo. Mais le 
climat lui était funeste, et quelques 
mois plus tard il reprenait à l'ab- 
baye les cours d'Ecriture Sainte. 
Le 4 mars 1727, il était désigné 
à la Présidence du collège des 
Prémontrés, à Louvain, où il prit, 
après deux ans, le grade de licen- 
cié en droit civil et canonique. Les 
étudiants du collège composèrent à 
cette occasion une ode latine, en 
tête de laquelle ils inscrivirent 
cette dédicace pompeuse : « Michaèli 
Francisco Richardo Bode, ex pairiciis 
Aniverpiensibus de Loenhoui, ecclesia B. 
M. de Tongerlo^ ordinis Prœmonsira' 
iensis, canonico, S. Scriptiirœ ac Th. 



BOD 



— 24 



BOH 



professori, qiiondavi collegii S. Norherîi 
in Urbe alumjio, professori ac prœsidi, 
ac protonotario apostoUcOj collegii Prœ- 
monsiraieiisis Lovanii moderatori actuali , 
J, (J . licenciaio 20 Junii 172c ». 
Collegium Prœmonstratense. 
PER La VIrtu DeL Vestro [sic] 
CUoRE haI MerItato qUesto 
fIore. 
Richard Bode fut nommé curé 
de Wijnegem, le 29 mars 1732, et 
en 1735 camérier du prélat de Ton- 
gerloo. 11 mourut le 3o mars 1732. 

Sources ; Necrologium Tong-. édité en 
1902, p. 60 ; — Adr. Heylcn, Hist. Ver- 
hand. o. de Kempen, 1837, pp. 20D-6 ; — 
Michel Van Waefelghcm dans Ja Biblioth. 
Norb. de l'abb. du Parc : article sur le 
« Collège des Prémontrés à Louvain « 
(T. 4, p. 171). — Dom Uvsmer Berlière. 
en ses Notes sur les manuscrits de l'ab- 
bé Hugo d'Etival, 1898, pp. 53-56, nous 
met sous les yeux une lettre latine de 
Rich. Boden [sic] à cet illustre prélat. 

BODECKER (Etienne) : Vol. 

I, p. 66-67. Né en 1884, il fut élu 
évêque de Brandenburg le 3o avril 
1422. En 1412 il avait défendu en 
public : Positiones juris Canonici : 
Utrum judex debeat judicare se- 
cundum allegata et probata, an 
secundum conscientiam suam ? 
2. (ibid. p. 66) Constitutio 1417. 

7. (ibid. p. 67) Commentarius.... 
1449. 

8. Tractatus circa horas canoni- 
cas. MS à Gôttingen en 1902. J'ai 
appris que M^' Schônfelder, docteur 
en théologie et curé à Rentschen 
(poste : Schwiebus dans la pro- 
vince de Brandenburg), avait l'in- 
tention de publier ce traité. 

BODNÂR (Virgile-Antoine). 

Né à Beregszâsz en Hongrie, le 
29 oct. 1870, il reçut l'habit à 
Jâszô le 3 sept. 91, y prononça les 
vœux le 8 sept. 95, et fut promu 
au sacerdoce le 11 de ce même 
mois. En 1900 il était docteur en 
philosophie, et depuis 1895 profes- 
seur au gymnase de Kaschau (Cas- 
soviae). 11 mourut bien jeune le 11 
mars 1905. 

i.Simai Kristôf. Budapest, 1898: 
pp. 56 in-80. 



2. Kussinszhy Arnold : Égi szôvét- 
nek ima-és énekkonyv. (Az V-ik 
kiadâst sajtô alâ rendezte.) Kaschau, 

IÇOI. 

3. A jâszôvâri konyvlâr. (Magyar 
Allam 1897). 

4. Egy irodalmi hàz. (Magyar 
Szalon 1898). 

5. Kassa irodalmi multja es je- 
lene (Kaschau 1901). 

6. A hârom kassai vértanû. (Em- 
léklap a szabadsâgharczbôl.) 

7. Tmôdy Sebestyén (Pannonia). 

8. Petofi. Nagypéntek Rodostô- 
ban. (Kassavidék). 

9. Iigy magyar Cornelia. Szent 
Elek. Karâcsony ûnnepén ï.-ll. Az 
olvasâs. (Téli Esték.) 

10. Az egyhâzi zene. Diwisch 
Procopius dr. Erdosï Sylvester Ja- 
nos. Kôlcsei Ferencz. (Heti Szem- 
le). 

11. A nemzeti irodalom tanitâsâ- 
nak ugye. Veni Sancte. (Iskola). 

12. ig eredeti es 10 forditott el- 
beszélés (a Heti Szemle, Téli Esték 
es a Szatmâr es Vidéke czimû la- 
pokban). 

i3. A heg3^teton (Lenau). 
14. Tengerparton (AUmers.) 
i5. Notturno. (Ulrich). Ford, 
kôltemények a Kassavidékben. 

Sources : Catal^ g^ener. jqoo, p 247; 
— MS du confr. Zàk ; — Dr Farkas, o. 
c. igo2, pp. 2i3, 214, 3io. 

BOERACKER (Lambert) : 
Vol. 1, p. 67. 

Nous trouvons dans le a Necro- 
logium )) de Tongerloo, édité en 
1902, les renseignements suivants 
p> 18 : Exstant etiamnum 12 vo- 
lumina concionum hujus praedica- 
toris facundissimi, qui obiit 26 
januarii 1759. 

BOEWING (Jean) : Vol. I, p. 
67. Tractatus de generatione, cor- 
ruptione, anima,... in libros Meta- 
physicorum a Joh. Bôvink [sic] Can. 
Strahov. descriptus. Olom. 1634, 
40. (P. De BackeVy BB. des écriv. 
de la C. de J., i856, 3^ série, p. 
509, no 2.) 

BOHM (Bernard-Joseph), né 



BON 



— 25 — 



BOS 



à Olmutz, en Moravie, le i^ fé- 
vrier 1744. Profès de l'abbaye de 
Hradisch depuis le 4 juin 1764, 
ordonné prêtre le 19 mars 1768, il 
acquit le grade de docteur en théo- 
logie. Il fut nommé professeur de 
cette science à l'université de 
Brûnn, et en 1781 il était doyen 
de la même Faculté. (Catalogus O. 
Praem. 1781.) 

Le même catalogue de 1781 nous 
apprend qu'à cette époque le mo- 
nastère de Hradisch était une vé- 
ritable pépinière de savants. Qu'on 
en juge ! Bôhni se voyait entouré 
de 7 autres docteurs en théologie, 
à savoir : Paul-Ferdin. Waczîavick 
Prélat; Charl. Laur. Gartner ^neux ; 
Nicolas Hollaus, piieurde Heiligen- 
berg ; Jos. Paul Kalaiis, curé à 
Nakla ; Thom. Georg. Strasser ; 
Georg. Maximil. Honig ; Edmond- 
Thaddée Link : la plupart ont déjà 
leurs notices en ce Dictionnaire. 

Après eux viennent 24 bacheliers 
en théologie ; ce sont les religieux 
suivants : 1. Philippe Schafter, 
sous-prieur à Hradisch, — 2. Mau- 
rice Bulin, sous-prieur à Heiligen- 
berg, — 3. Constantin Beran, — 
4. Flor'en Platzer, — 5. Gerlac 
Muttwill, — 6. Wenceslas Petsch, 

— 7. Max. Weiser, — 8. Milon 
Meixner, — 9. Benoît Khamml, — 
10. Adrien Schenk, — 11. Melchior 
Scholz, — 12. Amand Peiker, — 
i3. Denis Roth, — 14. Raphaël 
Schmidt, — i5. Gabriel Jurna, — 
16. Martin Schnellinger, — 17. 
Adam Korber, — 18. Frédéric 
Scheterny, — 19. Vincent Kunerth, 

— 20. Antoine Smiritius, — 21. 
Osvvald Efferle, — 22. Emmanuel 
Palm, — 23. Eugène Dworzak, et 

— 24. Otto Schindler. 

Ajoutez 9 confrères, qui étaient 
candidats pour le doctorat en théo- 
logie : Léonard Haas, Basile Wal- 
lon, Jean Rother, Hugues Sperber, 
Jos. Urtica, Chrétien Weeber, Isfr. 
Scheffczik, Ambr. Czamler et Mat- 
thieu Wessely. 

BONGART (Pierre) : Vol. I, 



\ p. 6g. Il y a une 2^ édition de son 
livre : Paderborn, 1777. 

BOSCH (Léonard), né à Bois- 
le-Duc, licencié en théologie de 
Louvain, 43^^ prélat de Berne. 

Il enseigna la philosophie à Pos- 
tel, depuis le i^' oct. i632, fut 
nommé dans la suite prieur en sa 
propre abbaye, et élu prélat en 
1641. Après la paix de Munster, 
en 1648, les biens du monastère 
furent confisqués par les Etats, et 
Léonard alla séjourner au refuge 
de Vilvorde, en Belgique. Il y tré- 
passa le 20 janvier 1668, âgé de 
78 ans, profès depuis 5g ans, et fut 
inhumé à S. Michel d'Anvers. 

1. « Wij bezitten nog eene ge- 
trouwe copie van het oude morhia- 
rium of necrologium onzer abdij (van 
Berne), geschreven door Leonardus 
Bosch, later abt, tusschen de jaren 
1621 en 1625. Bovendien berust in 
ons archief eene lijst op perkament 
van de leden der abdij, die leefden 
van het jaar i538 tôt i588 met de 
vermelding van hunne hoedanig- 
heid, alsook van hun sterfjaar en 
sterfdag, en nog een andere, minder. 
nauwkeurige, copie van het mortua- 
riiun, geschreven door Corn, van 
Grinsven omtrent i625 )). (Ainsi le 
chanoine G. van den Elsen, Nog iets 
over de HH. Martelaren van Gor- 
cum, bl. 2.) 

2. Memoriaal. MS. — Le savant 
chanoine Willibrord Hoevenaars, 
archiviste de l'abbaye de Berne, 
m'écrit au sujet de ce MS : a Het 
kan van groot belang geweest zijn. 
Maar waar is het ? » 

Sources : J. A. Coppens, Nieuwe be- 
schrijving van het Bisdom van 's Herto- 
^enbosch, 1843, III. 2^ afdeeling, pp. 38- 
3g ; — SchiitjeSy I. (1870), pp. 295-6. 

BOSCHMANS (Richard-Gus- 

tave). Né à Aerschot le 7 mai i883, 
il reçut l'habit à Averbode le 11 
oct. 1902, et prononça les vœux 
juste deux ans après (1904). Il fut 
envoyé à l'Institut supérieur de 
philosophie, école de S. Thomas, 
à Louvain. Au mois de juillet 1907, 



BOS 



— î6 — 



BOU 



il acquit le grade de licencié en 
philosophie, et le 25 août suivant 
il fut ordonné prêtre à Namur. Il 
va partir pour le Brésil, pour être 
professeur de gymnase. 

BOSSCHAERTS(Willibrord): 
j'ai donné sa notice dans le I' Vol. 
de ce Dictionnaire, pp. jS-jS. J'ai 
rétracté loyalement la a Note » de 
la p. 76 (entre les nn. 7 et 8), 
lorsque j'ai inséré l'article Miidzaeris 
à la p. 611 du même Vol. Il me 
reste à transcrire ici le titre exact 
d'un petit livre, devenu rare, et à 
en donner la description : 

6 bis. Het leven B. Siardi abt 
des Cloosters Marien-Gaerde in 
Vrieslandt Der Orde van Premon- 
streyt. Desselfs vervoeringhen ende 
de laetste tôt het Clooster van onse 
L. Vrouwe te Tongerloo in Bra- 
bant. Met een aen-voeghsel van 't 
begin, oorsake, ende stichtinghe 
des Cloosters van onse L. Vrouwe 
te Tongerloo.... T' Hantvi^erpen. 
Hieron. Verdussen. 1625, 8». — 
Dans ma BB. 

Ce travail a certainement pour 
auteur le chanoine Willibr. Bos- 
schaerts. Dans l'opusc. latiuy cité 
au no 6, il s'exprime ainsi : quo 
modo ad nos pervenerint sacra 
pignora.... in libello fiandrico suffi- 
cienter a nobis sunt dicta. Notre 
confrère l'a fait publier sous le voile 
de l'anonyme, et l'éditeur Verdus- 
sen l'a offert à Adr. Stalpaert, pré- 
lat de Tongerloo. En voici la des- 
cription : 3 ft. pour la dédicace et 
la table ; pp. 1-68 pour le texte. 
Alors un nouveau titre : Cort 
verhael vanden Oor-spronck ende 
eerste fondatie.... tôt Tongerloo. 
Le verso en blanc, i f. au lecteur, 
7 ft. de texte, et i p. pour l'ap- 
prob. — Cette courte chronique, 
prétendument extraite d'un manu- 
scrit latin du 12^ s., est tout bon- 
nement une fable, fabriquée pour 
dire et soutenir que Tongerloo est 
fille de Prémontré abbaye chef 
d'ordre, au préjudice de la pater- 
nité de S. Michel d'Anvers ! Quel- 
ques chanoines de cette même ab- 



baye de S. Michel ont signalé la 
fraude, et réfuté à l'évidence ces 
prétentions mensongères. (Ex epis- 
tolis quae exstant in archivio Par- 
chensi). Cfr. Waltm. Van Spilheeck, 
p. II de son grand ouvr. de 1888. 
Enfin, dans quelques rares exem- 
plaires, comme celui de ma BB., 
il y a un supplém. de 16 ff. : Cort 
verhael vanden Mirakelen geschiedt 
tôt Huyberghen door het aenroepen 
van ouer-salighen Vader Siardvs. 
(1626-28). A Huyberghen il y avait 
un couvent de Guillel mites, dont 
le prieur, Adolphe Beyharts, fit réim- 
primer « Het leven B. Siardi » de 
notre Bosschaerts. 

12. Ulysse Chevalier mentionne 
l'a Enchiridion De Actis S. Patris 
Augustini » par Bosschaerts, mais 
avec la date de 1669 (?) dans 
son Répertoire des Sources hist. 
du Moyen-âge, i^-'^ fascicule, Paris 
1877, col. 191, S. Augustin. — 
Dans le Catal. de la BB. Casanatense, 
Z, XI. I, on trouve indiquée une 
édition du même opuscule : Parisiis, 
Joan. Couterot, 1672, 12". 

je renvoie à la notice sur Norbert 
Caillieu, Vol. I de ce Dictionnaire, 
p. loi, n" 9. 

BOURGEOIS (Joseph), cha- 
noine de la réforme, docteur en 
théologie. En i685 et années sui- 
vantes il était le secrétaire du P. 
Edmond Maclot, abbé de l'Etanche 
et vicaire général. De 1697 à 17 16 
(?) il remplit les fonctions de prieur 
à la même abbaye. Ce fut le doc- 
teur Jos. Bourgeois qui donna l'ap- 
probation pour la Vie de S. Nor- 
bert, composée par le célèbre an- 
naliste Hugo. (17 sept. 1703.) 

Sources : Vie de S. Norb., 1704, pré- 
limin. — Diimont, Hist. des monast. de 
l'Etanche etc., i853, pp. 248 et 267. 

BOUSEAU (Siger-Otto), cha- 
noine de l'abbaye de Heilissem. 
Etant curé à Bunsbeek lez Tirle- 
mont, de 1687 à 1707, il publia en 
1691 la vie de saint Quirin, patron 
de l'endroit. En 1707 il retourna 
au couvent, pour remplir la charge 
de proviseur. 



BRA 



— 27 — 



BRE 



L'opuscule en question est inti- 
tulé : Leven van den H, Quirinus, 
patroon van Bunsbeek. Mais, com- 
me on le croira aisément, les exem- 
plaires sont introuvables de nos 
jours. 

Source : Bets, Geschiedenis der gemeen- 
ten Oplinter, Bunsbeek enz. — Leuven, 
1870, p. 102. 

BRADITZ (Norbert). I. p. 87. 

Novas res de illo, quà curato in 
Neuburg (1629), habet « Kalender 
lùr Kathol. Christen » Sulzbach, 
1889, p. 79. 

BRANDL (Benoît-Engelbert), 

Bohémien, né à Dobrawod le 2 
sept. 1876. Il reçut l'habit à Tepl 
le 24 sept. 1896, fit sa profession 
en 1901, et fut ordonné prêtre la 
même année. Le 20 janvier 1906, 
il fut créé docteur en philosophie 
à l'université d'Innsbruck. 

Sources : Catal. gêner, igoo, p. 86 ; — 
MS du rév. Mr tàk. 

BRANDL (Caspar-Jean), cha- 
noine de Tepl, sur lequel M^ Xav. 
Klemm m'a. fourni les renseignements 
que voici : natus i Mart. 1673 in 
Landek, candida veste indutus 5 
Jan. 1696, professionem emisit 28 
Mart. 1697. i6g8 missus Pragam 
ad philosophiam, in qua magister 
creatus est. 11 Oct. 1702 primitias 
celebravit. 27 Oct. iyo3 nomina- 
tus est professer theologiae moralis 
in academia domestica. 27 Oct. 
1707 factus est sacellanus aulicus 
apud Serenissimam Principem Ra- 
goziana de Hessen-Reinfel?, qua- 
cum itinera suscepit per Saxoniam, 
Borussiam, Livoniam, Hungariam. 
Domi redux 25 Jan. 171 1 denomi- 
natur cancellarius, 3 Maii 1717 sup- 
prior et secunda vice professor 
theologiae moralis. 3i Mart. 1719 
prior, et perrexit ad canoniam Luca 
ad capitulum provinciale. 9 Maii 
1722 factus est in Cihana curatus, 
ubi 29 Maii 1724 peritissimum hune 
virum abstulit amara mors. Descrip- 
sit sua u Itinera». MS in-folio pp. 
100. 



BRASSART (Pierre), 27e pré- 
lat de Château l'Abbaye, près de 
Saint-Amand et de Mortagne, dioc. 
d'Arras. Il mourut le 3i octobre 
i565, suivant la liste manuscrite 
laissée par Casimir Oudïn, et tirée 
des archives de la dite abbaye. 
Brassart a fourni une Notice his- 
torique en latin sur son couvent, 
à Franc, de Bar, prieur de l'abbaye 
d'Anchin. Ainsi M' l'abbé C. De- 
haisneSy Catal. des MSS de la BB. 
de Douai, 1878, 4° Paris : pp. 53i, 
533, 535. 

Je dois faire remarquer que Bras- 
sart ne s'appelait pas « Olivier » — 
comme il l'avance — mais « Pierre ». 
C'est son successeur dans la préla- 
ture, qui s'appelait « Olivier de 
Bochagen », et qui mourut à Condé 
le 19 juin i58o. Je connais 3 listes 
des prélats de Château-l'Abbaye : 
la !•■£ de Casimir Oudin (1680), qui 
est la plus exacte ; la 2^ se trouve 
aux Annales de Hugo, I. col. 489- 
94 ; la 3^ dans la « Gallia Chris- 
tiana » III, col. 46g, défectueuse 
et incomplète : le nom de Brassart 
n'y figure point. J'ai consulté le 
bel ouvrage de Mi" Le Glay : Ca- 
meracum Christianum, Lille, 1849, 
pp. 336-8. Il nous apprend que 
M. Benezech de St-Honoré, maire 
de Vieux-Condé, a acquis en 1845 
les archives complètes de l'abbaye 
du Château ; elles avaient été con- 
servées par M. Antoine Delvigne, 
dernier abbé de cette maison. Né 
à Hasnon le 23 août 1747, Del- 
vigne mourut à Tournai, en qua- 
lité de chanoine, le 21 avril 1842 : 
il était donc dans la 95^ année de 
son âge. 

BRAUN MAN (Simon) : D Vol. 

pp. 89-90. 

M' le Dr Alph. Bellesheim a pu- 
blié une notice : Der Pramonstra- 
tenserabt Simon Braunman aus Aa- 
chen 1673-1747, dans « Zeitschrift 
des Aachener Geschichtsvereines » 
1897, pp. 216 et suiv. 

BREMS (Ludolphe-Jos.), né à 

Testelt le 7 août 1870. Vêtu à 



BRE 



28 — 



BRE 



l'abbaye d'Averbode le 11 oct. 89, 
il y fit sa profession le 1 1 oct. 91, 
et fat ordonné prêtre le 9 mars 95. 
Après avoir été quelques années 
vicaire à Eynthout, il partit pour 
le Danemark le 29 juill. 1908, en 
qualité de missionnaire ; depuis le 
II" févr. 1904, il y est prieur de la 
mission à Veile. On a de lui : 

De Heilige Bavo en zijne veree- 
ring in de kapel van den Trichel- 
hoek te Eynthout door J. L. Brems 
Onderpastoor. — Averbode-Drukk. 
d. Abdij 1901. pp. 96 petit format. 

BREWER (Arnold), né à Ko- 
nigshoven au pays de Juliers, baptisé 
le i3 février 1667. Il se consacra 
à Dieu par la profession religieuse, 
qu'il fit à Knechtsteden le 11 sep- 
tembre 1689 ; il célébra ses prémi- 
ces à l'autel le 7 avril 1692. Il 
enseigna deux ans la philosophie, 
sept ans la théologie, et fut sous- 
prieur jusqu'à ce que les suffrages 
des confrères relevèrent à la préla- 
ture, le 25 mars 1703. En 1722, 
Brewer se trouva impliqué, malgré 
lui, dans un procès avec la ville de 
Cologne. (Les détails sont donnés 
dans un livre récemment imprimé, 
indiqué parmi les sources.) 

Le digne et laborieux abbé fit 
fleurir la discipline, et s'acquitta 
avec zèle des charges de visiteur 
et de vicaire général. Il fit bâtir 
l'aîle occidentale du cloître, et pla- 
cer un nouveau maître-autel qu'il 
fit polychromer. La mort l'enleva 
à Cologne, en 1728. 

1. Historia Knechtstadiensis pro 
curiositate posteritati concinnata et 
exhibita mense Julio 17 18 a me f. 
A. B. A. K. (fratre Arnoldo Bre- 
wer Abbate Knechtstad.) M. pro- 
pria : pp. 214, et à la fin pp. 2 
pour le « Catalogus omnium Prae- 
latorum Knechtst. » Ces Annales 
MS ont été rédigées d'après les 
chartes originales des archives. Elles 
se trouvaient dans la BB. du cha- 
noine de Knechtsteden, Winand 
Kayser, y décédé en 1842. 

2. Liber copiarum scriptus ad 



usum domus Knechtsteden anno 
1720. (Pag. i) Arnoldus Brewer 
abbas in Kn. manu propria. Ad 
usum abbatis ; eiusmodi librum 
habet f. provisor. — pp. 1450 in 
Folio, avec 4 cartes-plans aux pp. 
1098, II 32, II 58, 1397. (C^* Lacom- 
blet, Urkundenbuch 1 Einl. p. 10.) 

— A Diisseldorf, Archives de l'Etat. 
Au même dépôt, à Diisseldorf : 

Nr. i5^ : Codex in-fol. de pp. 6r, 
vélin : Antiqua specificatio rcddi- 
tuum abbatiae Knechtst. in perga- 
meno conscript. circa an. i38f, ut 
liquet ex num. 352, 353. Posteris 
temporibus accesserunt aliae manus, 
ut coll. ex n. 84 et 322. (Vorn ein- 
gebunden, auf Papier geschrieben :) 
Notationes propria manu Aeg. Hiiis 
abb. electi anno 1497. etc. 

Nr. i5^ : Codex in-40 de pp. 60 : 
Specificatio.... conscripta circa 1 385- 
1389. 

3. Arn. Brewer conscribi fecit 
initio saec. 18 codicem in-fol., con- 
tinentem eadem quae Nr. i5^ et 
15*^ suprà. (Hodie in Wattenscheid, 
Westfalen.) 

Sources : Hugo, Annal. II, col. 12, i3. 

— Ehlen (professor), Die Pramonstraten- 
ser-Abtei Knechtsteden. Geschichte und 
Urkundenbiich. Co'n 1904. 80 pp. 18, 20, 
78-85. 

Dans cette belle monographie de M. le 
\)roiesse\ix Ehle n , nous découvrons quelques 
MSS provenant de Knechtsteden. pp. 18 
et suiv. ; en voici l'énumération : 

10 A Cologne, dans les archives histor. 

— Liber precum in pergameno, cum ini- 
tialibus, saec. i5, pp. 140 ; (Grosze 8 zu 10 
cm). Folio i^-iob Kalendarium ; ad 5 
Septemb. « Octava dedicationis nostrae in 
Knechsteden. » 

20 A Berlin, BB. royale. — Diploma- 
tarium Knechtstcdense, scriptum post 
1738. pp. 72. 

20 Paul. Bibliothek (sic) : Nr. 71g, 
Duodez, Papier ; Memoria defunctorum 
confratrum Knechtstedensium (82 Namen) 
ab ao 1722, fol. 1-21^" Auf den letzten 
Blâttern : Séries praepositorum Cappellen- 
sium de anno i623 et sequentibus. Beide 
von derselben Hand geschrieben ; bis 1780 
von Peter Bongart, von da ab von Aloy 
sius Becker. 

40 A Grefrath lez Kempen. 

I. u Fundatio Kncchtstedetisis y> : histoire 
de la fondation du monastère, brièvement 
continuée jusqu'à 17S0, avec une liste des 
abbés. 



BRO 



— 29 — 



BUY 



2. « Catalogus fratrum » ; courtes noti- 
ces bioo^raphiques sur les religieux de 
Knechtsteden, par ordre chronologique, 
commençant l'an i566, et allant jusqu'à 
1824. — Ces deîix monuments, tirés des 
archives paroissiales de Grefrath, ont été 
publiés par Moore/i, Zxiv GescJiichte der 
Abtei Knechtsteden, in den Annalen des 
historischen Vereins fur den Niederrhein, 
Heft VII, pp. 38-46. Voyez Dr Becker, 
Das Necrologium der vormal. Prâmonst.- 
Abtei Arnstein, Wiesbaden, 1881, p. 91, 
dans les notes. 

50 Séries Praepositorum et Abbatum 
Knechstedensium. M S du 17e siècle con- 
servé à Bruxelles, BB. de Bourgogne, no 
8564 de l'Extrait de l'inventaire général. 
C'est une copie de la main du P. Herman 
Greven, tC65. 

60 A Wattenschcid en Westphalie : 
Ouartband enthalt Beschlùsse des Gene- 
ralkapitels von 1G86 (36 S., gedruckt 1687). 
Angebunden : Abschriften vieler Kapitels- 
be^chlusse und Aktenstucke ; letztere 
insbesondere Knechtsteden betreffend (547 
Seiten). — Je présume que l'imprimé de 
1687 in-40, cité ici par M. Ehlen, est en 
latin. 

BRODREIS (Herman de), 
prélat de l'abbaye de Speinshart, 
de 1778 à 1788. Issu de la noble 
famille de Brodreis, à Riglasreuth, 
il avait fait ses études à Amberg, 
ensuite il avait fréquenté les cours 
de l'université d'Ingolstadt : il y 
fut proclamé docteur en philoso- 
phie et en théologie. 

Ce digne fils de S. Norbert tra- 
vailla avec zèle et succès au bien 
des âmes, remplissant la charge de 
pasteur à Laibach, à Kastl, à 
Eschenbach. Il fut alors nommé 
prieur claustral, enfin élu abbé. Il 
subit la loi commune le 8 septem- 
bre 1788. 

1. Conjointement avec son con- 
frère Guill. Koll, Herman de Brod- 
reis soutint en 1749 des thèses 
« ex Universa Philosophia Aristo- 
telico-Thomistica. » Voyez plus haut 
ma notice sur Gilb. Paricker. 

2. Thèses theologic?e. 

3. Rotulae seu Epistolae mortua- 
les D. D. Confoederatorum Speins- 
hartensium. Impressae. (De obitu 
Ampl. Abbatis Dominici voji Lieh- 
îein). pp. 7 in-folio, 177 1. — BB. 
royale provinciale, à Amberg, en 
1904. 



Source : Georg Bloszner, kgl. Seminar- 
direktor in Amberg : Die Aebte des ober- 
pfalz. Pramonstr. Speinshart (i69i-i8o3), 
Regensburg, 1904, 8° (pp. 92). pp. 5i, 
52, 56 et suiv. L'auteur de cet intéressant 
travail a utilisé entre autres, dit-il pp. 
(IV) et VI : 

Mortuologium pro Fundatoribus, Bene- 
factoribus. Confratribus et Confoederatis 
de Speinshait. MS. — ainsi que 

Annales Speinshartenses 1661-1770. MS. 
lequel, en 1Ç04, était la propriété du rév. 
M. SagstetteV, curé à Tholling, aupara- 
vant à Speinshart même. 

BROUWERS (Jacques), origi- 
naire de Retie, prêtre et chanoine 
de Tongerloo, maître es arts. Le 
27 nov. 1692 il fut nommé « inves- 
titus » de Tilburg ; il mourut en 
1602. (Necrol. Tongerl. 1902, p. 
257.) 

BRUTEL (Jean), religieux de 
S. Yved de Braine, où il fit sa 
profession, docteur en théologie de 
Sorbonne. Elu 27e abbé de Joyen- 
val en i522, il mourut le 16 dé- 
cembre 1528. 

Source : Hugo. Annal. I, col. ;ii. 

BURANY (Grégoire-Henri) : 

Vol. I, pp. 94-95. L'empereur d'Au- 
triche le nomma, le 26 mai 1906, 
prélat de la maison de Csorna. 

BURCHARD : Vol. I, p. 95. 
Hystoria Friderici imperatoris ma- 
gni. — Depuis 1903, il y a un 
exemplaire dans la BB. de M'" le 
prélat Crets, à Averbode ; il fut 
acheté chez le libraire Claudin, à 
Paris, pour 120 francs. 

BURSIK(Ferdinand-J.) : Vol. 
I, p. 96. Ce prélat mourut le 7 
avril 1903. 

BUYSMAN ou BUISMAN 

(Léonard), chanoine de Beaurepart 
à Liège, professeur de théologie 
en 1729-35 ; il fut en outre (i738) 
prieur et professeur de Ste Ecri- 
ture, et en 1742 curé à Louverval. 
Elu abbé le i^ juillet 1749, il 
mourut le 3i juillet 1762. En 1760, 
on commença la reconstruction de 
l'église de Beaurepart. Les travaux 
durèrent 10 ans, et le nouveau 
temple fut béni le 25 janvier 1770. 



BUY 



— 3o — 



BUY 



1. Thèses theologicae, ad men- 
tem Divi Thomx\ De Deo Uno et 
Trino, Angelis & Ilomine. Quas 
Prxside R. D. Leonardo Buisman, 
Ordinis Pryemonstratensis, Abbatiac 
Bellireditûs intra Leodium Cano- 
nico Regulari, & sacrae Theologi;^ 
Professore. Défendent. D. Melchior 
Barviere^ et D. Norbertus Melin 
(sic).... Anno 172g. mensis Octo- 

bris die (2omâ à l'encre) Leodii, 

Typis U. Ansion (sic) propè Patres 
Praedicatores. — Petit in-folio : 
pp. (3)-i3; thèses I-XIV. — BB. 
de Tongerloo, avec toutes les dis- 
sertations qui suivront ici. 

2. Thèses theologicae ad mentem 
Divi Thomas de ultimo fine et ac- 
tibus humanis quas.... Défendent 
D. Fr. Philibertus Dumont, D. Fr. 
Hubertus Aigidii,,.. anno lySo. 
Mensis Octobris die (5 à l'encre).... 
Leodii Typis, (sic) Urbani Ancion. 
Petit in-folio : pp. (3)-i7 encadrées ; 
thèses I-XVII. 

3. Thèses theologicae, ad mentem 
Divi Thomae, de legibus, gratia, et 
virtutibus theologicis. Quas Prseside 
R. D. Fr, Leonardo Buysman 
(sic).... Défendent D. Fr. Gilber- 
tus Bancx, D. Fr. Fredericus Spir- 
let,.., anno 173 1. Mensis Novem- 
bris die (8^ à la plume).... Leodii, 
Typis U. Ancion, 1731. Petit in- 
lolio : pp. (i)-i6; I-XXII thèses. 

4. Directrix omnium Justitia ex 
tutissimis Divi Thomae principiis 
deducta. Praeside R. D. Fr. Leo- 
nardo i5wj5w^ ;;,... Défendent D. Fr. 
Melchior Barbier e, D. Fr. Norber- 
tus MeliUf... Anno 1733. Mensis 
Aprilis, die (en blanc).... Ibid. Ty- 
pis U. Ancion (sic !) Petit in-folio : 
pp. (i)-i5 ; I-XIII chapitres, suivis 
de 4 chronogrammes. 

5. Imago Dei Verbi Incarnatione 
reparata, Sacramentis sanctificata, 
et juxta angelicam Divi Thomae 
ideam exposita. Praeside R. D. Fr. 
Leonardo Buysman^... Défendent D. 
Fr. Hubertus ^gidy (sic), D. Fr. 
Gilbertus Banx (sic), D. Fr. Fre- 
dericus S/^îV/<î/,... Anno 1734., Men- 
sis Novembris, die (9^ à la plume).... 



Leodii, typis U. Ancion, in Plateâ 
PP. Praedicatorum, 1734. — Petit 
in-folio : pp. i-i5 ; I-XIX chapi- 
tres ; 3 chronogr. pour finir. 

6. Veritas via et vita viatori per 
universam Angelici Doctoris theo- 
logiaai prsemonstrata Deo duce Aus- 
pice Deipara Praesidebit R. D. Fr. 
Leonardus Buysman,... Défendent 
D. Fr. Norbertus Meîen (sic), 
D. F. Hubertus Egidii (sic). D. Fr. 
Fredericus Spirlet.... anno 1735. 
Mensis Novembris, die (8 à l'en- 
cre).... Leodii, U. Ancion. — Petit 
in-folio. 

lo Le verso du titre en blanc, de 
même que le recto du f. suiv. ; — 
2^ les armoiries, avec la devise 
« Mature et fortiter » du prélat de 
Beaurepart, Norb. Burnenville ; — 
3^» la dédicace au même, signée 
« Praeses & Defendentes » pp. 2 non 
ch. — 40 Praefatio p. t. — 5» 
Texte, pp. 2-38 ; I-XXIX chapitres ; 
3 chronogrammes. 

7. Thesis theologica de Deo 
Creatore et creatura, ad mentem et 
litteram Divi Thomae exposita Deo 
duce, auspice Deipara. PraesiJebit 
R. D. Fr. Leonardus Buysman,.,. 
Prior, Scripturae sacrae & Theolo- 
giae Lector. Défendent D. Fr. Gil- 
bertus Gulpen. D. Fr. Augustinus 
Gillei.... Anno 1738. Mensis Nov., 
die (en blanc).... Ibid. Typis U. 
Ancion. — Petit in-fol. : à la p. 
3 « Proemium » ; texte pp. 4-12. 
Pour la 1^^ fois, que je sache, on 
ajoute à la fin : Omnia ad majo- 

rem Dei, Deiparae immaculatissimœ 

gloriam (!) 

8. Theologia sacramentalis ad 
mentem Angelici Doctoris. Praesi- 
debit R. D. Fr. Leonardus Buys- 
man.... Pastorin Louverval, & sacrae 
Theologias Lector, Défendent D. 
Fr. Gilbertus Gulpen. D. Fr. Bar- 
tholomasus Ernon. D. Fr. Albertus 
Gkequier.... Mensis Novembris die 
i3. 1742.... Leodii, U. Ancion, 
petit in-folio : pp. 1-22. 

Je l'ai fait remarquer déjà à l'ar- 
ticle de Matth. Blochouse, les exem- 
plaires des traités théologiques, pu- 



CAD 



— 3i — 



CA.P 



bliés par les Norbertins de Beaure- ' 
part, sont rarissimes. En effet, M. 
Xav. de Theux, l'auteur si diligent 
et si érudit de la Bibliographie Lié- 
geoise, 2^ édit., n'en cite pas un 
seul de Buysman, 

Source : le chanoine Davis, notice déjà 
citée sur Beaurepart, pp. 19-20. 

BYMA (Ernest-Jean-Bapt.), 

chanoine de Selau, qui naquit le 
27 juin 1808 à Dolânky, en Bo- 
hême. Vêtu le 3 oct. i835, profès 
du 16 oct. i836, il fut ordonné 
prêtre le 21 déc. suivant. Depuis 
1847 il remplit les importantes fonc- 
tions de maître des novices et de 
bibliothécaire, auxquelles il unit, 
depuis 1849, celles de prieur. Il 
mourut le II août 1869, laissant : 



1. Breviarium confessariorum, 
seu compendiosa instructio practica 
ad munus confessarii recte obeun- 
dum, ex variis auctoribus et ma- 
nuscriptis collecta et in gratiam 
neoconfessariorum compilata. Auc- 
tore Ernest o Byma, professo et 
priore Siloënsi. — MS à la BB. 
de Selau. 

2. Adm. R. et E. D. Antonio 
Rosier, Sacri O. Praem. Siloae ca- 
nonico regulari, Professionis aeque 
ac Sacerdotii Jubilaeo vota, quae 
nuncupavit per E. B. loci commu- 
nitas MDCCCLIII. (i. e. per Er- 
nestum Byma) : pp. 2 in-folio. Est 
Carmen latinum. 

Sources : Catal. O. Praem. Austriae 
i853, p. 77 ; — renseign. reçus de Selau 
et de Pernegg. 



C 



CADUCAN, fils de Fergus, sei- 
gneur de Galloway (en Ecosse) et 
fondateur du couvent de Tonga- 
land, ordre de Prémontré. Caducan 
en fut le premier abbé ; vivant en- 
core en 1225, il mourut peu de 
temps après la bataille de Largs, 
sous le règne d'Alexandre II, roi 
d'Ecosse. 

1. Homiliarum Libri V, MSS. 

2. Spéculum Christianorum. — 
Ce travail fut-il imprimé ? J'ai con- 
sulté Hain, Brunet, C. de la Serna 
y Santander, etc. je n'ai rien dé- 
couvert. Mais sur un catal. des 
libraires E. Baumgartner & C''^, à 
Genève, 9, rue Calvin, je trouve 
au no 6349 : « Spéculum christi / 
anorum multa bona continens. (A 
la fin) Impressum paris, p. magi- 
stru petru Le dru / Anno dni 
M.ccccc. ii. Paris : caract. goth. 
à longues lignes. Sign. a-g. 56 ff 
petit in-80. Sur le titre la marq. 
typogr. de Jehan petit. Très rare. 

Source : John Macgie, à Edinbourg, 
Brockie dans son Ms p. 8457. Ainsi noire 



confrère Mgnr Geudens. dans une lettre 
qu'il m'adressa : il avoue qae le « Sketch » 
de 1878 écrit fautivement « Cadman ». 

(p. 42). 

CAENEN (Jean-. ..Candide) : 
Vol. I, p. 97. 

5. Breviarium Historicum Vete- 
ris ac Novi Testamenti. 1775. F. C. 
Caenen. R(elig.) Av(erbod,) MS de 
362 pp, petit in-40 qui s'arrête aux 
mots : Acta Apostolorum. Il fau- 
drait lire 363 pp., car le n" 23 1 y 
est 2 fois et l'erreur continue. — 
BB. d'Averbode. 

CAPDEQUI (Jean de), abbé 
de S. Jean de la Castelle depuis 
i532, docteur en théologie de Pa- 
ris. Dès cette année il prit officiel- 
lement le titre d'abbé de la Castelle 
et de Sarrance. On le voit aux 
Etats de Béarn, en i558, comme 
prélat de ce dernier monastère ; il 
y donna son opinion sur les ques- 
tions de la foi, de la religion, des 
testaments, de la résidence des cu- 
rés. Jusqu'à deux fois, les Calvi- 
nistes envahirent la Gascogne, et 



CAR 



32 — 



CAR 



les deux cloîtres norbertins eurent 
à souffrir affreusement ; en i568 
plusieurs chanoines furent massa- 
crés, les autres avec Jean de Cap- 
dequi durent prendre la fuite ; en 
1570 la Castelle tut totalement in- 
cendiée par les hérétiques. L'infor- 
tuné prélat résigna, en i583, en 
faveur de son neveu Pierre de 
Lompagieu. 

Sources : Hugo, Annal, i, col. 488 ; — 
M. l'abbé V. Duharat, o. c. 1892, Pau, 
pp. 160-169, où il cite les archives dépar- 
tementales des Basses-Pyrénées. 

CAPUT (Jean), religieux pré- 
montré du monastère d'Ilield, où 
il entra sous le 5^ prévôt et ler abbé 
Vramold. Celui-ci mourut le 4 sep- 
tembre 1258. 

Jean Caput est mentionné dans 
la vaste collection de Pertz, « Monv- 
menta Germaniae historica » Scrip- 
torvm T. xxv, 1S80, pp. 5S7-9, où 
nous lisons : Brevem monasterii 
llfeldensis historiam, praemissis no- 
tis de génère comitum de Honstein 
fundatorum eius, conscripsit, ut 
ipse profitetur, lohannes Caput post 
a. 1296, necrologio et chartis mo- 
nasterii adiutus ; quam nonnisi fine 
destitutam ad nos venisse, dolen- 

dum est. Exstat vero in chartu- 

lario llfeldensi, nunc in archivo 
comitis de Stolberg-Stolberg ser- 
vato.... (G. Waitz). 

CARBON, prieur de Bel val en 
174 1. Il était d'une famille distin- 
guée de la ville de Reims. On a de 
lui : 

Dissertation sur les Arcs de triom- 
phe de la ville de Reims. A Reims 
chez Régnant Florentin, 1739 et 
1740, in 12» pp. 80. 

Ainsi le « Journal des Sçavans » 
[sic] Janvier 1741. Tome I23 à 
Amsterdam, petit format, pp. 69 à 
78 ; à cette dern. page je lis : « Nous 
apprenons que cette Dissertation 
est de M. l'Abbé Carbon, Prieur de 
Belval — Cet Ouvrage, qu'il a com- 
posé en Province & sans les secours 
nécessaires [sic], montre de l'esprit 
& du goût, & donne des espérances 



qui doivent animer l'Auteur à cul- 
tiver ses talens. » 

Note, L'abbaye de Belval, située 
dans l'arrondissement de Vouziers 
(Ardennes), comptait 19 religieux 
en 1768 et en 1789. Elle suivait la 
réforme de Lorraine. 

CARESMAR (Jacques) : Vol. 
I, pp. 104-108. 

2. Sanctus Severus, episcopus, et 
martyr, sedi, et civitati Barcino- 
nensi, noviter assertus, ac vindica- 
tus. Dissertatio historica. Auctore 
admodum R. D. Jacobo CARES- 
MàR (sic) Sac. Theol. Doct. ; Ec- 
clesiae Regalis Monasterii S. Mariae 
Belli-podii Avellanarum Canonico 
Regulari S. Augustini Praemonstra- 
tensis Instituti, ac quondam Ahbate ; 
Regiae Academiae Barcinonepsis 
Socio, etc. etc. — Vici [i. e. Vich] ; 
MDCCLXIV. — Ex Ofïicina Pétri 
Morera. Typographi Semin. Tri- 
dent. Vicen. 

Petit in-40 46 pp. non chiff. li- 
min. ; — pp. 176 chiffrées ; pp. 
16 non ch. Index rerum notabilium. 

Les liminaires comprennent : le 
titre, la dédicace, les approbations, 
une poésie latine à l'adresse de 
l'auteur par son confrère Jacques 
Pascal et Corominas, docteur en droit 
et prêtre de la même église abba- 
tiale ; operis ratio et synopsis. — BB. 
de Tongerloo. 

Une notice sur ce docteur en 
droit se tiouve dans le 2^ Vol. de 
ce Dictionn., pp. 18-19. 

7. Menologimn Praemonstratense. Cet 
ouvrage est mentionné par le P. 
Hurter S. J., dans son « Nomen- 
clator lit. recentioris theologiae ca- 
thol. » Oeniponte, i883. III, p. i3i ; 
il renvoie à Genér (sic) theol. 
dogm. scholastica i, 95, 195. Le 
dit Nomenclator est un travail très 
important et intéressant ; il y a tou- 
tefois plusieurs inexactitudes, ce 
qui n'est pas surprenant dans un 
aussi vaste catalogue. 

8. Ml" Ulysse Chevalier nous fait 
encore connaître un travail MS du 
même savant prémontré : 



CHA 



— 33 



CLE 



Caresmar (Jac), Historia niona- 
sterii B. Mariae Bellipodii Avella- 
narum [Bellpuig de las Avellanas], 
ex antiquis ejusdem domus aliisque 
documentis contexta ( — i33o sic) ; 
MS. 40 — Amat (Fel. Tory es), Me- 
morias para ayudar à formar un 
diccionario critico de los escritores 
Catalanes y dar alguna idea de la 
antigua y moderna literatura de 
Cataluna ; Barcelona, i836, pet. 4° 
à 2 col., xIiv-720 pp. ; — Suple- 
mento à las Memorias..., por Juan 
Corminas ; Bûrgos- Madrid, 1849, 
pet. 40, 370 pp. — Muîîoz, Biblio- 
theca histor. Espana, i856, p. 42. 
— Villanueva, Viage liter. Espana, 
i85o, XII, pp. 76-101. 

Cfr. Ulysse Chevalier, Répertoire 
des sources histor. du Moyen âge. 
Topobibliographie, i^r fascic. A-B 
(Montbéliard) 1894, col. 279 ; 2^ 
fasc. B-E. 1895, col. 6ii-i3. 

CASPAR (Gabriel-Wenc.) : 
Vol. I, p. III. 

I. Spiritus philosophicus. pp. 
53o. 

CASSAGNAVÈRE (Aug.- 
Everm.) : ibid. Il vivait à Paris 
en 1894, comme prêtre séculier. 

GAUCHIE (Jean) : Vol. I, 

pp. II2-Il3. 

L'éloge de ce curé prémontré se 
trouve dans les <( Acta Sanctorvm » 
Maii T. I, Antv. 1680, pp. 260, 
261. 

I. Vita S. Germani Episcopi 
Martyris, scripta a R. P. Joanne 
Bollando S. J., et per D. Joannem 
Cauchium typis vulgata anno 1645, 
unà cum Vità Gallicd. — 2^ editio 
i665. 

Item : Historia translationum 
Auctore D. Joanne Cauchio (nuper) 
composita. (Acta SS. in T. eodem 
pp. 269, 270.) 

CHALUPA (Théodore-Aloïs), 
chanoine de Tepl, qui naquit le 9 
juin 1873 à Vienne (Funfhaus). Il 
reçut l'habit le 17 sept. 1893, pro- 
nonça les vœux le 4 oct. 1896, et 
fut ordonné prêtre le 28 mars de 



l'année suivante. Professeur de phi- 
lologie au gymnase de Pilsen, il fut 
promu docteur en philosophie à 
l'université d'Innsbruck, en 1905. 
(Catal. gênerai. 1900, p. 83 ; ren- 
seignements procurés par M. Alph. 
Zâk.) 

CHARWAT (Thierry-W.) : 
Vol. I, p. 117. 

1. Rzec o starosti, a péci rodisu, 
Kterau o swé ditky wzdy mjci magj. 
W Praze 1782, pp. 18 et ff. 2. 
Ainsi le .( Katalog io3 v. Ludw. 
Rosenthal » Mùnchen, n^ 169. 

CHMEL (Otto) : Vol. I, pp. 
119-20. 

Ce savant religieux de Kloster- 
Bruck naquit le 6 janvier 1709, à 
Tieschetitz lez Prossnitz. Le 3 juin 
1752 est la date de son décès. 

2. Son livre, imprimé en 1738 à 
1 Znaim, a paru aussi avec le titre 

suivant : Séries fundationis Lucen- 
sis et Abbatum ejusdem, cum an- 
nexis ex universa philosophia the- 
sibus, quas ad mentem Divi Tho- 
mae in regia canonia Lucensi, 
sacri Ord. Praem., praeside P. 
Melch(iore) Klemer^ ord. can. reg. 
défendent Greg. Lamhek et Cyr. 
Gôtzl. Znoymae, 1738. 

De son côté, mon érudit colla- 
borateur de Pernegg, le chanoine 
Zdkj cite plus d'une fois le même 
ouvrage sous le nom de Mikosh 
(Max.). Voyez son consciencieux tra- 
vail : Das Chorherrenstift Pernegg, 
1900, Wien, pp. 3, 9, 10, dans les 
notes. 

CHYDYNSKA (Anna), reli- 
gieuse de Zwierzyniec, brodeuse 
d'or particulièrement habile et ré- 
putée ; elle vivait vers la fin du 
i7<^ siècle et au commencement du 
i8e. D'autres norbertines ont été 
de vraies artistes en ce genre ; mais 
leurs noms sont restés inconnus. 
(MS du 9 févr. 1897 de Sœur An- 
drusikiewicz.) 

CLEMENT (Jean-François) : 

Vol. I, p. 124. 

I. Compendium quo Synodi pro- 



EçRiVAiNs, Artistes et Savants (t. m) 



CLE 



34 - 



coc 



vincialis Ultrajectensis et dioece- 
sanae Buscoducensis necnon Ultra- 
jectensis puncta disciplinaria in 
unum collecta et conserta sunt. — 
Gestel St. Michaëlis, 187 1, pp. 104 
et IV, 80 (typogr. instituti surdo- 
mutorum). 
2. pp. 35o. 

Rectification. 

Clément Langihon fut-il chanoine 
prémontré ou bien chanoine régu- 
lier de l'ordre des augustins ? Plu- 
sieurs écrivains, tels que Pennotus, 
Vossius, Pitsaeus, Possevin, Jocher, 
(tous cités par Georges Lienhardt), 
le P. Milante continuateur du do- 
minicain Sixte de Sienne [voyez 
l'tt Auctarium » de la « Bibliotheca 
Sancta » Neapoli 1742, I. p. 514, 
col. I.] avancent que le dit Clément 
était un chanoine augusiin (1170). 
Son nom de famille était « Lang- 
thon )). Notre confrère Lienhardt, 
Spir. lit. Norb., p. i85, prétend 
que le même Clément, florissant 
(dit-il) vers la fin du t2^ siècle, 
était membre de l'abbaye norber- 
tine de Langdon. Or celle-ci fut 
fondée seulement en 1212, étant 
une fille de la maison de Leiston 
ou Leyston. — Pourquoi Lien- 
hardt écrit-il (( Langdhonensis » au 
lieu de « Langthon » ?... Son obser- 
vation critique à la même p. i85 
ne tient pas debout. 

Celui qui en désire davantage 
peut consulter l'ouvrage suivant de 
Dom Francis A. Gasqtiet, O. S. 
Ben. : Collectanea Anglo-Premon- 
stratensia, Vol. I, London, 1904, 
pp. viii et (ix) où se trouve « Ar- 
boris Premonstr. ramus Anglica- 
nus.... )) 

CLEMENTSO, savant prélat 
de Tepl de 1887 à igoo. Voici 
sa notice, extraite du catalogue 
général : 

CLEMENTSO (Alfredus-Am- 
brosius), Bohemus, Egrensis. Sacri 
ac canonici ordinis praemonstra- 
tensium ducalis ecclesiae Teplenae 
B. M. V. annunciatae Abbas, vica- 



rius generalis circariae Austriac^e, 
inclyti regni Bohemiae praelatus in- 
fulatus, c. r. Austriaci ord. Franc. 
Jos. Commendator, C. R. Gymn. 
Pilsn. Intendens, AEp. consistorji 
Prag. consiliarius, notarius aep., 
plurium civitatum civis ad hon., 
complurium societatum membrum 
activum, etc. etc. 

Natus 28 Oct. i83i. 

Vestitus 23 Sept. 1849. 

Professus 25 Sept. i853. 

Ordinatus 26 Julii 1854. 

Abbas electus 14 Sept. 1887. 

Infulatus i5 Sept. 1887. 

Vicarius gen. 19 Junii 1889. 

Obiit ig Julii 1900, ipso festo 
B. Hroznatae, cujus cultum zeloso 
corde promoverat. (Ex Catal. gen. 
1900.) 

COBBAERT (Pierre) : Vol. I, 
pp. 125-6. 

I. Nous avons à la BB. d'A- 
verbode un exemplaire de la 1^ 
édition : Rhythmica Considera- 
tio Altitudinis Consilij Divini svptr 
salvte gencris hvmani, Ex Sanc- 
tissimo & irrefragabili Ecclesiae 
Doctore Avgvstino, Episcopo Hip- 
ponensi, proposita Per D. ac Fr. 
Petrvm Cobbaert, S. T. Licent. 
ejusdemque quondam Professorem, 
Abbatiae Ninivensis Canonicum 
Norbertinum, Pastorem in Liede- 
kercke. Editio secmida, auctior et 
correctior. Bruxellis, Apud Mar- 
tinvm de Bossvyt, 1647. Petit 80. 
Après ce titre, exactement transcrit, 
la dédicace aux 8 prélats (comme 
dans la 3^ édit.) pp. (3)- 16, puis 
17-143, et Censvra p. i non ch. 

COCQ (Florent de) : Vol. I, 
pp. 127-9. 

II. Description bibliographique : 
Conversio vera et Apostolica, in 
qva Tota Justificationis peccatoris 
œconomia, ex admirabili conver- 
sione Apostoli Pavli Exhibetur, & 
Sanctorum Ecclesiae Patrum, ac 
Doctorum placitis Theologicè con- 
firmatur : Authore Florentio de 
Cocq. Leodii, Apud, [sic] Anto- 
nivm le Noir i685. Petit in-8o : 



CRA 



35 



CRU 



ff. 3 non ch., pp. 1-256, ff. 5 non 
ch, — BB. d'Averbode. 

COOLS (Guillaume), chanoine- 
prêtre de Tongerloo, digne d'une 
mention spéciale, quoiqu'il n'ait 
rien publié. Il naquit à Geel le 7 
septembre 1743, et prononça les 
vœux le 2 février 1765. Bachelier 
formé en théologie, il enseigna cette 
science à ses jeunes confrères (1772), 
fut pénitencier à Duffel (1781), et 
curé à Duizel (1791). H mourut le 
i5 février 1827, méritant cet éloge 
remarquable*: Cum nonnisi studium 
cordi haberet, tam quoad huma- 
niora quam quoad theologica, liben- 
terque alios etiam instrueret, varii 
ad ipsum confluebant, maxime ob 
miseras temporum circumstantias, 
quos omnes humane excipiebat 
in domum, in quantum possibile 
recipiebat, alebat, instruebat, e qui- 
bus non pauci in viros doctos eva- 
serunt. (Ê Catalogo Necrologium 
Tongerl. 1902 editum, p. 33.) 

CRAFTO de BEDENDORF, 

22^^ prélat de l'abbaye de Rommers- 
dorf, de i3ii (?) à i33o, année de 
sa mort. Les Annales de l'Ordre le 
louent comme « vir sermone potens 
& populorum applaudentium con- 
cursu stipatus, in Diœcesi Metensi, 
maximam suo tempore sibi famam 
passim praedicando adeptus est «. 
(II. col. 692). 

Cet orateur si populaire obtint, 
en i3i7, une faveur à coup sûr 
extraordinaire. Le fait est relaté 
par Holzer^ De proepiscopis Trevi- 
rensibus, p. 28 ; par Giinther et 
Wegeler, o. c. plus loin : je trans- 
cris textuellement. 

Frater Hartungus Dei gracia Ma- 
cerhensis episcopus, coadjutor in 
pontificalibus reverendi domini in 
Christo patris et domini, domini 
Baldewini sancte Treverensis eccle- 
sie archiepiscopi, venerabili in 
Christo domino, domino Craftoni 
abbati in Romerstorf sinceram in 
domino karitatem. Piis vestre devo- 
cionis precibus inclinati concedimus 
tenore presentium de omnipotentis 



Dei misericordia et beatorum apos- 
tolorum Pétri et Pauli auctoritate 
confisi, ut, quociescunque contingat 
vos sermonem facere pro religiosis 
vel secularibus, possitis dare XL 
dies indulgencie omnibus ibidem 
presentibus et confessis. Datum a. 
d. MCCCXVII die animarum. 

Je trouve les noms de cet abbé 
norbertin écrits diversement : Crafï- 
to de Bettendorff, Kraft von Ben- 
dorf. 

Sources : Becker, 1881, Das Necrolo- 
gium,... Arnstein, p. 90, avec note au 6 
avril ; il cite « Metropolis eccl. Trev. » 
II. p. 22. — Giinther et Wegeler, 1882, 
Die Pramonst. Abtei Rommersdorf, pp. 
47, 48, et plus loin p. 35 du « Codex di- 
plomat. Rommersdorf. « 

CRAMATTE (Imier, en latin 
Himerius), né à Montignez le V 
novembre 1765, chanoine de Bel- 
lelay, où il fit sa profession en 
1786. En 1795, après la chute de 
Robespierre, les supérieurs de l'ab- 
baye rouvrirent les portes du pen- 
sionnat y annexé à un certain nom- 
bre d'élèves : ils furent placés sous 
la direction du savant P. Imier. 
Le i5 décembre 1797 amena irré- 
vocablement la suppression de Bel- 
lelay et de son collège, comptant 
alors 100 et quelques élèves. Le 
chanoine Cramatte, expulsé, devint 
instituteur à Nyon et ensuite dans 
le Wurtemberg. Rentré en Suisse, 
il obtint une place de professeur 
au collège de Porrentruy, où il fut 
principal de 1817 à i833. Il est mort 
en retraite à Montignez, le 27 sep- 
tembre 1848, ayant 83 ans à peu 
près. (Saucy, o. cité souvent, 1869, 
pp. 237, 323.) 

CRU NET (Augustin), religieux 
de Ninove, dont le talent est loué 
en ces termes par Ferd. Van der 
Haeghen, prélat de la même ab- 
baye : Nous avons eus (sic) un 
certain Augustin Crunet, le plus 
habile organiste de son temps qui 
dans un concours d'une infinité 
d'organistes a remporté la victoire 
et un prix de valeur que nous pos- 



DAE 



— 36 — 



DAE 



sédons actuellement sous l'archiduc 
Léopolde (sic). — Lettre du 4 mai 
1726 a l'abbé d'Etival, C. L. Hugo, 



publiée par Dom U. Berlière, Notes 
sur les manuscrits de l'abbé Hugo, 
1898, pp. 57-58. 



D 



DACHET (Joseph), de Namur, 
né en 1747, vêtu à l'abbaye de Flo- 
reffe le 8 décembre 1768, à l'âge 
de 20 ans et 10 mois, profès le 24 
juin 1770, prêtre le 14 mars 1772, 
vicaire à Senenne en 1776, à Grand- 
Leez en 1780, sous-prieur de Wanze 
en 1784. Il fut sécularisé en 1788 
pour motif de santé. (Ainsi M. le 
ehan. V. Barbier, Hist. de l'abb. 
de Floreffe, 1892, I, p. 453, n^ 14.) 

On a de Dachet un ouvrage sin- 
gulier, intitulé : 

Tableau historique des malheurs 
de la substitution, par M. d'Aché. 
(sic) A Voroux Goreux, chez l'au- 
teur» Julliet (sic) 1809-1812, 5 tom. 
en 6 vol. in-8. 

Ces 6 volumes sont l'œuvre d'un 
fou. L'auteur, ancien moine de 
l'abbaye de Floreffe, se prétendait 
le frère aîné de Louis XVL II avait 
installé à Voroux-Goreux, près de 
Liège, une imprimerie particulière 
qui lui a servi à imprimer son livre. 
Tous les exemplaires furent saisis 
et mis au pilon, sauf 5. Celui-ci 
provient de M. Alph. Polain qui a 
ajouté à la fin qq pièces justificat. 
mss. Il renferme la i^e feuille des 
2 ff. imprimés du 6^ tome ou y^ 
vol. — Voyez le Catal. Xav, de 
TkeuXj Gand, 1903, Camille Vyt, 
p. 8, n" 9. Fut vendu 5o francs. 

DAEMS (Servais-Domi- 
nique) : Vol. I, pp. i56 à i58. Cet 
illustre poëte flamand, qui fut l'une 
des gloires les plus pures de l'abbaye 
de Tongerloo, fut élu, le i5 novem- 
bre 1899, directeur de l'Académie 
flamande pour l'année 1900 : il en 
était membre depuis le 27 oct. 1886. 
L'arrêté royal, ratifiant cette élec- 



tion, date du 29 novembre 1899. 

Notre vénéré confrère, que le roi 
Léopold II avait nommé chevalier 
de son ordre, le 12 mai 1900, mou- 
rut le 3o juillet 1903.*' 

18. Het lijdend Hart van Jésus. 
5de Uitg. Antw. 1899, in-32'>, VIII- 
3oo blz. 

22. Blinde Agnes. 1902, ô'^'^ Uitg. 

5o Des phesters zege. Liederen- 
trits. 1894 Leuven, in-S^, 24 bl. — 
1896. 

53, Daems' Kanselstoffen. Aver- 
bode Drukkerij van J. van der 
Linden, 1895. I : bl. XII-376 ; 

— II, 1897 : bl. 392 ; — III, 1897 : 
bl. 391 ; — IV, 1899 : bl. 388 ; 

— V, 1902 : bl. 376 ; — VI, 1904 : 
bl. 38o; — Vît, 1905 : bl. 376. 

55. Hilda Ram. (In Dietsche 
Warande en Belfort, 2^^ jaar, n" 
9-10, bladz. 260296). — C'est une 
notice biographique de M'ie Ma- 
thilde Ramboux, décédée à Anvers 
le 12 juillet 1901, avec une courte 
critique de ses poésies flamandes 
si appréciées. La même notice a 
été reproduite en 1902, dans le re- 
cueil que M»" Daems fit paraître sous* 
le titre de « Sprokkelingen van 
verscheiden aard » pp. (2o6)-248. 

56. De laatste kinderen. Lier, 
Jozef Van In & Ci^ in 12». 

57. Aan den dood ontrukt. Ibid. 
in- 130. — Nieuwe uitgave. Aalst, 
De Seyn-Verhougstraete, 1898, pp. 
18 in-80, met I plaat. 

58. Een klaverblad uit het veld 
van G. L. V. van Overwinningen. 
Lier, 12°. 

59. De martelaar van Dinevawr. 
Ib. 120. 

60. O. L. Vrouw van Scherpen- 
heuvel. -— Lier, Van In & O^, in 12° 



DAE 



37 - 



DAM 



61. Een bezoek aan O. L. V. 
van Tongre. — Lier, 12°. 

62. Van Janneken en Mieken, 
die naar O. L. Vrouw om eten 
gingen. Lier, 12^'. — Nieuwe uit- 
gave. Aalst, De Seyn-Verhougstrae- 
te, 1898, bladz. 2g in-S^, met 3 
platen. 

Sur le verso de la couverture de 
cette dernière publication, nous 
trouvons une liste d'ouvrages du 
chanoine DaemSy qui furent réédi- 
tés chez le même libraire, à Alost. 

Schetsen en Vertellingen. L 2.^ 
uitgave, met 5 platen. IL 2^ uitg., 
met 3 pi. — Blinde Agnes. Met 
I plaat. — Arme Lijderes. 4e druk, 
met I pi. — De Onsterfelijke. — 
Een Klaverblad. Met i pi. — De 
Martelaar van Dinevawr. Met i pi 

— De Laatste Kinderen. Met i pi 

— Luit en Fluit. Gedichten. 

63. Levensschets van Frans Wil 
lems briefwisselend lid (der Ko 
ningl. vlaamsche Acad.). Gent, A 
Siffer. 1897, bladz. 38 in-8o. 

64. De Kongozending. I^ieder 
krans den Hoogw. H. Fr. Adrianus 
Deckers, Abt der Norb. zending in 
Kongo, bij zijne zegening den 19 
maart 1898 opgedragen. — Ton- 
gerloo drukk. d. abdij, bladz. 8. 

65 De Onsterfelijke — De toe- 
komst der Kerk in tafereelen uit 
haar verîedene. Aalst De Seyn-Ver- 
hougstraete, 1899, bladz. 52 in-8« ; 
inhoud i bl. 

66. Eene eeuw van strijd. — Re- 
devoering in de plecht. openb. zit- 
ting der Koninkl. VI. Acad., den 
2'7 Juni 1900. Gent, A. Siffer, 1900, 
bladz. 38 in-So. 

67. Sprokkelingen van verschei- 
den aard door Kanunnik S. Daems, .. . 
(Lid) der Maatschappij van Nederl. 
Letterk. te Leiden, enz. 

Recht over den titel is een schoon 
portret van den schrijver ; op verso 
(( Uitgegeven door De Seyn-V. » 
Aalst, 1902. bladz. 281 in-80, — 2 
bladz. Inhoudstafel, — i bl. : He- 
den II maart 1902 zijn deze Sprok- 
kelingen afgedrukt door Verbeke- 
Loys & Zoon te Brugge enz. — 



Bl. i36 portret van J. A. Van 
Dioogenbroeck (Jan Ferguut) ; bl. 
166 portret van Frans Willems ; 
bl. 206 portret van Hilda Ram. 

68. Treurzang bij de benoeming 
en de wijding van Mgr Th. Lud. 
Heylen tôt Bisschop van Namen, 
28 Nov. 1899. (2 blz.) 

69. Sinte-Dimphna, Cantate ter 
eere der H. H. Martelaars Dimphna 
en Gerebernus (600-1900). Muziek 
V. G. Nauwelaers. Piano en zang, 
67 blz. Gent, M^^e Beyer, 1900. 

Ouvrages à consulter : Waltm. Van Spil- 
beeck, Levensschets van Kanunnik Servaas 
(Domien) Daems. Gent, 1904. A la p. i8 
on trouve les titres de plusieurs petits 
écrits de Daems. — W, Van Neylen, Be- 
knopte geschied. d. Nederl. Letterk. III, 
Lier, igoS, pp. io5-7 ; Eene voorlezing 
over Kanunnik Daems. Lier, igoS, pp. 63 
in 80. 

DAMIAN (Jean), abbé de Ton- 
geland en Ecosse, était le médecin 
du roi Jacques IV. — Ainsi Mgr 
GeudenSj A Sketch of the Premonstr. 
Order, 1878, p. 42. Où a-t-il trouvé 
ce renseignement ? 

DAMMIUS ou VAN DAM- 
ME (Philippe), né à Bruges d'une 
famille noble. Il se consacra à Dieu 
par les vœux de religion à l'abbaye 
de Furnes, et acquit le grade de 
bachelier en théologie. Son prélat 
Robert du Flocq, peu de temps 
avant sa mort, le nomma prieur. 
Les confrères mirent Philippe à 
leur tête comme abbé, en i588, et 
il était digne de cet honneur. Pierre 
de Waghenare, l'historien de S. Ni- 
colas de Furnes, fait son éloge en 
ces termes : Ingenio fuit vivacissi- 
mus, judicio acerrimus, & eloquen- 
tiâ adeo eminens, ut omnibus esset 
admirationi. — Le prélat eut tou- 
jours à cœur d'envoyer quelques 
bons sujets à Douai, pour y suivre 
les cours de philosophie et de théo- 
logie : parmi eux Bécard, Ribal- 
tius, Manar, Roëls et Bossaert se 
distinguèrent par leur profonde éru- 
dition. L'humilité de l'abbé Phi- 
lippe lui fit refuser l'évêché de 
Bruges. Après des maladies cruelles, 



DEE 



— 38 — 



DEG 



héroïquement endurées, il succom- 
ba le 28 mars 1616 : il était dans 
la 6"]^ année de son âge, et la 50^ 
de sa profession. 

J'ai sous les yeux i feuillet in- 
folio, que j'ai en communication 
grâce à M^' Nols, Prélat du Parc 
(1904). Je transcris fidèlement : Die 
Lunae, 26 Septemb. Anno iSyS. 
IHS Qvœstio theologica. An Sanc- 
torum inuocatio, Reliquiarum, Ima- 
ginumque apud Catholicos vsitata 
& approbata veneratio, orthodoxae 
& Christianse doctrinae sit consen- 
tanea ? Propositiones (3). — Con- 
clvsio 1^-4^ F. Philippus Dammius 
Brugensis, S. Nicolai prope Fur- 
nas Religiosus. Sine loco, sine no- 
mine typographi. — Archives de 
l'abbaye du Parc. 

Sources : P. de IVaghenare, o. c. i65r, 
pp. 431-3. — Hugo, Annal. II, col. 355-6, 

DANDELLE (Mathurin), pro- 
fès de Tabbaye chef d'ordre {?). Il 
était licencié en droit canon. Le 
chapitre général de i534 le nomma 
vicaire du monastère de Prémontré. 
Voyez les Annales de Hugo, I, col. 
38 ; et Blanpain, Jugement des 
écrits de M. Hugo, 1736, 8^ p. 68, 
où il cite les actes du dit chapitre. 

DEENS (Jean-Jacques) : Vol. 
I, p. 171. Le 8 nov. 1899, je reçus 
la lettre suivante du rév. M^ Valve- 
kens, qui était alors bibliothécaire 
à Averbode : 

Mon cher confrère. 

A la page 171 de votre Biblio- 
graphie vous renseignez un MS. 
« Vita B. Arnikii » etc. acquis par 
Ml le Prieur chez Rosenthal. Vous 
supposez que ce MS. doit être attri- 
bué à J. Deens de Diligem. Cette 
supposition est parfaitement fondée. 
Je possède un autre MS. sur le B. 
Arnikius signé par Deens, En colla- 
tionnant les 2 exemplaires on voit 
immédiatement que c'est le même 
travail, et, chose curieuse, identi- 
quement la même écriture. J'ose- 



rais même certifier que les deux 
MSS. sont des autographes de 
Deens. 

Le texte latin est le texte de 
Hoochlant, à part quelques rares 
variantes, portant plutôt sur la con- 
struction grammaticale des phrases 
que sur l'histoire. Le texte fran- 
çais et les notes latines seuls doi- 
vent donc être attribués à Deens. 

Voici, en quelques mots, la des- 
cription de mon exemplaire : 

10 Dédicace à l'abbé Fréd. Van 
den Panhuysen (6 pages non nu- 
mérotées). 

2^ Prsefatio ad Lectorem candi- 
dum (p. I à 12). 

30 Vita B. Arnikii (p. i3 à 72). 

40 La Vie du B. Arnikius (p. 
73-i3i). 

5" Notationes in B. Arnikii vi- 
tam (p. i33-236). 

6° Conclusio (p. 237 à 259). 

Dans la conclusion, Deens donne 
la liste des abbés d'Averbode, avec 
les armoiries des prélats depuis 
Barthél. de Valgaet jusqu'à Van 
den Panhuysen. 

L'exemplaire de Rosenthal ne 
renferme que la a Vita » et la « Vie » 
sans notes, sans dédicace, sans pré- 
face. 

Je viens de découvrir, dans un 
tas de vieux papiers jetés au grenier, 
une vie manuscrite du B. Arnikius 
en vers latins, in-40. Elle doit être 
de la fin du XVI P s. Malheureu- 
sement elle est anonyme et incom- 
plète. Je n'ai pu en trouver que 
44 pages portant environ 800 vers. 

La vie en question doit être 
longue, car avec ces 44 pages l'au- 
teur n'est arrivé qu'au chap. IV 
de Hoochlant. 

DE GROOT (Siard-Lambert), 
L volume de ce Dictionnaire, pp. 
171-2. 

Depuis le 20 févr. 1901, ce cha- 
noine remplit à Rozendaal les fonc- 
tions de curé. 

4. De Norbertijnsche Maagd en 
het Allerheiligste Sacrament des Al- 
taars, door de Eerw. Moeder Maria 
van 't heilig Kruis...uit het Fransch 



DEL 



- 39 - 



DEN 



vertaald door S. de Groot. — Aalst, 
De Seyn-Verhougstraete, 1904, pp. 
82 kl. 8^. 

DE HAES (Gerlac-Jean), cha- 
noine de l'abbaye du Parc, qui 
naquit à Turnhoul le 19 oct. 1873. 
Vêtu le 9 oct. 1892, profès le 8 
sept. 1894, ^^ ^^* ordonné prêtre 
le 25 juill. 1897. Après avoir été 
cellérier, il fut vicaire à Havelange 
depuis le 10 oct. 1903, et nommé 
curé à Tillier (Leuze) à la fin de 
septemb. 1907. 

1. Thèses quas.... ex auctoritate 
Rectoris Magnifici Adolphi Hebbe- 
lynck,... Praeside Albino Van Hoon- 
acker,,.. pro gradu Baccalaurei 
in S. Theologia, in Universitate 
cathol., in oppido Lovan.,... pu- 
bliée propugnabit... Jcanms Ger- 
lacus De Haes... Die IV m. Julii, a. 
MDCCCXCIX. - Lov., J. van 
Linthout. 14 thèses, pp. 4 non 
ch, in-80. Dans ma BB. 

2. Chronologie de l'abbaye du 
Parc. — Elle est insérée dans la 
revue de cette abbaye : « Biblio- 
thèque Norbertine » 1900 à 1906, 
gr. 80, commençant à la p. 129 
de la livraison de Sept, igoo, et 
finissant à la p. 259 de la livr. de 
Nov. 1906. 

DE LA FLÈCHE (Prosper) : 
Vol. I, p. 173. Voici, suivant le 
nécrologe de l'abbaye du Parc, la 
notice de ce confrère : Né à Bru- 
xelles, le 8 décembre i632 ; profès 
de 1654, prêtre de 1657, bachelier 
en théologie (1661), lecteur en théo- 
logie et vicaire à Corbeek-Loo 
(i663), curé du couvent (1668), 
licencié en 1671, chapelain de son 
prélat (1672), recteur de la chapelle 
de N. D. au-Bois (1675) ; curé de 
Tervueren en la même année, rap- 
pelé au couvent pour cause de dif- 
famation en 1681 ; envoyé à l'ab- 
baye de Saint-Feuillien (i685) et à 
celle de Ninove (1686), où il en- 
seigna la théologie : il y mourut 
subitement le 16 juillet 1694. « Fuit 
vir honeste doctus, concionator fa- 
mosus ». 



Sources : Raph. Van Waefelghem, Né- 
crol. du Parc, 1906, pp. 291-3, où il cite 
« Cathal. Fratr. Parch., fo 201^0 » et ajoute 
« Bijdragen» juin 1905, pp. 286-7. 

DE LA HAYE (Roland), né 

à Bruges, le 8 janv. i663, se con- 
sacra à Dieu par les vœux de reli- 
gion en i685, à l'abbaye du Parc, 
et fut promu au sacerdoce en 1687. 
Bachelier en théologie depuis 1691, 
il fut « prior vacantiarum » à la 
même époque ; lecteur en théologie 
à Tronchiennes (1694), ^^ à Parc 
(1699). Après avoir acquis, en la 
dernière année, le grade de licen- 
cié, il fut nommé prévôt des nor- 
bertines à Oosterhout, en 1701. Il 
y trépassa le 27 mars, 1727 « ipsis 
statibus hollandinis charus ». 

1. Thèses theologicae. Lovanii. 

2. Sermoonen of om béeter te 
seggen puntiens onthouden uijt de 
Sermoonen van den Eerwerdigh- 
sten Heer Heer Roîandiis de la Haye, 
proost van Sint-Catharinen-Dal. 

Papier ; 220 feuillets, plus cinq 
de garde. (Tafel of blatwijser F. 
l38v); 0"^ 205 XGni, 16; XVIIfe 
siècle. F. 2, il y a la note : Desen 
boeck hoort toe Maria Anna Smits 
Beggyntien tôt Turnhout. Desen 
Boeck is gemaeckt van haere ma- 
tant Religieus int clooster van S*- 
Chatharina Dal tôt Oosterhout. 
Den inhout sijn sermoonen die de 
selve persoon onthouden heeft die 
dier tijdt van heeren proost gepre- 
dickt sijn in hunne Abdij cft Cloos- 
ter ». Ce volume a été acquis à 
une vente de livres chez Fiévez, 
le 7 oct. 1901 (n. 1481 du catal.), 
pour fr. 37,20. Reliure du XVIIIe 
s., veau brun estampé; restes de 
fermoirs en cuivre. 

Ainsi le Catalogue des ^lanu- 
scrits de la BB. roy. de Belgique 
par J. van den Gheyn, S. J., t. III, 
Brux. 1903, pp. 261-2, n» 2o36, 
cote de l'inventaire II. 2772. 

Source : Raphaël Van Waefelghem, Le 
Nécrol. de l'abb. du Parc, igoS, p. i33 
où il cite : Cathal. l'ratr. Parch., fo 253^o. 

DENGLER (Siard-Antoine), 
né à Holkirchen, en Autriche, le 



DEV 



— 40 — 



DEW 



25 mai lySo. Il reçut l'habit à 
Schlagl le 8 sept. 1753, y pronon- 
ça les vœux le 29 sept, de l'année 
suivante, et fut élevé à la prêtrise 
le 6 avril 1756. Il étudia le droit 
à Prague en 1761, et à Vienne en 
1762. Le 8 févr. 1763, les suffrages 
de 27 capitulaires le placèrent à la 
tête de l'abbaye ; ils n'eurent point 
à regretter le choix qu'ils avaient 
fait, car Siard fut un supérieur 
très laborieux et un administrateur 
économe. Il est le fondateur des 
paroisses d'Opping etdeSchwarzen- 
berg, des vicariats de Friedberg et 
d'Ulrichsberg. Assesseur aux états 
provinciaux en 1766, élu député 
ordinaire en 1768, il était univer- 
sellement chéri à cause de son pa- 
triotisme. Dengler mourut le 3o 
décembre 1797, laissant : 

Zahlreiche Schriftstùcke und Auf- 
zeichnungen von seiner merkwûrdig 
aussehenden Handschrift. (Archiv. 
Haus-u. Convent-Sachen, LadelX). 

Sources : Laur. Prôll, Geschichte.... 
Schlagl, pp. 12, 3i5 à 339, et Catalogua 
1887, p. 33. 

DE VADDERE (Adrien) : Vol. 
I, p. i85. Né à Louvain, le 9 août 
i65g ; profès de 1681, prêtre de 
i683, sous-prieur et maître des no- 
vices (1689), prieur depuis 1692, 
curé de Cortrijck-Dutzel (1698). Il 
mourut à Louvain, le 27 avril 171 1 
(Nécrol. de Parc, igoS, p. 177). 

I. Ml Edw. Van Even, en son 
vivant archiviste de la ville de Lou- 
vain, a écrit ces lignes dans la « Bi- 
bliothèque Norbertine » 5^ année, 
Juin. 1903, pp. iSg-iôi : 

Le prélat Th. van Tuldel érigea, 
en i486, à son abbaye du Parc, 
une Gilde d'archers, qu'il plaça 
sous l'invocation de SS. Ouirin et 
Sébastien, martyrs. Les statuts de 
cette association furent approuvés 
par la Gilde suprême des archers 
de Louvain. Elle avait donc un 
caractère officiel en Brabant. Cette 
Gilde avait pour mission la défense 
de l'abbaye, tout en procurant aux 
campagnards un agréable délasse- 
ment.... Le prélat du Parc était le 



hoofdman ou chef honoraire de Tas^ 
sociation. Les statuts furent renou- 
velés sous le prélat Ambr. de An- 
gelis, le 3 déc. i535. Libert de Pape 
réorganisa la Gilde au mois de mai 
1680. Les statuts furent de nou- 
veau revisés, le 2 juill. 1698. Alors 
Adrien de Vadder (sic,) chanoine 
du Parc et roi de la Gilde, réunit 
dans un volume toutes les pièces 
concernant l'association. 

Ce volume est parvenu jusqu'à 
nous. Il repose aux archives de la 
ville de Louvain. C'est un superbe 
volume in folio orné d'un grand 
nombre d'armoiries des abbés du 
Parc et autres dignitaires. Le titre 
du livre est orné d'une aquarelle 
représentant saints Quirin et Sébas- 
tien, entourés de guerriers armés. 
Sur le second plan de cette com- 
position, on aperçoit l'abbaye du 
Parc, avant la construction de la 
tour actuelle de l'église, qui date 
de 1725. . 

Le volume porte le titre suivant : 
Gilde van den handboge van de 
H. H. ridders en de martelaers 
S. Quirinus en S. Sebastianus, tôt 
Perck en de Vinckenbosch, bij 
Loven, opgesteld door Adrianus de 
Vadder, prior van Perck, 1698 in 
folio. (L'aquarelle mentionnée, qui 
est fort jolie, est reproduite à la 
p. 161.) 

En confrontant le titre transcrit 
par M^ l'archiviste E. Van Even 
avec celui donné, en 1872, par le 
renommé libraire Olivier, et rendu 
exactement par moi (p. i85 du L 
vol.), il faut bien avouer qu'il existe 
deux MSS distincts. 

DE WITTE (Jean), chanoine 
de S. Michel à Anvers. Licencié 
en théologie, il enseigna cette scien- 
ce à ses jeunes confrères. Il rem- 
plit les fonctions de prieur, puis 
celles de curé à Deurne et Borger- 
hout, et mourut le 7 mai 1686. 
(Obituarium S. Mich. MS. 1797). 
Je connais de lui : 

Conclvsiones theologicae ex Prima 
Secvndœ Divi Thomae de Peccatis, 
eorumque causis et effectibus. Qvas 



DOB 



— 41 — 



DUB 



in solemnitate S. P. N. Norberti,... 
Praeside R. D. F\ Joanne de Wittc 
Eccl. S. Mich. Antu. S. Ord. Pra^- 
monst. Canonico, S. Theol. Licent. 
ac Lectore defendet D. F. Joachi- 
miis Janssens Eiusdem Eccl. Cano- 
nicus, Die 14 lulij.... Antv. Ex 
Off. Typogr. Gerardi Wolsschatij, 
1670, 4^ : au verso « Deo Optimo 
Maximo » puis pp. 6 non ch. — 
BB. de Tongerloo. 

DOBBELSTEEN (Ambroise- 
Lambert), chanoine de l'abbaye 
de Berne, qui vit le jour à Hees- 
wijk le II mars 1878. Vêtu le i3 
cet. 1895, il prononça les vœux 
le 16 oct. 1897, ^^ fut ordonné 
prêtre le i5 mars 1902. Etant versé 
dans l'art musical, il a publié quel- 
ques morceaux de musique. 

j. Salve Regina voor 2 stemmen 
met orgel in « 8 Salve Regina's )). 
Uitgave Henri Mosmans. 'sBosch. 

2. Andante religioso en Impromptu 
voor orgel of harmonium in fs'e- 
derlandsch-Orgelalbum. Uitgave 
Henri Mosmans. — 'sBosch. 

3. Kerstcaniate voor Sstemmig 
mannenkoor met soli en orgel. Uit- 
gave Henri Mosmans. — 'sBosch. 

4. Adeste Fidèles, Kerstcantate 
voor 4-stemmig mannenkoor met 
soli en orgel. Uitgave W. Berg- 
mans. Tilburg. 

5. Beknopie Handleiding bij het 
Gregoriaansch der nieuwe Zang- 
boeken, 1904. Eigen uitgave. 

6. Tevens verschijnt onder zijne 
redactie bij Numa Hasselman te 
Bergen-op-Zoom : « De Koorbode », 
Maandschrift tôt bevordering van 
den Kerkzang (Méthode Solesmes) 
en het Kerkelijk Orgelspel, opge- 
richt in 1906. 

7. Nog eenige manuscripten als 
Missen, Lofzangen, Cantaten en 
Liederen. 

Source : mémoire du chan. L. A. Dob- 
belsteen, 12 oct. 1907. 

DOBESSEN (Guillaume- 
Pierre), chanoine de S. Michel 
d'Anvers, que l'Obituaire (Anv. 



1869, p. 157) loue en ces termes : 
Amstelodamensis, bapt. 5 Martii 
1659, prof. i5 Aug. 1679, ord. 
Sac. i683, quondam Vicarius in 
Deurne et Borgerhout, deinde in 
Minderhout. Postea domum voca- 
tus, propter eloquentiam concio- 
nandi factus est Ecclesiastes nostrœ 
Ecclesia3. Ab Hollandia vocatus 
annuente Abbate, factus est Pastor 
in Beemstra, prope Amstelodamum, 
et exinde Pastor in Wassenaer, 
prope Hagam Comitis, ubi popu- 
lum sibi concreditum semine ejus 
in dies magis ac magis fructificante 
admirabili efficacia lactitavit, cum 
per 18 annos inter haereticos ortho- 
doxam doctrinam ovibus antepo- 
suisset, propter infirmitates domum 
reversus est, et postea Rector bene- 
ficioium in Beirs, deinde Pastor & 
Persona in Minderhout. Obiit in 
domo pastorali jubilarius 3 Novem- 
bris 1732. 

DRINOCZY (Georges-Jean), 

hongrois, né à Salomvâr le 16 oct. 
1787, reçut l'habit à Csorna le 9 
avril 1809, y fit sa profession le 23 
sept. 18 10, et fut ordonné prêtre 
au mois de septembre 181 3. En 
1837 et années suivantes il admi- 
nistrait \es biens temporels de la 
maison. Il mourut en i858, laissant 
un M S intitulé : Magyarorszégot 
lârgyazé gyajtemény. (BB. de Csor- 
na.) 

.Sources : Catal. de l'O. en Autriche 
1837, p. i35; et i853, p. 8 ; — (Laky), 
A Csornai.... Névtâra. 1892, p. 54 ; — 
renseign. reçu de Csorna. , 

D U B A Y (Godefroid-Alexan- 

dre), né le 3 mars 1882 à Sâtoralja- 
Ujhely, en Hongrie. Admis à la 
vêture le 28 août 1900, à Jàszô, 
il fit ses vœux solennels en 1904, 
et fut ordonné prêtre dans le cou- 
rant de la même année. Les supé- 
rieurs l'envoyèrent à Vienne pour 
les études supérieures : d'abord à 
l'institut « Pâzmàneum » ensuite à 
l'université ; en 1905 il y fut pro- 
clamé docteur en théologie. Actuel- 
lement il est professeur à Budapest, 



DUP 



— 42 — 



DUR 



au « Norbertinum » . (Voyez ma no- 
tice Takdcs.) 

Sources : Dr. J^ob. Farkas, o. c. 1902, 
p. 320; et M. Zàk en son MS. 

DUBOIS (Henri), 45^ abbé de 
Vicogne, élu en 1778, et décédé 
le 19 juillet 1781. Esprit remuant, 
il s'unit à Morin, religieux de Saint- 
André de Clermont, pour troubler 
la paix de notre ordre et vexer 
l'abbé généra], Guillaume Manoury. 
Au chapitre de 177g ils protes- 
tèrent, par mémoires soit anonymes 
soit signés, contre les pouvoirs du 
général et contre ce qu'on appelait 
l'autocratie dirigeante. A la nou- 
velle du décès du même Manoury 
(18 juin. 1780), ces meneurs répan- 
dirent dans toutes nos maisons des 
lettres-circulaires anonymes, ayant 
pour but d'engager « tous les su- 
périeurs et tous les couvents » à 
réclamer (i) la participation au 
choix d'un chef qui doit comman- 
der à tous ; un pétitionnement uni- 
versel pour arriver au suffrage uni- 
versel direct. Ils achevaient — sui- 
vant l'expression de Pierre Ballin, 
prieur de Prémontré, — « d'incendier 
l'ordre où ils n'ont.... fait que trop 
de mal par des mémoires où ils défi- 
gurent le régime de l'ordre, et flé- 
trissent la maison de Prémontré. » 

Sources : Leglay, Hist. ceci, du dioc. 
de Cambrai. Lille 1849, au chapitre « Vi- 
cogi:e». — Taiée, o. c. 1873, 2^ partie, 
pp. 202, 2o3, 252-6, que j'ai également 
indiquées à mon article « ]Morin » (Vol. 
I de ce Dictionn., p. 609) auquel je ren- 
voie. 

DUPONT (Jean), en latinisant 
« Pontanus » originaire de Messel- 
broek. Etant devenu religieux à 
Averbode, il fut d'abord pénitencier 
à Cortenbosch. Depuis le 24 mars 
1642 il remplit les fonctions pasto- 
rales à Blerick lez Venlo, et y dé- 
buta par la conversion de 4 calvi- 



(i) On devait adresser la requête, ou 
directement au ministre, ou à l'abbc do 
Vicogne, ou à M. Morin, chez M. Dubois 
négociant, rue Maucon eil, à Paris. (!) 



nistes. Jusqu'en 1688, c'est-à-dire 
pendant 46 ans, — après lesquels 
il retourna à l'abbaye, — il travail- 
la avec un zèle admirable à l'em- 
bellissement et l'ameublement de 
l'église, ainsi qu'au bien spirituel 
de ses paroissiens. Et néanmoins, 
à l'occosion de la perception des 
dîmes, le longanime et méritant 
pasteur eut affreusement à souffrir 
de la part d'une cinquantaine de 
vauriens : 1644, 1649 et i65i comp- 
tent parmi les années les plus dé- 
plorables. L'existence de notre digne 
confrère Dupont devint si miséra- 
ble, qu'il se vit obligé de louer à 
des briquetiers une partie du jar- 
din du presbytère, et de demander 
des secours à la communauté d'A- 
verbode ; sa patience et sa bonté 
ne se lassèrent jamais, et en 1691 
il alla recevoir au ciel la récom- 
pense de ses mérites. 

1. Levensbeschrijving der 2 mar- 
telaren van Gorcum, Adrianus en 
Jacobus, uit de orde der Withee- 
ren : dit werk is verloren geraakt. 

2. « Verscheidene latijnsche eri 
nederduitsche geschriften, door hem 
(Pontanus) nagelaten, geven de 
duidelijkste bewijzen van zijne ge- 
leerdheid, van zijne schranderheid 
en van zijne liefde voor de studie. » 
(In de archieven der pastorij van 
Blerick, in 1870). ^ 

3. Wij hebben hem het bezit te 
danken van de afschriften der mee- 
ste charters en bescheiden, welke 
hij rangschikte. (ibid.) 

Source : G. Pceters, kapellaan te Ble- 
rick, 1870 : Geschiedkundige beschrijving" 
van het aloude ker;pel Blerick bij Venlo, 
1870. Roermond, snelpersdruk van J. J. 
Romen, pp. (233)-332 in-40. Getrokken 
uit de Publicatiën (sic) van het Geschied- 
cn Oudheidkundig Genootschap in het 
îlertogdom Limburg, 7e deel. — BB, 
d' Averbode, hommage de l'auteur. 

DURR (Joseph) : Vol. I, p. 220. 
46^ prélat d'Ursperg, de 1681 jus- 
qu'au 18 septembre 1708, quand 
il résigna sa charge à cause des 
infirmités de la vieillesse. (Hugo, 
Annal. II, col. ii56.) 

J'ai dans ma BB. un ouvrage 



EBE 



-43- 



EBE 



rarissime, non cité par les PP. De 
Backer. Je transcris très exactement 
le titre de ce livre, qui est dédié 
à notre abbé d'Ursperg, comme on 
va voir : 

Systema Aristotelicum de Ele- 
mentis contra Empedocleos publiée 
propugnatum, Ab Illustr. Praenob. 
Nob. Ornât, ac Doctissimis Domi- 
nis Supremae Philosophicae Laureae 
Candidatis in Aima, Catholica, et 
Episcopali Universitate Dilingana. 
PridieSolennis Inaugurationis. Prae- 
side P. Jacobo Bisselio Soc. Jesu, 
philosophiae professore ordinario. 
Mense Julio. Anno M.DCC.VIII. 
Cum Facultate Superiorum. — Di- 
Jingse, Typis Joannis Mauritii Kôr- 
ner. Petit in-4'^. 

Les PP. De Backer mentionnent 
un Jésuite Bissel avec le prénom 
de Jean (1864, II, p. 69) ; mais 
Jacques Bissel ne figure point dans 
leur érudit ouvrage. 

Description : le verso du titre 
est en blanc. 1° « Reverendissimo.... 
Domino Josepho.... Celeberrimae Ec- 
clesiae Urspergensis Abbati dignis- 
simo, nec non.... lUustrium Eccle- 
siarum, Roggenburgensis, Oster- 
hoviensis, Schefflariensis & Neo- 
Cellensis, Jure Haereditario Patri 
Abbati,... Patrono perquam gratio- 
so Felicitatem. — Cette dédicace 
occupe 7 ff. non chift. et finit par 
cette signature : « Devotissimi Clien- 
tes Supremae Laureae Philosophicae 
Candidati. » Ils lui disent, entre 
autres : « (mortuis) velut alter Parens 
alteram quasi vitam reddidisti, dum 
eos suis in libris vivos loquentés- 
que, numéro maximo, nec pretio 



minori, ad Urspergensem Biblio- 
thecam undique convocatos perpe- 
tuo domicilij jure donâsti. Atque 
hac tua in Doctos omnes benevo- 
lentia et amore invitati ausi sumus 
concipere spem » etc. Avant le titre 
et la dédicace, il y a une gravure 
de toute beauté, de toute finesse, 
représentant S. Norbert agenouillé 
devant le T. S. Sacrement; au- 
dessous se trouve la vue de la 
splendide abbaye d'Ursperg ; tout 
en bas le blason de la même ab- 
baye, avec une dédicace latine au 
prélat Joseph Durr. 1708. — 2» 
AUocutio. pp. 2 non ch. — 3° 
Texte pp. I-2II à 2 col. — 4° Elen- 
chus. Thèses, pp. 4 non ch., et 
sur la 4e p. un pélican avec les 
mots : His qvi diligvnt. 

DÙRR ou DYRIUS (Léo- 
nard) : Vol. I, p. 220. 

A la BB. royale de Munich se 
trouve : i533i (Roggenburg 3i) 
in-40. Ao 1499. fï. 1-58 Constitu- 
tiones O. Praem. — ff. 59-1 56 
(saec. XVI) Leonardi Dilrr abb. Adel- 
berg. repetitio canonica in quaedam 
statutorum capitula, de electione 
abbatum etc. — Scripsit Thomas 
Rener. 

DYRR ou DYRIUS (Berch- 

told) : Vol. I, p. 222. 

2. Ml" Ulysse Chevalier cite « Or- 
dinarium (Breviarium) secundum 
ordinem Praemonstratensem in cc- 
clesia Adelbergensi ». S. 1. i5oo, 
8'\ Voyez son Répertoire des sourc. 
histor. du Moyen âge. Topo-bi- 
bliogr., Il" fascic. A-B., 1894. ^^^* 
12. 



E 



EBERSBACH (André), 30^ ab- 
bé de Tepl, qui mérita des éloges 
universels, et posséda l'estime aussi 
bien des protestants que des catho 
liques. (1598-1629.) Frédéric For- 
ner, évêque suffragant de Bamberg, 



dit de lui : « sapientiae, pruden- 
tiaeque, imprimis verô ferventissimi 
Catholicae Religionis zeli nomine 
spectatissimus ». 

En 1611 le monastère fut incen- 
dié : Ebersbach le rebâtit, et fut 



EDE 



— 44 — 



ENT 



comme le 2^^*^ fondateur de Tepl, 
qui à cette même époque fut nommé 
(( seminarium pastorum » à cause 
des services immenses que rendaient 
les religieux dans les paroisses. 
Ayant été, lors d'une première ma- 
ladie, miraculeusement guéri par 
l'intercession de la Mère de Dieu, 
ce digne prélat mourut le 3 juillet 
1629, dans la j5^- année de son 
âge, et la 3i^ de son administra- 
tion. 

1. Il a traduit les homélies de 
« Radulphus Ardens ». 

2. Il a composé plusieurs traités 
de médecine. 

Malheureusement ces MSS nous 
ont été ravis par les flammes. — 
Il est de mon devoir de faire remar- 
quer que le P. Karlik attribue au 
prélat Jean Maushônig les mêmes 
ouvrages. 

Sources : Hugo, Anna'cs, II, col, 946 ; 
Lienhardt, Ephemer. hagiol., pp. tco-igi ; 
— P. Karîïk, Hroznata etc. 1870, pp. 68- 
75 où il y a une biographie détaillée ; tt 
en i883 «Die Pràtnonst. Abtei Tepl,» 
pp. 21, 23-25 et 48. 

ECHENIQUE (Barthélemi 

de), prémontré espagnol, docteur 
en théologie de Salamanque, re- 
nommé pour sa subtilité. De 1681 
à 1684 il fut abbé de S. Norbert 
à Salamanque. En 1684 (3o avril) 
il fut élu abbé de Retorta et réfor- 
mateur général ; les études épui- 
sèrent complètement ses forces, et 
il succomba en i685, âgé de 40 
ans environ. 

Source : Hugo, Annal. II, col. 387 et 
668. 

EDELHEER (Jacques), né à 
Louvain, fît sa profession à l'ab- 
baye du Parc en i568, et fut or- 
donné prêtre en 1574. Bachelier 
formé en théologie (1574-75), sa- 
criste et curé d'une piété extraordi- 
naire, il mourut le 20 sept. 1578. 
(Cathal. Fratr. Parch. fo 86^°, cité 
par M'' Raphaël Van Waefelghem 
au 20 sept.) 

Voici des thèses sur i feuillet 
in-folio, que j'ai sous les yeux, et 
que je transcris textuellement : An- 



no 1574. 21. Avgvsti. IHS Qvaest. 
theol. Vtrum rectè fiant vota mo- 
nastica ? Proposit(iones 2.) — Con- 
clvsio ia-4^. Frater lacohus Edelhter 
Monasterij Parcens. Religiosus. — 
Louanij excudebat lacobus Hey- 
bergius Typogr. luratus, è regione 
Gymnasij Lilij. 

EDLINGEN (Théophile ab) : 
Vol. I, p. 233. — Ce noble che- 
valier naquit à Znaim le 3 février 
1704, suivant l'historiographe des 
antiques monastères de Jâszô et de 
Lelesz. Voyez (Ndtafaltissy), Sche- 
matismus..." Jâszô, i8gi, pp. 57 
et 58, 

EERSEL (Barthélemi van) : 
Vol. I, p. 233-4. 

Il est certain, par les archives 
de notre abbaye d'Averbode (n^ i5o, 
fo 58 vo), que Barthélemi était en- 
core curé à Helmond au mois de 
mars 1587. — 

i3. Leodinse provinciae princi- 
pum res praeclare gestae. £f. 10 in- 
fol. MS. Ce poème est attribué à 
notre confrère dans le Catalogue 
de la BB. de M^ Xav. de Theux, 
Gand, C. .Vyt, 1903, p. 90. no 888. 
Il a été acquis pour la BB. royale 
à Bruxelles. 

ENTZEN (Gerhard II von), 
52^ abbé de Rommersdorf, sur le- 
quel nous découvrons la notice 
suivante : 

Gerardus ab Entzen, Tolbiacen- 
sis, post susceptum a. 1624, 26 
mart., baccalaureatum artium ves- 
titus (Steinfeldiae) eodem anno 24 
decb. ; a. 1625, 6 febr. licentiatus 
et 5 mart. magister artium promo- 
tus adhuc novitius existens ; pro- 
fessus a. 1626 ; a. i63o, 23 febr. 
sacerdos ; lector dein philosophiae ; 
rector ad S. Andream et a. i636, 
18 mart., supprior ; a. i638 post 
mortem prioris Niederehani vice- 
prior usque ad septemb. ; eodem 
anno et mense missus in Ahrnstein 
(sic) pro priore ; inde rediens con- 
tinuavit lectionem, et a. 1644 m. 
apr. factus prior Niederehanus et 



ERP 



45- 



ESD 



rector ; ex priore a. i655 m. sep- 
teinb. abbas Saynensis, installatus 
in festo S. Michaelis ; a. lôSy, 21 
sept, postulatus inabbatemRomers- 
dorffiensem, quando et visitator ca- 
pitularis factus ; obiit Confluentiae 
19 april. 167 1. 

Sovirces : Dr Bêcher, Das Necrol. Arn- 
stein, 1881, p. 97, où je trouve cités : 
Hugo, Annal. II, col. 370 et 695 ; Metrc- 
polis eccles. Trevericae. II, pp. 28 et 5?, ; 
Album der Steiiifeld'er Professen ; — Giin- 
ther et Wegeler, o. c. 1882, pp. 63, 64, 92. 

ERDÔSSY (Koloman-Jules), 
né le 23 août 1874, à Bonyhâd en 
Hongrie. Il reçut l'habit à Csorna 
le i5 août 1894, y prononça les 
vœux le i5 août 1898, et fut pro- 
mu au sacerdoce le 23 du même 
mois. Envoyé chez les PP. Jésuites 
à l'université d'Innsbruck, il y ac- 
quit le grade de docteur en théo- 
logie. Revenu à Csorna, il remplit 
les fonctions de maître des novices 
et de curé à l'église de la même 
prévôté figoo). Cet estimable reli- 
gieux entra en 1903 dans la Com- 
pagnie de Jésus, avec l'approbation 
du Saint Siège. Nous avons de lui 
un beau souvenir, à savoir : Re- 
pertorium Sacrum continens preces 
et nonnuUos ritus in usum Canoni- 
corum Praemonstratensium de Csor- 
na. (Csorna, 1900, typis Societatis 
typog. Csornensis, pp. 214 in-80). 
Dedicatio : ADoLpho praeLato- 
praeposlto VILe pletatls opVs 
IVVantIbVs noVItïIs obtVLIt Co- 
LoMannVs. 

Déjà en i883 avait paru à Raab 
(Jaurini), sans nom d'auteur : Re- 
pertorium Sacrum canoniae O. 
Praem. de Csorna ; pp. 146 ; 8°. Cet 
ouvrage-ci n'est donc pas d'Erdôssy, 
profès de 1898, mais de Laky. 

Sources : Catal. gênerai, igoo, p. 228 ; 
— M S. du confr. Èak. 

ERPSE (Godefroid de), cha- 
noine et prêtre de l'abbaye du Parc, 
qui vivait sous l'abbé Nicolas Bo- 
sereth (i346-i36i). Il écrivit le a Li- 
vre Censal de i357 » MS aux ar- 
chives du dit monastère, comme 



le prouve le Chronicon Masii ad 
h. a. : « F. Godefridus de Erpse, 
pytanciarius Parcensis scripsit hoc 
anno librum censuum. (Nécrologe 
de l'abb. du Parc, 1907, p. 389- 
390, où est cité : Obit., f" i5^°). 

ESD ou ESTIUS (Adrien), 
né à Gorcum, frère aîné de Guill. 
Estius, le docteur en théologie de 
Douai. Adrien fut expulsé de l'ab- 
baye de Mariënweerd, dans la Guel- 
dre, où il avait fait sa profession. 
Il se réfugia dans celle de S. Mi- 
chel d'Anvers d'abord (1577), et 
quelques mois plus tard dans celle 
du Parc lez-Louvain, où il remplit 
les charges de sous- prieur et de 
maître des novices, ensuite celles 
de prieur. Etant bachelier lormé 
en théologie, et prieur de S. Mi- 
chel, il mourut à Anvers le 2 dé- 
cembre i587, selon Van Craywin- 
ckel, — le 2 déc. 1592, selon quel- 
ques nécrologes. 

Sources : de Waghenare, o. c. i65i, p. 
232; — Van Craywinckel, Légende, II, 
pp. 791-2 ; — Obituarium S. Mich. iSSç, 
p. iSg ; — W. Hoevenaars, Bijdrage.... 
Mariënweerd, pp. 11, 12, 260, z6i. 

Additions. 

1. « Een Jaar-getijboek van deze 
Abdye / 't welk noit gedrukt is ge- 
weest / ».... 

« Hier volgen de naamen van de 
Abten der Koninklijke Abdye van 
de (NB) onbevlekte Maagd in de 
Waard, genaamd Marienwaard.,.. » 
{H, V. i?., 1725, in-fol. Utrecht- 
sche Bisdom, pp. 332-335.) 

2. A Bruxelles, BB. [autrefois 
appelée] de Bourgogne, se trouvent 
sous les nn. 17904, 17905 et 17906 
de l'Extrait de l'inventaire général, 
les 3 MSS. suiv. de i565 environ : 

lo De institutione monasterii Ma- 
rienwert, in Hollandiâ. 

2^ Nomina abbatum monasterii 
Marienwert. (1128-1529). 

3" Index bonorum abbatiae Ma- 
rienwert. 

Remarquez que les nn^s 17904-6 
ont été changés. Voici la descrip- 
tion de ces mêmes MSS. donnée 



FAR 



- 46 - 



FAR 



par le P. J. van den Gheyn, Catal. 
des Manuscrits de la BB. roy. de 
Belg. VI, 1906, Brux., p. 466, n» 
4128. 

4128. (17904-6). — Cartularium 
abbatiae in Marienweerd. 

1. (F. i'' ). [Acte par lequel Jean 
van Rossum, seigneur de Zoelen, 
fait transfert à l'abbaye de la dîme 
sous Culembourg]. 

2. (F. 2). [Index]. 

3. (F. 3-88). [Cartulaire de l'ab- 
baye de M.] Les feuillets 88-89 
sont blancs. 

4. (F. 89^). [Séries abbatum in 
M.j 1128-1529. 

5. (F. 90-91^). Nomina abbatum 
regalis monasterii nostri insularis 



illibatae virginis Mariae, vulgo Ma- 
rienweerdt dicti. 

Les feuillets 92 93 sont blancs. 

6. (F. 93^). Actum Swederi epis- 
copi Traiectensis, 16 ianuarii 1429]. 

7; (F. 94-109^). [Index bonorum 
abb. in M.] 

8. (F. iio). [Emandationes. sic]. 

Parchemin; no feuillets, plus 
deux de garde en tête et un à la 
fin du volume ; 0"^, 335 X o'"> 23 ; 
XlVe et XVc siècle. Deux colonnes, 
ancienne pagination à l'encre rouge 
I-XXV et I-XIIII. — yames de Fre- 
mery a publié à 's Gravenhage : 
De Abten van Marienweerd, 1888 ; 
Cartularium der abdij M., 1890. 



F 



Rectification. 

FABIUS (Augustin), né à Bee- 
ringen, qui fut directeur de reli- 
gieuses à Maaseik, et qui mourut 
à Tongres le 12 oct, 161 2, n'ap- 
partenait point à l'abbaye de Ton- 
gerloo : quoi qu'en dise PiroUf o. 
c. i^ Byv. p. 75. 

FÀHNDRICH (Adalbert) : 
Vol. I, p. 25i. 

On a encore de lui : 

5. Liber memorabilium canoniae 
Siloënsis, ab ao 1807 ad a. i83o. 
MS in-fol, à Selau. — Exstat in- 
super coutimiatio ab a^ i83o ad a. 
1847, auctore Ignalio Sekousek ab- 
bate. — A la BB. de Selau se 
trouvent également : 1° Ode zûr 
Namensfeier des.... Adalbert Fâhn- 
drich, Abt in Selau. 18 16, Kulten- 
berg. 20 Vota fratrum in honorem 
R. D. Adalberti Fâhndrich, recen- 
ter infulati. Carmen MS anonymi 
Siloënsis. — 3° Ode Horatiana in 
laudem Adalb. F., cruce argentea 
decorati. MS anon. Siloënsis 18 15. 

FARKAS (Robert-Etienne) : 

Vol. I, p. 247, chanoine de Jâszô, 



docteur es arts et philosophie. 1^ 
naquit le i août i856 à Nân près 
d'Esztergom, reçut l'habit le 20 
septembre 1874, fit sa profession 
le I janvier 1880, et fut élevé à la 
prêtrise le 4 juillet suivant. Dès 
1879 il ^ut proiesseur à Grosswar- 
dein (Nagyvarad), en 1882 à Ka- 
schau ; depuis 1886 il y enseigna 
en même temps à l'académie royale. 
En 1895 les supérieurs l'envoyèrent 
au célèbre et antique monastère de 
Lelesz, pour y remplir l'importante 
charge d'économe. (Voyez l'ouvr. 
de Farkas lui-même, 1902, pp. 21 5, 
298). 

1. A vilâgtôrténelem ethikâja. (A 
kassai fogimn. évi jelentésej. Kas- 
sa, 1890/91. pp. 1-99. - 

2. I. Kâroly es a hosszù parla- 
ment. Ibid. 1892, 

3. Kassa ârùmegâllîtô joga. Ibid. 
1893. 

4. A kassai kath. fogimnâzium 
tôrténete. Ib. 1895. 

5. Ugyanez az 1895. es 1896-ik 
Évi Jelentés I. II. 

6. Kassa régi egyeteme. A kassai 
egyetem emlékkônyve. Kassa, 1901. 

7. A l'occasion du jubilé de 100 



FEY 



— 47 — 



FEY 



ans, qui fut célébré à Jâszô le 6 
avril igo2, Rob. Farkas publia un 
splendide volume intitulé : 

A Jâszôvâri Premontrei Kano- 
nokrend Jubileumi Névtara tôrténc- 
ti bevezetéssel 1802- 1902. Budapest 
a Stephaneum nyomâsa. 1902. pp. 
356 table comprise, gr. 80 (Le notn 
de l'auteur : p. 265.) Vue du cou- 
vent ; magnif. portraits des 8 pré- 
lats. — BB. d'Averbode. 

FEICHTNER (Charl. -Etien- 
ne) : Vol. I de ce Dictionn., pp. 
25i-2. Né le 3i oct. 1866. Il a publié 
un grand nombre d'articles dans la 
revue « Linzer Theologisch prak- 
tische Quartalschrift. » 

FERNANDEZ (Basilisse), 
chanoinesse norbertine de l'abbaye 
de S^e Sophie de Toro, en Espagne, 
diocèse de Zamora. Elle vint au 
monde" à Tiedra, le i5 avril 1845 ; 
vêtue le 3o septembre i865, elle 
prononça les vœux le i3 octobre 
1867. Vrai modèle de piété, elle se 
distingua, dans sa charge de sacris- 
tine, par son ardent amour envers 
la divine Eucharistie. 

Elle écrivait le français assez cor- 
rectement et entendait même le 
latin ; devenue secrétaire de la R'^'^ 
abbesse Eusébie Misol, elle fut en 
communication épistolaire avec tou- 
tes les maisons de l'ordre. On a 
de Sœur Basilisse des traductions 
nombreuses, en langue espagnole, 
de divers tracts et opuscules, soit 
pour l'œuvre de la S^^ Messe Ré- 
paratrice, soit pour la société de 
S. Pierre Claver. Elle envoya aussi 
des articles à plusieurs revues d'Es- 
pagne. Elle mourut le 7 juin 1907. 

Sources : Catal. gêner, igoo, p. 29g ; 
— P. F. à Schlâgl, dans les Annal, relig. 
des Pères Prénnntrés, Dinant, juillet 1907, 
pp. 167-8. 

FEYEN (Jean-Jos.) : Vol. I, 
pp. 2567. 

3. De wonderdadige medalie. 
I. Zuster Catharina (Zoé) La- 
bouré, Zuster van Liefde. Enz. 
pp. (i)-32 in- 16", avec plusieurs 
grav. dans le texte. A la fin ; Im- 



primatur : -\- René- Franc., Ep. 
Amb. — C. Paillart, Drukker-Uit- 
gever, Abbeville (Somme). 1894. 

Cette brochure est une traduc- 
tion du français. — Dans ma BB. 

4. Notre Dame du Sacré-Cœur, 
dans les mj^stères de sa vie et de 
sa glorification. Série d'articles, ar- 
rangés d'après le cycle des fêtes 
de la S^e Vierge et parus dans les 
années 1901, 1902, 1903, du Mes- 
sager de Notre Dame du S. Cœur, 
publié sous la direction du chan. 
Feyen à l'abbaye d'Averbode. 

5. Cours de retraites mensuelles 
de cinq années, en latin, dont deux 
années ont paru en feuilles auto- 
graphiées ; les trois suivantes sont 
imprimées. Ce cours continue de 
paraître chaque mois, et se pour- 
suit en considérations suivies d'a- 
près les étapes indiquées pour le 
développement de la vie spirituelle, 
par les maîtres de la science ascé- 
tique. J'y relève quelques titres au 
hasard : Voluntas Dei sanctificatio 
vestra. — De usu temporis. — De 
spiritu laboris. — De Meditatione 
quotidiana. — De Illusionum peri- 
culo. — De Minimorum Cura. — 
De Ministerio Apostolico. — De 
Zelo Animarum. — De Praedica- 
tione Verbi. — De Cura Infirmo- 
rum. — De Certamine Spirituali. 

— De Sacerdotis actione sociali. 

— De Praedicatione exempli. — De 
hebdomadariis sacerdotum Circulis. 

— De Recreatione sanctificanda. 

6. Grand nombre de sermons, 
de discours ou conférences : en 
flamand, en français, en latin. M'" 
le chanoine Feyen, prédicateur 
distingué, est assidûment en mis- 
sion. 

7. Une notice très développée 
concernant les écrivains de l'ordre 
de Prémontré, qui se sont tout 
spécialement signalés dans les étu- 
des scripturistiques. — Cette notice 
se trouve insérée dans le Diction- 
naire Biblique, publié par M»" l'ab- 
bé Vigouroux à Rome. 

8. Une courte étude sur le pas- 
sage de S. Norbert en Belgique ; 



FIN 



-48- 



FRA 



principaux endroits de notre patrie, 
où il a exercé son zèle apostolique. 
(Dans l'Almanach belge de Notre 
Dame du S. -Cœur, année 1904). 

Nous avons sous la main les di- 
verses publications du rév. cha- 
noine Feyen. 

FILINUS (Jean) : Vol. I, pp. 
257-8 : Voyez le n^ gSob du Cata- 
logue 80 de Ludwig Rosenthal, à 
Munich : g5oh [ — ] Catalogus can- 
didator. qui prima philos, laurea 
in Acad. Diling. a T. Chr. Bran- 
dis, S. J. condecorab., quinto cal. 
Maias 1610. Feuille volante, con- 
ten. les noms des 43 candidats 
entourés de deux belles bordures 
gr. e. b. Gr. in-fol. 

Curieux à cause des noms des 
candidats qui sont presque tous de 
la Souabe [Royaume de Wùrttem- 
berg à présent] ; plusieurs entre eux 
sont de l'ordre de S. Benoit, un 
Joannes Filinus ex Augia Minori 
de Tordre de Prémontré. 

FINESTRES (Daniel de}, cha- 
noine de l'abbaye de Bellpuig (Bel- 
lipodium), que je trouve mentionné 
dans les Annales de Hugo y II. col. 
ioi5. Il vivait en 1732, et rem- 
plissait sans doute les fonctions 
d'archiviste, puisqu'il découvrit une 
vieille charte concernant la maison 
norbertine « Vallis clara » qu'il s'em- 
pressa de communiquer au célèbre 
P. de Noriega. 

Or le P. De Bâcher, S. J. (iSSg, 
5^ Série, p. i5o), cite son confrère 
Costa Gall^sa (Lucien) pour avoir 
publié : De vita et scriptis Josephi 
Finestres et a Monsalvo Juriscon- 
sulti Barcinonensis. Cervariae La- 
cetanorum [i. e. Cervera], imp. de 
la Academia. Dos (2) tomos en 40 
1802. 

Le ir tome contient la biogra- 
phie du jurisconsulte Joseph PI- 
nestres et a Monsalvo ; le 2°"'^ tome 
oftre la liste des travaux littéraires 
non seulement du même, mais en- 
core de ses 3 frères : Jacques, 
Daniel et Pierre. 

Source : D. Dionisio Hidalgo, Diccio- 



naiio gênerai de Bibliogr. Espaûola, T. 
II, Madrid, 1867, in-40, p. 227, col. 2, où 
il cite : Tories Amat, Memorias, p. 269. 
— Hidalgo ajoute que la notice biblio- 
graphique du P. Lucien Gallissâ y Costa 
(sic) est exacte et érudite. 

Il y a de beaux articles sur Jos, Fines- 
tres y Monsalvo, lo dans le Dictionn. 
biogr. de Feller, Lille, 1839, t. III, p. 81 ; 
20 dans la Biogr. Universelle, impr. à 
Brux. en 184^, t. VII, p. 2F4. 

FIRMENICH (Théodore). 
Originaire de Duren, chanoine de 
Steinfeld, licencié en théologie. 11 
remplit la charge importante de 
président du séminaire Norbertin 
à Cologne, de i665 à 1678 ; puis, 
du 12 mars 1678 jusqu'à son élec- 
tion abbatiale, celle de prieur de 
nos religieuses à Dûnwald (non pas 
à Meer, comme Bàrsch l'écrit erro- 
nément). 

Le I octobre 1680 il fut élu abbé 
de Steinfeld, et nommé, peu de 
temps après, vicaire-général des cir- 
caries de Westphalie, de Wadgas- 
sen et d'Ilfeld. Il défendit énergi- 
quement les droits et les privilèges 
de l'ordre. Les « Annales » font de 
lui ce bel éloge ; vir omnibus na- 
tur?e dotibus affatim instructus, ca- 
lamo & sermone potens, convictu 
affabilis, Magnatibus pariter & Ple- 
beiis gratissimus. 

L'abbé Firmenich mourut au col- 
lège S. Norbert à Cologne, le 19 
novembre 1693. 

Sources : Hugo. Annal. I, col. 528, et 
II, col. 865 ; — Bàrsch, c. c. 1857, pp. 
24-25 ; — Korth, Das Kloster Dùnwald, 
i885, Eonn, p. 11 1. 

FISCHER (Ladislas), chanoine 
de Tepl en 1873, et professeur au 
collège de Pilsen, a publié dans le 

programme de 1873 : Uber die 
Aussprache der Laute in der boh- 
mischen Sprache. 

— De nos jours il est en Russie, 
en qualité de professeur, après 
avoir quitté l'ordre. (MS de M. 
7.àk). 

FRANÇOIS (Nicolas) : Vol. 
I, p. 268. Un catalogue de livres 



FRE 



49 — 



FRO 



de A. Claudin, à Paris, donne ain- 
si le titre du n" 2 : 

Réflexions sur le projet fait au 
chapitre de la Congrég. de Prémon- 
tré, séant à Belval, de réduire le 
chapitre annuel de la mesme con- 
grég. en chapitre biennal, par le 
P. François, abbé de N.-D. de 
Jandeurs. Bar-le-Duc, veuve de J. 
Lochet. 1733, in-8. 12 fr. 

Rare. — On ne cite guère de 
volume imprimé à Bar-le-Duc avant 
171 1, par Lochet, mari de la veuve 
ci-dessus. 

FRANZ (François), chanoine 
de Strahow, originaire de la Souabe 
(Nericiensis). De i63o à i632 il 
fut curé à Kirchschlag, et de 1643 
à 44 curé à Haslach : ces deux 
paroisses, situées en Bohême, dé- 
pendaient de l'abbaye de Schlagl. 
Dans la suite, il exerça pendant 
17 ans son zèle apostolique à Iglau : 
il y mourut septuagénaire, le 2 juil- 
let 1664. -^^ catalogue de Schlagl 
le loue comme étant a vir artis scri- 
bendi artificiose valde peritus. » 

Sources : Dlabacz, Chronol. Necrolog., 
p. 37 ; — Zodl, o. c. 1880, p. 27 ; — Proll, 
Catalogus 1887, pp. 82 et 84. 

FREITAG (Sébastien) : Vol. I, 
pp. 272-3. M' le chanoine Alph. 
Zdk, mon collaborateur en Autriche, 
m'apprend qu'une biographie du 
prélat Freitag a été publiée, en 
1900, par Franc. Wenceslas Perinka, 
dans la revue : Casopis Matice 
Moravské, 24. Brùnn, 1900, pp. 
321-336. 

Le même Peï'ïnka a rédigé la 
monographie de l'abbaye de Kloster- 
briick pour les ouvrages bohémiens : 
« Sbornîk historického krouzku » 
Praze 1901, p. 36 sq. ; et « Vlasti- 
vëda Moravskâ » II, Brùnn 1904, 
pp. 300-356. 

FREJKA (Adalbert; : Vol. I, 
pp. 273-4. 

En 1906, le Général de l'Ordre 
nomma cet estimé confrère de Stra- 
how, pour remplir l'importante 
charge de prieur à l'abbaye de 



Neureisch, dont le rév. prélat, Jos. 
Karâsek, est sérieusement malade. 

FREUNDALLER. Vol. I, p. 
275. 

Après la notice de ce chanoine 
de Géras, j'ai cité deux anonymes. 
Il faut corriger une erreur typogra- 
phique et lire : Fidelis Azarias 
candidi Tobiae. — Il y a une 2^ 
édition de ce livre : Znoymae, 1772, 
in-i20. 

FRITSCH (Eustache), profès 
de S. Vincent de Breslau, élu pré- 
vôt du parthenon norbertin de Czar- 
nowanz, dans la Silésie prussienne, 
le i3 juin 1725. C'était un homme 
de grand savoir, ayant acquis le 
grade de docteur en théologie. Ad- 
ministrateur habile, il dirigeait excel- 
lemment 25 chanoinesses, du temps 
de notre annaliste Hugo, Le prévôt 
Fritsch mourut-il en 1739?... Son 
confrère Eustache II Hufnagd lui 
succéda en cette année, comme je 
l'ai écrit en sa notice. 

Sources : Hugo. Annal. I. col. SgS ; — 
Laur. Proll, ap. Brimner. o. c. i883, p. 771. 

FROMANTAU (Lambert de), 
frère du dernier prélat de Floreffe, 
Louis de Fromantau, qui était ori- 
ginaire de Hodimont lez Verviers. 
Lambert remplit à l'abbaye de Beau- 
repart,dont il était chanoine (1745), 
les fonctions de professeur de théo- 
logie, de sous-prieur, de prieur, 
enfin celles de curé à S. Nicolas, 
Outre-Meuse. Il vivait encore en 
1789. 

I. Thèses theologicae de injusti- 
tia, restitutione et Sacramentis in 
génère, ex Secunda Secundae, et 
Tertia parte Doctoris Angelici ; quas 
Praeside R. D. F. Lamberto de 
Fromantau, Ordinis Praemonstraten- 
sis, Abbatiae Belli-Reditûs Canonico 
Regulari, Subpriore, acSacraeTheo- 
logiae Professore, Défendent R. D. 
F. Daniel Valiez. R. D. F. Jaco- 
bus Renson. — Leodii anno 1754. 
Mensis Februarii die (19 à l'encre)... 
Ibid. Typis Silvestri Bourguignon, 
Inclytae Civitatis, necnon supradic- 



EcRivAiNs, Artistes et Savants (t, m) 



FRO 



— 5o — 



FUC 



tcC Abbatiae Typographi, via vulgô 
Neuvice, Petit in-folio : pp. 1-16 ; 
thèses I-X, et I-III. Ad finem « Ad 
majorem Dei, Virgmis semper Imma- 
culatcB..., honorem ». 

2. Thèses theologicac de Deo Une 
et Trino, Angeli et hominis Crea- 
tore, ex Prima parte Doctoris An- 
geHci ; quas Praeside R. D. F. Lam- 
berto de FromantaUy,,, Priore, ac 
Sacrae Theologiae Professore, Défen- 
dent R. D. F. Augustinus Sougnez, 
D. F. Leonardus Salm,... Leodii 
anno 1756. mensis Septembris die 
(en blanc)... Ibid. Typis Silvestri 
Bourguignon. Petit in-fol. : p. 3- 1 3 ; 
thèses I-IX. 

Ces 2 opuscules, inconnus à M. 
Xav. de Theux {B\h\\ogr. Liégeoise), 
se trouvent à la BB. de Tonger- 
loo. 

Sources : M. le chan. Daris, Notice 
histor, sur l'abb. de Beaurepart, pp 20 
à 22 ; — M. le chan. Barbier, Hist. de 
l'abb. de Floreffe, 2e édit. 1892, I, pp. 
456-7. 

FROTTÉ (Adrien), né à S^ 
Sulpice des Landes (France), le 2 
déc. 1872, reçut l'habit à St. Pierre 
de Nantes le 2g avril 1888, y fit 
sa profession le 2 févr. 1891, et 
fut ordonné prêtre le 29 juin 1898. 
En 1900, il était professeur et pré- 
fet des élèves, à Nantes. Il est 
Tauteur d'un ouvrage qui fut im- 
primé en 1904 ; il porte ce titre : 
Quinze mois de siège. Nantes. 

Sources : Catal. gênerai. 1900, p. 2i3 ; 
renseign. reçu du rév. confrère Pelcoq. 

FROWINUS, chanoine de Cap- 
penberg, sous l'administration du 
second prévôt : Magister Otto I 
Legatus (i 126-56 ?) 

Frowinus composa : 

1. Tractatus de SS. Trinitate. 

2. Tractatus de Incarnatione. 

3. Vita Hedwigis, priorissae mo- 
nasterii in valle, postea abbatissae 
in monasterio B. M. V. in Mun- 
ster. 

A cette époque vivait un autre 
écrivain de notre ordre, du même 
couvent de Cappenberg. Il s'appe- 



lait : Heurtais Henrici, et pourrait 
être celui, auquel Hermann — le 
juif converti — dédia son ouvrage : 
Incipit liber de conversione.... Cha- 
rissimo filio Heur ko. 

Source : Stadtmann, Annales Cappenb. 
MS. Les notices Hermann, Otto et Stadt- 
mann, se trouvent en ce Dictionnaire à 
leurs places respectives. — Cfr. Aug. Hû- 
sinfT, Dcr H. Gottfried, Munster, 1882. 

FRUMENTIUS (Jean) ; I, 
284-5. Profès de 1596, prêtre de 
1599 ; circateur (i6o3), sous-prieur 
(1609); maître des novices (1620). 

J'apprends avec satisfaction qu'il 
ne manque que quelques feuillets 
à la chronique inédite des abbés 
de Parc (i 129-1620) : ce MS, dont 
Frumentius est l'auteur, se trouve 
encore de nos jours aux archives 
de cette abbaye. J'avais été induit 
en erreur par l'une des sources, 
que j'ai loyalement citées. — Voyez 
le Nécrol. du Parc, publié par M. 
l'archiviste Raph, Van Waefelghem, 
1906, pp. 349-50. 

FUCHS (Sébastien II) : Vol. 
I, pp. 285-6. A l'âge de i5 ans il 
perdit ses parents, et se rendit à 
Neisse et à Breslau. 

Parmi ses œuvres littéraires, les 
nn. I et 3 furent imprimés à Pra- 
gue, mais sans indication du lieu 
d'impression. 

J'ai dit que le prélat Fuchs éta- 
blit, en i589, une bonne typogra- 
phie à l'abbaye de Klosterbruck. 
Christian d'Elvert (Beitrâge zur Ge- 
schichte der Statistik Mâhrens, 
1854, Brûnn, VI, pp. 5i-55) et d'au- 
tres écrivains ont servi de guides 
à mon zélé collaborateur M. le 

V 

chanoine Zdk : celui-ci les cite, 
et nous fait connaître des particu- 
larités fort intéressantes concernant 
cette imprimerie. Elles sont pour 
ainsi dire inconnues ; c'est pourquoi 
je me fais un vrai plaisir de les 
communiquer ici. Il s'exprime en 
ces termes : 

Dièse Buchdruckerei soUte aus- 
schliesslich dem katholischen In- 
teresse dienen. Das kostspielige 



FÙC 



— 5i — 



FUC 



Werk wurde im Jahre 1589 be« 
gonnen, indem Fuchs zur Herstel- 
lung und Einrichtung der neuen 
Buchdruckerei dem Buchdrucker 
und Schriftsetzer Ulrich Sulzer auf- 
nam und ihm (16. September iSSg) 
Empfehlungsschreiben an dessen 
Freunde und Andere, sowie (22. 
April i5go) an dessen Schwager 
Joh. Maer, Buchdrucker in Dillin- 
gen, behufs Entlehnung kleiner 
und grosser Matrizen mitgab. Aber 
erst nach Jahren konnte dieser Prâ- 
lat mit grossen Kosten eine mit 
ausgewâhlten und zierlichea Buch- 
staben ausgestattete Buchdruckerei 
in Bruck zustande bringen, und 
das erste Werk, was dort ans Licht 
trat, war aus sciner Feder. 

In dem Schreiben an den Cardi- 
nal Cinthius, an den pâpstlichen 
Kâmmerer und spâter Olmùtzer 
Bischof Dietrichstein und an den 
pâpstlichen Theologen Vossius vom 
29. October 1594 sagte er : « Prae- 
lum et Typographiam, quam ingen- 
tibus non ita pridem impendiis hoc 
in lucensi coenobio novam ac se- 
lectioribus elegantissimisque Typis 
adornatam institui.... » 

Dièse Buchdruckerei, die 1599 
drei Gesellen beschâftigte, war bis 
1608 im Betriebe ; wohin die (1720 
grôsstenteils noch vorhandenen) 
Lettern kamen, ist unbekannt. Sie 
war mit vielen Gattungen sauberer 
netter Schriften und verschiedener 
Holzschnitt-Verzierungen reichlich 
versehen . 

Die aus der Brucker Druckerei 
erschienenen Werke fùhren aile nur 
die allgemeine Aufschrift : « Typis 
Lucensibus » bei den lateinischen 
und « gedruckt im Kloster Bruck 
an der Thaja » bei den deutschen 
Auflagen. Bei keinem ist der Name 
des Druckers genannt ; als solche 
sind nur der schon erwahnte Sul- 
zer aus Dillingen in Schwaben und 
Bartholomaus Albert Fuhrmann 
(Auriga) aus Loslau in Schlesien 
bekannt. 

Aus dieser Werkstâtte haben sich 
im ganzen 21 seltene Werke erhal- 



ten {d'Elvert, o. c, p. 56), davon 
i5 in deutscher, i in bôhmischer, 
5 in lateinischer Sprache ; von die- 
sen 21 Werken wurden 10 noch 
unter Sébastian Fuchs, die ùbrigen 
unter seinen Nachfolgern gedruckt. 
Vom Abte Sébastian wurden dort 
folgende, von ihm selbstverfasste 
Werke herausgegeben : 

6. Geistliche Kriegsrûstung wi- 
der den gemeinen Blutdurstigen 
Tyrannen vnd Erbfeindt Christ- 
liches Namens den Tiirken (wie 
ihm neben der aùsserlichen Gegen- 
wehre gliicklich obzusiegen sei, im 
gegenwârtigen Zuge gegen densel- 
ben), 1595, i3o BL, 40 Dièses 
Werk widmete Fuchs als « die Erst- 
ling seiner neulich allhie angerich- 
teten Typographie » dem kaiser- 
lichen geheimen Rathe, Obersthof- 
meister und Kâmmerer, dann Staats- 
minister Wolfgang Rumpf zu Viel- 
rosz, Freiherr von Weitra. 

7. Ein Christliche Predig, zum 
neuen Jahr, den katholischen Chris- 
ten vnd vnderthanen desz Stiffts 
vnd Gottshausz S. Wenceslai zu 
Bruck. 1596, i5 Bl., 40. 

8. Sententiae Morales D. Bernar- 
di abbreuiatae, das ist Geistliche, 
kurtzverfaszte Spruch vnd Sententz 
desz Heyligen Hocherleuchten 
Bernhardi Abbten zu Claraualle 
Cistertienser Ordens, Allen vnd je- 
den Andâchtigen Gotseligen Chris- 
ten zu sonderm Nutz vnd From- 
men ausz dem Latein in vnser ge- 
maine Teutsche Sprach gebracht. 
1596, i32 BL, 80 (gewidmet der 
Frau Grâfin Maria Rumpffin, geb. 
Grâfin von Arch etc.). 

9. Agendarium [omnia ut Vol. I, 
p. 286]. Typis Lucensibus, iSgS, 
pp. 128, 40. — BB. de l'abbaye 
de Mondaye. 

10. Breviarium juxta ritum Can- 
didissimi Ordinis Praemonstraten- 
sis. 1697, 2 partes in i vol., maj. 
4° seu parvo fol. 

Le catalogue 106 de Ludwig 
Rosenthal, à Munich, offrait en 
vente un exemplaire, au n» 721 ; 
le libraire ajoutait ces renseigne- 



GAR 



— 52 — 



GAR 



ments : « Avec bordure du titre 
gr. en bois ; nombreux bois dans le 
texte. Caract. r(ouges) et ri(oirs). 
12 ff. non chiff., pp. 354 ^^ ^41 
chiff. » — Il y a une dédicace de 
l'abbé Séb. Fuchs, datée du 28 
août i5gy, selon le témoignage du 
chan. Zâk. Celui-ci continue ainsi : 
Die Rûckseite des kûnsderisch aus- 
gefûhrten Titelblattes zeigt das 
Stift Klosterbruck an der 1 haja mit 
dessen grossem Wappen und der 
Devise : Feramvs pacienter (sic), 
darûber die Initialen des Heraus- 
gebers S. B. A. L. und 8 Ver- 
se. 

C'est à Klosterbruck que furent 
imprimées, en 1596, les poésies en 
l'honneur du prémontré Sébastien 
Choiieborius, que j'ai mentionnées 
dans la notice « Sumbald (Georges) » 
Vol. II de ce Dict., p. 227. 

Egalement les « Vier Predigen 
.... vor der Pestilentz » par Caspar 
von Questenberg : 1608, pp. 110 in- 



4". Sa notice se trouve dans le 
même Vol. II, pp. 71-74. 

Et encore l'ouvrage devenu rare 
de Sigismond Kohel : Praemonstra- 
tensis ordinis nonnullorum Patrum 
Vitae [c'est ainsi que les Bollan- 
distes donnent le titre ; le chan. 

Zâk le complète par ces mots :) 
ex variis Authoribus coUectae. Ty- 
pis Lucensibus ad fluvium Dia. A. 
1608, 40 Dedic. Abbati Strahov. 
Lohelio. — BB. des abbayes de 
Selau et de Frigolet (Leffe). 

Voyez les Bollandistes modernes : 
Bibliotheca Hagiograph. latina an- 
tiq. et med. aetatis. Bruxell. 1899, 
p. 573 ; Hermann. los. — 1901, 
p. 903 : Norbertus. — J'ai consul- 
té le P. De Backer, BB. des Ecriv. 
de la C. de J., i853, t. I, 706 ; — 
Vrbka, o. c. 1898, pp. 34-35 ; — 
et tout particulièrement le travail si 

consciencieux de M^ le chan. Ziik, 
Das Chorherrenstift Pernegg, 1900, 
pp. 3 à II. 



G 



GARTNER (Maximilien-Jean), 
né à Heiterwang, dans le Tirol, le 
27 déc. 1801. Admis à l'abbaye de 
Wilten, il reçut l'habit le 21 oct. 

1826, fit sa profession le 22 oct. 

1827, et fut promu au sacerdoce 
le 25 juin. i83o. En 1839 il était 
préfet au gymnase d'ïnnsbruck. Le 
12 juillet 1846, il partit pour la 
mission S. Norberthouse dans l'A- 
mérique septentrionale (Wisconsin), 
mission fondée en 1844 par un 
autre Prémontté de Wilten, Adal- 
bert Inama. En i85i, Gartner re- 
tourna en Europe, recueillit des 
aumônes pour la mission, et repar- 
tit le 2 juin i852, emmenant avec 
lui son confrère Franc. Xav. Sailer. 
En juillet i858, le P. Gartner re- 
vint définitivement à Wilten, fut 
curé à Vols de i859 à 68, puis 



archiviste diligent à l'abbaye, et 
sous-prieur. Il quitta ce monde le 
25 mai 1877. 

1. Reiseleben. MS en 4 tomes, 
où il décrit son voyage à Rome, 
en 1841. 

2. Aus meinem leben (i8oi-i856). 
MS. 

3. Tagebûcher der rômisch-ka- 
thol. Missionen in Nord-Amerika. 
1846-58. MS en 7 vol. 

4. Kunstnotizen. MS. i vol. 

5. Miscellanea. MS. i vol. 

6. Frommes Andenken von der 
Wallfahrt auf S. Blâsiberg ob Vols. 
1877, Innsbruck, Vereinsbuchhand- 
lung, 3 édit., pp. 32 in-120 Ano- 
nyme. 

Sources : Catalog. O. Praem. 1837, p. 
loi, et i85^, p. i5o ; — Catal. Wiltin. 
1869, p. 5 ; — Damier, MS adressé en 
1896 à l'auteur de ce Dictionnaire. 



GAS 



— 53 — 



GEI 



GALAVIS (Juan), savant pré- 
montré espagnol, qui était en 1729 
le 55^ président du collège S. Nor- 
bert, à Salamanque. Le Pape le 
nomma en cette année, le 28 no- 
vembre, archevêque de St-Domin- 
gue et primat des Indes. En lySy, 
Juan Galavis prit possession du 
siège archiépiscopal de Bogota, la 
capitale de la Colombie. Il y mou- 
rut en 1739. 

Sources : Hu^o, Annal. II, col. 389-90 ; 
— Felipe Ferez, Geojj;r. gênerai fisica y 
politica de los Estados Unidos de Colom- 
bia, 2 edic, Bo^^ota i883, p. 190 : ren- 
seign. de Mr Jalhay, consul de Colombie, 
à Etterbeek-Bruxelles. 

GALECKA (Hélène), chanoi- 
nesse de Zwierzyniec, née le 12 
juillet 1846 à Dobrostany, en Ga- 
licie. Admise à la vêture le 24 oc- 
tobre i865, elle prononça les vœux 
en 1869, également le 24 octobre. 
Cette religieuse, qui a reçu une 
éducation fort soignée, se distingue 
par son instruction plus que com- 
mune ; c'est elle qui, depuis 1884, 
rédige et fait imprimer les directoires 
qui règlent les offices du chœur. 

Sources : S^ AndrnsikieiK.icz, MS de 1899 
déjà cité ; — Catalogus gêner. 1900, p. 
3o6. 

GARREAU (Ambroise) : Vol. 
I, pp. 291-3. 

4. Mois de Marie. MS. 

5. Le livre du jeune commu- 
niant. (Traduction) MS. 

Source : Catalogue des livres écrits par 
des Préraontrés, â la BB. de Frigolet 
(Lefife) : ms de 1906 que j'ai sous les yeux. 

GASPAR (Maurice), né à Lou- 
veigné, non loin de Sprimont, le 
29 nov. 1875, reçut la robe blanche 
à l'abbaye du Parc, le 9 oct. 1900. 
Il prononça les vœux tout juste 
deux ans plus tard (1902), fut or- 
donné prêtre le 10 sept. 1905, et 
partit pour le Brésil le 18 oct. sui- 
vant, pour être missionnaire à Sete 
Lagoas. (Catalog. Pnem. O. 1905). 

I. Grand nombre d'articles dans 
la «Bibliothèque Norbertine », re- 
vue de l'abbaye du Parc. (1903 et 



ann. suiv.) Ces articles se distin- 
guent par un style correct et cou- 
lant. 

2. Les Prémontrés Belges et les 
Missions étrangères. — Louvain, 
Smeesters, 1905, in-8°. pp. 196 ; 
90 simili-gravures, et 2 cartes. L'au- 
teur donne l'historique de chacune 
des missions fondées par les Pré- 
montrés belges. 

GEDEON (Ludolphe), cha- 
noine de Jâszô, originaire de Felso- 
Meczenséf. En 1775-6 il fit ses 
études à l'académie de Schemnitz. 
Lorsque nos monastères furent sup- 
primés en Hongrie (1786-87), il 
devint chapelain à Licze, ensuite 
curé à Debrod en 1791, et déjà 
l'année suivante à Felso- Meczenséf, 
jusqu'en 1802. Il fut appelé alors 
à Buda « pro concertatione ». En 
1804 il eut la direction des biens 
temporels du monastère restauré, en 
i8o5 l'administration de ceux de 
Pecze Szentmarton (Grosswardein). 
C'est ici qu'il mourut le i3 juillet 
1806, dans la 55^ année de son âge. 

Robert Farkas, prémontré de Jàs- 
zô, cite plusieurs fois : « Diarium 
Ludolphi Gedeouy de restitutione 
Ordinis Praemonst. in Hungaria. » 
MS. 

Sources : Corn, Nâtafalussy, Schema- 
tismus 1891, pp. ii5, 117, 167. — Rob. 
Farkas, A JàszàwkTi Prem. Kanonokrend.... 
1902, pp. 28-39 dans les notes, et 323. 

GEISZLER (Caspar), 38^^ prélat 
de Roggenbourg. Né à Augsbourg 
le 24 avril 1697, il fit ses études 
humanitaires chez les PP. Jésuites, 
et fut l'un de leurs plus brillants 
élèves. Etant en philosophie, il de- 
manda son admission à l'abbaye de 
Roggenbourg, et c'est là qu'il se 
consacra à Dieu par les vœux so- 
lennels, le 12 sept. 1717. Les su- 
périeurs l'envoyèrent à l'université 
de Dilingen, pour y suivre le cours 
de métaphysique, puis ceux de théo- 
logie et de droit canon ; il en re- 
vint après quatre ans d'études assi- 
dues, ayant acquis le grade de 
docteur en cette double science. 



GEI 



-54- 



GEL 



Ordonné prêtre en 1722, il dut 
par obéissance instruire les jeunes 
gens pendant quelques années ; en- 
suite il enseigna à ses confrères la 
philosophie, la théologie, le droit 
canon. Il était en outre très versé 
dans la géométrie, au point qu'on 
eût pu l'appeler maître en la ma- 
tière. 

Caspar eut l'honneur d'être nom- 
mé notaire apostolique public, juré, 
et immatriculé à JRome. Après avoir 
rempli les fonctions de secrétaire- 
conseiller à l'abbaye, et celles de 
curé à Schiessen, il fut élu prélat 
de Roggenbourg le 22 mars 1735. 

En 1738, Geiszler fut délégué, 
par les autres abbés de la circarie 
de Souabe, au chapitre général qui 
devait se réunir à Prémontré, au 
mois de mai. Dès la première 
séance il y fut nommé définiteur, 
et dans la dernière vicaire-général 
pour la Souabe. 

Im^possible de narrer en quelques 
lignes tout le bien qu'il opéra sous 
le rapport spirituel comme sous le 
temporel. Prélat aussi sage que 
savant, il fut en même temps un 
administrateur modèle. Il rendit 
son âme à Dieu le 23 juin 1753, 
alors que la nouvelle église abba- 
tiale, qu'il faisait bâtir, allait être 
achevée. 

I . Ecclesiae Roggenburgensis j am- 
num Sexcentenariae Triumphus, 
prgesidii et debitae gratitudinis tes- 
sera. Das ist : Des in Gott fro- 
lockenden, mit neu - vermehrten 
himmlischen Schuz triumphiren- 
den, und mit erstandenen Sechs- 
hundertjahrigen Stifftungs - Alter- 
thum beglûckten Reichsstiftt und 
Gottshaus Roggenburg, bey Bege- 
hung, und mit achttagiger Andacht 
solennisirten sechsten Stifftungs 
Saeculi abgelegtes Danckopfer. — 
Bayrhamer et Lienhavdt affirment que 
ce travail fut imprimé ; le premier 
ajoute que leurs confrères Geiszler 
et Christophe Kayser y prouvent 
abondamment qu'ils étaient de bons 
poètes. Ils nous laissent ignorer le 
lieu d'impression et le reste, ce que 



je regrette (Christ. Kayser aura 
sa notice plus loin). 

2. Acta Roggenburgensia, seu 
ortus et progressus Canoniae Rog- 
genburgensis ; etiam vitae et gesta 
Prœpositorum ab a. 11 26. usque 
ad a. 1735. MS in-fol. 

3. Origo et fata Canoniae Chur- 
vi^aldensis. MS. 

4. lUuminator, et in via chris- 
tianae perfectionis ductor, seu pastor 
fortunatai noctis. MS. Ex idiomate 
gallico in iatinum. 

5. Geiszler traduisit quelques opus- 
cules français en langue allemande. 
MSS. 

6. « Er verfertigte selbst geogra- 
phische und fur seine Roggenb. 
Herrschaft topographische Char- 
ten. )) Vers 1771, les archives de 
l'abbaye de Roggenbourg gardaient 
une dizaine de ces cartes, dessinées 
avec beaucoup d'art par ledit prélat. 

4. Johannis de Palafox « Pastor 
fortunatae noctis » [i. e. Nativita- 
tis Domini. I Ex gallico in Iatinum 
traduxit Casparus : a. 1729-30, pp. 
i3o in-8^\ MS à la BB. roy. de 
Munich, n^ i5367 (Rogg. 67). 

Sources : Capitulum gêner. O. Praem. 
M.DCC.XXXVIII. Virduni. pp. 5, 9, 16. 
27, 3i, 33. — Bayrhaniir, o. c. de 1760, 
pp. i5o à 169, et 173 ; — IJenhardt, Spir. 
lit. Norb., pp. 183-4, sous le titre de Cas- 
parus. Pourquoi ne donne-t-il point le nom 
de famille ? — Weiler, opusc. cité de 1822, 
pp. 62 à 64, et 76; celui de 1828, pp. 
75-76. 

GELINEK ou CERVETTI : 

V' Vol. de ce Dictionn., pp. 299- 
3oo. 

I. Theologia historico-polemica. 
Auctore Hermanno Jelinek (sic), 
can. Siloënsi. MS ann. i75i-52. 
Item : Supplementum scholastico- 
practicum de actibus humanis. MS 
an. 1753 ; in uno tomo. BB. de 
Siloë. 

GELLIUS (Gaspar) : Vol. I, 
pp. 3oo-3oi. 

J'ai eu la chance de voir une 
thèse théologique de ce chanoine : 

De Haereticis. Q. Theolo. (sic) 
Prid. Martini. 1572. Vtrum liceat 



GER 



— 55 — 



GER 



catholico Magistratui in Hereticos 
(sic) supplicio capitis animaduer 
tere ? Propositiones (2). — Conclu 
sio I-IIII. Asserebat Gasparus Gel 
lins Cœnobita Floreft. — Sub Cas 
tro Angelico apud R. Velpium Typ 
Jur. (Lovanii), i feuillet in-fol 
aux archives de l'abbaye du Parc 

GENERE (Franc.) : Vol. I, 
pp. 3oi-2. Profès de 1741, prêtre 
de 1745. Elu abbé du Parc le 3 
juin 1764, député aux Etats de 
Brabant en 1768 et 1774. — La 
date de sa mort est le 12 sept. 
1778 : l'érudit chan. Raymaekers 
a été induit en erreur. Voyez le 
Nécrol. du Parc, édité par M. Raph. 
Van Waefelgheniy Février 1907, pp. 
374-5. 

I. J'ai vu et transcrit : 

Lovanii 17. Augusti Anno i753. 
Thèses Sacrae, Ex Posterioribus 
Capitibus Evangelii secundùm Mat- 
thaeum. Thesis i^-3*. Praeside.... 
Stephano Dominico De Laittres à 
Brania-Comitis, Defendet Francisais 
Généré Lovaniensis, Ord, Praem. 
Typis Martini van Overbeke. — i 
feuillet grand in-fol. aux archives 
de l'abb. du Parc. 

GERART, GERARDI ou 
GEERAARDS (Jean), né à Orp- 
le-Grand (Adorp), chanoine-prêtre 
de Tongerloo, où il fit sa profes- 
sion le 8 septembre i543. Il rem- 
plit les charges de circateur, de 
cellérier, et fut depuis i555, durant 
3o ans, le zélé prévôt des norber- 
tines à Herentals. Il y mourut le 
25 novembre 1 585, laissant un MS. : 

Catalogus omnium priorissarum 
monasterij Horti conclusi Virginis 
Deipare (sic), ordinis Premonstra- 
tensis in Herentals quem conscrip- 
sit frater Johannes Gerart ab Adorp 
ejusdem cenobii prepositus ut ex 
diversis et mendosis libellis et mo- 
numentorum superscriptionibus col- 
legit non sine îabore et industria 
anno Domini i575 in Aprili et post 
Pascha. 

Le catalogue du prévôt Gerart 
fut amendé et complété, vers 1730, 



par un de ses successeurs, Milon 
Verhaegen ou Verhaghen, 1717- -|- 
1737. 

Sources : W. Van Spilheeck, Het Heren- 
talsch klooster.... 1892, pp, 40, 41, 5i, 
64, 116, 233-279; Necrologium Tong. 1902, 
p. 240. 

Parmi les sœurs norbertines de 
Herentals, on distingue tout parti- 
culièrement : 

lo Dorothea Aertsj professiedag 
8 sept. 1676, overl. i5 maart 1718, 
was 28 jaren schrijfzuster. — 2^ 
Eenige boeken, dat is 3 gradua- 
len op velijn, geschreven in i559 
door Sophia Nollens, zijn heden 
nog voorhanden : met geschilderde 
beeldletters. — 3<^ Toen, bij het ein- 
de der 17c eeuw, een nieuwe zang 
in de orde van Premonstreit was 
ingevoerd, schreef Clara Vos de noo- 
dige nieuwe zangboeken ; zij over- 
leed in 1701. — 4° Roznata Maes, 
van wie vermeld wordt, dat zij 
vêle koorboeken schreef, en die in 
1722 stierf, had waarschijnlijk Cla- 
ra's taak voortgezet. (W. Van Spil- 
heeck, Het Herentalsch klooster 
O. L. V. Besloten-Hof, 1892, pp. 
38, 119, 120 en 279.) 

Additions, i. Geesteliick lof-dicht 
/ ter eeren vande Godt-minnende 
ende deuchtsame / maghet / J°"ff 
Dymphna Tessens / Doende haere 
solemnele professie inden besloten 
Hof van Maria / der Ordre van Pre- 
monstryt, binnen Herentals. Op- 
ghedraghen door haer Broeders 
F. Ignatius / Tessens Camerlinck 
ende Leesmeester, ende F. / Her- 
mannus Joseph Novitius van Ton- 
gerlo. — Jaerschrift. brUYt DYM- 
pna bLYft gestaegh Int sLot / ghY 
hier behaghen sVLt aen got. / 
Ghedruckt tôt Mechelen by Robert 
Jaye. (In-plano, op doek gedrukt.) 

2. Lofdicht / opgedraeghen aen 
de achtbaer jouffrouw / jouffrouw/ 
Ursula van I31eckenbergh / doende 
haere solemnele professie / Inden 
beroemden besloten Hove van onse 
Lieve Vrouwe der H. en Canonikale 
Ordre van Premonstreyt binnen He- 
rentals den i5 Juny. / Jaer-schrift 



GER 



— 56 



GER 



en thema, / heer ghY sULt (ons 
brUYt) InLeYDen, en pLanten In 
Den bergh UWs erfDeeL, / In Die 
sterCkste Wooningh, Die ghY, o 
goD hebt UYtgeWerckt. Exod. 
i5. V. 17. __ Door JoVffroUW 
Van bLeCkenbergh U. L. Moitié, 
/ enDe Door De heer haLLoInt 
sUpprIor onser LIeVe VroUWe 
tôt tongerLoo. / t' Antwerpen, By 
de Weduwe van Petrus Jacobs, in 
de corte Nieuw-straet, in den wit- 
ten Leeuw. (In-plano.) 

3. Necrologium monasterii Horti 
conclusi in Herentals. MS. saec. 
XVI in fine (?) 

4. Alterum flandricum. MS. — 
Ambo in archivis abbatias Tongerl. 

GERLACouJERLOCH : Vol. 
I, pp. 3o3-4. 

Les Annales de Gerlac, i^^" abbé 
du couvent de Mûhlhausen (Milo- 
vicium, Milevsko,) sont une source 
historique du plus grand intérêt 
pour le dernier quart du 12^ siècle, 
dans l'histoire de la Bohême. Elles 
sont même, en certains endroits, 
et surtout de l'an 1173 à 1197, une 
source unique. C'est la raison pour 
laquelle les savants de ce pays les 
estiment extraordinai rement. 

L'autographe original se trouve 
aux archives de l'abbaye de Stra- 
hovi^, depuis 70 ans environ. Le 
très précieux Codex, sur parche- 
min et encore dans sa reliure pri- 
mitive, a pour signes : D. K. j23, 
et se compose de 112 feuillets petit 
in-folio ; on regrette fort la perte 
de plus de 20 autres ff. En Bohême, 
les historiographes citent ce MS 
sous les titres de : Annales Bohe* 
miae, — Chronographus Siloënsis, 
— ou Codex Strahoviensis. 

Sans aucun doute, cette chro- 
nique fut composée et écrite vers 
la fin du 12^ siècle ou au commen- 
cement du i3e, au monastère de 
Milevsko. L'on ignore comment et 
quand précisément ce MS est ve- 
nu dans la BB. métropolitaine à 
Prague ; peut-être au XV^ siècle. 
En tout cas, il y fut pendant de 
longues années : c'est là que Tho- 



mas Pessina de Czechorod le vit 
et le consulta (« Phosporus Septi- 
cornis » Pragae 1673), ainsi que le 
chanoine Jean Berghauer (« Proto- 
martyr poenitentiae. S. Joan. Ne- 
pom. » Augsburg 1737). Plus tard 
Antoine Wokaun, évêque de Kal- 
linich et sufïragant de Prague, 
Bonaventure Pitter, abbé de Rai- 
gern (Ordre de S. Benoît), virent 
également le codex en question, si 
bien qu'ils s'en procurèrent la co- 
pie, le bénédictin jusqu'à une dou- 
ble copie. Wokaun mourut en 1757, 
Pitter en 1764. 

Or c'est en 1764 que le célèbre 
Piariste (de l'ordre des écoles pies), 
le P. Gélase de Ste Catherine Dob- 
ner, commença la publication de 
son bel ouvrage « Monumenta His- 
torica Boëmiae nusquam antehac 
édita » Pragae 17 64 -1785, 6 tomi. 
Dobner, qui était recteur au collège 
des PP. Piaristes à Prague, est 
considéré comme le créateur de l'his- 
toire moderne en Bohême ; il est 
mort en 1790. Dans le i^ tome de 
son recueil se trouvent les Annales 
de notre Gerlac de Milevsko, pp. 
79 à 122, sous le titre : Chrono- 
graphus Siloënsis. Ce fut en vain 
hélas ! que Dobner avait cherché à 
se procurer l'original, à la BB. 
métropolitaine, vers 1764. Le pré- 
cieux codex avait disparu. Tout 
attristé après des investigations mul- 
tiples mais infructueuses, ignorant 
en outre que Dom Pitter eût des co- 
pies du môme MS, Dobner dut 
bien se servir de la copie de l'évêque 
Wokaun : celle-ci était alors à la 
BB. épiscopale de Leitmeritz. Il 
est de toute évidence, que personne 
ne peut imputer au savant et pre- 
mier éditeur de Gerlac les erreurs 
et lacunes, dont fourmille la copie 
de Leitmeritz : il a été forcé de 
s'en contenter, malgré lui. 

Ce n'est que 34 ans après la mort 
du P. Dobner, à savoir en 1824, 
que le MS autographe de Miihl- 
hausen fut retrouvé, et encore par 
un pur hasard. Le chapelaia Die- 
trich, faisant un jour visite à un 



GER 



- 57 - 



GER 



chirurgien dans la ville de Postel- 
berg, en Bohême, fut extrêmement 
surpris d'y découvrir l'antique par- 
chemin ; l'homme de l'art avait uti- 
lisé déjà quelques feuillets ! Le très 
érudit historien Jos. Dohroivsky, an- 
cien religieux de la Compagnie de 
Jésus, — qui avait été supprimée, 
— fut mis au courant de la trou- 
vaille, et fît l'acquisition du codex. 
En 1827 il en donna une édition, 
et fit don du MS à l'abbaye de 
Strahow, qui a de nos jours la pro- 
priété du domaine de Milevsko. 
C'est donc d'une manière réelle- 
ment étonnante que cette chronique, 
jadis écrite pour des norbertins, 
soit possédée derechef par leurs 
descendants, après tant de siè- 
cles ! 

Dans le remarquable codex de 
Strahow se trouvent les ouvrages 
suivants de 4 auteurs : 

lo Bedae historia ecclesiastica 
Britanorum et maxime Anglorum. 
76 folia. 

20 Annales Vincentii, canonici 
Pragensis, dicti Chronicon Bohe- 
morum, 1140-1167. 14 folia. 

3« Annales Gerlaci abbatis, 1167- 
II 87. 6 folia. 

40 Ansberti, clerici austriaci, his- 
toria de expeditione Imperatoris 
Friderici I : 1187-1193. 18 folia. 
Huic historiae (ut mihi scribit R. 

D. Zak) (5°) a Gerlaci manu non- 
nuUae notae reperiuntur magni mo- 
menti, quae annalium ejus ad a. 
II 87 abruptorum continuationem 
quamdam constituunt. Tandem con- 
tinuatio Gerlaci (2 ultima folia) de 
annis iigS-iigS subito abrupta ob 
defectum ultimorum foliorum. 

Le latin de notre abbé Gerlac 
est beau, son style est élégant, la 
forme variée. L'auteur est véridique 
et absolument sincère ; il a réuni en 
un codex les divers faits historiques, 
qu'il avait d'abord recueillis et 
rédigés. 

Nous l'avons dit plus haut, c'est 
le P. Dohner qui, le premier, a édité 
le codex, mais suivant la copie 
défectueuse de Wokaun, dans les 



« Monumenta Historica Boëmiae » 
T. I, Pragae 1764, pp. 1-129. 

2^ édit., qui est la première com- 
plète et conforme à l'autographe : 
Jos. Dohrowsky, Historia de expedi- 
tione Imperatoris Friderici L Pra- 
gae 1827. pp. XXII et i38, in-8". 
En ce volume sont reproduits les 
2 derniers feuillets, c'est à-dire la 
continuation de Gerlac. En effet, 
Dobrowsky a démontré clairement 
que l'écrivain, désigné plus haut 
sous les nos 3 et 5, est un seul et 
même personnage, à savoir Gerlac 
de Milevsko. 

Après cet éditeur, il y a le Dr 
Franc. Palacky^ auteur d'une his- 
toire moderne de la Bohême, qui 
traite plus au long cette même 
thèse, et la prouve : Wûrdigung 
der alten bohmischen Geschicht- 
schreiber. Prag i83o, pp. 65-89, 
artic. V et VI. — Reimpressio : 
Wûrdigung der àlteren (sic) bohm. 
G. : Prag 1869, pp. 79 et sq. 

Autres éditions : Wilh. Waiten- 
hach, dans les « Monumenta Ger- 
maniae historica » de Pertz, Script. 
T. XVII, (1861), 654.710, et dans 
ses propres « Deutschlands Ge- 
schichtsquellen » pp. 367 et suiv. — 
Hippolyt Tauschinski et ^lathias 
Pangerl, dans les « Fontes Rerum 
Austriacarum » Script. T. V, pp. 
XXXVI et 212. Wien i863. — Dr 
Jo3. Emler et W. Tomek, dans les 
« Fontes Rerum Bohemicarum » T. 
II, pp. 401-5 16, versio latina et 
bohem., Pragae 1874-76. 

Ces trois éditions sont remarqua- 
bles, à cause des introductions et 
des notes pleines d'érudition, qui 
les accompagnent. 

Grandauer (Georg). Die Jahrbîicher 
von V'incenz und Gerlach. Leipzig 
1884. Geschichtschreiber der deut- 
schen Vorzeit, 12 Jahrh., Bd. 19, 
pp. XI et 170. 

Articles publiés sur Gerlac : 
dans « Blahovcst » Praze, 1860, 
pp. 20S-211 ; — par mon collabo- 
rateur M'' Zâk, dans les : Mitthei- 
lungen des Institutes fiir ost. Ge- 
schichtsforschung in Wien, 1895, 



GEU 



58 — 



GEV 



Innsbruck (Wagner), pp. 653-659. 
Le titre : Zur Biographie des An- 
nalisten Gerlach. Plusieurs écrivains 
sont cités dans cet article. — Le 

professeur A. Bachmann : Uber al- 
tère bohmische Geschichtsquellen... 
Abt Gerlach von Mûhlhausen und 
sein Werk, dans : Zeitschrift des 
Dcuts. Vereines fur die Gesch. 
Mahrens u. Schlesiens. Red. Dr 
Schober. Brûnn igoo, pp. 106-12 3. 

GERLING (Georges), chanoine 
de Tabbaye d'Arnsberg, natif de 
Merklinghausen. En 177 1 il était 
professeur au gymnase a Lauren- 
tianum » et en i8o3, lors de la 
suppression de sa maison, il rem- 
plissait les fonctions de curé à 
Hùsten. Il est l'auteur d'un drame 
composé pour les élèves (177 1) : 
(( Dièses ist die Veranderung der 
rechten Hand des Hôchsten. » (Dr 
Fr. Xav. Hoegg^ o. c. de 1843, pp. 
39 no 4, et 52,) 

GERNANDUS, 22*^ évêque de 
Brandenbourg,de 1222 jusqu'aux IX 
des Kal. de Janvier 1241, date de 
sa mort. Il a mérité l'éloge suivant : 

Hic bonae literaturse magister 
fuerat Alberti Archiep. Magdeburg. 
qui propter morum & scientise ele- 
gantiam ipsum ad decanatum & 
episcopatum creditur promovisse. 
Fuit enim homo mundus dulcis 
affabilis studiosus & disciplinatus 
adeo ut & ipsi filii nobilium mit- 
terentur ad eum disciplina & mori- 
bus imbuendi. Cotidie (sic) paupe- 
res & scolares ad mensam coram 
se posuit comedentes. 

Sources : ChroniconBrandenb. apud Ma- 
dervm in Antiq. Brunsvic. p. 275 ; — dc- 
cuments cités par Gercken. dans son ouvr. 
sur Brandenbourg, 1766, pp. 109-117. 

GEUDENS (Martin) ; Vol. I, 
pp. 3o6-3o7. 

4. The Life of St. Norbert, foun- 
der of the Order of Prémontré, 
Archbishop of Magdeburg, by the 
Rev. F. M. Geudens, C. R. P. 
Washbourne, 1886. 

5. Sister Rose and the Mass of 



Réparation. Translated from the 
French by the Rev. F. M. Geudens, 
C. R. P. Burns and Oates, 1888. 

6. Manual of the Third Order of 
St. Norbert. Compiled by the Rev. 
F. M. Geudens, C. R. P. Burns 
and Oates 1889. 

7. A Record of the Archconfra- 
ternity of the Holy Mass ot Répa- 
ration, canonically erectcd in the 
Church of Corpus Christi, Man- 
chester, by the Rev. F. M. Geu- 
dens, C. R. P. Orphans' Press, 
Rochdale. 

10. Tract on Holy Mass. or Why 
and How should we hear Mass 
every Sunday. By the Rev. F. M. 
Geudens, C. R. P. Catholic Truth 
Society, 1889. 

9. Annus Asceticus Norbertinus 
Sive Monita Spiritualia quae ex 
Scriptis Sanctorum Ordinis Praemon- 
stratensis excerpsit excerptaque per 
singulos anni dies disposuit Rev. 
Fr. Martinus Geudens, Can. Reg. 
Praem. Typis Orphanotrophii Fra- 
trum Charitatis de Buckley Hall 
apud Rochdale. 1895. Petit in-8«, 
pp. i56, arbre hagiolog. 

12. Life of Bl. Hrosnata, by Rev. 
Abbot Geudens. 

14. Short Lives of Norbertine 
Saints. First Séries., (Eighteen Il- 
lustrations.) Printed by Ch. van 

de Vyvere-Petyt, Bruges (Belg.) 
1904. pp. 32 in-80. 

i5. Dissertatio de B. Juliana. 
pp. 12 in-80. Cette dissertation est 
insérée dans les « Analectes de l'Or- 
dre de Prémontré» t. II. N^ i. 
Février 1906, tout au commenc. 
de la livraison. 

GEVELERS (Libert-Alphonse), 

né à Malines le 6 mai 1876, se fit 
prémontré à l'abbaye de Tongerloo. 
Admis à la vêture le i5 octobre 
1894, ^1 prononça les vœux le i5 
octobre 1896, et fut ordonné prê- 
tre le 3i mars 1900. 

Adjoint d'abord au chanoine Igna- 
ce Van Spilbeeck dans la direc- 
tion des Dames Bernardines à So- 
leilmont près Gilly (Hainaut), il fut 
nommé prévôt des religieuses Nor- 



GEV 



-59- 



GHE 



bertines à Neerpelt, le 3 mai 1904. 

1. Eene bladzijde uit de Geschie- 
denis der Arme Claren van Mèche- 
len. Lib. Gevelers der abdij van 
Tongerloo — [Armoiries de la ville 
de Malinesj. — Mechelen, JL & A 
Godenne, 1902. (Overgedrukt uit 
« Bulletin du Cercle Archéologique 
de Malines » XII boekdeel, 1902). 
pp. 16 in-80. 

2. Lib. Gevelers der Abdij van 
Tongerloo. Geschiedkundige Men- 
gelingen — [Armoiries de la ville 
de Malines] — Mechelen, L & A 
Godenne, 1903, in-S». lo Antonius 
Gorys. pp. 3-5. — 2° J. Leplat. 
pp. 5-8. 

3. Overgedrukt uit de « Bijdragen 
tôt de Geschiedenis bijzonderlijk 
van het aloude Hertogdom Bra- 
bant. )) — Het voormalig klooster 
der Arme Claren te Mechelen. pp. 
16 in-80. 

4. De Pastoors van Overpelt 
(1351-1814). Geschiedkundige na- 
vorschingen. Neerpelt, J. Jacobs, 
1904. pp. 32 in-83. 

5. Mislukte Wandeling. Blijspel 
in eén bedrijf. Gedrukt en uitge- 
geven te Brugge, ten jare 1902, 
door A. J. Witteryck - Delplace. 
[Anonyme. L'auteur est M. le chan. 
Gevelers, qui m'offrit un exemplaire, 
ainsi que des 2 nno* suivants.] 
Notez que cette comédie est com- 
posée pour les garçons, tandis que 
le n° 6 est arrangé pour être dé- 
clamé par les jeunes filles. — pp. 
24 in-12'^'. 

6. Mislukte Wandeling. [Tout le 
reste comme ci-dessus] : pp. 24 
in-i20. 

7. Jezus komt. (i^ Communie). 
S. 1., s. a. — Elégante brochure 
anonyme, sur papier fin : pp. 12. 
Pas dans le commerce. 

8. Mr Gevelers collabore aux re- 
vues : 

i'^ De Hagelander, Jaarg. 1895 en 
volg. — Verscheidene bijdragen in 
den « Hagelander » verschenen la- 
ter in het werk : Geschiedkundige 
bijdragen uit het Hageland, door J. 
F. Vincx, Lier 1906, Jozcf Van In. 



2° 0ns Volksleven. 1899, 1900. 
30 Vlaamsche Zanten. 1900 en 

volg. 

40 Het H. Misoffer. 1898 en volg. 

5" 't Daghet in den Oosten. 1905 
en volg. 

6» Nethegouw enDemerdal. 1904. 

9. Het kerkelijk jaar. — In « De 
Salesius-Bode Godsdienstige Week 
van het Bisdom Luik » . — Ces 
instructions commencent à la p. 7o3 
de la livraison n^ 44 de IÇ07 (28^ 
Jaargang, 2 Nov. 1907). Elles sont 
signées, ainsi que dans les livrai- 
sons suivantes : R. Posto. (i. e. 
Proost.) 

Sources : Catalogues divers de l'Ordre. 
— Mémoire fourni par M. le chan. Geve- 
lers. le II oct. 1907; il a daigné me faire 
hommage de ses opuscules. 

GHEQUIER (Albert de), cha- 
noine de Beaurepart à Liège. Il 
fut professeur de théologie (1749- 
53), sous-prieur, prieur (i753). 

1. Thèses theologicae ex Prima 
Secunda^ Doctoris Angelici quas 
Préside R. D. F. Alberto de Ghe- 
quier Ord. Praemonstr., Abbati?e 
Belli - Reditùs Canonico Regul., 
Subpriore, ac Sacrae Theol. Lee- 
tore. Défendent. R. D. F. Michael 
Dethier. D. F. Daniel Valiez. D. F. 

Jacobus Renson Leodiianno 1749. 

Mensis Mail die 8. — Leodii, Ty- 
pis Arnoldi Bronckart, Bibliopolae 
nec-non Typogr. in plateâ vulgô 
de VEteuve ad Insigne S. Augustini. 
Petit in fol. : pp. i-io ; à la fin 
« Ad Majorera Dei, Virginis sempev 
Immacidatœ.... honorem. 

2. Thèses- theologicae de legibus, 
et de gratia ex Prima Secunda: 
Doctoris Angelici quas Praeside (uti 
suprà). Défendent. R. D. F. Daniel 
Valiez. R. D. F. Jacobus Renson.... 
Leodii anno 1750. Mensis Novem- 
bris die 10. Ibid., Arn. Bronckart, 
Petit in-fol. : pp. 1-12. 

3. Thèses theologicœ de virtuti- 
bus theologicis et de religione ex 
Secunda Secundae Doctoris Angelici 
quas Praeside.... Subpriore.... Dé- 
fendent, (iidem).... Leodii anno 1751. 
Mensis Julii die 27^. Typis Arn. 



GIL 



— 60 — 



GOO 



Bronckart. Petit in-folio : pp. 1-17. 

4. Thèses theologicae de jure et 
justitia, contractibus et Incarnatione 
ex Secunda Secundce, et Tertia 
parte Doctoris Angelici quas Prae 

side R. D. F. Alberto de Ghequicr 

Sacrae Theologiae Professore ac 
Priore. Défendent, (iideiv). Leodii 
anno 1753. Mensis Junii die 5^. 
Typ. Arn. Bronckart. Petit in-fol. : 
pp. 1-17. 

Ces 4 nnos se trouvent à la BB. 
de Tongerloo. Ils sont inconnus à 
M. Xav. de Theux, Bibliogr. Lié- 
geoise (!) 

GIGANT (Kilien), originaire de 
Dettelbach, se consacra au service 
de Dieu dans l'abbaye d'Oberzell. 
Cinq ans avant la suppression de 
cette antique maison (i8o3), il rem- 
plissait les fonctions pastorales à 
Wolkshausen. Il avait acquis aupa- 
ravant le grade de docteur en théo- 
logie, sans doute à Wùrzbourg. 

Source : J. B. Kestler, pfarrer zu Zell, 
dans son ouvr. « Die vorraal. Abtei Ober- 
zcU » 1864, Wiirzb., pp. 90, 92. 

GILET (Augustin), chanoine de 
Beaurepart, qui remplissait les fonc- 
tions de cantor en 1745. Après la 
mort de l'abbé Matthieu Blochouse, 
il lut élu pour recueillir sa suc- 
cession, le 24 janvier 1763. Il nom- 
ma d'excellents professeurs de théo- 
logie à Beaurepart, et veilla à l'ob- 
servation des statuts qui ordonnent 
aux religieux d'assister aux cours 
de théologie et d'Ecriture sainte. 

L'achèvement de l'église abba- 
tiale et son ameublement furent 
aussi l'objet de ses soins assidus. 
Ce qui distingue cette église — ac- 
tuellement au grand Séminaire à 
Liège, — ce sont ses belles pro- 
portions, c'est l'unité et l'harmonie 
qui règne entre toutes ses parti'^s. 
(Chan. J. Daris). Augustin Gilet 
mourut le 27 lévrier 1789. 

I. Au mois de novembre 1738, 
il défendit des thèses théoL, sous 
la présidence de son professeur 
Biiysman. Voyez sa notice plus haut, 
pp. 29-30, n" 7. 



2. (anonyme). Sanctum sancto- 
rum in quo incruente recolitur me- 
moria passionis cruentae seu pia 
colloquia Jesu eucharistici et sacer- 
dotis sacrosanctum missae sacrifi- 
cium meditantis. Leodii, Vidua 
Bourguignon, s. a. (sed 1770) in- 
8° : pp. i39, et 3 pp. de table, 
avec I grav. de Klauber. Approb. 
3 juil. 1770. — BB. de l'Univer- 
sité à Liège. 

Sources : Daris. Notice hist. s. Beaure- 
part, pp. 20-22 ; — Stanisl. Joris, MS 
chez moi ; — X. de Theux, Bibliographie 
Liég., 2e éd. i885, col. 618. 

GINOT (Raphaël), né à Char- 
mes (Drôme) le 23 octobre i883, 
dès ce jour voué à N. D. de Lour- 
des par sa pieuse mère. Il entra 
au juvénat de S. Michel de Frigo- 
let le 29 septembre 1894. A i5 ans, 
il avait achevé sa rhétorique, et il 
obtint la faveur d'entrer au novi- 
ciat avant l'âge requis. Au mois 
de juillet 1904, il rapportait de Rome 
son diplôme de docteur en philo- 
sophie. Le 28 août suivant il pro- 
nonça les vœux solennels, et le 
lendemain il reçut les ordres mi- 
neurs. Modèle d'innocence et d'hu- 
milité, le Fr. Raphaël s'envola au 
ciel le 27 novembre de la même 
année : sa dépouille mortelle fut 
inhumée au cimetière paroissial de 
Lefte. Lisez la notice édifiante sur 
ce jeune saint : pp. 234-39 des 
Annal, relig. des PP. Prémontrés, 
Décemb. 1904, Paris et Dinant, 
in-80. 

GOOSENS ou GOOSSENS 

(Gérard), né en 1543 à Budingen, 
chanoine du Parc, où il prononça 
les vœux en i553. Prêtre de i568, 
bachelier en théologie, curé de Cor- 
beek-Loo (1578), circateur en con- 
servant toutefois le titre de curé 
(i583). Curé de Tervueren en i585, 
il donna sa démission en 161 5, et 
mourut à Parc le 26 mai 1626. 

I. Ano 1574. 4* Nouemb. (au 
milieu) De Sacrificio Missae. Qvaes- 
tio theolog. Vtrum in missa sit veri 
nominis Sacrificium, tàm viuis quàm 



GOO 



— 6i — 



GOO 



defunctis vtile ? — Propositiones 
(3). — Conclvs. 1^-5^. Fr. Gerardus 
Goosens (sic) Budingensis Monaste- 
rij Parcen. Religiosus — Suh Castro 
Avgelico. Sine loco ast Lovanii, sine 
typographi nomine. i f. in folio, 
qui me fut communiqué • par le 
Rév. M. Quirin Nols, prélat du 
Parc, en 1904. 

2. Goosens a laissé un Manuale 
ou Diariiim, M S très intéressant. 

Le Rév. M'" Aug. Meriens, qui 
était le zélé pasteur de la paroisse 
de Tervueren, il n'y a que quel- 
ques années (encore en i8gi), nous 
fait connaître l'importance de ces 
sortes de «Diaria». Grâce — dit- 
il — aux efforts de l'abbé de Parc 
Alard de Vure (1239 -1289), qui 
était plein de sollicitude pour son 
lieu natal, et aux prières et à l'in- 
fluence de la vertueuse veuve de 
Henri III, la duchesse Alix de 
Bourgogne, la donation primitive 
de Henri i^' — droit de patronage 
sur l'église de Vure — lut confir- 
mée par Nicolas, évêque de Cam- 
brai, en 1259 ; par bulle de Clé- 
ment IV, datée de Pérouse, 2 mai 
1265 ; enfin par nouvel acte de 
l'évêque de Cambrai, mois de juin 
1266. Le but de nos princes était 
atteint et Tabbé de Parc entra en 
possession de la cure de Tervue- 
ren qui a été desservie par les re- 
ligieux de cette abbaye jusqu'en 
1840. 

Nous nous en félicitons ici — 
écrit le même M' Mertens — parce 
que leur règle leur faisant un de- 
voir de rendre annuellement compte 
à leurs supérieurs, ils nous ont 
laissé des « diarium » ou « manuale n 
où est renseigné presque jour par 
jour tout ce qui se rapporte à l'ad- 
ministration du temporel de leur 
cure. Outre que nous trouvons là 
des données très intéressantes sur 
la législation des paroisses, sur les 
us et coutumes de chaque époque, 
nous y rencontrons souvent, inter* 
calés au vif, des détails très pi- 
quants sur les événements qui se 
passaient autour d'eux et auxquels 



ils se trouvaient parfois fatalement 
mêlés ; des riens éparpillés çà et 
là — séjour des troupes — passages 
d'armées — visites et gestes de hauts 
personnages — calamités et dévas- 
tations ; bien des points dont l'his- 
toire générale s'inquiète peu, mais 
qui rendent souvent la physiono- 
mie de tel ou tel événement et qui 
sont toujours très précieux pour les 
études locales. 

A la mort du dernier curé hlanc, 
M. le chanoine Blockx, dont la 
mémoire est encore bénie, tous ces 
livres et papiers ont été réunis, 
coordonnés et fouillés avec érudi- 
tion et passion par son successeur, 
le curé Vandersande, ancien direc- 
teur du collège de Malines, qui a 
consacré avec amour quarante an- 
nées de moments libres à butiner 
et recueillir tout ce qui se rappor- 
tait à son cher Tervueren. Il nous 
a laissé un véritable monument de 
monographie dans deux gros vo- 
lumes in-folio, écriture serrée, un 
terrier de Vure et un Obituaire- 
Pouillé ; puis des notes éparses 
pour une histoire générale de notre 
intéressante localité et que la mort 
a empêché de réunir.... 

On peut juger, ajoute M^" Mer- 
tens, de l'importance que son église 
avait après un siècle d'existence, 
en parcourant un calendrier vurien 
du XVe siècle, copié en i5go par 
le savant curé Goossens, qui l'a con- 
signé dans un précieux manuel, con- 
servé dans nos archives. Il porte 
le nom de « Kalendarium Obitua- 
rium ». C'est un Obituaire-Pouillé, 
c'est-à-dire un registre d'obits, un 
état de démembrement de tous les 
bénéfices ecclésiastiques de Vure. 
Or il en énumère 248 divers, placés 
par ordre de date en faisant obser- 
ver encore qu'il y avait des lacunes, 
bien des endroits de l'original étant 
illisibles. Multa erant deleta et legi 
nequeant (sic), quae manus inimica 
deleverit haec et plura alia ut alibi 
patet, ego frater Gerardus Goossens, 
pastor Vuranus, nescio.... 

Nous ne résistons pas au désir 



GOO 



— 62 — 



GRA 



d'analyser cet important document 
et d'y relever le nom de quelques 
familles d'alors. — M^ Mertens fait 
cette analyse, qui occupe plusieurs 
feuiliets ; puis il continue : 

Le deuxième obituaire ne relate 
que 44 fondations des 248 consi- 
gnées au premier ; et cependant il 
fut dressé par le même curé Goos- 
sens, l'investigateur sévère à qui 
nous devons l'obituarium précité, 
dans le but même de recueillir ce 
qui avait échappé à la dévastation. 
Memoria — écrit-il. His tempori- 
bus geusicis ab anno 1576 et se- 
quentibus multis, parum aut nihil 
anniversariorum recipi potuit ; unde 
omissa sunt multa. 

Et dans son « Manuale » page II : 
Sub Domino Van Alcken Geusis- 
mus multum invaluit. Occasione 
dicti Geusismi multa antiqua jura 
sunt immutata, di minuta et prope- 
modum extincta, praesertim quod 
D. pastor Van Alcken nuUum reli- 
quit Manuale. — Celui-ci toutefois 
ne mérite point de reproches ! Dans 
le catalogue des religieux de Parc, 
nous lisons qu'en 1578 il fut nom- 
mé proviseur de la maison, et resta 
en même temps curé de Vure, quoi- 
qu'il lui fût impossible, à cause des 
désastres de la patrie, de résider 
dans sa paroisse. 

Nous devons tous ces détails au 
Rév, Mr Aug. Mertens, dans son 
({ Etude sur l'Eglise de Tervueren 
au point de vue Hist. et Archéol. » 
Brux., imprim. PoUeunis et Ceu- 
terick, 1891, pp. 29 à 55 passim, 
— BB. d'Averbode, Hommage de 
l'Auteur. 

Cfr Necrologium abb. Parch., 
édité en 1905-8 par le rév. chanoine 
Raph, Van Waefelgkem, pp. 227-28, 
où il cite « Cathal. Fratr. Parch., 
fo 85 ». 

GOOVAERTS (André-Léon) : 

V. I, p. 320-21. 

6. Revenu à l'abbaye d'Averbode, 
vers la fin de novembre 1902, il a 
publié : Ecrivains, artistes et sa- 
vants de l'Ordre de Prémontré. 
Dictionnaire bio-bibliographique. 



Bruxelles, Société belge de librairie 
Oscar Schepens et C''^, Editeurs. 

Il" Volume : A-O. Averbode, Im- 
primerie J. Van der Linden. 1899 
à 1902 : pp. 649, à 2 colonnes, 
grand-8". 

2^ Volume : P-Z. Averbode, Im- 
primeiie de l'Abbaye. 1902 à 1907 : 
pp. 445 à 2 colonnes, suivies d'une 
Table ou Nomenclature, pp. (446)- 
470. 

7. 11 a réuni et préparé des ma- 
tériaux nombreux pour le 3^ Volume 
(Deuxième Série) du même Diction- 
naire. — 48 pp. sont déjà impri- 
mées, 1907-1908. 

8. Il a revu et augmenté la liste 
de nos écrivains, imprimée à Tou- 
louse en 1884, par les soins du P. 
Louis de Gonz. (Daras). Voyez le 
Vol. I de ce Dict., p. 541. 

NB. La vaste collection d'ou- 
vrages, composés par des chanoines 
Prémontrés, dont j'ai fait mention 
au n'' 4 (environ 700 volumes), 
occupe un quartier spécial à la BB. 
d'Averbode. 

GOURNEAU (Nicolas) : I, 

p. 324. 

2. Paris chez Hélie Josset, rue 
Saint Jacques. MDCLXXI, petit 
in-80 : pp. 198. — BB. de Mon- 
daye, Bois-Seigneur-Isaac. (1908). 

GRAESEN (Antoine), Vol. I, 
p. 32 5 : louvaniste, né en i559 
d'une famille noble, jeune religieux 
du Parc, sur lequel le savant pré- 
lat Libert de Pape nous fournit 
une notice édifiante, tirée des ar- 
chives. 

MoituariumParchense meritorum 
ejus hoc habet testimonium ad 7. 
Kalend. Augusti Anno 1584. 

Commemoratio F ; Anthonii Ro- 
dii, alias Graesen, — in monasterio 
admissi a^ 1578 — viri multis prae- 
claris dotibus praediti, cui inter 
caetera vitae suae mira, postquam 
adhuc iunior, & nondum Sacris 
initiatus, Baccalaureatus formam 
(i58i) adeptus esset, postquam mul- 
tas doctissimas, tam priuatas, quam 
publicas disputationes, conciones, 



GRA 



— 63 — 



GRA 



orationes ac feruidas quotidianas 
meditationes, post exantlatos labo- 
res, in colligendis, describendis, ac 
praelo praeparandis vitis Sanctorum 
Patrum Ordinis Praemonstratensis, 
potissimum Sanctissimi eiusdem Or- 
dinis Fundatoris Norberti, cui zelo 
supra modum afficiebatur, vt nihil 
huius fiducia difficile illi, quin etiam 
quandoque nescio qua extasi extra 
se rapi, & inter caelites collocari, 
cum Norbertinis suauiter colloqui, 
ac secretorum reuelatione donari 
videretur : post asperrima cilicia, 
zonas crinitas, quibus variis nexi- 
bus et gyris, totu'm corpus com- 
plectebatur, et inuoluebat ; post 
acres disciplinas, quas sibi casti- 
gando corpori secreto fréquenter 
infligebat : post haec, hoc accessit, 
vt ad sacrum praebyterii (sic) Or- 
dinem promotus, (1584) ordinatio- 
nis suae primitias, ac sacrificium 
primum, ad quod magno se fervore 
compararat, Deo Omnipotenti offer- 
ret ; sibi visus fuerit, vti postmo- 
dum retulit, stetisse inter sanclos 
Dei Angeles congaudentes ei, de 
futura breui societate, vnde nimio 
spirituali gaudio repletus, quia se 
totum in holocaustum Domino ob- 
tulerat ; secundum sacrificium in 
terris non addidit, sed primo per- 
acto illico sic concidit vt per om- 
nia impotens, alieno auxilio indi- 
guerit, cS: pauco post tempore diem 
extremum obierit. 

D. Antonius Rodius (Graesen) 
insignem orationem funebrem ha- 
huit in exequiis Ampl. D. Praelati 
Parch. Ambrosii Loots, Lovanii ce- 
lebratis i583. 

Sources : Polyc. de Hertoghe, Notatio- 
nes in Vitam S. Xorb., Auctore lo. Chry- 
sost. vander Sterre, i656, p. 276, ubi : MS 
Parcense D. Ant. Grasij (cui etiaoQ doc- 
tissimi D. Molani manus aliquoties addi- 
ta, quod et eidem probatum fuit) ; — Mi- 
nnis, Chron. O. Praem. p. 236 : où il dit 
« cui(us) laboribus in parte adiutos nos 
esse libenter agnoscimus » ; — Lib. de 
Pape, Svmmaria Cronol. Parch., pp. 386- 
8; — Raymaekers, Recherches hist. sur.... 
Parc, i858, p. Sg ; — Piron. o. c, le By- 
voegsel, p. 140 où il y a quelq. inexact. 
-'Raph. Van IVûefelghein, Nécrol. du Parc, 
1906, pp. 304-5. 



GRAS (Théodore), chanoine de 
Frigolet, qui naquit à la Bâtie Rol- 
land, dioc. de Valence (France), le 
29 sept. i858. Prêtre séculier de- 
puis le II juin 1881, il endossa la 
robe blanche de S. Norbert le i5 
août 1899. Après sa profession, il 
dut s'expatrier comme la généralité 
des religieux, victimes des décrets 
liberticides que tout le monde sait. 
Le P. Théodore Gras s'embarqua 
pour l'île de Madagascar, en qua- 
lité de missionnaire. Il est supé- 
rieur de la mission du Sacré-Cœur, 
à Vohémar (1905). 

1. Plusieurs articles, signés «P. 
Théodore » dans les « Annales re- 
lig. des Pères Prémontrés « Paris, 
Dinant, 1905, 1906. 

2. Catéchisme français-malgache, 
imprimé chez Desclée, 1905. 

Sources : Catalog. gêner. 1900, p. 263 ; 
— Annal, relig. des P. Prém., cit. 

GRASSL (Basile) : Vol. I, pp. 

326-7. 

3. Louis Bourdaloue, Prediger 
am Hofe Ludwigs XIV. Separatab- 
druck aus dem Jahresberichte des 
k.k. deutschen Staatsgymnasiums 
in Pilsen fur das Schuljahr 1904/5. 
Pilsen 1905, Cari Maasch : pp. 
29 gr. in-80. 

4. Abt Mathias Zimmerhackl von 
Tepl. — Cette notice fut insérée 
aux (( Analectes de l'O. de Prémon- 
tré » Juin 1907, Brux., pp. 27 à 32. 

GRAVI US (Frédéric), né dans 
la Frise le i3 décembre i63i, bap- 
tisé sous le nom de Nicolas, cha- 
noine de S. Michel d'Anvers. Le 
nécrologe imprimé en 1859, p. i36, 
nous fournit ces renseignements : 
Prof(essusj 14 9*^"^ 1660, ord. Sac. 
23 X^'"'^ 1662. Doctor Utriiisque Juris 
qui ex Frisia parentibus haereticis 
oriundus, mirabiliter a Deo de te- 
nebris gentium ad lumen Ecclesiae 
vocatus, percaecatis pâtre et matre 
ipsis reluctantibus et invitis S. Nor- 
berti institutum in Divi Michaëlis 
amplectens, nec matris blanditiis, 
nec patris promissis, nec minis, 
filius unicus a proposito avocari 



GRE 



- 64 - 



GRE 



potuit. Quondam Sacrista. 22-' Ja- 
nuarii 1684 obiit in Xenodochio 
Turnhoutano, Provisor Abbatia:^ 
nostraî aet. 53, Prof. 25, Sac. 23. 

Rectification. 

GRÉGOIREVIII (Pape). Nous 
lisons dans les « Annales brèves 
Ord. Praemonstr.» de notre confrère 
Maurice du Pré (1645, p. 43) : Anno 
D. 1187. Vrbano Pontifie! succes- 
sor datur Gregorius eius nominis 
octauus, quem sancti Martini Lau- 
dunensis monumenta illius Ecclesiaî 
olim Canonicum fuisse déclarant. 
— Après lui, le célèbre Ch. L. 
Hugo avance dans « La vie de S. 
Norbert» (Luxembourg, 1704, p. 
173) que l'abbaye de S. Martin de 
Laon donna à l'Eglise universelle 
un Souverain Pontife sous le nom 
de Grégoire VI IL 

1. Mais Baroiiius et ses continua- 
teurs ne disent pas un mot qui 
confirme cette assertion. « Mortuo... 
Urbano (III, 1187).... successit in 
papatum Albertus cardinalis cancel- 
larius presbyter tituli S. Laurentii 
in Lucina, patria Beneventanus, 
dictusque Gregorius Octavus ».... 
(Edit. de 1869, déjà citée p. 8 plus 
haut, article Adrien IV, tome 19, 
pp. 557 et 563). 

2. Die post Urhani III obi tu m al- 
téra, electus est Pontifex Albertus 
patria B meventanus, ex Ordine 
S. Benedidi..,. qui sibi nomen sump- 
sit, Gregorius VIII, Voilà ce que je 
lis dans l'ouvrage intitulé : R. P. 
Naialis Alexandri Ord. FF. Praedi- 
cat. Historia Ecclesiastica.... opéra 
et studio Constantini RoncagUa. T. 
7, Lucae 1734, in-fol., p. 65, col. i. 

3. Voyez encore la notice bio- 
graphique sur le pape Grégoire VIII 
dans « Bucelini (Gabrielis) Menolo- 
gium Benedictinum » Veldkirch. 
i655, gros in-fol., pp. 855-56. Vers 
la fin du même volume il y a : 
Annalium Benedictinorum, Pars 
secunda, (nouvelle pagination) p. 14, 
col. 2 : « A. C. 1187. ex Ordine 
nostro [ergo Bénédictine] — sum- 
mus Pontifex deligitur S. Grego- 



rius VIII. » (sic) — Ce très vaste 
ouvrage se trouve à la BB. d'Aver- 
bode, avec les deux qui précèdent. 

4. Le P. Grég. KoLb S. J., pro- 
fesseur d'histoire, écrit dans la « Sé- 
ries Romanorum Pontifiicum » 2^ 
édit. de 172 1, (Aug. Vindel.) p. 
210 : Gregorius VIII. Beneventa- 
nus Albertus de Mora quondam 
appellatur ex Ordine D. Benedicti 
evocatus ad purpuram sacram. 
(HB. d'Averbode). 

5. Helyot, ouvr. cité (17 14), II, 
p. 258, écrit également : « le Car- 
dinal Albert du titre de saint Lau- 
rent in Lucina, de l'Ordre de saint 
Benoist, & qui fut aussi Pape dans 
la suite sous le nom de Grégoire 
VIII. ... » 

6. J'ai consulté Dom Ceillierf 
ouvr. déjà cité, t. XIV, pp. 935-6. 
— Ensuite Jmigmann (Bernard.), 
Dissertationes selectae in Histor. 
Ecoles., i885, Ratisbonae, t. v, 
pp. i5o-52. — Enfin Mansiy Sacro- 
rum Conciliorum nova, et amplis- 
sima coUectio. 1903, T. 22, col. 
527 : Vita et epistolae Gregorii pa- 
pœ VIII. 

Conclusion. Nulle part j'ai pu 
découvrir que le pape Grégoire VIII 
a fait profession dans notre ordre. 

GREGORIADES (Ludolphe) : 

I> Vol. p. 328. 

1. Instructio clericorum nondum 
professorum, tria maxime religio- 
nis substantialia vota complectens, 
a P. Ludolpho Gregoriades eccl. 
Siloënsis can. et novitiorum magis- 
tro. A. D. 1777. MS. 

2. Cultus hyperbolicus i. e. con- 
ciones bohemicae in honorem B. 
V. Mariae. MS. 1780. 

3. Cultus dulicus i. e. conciones 
bohemicae festivales. MS. 

Ces trois manuscrits se trouvent 
(en 1906) à la BB. de Siloë, d'a- 
près les renseign. reçus. 

GREISL (Emilien-Jean), né à 

Géras, dans la Basse-Autriche, le 
9 décembre 1871, fut admis à la 
vêture le i5 août 1892, dans l'ab- 
baye qui porte le même nom. 11 y 



GRI 



— 65 — 



GRO 



fit sa profession le 8 septembre 
1896, et fut promu au sacerdoce 
le 28 mars de l'année suivante. 
D'abord coopérateur à Drosendorf 
(1900), de nos jours curé à Niklas- 
berg, il a publié une notice très 
intéressante : Thekla Zechmeister. Le- 
bensbild einer Lehrersfrau aus der 
alten Schule. Beilage zur « Krem- 
ser Zeitung». 1905 Druck von J. 
Kehl in Krems a. d. Donau. pp. 
16 in-8^. Dans ma BB. 

Source : Catal. generalis O. Praem. 
1900, p. 20. 

GREVEN (Raphaël - Gérard), 
chanoine de l'abbaye de Berne, né 
à Heumen (Holl.) le 11 janvier 
1880. Vêtu le 9 oct. 1898, il fit sa 
profession le 8 oct. 1900, et fut or- 
donné prêtre le 24 juill. 1904. Il 
partit pour l'Amérique, en qualité 
de missionnaire à West De Père 
(Wisconsin) ; il y est lecteur de la 
S^*^ Ecriture et professeur des étu- 
diants. 

« R. Greven is een dichter van 
den nieuwen styl, en heeft stukjes 
uitgegeven, die veel byval vinden 
by de liefhebbers van dat genre», 
(b. v. in ;( Maria-Almanak » Aver- 
bode, 1905-6 ; in « De Katholiek » ; 
in « De Katholieke lUustratie »). 

Sources : Catalogus Circar. Brabant. 
1905, p. 17 ; et 1907, p. 41 ; renseign. 
tournis par M. le chan. G. van denElsen. 

GRISARD (Louis) : Vol. I, 
p. 329. 

J'ai reçu l'extrait suivant des ar- 
chives de Grimbergen : 

Grisard tempore capituli genera- 
lis 1738 multa effutire ausus fuit 
coram Praelatis Brabantiae et Flan- 
driae, contra praxim Ecclesiae oran- 
tis pro defunctis particularibus, etc. 
Qua de causa a defmitorio exclusus 
fuit. Postea factus est Abbas Albae 
Curiae (Abbécourt). Mortuo Gene- 
rali Claudio Hon. Lucas de Muin, 
pars junior conventûs Praemonstra- 
tensis in ejus favorem conspiravit. 
Auctoritate et opéra Praelati Grim- 
bergensis Augustini Van Eeckhout, 
a Cardinali de Fleury exclusus est 



dictus Grisard, et electus est de 
Roquevert Abbas Clari-Fontis. 

Aug. Van Eeckhout a sa notice 
dans le T. II de ce Dictionn., pp. 
298-300 ; je me propose de l'ampli- 
fier plus loin. 

GROENENSCHILT (Mar- 
tin) : I, p. 33i. 

A la fin des sources, il faut lire : 
Walim, Van Spilbeeck, o. c. 1888, 
p. 482 (il y a une erreur typogr.). 
— 'Le même, Het Herentalsch kloos- 
ter.... Besloten Hof, 1892, pp. 64, 
143-5, où l'on voit que Groenenschilt 
ne fut prieur de Tongerloo que du 
10 déc. 1608 jusqu'au 4 juin 1609. 
Le Nécrologe de cette abbaye, édi- 
té en 1902, dit de lui à la p. i5 : 
quadraginta tribus annis praepositi 
in Herenthals. 

GROENINX (Guillaume), ori- 
ginaire de Ninove, se consacra à 
Dieu par les vœux de religion [la 
date ?1 à l'abbaye de Tronchiennes, 
près de Gand. Ce monastère fut 
dévasté d'abord par les Normands, 
détruit au 16^ siècle par les Calvi- 
nistes, en partie brûlé par le feu 
du ciel en 1727, enfin supprimé 
en 1797 lors de l'abominable Révo- 
lution. 

Guill. Groeninx fut nommé pré- 
vôt des norbertines à Tusschenbeke, 
vers la fin de juillet i625 : ce cou- 
vent était situé entre Schellebelle 
et Cherscamp, et dépendait alors 
de Tronchiennes. C'est à ce prévôt 
que l'on doit une compilation intitu- 
lée : Descriptio de origine conven- 
tûs, postea abbatiae Trunchiniensis, 
ordinis Praemonstratensis ; de ejus 
fundatore et loco, et omnibus cir- 
cumstantiis, cum annotatione tem- 
porum, etc. 

Le 5 déc. 1834, à la séance de 
la Commission royale d'histoire, M. 
Gachard présenta la chronique de 
l'abbaye de Tronchiennes, laquelle 
était gardée dans les archives de ce 
monastère avant la suppression des 
établissements religieux. La conser- 
vation de ce précieux monument 
historique est due à M. Ferdinand 



Ecrivains, Artistes et Savants (t. m) 



GRO 



— 66 — 



GRO 



de Caigny, de Gand, amateur zélé 
de nos antiquités nationales. La 
chronique de Tronchiennes se trou- 
vait parmi des papiers que lui lais- 
sa un de ses parents, qui les tenait 
d'un des derniers religieux de l'ab- 
baye ; mais tous les feuillets en 
étaient dispersés. M. de Caigny la 
reconstruisit avec autant de discer- 
nement que de soin ; et, pour 
ajouter encore à la reconnaissance 
des amis de l'histoire nationale, il 
vient d'en faire don au plus con- 
sidérable de nos dépôts littéraires, 
aux archives du royaume, 

La chronique de Tronchiennes, 
écrite dans un latin assez pur, com- 
mence à l'année 66i, et elle se 
continue jusqu'à l'année 1640. Elle 
forme 46 feuillets in-folio ; elle est 
suivie de notes et de pièces histo- 
riques, qui comprennent 17 feuillets. 
Elle est sur papier. (Ainsi le 4^ 
Bulletin de la Commiss. royale d'kist. 
Séance du 5 déc. 1834. Brux. 
1844, p. 44. Nouv. Conserv. Belge, 

t. X, p. 577.) 

Le chanoine J. J. De Smet, vers 
la fin de l'Introduct. du Recueil 
des Chron. de Flandre, t. i, 1837, 
pp, XXXIV-V, s'exprime en ces 
termes : « Ce volume est terminé 
par un ouvrage historique sur l'ab- 
baye de Tronchiennes, ancien mo- 
nastère de l'ordre de Prémontré, 
qui mérite beaucoup mieux le nom 
de compilation que de Chronique. 

L'auteur anonyme de l'ouvrage 
que nous publions... consulte les 
écrivains anciens qu'il cite souvent et 
ajoute à leurs récits les circonstan- 
ces qu'il a trouvées dans les comptes 
et les notes qu'il a découverts dans 
la maison. Rarement il s'occupe d'af- 
faires auxquelles son couvent n'est 
pas intéressé, mais il abonde en 
particularités sur les familles an- 
ciennes du pays, donne des détails 
utiles sur l'esprit religieux des peu- 
ples aux époques qu'il parcourt 
et sur quelques écrivains demeu- 
rés inconnus à nos bibliographes. 
Le style assez soigné dans quelques 
parties est plein d'incorrections et 



de négligences dans d'autres ; il 
s'élève cependant quand l'auteur 
nous dépeint les calamités aux- 
quelles la Flandre fut en proie 
pendant la domination de Ryhove 
et d'Hembyse ; les descriptions 
qu'il nous donne des malheurs de 
cette époque, quoique chargées, ne 
sont pas sans intérêt, mais l'ouvrage 
en général paraît écrit avec peu 
d'ordre et probablement continué à 
diftérentes reprises. Nous avons 
placé dans un appendice les diplômes 
qui s'y trouvaient. » 

A la p. 591 non chiffrée du même 
t. I commence « Descriptio de origi- 
ne conventus, postea abbatiaeTrun- 
chiniensis. » pp. 691-700. — Appen- 
dices Chronici Trunchin. pp. (7o3)- 
734, grand in-40. Brux. 1837, M. 
Hayez, impr. de la Commission 
roy. d'hist. 

Dans la « Revue de l'Instruction 
publique en Belgique » 1900, M^ 
Victor Fris, doct. en philos, et pro- 
fess. à l'Athénée roy. de Gand, 
inséra une étude fort-intéressante 
sur le « Chronicon Trunchiniense ». 
L'auteur du Chronicon (dit-il) a 
signé le MS de ses noms et qua- 
lités à la fin de l'ouvrage : « F. Gui- 
lielmus Grueninx (sic), praepositus 
Tusschenbeken. » De Smet ou son 
copiste Cachet ont regardé cette 
signature, à juste titre d'ailleurs, 
comme celle du souscripteur du 
dernier acte, ajouté en appendice, 
mais c'est aussi celle du chroni- 
queur. Pour le prouver, nous n'a- 
vons qu'à signaler la modestie avec 
laquelle est rapportée la nomination 
de Groeninx (sic) comme prévôt du 
couvent de Tusschenbeke. 

C'est en 162S au plus tard que 
le compilateur a rédigé sa chro- 
nique : il l'a continuée jusqu'en 
1640. Au cours de son travail, il 
cite plusieurs ouvrages historiques, 
parmi lesquels la « Générale Ker- 
ckelycke Historié » du prémontré 
Denis Mudzaert (1622-1624). Certes 
si Groeninx n'eut tiré son récit 
que de certains écrits du 16^ siècle, 
il ne vaudrait guère la peine de 



GRO 



67 - 



GRU 



parler de son ouvrage ; mais il 
nous a conservé des extraits de MSS 
appartenant à son couvent, lesquels 
ont péri probablement dans l'in- 
cendie de 1727. Il mentionne p. e. 
un (i catalogum benefactorum nos- 
trorum » (De Smet, t. I, p. 617) ; 
ailleurs des épitaphes inscrites sur 
les tombes de son église (ibid. pp. 
626 ; 646-7) ; il donne des extraits 
des comptes de l'abbaye, ou encore 
du cartulaire dont il a ajouté une 
cinquantaine d'actes. 

Quant à notre confrère de Tron- 
chiennes, Gérulphe Borluut, dont 
M' Fris s'occupe à bon droit, je 
lui ai consacré une notice en ce 
Dictionn., Vol. I, pp. 72-73. 

Additions. — Sur l'abbaye de 
Tronchiennes, dont les vieux MSS 
sont devenus en partie la proie des 
flammes en 1727, j'ai découvert : 

1" Martyrologium Trunchiniense. 
(Ghesquière et Smet, Acta SS. Bel- 
gii, V, p. 228). 

2° Regestum Trunchiniense. 
(Ibid. V, p. 23o). 

30 OfficiapropriaMonast.Trunch. 
(Ibid. p. 23i). 

40 Lusus poèticîis \\\^^ Joanni B. 
De Smet Gandav. episcopo, quum 
sacramentum Confirmationis in 
Drongen administraret. In-40 MS 
de 6 ff., avec fleurons et encadre- 
ments à la plume. 

50 EXCeLLentI sUae gratlœ Fer- 
DlnanDo De LobkoWItz, [1779J 
ganDaVensIUM XVII epIsCopo 
eLeCto. [1779I — Gandavi, typis 
Viduae S. Somers. Canonici Tiun- 
chinienses. pp. i3 non chif. in-40 ; 
à la 2^ p. les armoiries de cet 
évêque. — BB. d'Averbode. 

6*^ Carmen abbati Jac. Goethals, 
1625. (De Smet, p. 686). 

7'^ Chronologia albi monasterii 
B. M. Trunciniensis. MS à la BB. 
de Douai, dans la « Historia mo- 
nastica » de Franc, de Bar, prieur 
de l'abbaye d'Anchin, Fol. 623-65 1 
du no 818, — (Catal. Dehaisnes déjà 
c. Paris, 1878, pp. 525 et 527). 

GRÔNING (Ernest de) : I, 
p. 33i. 



Ce digne fils de S. Norbert fut 
un éminent orateur. En 1691 il 
était curé à Remete lez Ungvâr, et 
prévôt titulaire de Topissa, autre- 
fois couvent de notre ordre dans 
l'archidiocèse d'Erlau : l'empereur 
lui avait octroyé cette double di- 
gnité. Ernest s'adressa par écrit au 
chapitre provincial à Hradisch (réu- 
ni du 23 au 28 sept. i6gi), pour 
réclamer des secours dans le but de 
récupérer nos maisons de Hongrie, 
qui avaient eu beaucoup à souftrir 
pendant les guerres des Turcs. Le 
21 juillet 1692, il fit savoir que 
deux couvents, Lelesz et Gross- 
vi^ardein, risquaient fort d'être à 
jamais perdus pour les Prémon- 
trés, si l'on différait à mettre les 
mains à 1 œuvre {Zdk^ Das Chor- 
herrenstift Pernegg, 1900, pp. 146- 
49 ; il cite Cermdk). Donc Ern. de 
Groning a bien mérité de l'Ordre. 

GRUBER (Jean Augustin) : I, 
p. 332. 

5. Un autre catalogue porte ce 
titre allemand : Aufgang und Nie- 
dergang des Edlen Sterns Johannis 
von Nepomuck. Augsb. 1733, 8». 
Mit 16 emblemat. Kupfern, 

Est-ce notre confrère de Hradisch 
qui a composé cet ouvrage, en la- 
tin et en allemand ? Je n'affirme 
absolument rien, n'ayant pas de 
preuves. 

Dans les sources, il faut lire : 
Enthronisticum Parthenium, pas- 
sim. 

GRÛN (Milon-Jean-Népom.): 
I, p. 332-34. 

i3. Rede bei Gelegenheit der 
Weihe des biirglichen Krankenhau- 
ses in Iglau. Gehalten 19 Decemb. 
1802. — Iglau, 1802, in-8o. 

GRÙNER (Isidore-Jean) : p. 
334. Il mourut le 3o mars 1905. 

GRÙNN (Guidon-Albert), doc- 
teur en théologie, ex-chanoine de 
Jâszô. Né à Eperjes en 1872, il 
reçut l'habit en 1892, et en 1897 
il fut admis à la profession solen- 



GUI 



— 68 — 



GUI 



nelle et à l'ordination sacerdotale. 
Il fit ses études théologiques à 
Vienne, d'abord à l'université, en- 
suite à l'institut « Pâzmaneum ». 
Depuis 1899 il habite la ville de 
Budapest, après avoir déposé l'ha- 
bit religieux. 

Sources : Danner, Catalogus 1894, p. 
71 ; Zâk, MS cité. 

GUALTERUS : Vol. I, pp. 
335-36. 

Je lui ai consacré un second ar- 
ticulet dans le V. II, p. 148 : sous 
le nom de Schmalstetten (Walthère 
de). Son confrère et continuateur, 
Henri de Marchtall, est mentionné 
Vol. I, p. 375, tandis que le prélat 
Berchiold, sous lequel ils vivaient, 
a sa notice au même V. I, p. 5i. 
En 1869 seulement, le MS histo» 
rique des deux premiers fut publié 
par Mr l'abbé Schoettle, curé de 
Seekirch. 

GUILLAUME est le nom d'un 
frère convers de Postel, architecte. 
L'église d'Arendonk ayant été dé- 
truite par la foudre, le 3 février 
1737, ce fut lui qui exécuta les tra- 
vaux de la reconstruction. Mon- 
frère Guilliam — suivant un MS. — 
bouwmeester uyt de Postelsche ab- 
dye, specielyck gelast ende geau- 
thorizeert tôt het maecken vande 
kercke tôt Arendonck. 

Source : Ign. Welvaarts, Postel's Bio- 
graphisch Woordenboek, pp* 67 et 116. 

GUINET (Macaire), frère de 
Nicolas, était religieux à l'abbaye 
de l'Etanche (Stagnum) en 1626. 
Il fut le premier prieur de la rési- 
dence de BrieuUe-sur- Meuse, et en 
même temps curé de la paroisse du 
même nom (1643). Lorsque Jean 
Latrompette, 3oe abbé de l'Etanche, 
donna sa démission le 20 décem- 
bre 1670, Nicolas Guinet, Vicaire- 
général pour l'Etroite Observance, 
fit procéder le lendemain à l'élec- 
tion de son propre frère. Le 29 
janvier 1671, Macaire se rendit à 
Bel val, où il reçut la bénédiction 
de l'archevêque de Reims. Chose 



étonnante, 16 mois après il renonça 
aux soucis et aux honneurs de la 
prélature, et voulut vivre comme 
simple religieux à l'abbaye de Ste 
Marie-Majeure. C'est là qu'il mou- 
rut le 19 janvier 1677. 

Macaire Guinet a laissé un MS 
intitulé : Mémoire de ce que l'on 
trouve des antiquitez du lieu dé 
Brieulle-sur-Meuse, de l'establisse- 
ment d'une maison ou résidence 
pour les religieux de la Congréga- 
tion, ou de l'Ancienne Rigueur de 
l'Ordre de Prémontré et des choses 
les plus remarquables qui si sont 
passées (sic) depuis le dit establis- 
sement selon l'ordre des années, 
depuis l'an i632 (jusqu'en i665). 
Ce MS très intéressant, qui compte 
au-delà de 100 feuillets, était en 
1891-93 la propriété de M. Ruinet, 
de Paris. Il a été mis à profit, et 
bien largement, par M. l'abbé Eug. 
Martin, Docteur ès-Lettres et Pro- 
fesseur à Saint-Sigisbert, pour la 
composition de ses deux beaux 
ouvrages : i. De* Canonicis Prae- 
monstratensibus in Lotharingia et 
de Congregatione Antiqui rigoris 
a Servatio de Lairuels instituta. 
1891, Nanceii, Berger - Levrault, 
pp. 87, 8». — 2. Servais de Lai- 
ruels et la Réforme des Prémon- 
trés en Lorraine et en France au 
XVIIe siècle. 1893, Nancy, René 
Vagner, pp. 82, 8". 

Sources : Hugo, Annal. I. col. 413-14; 
II. col. 843 ; — Dumont, o. c. i853, pp. 
204, 206, 207. 

GUINET (Nicolas) : Vol. I, 
p. 337. 

3. Ramusculus excerptus ab an- 
tiquissima arbore quae nunquam 
emarcuit, sed etiam nunc post sex 
secula virescit : successionum ab- 
batum regularium, olim Mariano- 
rum Nemorensium, nunc Mussi- 
pontanorum.... quas neque vicissi- 
tudo temporum interrupit, neque 
morum perversitas labefactavit, ne- 
que uUa unquam vel minima secu- 
laris commendae suspicio obumbra- 
vit. Ponti-Mussi, apud Fr. Maret. 
In-40 Sine anno, (sed 1693). 



HAB 



- 69 - 



HAB 



5. Recueil sommaire de la pra- 
tique du Droit en rigueur. 1694. 

6. Requête du P. Nicolas Gui- 
net au Conseil royal, in-80. — BB. 
de Saint-Mihiel, M. 141. 

Sources : Eug". Martin, ouvr. de i8yi 
et 1893 cités plus haut, Nancy, iu-80. 

GULPEN (Gilbert), chanoine 
de Beaurepart, qui enseignait la 
théologie à ses confrères, en 1745- 
47. Il fut curé à Grimby (1763). 

I. Thèses theologicae ex Prima 
parte Divi Thomae. Quas Praeside 
R. D. F. Gilberto GulpeUy Ordinis 
Praemonstratensis, Abbatiae Belli- 
Reditus intra Leodium Canonico 
Regulari, et Sacrae Theologiae Lec- 
tore, Défendent D. F. I^ambertus 
de Fromantau. D. F. Ambrosius 
Bronkari..,. Anno 1745. Mensis No- 
vembris, die 8. — Leodii, U. An- 



cion, petit in-folio : pp. 1-8. A la 
fin je lis : Omnia ad majorem 
T>ei,immaculatissim(? Mariée V,... glo- 
riam. 

2. Thèses theologicae, de Sacra* 
mentis in génère et in specie, ad 
mentem Divi Thomae, quas.... dé- 
fendent R. D. F. Lambertus de 
Fromajitau. R. D. F. Michael De- 
thier.... anno 1747. Mensis Octobris 
die (24 à la plume).... Leodii, Ty- 
pis Arnoldi Bronckart, Bibliopolae 
nec-non Typographi in platea vul- 
gô de rEteiive ad Insigne Sancti 
Augustini. Petit in-folio : pp. i-i3. 

Ces thèses, non mentionnées par 
M. Xav. de Theiix dans la Biblio- 
graphie Liégeoise, se trouvent à 
la BB. de Tongerloo. 

Source : le chan. Davis, Notice hist. 
sur l'abb. de Beaurepart, pp. 20 et 21. 



H 



HAAS (Marien-Augustin), cha- 
noine de Strahow, qui naquit à 
Zivotice en Silésie le 27 avril 1875. 
Vêtu le 7 octobre 1895, profès du 
3o avril 1899, il fut ordonné prê- 
tre le 2 3 juillet suivant. 11 fut coo- 
pérateur dans le ministère des âmes 
à Heiligenberg, lez Olmiitz. Le 9 
mars 1903, il fut créé docteur en 
philosophie, à l'université de Pra- 
gue. Depuis 1905 il enseigne les 
mathématiques au collège de Trop- 
pau, en Silésie. 

Sources : Catalog. gen. O. Praem. 1900. 
p. 64 ; — MS de Mr A. Zàk. 

HABETS (Jos.), chanoine de 
Beaurepart, qui est nommé dans 
le i^" volume de mon Dictionnaire, 
pp. 342-3, a fait imprimer plusieurs 
thèses théologiques. 

Remarquons ici d'abord que les 
thèses théologiques, publiées par 
les Prémontrés de l'abbaye de 
Beaurepart, sont extrêmement dif- 
ficiles à trouver, malgré leur nom- 



bre fort respectable. Grâce à la 
bienveillance de M. le chanoine 
Waltman Van Spilbeeck, ancien 
bibliothécaire de Tongerloo, j'ai 
devant moi un gros volume relié en 
veau, petit in-folio, ne renfermant 
que des publications des confrères 
de Beaurepart. Ces travaux vont 
de l'année 171 1 jusqu'en 1761, ils 
embrassent donc tout juste un demi 
siècle. N'est-il pas étonnant que 
M. Xav, de Tkeux, le savant et 
consciencieux auteur de la Biblio- 
graphie Liégeoise, n'ait pas même 
découvert une dizaine de ces édi- 
tions, toutes pourtant liégeoises ? 
C'est à ne pas y croire!... Je suis 
heureux d'avoir examiné soigneuse- 
ment ce volume, qui a appartenu 
à l'ancien proviseur de Beaure- 
part : la signature de celui-ci est 
apposée sur la i'^^ page du recueil 
({ ad usum f. ^gidii Joseph Grou- 
lard » (1749-1763 et probablement 
plus tard : voyez le chan. Daris, 
Notice hist. sur l'abb. de Beaure- 



HAB 



— 70 — 



HAB 



part, in-80, pp. 20-21). — Je me 
suis proposé de donner des articles 
sur les présidents des discussions 
théologiques en la dite abbaye, de 
171 1 à 1761. Voici leurs noms : 
Matth. Blochouse ou Blochouze, Léo- 
nard Buis7nan ou Biiysman, Jos. 
Habets, Norb. Mélen, Gilb. Gulpen, 
Albert de Chéquier, Lamb. de Fro- 
mantau, Jacq. Renson, Quelques arti- 
cles sont déjà placés. Quant aux 
imprimeurs liégeois, on lira leurs noms 
dans la description détaillée des 
thèses, qui furent défendues à cette 
époque. 

1. Thèses theologicse de Deo Uno 
et Trino, angelis et homine, quas, 
Prœside R. D. Josepho Habets, 
Ordinis Piiemonstratensis Abbatiae 
Bellireditûs intra Leodium Cano- 
nico Regulari, Priore & Sacrae Theo- 
logiae Professore, défendent Fr. Ber- 
nardus Du Fays, & Matthseus Blo- 
chouze, ejusdem Abbatiae Canonici 
Regulares, In Abbatia praedicta, 
Leodii Anne 171 1, mensis Junii 
die (en blanc) horâ 9. antè, et 3. 
post meridiem. Leodii, Typis Joan- 
nis Francisci de Milst, Typographi 
Jurati. — Superiorum permissu. 
Petit in-folio. 

lo Le verso en blanc, ainsi que 
le recto du feuillet suiv. ; puis les 
armoiries du Nonce du Pape Clé- 
ment XI avec la devise « Non 
solvm nobis » (Sartor fecit Col), 
en face de la dédicace : lUustris- 
simo et Reverendissimo Ecclesiae 
Principi, Joanni-Baptistae, . . . Archie- 
piscopo Tarsensi, Episcopo Anco- 
nitano, Ac Sanctissimi D. nostri, 
D. démentis, Divinâ Provid. Pa- 
pae XL... ad Tractum Rheni, alias- 
que inlerioris Germaniae partes cum 
potestate Legati de latere, Nuncio. 
Cette dédicace de 2 pp. non chiff. 
est signée : Humillimi, Observan- 
tissimi, Devotissirni Servi Ecclesiae 
Bellireditûs Leod. Ordinis Prœmon- 
stratensis Canonici Regulares. — 2» 
Thèses I-XVIII : pp. 1-8. Toutes 
les pp., même celles de la dédicace, 
sont encadrées. 

2. Thèses theologicse ex Prima 



Secundae Divi Thomse, quas, Prse- 
side R. D. F. Josepho Habets, [le 
reste à peu près comme ci-dessus] 
défendent Fr. Daniel Closset, & Fr. 
Josephus Horens, ejusdem Abbatiae 
Canonici Regulares, In Abbatia 
praedicta, Leodii anno 1712, men- 
sis Octobris die [22^ : ajouté à l'en- 
cre] horâ 9. antè, et medio tertiae 
post meridiem. Leodii, (ut suprà). 
Petit in-fol. : pp. (3)- 12 encadrées ; 
I-XVIII thèses. 

3. Thèses theologicse ex Secunda 
Secundae Divi Thomas, quas, Prae- 
side R. D. F. Josepho Habets,... 
défendent Fr. Bernardus Du Fays, 
& Fr. Matthaeus Blochouse,,.. anno 
1713, mensis Novembris die (en 
blanc) horâ 9. antè, et secundâ 
post meridiem. Leodii, (ut suprà). 
Petit in-fol. : pp. (i)-i8 encadr. ; 
LXXV thèses. 

4. Thèses ex universa Theologia 
ad mentem Divi Thomae, quas, Prae- 
side R. D. F. Josepho Habets,,., 
défendent F. Daniel Closset, & F. 
Matthaeus Blochouse (sic).... anno 
17 15, mensis Novembris die (en 
blanc).... Leodii (comme ci-dessus). 
Petit in-fol. : pp. (i)-i4 encadrées. 
Il y a en tout 24 thèses. 

5. Thèses theologicae ex prima 
parte Divi Thomae, quas, Praeside 
R. D. Josepho Haè^/s,... défendent 
Fr. Georgius Verlinden, & Fr. Ge- 
rardus Jaspar... anno 17 18, men- 
sis Julii die (en blanc)... Leodii, 
Typis Joannis Fr. de Milst, S. C. 
S. E. Typographi. — Superiorum 
permissu. In-40 : pp. (3)- 12 sans 
encadrement ; 8 thèses. 

M. Xav. de Thenx n'a connu au- 
cune publication du prieur Habets. 

m 

Additions. 

J'ai découvert les ouvrages sui- 
vants, qui se rapportent à l'abbaye 
de Beaurepart à Liège. 

I. Compendium historiolae mo- 
nasterii Cornelii montis necnon Bel- 
li reditus Norbertinorum cum Ca- 
talogo abbatum. MS. pp. 309 à 406 
du III^ vol, in-folio, relié en veau, 



HAB 



^ 71 — 



HAG 



parmi les 18 volumes des « Monu- 
menta manuscripta ordinis praemon- 
stratensis. 17 18 » qui se trouvent 
à la BB. du grand séminaire de 
Nancy. Dom Ursmer Berlière, dans 
ses Notes sur les Manuscrits de 
l'abbé Hugo d'Etival (Brux. 1898, 
pp. 8 et 20), fait l'éloge du dit 
Compendium. Excellent mémoire 
fdit-il), dressé d'après les chartes 
et registres du monastère ; il finit 
à l'abbé Henri JuUin, élu le 18 
août 1706. 

Ibid. pp. 409-22. Séries abbatum 
Belli reditus (avec moins de détails 
que le MS précédent). — p. 423. 
Liste des cures. — p. 425. Reli- 
ques. — pp. 426-44. Copies de 
chartes. 

2. Necrologium monasterii Belli- 
Reditûs. MS. 

3. Annales (aut annotationes) de 
monasterio Belli-Reditûs. MS. Ce 
n'est pas justement le titre de ce 
travail, cité par M. Daris, et qu'il 
appelle « Mémoires » p. 19 de sa 
Notice (1871) sur l'abbaye de Beau- 
repart. 

Titre exact: 

4. (1684.) Confrérie ou associa- 
tion. Pour marcher dans le chemin 
du Ciel soûs la conduite des trois 
Saints Voyageurs les Rois Mages, 
Erigée dans l'Eglise des Chanoines 
Réguliers Préniontrez à Beau-Re- 
part. — Liège. Arnold Bronckart, 
in 12, 6 ff., 184 pp. — 2^ édit. en 
abrégé : A Liège, Chez Urbain 
Ançion Imprimeur & Libraire de- 
vant les Dominicains à la croix 
blanche. 1734. Avec Approbation 
et Permission. In-lo.^. 1^ Titre. 
— 2» Avertissement, pp. 4 non 
chiff. ; — 30 texte, pp. 1-26, où je 
lis : « A la plus grande gloire de 
Dieu, de la Vierge Marie, des trois 
SS. Rois, saint Norbert, et tous 
les Saints. — Approbatio.... F. 
Bruno Examin. Synod. hâc 9. 
lobris. 1733. Permissio... Comes de 
RougraveVic. Gen. Leod. » — Cet 
opuscule fait partie de ma collec- 
tion. — 3^^ édit. en abrégé, A. Bron- 



ckart, 1749; — 4^ édit. abr., V^^ 
S. Bourguignon, s. d. Toutes deux 
in-32, 3 ff., 26 pp. 

Source : X. de Theux, Bibliogr. Liég., 
2e édit., col. 332, 5i3, 55i. 

5. (1701). Justification de la sen- 
tence d'excommunication portée par 
Mgr l'abbé de Beaurepart, en qua- 
lité de supérieur du cloître de Rei- 
ckem et spécialement délégué de 
rill"^e et R"^c Général de l'ordre, 
contre sœur Ursule Elias et ses 
adhérantes religieuses Norbertines 
dudit cloistre.... S. 1. 

In-40 de 22 pp., dans la BB. de 
M. X. de Theux, qui cite l'opusc. 
dans sa Bibliogr. Liég., 2^ éd., 
col. 404. 

6. (1711 ?) S. a., s. 1. Pro R. 
D. Abbate Monasterii B(eUi) R(edi- 
tus), Ordinis Praemonstratensis, 
cum F(rancisco) L(a Motte) religio- 
so parocho Ejusdem Ordinis. Dis- 
cursus Juridicus. pp. 52 petit in-40, 
dans ma BB. 

7. Sententia declaratoria excom- 
municationis in Fr. Franciscum 
Lamotte, monasterii Bellireditus 
Leod. ordinis Praemonstratensis 
religiosum, pastorem in Loverval. 
In-folio, placard imprimé s. 1. n. d. 
Cette sentence de l'abbé Henri 
Jullin est du 16 juillet i7ii.(Apud 
Berlière j o. c. 1898, p. 20). 

HACKENSCHMIED (Jean - 

Aloïs), dont l'article se trouve au 
1er Volume de ce Dictionn., p. 343, 
fut professeur de droit canon, à 
l'abbaye de Tepl. 

4. Epistolae Balbinum inter et 
Aloysium Hackenschmied, juris ec- 
clesiastici professorem, communi- 
catae prope centuin servantur in BB. 
Canoniae Teplensis. — Ita P. De 
Backer, i853, Liège, I, p. 36, col. i. 

H AGER (Evermode-Edouard), 
autrichien, né à Pram le i3 août 
i865, reçut l'habit à Schlagl le i5 
février 1888. Profès du 20 juillet 
i8go, il fut ordonné prêtre le 3 
août suivant. Il est docteur en phi- 
losophie. En 1903-4 il fut profes- 



HAN 



72 — 



HAR 



seur au gymnase « Theresianum » 
à Vienne ; il fut ensuite transféré 
comme tel au collège épiscopal de 
Linz « Petrinum » (in Urlahr.) 
Le chanoine Hager a publié : 
Die geographischen Verhâltnisse 
des osterreichischen Alpenvorlandes 
mit besonderer Rûcksicht auf den 
oberosterreichischen Antheil. Ur- 
fahr, 1901, pp. 44 in 8». 

Sources : Catal. gênerai, igoo, p. 38; 
et M. Alph. Zàk, MS cité souverit. 

HALMOS (Victor - Joseph), 
chanoine de Jâszô, qui naquit à 
Hidaskûrtôn le 3o déc. 1873. Ad- 
mis à la vêture le 24 août 1893, à 
la profession le 29 août 1897, et à 
l'ordination sacerdotale le 4 sept, 
de la même année. Depuis 1897 
professeur au collège de Rosenau, 
il fut transféré en cette qualité à 
Kaschau, en 1900. Il a publié : 

Természetrajzi es uti leirâsok. 
Rozsnyô. Sajôvidék 1897-98. 

Ainsi son confrère Farkas, o. c. 
J902, pp. 216 et 3i3. 

HAMERLE (Melchior), cha- 
noine de Hradisch, docteur en théo- 
logie, mort le 5 septembre 1724. 
(Nécrol. de Pernegg, communica- 
tion du chan. Zàk). 

HAMILTON (Nicolas) : V. I, 
p. 348. 

Il fut curé de Trazegnies de 1634 
à i65o, prieur d'Herlaimont depuis 
la dernière année jusqu'à sa mort, 
arrivée le i5 cet. i665. — Il y a 
un exemplaire de son rare ouvrage, 
2^ édit. de 1664, à la BB. de l'abb. 
de Mondaye. 

HAN (Thomas de), de la noble 
famille de Han, 3*^ abbé du nom 
de Thomas à Lavaldieu. Etant doc- 
teur de Sorbonne, il fut élu le i3 
octobre 1627. 

11 eut pour successeur, probable- 
ment en i555, un autre 

HAN (Thomas de), 4^ du nom, 
également docteur en -théologie. 
Celui-ci gouverna 25 ans l'abbaye 
de Lavaldieu, et mourut en i58o. 



Sources : Hugo, Annal. II, col. 1019; 
— une monof^raphie du P. Bénédictin de 
S. Maur, Albert Noël, insérée en 1897 
dans i'Almanach Histor, de la Marne etc. 
Reims, p. 120. 

HANEGRAAF (Corneille) : 
V. I, pp. 349-5o. Il naquit vers 
i585, et prononça les vœux de re- 
ligion en 1606. (Necrolog. de Ton- 
gerloo, 1902, p. 142). 

Au mois de février 1908, j'ai re- 
çu le volume suivant, par l'entre- 
mise du frère Aldéric Vincke, em- 
ployé à la procure de notre ordre 
à Rome, et qui est religieux con- 
vers de l'abbaye de Tongerloo : 

Un Apostolo del Santissimo Sacra 
mento nel secolo XII. Compendio 
délia vita del glorioso patriarca San 
Norberto.... Di Cornelio Hanegravio 
Procuratore Générale dei Premo- 
stratensi e Rettore del Collegio 
Norbertino in Roma, Via délie 
Quattro Fontane (i632), — II. 
edizione illustrata. Roma Tipogra- 
iia délia Vera Roma di Enrico Fi- 
liziani. 1908, in-80 : pp. XVII et 
(19)-! 33, suivies de 3 non chiff. 
pour « Indice ». 

Edition en italien moderne, or- 
née des gravures si belles et si 
connues de Galle, représ, les épi- 
sodes de la vie du S. Fondateur. 

HARRER (Martin), originaire 
de Vienne en Autriche, chanoine 
de l'abbaye de Géras, où il fit pro- 
fession en 1681. En 1686, il défen- 
dit la doctrine catholique concer- 
nant les 7 Sacrements. Voyez la 
notice sur Wesseli (Jos. Melchior). 
Les renseignements biographiques 
font défaut. 

Sources : Lienhardt, o. c. p. 584 ; — 
Alph. Zàk, Das Chorherrenstift Pernegg, 
1900, p. 122. 

HARSANYI (Etienne) : V. I, 

p. 353. Né le 2 févr. 1747, il fut 
admis dans la Compagnie de Jésus 
à l'âge de 16 ans. C'est après la 
suppression de la Société qu'il en- 
tra chez les Prémontrés. 

I. Oraison funèbre de Mgr Splé- 
nyj. 



HAV 



-73- 



HAY 



2. Pesth, 1792, 80. — Voyez les 
PP. De Backer, o. c, 6*^ Série, 
1861, p. 207. 

HAUBER (Antoine-P.) : V. I, 
p. 355. Ce vieillard vénéré mourut 
le 27 sept. 1900, après avoir pu- 
blié sous le voile de l'anonyme : 

1. Dejiny spolku a dobrvcinného 
ûstavu Korunniho prince Kudolfa 
v Nové Risi na Moravc. Brne, 
1899, pp. 87, 8° mit 18 illustr. 

2. Pfispëvek k udrzeni pamâtky 
na 5oleton rocnici vladareni I. V. 
Césare v Kràle Frantiska Josefa. 
Brne, 1899, pp. 87, 8'> mit 17 
illustr. — Renseign. reçus du rév. 

s/ 

chan. Zdk. 

HAURECH (Julien), dont le 
nom est écrit « Haurex » dans la 
(( Svmmaria Cronologia » Parch. 
1662, p. 39 r, chanoine de l'abbaye 
du Parc, 11 naquit en i56o de pa- 
rents nobles. Profès de 1578, prê- 
tre de i58i, bachelier en théologie 
(1584), sous-prieur en 1591, curé 
de Haecht (1592). Il fut proclamé 
licencié en théologie à Louvain, le 
2 août 1594. Il refusa la charge de 
prévôt à Leliendael, et mourut le 
23 juin 161 1. — Cathal. Fratr. 
Parch., fo 96^°, cité par le chan. 
R. Van Waefelghem, Nécrol. de 
Parc, au 23 juin. 

J'ai sous les yeux i f, in-folio, 
qui me fut communiqué par le R'"'^ 
Prélat du Parc, Quirin Nols (1904). 
Anno 1584. 20 Augusti. (au milieu) 
De Ecclesia. Qvaestio theologica. 
Sitne (sic) vna visibilis atque con- 
spicua in terris Christi Ecclesia ; 
quai Romano Pontifici adhaerens, 
certis signis & notis, ab haeretico- 
rum conuenticulis queat discerni. 
Propositiones (4). — Conclvsio i^- 
5^ F. Iulianus ab Haurech Monas- 
terij Parcensis Religiosus. — Sine 
loco, ast Lovanii ; sine nomine 
typographi. — Dans les archives 
du Parc. 

HAVERMANS (Lancelot-Ma- 
caire) : I, pp. 356-9. 

A la BB. de l'abbaye de Ton- 



gerloo, j'ai trouvé les 3 opuscules 
suivants, sans doute fort rares : 

10. Conclvsiones theologicae de 
Fide, Spe, et Charitate, qvas... 
Praeside R. D. F. Macario Haver- 
mans,... defendet D. F. Hieronymvs 
van Die^endael. Antv. Typis Gerardi 
Wolsschatij, 1672, 4". Au verso : 
Pvrissimae Virgini Mariaî ; pp. 17 
non cliiff. pour 20 thèses. 

11. Conclusiones theologicae de 
Virtvtibvs Cardinalibvs in génère 
et dvabvs in specie Prudentia et 
lustitia... defendet D. F. Gvilielmvs 
Schilders. Antv. Typis dabat (sic) 
Ger. Wolsschatius, 1673, 4°. Au 
verso : Magno Patri Avgvstino ; 
pp. 18 non ch. 

12. Conclvsiones theologicae de 
quatuor Virtvtibvs Cardinalibus... 
defendet D. F. Bartholotnevs vanden 
Berghe. Antv. ibid. 1674, 40. Le 
verso en blanc. Illustrissimo... D. 
loh. Neercasselio Episc. Castorien- 
si : I f. ; ensuite pp. 19 non 
ch. 

Dans la notice sur le même Ha- 
vermans (I, pp. 357*8), plusieurs 
erreurs typographiques se sont glis- 
sées : 

2. Il faut lire : defendet. — me- 
ridiem. — Antverpiae. — Portam. 

— verso. — Macarivs. 

6. Il faut : B. Jacobi. — Ord. 

— D. Macario. 

8. On doit lire : exhibcamus. 

HAVLOVETZ (Augustin), cha- 
noine de Klosterbruck, docteur en 
théologie, qui mourut le 3o octobre 
1759. (Nécrol. de Pernegg, ren- 
seignement du confr. Zdk.) 

HAYE (Louis de la), abbé ré- 
gulier de Sept-Fontaines, près An- 
delot, dioc. de Langres. Hugo donne 
son épitaphe : Cy gist noble et 
scientifique personne Messire Louis 
de la Haye, Protonotaire et Abbé 
de céans, qui deceda le XII des 
Kal. de Janvier 1564... (Annal. II, 
col. 790). 

HAYTHO, Vol. I, pp. 360-62. 
En consultant le « Catalogus Li- 



HEF 



— 74 



HEI 



brorum Mamiscriptorum Bibliothecae 
Cottonianae » Scriptore Thoma Smi- 
tho, Oxonii 1696, infol., 2 tom. en 
I vol., j'ai découvert : T. II, p. 
202, col. I, no 6601 : Fryer Hay- 
ion 's History of the Parties of the 
Orient written iirst in French from 
Hayton's mouth by Nicolas Falcon, 
[Erreur !... j'ai prouvé à la p. 36o 
qu'il faut écrire : Salconi], and then 
translated into Latine An. Dom. 
i3o7. — Ibid. p. 244, col. i, n» 
8327 • Haytoni flos historiarum ter- 
rae Orientis. 

Récemment D. Seeselherg a publié : 
Das Prâmonstratenser kloster De- 
lapais (sic) auf Cypern... vom 
kirchen-und kunstgeschichtlichen 
Standpunkt.... erlâutert. Disserta- 
tion, gedr. in Heidelberg, 1901. 

HEFFNER (Franc.) : V. I, 
pp. 364-6. 

2. Les éditions de 1691, 1693 et 
1695 sont de Sultzbach, 2 tomes 
in-40 ; celle de 1700 in-4" est de 
Nûrnberg. 

Encore de nos jours les instruc- 
tions de Heffner sont estimées et 
recommandées. En 1902 une édi- 
tion anglaise parut en Amérique : 
on eut seulement le tort d'avancer 
que l'auteur fut un dominicain. La 
vérité, c'est qu'il fut chanoine de 
l'abbaye norbertine d'Oberzell. Voi- 
ci le prospectus : 

Short Sermons for Low Masses 
for ail the sundays and the prin- 
cipal feasts by Rev. F. Heffner. 

With great skill and cleverness 
the author has devised to choose 
for each of thèse sermons a truth 
from the Gospel of the day, and 
to bring home to his audience the 
évidence and lesson which he wi- 
shes to impress, in a terse, logical, 
and interesting discourse that may 
be delivered within only a few mi- 
nutes' time. 

A synopsis for each of the ser- 
mons, giving[points and arguments, 
will be found an excellent help lor 
memorizing the matter. Joseph F. 
Wagner, Publisher 9 Barclay street, 
New- York, 1902. 



HEINL, 45e prélat de Tepl, 
dont nous trouvons la notice dans 
le Catal. de l'Ordre en Autriche, 
pour l'année i853 (Pragae, 8" p. 
117). 

Marianus Josephus Heinl, Sacri 
ac Canonici Ordinis Praemonstra- 
tensium Ducalis Ecclesiae Teplenae 
B. M. V. Annunciatae Abbas, In- 
clyti Regni Bohemiae Praelatus 
Infulatus, SS. Theologiae in Aima 
et Antiquissima Universitate Pra- 
gena « Ehren-Doctor », Doctoratus 
Philosophiae Candidatus, c. r.Gym- 
nasii superioris Pilsnae Intendens, 
Inclytae Caes. R. Societatis Oeco- 
nomico - Patriot. per Bohemiam 
Membrum ad Honores, plurium 
aliarum InclytarumSocietatum, uti : 
Musei Bohemici, Instituti Surdo- 
Mutorum, Typhlodochii Adultorum, 
ad suscitandam Industriam Tech- 
nicam in Bohemia, Philharmoni- 
cae ad promovendam Artem Musi- 
cam quoad Sacra, nec non Conser- 
vatorii Musici Prag. Sodalis Actua- 
lis. 

NatusCubiti Bohemorum(Elbogen) 

[23. Jan. 1785. 
Candida veste indutus 17. Nov. 1804. 
Professus 18. Sept. 1808. 
Presbyter ordinatus 6. Aug. 1809. 
Abbas electus 3o. Mart. 1843. 
Infula decoratus 2. Aprilis 1843. 

Fuerat catecheta in gymnasio 
Pilsnensi ab a. 181 1 ad i83o ; pa- 
rochus in Czihana i83i-33 ; — prior 
conventûs 18 33-35 ; inspector bo- 
norum in Krukanitz 1 835 -43. « Com- 
thur des k.k. oesterr. Franz Joseph 
Ordens » obiit 3 Maii 1867. 

Sources : P. Klimesch, Stift Tepl, iSSg, 
pp. 55-57 et (61) où l'on trouve les détails ; 
— tous les historiographes de Tepl. 

HEINRICH III, abbédeGro- 
be. Cet abbé prémontré reçoit des 
éloges remarquables de la part du 
pasteur protestant Zietlow, dans son 
livre intitulé : Das Prâmonstraten- 
ser Kloster auf der Insel Usedom 
(ii5o-i535), Anclam, i858-59, 2 t. 
in-8o. 

L'auteur y prouve péremptoire- 
ment quelle valeur on doit attacher 



HEI 



- 7^- 



HEI 



aux vieux cartulaires, et ne trouve 
pour ainsi dire pas assez d'expres- 
sions pour en faire saisir l'impor- 
tance capitale. Or il démontre que 
c'est le prélat Heinrich III, admi- 
nistrateur du monastère de l'île 
Usedom depuis 1394 jusqu'à sa 
mort en 1434, qui commanda à un 
de ses religieux d'écrire « das v^^ich- 
tige Copiarium ». Ce fut environ 
en l'année 1410 que le plan de ce 
travail fut arrêté, et que le même re- 
ligieux, restéanonyme, y mit la main . 

Also (dit-il) ûbertrug der Abt 
einem wohlgebildeten Klosterbru- 
der, dessen Namen uns leider nicht 
genannt wird, die Arbeit der Co- 
pirung und der Rédaction der Ur- 
kunden und dieser unternahm und 
forderte das Werk in seiner einsa- 
men Zelle in Pudglowe mit sorgsa- 
men Fleisz. Seine Handschrift geht 
durch den groszten Theil des Buchs 
hindurch. Demstillfleiszigen Monch 
sind die Geschichtsfreunde der 
Nachwelt zum Danke verpflichtet. 
Die Urkunden, welche den Grund- 
stock bilden, finden sich auf dem 
Raum von 45 Blâttern (Folio II- 
XLV I nach der Originalfoliirung).. . . 
Nach der Vorrede und dem Re- 
gister folgt das eigentliche Diplo- 
matarium (Folio VII-XLVI). — Ce 
cartulaire ou « Matrikel » se trouve 
aux archives provinciales dans la 
ville de Stettin. 

Zietlow a pu consulter en outre 
les MSS suivants, qu'il indique 
dans le « Vorwort » de sa mono- 
graphie : 

1. Un fort volume in-folio, qui 
est la propriété a der Gesellschaft 
fur pommcrsche Geschichte und 
Alterthumskunde ». Il contient un 
grand nombre de chartes, trans- 
crites par différentes mains. 

2. Matricula coenobii Grobensis 
postea Usdomensis et denique Piid- 
glaviensis ex ipso coenobii Copiario 
membraneo descripta. [Il est donc 
clair que ce couvent a porté les 
noms de : Grobe, Usedom, Pudgla, 
et même Pudglove. La ville la plus 
rapprochée s'appelle : Uznam.) 



3. Hislorische und geographische 
Beschreibung der Insulen Rûgen, 
Usedom und WoUin durch A. T. 
•Anno 1662. Vol. in-folio sur pa- 
pier. Travail superficiel, ouvrage 
sans critique. Il y a entre autres 
une fort maigre : Historia mona- 
sterii Usedomensis quod olim Grobe 
nunc Pudgla nuncupatur. 

Ainsi le protestant Zietlow, o. c, 
pp. IV-V, 200 à 283 (biographie 
de l'abbé Heinrich III) ; et voyez 
la carte géogr. avec la planche, 
tout à la fin de la monographie. 

HEINRICUS de ANTWER- 

PE, prieur du couvent prémontré 
à Brandenbourg, sous le prévôt 
Alvric ou Alveric : celui-ci y fut 
à la tête depuis 1217 à i23i. 

Dans la vaste collection de Pertz, 
T. XXV, pp. 471, III., et 482-84. 
III, nous trouvons : Heinrici de 
Antwerpe (sic) Tractatus de captione 
urbis Brandenburg. L'éditeur, O. 
Holder-Egger, ajoute à la p. 471 : 
(t Hic Tractatus vetustissimum est 
exemplum historiographiae Bran- 
denburgensis, pretiosum et fide di- 
gnissimum. » 

HEIROVSKY (Victor-Jean), 

chanoine de Tepl, qui naquit le 
4 nov. 1848 à Rokycan, en Bo- 
hême. Vêtu le 27 sept. 1868, il fit 
sa profession le 29 sept. 1872, et 
fut ordonné prêtre le i3 juill. de 
l'année suivante. Il avait fait ses 
humanités de 1861 à 68, au gym- 
nase de Pilsen ; de 1873 à 77 il 
suivit les cours de philosophie à 
Prague, alors il enseigna à Pilsen 
les sciences naturelles. En 1884 il 
fut proclamé docteur en philoso- 
phie. Le confrère Heirovsk}^ mou- 
rut le 28 févr. 1898, et fut inhumé 
à Rokycan. 

Sources : les catal. de i8go, 1894. 

HEISINGER (Adolphe-Jean), 

prélat de Géras, de i852 à 1859. 
Né de parents pauvres le 7 avril 
1808, à Michelsberg en Bohême, 
il reçut l'habit à Géras en 1828, 



HEI 



- 76 - 



HEN 



y prononça les vœux en i832, et 
fut ordonné prêtre l'année suivante. 
Il étudia la théologie chez les PP. 
Bénédictins de Melk. Tour à tour- 
il remplit les fonctions de coopéra- 
leur à Drosendorf, de i836 à 38 ; 
de curé à Rodingersdorf, de i838 
à 4.5 ; de coadjuteur à Aigen lez* 
Schlagl, de 1845 à 48 ; de curé à 
Nondorf, d'où les suffrages unani- 
mes des confrères le rappelèrent le 
22 sept. i852, pour être mis à leur 
tète en qualité d'abbé. 

Heisinger envoya les jeunes re- 
ligieux à Strahow, pour y suivre 
les cours de théologie ; il enrichit 
la bibliothèque, et s'adonna avec 
ardeur à la culture des lettres 
et des sciences. Il administra les 
biens temporels d'une manière in- 
génieuse et habile. La mort l'enle- 
va trop tôt, le 12 juin 1859, lors- 
qu'il n'avait que 5i ans. On a de 
lui : 

1. Carmina. MS. 

2. « Das Echo an der Thaya. 
Eine Zeitschrift nach der neuesten 
Façon » . Gedruckt am Neusiedl. Re- 
digiert beim Steinfelsen. (Hume- 
ristische Zeitung, von Ad. Heisin- 
ger mit der Handpresse oder eigen- 
h'ândig gedruckt in Drosendorf, 
vermutlich in i einzigen Exemplar). 

M^ le chan. Zàk, qui fut coopérateur 
à Drosendorf, de 1891 k g5, pos- 
sède un numéro de ce journal où 
l'on trouve : i. Frohlocken eines 
sorglosen Junggesellen. (Gedicht). 

2. Astronomische Beobachtung. 

3. Aus dem geheimen Kabinett. 

4. Mode-Salon. 5. Aus der Thea- 
terwelt. 6. Ballanzeige. 7. Charade : 
« Mich trâgt der Ochs, mich trâgt 

[die Kuh, 
Und doch bin ich ein Mensch wie 

du, 
Ein kleines Stadtchen noch dazu. » 

[(Horn.) 
« Die glùcklichen Lôser dieser 
Charade werden zum Lampelwirt 
in Drosendorf auf einen Puntsch 
geladen. » (Wie hieraus zu ersehen 
ist, war der Amtsverwalter Horn 
hâufig Gegenstand der Scherze.) 



Sources : Riihietl a.p. Brunney, o. c. i883, 
pp. 126-8, avec nombreux détails. — Zàk 
en son MS. — Le même, Catalogus cano- 
niae Gcrusenae 1893,' pp. 10, 14, 17, 18. 
— Greisl. brochure citée igoS, pp. 6-8. 

HELD (Willebold) : 1, pp. 

369-70. 

8. Compendium Privilegiorum 
Ordini Praemonstratensi in génère 
et Circariae seu Provinciae Suevi- 
cae in specie à summa Sede con- 
cessorû Opéra et Studio W. A. R. 
[ Willeboldi Abbatis Rothensis] Com- 
pilatû, et editum Anno Salutis 
MDCCLXXXV. — Titre très exact 
d'un MS. in-folio de pp. 117 non 
chiffr. BB. d'Averbode. 

HELMER (Gilbert-J. B.) : I, 
pp. 371-2. Ce savant religieux a 
succédé, comme abbé de Tepl, au 
défunt P. Clemeiitso : le 27 oct. 
igoo, les 83 électeurs ont voté una- 
nimement pour lui. Il est docteur 
ès-sciences et ès-arts, et député aux 
Etats de Bohême à Prague. Ma- 
rienbad, la célèbre ville de bains, 
étant une dépendance de l'abbaye, 
M . le prélat Helmer et M . le prieur 
Kôhler ont été en 1906, de la part 
de leurs hôtes princiers, l'objet des 
plus grandes marques de distinc- 
tion. Le prince Ferdinand de Bul- 
garie accorda au premier la Grande 
Croix de l'ordre d'Alexandre en 
diamants, et à son prieur celle de 
l'ordre « pour les mérites civils » . 
Le roi d'Angleterre Edouard VII 
offrit au prélat une tabatière très 
précieuse, et accorda au prieur la 
croix d'officier de l'ordre de Victo- 
ria. (Revue de Parc, Novemb. 1906, 
p. 281). 

Helmer est encore commandeur 
de la Couronne Britannique, mem- 
bre de la Chambre Haute (Herren- 
haus) de l'empire d'Autriche. 

HENDL (Godefr. Jos.) : I, p. 
373. 

En 1901, il fut nommé prévôt 
à Heiligenberg (in Monte Sacro), 
lez Olmùtz. 

HENNING von Bredow : I, 
p. 374. 



HEN 



— 11 — 



HER 



Source : Gercken, Ausf. Stifts-Historie 
von Brandenburg, 1766, pp. 208-12, et 
647-53. 

HENRI, archevêque de Naver- 
zan, de l'ordre de Prémontré, est 
cité le 7 août 1345 (Euheî, Hierar- 
chia, I, 87). 

Ainsi Dom U. Berlièrc, dans le 
compte-rendu d'un ouvr. de Mgr 
Chèvre intitulé : Les suffragants de 
l'ancien évêché de Baie (BB. de la 
Revue d'Alsace, VIII). Colmar, 
Huftel, igo6. Gr, in-8, ig6 pp. 
Voir la « Revue Bénédictine » 
XXIIIe ann., n" 4. Octobre igo6, 
p. 627. 

Donc le religieux norbertin en 
question, Henri, fut archevêque de 
Naverzan in part, infid., et suffra- 
gant de l'anc. évêché de Bàle. — 
Mr Ulysse Chevalier écrit : « Na- 
varzan (sic) == Anazarbe, Nahar- 
van ». (O. c. déjà, imprimé à Mont- 
béliard, 1894 et ann. suiv.) 

HENRI de Bonne-Espérance 

(11 32). Son MS de la Bible se 
trouve actuellement à la BB. roy. 
de Bruxelles, II. 2524. 

HENRICUSdeEverbodio.Ju- 
ris utriusque doctor renuntiatus in 
universitate Lovaniensi (v. 1433- 
1440 ?) 

Source : Averbod. Abb. Canonici Pras- 
monstr. Professores etc. Cahier MS petit 
in-40, dans nos archives. 

HENRICUS Henrici, religieux 
et écrivain de Cappenberg, vers le 
môme temps (i 126-56) où florissait 
son confrère Frowinus, que j'ai cité 
plus haut. Il pourrait bien être le 
fils spirituel de Hermann, ce célè- 
bre juif converti, qui écrit en tête 
de son ouvrage : Incipit liber de 
conversione.... Charissimo filio Hen- 
rico. 

N'est-ce pas encore lui, qui ré- 
digea les 10 chapitres ajoutés à la 
Vie de S. Norbert, sous le titre 
d*« Appendix Canonicorum Capen- 
bergensium Ord. Prœm. » ? Voyez 
la « Vita S. Norbcrti » Auctore 
vander Sterre, i656, pp. 245-257. 



Source : Stadtmann. Annales Cappenb. 
MS. 

HENRI de Puteo ou de 
W^erchtris. 

Le Nécrologe de l'abbaye du 
Parc fait mention au 27 octobre : 
Fratris Henrici de Puteo, sacerdo- 
tis canonici et prions hujus eccle- 
sie, curati de Werchtris, viri utique 
literati. — A quoi l'érudit confrère 
Raphaël Van Waefelqhem ajoute : 
Profès vers 1433 ; diacre (1434), 
prêtre (a^?), curé de Werchter (1439), 
prieur (1447) et mourut le 27 octo- 
bre 1448. (Cathal. Fratr. Parch., 
et Obit.) 

Sanderus (Biblioth. manuscripta 
belg., T. II, p. 172) mentionne : 
Compendium theologiae factum ao 
1437 et completum per manum 
Henrici de Werchtris, canonici reg. 
monasterii Parcensis. — le crois 
bien qu'il s'agit d'Henri de Puteo, 
curé de Werchter. — Jusqu'à pré- 
sent, nous n'avons pas trouvé ce 
manuscrit dans les bibliothèques 
publiques. 

P. de Waghcnare (o. c. i65r, p. 
3o5) connaissait le « Compendium 
Theologiae » d'Henri de Werchter. 

Source : Nécrol. du Parc, 1907, pp. 
435-7. 

HERBELIN (Matthieu), cha- 
noine régulier, procureur et trésorier 
de notre illustre abbaye de Saint- 
Yvedde Braine, diocèse de Soissons. 
Le village de Lesges où naquit, 
vers Tan 1524, ^^ premier historien 
de Braine, est situé à une lieue et 
demie de cette ville. Matthieu fit 
de bonnes études, après l'achève- 
ment desquelles il se décida à en- 
trer dans l'ordre des Prémontrés. 

L'abbaye de Braine offrait une 
paisible retraite et de nombreuses 
ressources à ceux qui, comme lui, 
avaient le goût des recherches his- 
toriques. Il y fut accueilli avec fa- 
veur et résolut d'y passer ses jours 
entre les devoirs aimés de son état, 
les joies tranquilles de l'étude et les 
douces affections de la famille. Sou- 
vent, sans doute, il visitait et con- 



HER 



- 78 



HER 



solait son père Jean Herbelin, dit 
Hemard, ancien fermier demeurant 
alors à Braine et qui pouvait, à 
bon droit, se glorifier de son en- 
fant. 

Les supérieurs remarquèrent bien- 
tôt les belles qualités de Matthieu, 
la justesse de son esprit, l'étendue 
et la solidité de ses connaissances. 
Ses habitudes d'ordre et de travail 
révélèrent en lui un administrateur 
intelligent : aussi quelques années 
après son entrée dans la maison 
de Braine, il y fut nommé procu- 
reur, et chargé du soin de toutes 
les affaires. Ces importantes et dé- 
licates fonctions ne ralentirent point 
son zèle pour la science ; il fit mar- 
cher de front ces deux choses. Il 
eut ainsi l'occasion de faire les 
nombreuses recherches dont nous 
lui sommes redevables : il recueil- 
lit, transcrivit et mit en ordre les 
chartes et titres de propriété, rela- 
tifs au monastère de Braine. 

En faisant ces recherches, il dé- 
couvrit (dit Carlier) un grand nom- 
bre de faits utiles et intéressants, 
et recueillit beaucoup de pièces 
curieuses concernant les comtes de 
Braine. Longtemps il augmenta, 
corrigea, analysa ces documents et 
en composa un ouvrage auquel il 
ne cessa de travailler pour y appor- 
ter... de nouveaux perfectionne- 
ments. 

Matthieu Herbelin mourut le i5 
mars 1576, d'après la pierre sépul- 
crale de son tombeau et le nécro- 
loge de St-Yved de Braine. Les 
fruits de sa plume et de son crayon 
sont : 

I. Cartulaire de l'abbaye de Saint- 
Yved de Braine. M^ Stanislas Prioux 
le cite et ajoute : « nous sommes 
assez heureux pour en posséder une 
copie. Il ne faut pas le confondre 
avec V extrait que Gaignières en a 
fait et qui se trouve à la BB. im- 
périale. » 

Le dit cartulaire qui est aujour- 
d'hui (1857) aux archives impériales 
(coté LL i583) forme un vol. in-4'^ 
vélin, d'une très-belle écriture du 



XVI^ siècle, comprenant 177 pièces. 
Ce précieux recueil commence par 
une bulle du pape Eugène III, 
datée du i^i mai 11 47, confirmant 
toutes les possessions de l'abbaye 
de Braine. La dernière pièce trans- 
crite, portant la date du 22 février 
i5oi, est un acte de George d'Am- 
boise, légat du Saint-Siège, qui, 
d'après les bulles du pape Alexan- 
dre V^I, accorde à l'abbé de Braine, 
Jacq. de Bachimont, le droit de 
mitre, d'anneau, bâton pastoral et 
vêtements pontificaux. Toutes ces 
pièces ont été collationnées le 18 
août 1569, par Nicolas Cardon, 
prêtre, chanoine de l'église de Laon, 
prébendaire public et notaire juré 
à Laon de tout l'Ordre de Pré- 
montré, à la requête de F. Mat- 
thieu Herbelin. Ainsi s'exprime le 
même M^" Prioux, qui termine en 
disant : on trouve à la suite (de 
l'extrait de Gaignières) un ohitiiaire 
de l'église Saint- Yved de Braine, 
dont nous avons une copie et que 
nous nous proposons de publier 
avec le cartulaire. | Il a publié ce- 
lui-ci en 1859.] « 

2. Histoire des comtes de Dreux 
et de Braine, in-fol. MS. conservé 
dans la Bibliothèque de Colbert, 
no 1462, aujourd'hui dans celle du 
Roi. Ainsi le P. Lelong, BB. his- 
torique. M^* Prioux écrit n» 2, 462. 

La même, sous ce titre : Les 
anciennes et modernes généalogies, 
épitaphes et armoiries des comtes 
et comtesses de Dreux et de Braine, 
depuis le roi Louisle-Gros jusqu'en 
1539, in-fol. MS. A la Bibliothèque 
de S^e Geneviève, à Paris, L. F. 

67. 

Ce MS., sur vélin, du XVI^ 
siècle, contient 120 pages, dont 32 
sont en blanc. Il est enrichi de 
belles capitales peintes en camaïeu, 
ou rehaussées en or, ainsi que de 
quelques cadres d'ornemens et d'ar- 
moiries. Deux de ces capitales ren- 
ferment les portraits du maréchal 
de Fleuranges et de Guillemette 
de Saarbruck, et ceux de Robert IV 
de la Marck, leur fils, et de Fran- 



HER 



— 79 — 



HER 



çoise de Brézé, comtesse de Mes- 
saincourt, son épouse. L'ouvrage 
commence à Louis-le-Gros, et finit 
en i539, au mariage de Louis de 
Silly, seigneur de la Roche-Guyon, 
avec demoiselle Anne de Laval : 
il est dédié à demoiselle Philippe 
de Commercy et de Montmirail, et 
douairière de la Roche-Guyon, par 
Matth. Herbelin, chapelain de cette 
baronne, chanoine régulier et tré- 
sorier de l'église de Saint- Yved de 
la ville de Braine. 

Feu M. Jardel, ancien officier du 
roi, domicilié à Braine, en avait un 
magnifique exemplaire en vélin, 
coloré en or, etc. ; plus un rouleau 
de quatorze pieds de long, qui était 
vraisemblablement V original, et qui, 
selon le titre, fut présenté en 1567 
à M. Loys de Bourbon, duc de 
Montpensier, par Vauteur, qui s'y 
est peint dans une vignette. (Fon- 
tette, BB. hist., t. II, n^ 25,3o6.) 
— Il y a un autre exemplaire in-40 
à la BB. de Rennes, n^' 207. 

L'Antiquité et ancienne Descrip- 
tion de la situation de Dreux en 
Normandie, et de Braine en Cham- 
pagne, avec les anciennes et mo- 
dernes généalogies, épitaphes et ar- 
moiries de tous les feus comtes et 
comtesses de Dreux et de Braine, 
commençant à Loys-le-Gros, jadis 
roi de France, père de Robert, 
comte desdits Dreux et Braine ; à 
ma chère et très-honorée dame, 
madame Guillemette de Saarbruck, 
comtesse de Braine, frère Matth. 
Herbelin, trésorier de Saint- Yved 
de Braine, votre très-humble et 
obéissant serviteur et chapelain : 
in->/. MS. 

Cette pièce, qui semble être un 
original, est ornée d'écussons et 
d'armoiries peints en couleur : elle 
faisait partie de la BB. de M. Jar- 
del, à Braine. 

L'Antiquité et ancienne Descrip- 
tion de la situation de Dreux, et 
puis après de Braine ; par Matth. 
Herbelin : in-4'>, MS. conservé au 
Vatican, parmi les MSS. de la reine 
de Suède, n» 83o ; il paraît être la 



copie de l'original ci-dessus. (Fon- 
tette, t. III, no 34,809.) Il y aurait 
aussi un MS. in fol. à la BB. du 
Roi, no 9,860. 

Mr Prioux ajoute ces mots à la 
fin de sa notice sur notre Herbelin, 
notice que je cite parmi les sour- 
ces : Nous avons cru devoir copier 
textuellement les articles du P. Le- 
long [réédité par Fontette], concer- 
nant Matthieu Herbelin, bien qu'il 
semble y avoir confusion ou double 
emploi dans les titres des manus- 
crits qu'il rapporte. Il est impos- 
sible d'en taire aujourd'hui la véri- 
fication. Cependant, nous connais- 
sons encore à présent (1857) quatre 
copies du travail de Matthieu Her- 
belin, correspondant aux quatre ar- 
ticles du P. Lelong. L'une est à 
la BB. impériale de Paris, l'autre 
à la BB. Sainte-Geneviève, la 3^ au 
Vatican et la 4e chez M. Petit de 
Champlain, à Braine.... nous avons 
examiné avec soin ce (4e) MS. in- 
folio sur vélin, de 97 pp. d'une 
très-belle écriture du XVI^ siècle. 
Nous croyons y retrouver un des 
MSS. que signale le P. Lelong 
dans la BB. de M. Jardel. 

3. Notice sur le miracle du vray 
Corps- Dieu et sur la chasuble du 
miracle à Braine. Dans « Bull, 
soc. acad. Laon » (1858/9), IX, 
io3 ; cf. 102. Ainsi M^" Ulysse Che- 
valier, Répert. des sources hist. du 
Moyen âge. Topo-Bibliographie, i' 
fascic. A-B. Montbéliard, 1894, 
col. 480. 2^ fascic. B-E. 1895, col. 
926. — J'y trouve les indications 
suivantes ; 

Beaucamp, Mémoire sur l'église 
royale de St-Ived de Braine. Sois- 
sons, 1825, 8". — Château, Histoire 
de Braine. 1829, 40. — Chronique 
de l'abbaye de Braine (1204-46). 
Cf. Le Clerc (V.), dans « Hist. litt. 
France » (1847), XXI, 704-5. — 
Molinier, Obit. Franc. (1890), 196. 
— Prioux (Stan.), Histoire de Brais- 
ne et de ses environs. Paris, 1846, 
80, grav. — Prioux (Stan.), Mono- 
graphie de l'ancienne abbaye royale 
Saint- Yved-de- Braine, avec la des- 



HER 



— 80 — 



HER 



cription des tombes royales et sei- 
gneuriales renfermées dans cette 
église. Paris, 1859, gr. fol., 27 
planches. (En 1897, j'ai offert un 
exemplaire de ce splendide ouvrage 
au Révi-^e Prélat d'Averbode, Mon- 
sieur Gommaire-Jos. Crets.) 

Sources : Ihigo, Annal. I. Prafatio. Sœ- 
culo XVI, qui donne par erreur le pré- 
nom de Jean au confrère de Braine. — 
Boulliot, Biogr. Ardenn.,t. II, pp. 43-^5; 
— M. Stanisl. Prioux a. publié : «Mat- 
thieu Hcrbelin, religieux prémontré. » 
Paris et Soissons, 1857. in-80, pp. 32. 
Dans ma BB. 

HERMANEK (Daniel-Franç- 

Xav.), chanoine de Selau, né le 
25 novembre 1806 à Lesnâ (Bo- 
hême). Vêtu le 7 septembre i832, 
il fut admis à la profession le 3o 
mars 1834, et élevé à la prêtrise 
le 25 juillet de l'année suivante^ Il 
fut successivement cantor, maître 
des cérémonies, de 1839 à 45 cha- 
pelain à Humpolec. Premier pro- 
fesseur de langue bohémienne au 
gymnase de Deutschbrod, de 1847 
à 5o ; curé à Mlado-Brist, de i85o 
à 62 ; nommé en cette année curé 
à Humpolec, il y mourut le 28 
février i863. 

1 . Orateur renommé, Hermânek a 
laissé un grand nombre de sermons. 

2. Veuec Mariansky, MS in-80 
à la BB. de Selau. (Sertum Maria- 
num, i, e. collectio poematiim in 
honor. B. V. M., et etiam aliorum 
Sanctorum). En ce vol. il y a des 
poésies des chanoines Jérôme So- 
lar, Victor Bezdeka, Daniel Hei- 
mânek, tous religieux de Selau. 
Quelques poésies du dernier ont 
élé imprimées dans les revues bo- 
hém. : nias ; — Cyrill - Method. 
IV ; et d'autres encore. 

Sources : Catalogus O. Praem. i853, 
Pragae, p. 80 ; j'ai suivi les dates indi- 
quées là ; — MS du confr. Zàk, et un 
autre MS envoyé de Selau. 

HERMANN : I, p. 378-80. 

Au lieu de la vilaine erreur ty- 
pographique de la p. 379, dernière 
ligne, il faut évidemment lire : 
Hermann le Prémontré. 



HERMANN-JOS. (Bienh.) : 
I, pp. 380-84. 

1. Nous lisons dans la « Beati 
Hermanni-Ioseph,... Vita metrica » 
par Pierre de Waghenaer (sic). Co- 
lon. Agripp. i656, pp. 143-4 : 
Hymnus seu lubilus de S. Vrsulâ 
et Sodalibus : O Vernantes Christi 
Rosae : per Beatum Hermannum 
losephum conscriptus, qui à ducen- 
tis, & pluribus annis sub nomine 
huius Sancti, ad sepulchrum S. 
Vrsulae Coloniae appendi, & à plu- 
ribus devotè recitari consuevit ; 
hodieque jussu Reverendissimi D. 
Georgij Pauli Stravij Episc. lop- 
pensis & Suffraganei Coloniensis 
typis mandatas ibidem appensus 
est. 

2. A la BB. de Tongerloo, il y 
a un opusc. intitulé : B. Joseph, 
aliàs Hermanni.... Precationes De- 
votae. Col. Agripp. ap. Mich. De- 
men. 1627, pp. 54 in 32" non chiff. 

3. A la BB. de Frigolet (Leffe), 
nos confrères de France conservent 
une vie du B. Hermann-Joseph, 
MS espagnol. Je présume que c'est 
là la copie du P. Franc. Bruno 
Blanco, profès de N. D. de Retuer- 
ta, dont j'ai fait mention dans la 
notice sur Gomez de Casasola, Vol. 
I, p. 319, de ce Dictionnaire. 

4. Item à Leffe : Granget, Vie 
du B. Hermann Joseph. Carpen- 
tras, Devillario, 1854. 

5. Les PP. De Backer, o. c. 1861, 
7e Série, p. 271, au n" i5, nous 
font connaître l'ouvr. suiv. 

S. Ilermanno Josepho Ordinis 
Prœmonstratensis, Ecclesiae Stein- 
feldensis, Patria^ Urbis Coloniae 
Agrippinensis, Filio, Canonico, Ci- 
vi, nunc syderibusrecepto, Patrono 
ac Tutori, Sacrarum Scripturarum 
Interpreti, Poetae Virgineo, Mariae 
Sponso, Juventutis Catholicae Spé- 
cule dissertationes selectas in ter- 
tiam quinquagenam Psalmorum Da- 
vidicorum Praeses R. P. Jos. Hartz- 
heim S. J. SS. Theol. Doct. Gymn. 
Tricoronat. Regens, etDefendentes : 
R. D. Georgius Michels, ex Ant- 
weiler, etc., etc. Seminarii Archiep. 



HER 



HER 



Colon. Alumni D. D. C. In 
Aula Gymnasii Tricoronati. Anno 
MDCCXLIII. Die.... Septembris. 
Colonie, Typis Viduae Caspari 
Drimborn et Filii in Platea lata, 
1743, in-fol., 10 £f. n. ch. 

HERMANS (Godefroid-Pier- 
re-François), 49^ abbé de Tonger- 
loo, le dernier avant la grande 
Révolution française. Il naquit à 
Vorst, en Campine, le 19 novem- 
bre 1725. Il apprit le latin au 
collège de Geel, étudia la philoso- 
phie à Louvain, et se consacra à 
Dieu par les vœux de religion, qu'il 
prononça à Tongerloo le 23 mai 
1747. Les supérieurs l'envoyèrent 
à Rome, pour y suivre le cours 
de théologie ; à son retour, il dut 
remplir (vers 1752) les fonctions 
de vicaire à Alphen, et après une 
dizaine d'années (en 1762) celles 
de proviseur à Kalmpthout, où 
l'abbaye avait de vastes propriétés. 
Le chanoine Hermans se fit con- 
naître comme un administrateur 
extrêmement habile, et gagna telle- 
ment la confiance de ses confrères, 
que le i3 mars 1780 il fut proposé 
à l'impératrice Marie-Thérèse par- 
mi les candidats à la prélature. Il 
fut le préféré, et son installation 
eut lieu le 3i juillet suivant. 

L'abbé Godefroid se montra le 
protecteur généreux de l'agriculture, 
des arts et des sciences ; parmi les 
artistes qui jouirent de ses faveurs, 
l'historiographe Waltman Van Spil- 
beeck nomme Faes, de Querten- 
mont, Jacquin, vSchaeken, Omme- 
ganck, Herreyns. 

Il conçut le projet de faire creu- 
ser un canal, pour faciliter le trans- 
port des engrais aux environs de 
Tongerloo, ainsi que des produc- 
tions champêtres. Mais ce plan ne 
fut point exécuté.... 

Pour ce qui regarde la publica- 
tion des Acia Sanctorum, de cette 
œuvre si connue des Bollandistes 
que l'abbaye de Tongerloo a con- 
tinuée, je ne puis mieux faire que 
reproduire en partie l'article du 
R. P. Jos. Van Hecke « Du Bol- 



landisme » dans les Précis histo- 
riques de son confrère le P. Ed. 
Terwecoren, 1864, pp. 141 et suiv. 
(J'ai redressé quelques inexactitu- 
des). 

Dès les premiers jours de l'année 
1787, le conseil de Flandre avait 
manifesté le désir de voir conti- 
nuer les Acta Sanctorum aux frais 
de sa province ; mais la peur vint 
arrêter ce dessein : on craignit que 
l'Empereur Joseph II, offensé de 
cette conduite, ne reçût avec plus 
d'aigreur encore les réclamations si 
justes de la province. Ce fut à la 
même époque, mais avec plus de 
succès, comme l'événement le fit 
voir, que les religieux de l'abbaye 
de Tongerloo entreprirent d'acheter 
ce qui avait appartenu aux Bollan- 
distes. Nos deux hagiographes C. 
De Bie et J. de Buë furent heu- 
reux de pouvoir remettre le sort de 
leur œuvre entre les mains des 
chanoines de Tongerloo. Ils sa- 
vaient d'ailleurs que Jacques Velt- 
acker, 36^ abbé de ce monastère, 
avait autrefois généreusement se- 
couru le collège naissant des Jésuites 
de Louvain. Cette amitié bissécu- 
laire et les garanties d'orthodoxie 
et de prospérité que l'abbaye de 
Tongerloo offrait aux PP. De Bie 
et De Buë, les engagèrent à lui 
laisser en héritage ces restes pré- 
cieux, échappés au désastre. L'his^ 
toire leur apprenait en effet que 
l'Ordre entier des Prémontrés s'était 
toujours distingué par son attache- 
ment et sa bienveillance envers la 
Compagnie de Jésus, et surtout 
envers les Bollandistes. Et naguère 
encore ces sentiments éclatèrent 
quand il fut permis aux nouveaux 
Bollandistes de recueillir dans la 
bibliothèque et dans les manuscrits 
de l'abbaye les documents précieux 
qui y étaient encore partaitement 
conservés. 

Dès le commencement de l'année 
1789, Corneille De Bie écrivit à 
l'auditeur Charlier, à deux reprises 
différentes, que plusieurs monas- 
tères voulaient bien se charger de 



Ecrivains, Artistes et Savants (t. m) 



HER 



— 82 — 



HER 



reprendre l'œuvre des Bollandistes, 
sous la seule condition que l'Em- 
pereur en permît la continuation. 
Cette proposition fut agréée par le 
gouvernement ; cependant on vou- 
lut encore entendre le rapport d'un 
membre du comité, que l'Empereur 
avait désigné pour surveiller les 
affaires ecclésiastiques. Or, bien 
qu'il eût déjà avoué dans une cir- 
constance précédente n'avoir trouvé 
dans l'ouvrage des hagiographes 
qu'un fatras grossier et sans suite 
et qu'il le répétât dans son nouveau 
rapport, par une conclusion plus 
étonnante encore que les prémisses, 
il déclara que puisqu'un monastère 
de la Belgique se montrait disposé 
à supporter seul les frais si onéreux 
de l'acquisition et de la continua- 
tion des Ada Sanctorum, il fallait 
agréer sa demande : la Belgique 
devait, disait-il, retenir pour elle 
cette grande gloire littéraire et ne 
pas la céder à la congrégation des 
Bénédictins de Saint ■ Maur en 
France. Admirons ici les sages 
dispositions de la divine Provi- 
dence. Si l'œuvre des Bollandistes 
avait été transportée en France, 
elle eût, peu de temps après, été 
enveloppée dans la destruction gé- 
nérale des monastères de ce roy- 
aume, et sa ruine aurait été si 
complète, qu'il serait aujourd'hui 
impossible d'en retrouver le moin- 
dre vestige ; tandis qu'à Tongerloo 
tout fut sauvé, et rien de ce qui 
peut concourir à l'achèvement de 
l'œuvre, n'a été égaré ou perdu. 

Si, vers l'année 1668, Daniel Pa- 
pebroch exprimait déjà ses craintes 
sur l'avenir de l'ouvrage, dont il 
regardait le plan presqu'inexécuta- 
ble à cause de sa vaste étendue, 
qu'eût pensé Papebroch, qu'eût- 
il prédit, s'il lui eût été donné de 
lire dans l'avenir les destinées de 
cette œuvre ? de la voir, surtout 
lors de la suppression de notre 
Compagnie, échapper presque seule 
à cet immense désastre ? de la 
voir recueillie par l'abbaye de Ton- 
gerloo, de l'Ordre des Prémon- 



trés, pour y être continuée par 
des chanoines de ce monastère ? 
enfin, de la voir, après qu'un vo- 
lume était à peine sorti de ce nou- 
veau musée, emportée par cette 
effroyable tempête qui détruisit 
toute société civile et ecclésiastique ? 
Oh ! alors le P. Papebroch aurait 
désespéré de la continuation de 
l'œuvre, et annoncé sa ruine en- 
tière ! Mais Dieu, dans sa bonté, 
voulut que la Belgique conservât 
les principales collections que cent 
cinquante années avaient accumu- 
lées dans le trésor hagiographique 
et qui étaient rigoureusement né- 
cessaires pour qu'on pût même 
songer à la continuation des Actes. 
Toutefois, disons-le sans crainte^ 
il n'est personne qui osât étendre 
ses espérances au delà de pareils 
bouleversements d'hommes et d'in- 
stitutions. Mais revenons à notre 
objet. 

Toute la négociation avec l'ab- 
baye de Tongerloo est rapportée 
dans le décret impérial du 14 mai 
1789. En voici un résumé : a Nos 
fidèles sujets, l'abbé et les religieux 
de Tongerloo, nous ont remis une 
convention passée entre eux et l'au- 
diteur Charlier, commissaire de no- 
tre chambre des comptes, et sous 
l'intervention des ex-Bollandistes, 
convention qui cède à l'abbaye de 
Tongerloo l'œuvre des Bollandistes 
et celle des hagiographes aux con- 
ditions suivantes : Dès ce jour l'ab- 
baye se charge de payer les pen- 
sions viagères aux ex-Bollandistes 
De Bie, De Buë et Fonson, et à 
l'historiographe Ghesquière ainsi 
qu'à Corneille Smet, son collabo- 
rateur. (Fonson était un religieux 
de Caudenberg). — Pour l'acqui- 
sition des bibliothèques, etc., on 
versera dans le trésor impérial 
12,000 florins de Brabant, et pour 
celle des volumes imprimés et de 
tout le matériel de l'im.primerie, 
18,000 florins, dont la moitié sera 
remise aux Bollandistes. — Jamais 
l'abbaye ne pourra vendre un livre 
quelconque ; elle remettra au gou- 



HER 



— 83 — 



HER 



vernement ceux dont il désirera se 
servir temporairement, et lui pré- 
sentera un second catalogue des 
livres et des manuscrits. — L'ab- 
baye n'a que le droit d'imprimer 
les livres qui se rapportent aux vies 
des Saints et aux AnaUcia Belgica. 
— Elle permettra à l'abbé Ghes- 
quière d'employer ceux dont il aura 
besoin pour la continuation de son 
ouvrage. — Les frais de transport 
et de contrat sont à la charge de 
l'abbaye. — Le payement se fera 
au trésor royal et aux BoUandistes, 
dans l'espace de trois mois, à dater 
de ce jour ; le transport du maté- 
riel, avant deux mois. 

La convention fut conclue entre 
M. Charlier, auditeur de la cham- 
bre des comptes, au nom du gou- 
vernement, et les religieux Adrien 
Heylen et Evermode Duchamps, 
au nom de l'abbaye, à Tinterven- 
tion des trois hagiographes De Bie, 
De Buë et Fonson. Les religieux 
du chapitre avaient donné plein 
pouvoir à Godefroid Hermans, leur 
abbé, ou à ses délégués. 

Quand l'Empereur eut donné son 
approbation à cette vente, on trans- 
porta tout le matériel sans délai à 
Tongerloo, et au mois de juillet de 
l'an 178g, la société hagiographique 
s'y établit. Cependant elle n'y trou- 
va pas longtemps le repos et la 
tranquillité que réclame la gravité 
de ses occupations. A cette époque, 
la Belgique, ayant secoué le joug 
de l'Autriche, était agitée par divers 
partis, qui voulaient arriver au pou- 
voir. A peine cet orage était-il cal- 
mé, que l'invasion française devint 
de plus en plus menaçante, et dé- 
borda enfin sur notre malheureuse 
patrie comme un torrent dévasta- 
teur. Toutefois, malgré ces difficul- 
tés, le Vie volume d'Octobre, 53^ 
de la collection, parut au mois de 
mai 1794. Il n'était point achevé, 
et le mot Dies, qui se trouve au 
bas de la page 632, prouve que le 
dessein des hagiographes était d'y 
ajouter le i5 octobre. 

Ils se livraient avec ardeur à la 



rédaction du volume suivant, lors- 
que quelques mois plus tard, en 
1794, ^^^ nouvelle calamité vint 
mettre le comble aux malheurs de 
la Belgique et interrompre pour de 
longues années la continuation de 
l'œuvre. Pour la seconde fois l'ar- 
mée française était entrée victo- 
rieuse sur le territoire de la Bel- 
gique et l'occupait définitivement. 
L'année suivante, la Convention 
nationale porta un décret qui réu- 
nissait la Belgique à la République 
française. Dès ce moment nos pro- 
vinces suivirent les destinées de la 
France jusqu'en 1814. 

L'érudit chanoine W. Van Spil- 
heeck, l'historien de Tongerloo, fait 
la narration détaillée des malheurs 
que subit son abbaye sous l'empe- 
reur Joseph II et sous la domina- 
tion française (1781 et ann. suiv.) 

En 1790, l'abbé Hermans était à 
la tête de tous les aumôniers mili- 
taires des troupes belges. Déjà vers 
la fin de l'année précédente, lui 
et plusieurs autres ecclésiastiques, 
tant séculiers que réguliers, étaient 
menacés d'emprisonnement ; les po- 
pulationsessentiellement catholiques 
de la Campine frémissaient, bles- 
sées qu'elles étaient dans leurs con- 
sciences et dans leurs cœurs. Un 
orage politique s'ammoncelait. Il 
s'annonçait par des flammes de 
haine qui s'allumaient dans les yeux 
(comme s'exprime un écrivain), par 
des groupements mystérieux, le di- 
manche, à l'issue de la Messe, et 
qui se taisaient soudain à l'approche 
de l'étranger. Tout-à-coup, au loin, 
dans les villages se répandirent les 
appels saccadés du tocsin ; une 
immense clameur s'éleva dans les 
campagnes. La Révolution Braban- 
çonne était commencée. Le 24 oc> 
tobre 178g il ne resta plus un sol- 
dat à l'abbaye de Tongerloo, et 
deux mois après, les Prélats des 
différents monastères faisaient leur 
entrée triomphante à Bruxelles. 
Ceux qui ont visité là-bas le mu- 
sée de peinture se rappellent peut- 
être avoir remarqué, dans une salle 



HER 



- 84 _ 



HER 



spécialement affectée aux héros de 
cette époque, un Prélat à cheval 
et portant des insignes militaires 
par-dessus sa soutane : c'est Gode- 
froid Hermans, abbé de Tonger- 
loo, qui prit à l'insurrection une 
part des plus actives, en qualité 
d'aumônier général de l'armée na- 
tionale et d'organisateur des régi- 
ments de chasseurs Campinois et 
de hussards. 

J'ai la chance de posséder en 
mes archives un imprimé de toute 
rareté — i feuillet in-folio maxi- 
mo — avec ce titre : Elenchiis mis- 
sionariorum castrensiiim^ pro volunta- 
riis ruialibus armatis ex solis terri- 
toriis Lovaniensi, Bruxellensi, Ant- 
verpiensi, et Mechliniensi, Qui fue- 
runt Lovanii cum respectivis sub- 
ditis congregati à die 3 Sept. 1790. 
Sur ce feuillet il y a d'abord une 
lettre latine de God. liermans, da- 
tée du 3o Août 1790, et adressée 
de Bruxelles au rév. P. Guardien 
des Récollets à Louvain, Pierre 
Van Den Haute. Suit une liste des 
noms des aumôniers, à 3 colonnes. 

— Lovanii, Typogr. Franc. Michel. 
Parmi ces aumôniers, outre le 

digne prélat deTongeriOo,je compte 
23 chanoines de notre ordre, à 
savoir : i. Gilb. Verhaegen, curé à 
Neder-Ockenzeel, 2. Herm. Jos. 
Seervi^art, curé à Deurne, 3. Gerlac 
Moons, vie. à Beirse (donc 3 chan. 
de S. Michel d'Anvers). — 4. Siard. 
la Rivière, vie, à Rotselaer, 5. 
Gabr. Meeus, curé à Vorst, 6. 
Christophe Staal, vie. à Welde, 
7. Mathias Huysmans, vie. à Ba- 
len (donc 4 chan. d'Averbode). 

— 8. Godefr. van Kessel, vie. à 
Haecht, — 9. Pierre Vounck, cha- 
pelain à Tervueren (2 chan. du 
Parc). — 10. G. van Genechten, 
vie. à Vissenaeken, — 11. Guidon 
de Prez, curé à Duffel, — 12. 
Guill. Huybrechts, vie. à Oeleghem, 

— i3. Gislain de Sor, vie. à Zoer- 
le, — 14. Clément Verbrugge, vie. 
à Hersselt, — i5. Ludolphe La- 
mal, prof, de théol. à l'abb. de 
Tongerloo, — 16. Henri Crabbe, 



vie. à Nieuv^moer, — 17. Corn. 
Vranx, vie. à Oolen, — 18. Ful- 
gence van Genechten, vie. à Rethy 
(ensemble 9 chan. de Tongerloo). 

— 19. Henri-Franc, de Rongé, 
relig. à Grimbergen, — 20. Paul 
van de Velde, vie. à Meys, — 21. 
Le Roux, vie. à Berchem Ste Aga- 
the (donc 3 chan. de Grimbergen). 

— 22. Pierre Goelens, relig. de 
Diligem et vie. à Jette. — 23. Bo- 
niface van Volsem, prémontré de 
Ninove et vie. à Pamel. 

Pour refus du serment républi- 
cain, exigé à cette époque lamen- 
table, les temples catholiques furent 
fermés au culte, les prêtres pour- 
suivis et forcés de quérir des asiles 
ou cachettes pour échapper à la 
prison. Le vaillant prélat Hermans 
et tous les religieux de Tongerloo 
furent condamnés à être déportés 
vers les colonies françaises. Dans 
la Campine, la fermeture des églises 
était, en général, un fait accompli 
au mois d'octobre 1797. Réfugié à 
Kalmpthout, Hermans y devint sé- 
rieusement malade ; il alla résider 
alors au presbytère de Haren, dans 
le Brabant septentrional. C'est là 
que, muni des secours de N. M. 
la Ste Eglise, il fut ravi par la 
mort à l'amour et au respect de 
ses fils spirituels, le i3 juillet 1799 ; 

3 jours après, quelques-uns d'entre 
eux portèrent son corps au tom- 
beau, dans l'église (ou plutôt grange) 
d'Enschot. 

Note. Selon M'" J. B. Van Bavegem 
et le Père L. Delplace S. J., il y 
eut au nombre des déportés dans les 
colonies 374 belges, parmi lesquels 
20 norbertins. 496 prêtres, dont 38 
norbertins, furent retenus dans les 
prisons de France et de Belgique ; 

4 autres furent exilés au delà du 
Rhin. — Le dernier écrivain ajoute 
que les renseignements ne sont pas 
complets. 

I. Oratio pœnitentis ex Medita- 
tionibus et Soliloquiis S. Augustini, 
per Ampl. DD. Godefridum Her- 
mans Abb. Tong., in-iô». Imprimé 
à Tongerloo même. 



HER 



— 85 



HER 



2. Aanstelling van àenproost Léo- 
nard Juvyns te Herentals. MS à la 
BB. Royale de Bruxelles, fonds 
Goethals, n^ 83. (Waltm. Van Spil- 
hceck, Het Herentalsch Klooster, 
1892, p. 57). 

3. Godefridus Door Godts ge- 
naede Abt van Tongerloo, en Gees- 
telyke Oversten van de Belgike- 
Krygs-Troupen, etc. etc. Aen aile 
zyne onderhoorige Veld-Capellae- 
nen, Officieren, Onder-Officieren, 
etc. pp. 16 in-8o. Au bas de la p. 
16 : Tût Brussel, s. a., by H. F. 
t'Serstevens, Drukker regt-over de 
Kerke van Berlaymont (BB. d'A- 
verbode). — Item en langue fran- 
çaise. 

4. Hermans fit faire des fouilles 
à Alphen. Voyez Heyîen, o. c. 1837, 
pp. 214 et suiv. 

Sources : de Feller, Dictionn. biogr. de 
différentes éditions, e. a. celle de Paris 
1867, à l'article « Wickmans )j (sic). — 
Kersten. Liège, Journal hist. et litt., T. 
II (i835), pp. 406-8 ; à la note 4, au bas 
de la p. 400, on dit : Cette notice est 
tirée du mémoire que M. Gacliard, archi- 
viste du royaume, a lu le 5 août i835 à 
une séance de la commission royale d'his- 
toire. — Kersten, même Journal, T. III 
(i836), pp. 545-6 : éloge mérité de God. 
Hermans, laissé dans l'ombre par M. 
Gachard. — Le Conservateur Belge, T. IV, 
p. 3o6«8, où des noms de familles sont 
impitoyablement estropiés. — Tout par- 
ticulièrement IViiïtm. Van Spilbeeck, en son 
grand ouvr. de 1S88 « De Abdij van Ton- 
gerloo » pp. 357-67 où il est question de 
Jacq. Veliacker ; 56i à 616 où sont nar- 
rés passim les faits glcrieux de Hermans 
et ses infortunes immenses pendant les 
persécutions de i:g6 et ann. suiv. — J. B. 
Van Bavegem, Het martelaarsboek d. belg. 
geest., 1872. — Delplace S. J., La Belg. 
s^us la domin. franc., 1896, Louv., I, 
pp. 198 et suiv. 

HEROLDT (Ernest), chanoine 
de Hradisch, bachelier en théolo- 
gie, publia en 1727 : Quaestiones 
theologicae de Deo Uno et Trino. 
Olomucii 1727, pp. 3o2 in-80. (aut 
in-40 ?) Propugnabat Ileroldt in 
canonia Gradic. sub Praeside P. 
Raphaële Nolheh, professore et Li- 
centiato Theol. — Dedic. Joanni 
Felici Zieletzky libero Baroni de 
Poczeniz, canonico et archidiacono 



Capituli Olomuc. ■— (Renseign. du 
confr. Alph. Zdk.) — Notice Nol- 
bek plus haut, vol. I, p. 625. 

HERRERA (Emman.) : V. I, 
p. 384. 

I^es sœurs norbertines de Toro 
possèdent son « Cœremoniale » MS 
de la main du P. Sylvestre Fer- 
nandez, i633. (Renseign. envoyés 
du couvent de Toro, en Espagne.) 

HERRMANN (Marien - An- 
toine), docteur en théologie, 56^ 
abbé de Strahow, selon les données 
du savant Dlabacz, Il vint au monde 
à Prague, en Bohême, le 2.5 sept. 
1675. Après s'être distingué dans 
l'étude de la philosophie, il reçut 
l'habit religieux à Strahow le g 
sept. 169 1, y fît sa profession so- 
lennelle le 21 sept, de l'année sui- 
vante, et offrit ses prémices à l'au- 
tel le 21 oct. 1698. Il remplit d'a- 
bord les fonctions de prédicateur 
aux jours de fêtes et de maître des 
novices ; puis celles de professeur 
de philosophie au lycée archi-épis- 
copal, et de professeur de droit 
canon. Nommé sous-prieur au cou- 
vent, ensuite vice-recteur au collège 
Norbertin, il enseigna la théologie 
scolastique au même lycée archi- 
épiscopal. 

Le g mars 171 1, la mort enleva 
l'éminent prélat de Strahow, Vit 
Seipel, évêque de Hierapolis et 
suffragant de Prague. Or, le 6 mai 
suivant, Marien Herrmann fut élu 
par 57 suffrages à la dignité abba- 
tiale. Vicaire-général de la circarie 
de Bohême dès l'année 17 12, il 
présida jusqu'à quatre chapitres 
provinciaux. Il enrichit d'un grand 
nombre de livres utiles la biblio- 
thèque de son monastère.' 

Les grands du royaume appré- 
cièrent tellement la sagesse et la 
science de Marien, qu'ils voulurent 
en 171 5 le charger, avec d'autres 
célébrités, de la rectification des 
terres au pays de Kôniggrèitz ; un 
peu plus tard il devint membre 
des Etats. Zélé partisan de la mai- 
son impériale, il contribua puis- 



HER 



— 86 — 



HER 



samment en 1720 à l'établissement 
de la pragmatique sanction. Il eut 
l'honneur de recevoir à l'abbaye de 
Strahow l'impératrice Elisabeth- 
Christine, et obtint en 173 1 la 
confirmation, par l'empereur Char- 
les VI, de tous les privilèges de la 
même abbaye. 

Animé d'une tendre dévotion à 
la T. S. Vierge Marie et à S. Nor- 
bert, le prélat Herrmann fit bâtir 
à Sepekau l'église du fameux pèle- 
rinage, et organisa en 1727 des 
fêtes pompeuses pour le jubilé cen- 
tenaire de la translation du corps 
de notre glorieux Fondateur. Il pa- 
rut avec éclat au chapitre général 
tenu à Prémontré, du 4 au 10 mai 
1738 ; il y obtint que l'antique cou- 
vent de Mûhlhausen fût déclaré et 
reconnu pour un prieuré dépendant 
de Strahow. Déjà en 1736, aidé et 
représenté par l'abbé norbertin de 
Sandeck (Pologne), Chrysostôme 
Stasrewsky, il avait gagné les bonnes 
grâces du roi de Pologne et de 
l'évêque de Krakau, et c'est ainsi 
que le monastère de Hebdow rentra 
sous le gouvernement de notre ordre. 

Les historiographes ne tarissent 
pas de louanges à l'honneur du 
confrère Marien Herrmann : il a 
joui de l'estime universelle, et le 
peuple bohémien l'a surnommé « le 
père de la patrie». Il mourut fort 
regretté le 19 cet. 1741, laissant 
plusieurs monuments de sa science : 

1. Pastoralbriefe an seine Brader, 
in welchen er ihnen die Pflicht 
der Erbauung durch einen tugend- 
haften Wandel ans Herz legte. 
171 1. — Ainsi Dlahacz, Histor. 
Darstell., p. 210, citant « Annal. 
Strahov, » ad h. ann. 

2. Selectse Quaestiones Canonico- 
Theologicae ex Libro I et II Deere- 
talium Gregorii IX, excerptae et 
resolutae a P. Mariano Antonio 
Hermann, Sacri, Candidissimi ac 
Exempti Ordinis Prsemonstratensis, 
Regise Ecclesiae B. M. V. Montis 
Sion Canonico Regulari, in celeber- 
rimo Archi-episcopali Collegio Pra- 
gensi SS. Theologia^ professore or- 



dinario, et in eodem collegio pro- 
pugnatae a Reverendo et Religioso 
Fr. Bonifacio Fritz O. S. B., mo- 
nasterii Brzevi^noviensis in Brauna 
professo. [Item a Fr. Modesto Freis- 
lem, professo Strahov. MDCCV. 
mense augusto die 12*. Vetero-Pra- 
gae apud Wolffgangum Wickhart, 
petit 80 : 4 fi. et 256 pp. 

3. Selectae Quaestiones Canonico- 
Theologicae ex Libro III et IV 
Decretalium Gregorii IX, excerptae 
etc. propugnatae a Casparo Paulo 
Spaczek, Sacri, Candidissimi et 
Exempti Ordinis Prsemonstratensis 
in eadem abbatia canonico regulari. 
[Item a Rev. D. Joan. Thoma 
Adalb. Berghauer, ejusd. collegii 
alumno ecclesiastico.] MDCCVI 
mense Junio die 21^. Ibidem, petit 
8« : 273 pp. 

4. Selectae Quaestiones Canonico- 
Theologicae ex Libro V Decreta- 
lium Gregorii IX excerptae..., pro- 
pugnatae a Francisco à Pach, Cas- 
sareo-Archi Ducalis et exempti mo- 
nasterii Sac. Ord. Cist. in Stambs 
professo. [Item a Paulo Schindler 
O. Cist., et Michaele Pohl, Teplen- 
si canonicoj. MDCCVII. mense 
Junio die 6^. Ibidem, petit 8^ : 
269 pp. 

5. Selectas Quaestiones Canonico- 
Theologicae ex Libro I, II et III 
Decretalium Gregorii IX excerp- 
tae..., propugnatae a F. (le nom a 
été gratté) Sac. Ord. Cist. monas- 
terii B. M. V. de Osseco professo. 
MDCCVIII. mense Junio die 4^ 
Ibidem, petit 8° : 353 pp. 

6. Selectae Quaestiones Canonico- 
Theologicae ex Lib. III, IV et V 
Decretalium Gregorii IX excerp- 
tae..., propugnatae a Joanne Wen- 
ceslao Raphaële Tichy, Bohemo- 
Pragensi ejusdem Collegii alumno 
ecclesiastico. MDCCIX. mense Ju- 
nio die 7^. Ibid., petit 8» : 353 
pp. [Item] propugnatae a Henrico 
Antonio Patek de Wisenfeld Bohe- 
mo-Giczinensi praenominati collegii 
alumno ecclesiastico. MDCCIX. 
mense Junio die 8^. Ibidem, petit 
8^' : 353 pp. 



HER 



- 87 - 



HER 



7. Saeculum Sioneum In Illumi- 
natione vultus Norbertini seu So- 
lemnitas Saecularis Translatarum 
Pathenopoli (sic), ad Montem Sion 
Pragenae Metropolis, Sanctissimi.... 
Norbert! Exuviarum. In quo Nor- 
bertino — Sionei Montis Origo, 
Progressus,... ; junctis Sermoni- 
bus in Solemnilate Saeculari ex 
Ambona dictis, Referentibus Filijs 
Sion. (Anonyme). Typis C. J. Hra- 
ba, Inclytorum Regni Bohemiae 
Statuum Typographi. (Pragae) 4°. 

1° En face du titre, beau fron- 
tispice gravé par J. C. Sartorius ; 
— 2" Praefatio f. i non ch. ; il n'y 
a point de pagination dans ce livre, 
sauf quelques marques au bas de 
certaines pp. ; — 3° texte pp. 44, 
et entre les 42^ et 43^ une grande 
gravure pliée par Daniel Wussim, 
représ, la châsse des reliques de 
S. Norbert. — 40 Suivent 3 dis- 
cours ou panégyriques : a Divus 
Norbertus » par Schindler, pp. i5 ; 
« Norbertynské Sedmistwo » par 
Jozeffa Myhy, 1727, pp. i3 ; enfin : 

8. Der Von Magdeburg in die 
Kônigliche Haubt Stadt-Prag Auff 
den Berg Sion iibertragene Heilige 
Norbertus,,.. Von Mariano Anto- 
nio Herrmann. Prag, C. J. Hraba : 
pp. 22. — Dans ma BB. 

g. Des glorreicliesten Joannis 
Nepomuceni wunderthâtig unver- 
wesene Zunge in der heiligen Me- 
tropolitankirche am ersten Tag der 
Heiligsprechung vorgestellt. Prag, 
Hraba, 1729, in-4". Dlahacz ajoute : 
« mit vielem Beyfall. » 

10. Vindiciae Bohemiae, sive 
compendiosa deductio famosae 
Quaestionissupernexu,inter sacrum 
imperium RomanoGermanicum et 
inclytum Bohemiae regnum inter- 
cedente. Norimbergae et Pragae 
1740, 8". — Cet ouvrage fut-il ré- 
digé en latin ou en allemand ? Je 
me pose cette question, parce que 
Dlabacz écrit : « Unser gelehrter 
Aht widerlegte Goldast und Glafey 
und einigen deutschen Staatsrechts- 
lehrern, indem er bewies, unser 
Konig ware zwar ein Bundesge- 



nosz, aber schlechterdings kein Va- 
sall des Kaisers. Herrmann gab 
seines M S heraus unter dem Na- 
men « Antonii Heriviri ». 

11. Epistola — sub tecto nomine 
Antonii Viri Domini — ad Libe- 
rium Cepolarem pro veritate trans- 
latarum Parthenopoli Pragam S. 
P. Norberti Reliquiarum. Pragae, 
Wolfgang Wickart. 

12. Divers MSS à Strahow, 

i3. Eine Denkmùnze fur die 
Marienkirche zu Sepekau, den 27 
Sept. 1733 konsekrirt. (Katalog des 
Strahôwer Mûnzkabinets.) 

Sources : Saeculum Sioneum (1727), page 
marquée E et suiv. — Hugo, Annal. II. 
col, 932. — Petr. Ant. de Vinay, Capitu- 
lum générale O. Praemonstr. 1738, Vir- 
duni, y, 4 et passim. — Lienhardt, Spir. 
lit , pp. 272-4. — Dlahacz, Hist. Darstel- 
lun^.... Strahow, pp. 210-18. — heméme, 
Chronol. Necrolog. p. 63. — Wgyrauch. 
o. c. de i863, pp. 83 86. — Cermàk ap. 
Brunner, o. c. i883, pp. 579-80. 

Notes, J'ai découvert quelques 
ouvrages anonymes, intitulés : 1" 
Elogium mortuo Mariano abbati. 
Imprimé in-folio. {Dlahacz, Hist. 
Darst. p. 218). — 2° Des Schwei- 
gens und Leidens lobpreisende 
Wohlredenheit, das ist : zu Ehren 
des Heiligen Joannis Nepomuce- 
ni... Prag 1730, 40. Anonyme. 
— BB. de Selau. — - 3". Diva Se- 
pekoviensis... ab uno S. et Can. 
Ord. Praem. sacerdote Montis 
Sion. Pragae, 1746, 8». — BB. 
de Selau. — 4» De origine, anti- 
quitate, gratiis et beneficiis..,. B. 
Mariae in Sepekov... S. C. Ordi- 
nis Praem. pênes Milovicium oppi- 
dum in Bohemia,hyperdulicohisto- 
rica parœnesis, 1746. (Sacerdos qui- 
dam Montis Sion). BB.de Mondaye. 

HERTOGHE (C. • Polycarpe 

de) : Vol. I, pp. 384-6. 

II. Vindiciae pro R^o Dno Ab- 
bate S. Michaëlis [Jo. Chrys. van- 
der Sterre] ad brevem Responsio- 
nem DD. Tongerloensium quoad 
paternitatem eiusdem Rdi Dnj. (sic) 
MS in-iol. à Averbode, pp. 48 non 
chift. 



HEY 



88 — 



HEY 



12. Examen libelli de fundatione 
monasterii S. Mariœ de Tongerloo, 
per quem conantur Tongerloenses 
subterfugere paternitatem abbatis 
S. Michaelis Antverpiae. pp. io6 
in-40. MS Originale de a. i635 
extat Averbodii ; copia ejus inter 
MSS D. Stanislai Joris, 

HEUSER (Athanase) : ibid. 
p. 387. Ce confrère est décédé le 
12 cet. 1907. 

HEYLEN (Adalbert), néleiS 
mars 1766 et baptisé à Oolen, sous 
les noms de Jean-François ; cha- 
noine de Tongerloo, profès du 20 
mai 1792. 

Après son ordination sacerdotale, 
il remplit les fonctions de vicaire 
à Moergestel (1797), et celles de 
curé à Oostelbeers depuis le mois 
de février 1810. 

Il fut quelque temps collabora- 
teur des Bollandistes, pas assez 
longtemps toutefois, pour être mis 
au nombre des hagiographes. — 
Cfr : De prosecutione operis Bol- 
landiani, Namurci, i838, p. 7 ; 
— Waltm, van Spilbeech, De Abdij 
van Tongerloo, 1888, p. 571 avec 
note, et p. 639 ; — Necrologium 
Eccl. B. M. V. de Tongerloo, 
1902, pp. 88-89, où la mort d' Ad- 
albert Heylen est marquée au 5 
mai 1849. 

HEYLEN (Adrien). 

En 1841, Mgr De Ram, docteur 
en théologie et recteur de l'Uni- 
versité catholique de Louvain, pu- 
blia le Commentaire « de origine 
Tertii Status » composé vers 1786 
par notre confrère Adr. Heylen. 
A cette occasion, il rédigea la no- 
tice biographique suivante, qui sert 
de prologue à cette publication. 
(J'ai omis quelques notes.) 

Editoris munus, quod ex Regiae 
Academiae decreto suscepi, id a me 
postulare videtur, ut de commen- 
tarii auctore et argumento quae- 
dam praemoneantur. Agam itaque 
de Heylenii vita et scriptis, de ipsa 
etiam circa originem Ordinum du- 



catus Brabantiaé quaestione ; qui- 
bus nonnulla addere placuit de 
auctoris fratre Petro Josepho Hey- 
len, ecclesiae coUegiatae S. Gum- 
mari Lyrae quondam decano et 
Regiae Academiae socio. lUorum 
enim virorum, scientiae ac virtutis 
societate illustrium, notitiam nemo 
hactenus tradidit. 

JoANNES Franciscus Heylen ua- 
tus est in Nodderwyck seu Noor- 
derwycky Campiniae vico, non longe 
ab Herendalio sito, die 6 mensis 
Augusti an. 1745. Patrem habuit 
Josephum Franciscum Heylen, sca- 
binum in Morckhoven, matrem 
Annam Elisabetham Wouters, na- 
talium honestate et fortunae mu- 
nere apud suos vix alio inferiores. 
Literis humanioribus Ghelae enu- 
tritus, Lovanium missus est an. 
1763. Quum disciplinis philosophi- 
cis operam impenderet, ea dédit 
felicioris ingenii indicia, quae pa- 
rentibus ac magistris spes facerent 
laetissimas. Sed communis et vul- 
garis hominum consuetudo pio 
juveni minime placuit, seque mox 
ad abbatiam Tongerloensem contu- 
lit, ut ordini Praemonstratensi, 
quem prae caeteris amaret, nomen 
daret. Peracto religionis tirocinio, 
die 9 mensis Julii 1767, solemnium 
votorum vinculo seseDeoadstrinxit, 
Adriani nomine indutus. Sacerdo- 
tio insignitus die 23 Decembris 
1769, mox studiorum causa Romam 
mittitur ad collegium Norbertinum. 
Ex itinere in patriam redux, die 
5 Martii 1776 nominatur vicarius 
in praepositura monialium Vallis 
Liliorum Mechliniae. Mense Au- 
gusto anni 1780 ab abbate Gode- 
frido Hermans ad monasterium 
revocatur, et archivio ac bibliothe- 
cae praeficitur. 

Literarum studiis, quod toties 
exoptaverat, jam totus incumbere 
potuit. Illi tum licuit exarare com- 
mentarios, quos Regia Academia 
quater praemio ornavit, quosque 
rerum domesticarum nostrarum pe- 
riti semper pluris aestimarunt. In 
illis enim operibus enitescit scriptor 



HEY 



- ag- 



HEY 



non minus diligens quam prudens, 
qui in disquisitionibus historicis 
duo extrema sibi vitanda esse duxe- 
rat, hinc nimiam credulitatem, inde 
intemperantiorem criticam. Utrum- 
que vitare conabatur, médium ita 
servando, ut nec torrente creduli- 
tatis abriperetur, nec critices ni- 
miae fluctibus immergeretur. 

Otium si quod a monaslicis et 
literariis officiis supererat, antiqui- 
tatum investigationi impendebat. 
Itaque curam conlulit, ut in non- 
nullis Campiniae locis quaedam 
Komanorum monumenta effoderen- 
tur. Numismata quoque, romana 
praesertim, detexit et collegit, qui- 
bus Ghesquierus in disquisitioni- 
bus suis numismaticis usus est (i), 
et quorum aliqua etiamnum con- 
servât Heylenii ex sorore nepos, 
vir amplissimus Henricus Tubbax, 
quondam in seminario Mechliniensi 
S. Theologiae professor, nunc vero 
pastor et decanus Ghelensis (2). 

Eruditis satis superque notum 
est, anno 1788 jubente gubernio 
Bruxellis suppressam fuisse editio- 
nem operis bollandiani et Adorum 
Sanctorum Belgii (3). Id vero vix 
notum arbitrer, Heylenium iiihil 
intentatum reliquisse, ut monasterii 
abbatem Godefridum Ilermans ex- 
citaret ad Tongerloam transferen- 
dum musaeum hagiographicum to- 
tamque supellectilem literariam, 
quibus exteri eruditi quam maxime 
inhiabant. Praesul ille, de republica 
christiana ac literaria bene merendi 
studio incensus, multo aère ingen- 
tem, qua hagiographi usi fuerant, 
librorum cum typis editorum tum 
manuscriptorum copiam coëmit, 



(i) Mémoire sur trois points intéressants 
de l'histoire monétaire des Pays-Bas, Bruxel- 
les. 1786. 

(2) Bona hoc lectoris venia dixerim, me 
quoque Heylenium nostros intcr consan- 
guineos habere p r aviam paternam Joan- 
nam Mariam Van Ballaer. 

(3) Cfr. Gachard, Mévioire sur les Bol- 
landistes et leurs travaux, Gand i835. p. 
45 ; et Preslytcrorum e Societatc Jesu 
liber prodromus de prosecutione operis bol- 
landiani, mense Martio i83-i, Bruxellis 
eiitus, pag. 9. 



Tongerloam una cum omni preli su- 
pellectile transtulit, nova ornataque 
bibliotheca condidit, et utrumque 
opus hagiographicum continuatu- 
ris proprium musaeum assigna- 
vit (i). 

Laborum hagiographicorum ali- 
quandiu particeps fuit Heylenius. 
Sed tenui imperante valetudine a 
studiis cessavit, ac die 27 mensis 
Decembris 179,6 curam pastoralem 
suscepit in Oolen prope Herenda- 
lium. Mense Martio 1801 a sae- 
vientibus Gallis exilio mulctatus, 
Germaniam petiit, inde Romam ve- 
nit, ibique collegium Norbertinum, 
in quo ante annos triginta otio 
literario juvenis fruebatur, exulan- 
tem parochum suscepit. Huic do- 
mui ab anno 177g praeerat ipsius 
consanguineus /Egidius De Smet, 
Romae Fahri dictus, ordinis Prae- 
monstratensis procurator generalis, 
Pio VI pontifici maximo carissi- 
mus (2). 

A suo in Urbem adventu lan- 
guescere coeperat Heylenius, quem 
ventriculi inflammatio repentino sus- 
tulit die 4 mensis Maii 1802. 

I. Commentarius ad qusesitum, 
A quo Tempore Jus Romanum 
notum fuerit in Belgio Austriaco, 
vimque Legis ibidem obtinuerit ?... 
Quem Palmam referenti accessisse 
Cœsarea RegiaqueBruxellensis Aca- 
demia judicavit anno 1782. [ici des 
vers latins de Plante.] Bruxellis, 
Tvpis Regias Academiae. M. DCC. 
LXXXIII. Pfcefatio i f. ; pp. 56, 
et I p. Errata. In-40. (Concours 
de 1780). 



(i) Ghesquierus in praefat. ad tomum 
VI, Act. SS. Belgii sélect., p. II, typis 
abbatiae editum anno 1794. Eodem anno 
iisdem typis prodiit tomns Y 1, Act. Sanct. 
octobris. 

(2) Joannes Josephus De Smet natus est 
in Herenthout die 16 Junii 1740, Praemon- 
stratensibus Ton^erloae adscriptus 6 Ja- 
nuarii 1763, .Tlgidii nomen accepit. Per 
annos aliquot vicarius fuit in Broschem, 
deinde nomi natus praeses collef^-ii Nor- 
berlini. Obiit Romae die 2 Februaiii i?04. 
Huic successit Joannes Baptista Sneyers, 
ex Wickevorst, Romae defunctus die 17 
Augusti 1812. 



HEY 



— 90 — 



HEY 



2. Commentarius ad quaesitum, 
Ouo circiter tempore Ecclesiastici 
cœperint esse membrum Ordinum 
seu Statuum Brabantise ? Qui fue- 
rint illi Ecclesiastici, quaenamque 
fuerint causae et rationes unionis 
seu adsumptionis Ecclesiasticorum 
in reliquorum Ordinum cœtum ? 
Cui palmam detulit Csesarea Re- 
giaque Bruxellensis Academia, an- 
no 1783. [ici des vers de Prudence.] 
Brux., Typ. Regiae Acad. M. DCC. 
LXXXIII. pp. 78, in-40. (Concours 
de 1781). 

3. Vraegstuk, op welkdanig titel 
is den graeve Hermannus, egtge- 
noôt der graevin Richildis, graeve 
geweest van Henegouw ; was dit 
uyt zynen hoofde, of uyt den hoof- 
de der graevinne zyne egtgenoo- 
te? — MS. pp. 34, in-fol. Ut ap- 
paret, (sic addit Rev. D. Dô Ram) 
auctor dissertationem illam con- 
scripsit pro certamine academico, in 
quo anno 1783 palmam retulit Cor- 
nélius Smetius. Cf. Feller, Journ. 
hist. i5 nov. 1785, p. 465 ; et de 
Hesdin, Recherches hist. et crit. 
pour servir à l'hist. de Herman de 
Saxe, Nouv. mém. de l'Académie, 
1788, t. I, p. 123. 

4. Commentarius de origine Ter- 
tii Status populum repraesentan- 
tis in comitiis Ordinum ducatus 
Brabantiae, quem Academia regia 
Bruxellensis anno MDCCLXXXVI 
praemio ornavit, nunc vero ex ejus- 
dem Academiae decreto edidit et 
illustiavit P. F. X. De Ram, S. 
Theol. et SS. Can. Doct., Rect. 
Univ. Cath. in opp. Lov., Acad. 
reg. sod. — Brux., excud. M. 
Hayez, reg. Acad. typographus. 
1841, in-40. 

1° Prologus editoris : pp. XXX. 

— 20 Adriani Heylen.... Commen- 
tarius etc. : titre seul sur une p. 
non ch., dont le verso en blanc. 

— 30 L'ouvrage occupe pp. (i)-76, 
index compris. 

Il est fort intéressant pour nous 
d'apprendre comment Mgnr De 
Ram a été amené à publier le tra- 
vail de notre savant confrère Adr. 



Heylen. Voici ses propres paroles 
à la XlIIe p. du prologue : 

« Quum (1839) apud canonicos 
regulares abbatiae Averbodiensis 
hospitarer, ibique inclytam Prae- 
monstralensium familiam denuo 
renascentem laetus conspicerem, 
evolvere et perscrutari mihi licuit 
monumenta quaedam literaria, po- 
tius dixerim reliquias direptioni 
Gallorum féliciter subductas. [Nota 
infrà eamdem p. ita habet : Cam- 
piniae nostrae abbatiae Tonger- 
loensis et Averbodiensis indefessa 
cura et gravissimo sumptu omni- 
genam librorum supellectilem com- 
paraverant ; sed tempestas exeunte 
saeculo decimo octavo in monachos 
concitata has dispersit opes ! De 
hodierno Averbodiensi moderatore, 
viro admodum venerando J. (sic 
pro : Norberto) Dierckx, id honori- 
fice praedicandum, quod monaste- 
rium recenter restitutum selecta 
b'bliotheca instruere curet]. Inter 
codices illos nonnuUi erant Heylenii 
manu exarati, ipsum etiam auto- 
graphum « Commentarii de origine 
Tertii Status ordinum ducatus Bra- 
bantiae » in cujus fronte haec ab 
auctore verba inscripta leguntur : 
Originale commentarii cui delata 
fuit palma academica, sed qui ob 
temporis circumstantias numquam 
prodiit in lucem, neque forte um- 
quam edetur, nisi dum patriae pax 
illuxerit, et omnia sint ad votum po- 
puli et illustrissimorum Ordinum re- 
ducta, et cuique liberum sit sua 
sensa promere quoad ea quae neque 
religionem neque politiam turbant. 
Acceptum ab amica manu codicem 
studiose perlegi ; quaestionem his- 
toricam, admodum difficilem et huc- 
usque nondum plene enucleatam, 
tanta eruditione ac solertia pertrac- 
tatam inveni, ut meum esse duxerim 
coram clarissimis Academiae Regiae 
sociis rem exponere. Ab illis autem 
decretum est, ut a me inter Com- 
mentarios academicos Heylenii dis- 
sertatio ederetur. 

5. Carmina, partim latiho, partim 
flandrico sermonc. MS. 



HEY 



— 91 — 



HEY 



6. Evaluationes antiquae. MS in- 
folio. « Monumenta rara, ait Hey- 
lenius, bene conservanda et tem- 
pore opportuno, quod mihi expe- 
tenti defuit, nitide describenda. » 

7, Antwoôrd van den Eerw. Heer 
A. HeyUn, canonik ende archivist 
der Abdye Tongerloo, Op het Vraeg- 
Stuk : « Aen te toonen de Steden 
of andere Plaetsen der Nederlanden 
in de welke de respectieve Souve- 
reynen Geld-Specien hebben doen 
slagen geduerende de XIV. en XV. 
Eeuw, en voôr-al volgens de ordi- 
nantien geëmaneérd binnen deéze 
twee Eeuwen, of by gebrek van 
deéze volgens andere geloof weêr- 
dige bewys-stukken, etc. ; aen te 
toonen den Titel van het Goud of 
van het Zilver, het Gewigt en de 
Evaluatie van die Geld-Specien 
(binnen de Nederlanden gemunt 
geduerende de XIV. en XV. Eeuw) 
in de Nederlandsche of Fransche 
Munte onzer dagen ; eyndelyk te 
doen kennen de plaetsen der His- 
torie-Schryvers en van de zelfs-lyd- 
sche bewys-stukken, dewelke gewag 
maeken van deéze oude Nederland- 
sche Geld-Specien. » Aen de welke 
de Keyzerlyke-en-Koninglyke Aca- 
démie van Brussel den Palm-Tak 
heéft toegeweézen ten jaere 1787. 
[Ici des vers latins d'Arator]. Bru- 
xellis, Typis Regiae Academiae. M. 
DCC. LXXXVII. In 40 

lo. Les mêmes vers d'Arator, puis 
« Voôr-berigt )) . pp. iij-viij ; — 2*^ 
Antwoôrd : pp. (i)-i28 ; — 3° Blad- 
wyser, pp. j-v à 2 col. — 4" Ver- 
klaering... p. vi. 

Mgnr De Ram fait l'éloge de ce 
travail dans les termes suivants : 
« Argumentum operosi admodum 
laboris adeo féliciter pertractavit et 
elucidavit ut omnes, qui de veteri- 
bus Belgii monetis scripserunt, 
hujuscommentarii auctoritatem pro- 
ferre soleant ». — Et le P. Victor 
dcBuck, S. J. Bollandiste, s'exprime 
ainsi : « C'était un travail hercu- 
léen.... une des œuvres les plus 
méritoires qui aient jamais ambi- 
tionné les palmes académiques bel- 



ges... )) (Précis historiques, 187g, 
p. 112.) Un peu plus haut, il appelle 
Heylen « le savant religieux de Ton- 
gerloo, dont tous les travaux méri- 
teraient d'être réunis et réédités » . 

8. Historische Verhandelinge over 
de voornaemste opkomste en voord- 
gang der Land-bouw-konst in de 
Kempen, Bewyzende het nut en 
profyt daer doôr toegebragt aen den 
Staet, doôr de Abdyen en Kloos- 
tersder gemelde Land-streék. — Te 
's Hertogenbosch, By J. T. Palier, 
Boek-handelaar. M.DCC.LXXXIX. 
[NB. Heylen n'a point mis son nom 
à celte dissertation, pas plus qu'aux 
suivantes.] pp. 3-24 in-4". 

Tweeden Druk merkelyk verbetert 
en vermeerdert te 's Hertogenbosch 
(en réalité à Tongerloo, de la presse 
des Bollandistes\ M. DCC. XCII. 
pp. 3-26 in-40. 

9. Historische Verhandelinge 
over de mildheyd, hulp, b3^stand en 
menschlievendheyd tôt de arme, 
vremdelingen en andere beweézen 
door de Abdyen en Kloosters der 
Kempen,.... N» 2. — Tôt Lier, By 
J. H. Le Tellier, M. DCC. LXXXX. 
pp. 3-39 in-40. 

10. Historische V^erhandelinge 
over de Slaevernye... N^. 3. -Lier, 
Le Tellier, M. DCC. XC. pp. 3-44 
in-4«. Tout à la fin on lit : « Vt. P. 
J. Heylen S. T. L. Dec. Lyr. 
Lib. Censor. » Il s'agit ici du pro- 
pre frère de l'auteur, grand savant 
comme lui, et doyen de Lierre. 

11. Historische Verhandelinge 
nopende de Slaevernye ende Vry- 
heyds-boomen of Standaerts... N<^ 
4. — Lier, Le Tellier, M. DCC. 
XC. pp. 3-24 in-40. — Même cen- 
seur des livres. 

12. Historische Verhandelinge 
over den yver, waekzaemheyd en 
ziele-zorg der klooster-heeren in de 
Kempen, Vertoonende hoe zy de 
Ketteryen van Tanchelinus en Blom- 
mardine hebben helpen verdelgen 
en uytroeyen, en hoe de zelve ern- 
stig en heldig den Schaep-stal van 
Christus hebben verdedigt tegen de 
aenvallen der Lutheraenen en Cal- 



HEY 



— 92 



HEY 



vinisten,... N" 5. — Lier, Le Tel- \ 
lier, M. DCC. XC. pp. 3-37 in-40. 
Même approbation. 

i3. riistorische Verhandelinge 
vertoonende de tyd-stippen, op de 
welke degoddelykeregtveêrdigheyd 
de Nederlanden, en bezonderlyk de 
land-streék der Kempen, met de 
pest, loop, hongers-nood ende an- " 
dere plaegen heeft bezogt, Ende 
den grooten y ver, dienst en bystand, 
welke de Klooster-Heeren alsdan 
hebben beweézen.... N» 6. — Te 's 
Hertogenbosch, By J. T. Palier. 
M. DCC. XCL pp. 3.40 in.40 (Plus 
de censure). 

14. Historische Verhandelinge 
vertoonende verscheyde wyzen op 
de vi^elke de Kloosterlingen, nae- 
mentlyk die der Kempen, zyn nut 
en voôrdeelig geweést aen Kerk en 
Staet.... No 7. — Te 's Hertog., 
J. T. Palier, M. DCC, XCL pp. 
3-56 in-40. 

i5. Historische Verhandelinge 
nopende de ketterye der Bloemar- 
dine ende verscheyde uytstekende 
Religieuse kw^eekelingen der Kem- 
pen, tôt hier toe wynig of niet aen 
't gemeen bekend, Dienende tôt 
byvoegzel ende slot der voôrige Ver- 
handelingen. N» 8. — Te 's Hertog., 
J. T. Palier, M. DCC. XCL pp. 
3-58 in-40. Il y a ensuite 6 feuillets 
non chiffrés pour : « Blad-wyzer 
Der voôrnaemste zaeken en persoo- 
nen in de 8. Deelen der Historische 
Verhandelingen vermeld. » (à 2 col.) 
« Grofste druk-feylen. » 

N'oublions pas de dire que toutes 
ces dissertations sont enrichies de 
notes explicatives, qui se trouvent 
au bas des pages. 

16. Verlichtinge der Brabandsche 
en andere Nederlandsche Oudhe- 
den, ofte Vaderlandsche verhande- 
linge over eenige Urnen ofte Lyk- 
vaten.... N^ L (Il est évident, par 
ce chiffre I, que l'écrivain avait 
l'intention de commencer une 2^ 
série de dissertations). Maestricht, 
J. Lekens, 1793, in-40 pp. 33 et i 
planche sur cuivre. 

17. Verhandelinge over de gestel- 



tenisse der nu zoo genaemde Kem- 
pen en aengelege provintien in de 
eerste eeuv^^en, Vertoonende de 
woestheyd der zelve, de leévenswys 
der bewoonders.... Te 's Hertogen- 
bosch. M. DCC. XCV. [Mais réel- 
lement à Tongerloo]. pp. (i) à 14 
in-4°. Cette dissertation vient en 
deuxième lieu dans la réimpression 
des recherches historiques de Hey- 
len sur la Campine. Nous allons 
nous occuper de cette nouvelle 
édition, qui fut donnée à Turnhout, 
en 1837, par les soins du Rév. M^ 
Henri Tubbax, déjà nommé plus 
haut : « quam editionem, ni fallor, 

— ajoute Mgr De Ram — curavit 
auctoris consanguineus vir amplis- 
simus Henricus Tubbax. » L'ordre 
des dissertations y diftère un peu 
de celui de l'édition originale in-4", 
et leurs titres y sont légèrement 
modifiés. 

8 à 17. Historische Verhande- 
ling over de Kempen, deszelfs ge- 
steltenis in vroegere eeuwen en ten 
tyde haerer kloosters, het voordeel 
door deéze gestichten aen den staet 
toegebragt enz., enz. Door Adria- 
nus Heylen, kanonik en archivist 
der abdy van Tongerloo. Nieuwen 
druk merkelyk verbeterd en ver- 
meerderd. — Turnhout, drukk. van 
Brepols en Dierckx, zoon, 1837, 
in-80. 1° Voorberigt, 1 p. non ch. ; 

— 20 texte pp. (7)-232 ; — 3^ In- 
houds tafel pp. (233)-236 ; — 4'' 
Errata p. 237. 

18. Acia et fada quae raptim ex 
variis chartis excerpsi, et chronolo- 
gice, tempore favente, disponam 
pro majori commoditate successo- 
rum (archivii prcefectorum) : servire 
poterunt non solum pro cognitione 
status monasterii (Tongerloensis) 
sed et pro aliquali indice conten- 
torum in archivio inferiori. MS in- 
folio. (Ita De Ram), 

19. Analecta inedita. M S in-fol. 
pag. circiter 3oo. Ex hoc codice 
Vir Cl. Willems in musaeo suo 
Belgico edidit, t. H, p. i62,diploma 
a. 142 1, de jure pastorali in paro- 
chia de Nispen, et t. III, p. 78 



HEY 



- 93 - 



HEY 



chronicon Buscoducense ab a. i3i2 
ad i5iy, Plura alla documenta ex 
iisdem analectis descripsit in codice 
diplomatico ad Joan. Clericum. 
(Idem De Ram). 

20. Analecta. MS pag. circiter 3oo 
in-4", in quo plura diplomata ine- 
dita, quae ad res oppidorum Diest- 
hensis et Herendaliensis pertinent. 
Ex hoc codice [sunt adhuc vcrba 
D. De Ram] descripsi inventarium 
chartarum comitatus Namurcensis, 
quod legitur « Bulletins de la com- 
mission royale d'histoire, t. II, p. 
328. » Uteique ille codex Analec- 
torum mihi suppedita vit documenta, 
quibus illustrabitur Edmundi Dyn- 
teri editio, quam typis paro. — 
Est-ce là le MS in-40 qui se trouve 
à la BB. royale de Bruxelles ? 

21. Historische Keysbeschryvinge 
door Duytsland (sic) en Italien 
MS in-4" pp. 114, selon le témoi 
gnage du rév. chanoine Waltm 
Van Spilbeeck. « Memini hunccodi 
cem, [ajoute Mgnr De Ram] elegan 
tibus tabellis ab auctore ornatum, 
in publica librorum Tongerloensis 
bibliothecae auctione Antverpiae 
anno 1825 divenditum fuisse. » 

22. Brabantia Mariana (D. Aug. 
Wichmans), Liber primus cum notis 
A(driani) HeyleJiy Tongerloas, 1796. 
— Item liber 2, ad pag. 32, ubi 
impressio cessavit. (Ainsi le Catal. 
imprimé et déjà cité du R. M. Vaii 
Steven, n» 633). 

Plus haut, j'ai fait remarquer, 
suivant M^" W. Van Spilbeeck, que 
la réimpression in- 12° du célèbre 
ouvrage en question va jusqu'à la 
p. 212, et celle in-40 jusqu'à la fin 
du chapitre 27 du livre 2. Voyez 
ma notice Wichmans^ Vol. II, p. 
391. 

23. Epistolae plurimae ad viros 
eruditos. 

Le R. M. Waltm. Van Spilbeeck 
m'écrit : 

Ik denk nog twee werkjes te 
mogen aanzien als Lettervruchten 
van (Adr.) Heylen : 

24. Korte dissertatie tôt bewys 
dat het Roomsch regt zoo canonik 



als civiel in deeze Nederlanden lang 
voor den tyd van Kyzer Karel den 
V in zwang is gev^^eest.... pp. 16 
in-80 (Sine nomine typogr, 1788). 

2.5. Korte Verhandelinge vertoo- 
nende I» De Plicht der Thiende- 
Betaelinge, en Oudheyd der zelve. 
11° Den zegen, die gevi^oonelyk aen 
de getrouw^e Thiende-Betaelders ge- 
geven vi^ord, en de straffen die 
dikwils de Onw^illige, en Bedriegers 
overkomen. 1796. pp. 3-20 in-80 
(Sine nom. typ., ast verosimiliter 
Tongerloae). 

26. Mémoire sur les élections aux 
prélatures du Brabant et sur les 
droits, que les souverains des pays- 
bas se sont attribués de nommer à 
ces dignités. — Dissertatie, vertoo- 
nende dat den keus en de nomi- 
natie der religieuse hoofden nooyt 
aen onze prinsen is toegestaen of 
vergund gevv^eest van de pausen. 
pp. 20 in-fol. MS original entre les 
mains de feu M^ Joris. 

Sources : Mgr De Ram, 184 1, Prologus 
jam cit., j)p. III-XXVI; — Waltm. Van 
Spilbeeck. De Abdij van Tongerloo, 1888, 
pp. 567 et suiv. ; — Piron. o. c. le Byv., 
pp. 98. et suiv. ,• — J. B. Van Bavegem, 
Het Martelaarsboek, Gent, 1875, pp. 299- 
3oo, où il y a de beaux détails. — (La 
plupart des ouvrages d'Adr. Heylen font 
partie de ma BB.) — Voyez la «Biogra- 
phie nationale» IX, col. 35o-5i. 

HEYLEN (Norbert - Pierre - 
Joseph), chanoine de Grimbergen, 
né à Anderlecht le 11 octobre i753, 
et mort le 12 février 1825, étant 
curé de Rhode-S.-Brice, sous Meys 
ou Meysse. Piron dit de lui : « Hy 
w^as een zeer nauwkeurig en geleerd 
kronykschryver en een niet onver- 
dienstelyk vlaemsch dichter. » 

1. « Kort begryp van de beson- 
derste saeken, die ik sedert het jaer 
1781 heb gesien, gehoort of gele- 
sen. » MS de 255 pp. à l'abbaye 
de Grimbergen, très-beau : avec 
des sentences latines, bibliques ou 
autres. 

2. « Discourse van my Norbertus 
Heylen, pastoor van Grimbergen, 
en pachter Guilliam Van Beneden, 
by wie ik ten tyde van onse ver- 



HEY 



— 94 — 



HEY 



volginge 2 jaeren, 4 maenden en 
26 daegen heb gewoont. » ( r . Febr. 
1799-27 Juny 1801.) MS de i56 
pp. ïn.' folio, où il 3^ a en tout 1 3,5 12 
vers ; à l'abbaye de Grimbergen. 
En voici la préface : 

« 't Jaer acht en negentig heeft 

[Vrankryk uitgegeven 

Een ordonance die de jongheit de- 

[de beven, 
Sy moest soldaeten-dienst aenneme 

jmet gewelt, 
Niemand was vry, al dé men offer 

[van veel gelt. 
Men preste aile die oud waeren 

[twintig jaere 

Compleet soo gy in 't lank kont 

[lezen in de blaere. » 

Ces deux M S S offrent des faits 
curieux et intéressants, qui touchent 
à l'histoire de la fin du 18^ siècle, 
et du commencement du 19^. 

Source : Piron, o. c. le byvoegsel, p. 
98, col. 2. 

HEYLEN (Thomas - Louis), 
docteur en philosophie et en théo- 
logie, évêque de Namur. Il naquit 
à Kasterlee le 5 février i856, reçut 
l'habit à Tongerloo le 28 août 1876, 
prononça les vœux juste deux ans 
plus tard, et fut ordonné prêtre le 
II juin 1881. Elu prélat de la 
même abbaye le i^ juin 1887, il 
fut nommé Vicaire du Général de 
l'Ordre le 29 novembre suivant. Sa 
Sainteté Léon XIII éleva notre 
vénéré confrère à la dignité épis- 
copale le 23 octobre 1899 : il fut 
consacré le 3o novembre de cette 
année, et nommé dans la suite, par 
Sa Majesté Léopold II, officier des 
ordres de Léopold et de la Cou- 
ronne. 

Plusieurs revues périodiques et 
divers journaux ont publié des ar- 
ticles biographiques sur Mgnr Hey- 
len. Les nombreuses inexactitudes, 
avancées par la presse lors de sa 
nomination, déterminèrent le cha- 
noine Waltman van Spiîbeeck à ré- 
diger une notice absolument his- 
torique. Je dois donc préférer celle- 
ci à toutes les autres. Et comme 



une traduction est forcément pâle 
vis-à-vis de l'original, personne ne 
m'en voudra si j'insèie ici intégra- 
lement la notice intéressante, qui 
se trouve dans « Ilet H. Misoffer » 
livraison de Novembre 1899. Elle 
est intitulée : 

De nieuwe Kerkvoogd van Namen. 
Het was kermisdinsdag te Kas- 
terlee (1869). Rondom 4 uren na- 
middag liep echter gansch de ge- 
meente ledig ; het gemeentebestuur, 
de zangmaatschappij De kunsimin- 
naarSy inwoners en kermisbezoekers, 
de schoolkinderen met wapperende 
en kletterende vaantjes togen vroolijk 
den v^eg op, die naar Herenthals 
leidt. In deze gemeente had, dien 
dag, onder voorzitterschap van dok- 
ter Heylen, lid van de Bestendige 
Deputatie der provincie Antwerpen, 
de uitreiking plaats gehad van de 
belooningen, door het Staatsbestuur 
toegekend aan de leerlingen der 
lagere scholen, die zich onderschei- 
den hadden in den algemeenen 
prijskamp van de vereenigde kan- 
tons Herenthals, Mol en Wester- 
loo. Kasterlee mocht fier zijn op 
den uitslag ; zijne schoolknapen 
hadden zes onderscheidingen be- 
haald, en een zijner zonen was 
tweemaal prinms — primus in den 
algemeenen prijskamp, primus in de 
Fransche taal — uitgeroepen. Daar- 
om hadden allen de kermistatel 
verlaten ; zij snelden de overwin- 
naars te gemoet om ze in triomf 
het dorp binnen te leiden. Tusschen 
het gejuich der menigte werd hun, 
evenals den achtbaren hoofdonder- 
wijzer Van Sintruyen, wiens onver- 
droten ijver reeds zooveel verdien- 
stelijke leerlingen had gekweekt, 
achtereenvolgens hulde gebracht 
door den burgemeester, den sche- 
pen, en den herder der parochie. 
Den laureaten geluk wenschende, 
zeide, onder andere, de eerw. heer 
pastoor Hendrickx : « dat waar- 
schijnlijk deze hunne laatste kronen 
niet zouden wezen ; want zulke 
overwinning voorspelde grootere ze- 
gepraal. » Hij wakkerde hen aan. 



HEY 



- 95 



HEY 



« de talenten, door den hemel hun 
zoo mild toegedeeld, steeds te ge- 
bruiken, niet om ijdelen roem, een 
grooten naam te verwerven, maar 
tôt een hoogcr doel, namelijk, om 
nuttig te wezen ook voor anderen, 
tôt eer en glorie van godsdienst en 
vaderland (1). « De les van den 
goeden herder ging niet verloren ; 
voor den primiis, den dertienjarigen 
held van den dag, waren zijne 
woorden als eene voorzegging der 
toekomst. 

Dertig jaren zijn sinds verloopen. 
De gevierde primus van i86g, Lo- 
dewijk Heylen, die in het klooster 
zijnen doopnaam verwisselde tegen 
dien van Thomas, heeft niet alleen 
beantwoord aan de grootsche ver- 
wachtingen van den herder zijner 
kinderdagen ; hij heeft ze ver over- 
troften. De goddelijke Voorzienig- 
heid, v^'elke hem zoo rijk met ta- 
lenten begiftigde, voerde hem op 
tôt den bisschoppelijken zetel van 
Namen. 

De schoolknaap had reeds vroeg 
de stem des Hemels gehoord, die 
hem tôt den geestelijken staat riep. 
Maar hoe dit einde bereikt ? Zijne 
oprecht godsdienstige ouders, eer- 
lijke en deftige landbouwers, kon- 
den door naarstigen arbeid wel 
voorzien in de noodwendigheden 
des gezins ; maar bovendien het 
Latijnsch onderricht van eenen der 
zonen bekostigen, neen, zulks was 
niet in hun vermogen ; veel minder 
was het mogelijk nadat, in Januari 
1867, de moeder was weduwe ge- 
worden. Maar God riep, hij zou 
ook den wegbanen. In 1872 sticht- 
ten de paters van het Gezelschap 
van Jezus, te Turnhout, de aposto- 
lische school, voor jonge zendelin- 
gen eene voortreffelijke kweekschool , 
wier leerlingen de lessen van Sint- 
Jozefscollege volgen. Kasterlee's//'/- 
mus, die inmiddels de dorpsschool 
niet had verlaten, was een der eerst 
aanvaarde jongelingen. Op drie jaar 



(i) Het Kempenland, nieuws- en aankon- 
digingshlad van Herenthals, 1869, a^^en Oc- 
tober. 



tijds doorliep hij de zes klassen 
der humaniora, en jaar op jaar 
stond hij aan het hoofd der klas, 
welke hij zou verlaten om hooger 
op te klimmen. Intusschen werd 
hem zijne geliefde moeder ontno- 
men ; bericht ontvangen hebbende 
van het nakende stervensgevaar, 
snelde hij huiswaarts, doch toen hij 
het geboortedorp bereikte, was de 
goede vrouw reeds ten hemel op- 
gevaren (1). 

De Turnhoutsche school telde 
onder hare beschermers den hoog- 
waardigen heer De Swert, prelaat 
van Tongerloo. Misschien was zijne 
edelmoedige ondersteuning niet 
gansch vrij van eigenbelang ; in 
ieder geval, niemand zal het hem 
ten kvvade duiden, indien hij hoop- 
te, dat het gesticht ook kweekelin- 
gen zou geven aan de missie van 
Engeland, juist op hetzelfde tijdstip 
door de abdij ondernomen. De 
grondlegger en bestuurder der 
school, de zeer eerw. pater Boete- 
man, zijnerzijds, vernam met blijd- 
schap, op het einde van het school- 
jaar 1875, dat het puik van het 
gesticht, de uitstekendste der leer- 
lingen besloten had zich te Ton- 
gerloo aan te bieden. Onder het 
kloosterhabijt bleef frater Thomas 
Heylen wat hij tôt dusverre was, 
de vlijtige en rustelooze werker, 
naor volmaakter deugd en geleerd- 
heid strevende, die zijne ongemeene 
talenten de meest mogelijke vruch- 
ten voor den hemel wil doen dra- 
gen, altijd even nederig en zedig, 
hoe uitmuntend et toegejuicht dan 
ook de uitslag mocht wezen. Ach- 
tereenvolgens tôt de enkele en de 
plechtige geloften aanvaard, werd 
hij den iiden juni 1881, tôt de pries- 
terlijke waardigheid verheven. De 
tijd scheen gekomen om de be- 



(0 Met opzet schrijven wij deze bijzon- 
derheid, ten autwoord op het romantisch 
verhaal, door een dagblad zijnen lezers 
voorgediend. Overigens, de vêle onnauw- 
keurigheden, doordedrukpers uitgekraamd 
bij de benoe'.ning- van Mgr Heylen, deden 
ons er toe besluiten, deze levensschets op 
te stellen. 



HEY 



- 96 - 



HEY 



kwaamheden van den nieuwgewij- 
de in Tongerloo's missiehuizen te 
benuttigen. Doch, hocveel meer 
goeds zou hij er stichten, indien hij 
eerst zijne reeds uitgestrekte ken- 
nissen in Wijsbegeerte en Godge- 
leerdheid in de hoofdstad der chris- 
tene wereld, de lichtbaak zoowel 
van wetenschap als van geloof, ging 
volmaken. Zoo oordeelde prelaat 
De Swert ; zijne inzichten werden 
meer dan verwezenlijkt, doch op 
eene wijze, die hij voorzag nog ver- 
moedde. De stichting der thans zoo 
bloeiende missie van Manchester, 
de stichting eener missie in Kongo 
vergoedden later, en met woeker, 
de vruchten, welke de eerw. heer 
Heylen zelf als zendeling zou heb- 
ben kunnen bewerken. 

Te Rome, getrouw aan zijn ver- 
leden, schitterde hij boven al zijne 
medeleerlingen der Gregoriaansche 
Universiteit. Hij voltrok er op twee 
jaren den dricjarigen cursus van 
Wijsbegeerte, in drie den vierjari- 
gen van Godgeleerdheid, en werd 
met den grootsten lof doctor in 
beide wetenschappen uitgeroepen. 
De dagbladen van Rome : Journal 
de Rome, Osservaiore Romane, Voce 
délia verità enz., en na hen al de 
voornaamste organen der katholieke 
wereld, beschreven destijds met 
geestdrift de plechtige zitting, wel- 
ke, den sgs^-en Juli i883, in eene 
der zalen van het Vaticaan, onder 
het voorzitterschap van Z. H. den 
Paus zelf, in het bijzijn van gansch 
het pauselijk hof en van talrijke 
kardinalen werd gehouden. 't Was, 
naar de meening van eerst genoemd 
blad, eene der plechtigste en be- 
langrijkste zittingen, welke ooit 
in tegenwoordigheid cens pausen 
plaats grepen. Frater Thomas Hey- 
len moest er het bewijs zijner ken- 
nissen in de Wijsbegeerte geven, 
25 1 stellingen uit de verschillende 
vakken dier wetenschap verdedigen 
tegen de aanvallen van prelaten en 
andere geestelijken, die onder de 
geleerdsten bekend waren. En de 
uitslag van die strijdoefening, welke 



ruim drie uren aanhield ? 't Was 
eene zegepraal zonder weerga voor 
den jongen geleerde. Zijne vlugge, 
gepaste en duidelijke antwoorden, 
oplossingen en verklaringen, de 
kracht en de gegrondheid der rede- 
neering, waarmede hij de ingewik- 
keldste opwerpingen den kop in- 
sloeg, de sierlijkheid zijner keuri- 
ge taal verbaasden de tegensprekers 
en de talrijke aanhoorders. Z. H. 
zelf betuigde zijne hooge tevreden- 
heid en loofde de taienten en de 
grondige geleerdheid van den ver- 
dediger. Ten blijke zijner voldoe- 
ning schonk hij hem eene gouden 
médaille. Beter dan dat : hij schonk 
zijnen dierbaien « Fra Tommaso », 
zooals hij menigmaal nadien hem 
noemde, eene gansch bijzondere 
plaats in zijn hart. 

Met den tweevoudigen doctors- 
titel was de gunsteling van den 
grooten Paus Léo huiswaarts ge- 
komen. Hij zou nog eens naar Rome 
wederkeeren om 00k in Kerkelijk 
Recht tôt doctor bevorderd te wor- 
den. Een samenloop van geringe 
omstandigheden, neen, de Voorzie- 
nigheid bewoog den hoogwaardigen 
prelaat De Swert, de terugreis zijns 
onderdaans voor een jaar te ver- 
schuiven. Nauwelijks waren zeven 
maanden verloopen, of het verwees- 
de Tongerloo betreurde zijnen hoog- 
geachtcn en geliefden overste ; den 
Ssten Mei 1887 had een bijna schie- 
lijke dood den onvergetelijken man 
weggerukt. Thomas Heylen, die 
afwezig, wellicht niot, zeker min- 
der de aandacht der kiezers zou op 
zich getrokken hebben, was nu 
daar, en verreweg de meesten brach- 
ten hunne stem uit op hem. Den 
jsten Juni tôt abt verkozen en den 
12 den Juli ingewijd, werd hij nog 
in hetzelfde jaar aangesteld als vi- 
caris van den generaal voor de 
kloosters in België, Nederland, 
Frankrijk en Engeland. — Wat hij 
deed en wat hij was gedurende de 
twaalf jaren zijns bestuurs ? 

Wat hij was ? Om kort te gaan : 
eene grootmoedige ziel, in hare 



HEY 



— 97 — 



HEY 



edele betrachtingcn gediend door 
uitmuntende talenten en eenenschat 
van geleerdheid. Vandaar zijne wa- 
re ootmoedigheid : wars van aile 
praalzucht, loochent noch miskent 
hij Gods milde gaven, maar erkent 
slechts zijne verplichting tôt groo- 
teren kroos. — Vandaar zijne won- 
derbare bedrijvigheid, zijne onver- 
moeide werkzaamheid : in het tijd- 
verloop van twee weken, wanneer 
de belangen der orde het eischen, 
bezoekt hij Krakau, in het verre 
Polen, Manchester, in het over- 
zeesche Engeland, en, tusschen de 
twee vermoeiende reizen in, vindt 
hij tijd om tal van brieven te 
beantwoorden en in het een of 
ander Kempisch dorp, naar den 
wensch des pastoors, te prediken 
of eenigen anderen dienst te ver- 
richten ; zoo ijvert hij twaalf jaren 
lang, zonder inmiddels iets te ver- 
waarloozen wat tôt meerderen bloei 
zijns huis' kan strekken ; het is in 
Engeland, dat hem de tijding wordt 
gebracht van zijne bevordering tôt 
de bisschoppelijke waardigheid, en 
nochtans, de onvermijdelijkeenveel- 
vuldigebeslommeringen, welke daar 
op volgen, beletten hem niet, nog 
vôôr de wijding, in het diepste 
van Frankrijk gewichtige ordezaken 
gaan te regelen. — Vandaar zijne 
kalme vastberadenheid in al zijne 
ondernemingen ; van den vroegsten 
morgen tôt den laten avond onledig, 
schijnt hij nooit eenige bekommer- 
nis te hebben, en bij hem — hij 
moge dan ook met dringende be- 
zigheden overlast zijn — komt nie- 
mand ongelegen aankloppen. — 
Vandaar zijne eenvoudige dienst- 
vaardigheid : hij is ailes voor allen, 
genaakbaar voor iedeieen, onbe- 
kwaam eenen dienst te weigcren 
aan wie ook, zoolang het hem eenigs- 
zins mogelijk is, dien te verleenen. 
Vandaar nog zijne deftige gemeen- 
zaamheid, vrij van trots tegenover 
minderen, vrij van laiïe vleierij te- 
genover meerderen. 

Wat hij deed ? Voor geheel de 
orde van Premonstreit was hij de 



ziel, welke haren verlevendigenden 
invloed tôt in de uiterste deelen 
doet gevoelen. De orde dankt hem 
de herziening en de bezorging van 
den herdruk harer liturgieboeken, 
eenen reiizenarbeid door hem ont- 
worpen en volvoerd ; zij dankt hem 
eene nauwere eenheid door de aan- 
sluiting der zoogezeide Fransche 
congregatie aan de moederorde, 
eene taak door den H. Stoel hem 
toevertrouwd, welke hij met den 
besten uitslag vervulde (1898) ; zij 
dankt hem hare verdere uitbreiding, 
haren grooteren bloei. Tongerloo 
is bijna verdubbeld in ledental ; wij 
vermelddenreeds de nieuwearbeids- 
velden, aan den ijver zijner klooster- 
lingen in Engeland en in het verre 
Kongo geopend ; de abdij werd de 
zetel derbroederschap, aartsbroeder- 
schap nadien, van de H. Mis van 
Eerherstelling. — En buiten de 
orde ? Wanneer werd in stad of dorp 
vruchteloos de meewerking van den 
prelaat van Tongerloo ingeroepen, 
waar het er op aan kwam, Gods 
glorie te bevorderen, Kerk en Gods- 
dienst te verheerlijken, zielen te 
helpen, volk en vaderland te ver- 
heften ? Herinneren wij slechts aan 
het H.-Sacramentscongres, te Brus- 
sel, de vaderlandsche feesten van 
den Boerenkrijg, te Hasselt en el- 
ders,de plechtigheden der O.-L.-V.- 
kroning, te Antwerpen, enz. enz. 

En thans, Tongerloo is beroofd 
van zijn uitmuntend hoofd. Wat men 
sinds lang ter abdij vreesde, is 
verwezenlijkt. 't Was bekend, welke 
groote achting en voorliefde Z. H. 
de Paus den abt van Tongerloo 
toedroeg ; ooggetuigen hadden het 
verhaald, met welke vaderlijke min- 
zaamheid en hoe vertrouwelijk hij 
hem onthaalde en toesprak in bij- 
zondere en openbare verhooren ; en 
had de H. Vader hem niet verwit- 
tigd : « Houd u bereid, want bin- 
nen kort zal de Paus u noodig 
hebben?» Ja, het behaagde aan 
Z. Heiligheid, prelaat Heylen aan 
Tongerloo te ontnemen en hem den 
bisschoppelijken staf van Namen 



Ecrivains, Artistes et Savants (t. m) 



HËY 



- 98 - 



HEY 



in handen te geven. Moge het 
wezen tôt meerdere glorie van God, 
tôt welzijn der H. Kerk en voor 
het heil der zielen ! 

Wat, onzes dunkens, in het leven, 
dat wij schetsten, 't meest in 't 00g 
loopt, is de wonderbare werking 
der Voorzienigheid, welke onaan- 
gemerkte omstandigheden weet te 
gebruiken om haar doel te bereiken 
en den mensch, indien hij hare 
inzichten niet dwarsboomt, tôt zijne 
bestemming te brengen. De werking 
derzelfde alwijze en algoede Voor- 
zienigheid is niet minder tastbaar 
in de opvolging van de oversten : 
Backx, De Swert en Heylen, die 
sinds eene halve eeuw Tongerloo 
bestuurden. Wij durven betrouwen, 
dat Gods barmhartige goedheid het 
zoo zwaar offer zai vergoeden, dat 
hij van de abdij afvroeg. En dan, 
w^ij zijn er van overtuigd, deze zal 
haren voortreffelijken prelaat Hey- 
len niet gansch verliezen. Vooraleer 
heen te gaan, stelde hij Tongerloo 's 
blazoen in het hartje zijns wapen- 
schilds, een bewijs voorzeker, dat 
hij de abdij immer wil gedachtig 
wezen. Zijn hart is breed genoeg 
om, zonder te kort te komen aan 
de liefde, welke hij voortaan aan 
zijne Kerk van Namen verschuldigd 
is, haar 00k nog eene ruime plaats 
er in te verleenen ; zijn werkvermo- 
gen is machtig en omvattend ge- 
noeg om door raad en daad nog 
bij te dragen tôt Tongerloo's meer- 
deren bloei, tôt verdere ontwikkeling 
van hare werken, als zijn, bij name, 
de door hem in het leven geroepen 
Belgische Aartsbroederschap van 
de H. Mis van Eerherstelling en 
zending van Kongo. 

Fr. Waltman van Spilbeeck. 

1. Quelques poésies flamandes, 
p. ex. : Aan Fr. Franciscus Ver- 
steylen, novice der abdij van 't Park : 
10 verzen, 9 juni 1880 [zie J. E. 
Jansen, « Ter Gedachtenis Franc. 
Adrian. Versteylen » bl. 24] — S. 
Herman's appel : 48 verzen. [zie 
Maria- Almanak voor 1882.] 

2. Levensschets van den Geluk- 



zaligen Hermannus-Joseph der Orde 
van Premonstreit, Voorbeeld der 
kinderen van Maria en der chris- 
tene jeugd. — Lier Drukkerij L. 
Taymans-Nezy. 1879. In-32^'. Ti- 
tre ; texte pp. (3)«i3 ; Litanie, 
pp. (i4)-i6. Imprimatur. Mechl. 
17 Dec. 1878. Cet opuscule ne porte 
point de nom : mais M. Waltman 
Van Spilbeeck me le manifesta. 

3. Thèses ex Vni versa Philoso- 
phia qvas Avspice Patrono ac Prae- 
side Leone XIII P. M. in aedi- 
bvs Vaticanis propvgnabit Thomas 
Heilen (sic) e S. O. Praemonstra- 
tensi Pontificiae Vniversitatis Gre- 
gorianae alvmnvs V. Kal. Avgvsti 
an. MDCCCLXXXIII. (au verso :) 
Roma-Tipografia A. Befani, i883, 
in-8<\ 

10 Leoni XIII pp. (III)-VIII. 
2" Thèses ex universa philosophia : 
pp. (i)-72. Sur la p. suiv. : Im- 
primatur Fr. Augustinus Bausa 
Ord. Praed. S. P. A. Magister. 

4. Le Fr. Thomas fut le colla- 
borateur du Ri'^e prélat De Su'crt 
dans le « Schéma revisionis Bre- 
viarii et Missalis Ordinis Praemon- 
stratensis » Tongerl. 1886, pp. 3o 
in- 160. 

5. Prosae seu sequentiae ex ve- 
teri missali Ordinis Praemonstra- 
tensis desumptae. Préface signée : 
Fr. Th. Tongerloae, typis abba. 
tiae B. M. V. 1893 : pp. 94 in-i6o. 

6. Lijkrede van den Weledelen 
Heer Renatus - Maria - Augustinus 
Moretus, uitgesproken door den 
Hoogwaardigen Heer Thomas Hey- 
len, Prelaat der Abdij van Tonger- 
loo, in de kerk van den H. Bar- 
tholomeus te Merxem op Donder- 
dag 10 October 1895. — Wester- 
loo. Drukkerij Frans De Coster. 
1895. pp. II in-8o. 

Eloge funèbre de Messire René- 
Marie-Augustin Moretus, prononcé 
par le révérendissime Thomas Hey- 
len, Prélat de l'Abbaye de Tonger- 
loo, en l'église de Saint Bartholo- 
mé (sic) à Merxem, le jeudi 10 
octobre 1895. Ibid. 1895. pp. 8 
in-8o. 



HEY 



— 99 — 



HIR 



7. Mandements, lettres épiscopa- 
les : édités. 

HEYNS (Gilles), Si»-^ abbé d'A- 
verbode. Son véritable nom de 
famille était Sommers, et le mot 
« Heyns » signifie tout simplement 
qu'il était fils de Heyn ou Henri 
Sommers. Né à Gheel, il se fit 
religieux à Averbode, et fut curé 
à Coersel. Le 11 octobre 1564, son 
prélat Matthieu s'Volders (sic) 
l'envoya à Douai, pour y faire ses 
études et apprendre la langue fran- 
çaise. A son retour et après la 
mort du même prélat (f 26 nov. 
i565), il fut nommé pour lui suc- 
céder. 

Les archives et les annales font 
de lui ce bel éloge ; « zelo disci- 
plinae nuUi secundus, Collegii Lo- 
vaniensis autor & promotor prseci- 
puus (1571-2), Ordinum Brabantiae 
Commissarius & Assessor, Reipu- 
blicœ & Religion! summè utilis 
Abbas. » Il mourut le 25 sept. 1574. 

Sources : Hugo, Annal. I, col. 220 ; — 
Heyhn, Hist. Verhand. o. de Kempen, 
i837, p. 186, où Van Hulsel et Paschasins 
sont cités ; item p. 162 où Si^'ertius ; — 
Necrolog. Averb,, publié par le chan. Sta- 
nisl. Joris, 25 sept, et 26 nov. 

Notes. Le savant Van Hulsel, chan. 
d'Averbode, nous donne les noms 
de quelques religieux de la même 
maison, qui se sont distingués par 
leur science : 

I. Henricus de Speelhoven ab 
Arschot (sic), vestitus 1474, fuit cel- 
larius, pistrinarius, pastor in Vorst 
1494, et i5oi in Zutendael, ubi 
existens contulit se Lovanium ad 
studia. 

2 et 3. Gérard et Denis Vander- 
scaeft. Vo3^ez leurs notices au Vol. 
II de ce Dictionn., p. 285. — Gé- 
rard fut docteur en droit à Louvain, 
en i5i5 ; Denis, profond théolo- 
gien, doct. en droit canon, égale- 
ment à Louvain. 

4. Amand Hejden, envoyé à 
Rome en 1649, y défendit des 
thèses théol. 

5. Grégoire Van Idsaerd, B. F. 



en théol. à Louvain, « vacantia- 
rum priot. » 

6. Albert de Munich, B. F. en 
théol. à Louvain. 

7. Luc van der Heyden, J. U. 
B. Louvain. 

HIDOLPHE. 

Nous trouvons dans la a Histo- 
rische Verhandeling over de Kem- 
pen » d'Adrien //^j//^«(Turnh. i837, 
p. i85) le passage suivant, dont je 
conserve l'orthographe. 

Onder den H. Abt Steppo, 
bloeyde doôr geleerdheyd en lever, 
in de Abdy Averbode, zekeren Re- 
ligieus met naeme Hidolphis, ^MQ\- 
ken om zyne ervaerenheyd in de 
natuer- en geneéskunde, doôr Lo- 
dewyk graef van Loon als lyf-arts, 
is mede genomen geweést in den 
tweeden kruystogt naer het H. 
Land. Deézen alsdan veél dienst 
gedaen hebbende, heéft den ge- 
melden graef des wegens ook zyne 
dankbaerheyd willen betoonen, wes- 
halven hy, vi^edergekeerd zynde, 
aen de gemelde Abdy geschonken 
heélt eenige bunderen erf, gelegen 
te Barleberg. — Dit verhael steunt 
op zeer oude gedenkstukken, ons 
bezorgd.... doôr den zeer gedien- 
stigen en geleerden heer Amh. van 
Hulsel, onlangs archivist, thans pro- 
visor der Abdy Averbode. 

Mr Joris, dans la copie du « Car- 
tularium » (Vol. I, entre les pp. 20 
et 21), mentionne aussi u fratrem 
hidolphum canonicum confratrem 
nostrum in arte phisica peritum ». 

HINCKERT (Florent), natif 
de Bois-le-Duc, chanoine de l'ab- 
baye de Mariënweerd vers i573. 
Il acquit le grade de maître es 
arts. (W. Hoevenaars, Bijdrage tôt 
de geschied. van de Abdij Mariën- 
v^^eerd, p. 255, n^ 85). 

HIRNHEIM (Jérôme von) : 

Vol. I pp. 389-90. 

I. Theologia universalis succincte 
complectens quidquid religioso 
Praemonstratensi in scientiarum sa- 



HIT 



— 100 — 



HOD 



crarum materiis scitu est necessa- 
rium. 2 tomi MSS in-fol. — BB. 
de Strahow : E. III. 71 et 72. 

8. Ordre des éditions latines des 
méditations : 1678 in 12" ; 167g in-4^^ ; 
1693, 2 tom. in-i2"; 1698 in-8". 
— En allemand : 1735 in-S». 

En 1864 parut : D'" Cari Sigm. 
Barach, Hieronymus Hirnhaim. Ein 
Beitrag zur Geschichte der philos. - 
theol. cultur im siebzehnten Jahr- 
hundert. 1864, Wien, pp. 72 in-8^'. 
BB. d'Averbode. 

HITTISCH (Valentin.Jean), 

chanoine de Tepl, né à Theusing 
le i5 nov. 1702, vêtu le 3 janv, 
172 1, profès du 5 mai 1722. Il dé- 
fendit des thèses philosophiques au 
couvent même, et après avoir suivi 
3 années les cours de théologie à 
Prague, il y soutint également des 
thèses de cette science. Il offrit ses 
prémices à l'autel le 11 oct. 1727, 
fut nommé bibliothécaire le 24 avril 
1730, et co-administrateur du do- 
maine de Krukanitz le 5 oct. 1739. 
Le II févr. 1743, il fut nommé 
prieur, ayant la réputation d'être 
un chef habile et prudent. (Xav. 
Klemm, chan. de Tepl). 

Déjà en 1728 il défendit les thè- 
ses d'un ouvrage du P. Frischmann, 
chan. de Strahow, dont la notice se 
trouve en ce Dictionn., I, pp. 278-9. 

« Quaestionum theologicarum de 
divina praedestinatione et reproba- 
tione resolutiones in celeberrimo 
Archi-Episcopali Collegio Pragensi 
ad S. Adalbertum, cum reliquis ex 
universa scholastica theologia an- 
nexis thesibus, Praeside P. Proco- 
pio Frischmann, sacri Candidissimi 
ac Exempti Ordinis Praemonstra- 
tensis, regiae Ecclesiae B. V. Ma- 
riae Montis Sion Canonico regulari, 
in praefato celeberrimo Archi-Epis- 
copali Collegio ss. Theologiae Pro- 
fessoreordinario et Seniore... ))Anno 
MDCCXXVIII. Mense Augusto. 
Vetero Pragae, in Aula-Regia apud 
Mathiam, Adam. Hoger, Archi- 
Episcop. Typographum. pp. 240 
in-8^. 



HLINA(Oswald) : Vol.I, p. 391. 

I. [Il faut lire :■ thèses philoso- 
phicre arcanis historicis et politicis 
contextae. — BB. de Selau. 

HODITZ (Vincenz - Anton 
Reichsgraf von). 

Ce comte du S. Empire Romain 
vit le jour à Rosswald, le 9 novem- 
bre 1704. Il se consacra au Sei- 
gneur le 22 novembre 1722, en fai- 
sant les vœux de religion à l'abbaye 
de Klosterbruck (Luca). Le 8 sep- 
tembre 1729 il offrit ses prémices 
à l'autel. Créé docteur en théologie 
à l'université de Salzbourg, il ensei- 
gna cette science à ses confrères en 
1735-1737. Le i3 novembre de la 
dernière année, il fut nommé pré- 
vôt titulaire de Graba en Hongrie, 
ayant le privilège de porter la mitre. 
Il eut le bonheur de célébrer son 
jubilé de 5o ans de profession, le 
29 juin 1773 ; et celui de 5o ans 
de prêtrise, en 1779. Dieu l'appela 
à lui en 1782. — (Les renseigne- 
ments biograph. sont fournis par le 
« Catalogus Ord. Praem. Circariae 
Bohem. 1781 » et par l'ouvr. de 
notre Divisch qui a pour titre : 
(( Alpha, et Oméga » dans les pré- 
limin. 1735). 

Voici les beaux compliments, qui 
furent présentés au vénérable jubi- 
laire. 

1. (( Post LegltlMa praeLIa, aD- 
Venlt JVblLœa Victoria ^ Reve- 
rendissimi.... Domini Vinccniii Anio- 
nii e Comitibus ab Hodits,... Ordinis 
Prœmonstratensis Praelati, inRegno 
Pannoniae Grabae ad S. Hubertum 
Praepositi Infulati, SS. Theologiae 
Doctoris.... EX anlAIo GraDICen- 
ses appLaVserVnt ChorI * — Olo- 
mucii Moravorum, Typis Josephae 
Hirnlianae ; Factore Josepho Fran- 
cisco Loserth. » (1773). 

Au verso de ce titre : « Clavis 
Canentium. » — Texte : pp. 9 non 
ch. ; format petit in-40. Dans ma 
BB. 

2. «VlrtUtenltensLUCensIUM 
DeCor.... Jubilaeus.... Vincentitis 
Antonius.,», Regias Canoniae Lucen- 
sis ad Tajam Professus,... » Olo- 



^ ( MAR 2 -^ "^"^"^ " 




HOE 



— lOI — 



HOE 



mucii [à la dern. p.j, même impri- 
merie, 1773, in-folio. Il y a 8 ff. 
soit 16 pp. non ch. — Dans ma 
BB. 

HOEBRECHTS (Jean-Luois), 
chanoine de Heijlissem, qui naquit 
à Tirlemont le 3o octobre 1764 et 
fut baptisé à l'église de St Germain. 
Admis au dit couvent le 25 juill. 
1786, il reçut l'habit le 3 sept, 
suivant, fit sa profession le 2 févr. 
1790, et fut promu au sacerdoce 
le 29 juin de la même année. Il 
acquit à l'université de Louvain, 
le 12 juin 1793, le grade de bache- 
lier formé en théologie, science 
qu'il enseigna à ses confrères de- 
puis le 27 nov. suivant. Il fut vi* 
caire à Langwaden, ensuite il rem- 
plit la charge de curé à Thielt 
S. Martin, depuis le 20 févr. 1806. 

Il résida à l'abbaye d'Averbode 
vers la fin de sa vie, et c'est là 
qu'il mourut le i3 août 1840, lais- 
sant la réputation d'un religieux 
très savant. J'ai sous les yeux i 
feuillet in folio maximo : 

Lovanii 12. Junii Anno 1793. De 
Î^Iatrimonio secundùm se & Spon- 
salibus QucEstio theologica, Quid 
Sponsalia ? Quid Matrimonium ? 
Ejusque Natura. Propositiones (2). 
Conclusio prima.... secunda.... ter- 
tia. Praeside Eximio Thoma Lamb. 
G henné.... defendet Joannes Hoebe- 
rechis (sic) Thenensis. Ord. Prae- 
monst. ... H eylissemensis Canonicus 
Regularis. Typis Academicis. 

Sources : Necrolog. Averbod. ad i3 
Aug-. , et alla Necrologia in fine Directo- 
riorum Mechlin. et Praem. 1841. 

Notes. If Nous avons, dans les 
archives de l'abbaye d'Averbode, un 
MS in-8o de 204 pp., relié en veau, 
dont voici le titre : Index seu catalogus 
abbatum, priorum, suppriorum, pro- 
visorum, magistrorum novitiorum, 
cellariorum et omnium fratrum mo- 
nasterii Beatas Mariae Heijlissemensis. 
— Lors de la restauration de l'Or- 
dre (1834), ce vol. nous fut offert, 
avec d'autres livres, par les RR. 
confrères de Heijlissem qui survi- 



vaient à la grande Révolution. Les 
3 suivants y sont marqués comme 
des bienfaiteurs de l'abbaye d'Aver- 
bode : 

Vanentbrouck (Guill.), t 3 juill. 
1840. Hoebrechts (J. L.), dont j'ai 
fait la notice. Everarts (Maximi- 
lien), t 3o mai 1846. 

2° Aux Archives du Ro3^aume, 
cartulaires et manuscrits, 737-'^ se 
trouve : Necrologium Monasterii Hey- 
lissemensis seu Commemoratio om- 
nium parentum, fratrum, sororum, 
fundatorum, benefactorum nostro- 
rum et aliorum fidelium Christi 
defunctorum. MS in-folio sur pa- 
pier, du XVI I*^ siècle, avec ajoutes, 
184 pp. 

Voyez Dom U. Berbère, Inven- 
taire des Obituaires Belges, (An- 
nexe au Bulletin de la Commiss. 
roy. d'hist. de Belg.) Brux. 1899, 
8", p. 34. Il y a en tout 87 pp. 

HOEN (François), né en 1736, 
chanoine et archiviste de l'abbaye 
d'Arnstein, en 1786. Le célèbre 
Gerchen l'appelle a ein gelehrter und 
in der Diplomatikerfahrner Mann. » 
Hoen mourut à Seelbach le 17 
mars i8og. 

Sources : Gerchen, Reisen durch Schwa- 
ben, etc. Stendal, 1783-88, III, p. 433; 
— Dr. Becker, Das Necrol. Arnstem, o. c. 
de 1881, p. 8 ; — Dr. Andréas Ko/il, 
Arnstein, die alte Praemonstr. Abtei, Lim- 
burg a. d. Lahn, 1902, p. 76. 

Additions. 

I. « Catalogus reliquiarum capellae 
in Arenstein (sic)». — MS saeculi 
i3., quod servatur in « British 
Muséum unter den Harleian MSS. 
N"J 3o52-3o54 ; welcher bei Pertz 
bereits aufgefùhrt ist, Archiv der 
Gesellsch. fur altère deutsche Ge- 
schichtsk. VII, p. 80. — In dieser 
Handschrift (n» 3o52, Fol. i) fin- 
den sich vier frùher nicht gedruckte 
historische Nachrichten liber das Klos- 
ter Arnstein, welche Zaun « Zur 
Geschichte der Abtei Arnstein » ver- 
ôffentlicht hat in « Annalen des 
Vereins fiir Nassauische Alterth. 
und Geschichtsf. » XV, p. 394 et seq. 



HOE 



— 102 — 



HOE 



— Ainsi Dr. Becker, o. c. Wiesbaden, 
1881, p. 100. 

2. Ordivarius novus Praemonsirateji- 
sis Windcn. iWinden ; paroisse des- 
servie par les norbertins d'Arnstein], 
— Incipit ordinarius novus Prae- 
monstratensis. Et primo de reve- 
rentia circa altare ; — Colophon : 
Explicit ordinarius ordinis prae- 
monstr. ex vero originali ecclesiae 
praemonstr. et aliis statutis patrum 
ejd. ord. capitulariter congregatis (?) 
assumptis, nec non veris aliis exem- 
plaribus certitudinaliterprout tenen- 
dus est, magna diligentia conscrip- 
tus..., MS de i5i6 sur vélin, 
écriture très-lisible en rouge et noir, 
rel. orig. en bois, — pp. 216, haut. 
10 cm. et larg. 7 cm. ; et pp. 7 
avec musique. In- 16. 

Je tiens ces détails du libraire 
Rosenthal, à Munich, (lettre parti- 
cul, et catalogue) : il demandait 60 
mark pour ce MS. en 1882. 

3. « Codex membr. Saec. XII. 
continet vitas SS. worunter auch 
vita S, Northerti in Quarto. Ein 
schôner Codex, » MS à la BB. 
d'Arnstein, où Gercken l'a vu en 
1785, comme il l'affirme dans son 
ouvr. « Reisen durch Schvv^aben, 
Baicrn.... 3^ Th., 1786, Stendal, p. 
437. 

4. Autre M S sans titre, petit in- 
fol., « aus zwei Sexternen Perga- 
ment » — aujourd'hui à Wiesbaden 
dans les archives « des Vereins fur 
Nassau. Alterthumskunde.... » (D^ 
Becker o. cité, 1 881, p. g et suiv.) Ce 
MS est de la fin du 14»^ s., ou du 
commenc. du i5^. 

5. « Catalogus priorum et magis- 
trarum monasterii Beselicensis ordi- 
nis Praemonstratensis dioecesis 
Trevirensis prope Limpurgum in 
Westerw^aldia, juxta quod ex necro- 
logiis Arnsteinensis et Beselicensis 
monasteriorum atque antiquioribus 
scripturis erutus est per religiosum 
Anisteinensem anno 1640. » 

Ce catalogue ou liste, dans une 
copie faite avec soin, au iS'^ siècle, 
se trouve dans les archives de l'Etat 
à Idstein, parmi les archives du 



couvent (parthénon) de Bcselich. 

Source : Dr Becker, Wiesbaden, 1881, 
Das Necrologiiim der vormaligen Prà- 
monstratenser-Abtei Arnstein an der Lahn. 
80 : à la p. 48, januar 16, note 2. 

6. « Le plus ancien manuscrit de 
la vie du bienheureux Louis, dési- 
gné ordinairement comme l'original , 
se trouve dans les archives de 
Nassau à Idstein. On le considère 
comme un des plus curieux trésors 
historiques ; écrit avec soin sur 
vélin, il est collé sur les trois côtés 
intérieurs d'un reliquaire en bois 
à deux volets battants, et peut être 
suspendu comme des tableaux d'au- 
tel. » {Igii. Van Spilbeeck, 1891, Le 
B. Louis, comte d'Arnstein, pp. 
42-43). 

HOEVENAARS (Willibrord- 
Jean), né à Valkensv^^aard le 5 sept. 
1840, reçut l'habit à Berne (Hees- 
wijk) le 14 juin. 1862, prononça 
les vœux le 21 mai 1864, et fut 
promu au sacerdoce le 6 juin 1868. 
Il remplit depuis plusieurs années, 
avec un zèle admirable, les fonc- 
tions d'archiviste. (Catal. gênerai. 
O. Praem. 1900, p. 124). 

Voici la liste de ses travaux lit- 
téraires, telle qu'il me l'adressa 
lui-même pour ce Dictionnaire. 

I. Eenige ariikelen in het « Ar- 
chief voor de Geschiedenis van het 
Aartsbisdom Utrecht », (uitgegeven 
bij de Wed. J. R. Van Rossum te 
Utrecht, in gew^oon 8°) zooals : 

loHet Premonstratenser-Nonnen- 
klooster van Zennewijnen. Het ge- 
heel is 108 bladzijden en is te vin- 
den Deel XIV, bl. 417-464 ; Deel 
XV, bl. 75-107 ; en bl. 2i3-238. 

— Imprimé à part : pp. loS. 

2° Eene kleine Bijdrage uit het 
Archief van Berne tôt de Geschie- 
denis der Abdij van Mariënvi'eerd. 

— Aldaar, Deel XV, bl. 239-266. 
30 Varia. — Aldaar, Deel XVII, 
bl. 180-199. 

40 Scheidsrechterlijke beslechting 
van een geschil nopens de geeste- 
lijke goederen, tusschen H. Vor- 
denus, Deken van Oldenzaal, c. s. 



HOE 



— io3 ■— 



HOE 



ter eene, en de Gedeputeerden van 
de Provincie Overijsel ter andere 
zijde enz. — Aldaar, Deel XVII, 
bl» 200-224. — En nogmaals over 
het zelfde onderwerp, Deel XXIII, 
bl. i-3o. 

5° Over de Proostdij St Antonis- 
Boomgaard, te Haarlem. — Aldaar, 
Deel XVIII, bl. 166-171. 

6° De Proostdij van Moorsber- 
gen. — Aldaar, Deel XVIII, bl. 
117-171, en Deel XIX, bl. i6i-2o3. 

70 De Abdij van Orval, als kweek- 
school van Jansenisten en als de 
oorsprong van de Jansenistische 
priorij te Rijnwijk. — Aldaar, Deel 
XV, bl. 397-433; Deel XVI, bl. 
46-90, en bl. 23i-265 ; Deel XVII, 
bl. 8i-io3, en 334-449. — Met eene 
Bijlage bl. 450-456. 

11 y a des tirés à part, Utrecht, 
Wed. J. R. Van Rossum. 1889, 
8° : pp. 265. — BB. d'Averbode. 

8" De Abten van Mariënweerd. 

— Aldaar, Deel XIX, bl. 454-462. 
90 Bijdrage tôt de geschiedenis 

van de Abdij Mariënweerd. — Al- 
daar, Deel XXI, bl. i85-2o6 ; Deel 
XXII, bl. 236-312 ; Deel XXIII, 
bl. 282-369; Deel XXIV, bl. 86- 
137; Deel XXV, bl. 74-t33, en 
bl. 207-245. 

Plus tard (en 1898?) l'ouvrage 
complété parut à part : Overge- 
drukt uit het « Archief voor de 
geschied. v. het Aartsbisdom U- 
trecht » Utr., Wed. J. R. Van 
Rossum. pp. 5o3 in-S». 

iqo Uittreksels uit een Hand- 
schrift der XVI le eeuw, de Fran- 
ciscanen van de Nederlandsche Pro- 
vincie betreffende. — Aldaar, Deel 
XXI, bl. 226-233. 

iio Eenige Aanmerkingen op het- 
geen de zeereerw.hooggel.heerjos. 
Habets, in het 11^ en III^ deel van 
zijne « Geschiedenis van het Bis- 
dom Roermond » heeft medegedeeld 
omtrent de Abdij van Mariënweerd. 

— Aldaar, Deel XXI, bl. 234-240. 
i2<^ De Grafsteen van Petrus van 

Zuren, abt van Mariënweerd. — Al- 
daar, Deel XXI, bl. 240-241. 
i3" Bijvoegsel van een testament 



van Marcelis van Woudrichem, 
kanunnik van Deventer en pastoor 
van Twello. — Aldaar, Deel XXII, 
bl. 226-232. 

140 Erfrente voor eene vicarie 
in de Kerk van Tuil. — Aldaar, 
Deel XXII, bl. 233-235. 

2, Ook aan de « Bijdragen voor 
de Geschiedenis van het Bisdom 
van Haarlem » (uitgegeven door 
W. Kùppers te Haarlem, gewoon 
8») décide Hoevenaars eenige stuk- 
ken mede, zooals : 

I" Uit het archief der Abdij van 
Berne : I. Dankbetuiging van den 
Aartspriester Ant. Christ. Meijlinck 
aan de Staten van Holland en West- 
Friesland voor de afschaffing der 
Recognitiegelden. — II. Adres van 
denzelfden aan gemelde Staten. 
— III. Brief van C. P. Hoynck 
van Papendrecht, Advocaat in den 
Haag, 7 Nov. 1787. — Aldaar, 
Deel XIX, bl. 321-332. 

2° Stukken betrekkelijk eene Vi- 
carie, gesticht in de kerk van Vel- 
sen, doch later overgebracht naar 
de St. Bavo-kerk te Haarlem. — Al- 
daar, Deel XX, bl. 161-171. 

30 Vier oorkonden uit de XII^ 
eeuw, de Abdij van Middelburg 
betreffende. — Aldaar, bl. 172-177. 

40 Uittreksels uit een handschrift 
van de XVI I^ eeuw, de Francisca- 
nen van de Nederlandsche Provin- 
cie betreffende. — Aldaar, bl. 177- 
188. 

50 Bijdragen tôt de geschiedenis 
der Premonstratenser - Abdij van 
O. L. V. van Middelburg. — Al- 
daar, Deel XXII, bl. 2io-236. 

3. Analecta Gijsberti Coeverincx 
Pars II bewerkt door fr. G. van 
den Elsen, Ord. Praem., en fr. W. 
Hoevenaars, Ord. Praem. — Uitgave 
van het Provinc. Genootschap van 
Kunsten en Wetensch. in Noord- 
Brabant. S. a. in-S^. pp. VIII et 
9-451. (Bosch, 1902). 

Les éditeurs de ce M S s'expri- 
ment ainsi (Voorwoord, bl. V) : 
« Wij beginnen ...met het tweede 
deel daarvan, omdat het cerste, als 
bevattende de buUen en oorkonden, 



HOH 



— 104 



HOH 



bctrefFende de oprichting van het 
bisdom, de kanonikaten, de béné- 
ficies en het Seminarie van 's Bosch, 
stukken inhoudt van lateren datum 
dan die welke voorkomen in het 
tweede deel, vermits dat bevat de 
oprichtingsbrieven, statuten, her- 
vormingsakten enz. van kloosters 
en gestichten, welke van ouderen 
datum zijn dan het Bisdom van 
's Hertogenbosch. Bovendien is 
het tweede deel zeer moeielijk lees- 
baar en hier en daar door den tijd 
uitgesleten, zoodat er periculum in 
mora is, 

HOFER (Michel-Jean), cha- 
noine de Schlagl, né à Leonfelden 
en Autriche, le 22 déc. 181 1. Vêtu 
le i5 août i83i, profès du 17 août 
1834, il fut ordonné prêtre le 29 
déc. suivant. Il remplit les fonctions 
du saint ministère en divers endroits, 
de i835 à i85o ; fut curé à St 
Oswald pendant une dizaine d'an- 
nées, ensuite camérier de 1861 
jusqu'à sa mort, arrivée le 26 avril 
1867. On a de lui : « Séries Cano- 
nicorum Praemonstratensium cano- 
niae Plagensis». Ce MS. qui 
commence avec les vêtures ou prises 
d'habit en 1670, est conservé au 
priorat de Schlagl et continué fidè- 
lement. Ainsi l'historien de l'abbaye, 
M. le chan. Prôllf Geschichte(i877) 
p. i3, et Catalogus (1887) p. 45, 
n» 341. 

Le même historien nous apprend 
(i877,pp. i2-i3,) que Vancim Nécro- 
loge de Schlagl ne se retrouve plus. 
Mais celui, qui est plus récent, 
compte pp. 187 in-40, et doit être 
considéré comme une source impor- 
tante pour la 2'^'^ moitié du 17^ s. 
ittsqu'à celle du ig^ s. 

HOHBERG (Ferdinand com- 
te), né à Friedland le 14 nov. 1674, 
baptisé sous les noms de François 
Ferdinand Antoine. Il se consacra 
à Dieu par la profession religieuse 
en 1695, à S. Vincent de Breslau. 
Curé à l'église abbatiale en 1702, 
sous-prieur en 1703, dans la suite 
curé à Kostenblut et depuis 171 5 



protonotaire apostolique, il fut élu 
prélat par 25 suffrages, le 4 nov. 
1720. Au mois de juin 1721, il 
obtint l'autorisation de lire les livres 
condamnés. 

Tous ses soins se portèrent sur 
l'ornementation somptueuse de la 
maison de Dieu : en tout il voulut 
faire grand, ne regardant point aux 
dépenses, et par là il se fit le pro- 
tecteur des artistes. Il introduisit 
au monastère l'étude sérieuse du 
droit canon et de la morale : au 
préalable il avait envoyé à Prague 
ses confrères Franc. Binder et Vinc. 
Schulz, pour y acquérir le grade de 
docteur en droit canon, tandis que 
Charl. Unger était docteur en théo- 
logie; sous sa prélature, neuf autres 
norbertins de Breslau furent promus 
au baccalauréat. 

Estimé de tous, considéré comme 
une lumière placée par Dieu sur 
le candélabre, l'abbé Ferdinand com- 
te Hohberg mourut le 14 nov. 
1729 : c'était précisément le jour 
du SS^ anniversaire de sa naissance. 
Le P. Czermack, S. J., prononça 
l'oraison funèbre, qui fut imprimée. 

Sources : Hugo, Annal. II, c^l. iii5; 
— Gôrlich, o. c. i836 et 1841, 2^ Theil, 
pp. i38-i54, où il y a maints détails. 

Additions. 

Dans le cours de mes recherches, 
j'ai découvert quelques écrits con- 
cernant notre abbaye de Breslau. 

I. — Necrologium MS. Abbatiae 
S. Vincentii : à la BB. royale de 
Berlin, u^ 378 des MSS. théol, lat. 
in-fo. — Le nécrologe occupe 26 
ff. parchemin, et commence au ver- 
so du i^ f, ; il est probable qu'un 
religieux écrivit le « Hauptstock » 
vers 1270- 1289 ; d'autres confrères 
firent des additions successives jus- 
qu'à i655, dernière date insérée 
au 12 mars. C'est la copie du plus 
vieux nécrologe connu de la Silésie. 
Il a été publié dans un recueil de 
documents histor. de la Silésie in- 
8», avec ce titre que j'ai sous les 
yeux : « XXVII. Nekrolog der 
Pr'âmonstratenser zu St. Vincenz 



HOL 



— io5 — 



HOL 



bei Breslau. Herausgegeben von 
Paul Hein, Mit einer Einleitung 
von Professer Dr. Grunhagen und.... 
Erlàuterungen vom F.-B. Vikariat- 
Amts-Rath Mâche. » 

J'ai dans ma BB. le seul n^ 
XXVII du dit recueil, avec la 
pagination (4ii)-48o. 

2. — MSS dont Tannée n'est pas 
indiquée. Gorlich, o. c. II. pp. 97 
et 98, n. T de la dern. p. 

3. — Silesia de Monasterio Sti 
Vincentii. M S. (?) Cfr. Gorîich, II, 
p. 145, n. 3. 

4. — 1672, 24-25 decemb. Vers 
élégiaques en latin (?) à la mort 
du prélat Matthieu Paul : imprimés. 
— Gorlich, II, p. 94. 

5. — 1768. « Pfo Memoria » 
pour la défense des droits conven- 
tuels. Id. ibid. II, p. 193. 

6. — Czaniowanz (Parthenon de), 
qui était fille de la dite abbaye de 
S. Vincent. En i857, le Dr. W. 
Wattenhach publia à Breslau : 

« Urhundcn des Klosters Czaniowanz. 
Namens des Vereins fur geschichte 
undalterthumSchlesiens. » [Silésie]. 
In-40 de pp. XXII et 181. 

Il cite le Necrologium f. VII et 
XIV, et fait l'éloge des deux An- 
nalistes prémontrés Hufnagel et Kru- 
sche. (Voyez leurs notices plus haut, 
Vol. I de ce Dictionn.) — f. XIII : 
Notitiae in Annal. Hugo, I. col. 
589-94, ^t Probat. col. 479-99. 

HOHMANN (Hyacinthe): Vol. 
I de ce Dictionn., pp. 892-3. 

Dans la BB. de Selau se trouvent 
plusieurs exemplaires de : 3. Metho- 
dus instruendi Novitios in S, Ordine 
Praemonst. RR. D. Hyacinthi ab- 
batis Strahov. 

Le savant Dlabacz écrit : Hoff- 
mann (auch Plohmann), dans son 
ouvr. intit. « Historische Darstel- 
lung.... Strahow » pp. 196-7. 

HOLUBAR (Gotthard-Wen- 

ceslas), né le i*^' octobre i8o3 à 
Trzebnic en Bohême, fit ses huma- 
nités chez les RR. PP. Piaristes, 
étudia la philosophie, et suivit le 
cours de théologie à l'université de 



Prague, pendant un an. Il reçut 
l'habit le i3 nov. 1824, à Strahow ; 
il y fit sa profession le 19 mars 
1828, et fut ordonné prêtre le i5 
août suivant. Chapelain à Chyska 
et à Strahow ; de 1837 à 47 curé 
à Scharka lez Prague ; en 1847 
proviseur de l'abbaye, puis curé à 
Sepekov ; enfin doyen de Mùhlhau- 
sen, il mourut dans cette paroisse 
le 17 août 1872. 

1. Slavnost odevzdâni kostela sv. 
Hory blizë Olomûce klâsteru stra- 
hovskému. 1847, Praze, 8" (i. e, 
Traditio ecclesiae Sacromontanae 
prope Olmûtz canoniae Strahov., 
sub Abbate Zeidler). — BB. de 
Selau. Une liste, que j'ai reçue de 
Selau, donne le môme ouvr. avec 
ce titre allemand : Die feierliche 

Ûbergabe der Kirche des H. Berges 
beiOlmûtz. GotthardHolubar. Prag 

1847, 8". 

2. Kaspar z Kvestenberka (In 

« Blahovest » Praze) i856, pp. 1-8 ; 
— lan Lohel (ibid.) pp. 17-22 ; — 
Vira a skutky (ibid.) pp. 181 et seq. 

3. Modlicé kniha. (Liber precum). 

4. Uvedeni k vnitrnî modlitbë 
(Traductio e german. Benedicti 
Pfeiffer). 

Sources : Catalogus vener. cleri.... 
Archidiœc. Pragenœ 1861, p. 262 ; — 
Directorium Praemonst. 1S73, Necrolo- 
gium, à la fin ; MS cité du confr. Zâk. 

HOLY (Jean-Nepom. -Joseph) 
naquit à Neuhaus, en Bohême, le 
3 février 1868. Vêtu à Tepl le 25 
septembre 1887, il fut admis à la 
profession le 4 octobre 1 891, et élevé 
à la prêtrise le 25 mars 1892. Il de- 
vint coadjuteur à Maria-Stock du- 
rant l'été de 1892, et à Dobrzan 
le 7 février 1893. Le 25 mars de 
la même année il fut nommé vicaire 
à Auherzen ; à Littitz le 4 août 
1894. Il est actuellement curé à 
HoUeischen (1906). 

Voici la liste de ses écrits, pu- 
bliés en langue bohémienne : 

I. Païîzskâ kommuna r. 1871. 
Praze 1897, Gustav Frankl, lô*^', 
65 pp. 



HON 



— io6 — 



HOO 



2. Dans la revue « Vychovatel » ; 
1" O blazenosti se stanoviska 

cthického. 1892, 28 pp. 

2» Zrîzeni cirkve 1895. 

3» O dmcny. 1895. 

4" Svatebné roucho. 1895. 

50 Pocâtek vyucovâni hlucho- 
nëm3xh. 1897. 

3. Dans la revue « Vlast » ; 

I" Poucenî o predrahé obëti mse 
sv. Xe année. 

2" Volba srâce ; XI^ année. 

3" Svobodnik ; id. 

40 Zlatâ Praha ; id. 

50 Tri stromy ; XI I^ année. 

6^ Vzpominky na Huga lana 
Karlika ; XI I^ année. (C'est une 
notice biographique sur l'inoublia- 
ble prémontré H. J. Karlik). 

7" Moderni knihy ; XIII^ année. 

4. Dissertations bibliques» dans la 
publication « Râdce duchovni » : 

10 Nâsledky hfichu ; 1894. 

2° Vinny ker ; 1894. 

30 Esau a Iakob ; 1895. 

4" Jezis Vykupitel ; 1895. 

50 Chrâm Pane; 1896. 

60 Pocâtek vyucovâni katechis- 
mu ; 1896. 

70 Prorok Elias a krâl Achab ; 
1896. 
8" Prorok Elizeus ; i8ç6. 

90 O sv. svâtostech ; 1897. 

10» Se dmero hlavnich ctnosti ; 
1897. 

5. Le chanoine Holy a publié 
en outre bon nombre de sermons 
en allemand et en bohémien, et des 
brochures pour les ouvriers catho- 
liques. 

6. Il a collaboré aux revues : 
« Obrana viry » 1889 î " ^ samo- 
vrazdë » ; « Dëlnické listy » ; « Spol- 
kové listy». — Remarquez que le 
laborieux confrère Holy a publié 
souvent ses articles sans ajouter 
son nom. 

Sources ^ Lettres de MM. Holy (11 sept. 
1894) et Zàk (1906). — Catal. gênerai, 
igoo, p. 80. 

HONCZIK (Ambroise - Wen- 

ceslas), chanoine de Strahow, né à 
Sadsken en Bohême le 8 juill. 1791. 
Admis à la vêture le 1^" novemb. 



181 1, et à la profession tout juste 
trois ans après (18 14), il fut promu 
au sacerdoce le 27 décemb. 18 14. 
Il fut curé à Mikulovic depuis 18 16 
jusqu'en 1874, donc pendant 58 
ans. Cette paroisse est sise en 
Moravie, près de la ville de Znaim. 
Il mourut en cette ville le 22 juill. 
1879, âgé de 88 ans, et laissant un 
ouvr. intitulé : Kurze Anleitung 
zum Betriebe der rationellen Bie- 
nenzucht nach den neuesten Erfah- 
rungen. 1861. 

Honczik, qui était un savant natu- 
raliste et un grand éleveur d'abeilles^ 
était membre de plusieurs sociétés 
établies en faveur de l'agriculture, 
de la viticulture, de l'arboriculture, 
de l'apiculture : aussi son nom 
était-il célèbre à Prague comme à 
Brûnn, à Znaim comme à Iglau, 
en Silésie comme en Styrie, on 
pourrait ajouter dans l'Allemagne 
entière. 

Sources : les Catalog-ues de notre Ordre 
en Autriche, 1837 et i853 ; celui de Stra- 
how en i865, p. 5 ; — MS du chan. Zâk, 
qui renvoie à la biographie de Honczik 
dans « Vcela Moravskâ», ainsi qu'à l'ouvr. 
« lUustr. Monatsblâtter fur Bienenzucht » 
III, 1902. 

HÔNIG (Georges-Maximilien), 
chanoine de Hradisch, docteur en 
théologie. Né le 2 octobre 1735 à 
Zwittau, en Moravie, il se consacra 
au Seigneur par les vœux solennels 
en 1758, et fut promu au sacerdoce 
le 4 juillet 1762. Il vivait encore en 
1781, et remplissait à cette époque 
la charge de confesseur, au lieu du 
pèlerinage « in Sacro Monte » près 
d'Olmûtz. (Catalogus O. Praem. 
1781). 

HOOGHLANT (Nicolas) : 
Vol. I, p. 394. Voici une lettre inté- 
ressante et curieuse de feu notre éru- 
dit archiviste d'Averbode, M^ Stan. 
Joris, Je l'ai sous les yeux. — 
« Nicolaus Altaterra.... diciturscrip- 
sisseSS. ac BB. ordinis Praemonst. 
Chronicon passhn ab authoribus celé- 
bratum (ait ingénue Car. Lud. Hugo 
annalisia ord. Prscm. II, col. 192,) 



HOR 



— 107 — 



HOR 



desideratum ah omnibus. Extractum 
illius Chronici, Antv. anno 1682 
in-i2« editum, manifestissima falsi- 
tatis signa prae se fert, et MS 
quaedam exemplaria quae vidi lucu- 
lenter produnt id a quodam splen- 
didè mendace, qui gratiam et bene- 
volentiam sui maecenatis talibus 
aucuparetur, non ante annum i655 
fuisse confictum, et tune demum 
cœptum invocari integrum quasi 
existeret Chronicon, quod solum 
vigilantium somnia et nec ullibi 
existere vel extitisse arbitrer, sed 
commentatum a temerario isto, ut 
absque infamiae periculo in praedicto 
extracto lectoribus posset imponere. 

Insignis chronici illius MS exem- 
plar apud doctissimum viium But- 
kejis extitisse celebratur ; verùm id 
vix mihi persuadere valeo, cùm vir 
ille talis libri Averbodio tam hono- 
rifici, utpote acta et miracula Bea- 
torum illius abbatias recensentis, 
non subduxisset mémorise nostri 
^gidii die Voecht sibi familiarissimi 
et studiorum socii, uti reciprocae 
epistolae testantur. Hic tamen, qui 
per triennium Butkenio supervixit, 
nullibi hujus chronici legitur fecisse 
mentionem.... Obstrualur fons erro- 
rum, qui circa originem abbatiae 
nostrae fluunt. » F. St. Joris. 

Note. Il n'y a pas un traître mot 
sur Nicol. Altaterra, ni dans l'ouvr. 
de M. du Pré (1645), ni dans celui 
de P. de Waghenare (i65i), ni 
dans I. B. Gramaye « Arscotvm » 
1606, 4*^ Brvxellae, pp. 74 et suiv., 
où l'on trouve : Averbodiensis Ab- 
batia? encomium. — Wichmans ne 
le cite pas davantage, « Brab. Mar.» 
i632, pp. 722-26. 

HORRICHEM (Norbert von) 
naquit en iSgS à Erp, en VVest- 
phalie. Il entra en 1618 chez les 
Prémontrés de Steinfeld, et fut 
ordonné prêtre en 1622, lorsqu'il 
était déjà président du séminaire 
norbertin à Cologne, Il s'y adonna 
avec ardeur aux études théologi- 
ques, acquit^le^gradejde maître cs- 
arts, et se préparait à obtenir aussi 
celui de docteur en théologie ; 



mais la modestie de son prélat, 
Christophe Pilckman, y fit opposi- 
tion. En 1629 il assista le même 
prélat en des affaires très impor- 
tantes, parmi lesquelles la visite 
ou enquête chez les norbertines à 
Heinsberg. 

Le 7 février i63o, les suffrages 
unanimes des capitulaires élevèrent 
Norb. von Horrichem à la dignité 
abbatiale. Bientôt le Général de 
l'ordre le nomma son vicaire ; en 
cette qualité, le nouveau prélat de 
Steinfeld réunit et présida plusieurs 
chapitres provinciaux. Il s'efforça 
constamment de récupérer à notre 
ordre les miaisons, accaparées non 
seulement par des princes protes- 
tants, mais même par des princes 
catholiques ou des dignitaires ec- 
clésiastiques. Il acheva la fondation 
du séminaire à Cologne. En 1640 
arriva en cette ville le nonce apos- 
tolique Fabio Chigi, qui plus tard 
fut le pape Alexandre VII. Nor- 
bert gagna bientôt sa confiance et 
son amitié, et c'est grâce à eux 
deux que les possessions du cou- 
vent de Dûnwald, que les Jésuites 
cherchaient à acquérir, furent attri- 
buées au collège norbertin de Co- 
logne. 

Lorsque le même nonce se ren- 
dit en 1648 à Munster où fut con- 
clue la paix dite de Westphalie, il 
emmena avec lui le prélat de Stein- 
feld, pour s'en servir comme d'un 
sage et prudent conseiller. Celui-ci, 
avec l'aide de son bienfaiteur Chigi, 
fit en sorte que le généralat de 
notre Ordre, brigué par le puis- 
sant cardinal Richelieu, fût dévolu 
et confié au digne prieur de Char- 
treuve, Augustin Lescellier. 

Norb. von Horrichem fit rentrer, 
en 1645, les religieux de Cappen- 
berg et de Varlar sous l'autorité et 
l'obéissance monastique, eux qui 
prétendaient avoir l'évêque de Mun- 
ster pour leur seul supérieur. En 
i653, le général Lescellier unit à 
l'abbaye de Steinfeld celle de Doc- 
kum, située dans la Frise occiden- 
tale. 



HOR 



io8 — 



HOR 



Enfin notre confrère, ayant non 
seulement le nom mais aussi l'es- 
prit du saint Fondateur, estimé et 
chéri des princes allemands à cause 
de son savoir en l'un et l'autre 
droit, subit la loi commune le 8 
mai 1661 : il était parvenu à l'âge 
de 63 ans. L'éminent Prickartz (ap. 
Harizheim^ BB. Coloniensis, 1747, 
p. 258) termine sa notice biogra- 
phique par ces mots : Reliquit 
Scripta praeclarissima, ac prœlo di- 
gnissima pro defensione et conserva- 
tione jurium Ordinis. 

Sources : Hugo. Annal. I, col. 53; et 
II, c. 863-4. — Bcirsch, o. c. 1857, pp. 
22-23, voyez aussi les renvois au bas de 
la p. 22. — Taiée, o. c II, pp. 108 et 
suiv. — Korth, Das Kloster Dùnwald, 
i885, 80 Bonn, où nous lisons p. 7 : Durch 
die Abtei Steiufeld (eine) veranlasste Zu- 
sammenstellung : « Unio s^ve applicatio 
redituum monasterii Dùnwaldensis coUe- 
gio sancti Norberti, a D. Norberto Hori- 
chem (sic), abbate Steinfeldense, ordinis 
Praemonstratensis vicario générale (sic) 
et commissario apostolico... adornata an- 
no .1643. Cum diversis confirmationibus 
summorum pontificum, generalis ordinis 
et capituli generalis w pp. 43 in-40. 

NOTES. 

Sur l'abbaye de Steinfeld j'ai dé- 
couvert : 

1 . Chronicon Abbatise Steinfeld : 
cité par Hartzheim, pp. 58 et 5g ; 
Paquot, XI, p. 298. 

2. Necrologium Steinfeldense. — 
Hugo, Annal. II, col. 49. 

3. Acta MSS Steinfeldensia. — 
Fasti MSS Steinfeldenses. — Lien- 
hardi, Auctar. Ephemer. pp. 4 et 
18. 

J'ai trouvé sur Diinwald (Das Klos- 
ter), dans la monographie de Léo- 
nard Korth. i885, Bonn, Universi- 
tats-Buchdruck. v. Cari Georgi. 8" : 

1. Liber reddituum i5-i8 Jahr- 
hunderts, MS. pp. 6 non ch. et 
139, klein foL im Kirchenarchiv 
zu Dùnwald. (Korth, pp. 5, 6). 

2. Monasteria monialium sub 
Steinfeld. (ibidem, pp. 6, 7). MS. 
18 Jahrhunderts, pp. 621 chiff., 
papier, gr. 40, im Stadtarchiv zu 
Kôln. Der Verfasser gibt ausser 



einigen knappen geschichtlichen 
Nachrichten liber Diinwald, Meer, 
Niederehe, Marienstern und Gart- 
zen urkundlich gesicherte Verzeich- 
nisse der Prioren, Meisterinnen 
und Kaplane dieser Konvente. 

3. Nekrologium : das als verlo* 
ren gelten muss. (p. 7). — Frag- 
ment eines Nekrologiums aus dem 
Anfang des 14 Jahrh. (p. 7). 

HORSTLHOFER (Ignace- 
Charles), né à Florn, en Autriche, 
le V novembre 1745, reçut l'habit 
à Géras en 1763, y prononça les 
vœux en 1765, et fut élevé à la 
prêtrise en 1769. Il fut sous-prieur 
et professeur de droit canon jus- 
qu'en 1780, ensuite prieur, mais 
fort peu de temps ; en effet, déjà 
en 1781 il remplit à Fratting les 
fonctions de curé, auxquelles il joi- 
gnit en 1794 celles de doyen. Le 
22 novembre 1797 il fut élu prélat 
de l'abbaye. 

Il fit restaurer en 1799 le monu- 
ment de Benoît Lachen, célèbre 
abbé de Géras (1627-32), et en i8o5 
il construisit, orna et enrichit la 
bibliothèque d'une façon grandiose. 
Horstlhofer, conseiller impérial, 
mourut le 27 septembre 181 3, lais- 
sant : Luctus Canoniae Gerusensis 
super mortem R™i ac Ampl. D. 
Pauli Gratschma}^ Abbatis Can. 
Gerus. 1780, Viennae, Gerold, pp. 
29 in-80. 

Cet opuscule en très beaux vers 
latins servit de base au renommé 
prédicateur de ce temps-là, Ignace 
Wurz, pour une oraison funèbre. 
Docteur en théologie, ancien mem- 
bre de la Compagnie de Jésus, sup- 
primée en 1773, ancien professeur 
d'éloquence à l'université de Vienne, 
Wurz était en 1780 curé à Pier- 
wart. Aux obsèques solennelles du 
prélat Gratschmayr, célébrées à Ge- 
las le 14 mars de cette année, il 
prononça son éloge en langue alle- 
mande, et le publia sous ce titre : 
Trauerrede auf denhochwùrdigen, ... 
Herrn Paul Gratschmayer.... Wien, 
Johann Thomas Edlen von Tratt- 



HOS 



— 109 — 



HUB 



nern : pp. 22 in-fol. (PP. Aug. 
et Al. De Bâcher, BB. des écriv. 
de la Comp. de J., Liège, 7^ série, 
1861, p. 405, no 46). Plus tard, 
en 1785, ce discours se retrouve 
parmi ses « Sammtliche Predigten » 
t. VII, pp. 238-271 (Wien, Kurz- 
beck). 

Sources : Rnhietl ap. Brunner, o. c. i883, 
pp. 123-4 ; — MS du confr. Zâk de Géras. 

HORVÂTH (Biaise - Franc.) 
— non pas Horvaty — chanoine 
de Jâszô, dont j'ai fait mention au 
Vol. I de ce Dictionnaire, p. 3g5. 
Depuis l'an igoo il est directeur 
du gymnase de Kaschau. Il est 
préposé également à la garde du 
musée civil de cette ville, et cela 
depuis plusieurs années déjà. 
^. Voici la liste de ses publications 
ultérieures : 

11. A forum Romanum es a csâs- 
zârok forumai. (A kassai fogimn. 
i897-iki Értesit.) 

12. A kczimunka tanîtâsa a pârisi 
népiskolàkban. (Pécsi neptanoda). 

i3-i5. Szabadsàgharczi ereklye- 
Idâllitâsunk. — Et 2 autres articles 
dans « A Szabadsàgharczi Emlékal- 
bu m ban »). 

16. Vorosmarty mint politikus. 

17. Szepsi Csombor Màrton. 

18. Alkalmi beszédek. (A kassai 
fog. Értesit.) 

Source : Dr Rob. Farkas, o. c. 1902, 
pp. 216 et 3o2. 

HOSTE (Gerlac-Joseph), qui 
naquit à Destelbergen le i5 janvier 
1874. ^1 reçut le saint habit à Ton- 
gerloo le i5 octobre 1892, y pro- 
nonça les vœux tout juste 2 ans 
après, et fut élevé à la prêtrise le 
5 septembre 1897. Envoyé dans la 
capitale du monde catholique pour 
les hautes études, il en revint avec 
le grade de docteur en théologie. 
Depuis le i5 octobre 1901, il a don- 
né le cours de philosophie à Ton- 
gerloo ; et depuis le 26 oct. 1906 
il y enseigne la théologie morale. 

Source : Catalogus Prœm. O. in Cire. 
Brabant. igoS, p. 34. — Et 1907, p. 35. 



HRON(Adalbert). 

Cet éminent prélat de Strahov\r 
vint au monde à Lhota-Brekova 
(Bohême), le 4 avril 1811. Il reçut 
l'habit de S. Norbert le i5 oct. 
i83o, prononça les vœux le i^ nov. 
1834, et fut ordonné prêtre le 2 
août i835. Le 16 mars 1871, il fut 
élu abbé par 67 suffrages sur 73, 
et mîtré le 4 juin suivant. Il mou- 
rut le 28 mars 1879. 

Pour nous faire une idée des 
grands mérites d'Adalbert Hron, 
nous n'avons qu'à lire attentivement 
ces notes biographiques, données 
par le Catalogue des chanoines de 
Strahow, pour l'année 1877 ; je les 
transcris textuellement : 

Sacri ac Canonici Ordinis Prae- 
monstratensium regiae canoniae 
Strahov. in Monte Sion Pragae, 
Milovicii et in sacro Monte ad 
Olomucium Abbas atque Regni 
Boh. praelatus inful., Notar. Ar- 
chiep. Prag. nec non Notar. Episc. 
Budvic, vicar. district. Pacov. em. 
Soc. ad augend. industr. tech. in 
Boh.,conservatorii musices Pragae, 
soc. ad prom. musicam sacram, in 
stituti priv. prosust. pauper. domest 
atque soc. philanthrop. pro salute e 
carcer. dimiss., soc. pro sublev. par 
vul. egent., soc. proeducandiscuran 
disque cœcis et typhlodochii adult., 
instit. pro educ. et curand. surdo 
mutis Budvicii, Mus. Boh., H. N. 
soc. ad restaur. et perfic. eccles 
metrop. Pragae, pluriumque alia 
rum societatum patriot. et de hu 
manit. merit. M., R. R. Episc 
Consist. Budvic. Consiliarius. 

HUBERT, 40e abbé de Rom 
mersdorf, dont l'annaliste Hugo fai 
l'éloge en ces termes : « Decreto 
rum Doctor, Episcopus Azotensis 
& Joannis Badensis Archiepiscop 
Trevirensis Suffraganeus & Officia 
lis, rébus sibi ab Ordine, ab Ec 
clesia creditis laudabiliter usus 
utrasque utiliter promovit. Scripsi 
Tradatum elegantem in Lihros De 
cvetalium cujus Aiitographim vidisse 
refert P. Mauritius du Pré anno 
i63o. » 



HUG 



— iio — 



HUG 



L'abbé Hubert mourut le 5 fé- 
vrier 1483 ; il administra son mona- 
stère pendant 47 ans environ, son 
prédécesseur étant mort en 1436. 
M'" Hansen dit de lui : « dem weih- 
bischoflichen Amte 32 voile Jahre 
mit Ehren vorgestanden hat.... )> 

Sources : Hugo, Annal. II, col. 693 ; 
— J. A. J. Hansen, Pfarrcr zu Lisdorf 
bel Saarlouis, dans l'opuscule : « Die Weih- 
bischofe von Trier. » Ko'n, 1834, p. 16, 
où il cite Hontheim, Histor. Trev. dipl., 
II, p. 417. II y dit que Hubert était né 
à Cjloo^iie. Dr. Holzer n'est pas di cet 
avis, (( Proepiscopi Trevirorum. » (Con- 
fluent. 1845. 80 p. 60.) — W. A. Gxxnther 
et Dr. Jul. Wegeler, Die Prâmonstraten- 
ser-Abtei Rommersdorf, Coblenz, 1882. 
80 pp. 5o et 5i, où l'on peut lire quel- 
ques détails. Il y a une légère erreur 
concernant la date de la mort de l'abbé 
Hubert : au lieu du 3 juillet, il faut le 
5 février 1483, comme (p. 89 ibid.) l'in- 
dique le « Necrologium Rommersdorf....)) 
Au dernier ouvrage est ajouté un o Codex 

diplom.,.. Rommersdorf » les diplômes 

LXIII à LXV touchent à l'administration 
du même abbé, pp. 70«74. 

HUBNER (Casimir) : I, p. 
398. 

Ce confrère est mort le 16 sept, 
1902. 

HUGO (Charles-Louis). 

M'" l'avocat Aug. Digot, docteur 
en droit, membre correspondant de 
la Société royale des Sciences, Let- 
tres et Arts de Nancy, a inséré en 
1842, dans les « Mémoires » fort 
intéressants de cette même Société, 
l'a Eloge historique de Charles-Louis 
Hugo, Evêque de Ptolémaïde et 
Abbé d'Etival » (pp. 99-169). Des 
tirés à part ont paru également à 
Nancy, chez Grimblot, Raybois et 
C'^, 1843, pp. 70 in-8o. L'auteur 
de ce travail a fait des recherches 
immenses, consciencieuses : sa tâche 
était difficile, parce que les ren- 
seignements relatifs à Ch. L. Hugo 
sont rares, incohérents, dispersés 
dans une foule de livres et même 
de manuscrits épars dans plusieurs 
bibliothèques. Grâce donc à ces 
recherches, nous avons une notice 
exacte et complète sur notre illustre 
annaliste ! Soit dit en passant, il 



y a des inexactitudes dans les arti- 
cles, donnés par le confrère Jean 
Blanpain (ap. Calmet, Biblioth. Lor- 
raine, Nancy, 175 1, in-fol., col. 5i2- 
5 16), et par d'autres biographes ou 
bibliographes. 

Avant d'aborder la narration de 
la vie si laborieuse de l'abbé d'Eti- 
val, M' Digot fait une observation 
réellement frappante : Si Hugo 
avait pu exécuter la grande his- 
toire de Lorraine, dont le duc 
Léopold lui avait confié la com- 
position, en lui accordant le titre 
d'historiographe, il serait aujour- 
d'hui (dit-il) aussi connu, aussi po- 
pulaire que son heureux émule 
Dom Calmet. Car, nous ne le dis- 
simulons pas, Hugo était autant 
que Dom Calmet en état de mettre 
au jour une histoire de Lorraine 
complète et d'une lecture agréable. 
Sa science égalait peut-être celle de 
son rival, car Hugo avait commen- 
cé plus de dix années avant Dom 
Calmet à fouiller dans nos archives 
et à s'occuper sérieusement de l'his- 
toire de notre patrie. Sous le rap- 
port du style, Hugo l'aurait em- 
porté ; ici le doute n'est plus permis, 
et sa phraséologie harmonieuse, et 
peut-être un peu recherchée, aurait 
certainement remplacé avec avan- 
tage le style lourd, embarrassé et 
difius de l'abbé de Senones. 

Charles- Hyacinthe Hugo naquit 
à Saint-Mihiel, le 20 septembre 
1667, et fut baptisé le même jour. 
Ses parents étaient d'une condition 
assez élevée et possédaient des titres 
de noblesse. Son père, Nicolas 
Hugo, écuyer, était avocat à la 
Cour souveraine. Le i5 juin i683, 
le jeune Charles entra comme no- 
vice à l'abbaye de Sainte-Marie de 
Pont-à-Mousson, qui appartenait 
aux Prémontrés réformés de Lor- 
raine. Il avait alors i5 ans et quel- 
ques mois : il avait reçu du ciel 
le goût de la prière, de la retraite 
et de l'étude, et avait cherché avec 
ardeur les moyens de le satisfaire. 
Il fut formé à la vie religieuse, 
sous le prélat Nicolas Guinet, par 



HUG 



— III — 



HUG 



le maître et le sous-maître des 
novices, Alexandre Guillaume et 
Henri Collignon, hommes pieux et 
éclairés. Le 28 août i685, il pronon- 
ça les vœux : à cette occasion, il sub- 
stitua le nom de Louis à celui d'Hya- 
cinthe qu'il avait porté jusqu'alors. 

Il est probable qu'il profita de 
son séjour à Pont-à- Mousson pour 
suivre les leçons des professeurs de 
l'université et s'adonner aux études 
littéraires et historiques. En 1687 
il se trouvait à l'abbaye de Jovil- 
lier, à peu de distance de Bar-le- 
Duc : il y continua ses études sous 
l'abbé de ce monastère, le P. Ed- 
mond Sauvage, qui était un modèle 
de piété et de régularité. Après la 
mort de ce vénérable octogénaire 
(t 22 mai 1688), Hugo fut envoyé 
à l'université de Bourges, et y reçut 
en 1690 ou 1691 le bonnet de doc- 
teur en théologie. En cette dernière 
année il fut chargé, malgré sa jeu- 
nesse (il n'avait alors que 24 ans), 
d'enseigner la théologie à l'abbaye 
norbertine de Jandœures, voisine 
de Bar-le-Duc ; en 1693 il fut 
transféré à l'abbaye d'Etival, pour 
y remplir les mêmes fonctions. Ce 
fut vers cette époque qu'il reçut 
l'ordre de la prêtrise. 

Un changement total s'accomplit 
bientôt dans la situation de la Lor- 
raine. En 1698, les troupes fran- 
çaises quittèrent le pays, et le duc 
Léopold, dont la venue était ardem- 
ment désirée, fit son entrée solen- 
nelle à Nancy. Peu de temps après, 
en 1700, Hugo fut nommé par ses 
chefs prieur de la maison de Saint- 
Joseph en la même ville ; il y 
demeura jusqu'en 171 3. Il défendit, 
avec fermeté et succès, les droits 
de sa communauté. Il fit recon- 
struire en grande partie le prieuré, 
et commença aussi la construction 
de l'église, dont la forme svelte et 
gracieuse est généralement admirée. 
11 remplit la bibliothèque des meil- 
leurs livres et tâcha d'inspirer à 
ses religieux le goût des études et 
du travail. 

En 1708, Hugo avait été élu 



coadjuteur de notre abbaye de 
Flabémont, qui était alors possédée 
en commende par un docteur de 
Sorbonne étranger à l'ordre, Nicolas 
Brisacier ; mais il n'habita point 
Flabémont, préférant rester à Nan- 
cy. Le P. Siméon Godin, abbé 
d'Etival, le choisit pour coadjuteur 
le 12 août 17 10, et son choix ayant 
été ratifié par le pape Clément XI 
(bulle donnée le 4 des calendes de 
décembre 171 1), Hugo prit posses- 
sion de la coadjutorerie le i^'i" avril 
1712; il fut installé le 23 juillet 
par le prince-évêque de Bâle, tant 
en qualité de coadjuteur d'Etival, 
que comme abbé titulaire de Fon- 
taine-André, située dans l'ancienne 
principauté de Neufchâtel, en Suisse. 
Pour bien comprendre ceci, on doit 
savoir que, depuis la mort de l'abbé 
Colomb, qui avait été expulsé par 
les protestants, notre couvent de 
Fontaine-André avait été sécularisé, 
et les souverains pontifes donnaient 
le titre honorifique d'abbé du même 
monastère à des personnages qu'ils 
voulaient récompenser. Hugo le 
porta de 17 11 à 1722, Norbert 
Mattens de 1722 jusqu'à sa mort, 
arrivée le 3i décembre 1728. 

Le nouveau coadjuteur quitta 
Nancy en 171 3, et alla s'ensevelir 
dans les montagnes. Ce fut pen- 
dant les 9 ou 10 années qui s'écou- 
lèrent depuis l'époque de son arri- 
vée, qu'il réunit et commença à 
coordonner les matériaux de deux 
grands ouvrages : les « Sacrae anti- 
quitatis Monumenta » et les « An- 
nales Ordinis Praemonstratensis w. 
11 fit imprimer des explications de 
quelques médailles frappées à l'oc- 
casion d'événements remarquables. 
Ces opuscules nous révèlent chez 
leur auteur un goût assez prononcé 
pour la numismatique. Hugo est 
le premier qui ait publié une mono- 
graphie des monnaies et des mé- 
dailles lorraines, et les pages qu'il 
y a consacrées dans son « Traité 
historique et critique » ne sont pas 
les moins intéressantes de ce curieux 
volume. 



HUG 



— 112 — 



HUG 



Le 29 août 1722, Siméon Godin, 
vieillard octogénaire, manifesta la 
résolution de résigner son abbaye 
à celui, dont il avait éprouvé et 
admiré la capacité. Hugo montra 
alors combien son âme était géné- 
reuse et désintéressée. Il réunit les 
chanoines d'Etival, et déclara qu'il 
leur donnait volontiers et librenient 
l'autorisation de procéder à une 
nouvelle élection. Le 22 octobre 
suivant, les religieux proclamèrent, 
à l'unanimité, Hugo abbé d'Etival; 
après avoir signé le procès- verbal, 
ils lui prêtèrent serment d'obéis- 
sance en lui baisant la main. L'abbé 
de Bonfay, Félix Malcuit, délégué 
du général de l'Ordre, présida à 
la cérémonie de l'installation. 

Devenu supérieur d'une des plus 
importantes abbayes norbertines 
situées en Lorraine, Hugo étudia 
et travailla avec une nouvelle ardeur ; 
dans le but de surveiller l'impres- 
sion de ses ouvrasses, il favorisa, 
vers 1724, l'établissement d'une 
typographie à Etival. Nous croyons 
même (ajoute M^ Digot) qu'elle fut 
placée dans les bâtiments du mo- 
nastère. 

Ici nous arrivons à des faits émi- 
nemment regrettables. On sait que 
les abbés des grands monastères 
des Vosges prétendaient, à tort ou 
à raison, être exempts de la juri- 
diction des évêques de Toul. Les 
prélats diocésains avaient toujours 
repoussé ces prétentions, et il en 
résultait des conflits et des difficul- 
tés sans cesse renaissantes, Hugo, 
naturellement porté à défendre ce 
qu'il regardait comme un privilège 
précieux, engagea Jean-Claude Som- 
mier, archevêque de Césarée in par- 
iibus infidelium et grand prévôt de 
l'église collégiale de Saint-Dié, à 
venir administrer le sacrement de 
confirmation dans le district d'Eti- 
val. Il eut même l'imprudence de 
publier un mandement, qui annon- 
çait chez son auteur une certaine 
légèreté d'esprit : tout y révélait 
l'intention de décliner complète- 
ment la juridiction épiscopale, et 



de regarder les abbayes d'Etival, 
de Senones et de Moyen-Moutier 
(l'une et l'autre de l'Ordre de S. 
Benoît) comme entièrement exemp- 
tes. L'évêque de Toul, Mgr Bé- 
gon, homme modéré et prudent, ne 
put garder le silence, et lança à 
son tour une « Ordonnance » con- 
damnant l'écrit de Hugo, au com- 
mencement de novembre 1725. 

Nous ne suivrons point M' Digot 
dans les longs détails de cette la- 
mentable affaire. Qu'il suffise d'en 
connaître le dénoûment ; le 23 fé- 
vrier 1726, Hugo reçut une lettre 
de cachet datée du i5 du même 
mois : « De par S. A. H. il est 
ordonné au sieur Hugo abbé de 
l'abbaye d'Etival de l'ordre de Pré- 
montré, de se rendre incessamment 
en l'abbaye de Rangéval (sic), où 
il restera jusqu'à nouvel ordre. Fait 
à Lunéville. (signé) Léopold, (et 
plus bas) Humbert Girecourt. 

Hugo se rendit donc à Rengé- 
val, à peu de distance de Commer- 
cy. Là tout se réunit pour le tour- 
menter et le remplir d'inquiétude. 
Son ordre l'abandonna, et le général 
des Prémontrés, Lucas de Muin, 
lui adressa, le 16 mars 1726, une 
lettre foudroyante. M'" Digot affirme 
qu'tt une copie de cette lettre fait 
partie du recueil du séminaire » à 
Nancy. Cependant la fermeté et 
l'égalité d'âme de Hugo ne se dé- 
mentirent point un seul instant. 
La correspondance qu'il entretint 
avec le P. Saulnier, son prieur, 
prouve sa résignation étonnante, son 
admirable patience dans l'adversité. 
Il croyait défendre les droits de 
son monastère, et ne voulut pas 
reconnaître les prétentions de Mgr 
Bégon, qu'il remerciait d'ailleurs 
de la politesse qu'il lui faisait de 
lui envoyer un exemplaire de ses 
mandements. Il ne conserva aucun 
ressentiment contre le duc Léopold : 
ce prince l'aimait beaucoup et gé- 
missait d'être obligé d'user envers 
lui de mesures violentes. Car si 
nous soutenons que la vie de l'abbé 
d'Etival fut toujours pure, que son 



HUG 



— ii3 — 



HUG 



caractère fut toujours noble et 
généreux, nous devons reconnaître 
que son imprudence et sa vivacité 
lui attirèrent de fâcheuses affaires. 
Malgré tout cela, il sut acquérir et 
conserver de nombreux amis, parmi 
lesquels le célèbre magistrat Jean- 
Léonard de Bourcier, et son fils 
Bourcier de Montureux, qui lui 
avait succédé comme procureur 
général. Notons encore que la sé- 
vérité de Léopold s'était étendue 
à plusieurs bénédictins de Senones 
et de Moyen-Moutier ; selon toutes 
les apparences, ils avaient également 
refusé de reconnaître la juridiction 
épiscopale, et avaient été forcés 
aussi de quitter leurs couvents. 

A cette époque, il se préparait 
un changement important dans la 
position de l'abbé d'Etival. Ses 
ouvrages l'avaient fait connaître au 
loin, et il avait rencontré à Rome 
de puissants protecteurs. Le cardi- 
nal Lercari, secrétaire d'état, plaida 
chaudement sa cause auprès du 
souverain pontife. Benoît XIII, qui 
occupait alors le siège de saint 
Pierre, voulut mettre fin aux dé- 
mêlés de Hugo et de l'évêque de 
Toul. Il résolut de nommer le 
premier évêque in partibus, afin qu'il 
lui fût permis d'exercer dans l'ab- 
baye et le district d'Etival les 
fonctions attachées à ce titre. Hugo, 
craignant que cette dignité ne 
devînt pour lui la source de nou- 
veaux désagréments, pria le pape 
de le dispenser d'accepter le titre 
qui lui était offert. Mais sa résis- 
tance fut inutile, et Benoît XIII 
le nomma évêque de Ptolémaïde, 
dans le consistoire du i5 décembre 
1728. 

Hugo avait aussitôt après son 
arrivée à Etival, en 171 3, conçu le 
plan d'une histoire complète et très 
étendue de l'Ordre auquel il appar- 
tenait. Ses supérieurs l'engagèrent 
vivement à mettre la main à l'œuvre, 
et lui octroyèrent le titre d'historio- 
graphe de l'Ordre de Prémontré : 
il est clair que la concession de ce 
titre doit être regardée comme une 



marque de confiance extraordinaire. 
(Capit. générale 1717.) 

Se réservant la rédaction définitive 
de ce vaste ouvrage, l'abbé d'Eti- 
val chercha et trouva, sans sortir 
de son monastère, un collaborateur 
qui pût l'aider dans la disposition 
des matériaux : nous avons nommé 
le P. Jean Blanpain^ qui devint 
bientôt et son ami et son secré- 
taire. (J'ai donné sa notice dans le 
I^^ vol. de ce Dictionnaire, pp. 
62-64; et dans le 3^ vol., pp. 21 ■ 
22). Après son départ pour Nancy, 
ce fut le P. Charles Sauînier, qui 
le remplaça comme collaborateur et 
coadjuteur de Hugo. (Sa notice se 
trouve au 2^ vol. de ce Dictionn., 
p. i37). 

Ce fut après le départ de Blan- 
pain, mais avant l'élection de Sauî- 
nier, que l'abbé-évêque publia le 
ler volume des a Sacri et Canonici 
Ordinis Praemonstratensis Annales » 
(1734). Le second volume fut mis 
en vente deux années après. Ces 
deux volumes, dans lesquels l'au- 
teur avait pu déployer son érudi- 
tion profonde, fruit de tant d'études 
et de travaux, furent reçus avec 
applaudissements, et jouirent bien- 
tôt d'une grande publicité ; les 
savants les placèrent dans leurs 
bibliothèques à côté des ouvrages 
de Mabillon et des plus doctes 
bénédictins. Le P. Blanpain seul 
succomba à la tentation de criti- 
quer un livre à la composition 
duquel il avait cependant pris quel- 
que part. Cette attaque ne servit, 
pour ainsi dire, qu'à rehausser le 
mérite de l'ouvrage de Hugo. Qu'y 
a-t-il de si étonnant, après tout, 
qu'il y ait des inexactitudes ou des 
erreurs, des noms étrangers tron- 
qués ou massacrés, dans les si 
vastes Annales de l'Ordre?... 

Sous la direction du savant abbé 
d'Etival, et grâce à ses sages con- 
seils et à sa fermeté, les religieux 
de cette maison se distinguèrent, 
tant qu'il vécut, par leur piété et 
leur érudition. La ferme de Wim- 
bach, une des principales proprié- 



EcRiVAiNs, Artistes et Savants (t. m) 



8 



HUG 



— 114 — 



HUG 



tés de l'abbaye, fut complètement 
restaurée ; le remarquable édifice 
du monastère même fut terminé, la 
bibliothèque considérablement aug- 
mentée, la sacristie pourvue d'or- 
nements splendides pour la célé- 
bration du culte divin. 

Malgré son grand âge, Hugo 
travaillait avec tout le zèle d'un 
jeune homme. Au commencement 
de l'année lySg, le troisième volume 
des Annales était achevé, et le 
manuscrit avait été remis à l'abbé 
de Vence, censeur royal, qui devait 
l'examiner ; le prospectus était im- 
primé et distribué, lorsque Dieu, 
l'arbitre de la vie et de la mort, 
rappela à lui l'âme du laborieux 
prélat, le 2 août lySg : celui ci, 
ayant alors 71 ans, 10 mois et 12 
jours, avait passé près de 54 ans 
dans l'ordre de Prémontré, dont il 
fut une des gloires les plus belles 
et les plus éclatantes. 

Voici l'inscription funèbre du 
savant abbé d'Etival ; elle existe 
encore (1893), selon A. Benoit cité 
plus loin. 

t 

Hic Jacet R"^ ac Ill"« 

D. D. Carolus-Ludovicus 

Hugo, Ep"s Ptolem. 

Abbas Keg. Stivagii et 

ejus territorii S. Sedi 

immédiate subjecti. 

Praelatus ordinar. et 

j)nus temporalis. 

Pie in Christo obiit, 

Augusti die 2^ 1739. 
I. L'Histoire de Moïse, tirée de 
la Sainte Ecriture, des Saints Pères, 
des Interprêtes, & des pjlus anciens 
Ecrivains, [vignette.] A Liège, Chés 
Jean-Francois Bronckart (sic^, 1699, 
8^. Avec frontisp. et 3 grav. par Har- 
revvijn, dont 2 entre les pp. 258- 
259, et le « Chandelier du Taber- 
nacle » avec I feuillet non ch. entre 
les pp. 264-265. 

I" Préface, 9 ff. — 2° Texte, pp. 
i-5o6 ; — 3'^ Remarques, 8 ff. — 
Dans ma BB. 

Il y a des exemplaires, absolu- 
ment pareils, même titre, même 



vignette, mais avec cette addition : 
« Sur la copie imprimée à Liège. 
A Luxembourg, Chés André Che- 
valier )) 1699, 8^^. J'ai vu un exempl. 
avec ce titre, où, immédiatement 
après la Préface, se trouvent la 
grav. du dit Chandelier, ainsi que 
le feuillet non ch. 

Le P. Blanpain et M'' Aug. Digot 
se trompent, en faisant remonter à 
i6g8 ce premier ouvrage de Hugo, 

A Averbode, il y a un exem- 
plaire en petit format : 16 ff. et 
562 pp., Liège, J. F. Bronckart. 

2. Réfutation du Système de M. 
Faydit sur la Trinité. Luxembourg, 
André Chevalier, pp. 3oo in-8^', 
1699 : ouvrage solide selon Paquot, 
t. 17, p. i3o. 

3. Lettre sur les contestations du 
Parlement de Lorraine, avec Mes- 
sieurs les Orticiers de la Cour ecclé- 
siastique de Toul. MS du 22 sep- 
temb. 1699, pp. 22 in-fol. d'une 
écriture bien serrée. 

4. De la préséance des Chanoines 
Réguliers et des Prémontrés de 
Lorraine sur les Bénédictins de la 
même province, contre Dom Mat- 
thieu Petit-Didier, in-40. 

M'" Digot avance que cette disser- 
tation a été livrée à la publicité 
(en 1699), de même que la suivante 
(en 1700) : 

5. Nouvelles observations sur la 
préséance des Chanoines 
liers.... in-4^. 

6. Quelques traités théologiques, 
qui sont demeurés inédits. 

En 1696, le i5 décembre, le cha- 
pitre général de l'ordre censura 10 
propositions extraites des cahiers de 
théologie de Hugo. Ce fait est avancé 
par Moréri, Dictionn. hist., VI, 
Paris 1759, p. 121, col. 2 ; et par 
Picot, Mémoires pour servir à l'hist. 
ecclés. pendant le 18^ s. — 2^ édit. 
Paris, 1816, IV, p. 174. 

C'est donc sous le généralat de 
Colbert que cette censure aurait été 
prononcée. 

7. Critique de l'histoire des Cha- 
noines, ou Apologie de l'Etat des 
Chanoines Propriétaires depuis les 



Régu- 



HUG 



— ii5 — 



HUG 



premiers siècles de l'Eglise jusqu'au 
douzième. Avec Une Dissertation sur 
la Canonicité de l'Ordre de Pré- 
montré. Luxembourg, André Che- 
valier, 1700, in-80. — Dans ma BB. 

10 Epistre dédie, a A Messire 
François Joseph Denay du Pla- 
teau. » 3 £f. F. Loiiis Hugo. — 2° 
Préface etc. 10 ff. — 3» Critique.... 
pp. 1-270; — 40 Dissertation.... 
pp. 271-362. — 5" Table, 6 ff . — 

Contre le P. Raimond Chaponel, 
chan. rég. de S. Geneviève, Hist. 
des chan. rég., Paris, 1699, in-40 
et 12°. 

8. En 1701, Hugo édita l'inté- 
ressant ouvrage de l'abbé de Riguet 
qui a pour titre : « Système chro- 
nologique des premiers Evêques de 
Toul », à Nancy, chez Barbier, in- 
80. Il y joignit « une introduction 
assez étendue, qui, à côté de quel- 
ques idées fausses ou exagérées, 
renferme des considérations fort re- 
marquables. ^) 

Ainsi s'exprime M^" Digot, qui 
ajoute dans la note iS^ de l'Eloge : 

(( L'introduction de Hugo ne se 
trouve pas dans la réimpression de 
1707. Les idées de Riguet et de 
Hugo ont été vivement attaquées 
dans une dissertation assez rare, 
qui a été composée par Clément, sous- 
bibliothécaire du roi de France. » 

9. Réponse à l'apologie du sys- 
tème de M. l'abbé Faydii sur le 
mystère de la Trinité. Par le R. P. 
Louis Hugo, Prieur des Chanoines 
Réguliers Prémontrez de Nancy. 
|sicj Paris, Jean Moreau, 1702, in- 
8". 

J'ai dans ma BB. un bon exemp. 
de ce rare ouvr. : i^ Préface, etc. 
r3 ff. ; — 2° pp. 1-385 ; — 3° Ap- 
prob. et table : pp. 5 non ch. 

10. La Vie de S. Norbert. Ar- 
chevêque de Magdebourg, & Fon- 
dateur de l'Ordre des Chanoines 
Prémontrez. Avec des Notes pour 
l'éclaircissement de son Histoire, 
et de celle du douzième siècle. [Ici 
une grav. représ, des animaux, et 
au-dessus : — absit. timor. venena. 
tollo.] A Luxembourg, André Che- 



valier. M. D. ce. IV. In.40. Ce titre 
est imprimé en caract. noirs et 
rouges ; le nom de l'auteur n'y fi- 
gure point, on le lit après la dé- 
dicace. 

lo Armoiries, au-dessous desquel- 
les : A Son Altesse Royale Mon- 
seigneur le Duc de Lorraine et de 
Bar, Roy de Jérusalem, &c. 3 ff. 
— 2° Préface. 19 pp. non chiff. — 
30 (triple) Approbation ; et Permis- 
sion : 3 pp. non ch. — 4" Som- 
maire Du Livre Premier, (sic) i 
feuillet. Puis à la p. (i) : gravure 
représ. S. Norbert foudroyé. Livre 
I : pp. (i)-58 ; et les notes : 
pp. 59-72. — 5° Somm. Du L. 
second, pp. 73-74. A la p. 75 : 
grav. représ. S. Norbert prêchant 
à Anvers. Livre second pp. 75-1 32 ; 
et les notes : pp. i33-i67, suit i p. 
en blanc. — 6° Somm. Du L. 
Troisième, pp. 169-170. A la p. 
171 : grav. représ. s. Norb. con- 
sacré archevêque, texte pp. 171 à 
222 ; notes pp. 223-260. — 7oSomm. 
Du L. Quatrième, pp. 261-2. A la 
p. 263 : grav. représ, notre S. Fon- 
dateur à Rome, texte pp. 263-335; 
notes pp. 336-376, cette dern. est 
fautiv. chiffrée 367. — 8*^ Somm. 
Du L. Cinquième, pp. 377-8. A la 
p. 379 : grav. représ, la translation 
du Corps de S. Norb. ; texte pp. 
379-432 ; notes pp. 433-482. — 9° 
Table pp. 483-492 à 2 col. ; la dern. 
p., mal chiffrée 426, donne les 
« Errata ». — A la BB. d'Averbode 
et dans ma BB. 

Ce livre, qui est également remar- 
quable, et par les recherches aux- 
quelles s'était livré son auteur, et 
par le style brillant dont il avait 
su revêtir ses idées, fit grand bruit 
et fut assez vivement attaqué. (Ex- 
pressions de Mr Digot). Selon M. le 
chanoine Godefr. Madelaine, abbé 
de Frigolet-Leffe, cette Vie de S. 
Norbert est la plus belle et la plus 
complète qui ait été écrite en lan» 
gue française. Aucune autre ne la 
fera oublier, pour l'élégance du 
style, et la valeur des pièces ori- 
ginales dont il l'a enrichie. En 1738, 



HUG 



— ii6 — 



HUG 



— ajoute-t-il — peu avant de mou- 
rir, Hugo écrivit, mais en latin, une 
autre histoire de saint Norbert, plus 
riche encore et plus soignée que la 
première, laquelle est restée manu- 
scrite dans les Archives Norbertines 
du Grand Séminaire de Nancy. 
{Madeîaine, Hist, des. Norb., i885, 
p. i6). 

Il y a une traduction latine de 
la Vie de S. Norbert (1704) : elle 
fut donnée au public en 1732, par 
Schindler, Daniel-Antoine, 43^ abbé 
de Selau, anonyme, Vetero-Pragae, 
in-folio. 

Une espèce de pamphlet intitulé : 
Les pieuses fables du P. Hugo 
dans son Histoire de Saint Nor- 
bert, avait été publié par le con- 
frère Ethéard mais anonyme, en 
1705, à Caen, in-40. 

11. Hugo répondit de suite et se 
défendit avec succès dans sa « Let- 
tre.... à M. l'Abbé de Lorkot, pour 
servir de réponse à un écrit inju- 
rieux, qui a paru sous le titre de : 
Les pieuses fables.... » in-4". 25 
août 1705, chez les Prémontrés de 
Nancy. 

En nommant l'abbé de Lorkot, 
Mr Digot dit : Nous ne savons 
quel est ce personnage ; nous dou- 
tons même qu'il ait existé. 

12. Réponse au R. P. Ethéard, 
Abbé Régulier de Saint-Paul de 
Verdun, et au R. P. Gauthier, 
Prémontré, sur l'habit blanc de Saint 
Norbert. — Nulle part je n'ai dé- 
couvert des données bibliographi- 
ques sur la dite Réponse, insérée 
au Journal Littéraire, Soleure, 1705. 

Quant à l'objet même de la dis- 
cussion, je renvoie mes lecteurs aux 
Aimales àe notre Ordre, L Praefatio, 
paragr. Il, et à Madeîaine^ o. c. 
1886, pp. 134-41. Dans le premier 
vol. de ce Dictionnaire, pp. 243 et 
295, j'ai donné des articles sur 
Ethéard et Gauthier. 

i3. Journal Littéraire, imprimé 
à Soleure (Suisse) en 1705, chez 
Jos. Le Romain, petit 8^ ; 12 mois 
en un seul tome, continué jusqu'à 
la fin de la même année. 



Observations de M^" Digot. L'ac- 
tivité incessante de Hugo, dit-il, se 
tourna alors vers une branche de 
la littérature, qui était pour ainsi 
dire entièrement négligée à cette 
époque ; nous voulons parler du 
journalisme. Le prieur de Saint- 
Joseph (à Nancy) forma et exécuta 
le projet de fonder un journal lit- 
téraire, qui devait paraître tous les 
mois. Des raisons qu'il nous est 
assez difficile d'apprécier aujour. 
d'hui l'engagèrent à le faire impri- 
mer en Suisse, à Soleure. Ce re- 
cueil, qui contient des morceaux 
assez curieux, ne parut que pen- 
dant l'année 1705. Les journalistes 
n'avaient point acquis alors le pou- 
voir de tout dire et de tout oser ; 
les articles critiques publiés par 
Hugo, quoique très-modérés pour 
le fond et pour la forme, excitèrent 
de violentes réclamations.... 

14. Dissertation historique sur 
une médaille frappée en l'honneur 
de Son Altesse Royale (Léopold), 
par le R. P. L. Hugo, Doct. en 
Théol., Prieur de S. Joseph. Nancy, 
Dominique Gaydon, 1706, petit 8^, 
figures, (coté Ir. 5. — sur un catal. 
de Claudin, à Paris). 

i5. Traité historique et critique 
sur l'origine et la généalogie de la 
Maison de Lorraine. Avec les char- 
tes servant de preuves aux faits 
avancez dans le Corps de l'Ouvrage ; 
et l'Explication des Sceaux, des 
Monoies et des Médailles des Ducs 
de Lorraine. Enrichi de plusieurs 
figures en taille douce. Berlin (Stras- 
bourg), Ulric Liehpert, lyii, petit 
in-80. Après ce titre en caract. 
rouges et noirs, rendu très exacte- 
ment : lo A Sa Majesté Frideric HL 
Roy de Prusse,... (signé) Balei- 
court. pp. 5 non ch. — 2° Préface, 
pp. 7 non ch. — 3^ Texte, pp. (i) 
299, suivies de i p. en blanc. 

— 40 Preuves, pp. j — CCXCViij. 

— 5° Table, 3 fi. — Les pp. re- 
présentant les figures ne sont pas 
chiff. — Dans ma BB. 

16. [A la fin de la préface, l'au- 
teur annonce la publication pro- 



HUG 



117 — 



HUG 



bable de ses « Recherches histori- 
ques et critiques sur la Maison de 
Bade » . Mais cet ouvrage est resté 
inédit.] 

Voici ce que raconte M^ l'avo- 
cat Digot au sujet du livre plein 
d'érudition, et devenu rare, cité et 
décrit ici au n'^ i5. — Le P. Benoît 
Picart, capucin de Toul, s'occupait 
depuis quelque temps de la com- 
position d'un traité sur l'origine de 
la maison ducale. Il eut connais- 
sance de la généalogie de cette fa- 
mille qui se trouve dans la « Vie 
de saint Norbert » pendant que ce 
livre était encore sous presse, et 
critiqua le système de Ch. L. Hugo 
dans son propre ouvrage, qui pa- 
rut la même année que celui du 
prémontré (Toul, 1704, pp. 642, 
8«.) 

Ce dernier conçut alors le des- 
sein de publier un travail analogue ; 
il recueillit avec ardeur tous les 
renseignements utiles, compulsa les 
archives et feuilleta les cartulaires. 
Léopold, que la publication du 
livre du P. Picart avait contrarié, 
encouragea le chanoine norbertin 
et l'engagea à continuer un travail, 
dans lequel la généalogie des prin- 
ces lorrains devait être établie d'une 
manière conforme à ses idées. 

Hugo cacha son véritable nom, 
et à la fin de la dédicace, qui pré- 
cède le livre de 171 1, se trouve la 
signature « Baleicourt )). D'après 
Grandidier (Hist. de l'Eglise et des 
évêq. de Strasbourg), le nom de 
Baleicourt aurait été celui du jar- 
dinier de l'abbaye d'Etival. Si l'on 
en croit le P. Thierry, dominicain 
à Nancy, le nom de Baleicourt 
était celui d'un autre dominicain, 
qui aurait quitté son couvent et sa 
patrie pour se faire protestant. 

Toutes sortes de précautions 
avaient été prises pour dépister 
ceux qui auraient cherché à con- 
naître l'auteur d'un livre, qui de- 
vait déplaire au roi de France. 
Hugo se donnait même pour un 
calviniste français réfugié en Prusse, 
et l'ouvrage, quoique imprimé se- 



crètement à Strasbourg, portait 
l'indication de Berlin. 

Mais le P. Benoît ne donna pas 
dans ce piège. 11 n'hésita point, 
après un examen suffisant, à attri- 
buer le livre à son véritable auteur. 
En 171 2, il publia deux nouveaux 
volumes relatifs à l'origine de la 
Maison de Lorraine. Dans le se- 
cond, intitulé : Remarques sur le 
Traité historique et critique..., im- 
primé à Berlin en 17 11, il démontre 
que le prieur des Prémontrés de 
Nancy en est réellement l'auteur : 
celui-ci avait laissé échapper quel- 
ques expressions qui suffisaient pour 
le faire reconnaître. Ainsi, quoique 
son livre s'annonçât comme l'ou- 
vrage d'un religionnaire français 
réfugié, Hugo avait dit, par distrac- 
tion, en parlant des monnaies lor- 
raines : « nos monnoies ». Ainsi 
encore il avançait que le P. Benoît 
lui avait envoyé à Berlin une copie 
d'un titre curieux ; et ce dernier se 
rappelait parfaitement n'avoir rien 
envoyé en Prusse et affirmait avoir 
adressé cette copie au P. Hugo 
lui-même. 

Celui-ci ne voulut point cepen- 
dant céder sans combat, et forma 
le projet de réfuter la critique ser- 
rée et lucide du P. Benoît, sans 
se faire coimaître, et même en 
feignant de tenir la balance égale 
entre les deux adversaires. 

17. Il publia en 1712, sous la 
forme de lettres, deux opuscules, 
auxquels il donna le titre de « Ré- 
flexions sur deux ouvrages nouvel- 
lement imprimés, concernant l'His- 
toire de la Maison de Lorraine». 
Il y a 4 lettres : les deux premières 
ont été imprimées séparément à 
Nancy, format petit in-8^\ Les deux 
autres, terminées, allaient être mises 
sous presse, lorsque cette affaire se 
compliqua d'une manière inatten- 
due. 

La publication de l'ouvrage de 
Hugo avait irrité la cour de France ; 
le parquet du parlement de Paris 
reçut ordre d'agir. En conséquence, 
le 7 décembre 17 12, les gens du 



HUG 



— ii8 — 



HUG 



roi (Louis XIV) entrèrent en la 
Grand' Chambre, et M^ Guill. Franc. 
Joly de Fleury, avocnt-général, 
requit la suppression du livre du 
prémontré, de sa réponse au P. 
Benoît, et d'un autre ouvrage re- 
latif à la Lorraine, dû à la plume 
de Mussey, curé de Longwy. La 
Cour, faisant droit aux conclusions 
du ministère public, supprima, 
comme attentatoires aux droits du 
roi de France, les livres qui lui 
étaient dénoncés. Rien d'étonnant 
dès lors, que l'on trouve si rare- 
ment un exemplaire de cet ouvrage 
de Hugo, ainsi que des opuscules 
mentionnés. 

L'arrêt du dit parlement (17 dé- 
cemb.) a été imprimé à Paris, chez 
la veuve Franc. Muguet et Hubert 
Muguet, Premier Imprimeur du 
Roy et de son Parlement, rue de 
la Harpe, aux trois Rois, 17 12, in- 
40 de 8 pages. 

On peut consulter Barbier, Dic- 
tionn. des ouvr. anonym., Edit. 
1806, t. III, 10619 ; et surtout 
Digot, o. c. passim. 

18. Hugo se proposait de don- 
ner une nouvelle édition du « Traité 
historique et critique sur l'origine 
et la généalogie de la Maison de 
Lorraine ». Il avait écrit sur les 
marges d'un exemplaire de la i^^^ 
édition les additions, qui devaient 
faire de ce travail un livre pour 
ainsi dire entièrement neuf. Cet 
exemplaire, que Blanpain (apud 
Dom Calmet, Biblioth. Lorr. i75i, 
col, 5 1 5) disait avoir entre les mains, 
se trouve de nos jours à la BB. du 
grand Sémin. de Nancy ; il con- 
tient de très nombreuses additions 
manuscrites non seulement de l'au- 
teur, l'abbé Hugo, mais encore de 
son secrétaire Blanpain et de ses 
correspondants. Ces additions de- 
vaient être imprimées dans une 
seconde édition qui n'a point paru. 
La BB. de la ville de Nancy pos- 
sède une copie (n» 743) de ces ad- 
ditions. — Ainsi s'exprime M^ J. 
M. A. Vacant, professeur au grand 
Sémin. de Nancy, dans son ouvr. 



intit. : La Bibliothèque du gr. 
Sémin. de Nancy. Imprim. Berger- 
Levrault et C^^, Nancy, 1897, pp. 
63-64, au no 98. 

Nous indiquons ici, après M^^ 
Digot et Vacant, quoique nous ne 
connaissions pas d'une manière cer- 
taine la date de leur composition, 
les ouvrages suivants, qui n'ont 
jamais été imprimés. 

19. René I, duc de Lorraine, i 
cahier in-folio, autographe. Va jus- 
qu'à 1437 (le cahier suivant qui 
allait jusqu'à 1453 est perdu) ; Jean 
II, duc de Lorraine, 2 cahiers 
autographes, avec 6 cahiers de preu- 
ves et pièces justificatives, dont 5 
pour René I, et i pour Jean II. 
A la BB. du gr. Sémin. de Nancy : 
Vacant, o. c, p. 64, au n" 100. — 
La BB. de la ville de Nancy 
(ajoute-t-il) possède une copie de 
ces vies, gr. in-40 de la main de 
Blanpain (n" 792). Cette copie est 
complète pour les textes, mais ne 
contient pas les preuves. Elle suit 
l'autographe pas à pas, mais s'en 
distingue par de nombreuses retou- 
ches. Cette copie renferme en outre, 
du même auteur, la vie de Nicolas, 
de René II et de Philippe de Guel- 
dres, dont nous ne possédons ni 
l'autographe, ni aucune copie ; mais 
nous possédons les cahiers 2 et 3 
des pièces justificatives de l'histoire 
de René II, copiées de la main de 
Blanpain (in-4<\ p. 25 à 72. — « La 
Société d'archéologie lorraine » pos- 
sède, comme la ville, une copie de 
l'ouvrage (n» 37). 

20. Antoine, duc de Lorraine 
(i5o7-t525), 7 cahiers in-folio, dont 
les deux derniers de notes. — Notes 
sur la vie de Charles III (i587- 
1593), I cahier dépareillé. — Char- 
les III (1545-1608) et Henri II 
(1608-1624), I même cahier in-folio. 
— Le tout est de la main de Hugo. 
A la BB. du gr. Sémin. de Nancy : 
Vacant, o. c, p. 64, au n^ loi, 
où il ajoute : Je ne connais aucune 
copie de ces vies. 

21. Histoire de Charles IV, duc 
de Lorraine et de Bar, Roy de 



HUG 



— 119 — 



HUG 



Jérusalem et de Sicile, etc. Auto- 
graphe de l'auteur, avec ratures et 
surcharges, en 10 cahiers de 40 à 
5o pages, sur papier petit in-folio 
pour les cahiers i à 5, grand in- 
folio pour les cahiers 7 à 10. Le 
cahier 6 (année i653) manque. — 
BB. du dit Sémin. 

Cet autographe est textuellement 
reproduit par la copie in-folio d'une 
écriture inconnue, qui est à la BB. 
de la ville de Nancy (no 8o5). Ce- 
pendant cette copie commence par 
une introduction de 6 pages, qui 
n'est pas dans l'autographe. La 
BB. de la ville d'Epinal renferme 
une autre copie de la vie de Char- 
les IV par Hugo (n^ i5g du catal. 
imprimé) : ainsi M^ Vacant, o. c. 
p. 65, au no 104, où il écrit encore : 
Nous possédons aussi un cahier 
de notes autographes de Hugo 
par années (i 644-1675). Ces notes 
ont été la préparation de l'ouvrage. 

Arrivant au n» io5, IM^" Vacant 
nous apprend qu'il a devant lui 
une « Copie de l'ouvrage précédent 
par Blanpain, secrétaire de Hugo. 
In-folio sur papier, d'environ 280 
pages. Reproduit le texte autogra- 
phe, avec de légères modifications. 
Ne contient pas l'introduction qui 
est en tête du manuscrit n^ 806 de 
la BB. de la ville de Nancy ». 

M^ Digot, de son côté, avance 
qu'en 1843 il y avait un exemplaire 
dans la BB. des Chartreux de Bos- 
serville. 

22. Histoire de Charles V, duc 
de Lorraine et de Bar. Autographe 
de l'auteur, avec ratures et sur- 
charges, en 8 cahiers de 40 à 5o 
pages, sur papier grand in-folio, 
reliés plus tard en un volume. — 3 
autres cahiers, en partie de la main 
de Hugo, contiennent les documents 
et pièces justificatives. On ne les a 
pas reliés avec l'ouvrage. — A la 
BB. du gr. Sémin. de Nancy : 
Vacant, o. c, p. 65. n'^ 106. Le n" 
107 est une Co; ie de l'ouvr. précéd. 
de la main de Blanpain, secrétaire 
de Hugo, in-folio sur papier, d'en- 
viron 3oo pp. Reproduit littérale- 



ment le même travail, plus une 
préface de 2 pp. Ne contient pas 
les pièces justificatives, sinon des 
épitaphes composées pour Charles 
V, et I sonnet ; en outre il y a 2 
sonnets qui ne se trouvent point 
dans l'autographe de Hugo. 

La BB. de la ville de Nancy 
possède une autre copie gr. in-40 
de cet ouvrage de la main de Blan- 
pain (no 825). Cette copie reproduit 
textuellement la nôtre, dit M^ Va- 
cant, mais sans aucun appendice. 

23. Le Nobiliaire de Lorraine. 
MS. 

Hugo s'occupait déjà en 1707 
et probablement même auparavant 
de la composition de son « Histoire 
de Lorraine». Le 17 mars 1708, 
il fut nommé, par le duc Léopold, 
historiographe de Lorraine et con- 
seiller d'Etat. Nous venons de voir 
que le prémontré s'était mis à 
l'œuvre avec ardeur, et en 17 12 ou 
1713 les biographies de plusieurs 
ducs étaient terminées. De nom- 
breux matériaux avaient été recueil- 
lis, et tout faisait espérer au P. Hu- 
go que son ouvrage pourrait être 
mis sous presse et livré au public, 
qui l'attendait avec impatience. 

Cette attente fut trompée. Léopold 
pensa que la polémique violente à 
laquelle le nom de Hugo avait été 
mêlé si souvent nuirait beaucoup 
à son travail ; il pensa que son 
livre, loin de pouvoir servir d'ap- 
pui aux prétentions des ducs de 
Lorraine, serait, dès son apparition, 
condamné par la partialité et peut- 
être flétri par un arrêt du parlement 
de Paris. La composition de l'his- 
toire de Lorraine fut alors confiée, 
par le même duc Léopold, à Dom 
Calmet, abbé de Senones. Celui-ci 
commença aussitôt le grand travail 
qui lui a valu une si juste célébrité, 
mais que Hugo était aussi capable 
que lui de mener à bonne fin. 

Léopold avait également chargé 
le prémontré de publier un nobiliaire 
de Lorraine. En conséquence Hugo, 
qui travaillait avec zèle et facilité, 
avait à peu près terminé cet im- 



HUG 



— 120 



HUG 



mense ouvrage ; il espérait le met- 
tre sous presse dans un bref délai, 
lorsque plusieurs personnes, qui 
craignaient de voir ce livre anéan- 
tir des titres usurpés, firent jouer 
mille ressorts et ourdirent mille in- 
trigues pour en obtenir la suppres- 
sion. Léopold, qui ne voulait mé- 
contenter aucun de ses sujets, pré- 
féra acheter la paix au prix de la 
disparition de l'écrit de Ch. L. 
Hugo. Il accorda une gratification 
à l'auteur et lui demanda le Nobi- 
liaire, qui était rédigé avec véracité 
et critique : le M S original fut dé- 
posé dans les archives de la chan- 
cellerie à Lunéville, et M. de Molito- 
ris, secrétaire des commandements 
du duc François III, le fit trans- 
porter à Vienne, au moment de la 
cession de la Lorraine. Malgré 
toutes les recherches de Dom Cal- 
met et du comte de Saintignon de 
Nitting, aucune copie de ce Nobi- 
liaire de Hugo n'a été découverte. 

Le duc Léopold — qu'on veuille 
bien le remarquer — conserva tou- 
jours beaucoup d'attachement pour 
notre savant et laborieux confrère ; 
il faisait le plus grand cas de sa 
fidélité et de son patriotisme. Plu- 
sieurs fois il lui accorda des grati- 
fications, afin de le mettre en état 
de se procurer les livres nécessaires 
à ses études et de faire imprimer 
ses propres ouvrages. De son côté, 
Hugo avait gardé pour ce prince 
une reconnaissance, que ne purent 
étouffer les persécutions qu'il eut 
à supporter. 

24. La vie de la Révérende Mère 
Marie-Thérèse Erard, Supérieure 
du Monastère de Notre-Dame du 
Refuge de Nancy. — Nancy, 1704 
et 17 15, Dominique Gaydon, in-80. 
pp. i54 outre la table (?) — Barbier 
se trompe en écrivant : Gaudon ; 
la date de 1704 est juste, in-12 
(ouvr. cité, t. III, loggS). Mais 
que faut-il penser de Peignot, lors- 
qu'il avance dans son Dictionn. 
Biogr,, article Hugo, que celui-ci 
a composé une « Vie de S^ Thé- 
rèse (sic), Nancy, 1704, in-12" » ? 



Et dans le même article il indique 
jusqu'à deux fois la Vie de S. Nor- 
bert, 1704, in-40 ! 

25. Explicatio historica signati 
numismatis in honorem Papae dé- 
mentis XI, a R. P. Ludov. Hugo, 
Nanceii, 1706, pp. 20 in-40. Avec 
une Epître dédicatoire au Pape, 
au nom de M. S. Urbain, graveur 
de cette médaille. — Digot écrit : 
17 16, Nancy, D. Gaydon, in-S». 

26. Explication de la Médaille 
frappée par ordre de l'Hôtel de 
Ville de Nancy, en l'honneur de 
Monseigneur le Prince Royal, pour 
sa première entrée dans la ville 
de Nancy, le 25 novembre 17 14. 
Nancy, 1715, Cusson, in-40. 

27. Explication de la Médaille 
frappée par ordre de l'Hôtel de 
Ville de Nancy, en l'honneur de 
Son Altesse Sérénissime Monsei- 
gneur François-Etienne de Lor- 
raine, pour sa première entrée dans 
la ville de Nancy, le 25 novembre 

17 14. Nancy, 17 15, Cusson, in-4". 

28. Explication de la Médaille 
frappée à l'honneur de Son Alt, 
Roy. Madame par ordre de l'Hôtel 
de Ville de Nancy, le 14 juillet 

1715. Nancy, I7i5, Cusson, in-40. 

29. Histoire de la Maison des 
Salles, originaire de Béarn, Depuis 
son établissement en Lorraine jus- 
qu'à présent. Avec les preuves de 
la Généalogie de cette Maison. — 
A Nancy, De l'Imprimerie de Jean- 
Baptiste Cusson, Imprimeur* Li- 
braire Ordinaire de S. A. R, sur 
la Place, au Nom de Jésus. — 
M.DCCXVI. (sans nom d'auteur). 
Petit in-fol., orné de nombreuses 
armoiries gravées. 

Liminaires, 20 pages non chif- 
frées, mais marquées respectivement 
au bas des pp. 5, g, i3, 17, des 
lettres ë, i, ô, û : p. i, titre ; 3-5 : 
A Messire Claude Gustave Baron 
des Salles, Marquis de Bullegneuille 
etc. ; pp. 6-19 : Préface ; p. 20 : 
Liste des maisons principales, al- 
liées à celle des Salles, etc. 

Suivent : Histoire de la maison 
des Salles, etc. pp. 5o ; — Preuves 



HUG 



— 121 — 



HUG 



de la généalogie, pp. CXLij. — 
Hors texte, plusieurs tableaux gé- 
néalogiques. — A la BB. de Ton- 
gerloo ; et à celle de la ville d'An- 
vers, Catal. de Mertens, n*^ 825o. 
Très rare. Ce livre, dit M. Digot, 
est curieux et bien fait. Le libraire 
A. Claudin demandait fr. 75. — 
pour un bel exempl., il y a quel- 
ques années. (Paris). 

3o. Rituale territorii quasi epis- 
copalis Stivagiensis, cum cseremo- 
niali, et nonnuUorum sanctorum 
officiis, in eodem territorio celé- 
brari consuetis. Stivagii, Mart. 
Heller, 1725, in-40. 

3i. Sacrae antiquitatis monumenta 
historica, dogmatica, diplomatica. 
I. Continens Gervasii Abbatis Prae- 
monstrati et Episcopi Sagiensis 
Epistolas. II. Antiquitates archi- 
prioratus Hireevallensis. III. An- 
tiquitates Vallis-Galileœ, vulgô S. 
Deodati. IV. Diarium et Medulla 
votorum patrum Concilii Tridentini, 
autore N. Psalmœo Abbate Sancti 
Pauli ordinis Praemonstratensis et 
Episcopo Virdunensi. V. Elucida 
tiones nonnuUorum locorum Sacri 
Concilii Tridentini a S. R. E. Car 
dinalibus dicti Concilii interpreti 
bus, coUectore Nie. Psalmœo. VI 
Chronica B. Emonis et Menconis 
Abbatum Werumensium, sive Flo 
ridi-Horti, ordinis Piaemonstraten 
sis in Frisia. Notis illustrata A R 
P. ac Domino Carolo Ludovico 
Hugo, Abbate Stivagii, & Fontis- 
Andreae Doctore Theologo, Suae 
Celsitudini Regiag A Consiliis & 
Historiis, Tractûs Stivagiensis Prse- 
lato Ordinario &c. — Stivagii, Lit- 
teris Joannis Martini Heller, Typo- 
graphi & Bibliopolœ. MDCCXXV. 
Petit in-fol. — Dans ma BB. 

Description, i» lUustrissimo Cel- 
sissim. S. R. I. Principi Marco de 
Beauvau-Craon, Regiae Celsitud. a 
sanctior. consil., supremo Lotha- 
ring. Armigero, Marchioni d'Ha- 
roué, Comiti de Gournay, Baroni 
de Turquestain, Libero Dinastae de 
Miilhausen ad Nekrum, Domino de 
Bazemont, Tomblaine, Jarville &c. 



' I f. — 2^^ Praefatio in Epistolas 
Gervasii.... 11 fF. — 3° Epistolae 
Gervasii etc. pp. (i)-566. — 40 
Index, pp. (à 2 col.) 8 non ch.. 
Errata sur la dern. 

Ce recueil (1725 et 173 r) con- 
stitue à lui seul les titres archéo- 
logiques de Hugo, et doit être placé 
à côté des ouvrages des Mabillon, 
des Martène et des d'Achéry : il 
fait connaître plusieurs travaux cu- 
rieux, jusqu'alors inédits. Meusel et 
Ebert (io356) se trompent évidem- 
ment, en avançant qu'il n'existe 
pas un second volume de cette 
collection. D'autre part, il y a des 
exempl. du i^ tome avec le titre 
que voici : 

3i. « Accessiones novae ad His- 
toriam ecclesiasticam et civilem seu 
collectio nova Scriptorum ecclesias- 
ticam et civilem ut et Concilii Tri- 
dentini Historiam illustrantium. 
Curante R. P. ac Domino Abbate 
Stigaviensi (sic), Carolo Ludovico 
HugOj qui et notas adjecit. [Ici i 
petite grav.] — Francofurti ad 
Maenum, apud Franciscum Varren- 
trapp. MDCCXXXXIV. » Petit in- 
fol. 

lo Avant ce titre, il y en a un 
autre tout court ; — 2° après le 
titre que je viens de donner : « II- 
lustrissimo.... Marco de Beauvau- 
Craon.... » et tout le reste comme 
plus haut : même nombre de pp., 
même index, sauf qu'à la toute 
dern. page de cet index les Errata 
sont remplacés par : « Permissio.,.. 
Vicarii Generalis (2 Julii 1724).... 
F. Franciscus Le Lorrain,.,, F. Ser- 
vatius Neel, Defînitor assistens. » 
(Catal. vande Velde, t. I, p. 270, 
no 3219). 

32. Mandement de Monseigneur 
le Révérendissime Abbé d'Estival, 
pour disposer les peuples de sa 
jurisdiction à bien recevoir le sa- 
crement de confirmation. Etival (?) 
in-40. — Dans les premières lignes, 
il s'intitule « Seigneur spirituel et 
temporel de l'un et l'autre bans,... 
prothonotaire du Saint-Siège apos- 
tolique ». — A la fin : Donné en 



HUG 



122 — 



HUG 



nôtre Hôtel Abbatial, le troisième 
septembre 1725. 

33. Ordonnance de Monseigneur 
le Révérendissime Abbé d'Estival 
portant condamnation des réquisi- 
tions du Promoteur de l'évêché de 
Toul et du jugement rendu en con- 
séquence contre le mandement de 
mondit Seigneur Abbé d'Estival au 
sujet de l'administration du sacre- 
ment de confirmation par Monsei- 
gneur l'Archevêque de Césarée dans 
le territoire d'Estival. — A Estival, 
chez Dominique-Jos. Bouchard, 
Imprimeur et Marchand Libraire. 

1725, in-40. 2^e édit. 1726. 

34. Lettre première du R. P. 
Hugo, Abbé d'Estival, au R. P. 
]3om Calmet, Prieur titulaire de 
Laye, pour servir de Réfutation et 
de Réponse à la Lettre écrite au 
même Dom Calmet, par un ano- 
nyme, le i5 janvier 1726, au sujet 
de l'Histoire et des notes sur Her- 
culanus, imprimées dans le premier 
Tome des « Sacrae antiquitatis mo- 
numenta » ; Nancy, Franc. Midon, 

1726, in-40. 

35. Lettre seconde du R. P. 
Hugo, etc. Nancy, Franc. Midon, 
1726, in-40. 

36. Mandement publié à l'occa- 
sion de la mort du Duc Léopold. 
1729. 

37. Mandement pour l'heureux 
retour de S. A. R. le Duc Fran- 
çois HL 1729, in-40. 

38. Sacrae antiquitatis monumenta 
historica, dogmatica, diplomatica. 
Tomus n. Complectens L Acta 
beati Lucae, Primi Abbatis Cuis- 
siaci, Ord. Prœm. IL Vitam Beati 
Ludovici, Comitis Arstenii, Abba- 
tiiE Arnsteinianse fundatoris, & ibi- 
dem conversi, ab auctore cosevo, 
cum variis ejusdem Abbatiae Diplo- 
matis. III. Chronicon F. Balduini, 
Diaconi et Canonici Ninoviensis 
ord. Prsem. ab Christo nato ad 
annum 1293. IV. Chronicon Abba- 
tiae Viconiensis, ord. Praem. Auc- 
tore Nicolao de Montigny Vico- 
niensi Canonico. V, Sibrandi Leo- 
nis Canonici Prœm. in Lidlum et 



Pastoris in Menaldom Chronica 
Abbatum Horti B. Mariae & Lidlu- 
mensium in Frisia, VL Parisiensis 
Abbatiae in Alsatia Antiquitates. 
VIL Alspachensis Monialium Ab- 
batiae in Alsatia Antiquitates. VIII. 
Hugonis Metelli Epistolas numéro 
LV, IX. Antiquas constitutiones 
Coenobii S. Petri-montis Ordinis 
Canonicorum Reg. S. Augustini. X. 
Statuta Collegialis Ecclesiae S. Dyo- 
nisii Leodiensis. XL Statuta syno- 
dalia Virdunensis Diœceseos. XII. 
Varia Diplomata. Notis illustrata. 
— In oppido Sancti-Deodati. Typis 
Josephi Chariot, Typographi et 
Bibliopolœ, Anno M.DCCXXXI. 
(La typographie établie à Etival 
en 17 16 ou 17 17 existait pourtant 
encore, selon M. DigotJ, Petit in- 
fol. pp. 22 liminaires non chiffrées, 
559, 10 non chiffrées pour l'Index. 
Les liminaires comprennent le titre, 
la dédicace à Claude-Honoré Lucas 
de Muin, abbé général de Prémon- 
tré, signée : Addidissimi et obsequen- 
tissimi Seivi et Filii, Canonici Siiva- 
gienseSf la préface, et l'approbation 
du général. La nomenclature, faite 
sur le titre, des matériaux contenus 
dans le volume nous dispense de 
toute explication ultérieure. — BB. 
de Tongerloo. 

38^'^ Il y a de nos jours encore, 
à la BB. du grand Séminaire de 
Nancy, une copie du « Chronicon 
Fratris Balduini dyaconi,... nini- 
vensis : ex autographo ipsius' autho- 
ris transcriptum, anno 1726. » In- 
folio sur papier de 234 pages, sans 
aucune couverture. M^ le profes- 
seur Vacant nous l'apprend dans 
son bel ouvrage de 1897 que j'ai 
cité déjà, pp. 5o-5i (Codex n") 44. 
Et il ajoute ; Notre copie porte de 
la main de l'abbé Hugo, des som- 
maires qui n'ont pas été reproduits 
dans le volume imprimé (Sacrae 
antiquitatis monumenta. In oppido 
S. Deodati. 1731, t. II, pp. 59- 
190), et des annotations qui l'ont 
été avec des notes complémentaires 
ajoutées par Blanpain, secrétaire de 
Hugo. Le quart à peu près des 



HUG 



— 123 — 



HUG 



notes imprimées sont de Hugo ; les 
autres sont de Blanpain. 

Des articles sur Baudouin de Ni- 
nove se trouvent en ce Dictionnaire, 
Vol. I, pp. 39-41, et Vol. III, p. 
16 ; — sur Blanpain : Vol. I, pp. 
62-64, et Vol. III, pp. 21-22. 

39. Sacri et Canonici Ordinis 
Praemonstratensis Annales, in duas 
partes divisi. Pars prima, Monas- 
teriologiam, sive singulorum Ordi- 
nis Monasteriorum singularem his- 
toriam complectens. Tomus I. [Ici 
une grav. « E plvribvs vnvm ».] 
Nanceii, Apud Viduam Joan. Bapt. 
Cusson, & Abelem-Dionysium Cus- 
son, Regise Suae Celsitudini à Typis, 
sub Nomine Jesu. MDCCXXXIV. 
In fol. maximo. 

lo « Eminentissimo Sanctae Rom. 
Eccl. Principi, Nicolao Mariae Ler- 
cari.... Cardinal!. » 3 ff. — 2» Rev. 
et Ampliss. Generali (etc.) Praefa- 
tio : ff. 24 soit 48 pp. — 30 Index 
Circariarum et Monasteriorum : 
£f. 6 soit pp. 12 ; sur cette 11^ p. 
se trouve l'approbation du Général 
de l'Ordre, nommé au n» 38 ci- 
dessus. — 40 Vue de l'abbaye de 
Prémontré. Dans le corps du To- 
me I il y a 5 autres gravures, à 
savoir les vues des abbayes de S. 
Martin de Laon, de Floreffe, de 
Bellelay, de Chotieschau, de Jan- 
dœures. — 5° Le même Tome I 
a 1-960 colonnes. — 6° Index à 3 
colonn. sur 3 ff. soit 6 pp., et 
enfin i p. non ch. Errata. 

Tomus II [grav. comme au 
titre du t. I]. M.DCC.XXXVI. In 
fol. maximo. — 1° Prselatio : pp. 
(I)-XXIV. — 20 Texte, col. i- 
— 1186, suivies de 4 ff. soit 8 pp. 
à 3 col. pour l'Index et les Errata. 
Dans le corps du Tome II il y a 
12 gravures : ce sont les vues des 
abbaj^es de Knechtsteden, de March- 
tall, de Weissenau (Minor-Augia), 
de Toussaint, de Roggenbourg, de. 
Roth, de Steinfeld, d'Etival, de 
Strahow (dont il y a 4 aspects dif- 
férents), de Tepl, de Wadgassen, 
et d'Ursperg. 

Prohaiiones Tomi primi Monaste- 



riologiae Praemonstratensis. Col. V 

— DCCXXXIJ. — Index, Errata : 
6 ff. soit 12 pp. non ch. à 3 
col. 

Prohationes secundi Tomi Monas- 
teriologiae Praemonstratensis. Col. 
I-DCCXXXVIIJ. — Index, pp. 5 
non ch. à 3 col. — Approbatio. 
Errata, p. i non ch. — Dans la 
BB. d'Averbode et ma BB. 

40. Annales Ordinis Praemon- 
stratensis, saeculum I""^ (1120- 
1220) ; in-folio relié en veau, de 
680 pages, avec 200 pages d'appen- 
dices. Il est prêt pour l'impression 
et écrit tout entier de la main de 
l'abbé Hugo, sauf un appendice 
écrit de la main du P. de Noriega, 
et qui reproduit les statuts de l'or- 
dre d'après des manuscrits espa- 
gnols. Ce volume devait former le 
tome III^ des « Annales Ordinis 
Praemonstratensis » et être suivi 
lui-même de 4 autres volumes sem- 
blables, ainsi que nous l'apprend 
le prospectus adressé par l'abbé 
Hugo à tous les monastères de 
l'ordre, le 7 mars 1739. Mais l'in- 
fatigable auteur mourut le 2 août 
de la même année. Son abbaye 
fut donnée en commende à Mgr 
Bégon, évêque de Toul ; l'abbé de 
Vence, censeur de l'ouvrage, de- 
manda des remaniements. Ces ob- 
stacles empêchèrent la publication 
du volume. (M^ Vacant, o. c, p. 
53 et no 53. Il écrit erronément : 
de Noxiega, jusqu'à 3 fois, pp. 
45, 52 et 53, au lieu de : de No- 
riega.) — Il y a aussi au grand 
séminaire de Nancy : 

41. Deux portefeuilles in-folio 
cartonnés, contenant la correspon- 
dance et les pièces relatives à l'im- 
pression et à la souscription des 
« Annales O. JPraemonstr. » de Hu- 
go. Les prospectus du III^ vol. et 
des suivants sont dans ces porte- 
feuilles. (M>" Vacant, ibid. n» 52). 

— M^" Digot rapporte en entier la 
lettre du censeur M^' de Vence, 
datée de Nancy, 18 avril 1739, 
concernant le III*^ volume : elle 
est extrêmement flatteuse pour no- 



HUG 



— 124 — 



HUG 



tre annaliste. (Eloge histor., 1843, 
p. 64, note 79). 

42. Collectio capitulorum tam 
generalium quam provincialium or- 
dinis prasmonstratensis, 1735. i vol. 
in-folio de 780 pages, plus i5o à 
200 pages d'appendices ; reliure en 
veau ; portrait de Hugo d'Etival 
et titre imprimé. Pièces recueillies 
par lui, sur tout ce qui s'est fait 
dans les chapitres de l'ordre. Le 
volume débute par le chapitre gé- 
néral de 1247, et ne reproduit /^5 
les plus anciens documents édités 
par Jean le Paige, dans sa « Bi- 
bliotheca Praem. Ordinis » (i633). 
Le même volume s'arrête au cha- 
pitre de la province de Westpha- 
lie, de 1721. (M^' Vacant^ pp. 52- 
53, no 5o). Dom Berlière dit que 
ce volume intéresse plus spéciale- 
ment l'histoire générale de notre 
ordre ; toutefois (ajoute-t-il) nous 
croyons qu'une analyse détaillée du 
contenu peut rendre des services à 
ceux qui s'occuperont des monas- 
tères belges. Il fait cette analyse 
dans l'ouvrage cité déjà a Notes 
sur les manuscrits » pp. 26 à 33. 

43. Manuscriptum rubrum (Codex 
n" 5S) ; in-folio sur papier, carton- 
né, ainsi intitulé par Hugo et écrit 
tout entier de sa main. Ce sont 
des notes sommaires classées par 
ordre chronologique, sur l'histoire 
de l'ordre de Prémontré (1120- 
17 19), un noyau ou une sorte de 
canevas pour les annales. 

44. Mandement publié à l'occa- 
sion de la prise de possession de 
la Lorraine au nom de Stanislas. 
1737. 

45. Je lis ce qui suit dans Dom 
Calmet, Biblioth. Lorraine, 175 1, 
p. 873, article Schannat : « Vindi- 
ciae quorumdam Archivi Fuldensis 
diplomatum à Georgio Eckart per- 
peram impugnatorum, defensio ; 
Francofurti ad Msenum an, 1728. 
in-fol. cum figuris gère incisis. 

Nous savons que M. Hugo, Abbé 
d'Etival, prit parti dans cette que- 
relle & écrivit en faveur de l'Ar- 
chive & de l'Exemption de l'Ab- 



baye de Fulde. Il est vrai que son 
nom ne paroît pas (sic) dans l'Ou- 
vrage de M. Schennat ; mais M. 
le Prince de Fulde envoya à Eti- 
val en 1729 le même M. Schen- 
nat, pour remercier M. l'Abbé Hu- 
go du service qu'il lui avoit rendu 
dans cette affaire ; & comme je con- 
noissois de longue-main M. Schen- 
nat, & que nous sommes voisins 
d'Etival, il vint à Senones, où 
j'eus l'honneur de le recevoir. » Ain- 
si Dom Calmet : textuellement. 
[Partout il faut lire : Schannat], 

46. Notes prises par Hugo en 3 
cahiers in-folio, sans couverture : 
2 de ces cahiers contiennent des 
notices sur les personnages qui 
pouvaient entrer dans un nécrologe 
de l'ordre des prémontrés. Le 3^ 
cahier, intitulé par Hugo « Arcula 
varia : Memorabilia, n» 3o » ren- 
ferme des déclarations de rois, de 
conciles ou d'évêques, en faveur 
des prémontrés. — M^ Vacant, o. 
c, pp. 54-55 (Codex no 58). 

47. Dissertatio de Episcopis titu- 
laribus. — Voici ce que je lis dans 
l'opuscule : Capitulum générale Ord, 
Pr^monstr. M.DCC.XXXVIII. 
Praeside Claudio Hon. Lucas, (Vir- 
duni, 40 page 32) : 

Retulit R. D. Abbas Averbodien- 
sis [Simon Braunman] commissam 
sibi Illustrissimi D. Episcopi Ptole- 
maidis Dissertationem de Episco- 
pis titularibus, cujus auditâ lectione, 
Capitulum eam approbavit, cum 
hac restrictione, quod in tribus 
Locis (sic) ab Authore emendare- 
tur, juxtà Commissariorum mentem 
& judicium. 

Je pense que cette dissertation 
est restée inédite : personne ne la 
mentionne, et du reste Hugo est 
mort en 1739, c'est à dire déjà 
l'année suivante. 

48. Correspondance de Hugo 
d'Etival au sujet de ses démêlés 
avec l'évêque de Toul, Mgr Bégon, 
du i5 nov. 1724 au i^ mai 1727. 
— Quelques imprimés au milieu 
de nombreuses copies de lettres. 
I volume in-4" cartonné, d'environ 



HUG 



— 125 — 



HUG 



5oo pages. — La BB. de la ville 
de Nancy possède un recueil sem- 
blable (n«s 539 et 540). 

Témoignage de M^" Vacant, o. c, 
1897, p. 71, Codex no i3o. Le 
Codex no 129 traite aussi des dé- 
mêlés de l'évêque de Toul avec 
Hugo. 

49. Notre annaliste a rédigé, en 
latin, les inscriptions laudatives 1° 
de son prédécesseur, Siméon Go- 
din ; [on lit cette épitaphe dans les 
« Annales » t. H, col. 918-19, et 
chez Arth. Benoit, o. cité après cette 
notice, pp. 7475] ; 2° du P. Char- 
les Saulnier, prieur d'Etival ; 3^ de 
son propre petit-neveu, Charl. Hyac, 
Hugo, chevalier, seigneur de Spit- 
zemberg, conseiller et maître en la 
Chambre des comptes de Lorraine, 
(ibid. pp. 76-78.) 

50. Liste des médailles qui sont 
dans le médaillier de l'abbaye d'E- 
tival. I may (sic) 1732. i cahier 
cartonné in-8" carré, de 10 feuillets. 
Ecrit de la main de l'abbé Hugo. 
Ne mentionne que des monnaies 
romaines. Les monnaies de Lor- 
raine et de France sont représen- 
tées par des planches gravées, dues 
à M. de Saint-Urbain. — Ainsi 
M^" Vacant, o. c, p. 81, n» 173. 

Après avoir donné la liste des 
travaux littéraires de Hugo, M'" 
l'avocat Digot s'exprime ainsi : On 
a encore attribué à Hugo quelques 
autres ouvrages ; mais /7s ne sont cer- 
tainement point sortis de sa plume^ et 
nous ne croyons pas même devoir 
en indiquer les titres, (o. c, p. 70 
qui est la dern.) 

En terminant cette longue notice, 
je crois intéresser le lecteur en di- 
sant quelques mots des Monumenta 
manuscripta Ordinis Prœmoustratensis, 
17 18 : — 18 volumes in-folio, reliés 
en veau, chacun de 5oo à 600 pa- 
ges, avec titres imprimés à Etival, 
chez D. J. B. (Bouchard), en 1718. 
En tête de chaque volume se trouve 
le portrait de C. L. Hugo, abbé 
d'Etival, gravé en 1731 par Fon- 
bonne. (C'est M^' Vacant, qui dit : 
en tête de chaque volume. Or il était 



professeur au grand Séminaire de 
Nancy, en 1897, lorsqu'il donna au 
public son très beau travail : La 
Biblioth. du grand Sémin. de Nan- 
cy). On sait que Hugo a rassemblé 
tous ces documents ou matériaux, 
en vue de la composition des 
« Annales Ord. Prœmonstr. » Ces 
documents sont classés comme les 
notices de Touvrage lui-même : 
ceux qui regardent le même mo- 
nastère sont réunis ; et l'ensemble 
est placé par ordre alphabétique. 
Chaque volume contient une vingtai- 
ne de maisons. Aucune des pièces 
réunies par Hugo ne fait défaut, à 
l'exception des documents manu- 
scrits relatifs à Sainte-Marie de Pont- 
à-Mousson, qui ont été arrachés, 
vers 1875, du tome XI, par un 
lecteur malhonnête. Cette collection 
renferme des titres, des listes d'ab- 
bés, des copies de manuscrits con- 
servés dans les divers couvents. 
Elle est d'autant plus précieuse 
qu'un grand nombre de documents 
semblables ont été dispersés et 
même détruits pendant la Révolu- 
tion. — Voyez Mr Vacant, o. c, 
p. 52, n" 48 ; et Dom Berlière, 
Notes de 1898, également au n^ 48, 
pp. 17 à 25. 

Ml" Teissier indique Jean-Martin 
Heller comme le seul typographe 
qui se soit établi à Etival : (Essai 
philolog. sur les commenc. de la 
typogr. à Metz, page 273). C'est 
une erreur, dit M^ Digot ; il n'y 
eut jamais qu'une seule imprimerie 
à Etival ; mais cet atelier eut deux 
gérants : D. J. Bouchard et J. M. 
Heller. (Digot, o. c, p. 62). 

Dans la vaste collection de Nancy, 
nous rencontrons nommément : 

Codex n" 16S. Titres de l'abbaye 
d'Etival, tome I ; i vol. in-folio de 
734 pages, relié en veau, et conte- 
nant la transcription des titres de 
l'abbaye d'Etival, de l'année 880 à 
l'année 1491. La copie paraît de la 
fin du XVHe siècle. L'écriture est 
très belle, mais la transcription est 
parfois fautive. Les pièces sont 
dans l'ordre de date ; avec deux 



HUG 



— 126 — 



HUG 



suppléments, l'un à la page 371 
pour les XlIIe et XlVe siècles, 
l'autre à la page 5oi pour le XI V^ 
siècle. Plusieurs pièces sont indi- 
quées, mais non transcrites. On a 
laissé en blanc la place pour les 
recevoir. La pagination semble de 
la main de l'abbé Hugo d'Etival. 
Une table a été commencée de la 
même main, mais s'arrête à la page 
28. Un diplôme de 973 a été cor- 
rigé d'après l'original par le P. Des- 
moulins, prieur d'Etival. M. l'abbé 
Jérôme (prof, au Sémin. de Nancy), 
qui a étudié ce cartulaire, y a mis 
quelques références marginales. Plu- 
sieurs pièces sont inédites. (M'" Va- 
catît, o. c, p. 80). 

Codex no 169. Histoire de l'abbaye 
de Saint-Pierre d'Etival, sujette im- 
médiatement au Saint-Siège, de l'or- 
dre des chanoines réguliers prémon- 
trés. In-folio de i83 pages. Ce 
volume est écrit de la main de 
Blanpain. L'ordre chronologique 
n'est pas suivi ; l'ouvrage est sans 
aucune division et paraît inachevé. 
La dernière date rapportée dans 
le texte est 17 10. L'abbé Hugo a 
mis en marge 3 additions, dont 2 
relatives à des changements accom- 
plis en 1722 et en 1724. (M^ Va- 
cant, p. 80). 

Codex no 170. Estimation des 
ouvrages de la reconstruction de 
l'église paroissiale de Saint-Michel, 
ban d'Etival, pour ce qui est à la 
charge de MM. les décimateurs, 
27 janvier 1772. Cahier in-folio de 
4 ft. (Le même, p. 80). 

Codex no 174. Parmi les 49 arti- 
cles insérés en ce MS, il 3^ a : His- 
toire de l'abbaye de l'Etange (sic) 
de i5i2 à i585. (p. 81). 

Cérémoniaux particuliers à l'ab- 
baye d'Etival. (M»" Vacant, p. 33). 

La Bibliothèque Nationale (à 
Paris) possède VObituaire d'Etival, 
XI 11^ siècle, avec additions jus- 
qu'au XVIe siècle. (Arth. Benoit, 
o. c, 1893, p. 73). 

A la BB. du grand Séminaire 
de Nancy : (Codex n") 56 : i por- 
tefeuille cartonné, in-folio de 600 



à 700 pages. J'y remarque, — dit 
Mr Vacafit : 

1° des notes pour une biblio- 
thèque des écrivains de l'ordre des 
prémontrés ; 

2° 204 pages de notes à impri- 
mer à la suite des « Annales... 
saeculum 1""^ » (Codex 53). Entre 
autres : une copie des statuts adres- 
sés à Hugo par le P. de Noriega 
(Codex 53), et une copie des sta- 
tuts publiés par le Paige (Codex 8) ; 

3" des histoires et des disserta- 
tions semblables à celles des ma- 
nuscrits classés sous le n" 5o : 
CoUectio capitulorum.... ; 

40 un inventaire en 24 pages, de 
78 pièces concernant l'union de la 
mense abbatiale d'Etival à l'évêché 
de Toul, union demandée en cour 
de Rome (1747). 

Selon Dom Berlière, les ft. 3oi- 
3o8 de ce Codex n" 56 donnent 
(( Argumenta quibus antiquitas et 
origo monasterii Averhodiensis de- 
monstratur » . Le même sujet est 
traité, en 11 ft., dans un MS qui 
se trouve au i^" des 18 volumes des 
Monumenta O. Praemonstr. (Berlière, 
Notes... 1898, pp. 17 et 39). 

Codex 57. Séries episcoporum or- 
dinis praemonstratensis, suivie de 
Séries scriptorum ordinis praemon- 
stratensis : I cahier in-folio de 24 
pages, sans couverture. (M^ Vacant, 
o. c, p. 54). Liste s'ommaire, — 
ajoute Dom Berlière, 

Codex no 164. Registres pour 
les professions des prémontrés de 
Sainte- Marie- Majeure de Pont-à- 
MousEon, 1661 à 1704, 1720 à 1736, 
1737 à 1776, 1777 à 1789. 4 vol. 
in-folio sans pagination, reliés, le 
i^i" en peau de chèvre, le 3^ en 
veau, le 2^ et le 4^ en parchemin. 
Des feuilles ont été arrachées au 
dern. vol., avant et après la dern, 
page écrite. (M^ Vacant, p. 78). 

Codex no 166. Liber variariim lit- 
terarmn seu copiarum ab abbatibus 
seu ad abbates Sanctœ Mariae in 
Nemore vel Majoris Mussipontanae 
vel ab aliis et ad alios scriptarum 
(11 sept. 1601 — 28 janvier 1649). 



HUG 



— 127 — 



HUG 



I vol. in-folio, de 216 pages ; cou- 
verture en parchemin. — Cette cor- 
respondance (selon M^ Vacant, p. 
79) se rapporte à la réforme des 
prémontrés, entreprise par Servais 
de Lairuels [celui-ci écrit son nom 
« de Lairvelz »], abbé de Sainte- 
Marie de Pont-à-Mousson. Elle se 
compose de trois parties : i^ la cor- 
respondance du même Servais (i3 
déc. 1620 ■ — 28 mars 1628) au 
sujet des difficultés que lui susci- 
tèrent plusieurs membres du cha- 
pitre général des prémontrés, à la 
suite de l'érection de sa Réforme 
en congrégation particulière (pp. i 
à 44 et 171 à 192); 2° la corres- 
pondance du même avec les abbés 
du Mont-Sion à Prague (Strahow), 
et la correspondance de ces derniers, 
Jean Lohel et Caspar von Questen- 
berg (11 sept. 1601 — 12 avril 1626), 
au sujet de la réforme de Servais, 
qu'ils introduisirent dans leur ab- 
baye et dans d'autres monastères 
de Bohême, de Moravie, de Silé- 
sie, de Pologne et d'Allemagne 
(pp. 45 à 170 et 193-199); 3^ la 
correspondance sur des sujets di- 
vers (3 mai 1647 — 28 janvier 
1649) de Pierre Thien ville, abbé 
de Sainte-Marie de Pont-à-Mous- 
son (pp. 200-216). — Ces lettres 
sont les unes en latin, les autres 
en français. (M^ Vacant, p. 79). 

Codex no 171. Commemorationes 
capiiulares Siivagiensis monasterii. Petit 
in 40 couvert en parchemin, très 
usé. Il a été écrit successivement 
de plusieurs mains, dont la pre- 
mière paraît antérieure à i638. Il 
est rédigé en latin. Il est disposé 
en forme de martyrologe et rap- 
pelle à chaque jour la mémoire 
des principaux bienfaiteurs ou des 
principaux membres de la congré- 
gation, en indiquant leur titre et 
l'année de leur mort. Les derniers 
personnages inscrits sont morts en 
1709. Mention n'est pas faite de 
l'abbé Hugo, mort en 1739, sans 
doute parce qu'à cette date on se 
servait d'un exemplaire plus récent. 
A la fin du volume, sous le titre 



de « Summaria chronologia Stiva- 
gii )) on lit un résumé, en deux 
pages, de l'histoire de l'abbaye, et 
une liste des abbés qui s'arrête à 
1682. Aux deux dernières pages, 
une règle de Saint-Augustin est 
indiquée pour chaque jour de la 
semaine. — Jusqu'ici M. l'abbé 
Vacant, o. c. de 1897, pp. 8o-8i, 
no 171. 

Hugo ayant été abbé titulaire de 
Fontaine-André (Suisse), je signale 
ici les documents relatifs à la même 
maison : 

1. Necrologium Fontis-Andreae. 
M S in-folio, à la BB. des pasteurs 
à Neuchâtel ; selon jfeunet, o. c. 
i865, p. 36, 

2. Cartularium Fontis-Andreae. 
MS en 2 vol. in-S^, à la BB. de 
la ville de Neuchâtel. Une copie 
est chez M^ Huguenin (i865), à la 
Brévine en Suisse. Le compilateur 
lut le ministre Choupard, à Neu- 
châtel. — Jeunet, même ouvr., pp. 
i3 et 34, où il mentionne 600 actes 
environ de Fontaine-André. 

3. Maiile (Georg. Aug.) Fontaine- 
André, son ordre, sa règle, ses 
nécrologes, dans le « Musée hist. 
de Neufchâtel » II, 211-73. 

En parcourant les deux ouvrages 
de Ml" Eugène Martin : De caiio- 
nicis Praemonstratensibus in Lotha- 
ringia et de congregatione antiqui 
rigoris a Servatio de Lairuels insti- 
tuta. Nanceii, 1891, pp. 87 in-S» ; 
— Serv. de Lairuels et la réforme 
des Prémontrés en Lorraine et en 
France au XYII^ siècle. Nancy, 
1893, pp. 81 in-80, j'ai découvert 
plusieurs opuscules qui se rappor- 
tent à la Congrégation Lorraine. 
Je vais les énumérer, avec d'autres 
encore. 

I. Divers factums conservés dans 
le recueil M. 141, in-4<\ de la BB. 
de Saint-Mihiel et faisant autrefois 
partie de la BB. de l'abbaye de 
l'Etanche. 

1° Memoriale primum. Libellus 
supplex Congregationis seu Com- 
munitatis Antiqui-Rigoris, Ord. 
Pracmonstr., capitule generali por- 



HUG 



— 128 — 



HUG 



rectus, seu porrigendus ad obtinen- 
dam ante omnia restitutionem in 
integrum. In-S» pp. i23 pour le 
moins (1672). 

qP Acte d'opposition, appellation 
et récusation de la part du vicaire- 
général, joints le substitut du pro- 
cureur-syndic, abbés, définiteurs, 
supérieurs, religieux et convers de 
la Communauté de l'Etroite-Obser- 
vance de l'Ordre de Prémontré, 
contre certaines ordonnances du 
R. P. Général, entreprises et inno- 
vations qui vont à la ruine de la- 
dite Observance et de tous ses 
droits. i3 mai 1672, pp. 16 in-40. 

3° Second factum de la Commu- 
nauté de l'Etroite-Observance de 
Prémontré pour le soutien du pre- 
mier et pour servir de réponse à 
la lettre circulaire du R. P. Géné- 
ral dudit Ordre qui a pour titre ; 
« Lettre circulaire du Général de 
l'Ordre de Prémontré à tous les 
religieux de la Communauté de 
l'Antique-Rigueur du même Ordre 
pour servir de réponse au libelle 
intitulé : Factum touchant le pou- 
voir etc. pp. 112 in-40. 

4" Etat sommaire des difficultés 
qui sont maintenant dans la Com- 
munauté de la Réforme de l'Ordre 
de Prémontré. In-8. 

5° Procès-verbal de la visite faite 
à Sainte- Marie-Majeure, par le P. 
Maclot, prieur de Cuissy, vicaire- 
général, et le P. Jean Ethéard, 
premier définiteur. In-4. 

60 Avis important aux religieux 
de la Communauté de l'Antique- 
Rigueur de l'Ordre de Prémontré 
en la province de Normandie tou- 
chant la séparation de leur circarie 
d'avec les autres qui composent 
ladite Communauté, pour réponse 
à un écrit qui a pour titre : « Le 
vicaire-général de l'Etroite-Obser- 
vance de l'Ordre de Prémontré, à 
ses confrères », par un religieux de 
Normandie, pp. 28 in-4. 

[J'ai découvert sur un catalogue] : 

70 Response à l'avis important 
du R. P. N. religieux de Norman- 
die de l'estroite observance de Pre- 



monstré, par un religieux du même 
pays et de la mesme observance. 
1672, pp. 3o in-4. 

8» Réponse à certaines inhibitions 
du R. P. Général, 1672. (Archives 
du Calvados). 

9. Requête du P. Nicolas Gui- 
net au Conseil royal, in-8. — BB. 
de Saint-Mihiel, M. 141. 

10. Formula juramenti graduato- 
rum in Ord. Praem. MS de la BB. 
du gr. Sémin. à Nancy. 

11. Mémoire très instructif con- 
cernant l'illustre reine et duchesse 
sœur Philippe de Gueldres, fait en 
Tabbaye de Sainte-Marie majeure 
de Pont-à-Mousson, le 27 mai 172 1, 
pour le T. R. P. Hugo, abbé 
coadjuteur d'Etival, par le P. Ren- 
nel. Cahier autographe in-40 de 8 
pages. A la BB. du grand Sémin. 
à Nancy, n^ 99, selon M'^ Vacant, 
o. c. 1897, p. 64. 

12. Theologia moralis, ad usum F. 
Francisci Thiery, canonici regula- 
ris ordinis sacri Praemonstratensis 
et academici monasterii sanctae Ma- 
riae Rengivallis (Rangéval, Lorrai- 
ne), 1731. In-40 de 418 pages, MS 
relié en veau. — Ainsi M^ Vacant^ 
La Biblioth. du grand Sémin. de 
Nancy, 1897, p. 48 (Codex n» 26). 

i3. Registre des professions à 
l'abbaye d'Etival. MS de 1771, à 
la BB. de Leffe, en 1907. 

14. Statuts des Prémontrés d'Es- 
tival. MS de i6i3. 

Auteurs consultés : Annales O. 
Praem., I, fin de la Préf. et col. 
922 ; H, col. 919-20. — Journal des 
Sçavans (sic) pour l'a. 1704 (Suite 
du). Amsterdam, 1705, pp. 714-26 : 
bel éloge de la Vie de S. Norbert, 
par Hugo. Le même Journal pour 
l'a. 1705. Liège, Chez J. F. Bron- 
cart, 1705, pp. 3ii-i6. — Le P. 
François-Pierre, augustin du monast. 
de Wettenhusen, dans la « CoUec- 
tio Scriptorum » de Kuen, Ulmae 
1757, t. IV dans la Préface, et 
pp. 247-258, parle de notre Hugo 
dans les termes les plus pompeux. 
— Dictionnaires biographiques de 
Feller ; de Peignot ; de Michaud, 181 8, 



HUG 



— 129 — 



HUG 



t. 21, pp. 27-28 : l'article est signé 
« L-y » c'est-à-dire VEcuy ; de Mo- 
féri, édit. de lySg, Paris, t. 6, pp. 
1 21-122. — Bîanpain apud Dom 
Calmety Biblioth. Lorr,, lySi, col. 
5 12- 16, et après eux Lienhardt, Spir. 
lit. Norb., pp. 294-99. — Arth. 
Benoit, Les anc. inscriptions des 
abbayes de l'O. de Prém. situées 
dans le départ, des Vosges. (Bul- 
letin de la Soc. philomat. vosgienne. 
T. 18). Saint-Dié, 1893, pp. (61)- 
95. — Wetzer u. W cite' s Kirchen- 
lexikon. 2^ Aufl., 58es Heft, 1888, 
col. 389 à 391, article sur notre 
Hugo. Combien d'inexactitudes (!) 
je relève dans cet article, qui est 
signé : Kessel. 1° Hugo naquit à 
Saint-Mihiel, non pas à St. Michel. 
— 2^ Nous n'avons jamais eu dans 
l'Ordre une abbaye du nom de 
a Vandouvre » ; il faut Jandœures 
ou Jandeure. — 3° Au lieu de 
(( Pont-Saint-André » : il faut Fon- 
taine-André. — 40 Le nom français 
de l'abbaye de « Bonifagetum » est : 
Bonfay. — 5» Le rédacteur de l'ar- 
ticle écrit : die Geschichte der drei 
Hauptkloster des Ordens, die keiner 
Circane angehorten : Prémontré, 
Floreffe und Laon (sic !) — 6" Il 
avance que les matériaux pour le 
2ond tome des « Sacrae antiquitatis 
monumenta » sont restés inédits, 
tandis que le i^r tome (dit-il) fut 
imprimé : Stigavii (sic)... 1732 (sic). 
Franchement, est-il permis d'accu- 
muler autant d'erreurs dans une 
courte notice ? — 70 La Vie de S. 
Norbert aurait été publiée en 1707. 
Voilà du neuf. — 8^ Il y a « Ba- 
bricourt » au lieu de : Baleicourt. 
Etc. 

HUGUES II, cinquième abbé 
général de Prémontré, élu le 24 
juillet 1174, (date donnée par J. B. 
VEcuy), après la résignation spon- 
tanée de Dodon. 

Homme éminent par ses vastes 
connaissances autant que par sa 
piété, Hugues fut d'abord abbé de 
Cuissy, de 1160 à ii65. Etant re- 
tourné à Prémontré, lieu de sa 
profession, il y remplit les fonctions 



de sous-prieur, jusqu'à son éléva- 
tion à la plus haute dignité de 
l'Ordre. Son administration, suffi- 
samment prolongée, fut efficace en 
beaucoup de points. 11 mourut le 
21 août (?) 1192. Les détails sont 
énumérés dans les 

Sources : Hugo, Annal, I, c'I. 16, 17 
et io5 où Hugues II est appelé « Huo^o 
de Duaco ». — Taiée, o. c. 1872, I, pp. 
56-58. 

HUGUES III, i6e abbé général 
de Prémontré (i238), après la re- 
traite volontaire de Guillaume : 
celui-ci était anglais de nation, et 
précédemment abbé de Stanley Park 
ou Baie. 

J'ai déjà inséré un article sur Hugo 
dans le i^ vol. de ce Dictionnaire, 
p. 399, col. 2. Cet article étant 
incomplet, j'ajoute ici quelques mots 
que je juge nécessaires. Après avoir 
relu cette notice sur Hugo, et celle 
sur Hugues UI (Annal. L, col. 22, 
et Taiée, o. c. 1872, pp. 87-89), 
je me demande si le dit Hugo, 
qui fut le secrétaire de Gervais, 
i3e abbé général de Prémontré 
(1209) et ensuite évêque de Séez 
(1220), n'est pas le même person- 
nage que Hugues III (?) 

Issu de la noble famille des sei- 
gneurs d'Hirson en Thiérache, Hu- 
gues avait fait son noviciat et sa 
profession à Prémontré. Il seconda 
comme secrétaire et compagnon 
d'études le religieux nommé Con- 
rad, ce savant et utile auxiliaire 
de Gervais, et qui devint son suc- 
cesseur immédiat. 

Devenu prieur claustral de Pré- 
montré, le même Hugues avait 
commencé la construction d'un dor- 
toir avec une chapelle contiguë. 
Abbé général en i238, il put mon- 
trer les rares qualités qui le distin- 
guaient. Vigilant et doux, laborieux, 
érudit et éloquent, il continua l'œu- 
vre de ses deux prédécesseurs au 
profit des études dans son mona- 
stère, dont il enrichit la bibliothè- 
que de nombreux et rares manu- 
scrits. Après une administration 
utile à l'ordre et à sa propre abbaye, 



Ecrivains, Artistes et Savants (t. m) 



HUR 



— i3o — 



HUY 



Hugues III mourut au mois de mai 
1242. 

Sources : l'auteur des Annales, t. I, col. 
22 à 24, et à sa suite l'impartial Taiée, 
G. c. 1872, pp. 86-89, oi^^i 1g lecteur trou- 
vera d'autres particularités. 

HUGUES de FLOREFFE : 

Vol. I, 399-400. 

La vie de la B. Ivette de Huy a 
été insérée par le P. Bolland, S. J., 
dans le i^i" volume de son ouvrage si 
connu, Ada Sandorunif 1643, pp. 863 
à 887. Cette vie compte jusqu'à 5y 
chapitres, et fut bien certainement 
composée par le dit Hugues. — 
Mais pour la vie de la B. Ida de 
Léau, veuillez consulter le XII I^ 
vol. du mois d'Octobre, œuvre des 
Bollandistes, Paris. i883. Il y a là 
un article du P. Rémi De Buck, 
pp. ioo-io5, dont voici la conclu- 
sion, résumée en marge : Biogra- 
phum coaevum B. Idae de Lewis 
Mirœus perperam existimavit fuisse 
Hugonem Floreffiensem. 

HÛLS (Everhard-Henri), cha- 
noine de l'abbaye de Knechtsteden, 
où il entra le 16 avril 1752. On y 
a de lui, encore de nos jours, un 
MS in-80, non paginé, et dont M. 
le professeur Ehlen fait mention en 
1904 : Enthâlt (dit-il) ein Ver- 
zeichnis der Pâpste, der Kolner 
Erzbischôfe, der Knechtstedener 
Prôpste, Aebte und Chorherren, 
Catalogus Sanctorum et Beatorum 
ex canonico ordine Praemonstra- 
tensi, qui publico cultu cum officio 
ecclesiastico coluntur. Auszerdem 
Wetterregeln, Rezepte u. s. w. 
(Ehlen, Die Pram.-Abtei Knecht- 
steden, 1904, Coin, pp. 20 et 97). 

HUMETZ (Jacq.) : I, p. 402, 
col. 2. 

A la 2^ ligne de la 2^ col., au 
lieu de 1664, il faut évidemment 
lire : 1764. 

HURPÉE (Jean), prieur, et plus 
tard abbé de Lavaldieu. Le i3 mars 
1614, d'après les ordres de Benoît 
de Vandy, élu prélat de cette ab- 
baye l'année précédente et confirmé 



par le général Pierre Gosset, il 
inventoria les titres du chartrier 
conventuel. Ce travail se trouve 
aujourd'hui aux archives du dépar- 
tement des Ardennes (H. 238). 
Hurpée devint abbé de Lavaldieu 
le 10 avril i635 ; il mourut déjà le 
17 décembre i636. 

Sources : Hugo, Annal. II, col. 1020; 
— Dom Albert Noël, Bénédictin, déjà cité. 

HÛTTEL(Sigismond Ignace): 

I, p. 403. 

J'ai découvert sur un catalogue 
le panégyrique composé par lui : 

Ôraculum Spiritûs Sancti in 
duplici spiritu seu magnus Ezechiae 
Eliseus, D. Joannes Nepomucenus; 
sub annuâ ejusdem celebritate in 
ecclesiâ honori ejus (Prag.) propc- 
situs. Pragae, i75o, ft. 8 in-folio. 
(Catal. 106 Ludwig Rosenthal, à 
Munich, n^ 2917). 

HUVENEERS (Charles-Jean- 

Lamb.), né à Beek, près de Bree, 
le 19 nov. 1731, chanoine de Ton- 
gerloo, où il fît sa profession le i^ 
nov. 1753. Ordonné prêtre, il rem- 
plit successivement les fonctions de 
sous-chantre (12 oct. i758), de 
vicaire à Leliendael (1761), de sous- 
prieur et de maître des novices à 
Tabbaye, depuis le 22 févr. 1764, 
de prieur depuis le 28 juin 1768. 
Nommé curé à Esschen et Nispen, 
le 18 sept. 1777, il mourut subite- 
ment à l'église d'Esschen, étant en 
chaire, le 25 nov. 1787. On a de 
lui : 

Ordo perpetuus et generalis divini 
officii recitandi et missarum cele- 
brandarum in ecclesiâ B. Mariae 
de Tongerloo tempore et circa tem- 
pus,dedicationis praefatae ecclesiae, 
quae annuatim recurrit Dominica 
I Augusti. pp. 38 in- 120. Typis 
Tongerlo., sine anno. 

Sources : Waltm. Van Spilbeeck, grand 
ouvr. de 1888, p. 570 ; Necrolog. de 
Tong., 1902, pp. 240-41. 

HUYGENS (Charles), natif de 
Louvain, chanoine prémontré de 
Heilissem. Il fut curé à Bunsbeek 



JAC 



— i3i — 



JAC 



lez Tirlemont, et y mourut le 28 
avril 1821. Il procura une nouvelle 
édition d'un opuscule devenu rare : 
Leven, glorieuse dood ende roem- 
weerdige wonderwerken van den 
H. Martelaer ende edelmoedigen 
kolonel Ouirinus, wiens H. Reli- 
quien rusten in de parochiale kerke 
van Bunsbeek. 1807, Thienen, L. 
Fauconier, pp. 48 in«i6". 

Source : Bets, Geschiedenis der g^emeen- 
ten Oplinter, Bunsbeek enz. — Leuven, 
1870, p. io3. On y trouve les noms de 
17 chanoines de Heilissem, curés à Buns- 
beek, qui était jadis une cure desservie 
par l'abbaye. 

HUYSMANS est le nom de fa- 
mille de deux religieux de Tonger- 
loo, dignes d'une mention particu- 
lière : 

i» Jacques, né à Desschel en 1629, 
profès de i56i, prêtre et circateur, 



curé de Waalwijk et de Besoijen 
(i562). Il mourut le 12 décembre 
1 571. Le catalogue MS des reli- 
gieux, déjà cité, dit de lui : « Ante 
ingressum religionis medicus exper- 
tissimus, suam artem etiam postea 
de consensu illustrissimi Metsii, 
episcopi Buscoducensis, summa 
laude exercuit et plurimos pauperes 
juvit. » (Necrolog. de Tongerloo, 
igo2 editum, p. 252). 

2° Jean (Huysmans, alias : van 
den Stale)y originaire de Heusden, 
chanoine et prêtre, licencié eh droit 
canon, « investi tus » de Rozendaal, 
coadjuteur du prélat de Tongerloo, 
Antoine Tsgrooten. Il aurait été 
son successeur, mais il mourut à 
Louvain le 29 décembre i525, tan- 
dis que Tsgrooten quitta ce monde 
le 14 avril i53o. (Même nécrologe, 
p. 262). 



I 



INGRAM (Léopold), chanoine 
de Klosterbruck, docteur en théo- 
logie ; en 1735 il remplissait les 
fonctions de curé à Schattau. 



Source : P. Procop. Divisch. Alpha, et 
Oméga. Rôtzii, 1735, 40 parmi les préli- 
minaires. 



J 



JACOBS (Bonaventure) : Vol. 
I, p. 407. Né le 22 nov. 1736 à 
Linthout [non à Linckhout], reçut 
au baptême les noms de Jean-Fran- 
çois. Profès du 9 mars 1759, prê- 
tre, circateur (1764), archiviste en 
1766, économe du refuge de Ton- 
gerloo à Anvers (1772), y fut aussi 
proviseur (1775). — Necrologium 
Eccl. de Tongerloo, 1902, p. 3. 

JACQMAIN (Jean - Baptiste - 
Jacq.-Jos.), dernier religieux de l'ab- 
baye de Floreffe, était né à Lode- 



linsartle24 novembre 1769. Revêtu 
de l'habit blanc, à Florefte, le t3 
mai 1790, il y fit sa profession le 
24 novembre 1793, et reçut la prê- 
trise, à Cologne, le 12 juillet 1795. 
En 1794, il avait émigré en West- 
phalie avec la communauté ; il re- 
vint à son monastère l'année sui- 
vante. Le 16 janv. 1804, il fut 
nommé vicaire à Ransart ; puis, en 
décembre, professeur au collège de 
Nivelles, où il devint sous-princi- 
pal en 1806. Plus tard il retourna 
à Ransart, en qualité de vicaire. 



JAN 



— l32 — 



JAN 



Il fut nommé curé à Senenne, près 
de Dinant, le 4 juin 181 2, et des- 
servit cette paroisse jusqu'en 1837, 
époque à laquelle il se retira à 
Gosselies (12 juin); il y mourut 
dans les plus vifs sentiments de 
piété, le 2 septembre i85o, à l'âge 
de 80 ans et 10 mois, laissant des 
Mémoires ou Souvenirs : ce ]\IS est 
une relation abrégée des principaux 
événements, qui se rapportent aux 
derniers temps de l'abbaye de Flo- 
reffe. 

MM. Barbier t Joseph et Victor, 
dans leur belle « Histoire de l'Ab- 
baye de FloreÔe », 1880, citent 
parfois les Mémoires ou Souvenirs de 
M. J. B. Jacqmain, qu'ils conser- 
vaient dans leurs archives particu- 
lières. Voir cet ouvrage, pp, XII, 
450, 458-9, 461, 472, 477, 479, 
481, 5o9, 5i3, 5i8. — 2^ édit. 1892, 
I, pp. 527-8. 

JAHN (Martin-Jean) : I,p. 412. 

18. Jeremias: MS origin. latin, 
60 pp. in-40 relié (Katalog io3 de 
Ludwig Rosenthal, n» 641 ; Katal. 
106 du même, no 2684). 

19. Scholia in Job. Caput XIV. 
MS origin. £f. 8. (Katal. 106 cité, 
no 2685). 

JANSEN (Evermode-Jos.) : 
I, p. 414. Depuis le 14 févr. 1905, 
il est aumônier des Frères de cha- 
rité à Dave (Namur). 

2. Ter Gedachtenis. Francisons 
Adrianus Versteylen Prelaat der 
Abdij van 't Park der Orde van 
Premonstreit. — La piété, la modes- 
tie, la prudence, ont fait du gouver- 
nement si court par la durée du 
Rév"ie Abbé Versteylen, un règne 
fécond et prospère à l'égal des plus 
longs règnes. (Z. E. Kard. P. L. 
Goossens, Aartsb. van Mechelen.) 
— Turnhout, Boekdrukkerij Joseph 
Splichal 1898. In-40 pp. 56. En 
face du titre il y a un beau por- 
trait, avec le fac-similé de la si- 
gnature de l'abbé défunt. 

3. pp. 23. 

4. S. 1., s. a. (Antw. 1899), pp. 
10 in-32. 



5. M. le chanoine Everm. Jajisen 
a été le directeur et le rédacteur 
en chef de « 't Park's Maandschrift » 

— revue mensuelle illustrée, qu'il 
fonda en 1901, i^^ année, n^ i, 
i5 Janvier 1901, à 1908, continue 
par 24 pp. in-80. 

6. Taxandria, Annales du cercle 
historique et archéologique de la 
Campine. Turnhout, J. Splichal, 
1903-1908, in-8" ; les livraisons 
paraissent 4 fois l'an, de 65 pp. 
chacune. M^ Jansen est l'un des 
fondateurs, et a inséré plusieurs 
articles, p. ex. De oude Kempen, 

1903, pp. 39 à 59. (Avec illustr.) 

7. Geschiedkundige Navorschin- 
gen over de aloude Abdij van 't 
Park, door F. J. Raymaekers, pr. 
uit het Fransch vertaald, voltrok- 
ken en aangeteekend door J. E. 
Jansen. — Antwerpen, Drukk. S"^ 
Augustijn, 1904, in-8. i56 pp. il- 
lustr. 

8. Zegels der Stad Turnhout. — 
Turnhout. J. Splichal, s. d. (i9o3j, 
II pp. in- 8" grav. 

9. Joannes Driedo Beroemd God- 
geleerde der Hoogeschool van Leu- 
ven in het begin der XVI^ eeuw. 

— Ibid., s. d. (1904), 80, 10 pp. 

10. Portretten der Prinsessen A- 
malia van Solms en Maria van 
Zimmeren te Turnhout. — Ibid., 
s. a. (1904), 8°, 8 pp. 

11. Het Kasteel van Turnhout 
en zijne Herstelling. Ibid., s. a. 
(1905), 80, i3 pp., grav. 

12. Turnhout in het Verleden en 
het Heden. Turnhout, J. Splichal, 
1905 : 3 vol. gr. 8^ avec nombr. 
grav. hors texte, i' vol. 38o pp. ; 
2^ v. 252 pp. ; 3e vol. Pièces jus- 
tificatives, (Louvain, Meulemans- 
De Prêter) 1905. 80. pp. 173. 

i3. Navorschingen over het Leven 
van den Gelukzaligen Rabodo, Ka- 
nunnik der Abdij van 't Park. — 
Leuven, A. Meulemans-De Prêter, 

1904, 8°, i3 pp. et I grav. 

14. Petrus Govaerts. — s. L, s. 
a. (Turnhout, J. Splichal, i9o5), 
8°, II pp. 

i5, De Abdij van St Michiel, 



JAN 



— i33 — 



JEA 



der Orde van Premonstreit, te Ant- 
vverpen. — • Leuven, A. Meulemans- 
De Prêter, 1904, 8°, 16 pp. i grav. 

16. Overzicht der geschiedenis 
van de Premonstratenser abdij van 
Tongerloo. — Ibid. 1904, 8°, 18 
pp. I grav. 

17. Bierbeek, Schets eener his- 
torische beschrijving. Ibid. 1906, 
8°, 19 pp. 

18. Premonstratenser kerkboekje. 
Averbode, 1907, in-320. pp. 173. 

En préparation : Bibliographie 
de la Campine ; — La Campine 
Prémontré ; — La Campine litté- 
raire ; — Cartulaire du chapitre de 
Turnhout ; — Het schilderijen ca- 
binet der abdij van 't Park. 

Source : Mémoire de Mr J. E. Jansen, 
1907. 

JANSSENS (Isfroid-Victor), 

né à Haecht le i3 novembre 1871, 
fut admis à la vêture à l'abbaye 
d'Averbode, le 11 octobre 1892, y 
prononça les vœux tout juste deux 
ans après (1894), et fut ordonné 
prêtre le 20 février 1898. Il fut 
quelque temps maître des novices, 
et remplit les fonctions de prieur 
depuis le 2 décembre 1899. Il a 
livré à l'impression : 

Eenige aanteekeningen nopens de 
Norbertijner Kanunniken geboortig 
van Haecht. 5 numéros de la « Gazet 
van Haecht », à savoir du 29 janvier, 
du 5, 12, 19 et 26 février 1905. i. 
Henri Smets, ch. du Parc, t 24 
juin 1700 ; — 2. Laurent Smets, 
ch. de Tong., t 21 févr. 171 1 ; — 
3. Jérôme Smets, ch. de Tong., f 
22 févr. 17 17 ; — 4. Rémi Smets, 
ch. du Parc, t 17 avril 1719. NB. 
Ces 4 étaient des frères entre eux, 
nls du sacristain. — 5. Gaspar van 
Langendonck, ch. de Tong., f 9 
avril 1726 ; — 6. Rémi van Lan- 
gendonck, ch. d'Averb., v 28 déc. 
1728 ; — 7. Norb. van Langen- 
donck, ch. du Parc, t 9 mai 1751. 
NB. Ces 3 étaient également des 
frères. — 8. Henri Wets, ch. de 
Tong., t 16 sept. 1708. — 9. Fré- 
déric Grietens, ch. de Grimb., y 5 
sept. 1670. — 10. Antoine Thys, 



frère convers au Parc, t i^ août 
1739. 

JEAN, abbé d'une maison nor- 
bertine innommée, serait l'auteur 
d'un MS intitulé : Dialogorum li- 
ber. — Ceci est affirmé par Michel de 
GhierSy dont j'ai écrit la notice dans 
le Jr vol. de ce Dictionn., pp. 
307-8 ; le P. de Waghenare avait une 
copie du travail de Michel, (cité là 
au no 3), comme il le dit p. 334 
de « Sanctvs Norbertvs » i65i. 

JEAN III de CHATILLON, 

27e abbé-général de Prémontré, 
natif de St-Just en Beauvaisis. 
Chanoine de Prémontré même, il y 
remplit la charge de prieur, et fut 
élu abbé après la mort d'Adam II 
de Wasignies (t i33i ?... car les 
historiographes offrent des varian- 
tes). 

Le pape Benoît XII avait pris le 
nouveau général en si haute estime, 
pour sa conduite et son savoir, 
qu'il renouvela et confirma les 
privilèges octroyés par Clément V, 
et témoigna le désir de le nommer 
archevêque. Jean de Chatillon dé- 
clina cet honneur par modestie et 
par attachement à sa maison. Il y 
marqua son séjour par des actes, 
qui étaient des preuves manifestes 
de sa profonde piété et de ses soins 
administratifs. Il mourut en 1339. 

Sources : Hugo, Annal. I, col. 28-29 ; 
— Taice, o. c. 1872, I, pp. 122-23. 

JEAN de COLOGNE, chanoine 
d'Arnstein, dont le nécrologe de 
cette abbaye fait mention au 3o 
Novembre : Joannis de Colonia, 
canonici ac fratris nostri, qui hune 
chorum his insignibus libris illus- 
travit in principio saecuîi millesimi 
quingentesimi, 

M. le Dr Becker^ archiviste royal 
de l'Etat à Coblence, a publié en 
1881, à Wiesbaden, « Das Necro- 
logium der vormaligen Pramonstra- 
tenser-Abtei Arnstein an derLahn», 
Gr. in-40 de pp. VIII et 348. Il y 
a ajouté des notes nombreuses et 
pleines d'érudition. Après les recher- 
ches longues et consciencieuses aux- 



JEA 



— i34 — 



JEA 



quelles il s'est livré, il conclut en 
ces termes : 

1. Das Necrologium ist nicht in 
einzelnen Theilen zu verschiedenen 
Zeiten angelegt vvorden, es gehô- 
ren vielmehr seine einheitliche An- 
lage und die ersten Eintragungen 
in dasselbe dem i3. Jahrhundert 
an und ertolgten nicht lange vor, 
aber auch nicht lange nach den 
Jahren i232-i254 ; 

2. der Klosterbruder Johann von 
Kôln hat also zu Anfang des i5. 
Jahrhunderts weder das Necrolo- 
gium, noch einen andern Theil des 
Sammelbandes angelegt, sondern 
nur fur 's erste in das langst vor- 
handene Mortuarium zahlreiche 
Memorien eingctragen, fiir's andere 
wahrscheinlich das Martyrologium 
und die Régula s. Augustini, wel- 
che beide er in beschadigtem Zu- 
stande vorfand, erganzt. 

Johann von Kôln est appelé par 
le Dr Becker : der lleissige Kloster- 
bruder ; et son travail est loué 
comme étant exécuté « in hôchst 
sauberer Schrift » . 

Source : Dr Becker, o. c, pp. 34 à 87, 
et 201. 

JEAN VIII de FARF ou de 
LA FÈRE, 35e abbé.général de 
notre ordre, de 1435 jusqu'à sa 
mort, arrivée le 12 avril 1443. Il 
avait fait sa profession à Prémon- 
tré même, et rempli la charge im- 
portante de conservateur des grains. 
Distingué par sa science autant que 
par la pureté de ses mœurs, hum- 
ble mais digne, et toujours zélé 
pour le maintien de la discipline, il 
méritait à tous égards l'estime et la 
confiance. Aussi à peine installé 
reçut-il du concile de Bâle, sous 
les dates des 4 et 6 septembre 
1436, la confirmation des privilèges 
d'Alexandre IV et d'Innocent III. 

Il enrichit l'église abbatiale d'une 
statue de l'auguste Mère de Dieu, 
en argent niellé d'or d'un remar- 
quable travail, et dans le haut de 
laquelle était dissimulée une fiole 
de verre contenant du sang de 
N. S. J. C. 



Sources : Hugo, Annal. I, col. 32 ; — 
Taice, o. c. souvent, 1872, I, pp. i33-37 
où se trouvent plusieurs détails. 

JEAN IV, V abbé de S. Luce 
de Coire. 

Nous lisons, dans un auteur 
étranger à notre Ordre, ces paro- 
les élogieuses : Wie rege noch um 
die Mitte des i5. Jahrhunderts 
das wissenschaftliche Leben in St. 
Luzi war, bezeugt eine Notiz in 
einem Manuskripte (sic)imbisch6fl. 
Archiv, nach welcher unter dem 
(letzten Propste und) ersten Abte 
Johann [1450-1475], acht Conven- 
tualen auf einmal die DoktorwUrde 
erhielten. Ainsi Joh. Georg. Mayer 
dans sa monographie « St. Luzi 
bei Chur » 1876, Lindau, 8° p. 
75. Dans ma BB. — Voyez les 
Annal, de Hugo, II, col. 106 ; et 
Bayrhamer^ o. c. 1760, p. 59. 

JEAN de MAUBEUGE, doc- 
teur en théologie, 16^ abbé de Vi- 
cogne, de 1279 ^ 1290 ; il mourut 
le II novembre de cette année, 
après avoir été le courageux ven- 
geur des libertés ecclésiastiques. 

Sources : Martene et Durand, Veterum 
Script, et Monument. T. VI, Paris. 1729. 
col. 309-3 10. — P. de Waghenare, o. c, i65i, 
pp. 194-5, où il l'appelle « loannes de 
Bavay Malbodiensis «. — Hugo, Annal. 
II, col. 1078. — Gallia Christ., t. III, 
col. 464. 

JEAN de MIDDELBORCH, 

27e abbé de Diligem, depuis 1384 (?) 
que les Annales de l'Ordre men- 
tionnent en ces termes : « sacrorum 
codicum peritissimus scriptor, mem- 
branarumque delineator egregius, 
pii otii partem nunc legendo nunc 
pingendo impendens.... » Obiit an- 
no 141 1. 17. Kal. Octobris (.?) Les 
auteurs de « Gallia Christiana » se 
basant sur l'inscription tombale, 
tiennent cette date pour fausse 1 
c'est le i5 septembre 1400 que l'ab- 
bé Jean est trépassé. 

Sources : Hugo. Annal. I, col. 606. — 
Gallia Christ. V, 1877, col. 90. 

JEAN II de ROCQUIGNY, 

ainsi appelé parce qu'il était natif 



JEA 



— i35 — 



JEA 



de Rocquigny en Thiérache, fut 
élevé de l'abbatiat de Clairefontaine 
à celui de Prémontré et au géné- 
ralat de l'ordre. Ce fut au mois de 
juin 1247 qu'il fut élu ig^ abbé 
général. Plébéien aussi pieux que 
modeste, il n'en fut pas moins une 
de nos illustrations les plus pures, 
et après sa mort inscrit au nombre 
des Bienheureux. 

Jean s'appliqua avec zèle à ra- 
mener plusieurs abbés et religieux 
à l'esprit des statuts, et faire pré- 
valoir partout la réforme d'Inno- 
cent IV ; il fit tous les efforts pour 
faire refleurir la loi du silence, 
ainsi que la pauvreté volontaire 
parmi certains abbés et prévôts. 
Dès son installation il avait solli- 
cité du Saint-Siège et successive- 
ment obtenu de nombreux privi- 
lèges pour l'ordre de S. Norbert. 
(1248 à 1256). 

Demeurer étranger au mouvement 
intellectuel de V Université de Paris ^ 
la plus renommée du monde chré- 
tien, à cette époque, pour l'ensei- 
gnement de la littérature et de la 
théologie, c'était pour un ordre 
voué au ministère des âmes et à 
la prédication s'exposer à déchoir. 
Jean II, qui était docteur en théologie 
de cette Université, le sentit bien. 
Aussi la fondation d'un collège à 
Paris, pour y mettre à portée des 
cours de l'université tous les sujets 
prémontrés, jugés aptes à y con- 
quérir des grades, lui est comptée 
pour l'œuvre capitale de son admi- 
nistration. C'est en 1262 que, d'ac- 
cord avec les plus éclairés de ses 
confrères, il édifia ce collège, sous 
la direction d'un prieur, sur un 
fonds situé sur les rues Hautefeuille 
et Pierre Sarrazin. (Les titres des 
immeubles sont aux archives natio- 
nales). 

Cette utile fondation fut inces- 
samment l'objet de ses soins, sans 
qu'il se départît en rien de sa ré- 
gularité exemplaire et de sa vigi- 
lance sur l'amélioration de sa grande 
famille. Plein de jours et de bonnes 
œuvres, il expira au pied de l'autel 



de la Sainte-Vierge, où il faisait de 
fréquentes et longues stations, le 
29 août 1269 ; il fut inhumé sous 
cette simple inscription « Joannes 
secundus » qu'il avait défendu d'ac- 
compagner de quelque épithète ho- 
norifique. 

1. Summa Theologica : scholas- 
tico more distincta in libros, trac- 
tatus, capita, quaestiones. 

2. Homiliae in Evangelia. — Ces 
travaux sont restés inédits. 

Sources : Paige {Jean le). Bibliotheca 
Praemonstr. Ordinis, i633, pp. 3o6 ; 58i- 
85 ; 934-35 ; — Maurice du Pré. Annal, 
brèves, 1645, pp. 5^ et jg ; — P. de Wa- 
g/ienare. o. c. i65i, p. 314 ; — Hugo, An- 
nales I, col. 25 ; et 531-4 ; — Probationes 
I, col. CCCCXXVIIJ et suiv. ; — Taiée. 
o. c. souvent, I (1872), pp. 92-97 avec les 
notes. C'est à lui que j'ai emprunté cette 
notice, toutefois en l'abrégeant. — M^ R. 
Van Waejelghem, Nécrol. du Parc, au 28 
Août. 

Appendice. 

En traitant de l'abbaye chef d'or- 
dre et du collège norbertin à Paris, 
je réunis ici les titres de quelques 
MSS provenant de ces maisons. 

En 1790, le dit collège fut dé- 
truit par la Révolution. Le cha- 
noine Daniel de la Croix y était 
alors prieur, et avait avec lui 9 re- 
ligieux. (P. Louis de Gonzague, cité 
plus loin). 

1. Sir Philipps (Thomas), pro- 
priétaire du célèbre château de 
Middle-Hill, en Angleterre^ possé- 
dait, en 4 volum. in-folio, le grand 
Cartulaire de Prémontré. — XII I^ 
siècle, vélin. — Migne, Dictionn. 
des Manuscrits, II, col. 186, n^ i32i. 

2. Complément du Cartulaire de 
Prémontré. A Soissons, où se trouve 
aussi : 

3. Necrologium Prœmonstrati. 

4. BB. nationale à Paris, rue 
Richelieu. Armoires de Baluze, vol. 
mss. in- 12. Dans la 2^ armoire, pa- 
quet 3e, André Duchesne, vol. Si^, 
t. 8. — Extraits des Cartulaires de 
Prémontré et de Clairefontaine. 

5. (Ibid.) Dans le Catal. des MSS 
de Léopold Delisle se trouvent si- 
gnalés les MSS des Statuts de l'Or- 



JEA 



— i36 — 



JEL 



dre, dans le fonds latin, sous les 
cotes 1,292 et 4,394. 

6. Dans le même fonds latin : 
Chronicon Abbatum Praemonstrati 
MS, coté 4,83i, F, 21. 

7. (Ibid.) Dans le fonds Saint- 
Germain français, i MS de Pré- 
montré, coté i85. 

8. BB. de S te Geneviève à Paris : 
Index alphabeticus scriptorum Or- 
dinis Proemonstratensis. MS. 12. O. 
I, [Migne, o. c. I, col. 1147). 

9. Collège des Prémontrés à Pa- 
ris : 

v^ Catalogue de la bibliothèque. 

2° Prémontré, i volume M S. 

30 Mémoire concernant l'ordre de 
Prémontré, MS en 2 vol. in-folio. 
— Que sont devenus ces manu- 
scrits ?... (P. Louis de Gonzague-Daras, 
La Cour d'honneur de Marie, 18^ 
année, n^ 210, Juin 1881, pp. i35, 
i36). 

JEAN de RUREMONDE, prê- 
tre et chanoine de l'abbaye d'Avcr- 
bode. Lorsque le prélat Arnold 
de Tîildel (i368-t 1394) dressa le 
grand Cartulaire d'Averbode, qui 
forme 2 énormes volumes in folio, 
ce fut le frère contemporain, Jean de 
Ruremonde, qui l'écrivit sur parche- 
min et exécuta l'illuminure. Voyez 
ma notice sur Tuldel (Arnold de) : 
Vol. II, p. 256, où j'ai aussi cité 
les sources. 

Dans ses notes historiques sur 
Kyserboscb, cahier M S in-40, feu 
M^' Joris s'appuie sur Gilles die 
Voecht, pour nous apprendre que 
Jean de Ruremonde y fut le pré- 
vôt vers i38o ; quelques années 
plus tard, en 1389, nous le retrou- 
vons comme camérier à Averbode. 
Le nécrologe de l'abbaye et celui 
de Kyserbosch font mention de 
lui « ad IX Kal. Augusti » mais 
sans fixer l'année. 

JEAN IV de St-QUENTIN, 

28^ abbé-général de Prémontré. 
Etant séculier, il s'était vu offrir 
le titre d'official de l'évêché de 
Cambray, attendu sa grande répu- 
tation de jurisconsulte ; mais il avait 



préféré aux honneurs de cette charge 
la solitude laborieuse de Prémon- 
tré. Après quelques années passées 
là dans la pratique des vertus, il 
fut élu canoniquement chef de la 
maison et de tout l'ordre. (i33g- 
t i352). 

M' Ch. Taiee, inspecteur d'Aca- 
démie honoraire et membre de la 
Soc. Académ. de Laon, dans son 
Etude sur l'Abbaye de Prémontré 
(1872, I. pp. 123-127), dit à la 
louange de Jean IV : « ce n'est 
pas sans quelque admiration qu'on 
doit envisager ce chef d'ordre qui, 
au milieu des guerres odieuses qui 
dévastent la Picardie et spéciale- 
ment le Laonnais,... s'occupe d'as- 
surer la régularité, la subordina- 
tion, l'économie dans les monastè- 
res et les écoles de son obédience. » 
Pour tous les détails, que le lec- 
teur veuille lire la belle notice du 
même M^ Taiée, qui s'appuie sur 
les Annales de Hugo, I. col. 29. — 
Dans la « Cour d'honneur de Ma- 
rie. Annales Norbertincs » livraison 
d'Avril 1881, il y a une Notice 
hist. sur le monast. de Saint- Nicolas 
de ro. de Prémontré dans la ville 
de Saint-Quentin. Fondé en ii38, 
il fut saccagé en i55y, lors du 
siège de cette ville par l'armée 
espagnole. — La notice est signée : 
Gustave Sourmais. (pp. 92 à 96). 

JEAN, abbé de WITOW. Un 

écrivain étranger à notre ordre, Cho- 
ciszewski (« Pismiennictwo polskie» 
1874, Posen, p. 1 5), nous apprend 
que cet abbé de Witow composa 
des cantiques ou des hymnes en 
rimes polonaises, destinés à être 
chantés par les fidèles dans les 
églises. Il aurait vécu après 1241. 
(Communiqué par les religieuses 
norbertincs de Zwierzyniec, en 
1897). 

JELINEK (Alphonse-Edou- 
ard), chanoine de Tepl. Né à El- 
bogen le 28 mars i836, il fut admis 
à la vêture le 21 novembre 185/ et 
à la profession le i5 juin 1862. 
Ordonné prêtre le 27 juillet suivant, 



JOR 



- i37- 



JOR 



il partit pour Prague le i'^'' octobre 
de la même année et s'y livra aux 
études mathématiques et physiques. 
Le i'^^' aviil 1864, il devint profes- 
seur suppléant au collège de Pilsen ; 
le i3 décembre suivant il subit avec 
la plus haute distinction Texamen 
des mathématiques. Confirmé dans 
sa charge antérieure au collège de 
Pilsen le 21 février 1871, il fut 
élevé au rectorat des professeurs du 
même institut le 14 novembre i883. 
Il a reçu le titre de notaire archié- 
piscopal. 

Il a publié des dissertations ma- 
thématiques, parues dans les pro- 
grammes de Pilsen : 

1. Untersuchungen iiber die In- 
tersection eines getheilten und un- 
getheilten Hyperboloides mit einem 
geraden, kreisfôrmigen Kegel. 1871 
et 1872. 

2. a. Beitrag zur elementaren 
Behandlung der Lehre vom phy- 
sischen Pendel. — b. Neue Mé- 
thode, die von Curven begranzten 
Flachen behufs Ouadrierens in Ele- 
mente zu zerlegen. — c. Beitrag 
zur elementaren Behandlung der 
Brechung des Lichtes. 1875. 

3. Beitrag zur Cubatur des Re- 
gels. 1882. 

4. Trigonometrisch-stereometri- 

sches Ubungsmaterial fur die Oc- 
tava. i885. 

Sources : Catal. gênerai. O. Praem. 
1900, p. 71 ; — renseign. fournis par le 
rév. confr. Xav. Klcmm. 

JOANNIS (Corneille), origi- 
naire de Rozendaal, chanoine et 
prêtre de Tongerloo. Il était maître 
es arts, fut prieur, et curé de Ro- 
zendaal, de Mierlo et d'Alphen. 
Il mourut le 10 octobre 1487, selon 
le Nécrologe de Tongerloo édité 
en IÇ02 : pp. 204-5. 

JONGHE (Henri-G. de) : V. I, 

p. 424. Profès de 1722, prêtre de 
1724. Suivant le Nécrologe de 
l'abb. du Parc (édité en 1907, pp. 
377-9), il mourut le 14 sept. 1784. 

JORDENS (Rombaud-Jean- 



Bapt.), né à Malines le 14 mai 
1873. Admis à l'abbaye de Ton- 
gerloo, il reçut l'habit le 21 no- 
vembre 1893, prononça les voeux 
le 16 octobre 1895, et fut ordonné 
prêtre le 14 mai 1899. Il cultive 
cou amore et avec succès la poésie 
flamande. 

1. Nombreux articles en prose 
dans la revue : Het H. Misoffer, 
dont il est actuellement le rédac- 
teur en chef (1906). 

2. Romb. Jan. Jordens Norber- 
tijner kan. der abdij van Tongerloo 
Tongerloosch Lindeloover (Veritas, 
vincit) i^fe Dichtbundel Voorbericht 
door Kan. J. Muyldermans vi^erkend 
lid der kon VI Akademie [Ici la vue 
de l'entrée de l'abbaye] : 

Voor de grijze poort des kloosters 
Staan de lindcn eeuwenheugend 

(Lied der linden. S. Daems) 
Averbode-Drukkery der Abdy — 
1904, in 8° ; pp. 120. Dédie, à 
Mgr Th. L. Heylen. 

3. Pièces de vers très nombreu- 
ses, éparses dans « Het H. Misof- 
fer )) par ex. : Tongerloo's oudsten 
kloosterling, Gyzelbrecht Verhaett, 
— Drie speelmakkers (S. Herm.- 
Joz.) — 't Nieuvi^sgierig begijntje. 
Enz. enz, 

4. Quae est ista, lofzang aan de 
Onbevlekte, Fransche tekst van den 
eerw. heer Jozef Bamvens, Vlaam- 
sche van den eerw^. heer Rombout 
Jordens. Inschrijving te nemen bij 
den toondichter, den eerv7. heer 
BorrenianSy orgelist der abdij van 
Tongerloo. 

JORIS (Stanislas-Jean-Bapt.), 
t 1890. 

Qu'il me soit permis, avant tout, 
de déclarer que ce Prémontré d'A- 
verbode, aussi érudit que modeste, 
fut mon bienfaiteur généreux, mon 
ami intime. C'est lui qui m'ini- 
tia, dès 1874, aux éléments de la 
bibliographie, qui me fit don de 
plusieurs livres rares, et qui m'aida 
constamment de ses lumières et de 
ses encouragements si précieux. 
Que de fois m'exhorta-t-il à entre- 
prendre résolument la Bibliographie 



JOR 



— i38 — 



JOR 



de l'Ordre I Qu'y a-t-il d'étonnant, 
si sa mémoire me reste vivace au 
fond du cœur !... 

Voici son souvenir funèbre, impri- 
mé à Averbode : 



Jésus, Maria, Joseph, Norbertus. 

Wij hebben uwe bermhertighe d, o God, 
in het midden van uwen tempel bekomen. 
(Ps. 47. f. 10.) 

BiD VOOR DE ZIEL VAN ZALIGER 

DEN EERWEERDEN HeER 

STANISLAUS (Joannes-Baptista) 
JORIS, 

Kanunnik-regulier en hihliothecaris-archivist 

dey Abdij van Averbode, der Orde van 

Premonstreit. 

Hij wordt geboren te Baelen 21 Dec. 
1819. 

Ontvangt het wit habijt 21 Nov. 1837. 

Spreekt de plechtige beloften uit 21 
Nov. 1839. 

Wordt Bibliothecaris-Archivist genoemd 
3 Febr. ]842. 

Wordt priester gewijd 10 Jun. 1843. 

Tôt Circator en leesmeester der heilige 
Schrifmur aangesteld 20 Meert 1846. 

Na verscheidene bedieningen vervuld te 
hebben in Cortenbosch, Malraédy, Chôdes 
en Ocquier, keert weder naar de Abdij 
7 Dec. 1882. 

En sterft aldaar als Jubilaris zijner H. 
Professie, tijdig voorzien van de HH. Sa- 
cramenten der stervenden, 25 Jul. 1890. 

Hoe schoon staat de wijsheid aan be- 
jaarde menschen.... De ervarenheid is de 
kroon der ouderlingen en de godvreezend- 
heid is hun luister. (Ecclï xxv. 7. 8.) 

Wijze menschen verbergen hunne ken- 
nis.... Waar ootmoedigheid is, daar is ook 
wijsheid. (Spreuk. x, 14 ; xi, 2.) 

Door gestadige lezing en langdurige 
studiën had hij van zijn hert als de boek- 
zaal van Jesus-Christus gemaakt. (H. Hie- 

RON.) 

Ik smeek u, mijne broeders, bij onzen 
Heere J. C. en bij de liefde des H. Gees- 
tes, dat gij mij bijstaat in uwe gebeden 
voor mij tôt God. (Rom. xv, 3o.) 

O.-L.-V. van het H. Hert, bid voorons. 

{100 dagen aflaat.) 

R. I. P. 

Notre confrère Stanislas Joris 
était un bibliothécaire extrêmement 
laborieux : il avait des connais- 
sances étendues, un vaste savoir ; 
ce qu'il avait appris, il l'avait aus- 
si retenu. Jamais on ne le consul- 
tait en vain sur des points téné- 
breux d'histoire ou de bibliogra- 



phie. Travailleur inlassable — la 
liste de ses MSS va nous le faire 
connaître comme tel, — il était 
doué d'une heureuse mémoire. 

Avant la Révolution française, 
l'abbaye d'Averbode possédait une 
riche bibliothèque : le prélat Salé, 
décédé en 1782, l'avait fort aug- 
mentée par l'achat de nombreux et 
utiles ouvrages. En 1792, lorsque 
des armées ennemies envahirent 
notre patrie, l'archiviste Candide 
Caenen, assez connu pour sa pro- 
fonde érudition, avait fait mettre 
en sûreté les livres et les manu- 
scrits. Mais en 1819 l'Etat mit la 
main sur la belle collection et la 
donna à l'université de Liège. Cela 
fait qu'il n'y avait plus de biblio- 
thèque à Averbode, lors de la res- 
tauration en i833. C'est à M^ Joris 
qu'incomba la lourde tâche de pour- 
voir à sa nouvelle formation. Le 
jeune religieux, en effet, fut nom- 
mé bibliothécaire- archiviste par le 
Supérieur Norb. Dierckx, le 3 févr. 
1842. Dès lors il se rendit assidû- 
ment aux ventes publiques de livres, 
entra en relations avec plusieurs 
savants et amateurs, et devint peu 
à peu un bibliophile distingué, un 
homme fort érudit. A lui nous pou- 
vons appliquer à la lettre ce qu'on 
raconte de Thomas à Kempis, il 
trouvait son plaisir : In angello 
cum libello. 

Depuis 1849 jusqu'en 1882 notre 
confrère fut chapelain en diverses 
localités, tout en restant bibliothé- 
caire en chef. 

La patience qu'il pratiqua, aux 
heures de loisir, dans la transcrip- 
tion des chartes et documents, qui 
concernent l'histoire de notre Ordre, 
est réellement admirable, je dirais 
extraordinaire. Sa devise paraît avoir 
été : CoUigite fragmenta.... ne pe- 
rçant. Et n'est-il pas permis de 
dire à sa louange, qu'il a vaillam- 
ment marché sur les traces du re- 
nommé Gilles die Voecht, cet autre 
infatigable archiviste d'Averbode ? 

C'est à M»" Joris que notre bi- 
bliothèque doit, entre autres, l'ac- 



JOR 



■^ iSg — 



JOR 



quisition des « Monumenta Germa- 
niae historica » (Pertz, Wattenbach, 
Waitz, Holder-Egger, etc.) Han- 
nover, 1826 et ann. suiv., nombreux 
vol. in-fol. ; d'un beau et complet 
exemplaire des « Délices du Pays 
de Liège » 5 vol. in-fol. ; d'un im- 
portant ouvrage de C. G. von Murr, 
intitulé : Journal zur Kunstgeschich- 
te und zur allgemeinen Litteratur, 
Nurnberg, 1775-1788, 16 Th. in 
4 vol. ; de la collection dont le 
titre exact est « Compte-rendu des 
séances de la Commission royale 
d'histoire, ou Recueil de ses buUc- 
tins. » 2^ édit. Brux., 1844 et a. 
suiv. (Cette collection fut complé- 
tée par Mr Jules Evers). 

Notre confrère Stan. Joris était 
estimé par les savants belges, et 
comptait parmi ses amis MM. Ga- 
chard, Alvin, Piot, Ruelens, Bor- 
mans, van der Hagen, Génard, van 
Even et bien d'autres encore. 

Ses récréations favorites étaient 
l'arboriculture et l'apiculture. 

Le 7 décembre 1882, il revint 
définitivement à l'abbaye, emme- 
nant avec lui la vaste collection 
des manuscrits et des livres, qu'il 
avait pu réunir de ci et de là, et 
surtout des pays étrangers. 

Le Révi'^e Prélat Crets, élu et 
installé en 1887, fit restaurer et 
agrandir la bibliothèque d'Averbode, 
en 1888. Que l'on juge de la joie 
du vénéré chanoine Joris, lorsqu'il 
vit mettre la main à l'œuvre et 
qu'il lui fut donné de diriger un dé- 
ménagement aussi important! Mais 
hélas ! il ne vit point l'achèvement 
du nouveau local. L,2 25 juillet 
i8go, il succomba à la maladie de 
langueur, qui le tenait épuisé et 
comme cloué sur un lit de souf- 
frances, depuis environ une année ; 
déjà le 21 novembre 1889, cinquan- 
tième anniversaire de sa profession 
religieuse, son état ne lui avait pas 
permis de le célébrer comme il 
l'eût désiré. Jusqu'au dernier sou- 
pir il fut un objet d'édification, 
par sa conformité parfaite avec 
l'adorable volonté de son Créateur. 



Mr Ed. van Even, archiviste de 
la ville de Louvain, a publié en 
i8go : De Eerwaarde Heer Stanis- 
las Joris herdacht. Averbode, Stoom- 
druk. C. Compiet, pp. 14 in-8". 
Je me suis fait un devoir d'utiliser 
cette notice intéressante. 

I. Necrol{ogium). Averb(odiense). Ce 
titre se trouve au bas de nombreu- 
ses pages d'un volume, imprimé à 
l'abbaye d'Averbode, s. a., s. 1. Il 
y a 92 feuillets soit i83 pp. non 
chiffi:. à 2 col., papier solide in-40. 
A la toute première page, sans 
aucun préambule, on lit : « Janua- 
rius. A. Kalendis Januarii. i. » 

Pour composer ce nécrologe, des- 
tiné à être lu au chapitre quotidien 
après Prime, M^ ^oris s'est servi 
entre autres d'un vieux M S : Ne- 
crologium monasterii Averbodiensis. 
Codex membraneus saeculo XIII 
mediante conscriptus [dit-il en ses 
notes], exceptis IV ultimis foliis, 
quae usu quotidiano per duo et 
ultra saecula multùm attrita, circa 
finem saeculi XV per librarium fue- 
runt rescripta. 

2. Mr Joris a contribué à la publi- 
cation des 4 opuscules flamands 
sur Notre-Dame de Cortenbosch, 
en 1848, conjointement avec notre 
confrère Herm. Derckx, Je tiens de 
lui-même ce renseignement. Voyez 
l'article Derchx au i^r Vol. de ce 
dictionn., pp. 175-6. Aux archives 
d'Averbode, nous avons (igo8) au 
n" coté 74 : « door Joris verzameld : 
Historié en mirakelen van O. L. V. 
te Cortenbosch. » 

3. « Dissertatie vertoonende dat 
den keus ende nominatie der re- 
ligieuse hoofden noijt aen onse 
princen is toegestaen of vergunt 
geweest door de Pausen etc. » (sic) 
pp. II in-4", signées : F. S. J 
Balensis. i852. — Celte disserta 
tion MS fait partie d'un recuei 
in-4" relié, que j'ai devant moi, au 
quel recueil on pourrait donner ce 
titre : 

4. Analecta Ordinis Praemonstra- 
tensis. MS. in-40 de pp. 149, vr:?-^ 

5. M. le chanoine Joris aida 



JOR 



— 140 — 



JOR 



M. Edw. Van Even, par la commu- 
nication de nombreux documents, 
pour la composition du livre : 
Geschiedenis der Stad Diest, 1847. 
L'auteur remercie notre bibliothé- 
caire à la p. VII (( Voorrede, » — 
En outre, il y a un exemplaire à 
la BB. d'Averb., qui est interfolié 
de papier, avec des notes de la 
main de M^^ Joris. 

6. Liste alphabétique de quelques 
écrivains, surtout belges^ de l'ordre 
de Prémontré, avec le catalogue 
abrégé de leurs travaux littéraires. 
— Codex cartonné in-4", 23oXi8i, 
sans titre ; — environ pp. 265. Il 
va sans dire que ce codex m'a 
fourni un bon nombre de rensei- 
gnements pour ce Dictionnaire. 

7. Cartiilariiim Abhatiœ Averhodien- 
sis. 2 vol, in-folio, aux archives de 
notre monastère : cartonnés, papier 
fort, écriture nette, pp. 1-284, ^^ 
285-3g4. 

Vol. I. A la ire page il nous ap- 
prend qu'il existe chez nous : Carta- 
rium parvum quod est volumen in 4" 
MS. in perg. continens vetera quae- 
dam monasterii diplomata. MS 
saec. XIII ineunte. — Et : Carta- 
rium abbatis, seu cartarium ma- 
gnum 2 vol. in folio saec. XIV 
finiente MS. in perg. continens 
praecipuas monasterii chartas. 

Vol. II : pp. 285-394 (comme je 
l'ai écrit plus haut). 

8. Codex cart. 340X206. — bd. 
karton, lederen rug : ff. 78 in-folio. 
— De Eerw. H. Evers schrijft hier : 
Bijdrage tôt de geschiedenis der 
Pastorijen en andere geestelijke in- 
stellingen van Averhode afhangende of 
langen tijd door Averbodiënsers 
bediend, volgens de archiefstukken 
der Abdij (ongelukkiglijk niet aan- 
gebaald) opgemaakt door Averbo- 
de's vlijtigen en geleerden Archiva- 
ris Ir. Stanislas Joris t 1890. 

Joris, na eene inleiding over de 
oorzaken waarom de Praemonstra- 
tensers zoovele pastorijen bekwa- 
men, geeft over die van Averbo- 
de hoofdzakelijk, het jaar waarop 
ze der Abdij toekwamen en daarna 



de zoo volledig mogelijke lijst der 
pastoors ofte bedienaars. — Tôt 
hier toe de E. H. Evers. 

9. jo Necrologiuni Praepositorum, 
Priorissarum, Sanctimonialium, Be- 
nefactorum etc. Parthenonis de 
Kyserhosch ord. Praemonstratensis in 
Geldriâ. ex antiquis monumentis 
concinnatum i85o. [nempe ex Ne- 
crol. Averbod., — Necrol. de 
Kyserb. novo, — apographo die 
Voecht, — Necrol. antiq. Kyserb.] 
Cum indice alphabet. Sororum, in 
fine. M S. oblongum 206X84 car- 
taceum, ff. 102. 

2° Annotationes histor. circa idem 
parthenon. MS in-40. 

Au sujet du Necrologium de Key- 
serhosch, le chanoine Stan. Joris 
s'exprime ainsi : Scriptum videtur 
Necrologium de Keyserbosch non 
ante annun i3oo, nam memoria 
Henrici abbatis S. Mich. Antverp. 
ad VII idus octobr. notata ibi est 
manu primarii scriptoris. (i) 

Codex iste, in pergameno litteris 
gothicis exaratus, ejusmodi formac 
est quam vulgô in folio vocant ; 
character litterarum primarii scrip- 
toris admodum elegans et bene 
ordinatus, continuatorum vero va- 
rius et interdum lectu difîicilior, 

^î^tatem ejus exquiris ? ab abbate 
Averbodiensi, Joanne de Rotselaer, 
monialibus donatum fuisse testatur 
donatoris memoria ad V kal. aug. 
Necrologio adscripta. 

Inclinor ut credam aliud et anti- 
quius Necrologium monialibus fuis- 
se, quod tamen tempus edax rerum 
poste ri tati invidit. 

Praedictum codicem per tria fere 
saecula quotidiano canonissarum of- 
ficio inserviisse, ac postea Averbo- 
dium delatum in scriniisbibliothecae 
inter adiophora abactum per aequale 
tempus delituisse constat. Idem 
saeculo iS''^ finiente spoliatricibus 
Gallorum manibus féliciter prœrep- 



(i) Mr Raph Van IVjefelghem (Necrol. 
de l'abb. du Parc, 1906, p. 212) dit : Le 
Kécrologe de Keyserboscn écrit en 12S8 
et continue par différentes mains.... (?) 



JOR 



— 141 — 



JOR 



tus Averbodio hue usque reman- 
sit.... 

Praeter enim usum tôt sœculis 
continuatum, ut ante dixi, jacebant 
non ita pridem distracta folia hic 
et illic per atria sparsa, donec 
curae Bibliothecae praefectus, et se- 
dulam aliquando fragmentorum re- 
coUectionem instituens, ea omnia, 
paucis licet exceptis, reperi, et re- 
perta, ut poster) tati consul erem, in 
formam voluminis redegi. 

Erunt qui talia aspernantur : at 
ali'i iateantur oportet, hujusmodi 
necrologia insignem usum in histo- 
ria loci sacri, geographia medii 
aevi, chronologia et genealogia no- 
bilium praestare posse : quare at- 
tentiùs revoluto libro et perspiciens 
in eo non pauca contineri, quae 
historiis monasteriorum tum de 
Averbodio tum praecipue de Kyzer- 
bosch concinnandis inservire pos- 
sent, operae pretium duxi talia se- 
ligere, et excerpere quoque ea quae 
nobilitatem tractûs sive comitatûs 
antiqui Hornani [i, e. de Hoern] 
nec non dominorum vicinorum sis- 
tunt. 

Conservantur insuper in eadem 
Averhodiensi BB. duo alia exemplaria 
Nccrologii de Kyzerhosch, quorum 
prias, tempore Gerardi van der 
Schaeft, Averb. abbatis, ex anti- 
quiore, de quo supra mentio, niti- 
dè descriptum in pergameno, at 
varie, praecipue post introductionem 
reformationis in monasterium, sub 
abbate Mathia Valentini et deinceps 
mutilatum, conspicitur hodiedum. 
Hoc usœ sunt moniales in officio 
capituli usque ad finem saeculi i8^^ 

Aliud copia est seu apographum 
praecedentis, olim ad preces R. P. 
/Egidîi die Voecht exarata, et illi 
submissa ex Kyzerbosch. Continet 
hoc plurima, quae posteriore tem- 
pore in praecedente mutata aut de* 
leta reperiuntur, quarë fas est ut 
credam hoc ipsum originale prae- 
cedentes litteraliter repraesentare. 

Haec praemittenda duxi, ut scias 
quo ex fonte defectûs MS. Necro- 
logii, quod infra affero, suppleve- 



rim, nempe ex praedicto apographo, 
F. Aigidio die Voecht submini strato. 
— Jusqu'ici M^ Joris. 

10. Liber Continens litteras Fun- 
dationum, Donationum, privilegio- 
rumque Parthenonis S. Nicolai in 
Keiserhosch Ordinis Praemonstr : Dio- 
cesis Leodiensis, in Comitatu Hor- 
nano. (F. Stanislai Joris 1873). Petit 
in-4^^ 

lo Index pp. 8 non chifï. — 2.^ 
ff. I — 64 chiffrés au seul recto, 
soit pp. 128, suivies de 2 pp. don- 
nant des sceaux. _ 

11. Chronicon abbatiae Averhodien, 
Tel est le titre, qui se trouve au 
dos d'un épais volume in-folio, re- 
lié en vélin, et conservé dans les 
archives de notre monastère. 11 s'a- 
git ici du Chronicon (ou Historia) 
de notre confrère Augustin van Bo- 
terdael, annoté par M^ Stanislas Joris, 
Celui-ci a copié le travail du pre- 
mier en ayant soin de laisser assez 
de place sur les feuillets, pour 
ajouter des explications ou anno- 
tations, ou bien encore, le cas 
échéant, pour redresser certaines 
erreurs. 

Soit dit ici en passant, le Cata- 
logue des MSS de la BB. royale 
à Bruxelles, T. III, p. 5o-(5o2), 
signale : 7837. De coenobio Aver- 
hodiensi. latin in fol, XVII '^/s siè- 
cle. Le R. P. J. van den Gheyn 
n'en donne rien de plus. 

12. Codex in-40 cartonné, écrit 
de la main de Mr Joris (1869), et 
marqué 2 au dos qui est en cuir, 
pp. i-i34. 

p. 5 : Fundatio Monasterii (Aver- 
bode). 

p. 7 : Privilégia Pontificia. 

p. 13 : Diplomata et privil. data 
ab Epis Leod. etc. 

p. 20 : Privil., diplom. Ducum 
Brabantiae. 

p. 3o : Diplomata Lossensia. — 
etc. 

pp. 49 et seq. : Aerschot. Balen, 
Basheer. Bergeyck. etc. etc. 

p. III : Ex registro scripto saec. 
XVII exeunte. Averbodii territo- 
rium tenet Bonnaria 73 1 ; summa 



JOR 



— 142 — 



JOR 



Bonnariorum iota 441 1, i. e. 17 in 
Balen, 20 in Beckenvoort, etc. 

p. 121 : Kyserhosch, (En ce cahier 
16 pp. sont restées en blanc). 

i3. Plusieurs petits catalogues 
MSS. in-4", par ex. 1° Concilia. — 
2^ Historia Angliae,... Daniae etc. 
— 30 Historica Belgica etc. — 4° 
Historia monastica. — 5° Theolo- 
gia Patristica. — 6° Varia. — 7" 
Carta3 Begginagii de Diest (i253 
etc.). — 8<' Theologia Liturgica. 

14. Codex in-4" cartonné, au dos 
duquel je lis : 3. Lossensia. I. Il y 
a donc en ce cahier MS. un grand 
nombre de documents, qui ont rap- 
port au pays de Los. M^" Joris a 
confectionné l'index de toutes ces 
pièces sur 2 pages, qui précèdent 
le feuillet i : « Contenta in hoc 
Volumine primo ». Et le même 
index commence par : « CoUectanea 
Historica de Oppido Beringensi ». 
En tête du f. i : Anal.(ecta) Be- 
ring(ensia). — Ce codex compte 
environ pp. 220, écrites nettement. 

i5. Codex in-40 cartonné ; au dos 
en cuir se trouvent les nn^s 5 et 
160 : Anal(ecta) Diest; (ainsi à la 
p. 37). Anëcd(ota Diest : ainsi à la 
p. 85). Ce cahier a pp. 169, écrites 
fort proprement. 

16. Codex in-40 cartonné. Au dos 
qui est en cuir je lis : 4 161. La 
page chifïrée 119 y est la V'^ qui 
soit écrite, et commence par ces 
mots : Robertus cornes Hasbaniae 
et Masuarensis Donat cœnobio S. 
Trudonis locum Dungo. Le dit ca- 
hier 4. 161. est un recueil de vieil- 
les chartes et lettres, etc. que M. 
Joris a copiées : pp. 119 à 241. En 
outre, depuis la p. 249 il y a 45 
pp. écrites. Le reste est en blanc. 

17. 1° Histoire chronologique des 
Princes-Abbés de Stavelot et Mal- 
medij. — 2^ Annales ou sommaire 
des choses arrivées en la princi- 
pauté de Stavelot et principalement 
en la ville de Malmedij et aux en- 
virons. 1617-1748. — 30 Chronique 
de 1657 à 1795 (époque de l'af- 
freuse Révolution), annotations de 
tout genre, copies de divers frag- 



ments d'archives, concernant Sta- 
velot, Malmedij, etc. MSS. in-40 de 
pp. 260 à peu près, de la main de 
Mr Joris. 

18. Notes bibliographiques sur le 
pays de Stavelot, de Malmedij, de 
Loigne. MS petit format d'une 
vingtaine de pages. 1867. 

19. Fragmenta Genealogica. MS 
relié in folio, de la main de M'" 
Joris : écriture extrêmement soignée. 
Il y a 27 tableaux plies, avec des 
armoiries dans le texte : donc pp. 54. 

20. Registre in-folio cartonné 
(sans titre), où M^" Joris a recueilli 
des chartes, des listes d'abbés, des 
documents divers concernant les 
monastères iiorbertins, dont les noms 
suivent : Veszera. — Trostat. — 
Hausen. — Régis* Breitingen. — 
Cappela. — Scheffsterheim. — Dor- 
lar. — Rodenkirchen. — Lauris- 
heim ou Lorsch. — Selbold. — 
Hachborn. — Germeroden. — Lutra 
Csesarea ou Kayserslauter. — En- 
ckenbach. — Dreisa ou Munster- 
Dreise. — Gomersheim. — Marien- 
thal (dioc. de Mayence). — St Alban 
en Rode, ou Hildeburg-Rode lez 
Sangerhusen : prévôté de chanoines, 
circarie de Saxe. — Usedom, Us- 
nam, Grobe, Pudgla : 4 noms d'un 
monastère en Poméranie. — Lac 
de Joux. 

Ce registre compte une bonne 
centaine de pp. écrites. 

Le couvent cité en premier lieu 
est Veszera. Je ne puis laisser échap- 
per l'occasion, qui m'est ici offerte, 
d'en dire quelques mots. 

Veszera — que l'on écrit aussi 
Vesra, Vessera ou Vescera — était 
un monastère norbertin, fondé en 
ii3i au diocèse de Wurtzbourg. Je 
lis dans les « Beytrâge zu der His- 
torié Frankenlandes.... » par J^ean- 
Paid Reinhard, professeur d'archéo- 
logie à Erlangen : « Vessera ist ein 
kleiner Ortim Hennebergischen...., 
eine Meile von Schleusingen. Da- 
selbst war ehedessen ein schônes 
Kloster, in dessen Kirche die gefûr- 
steten Grafen von Henneberg ihr 
Erbbegrâbnisz hatten. 



JOR 



— 143 — 



JOR 



In diesem Kloster sind gegen- 
wartige Hennehergische Jahrbiicher, 
aus denen daselbst befindlich gewe- 
senen Nachrichten, verfertiget wor- 
den. Es mag ums Jahr i5i7 ge- 
schehen seyn, weil sie so weit ge- 
hen.... » 

Le même Reinhard a donc publié ; 
« Monachus Vessercnsis sive Chronicon 
Hennehergense, ab Anno Christi 1078. 
vsque ad Annum Christi iSij. » 
Cette chronique se trouve dans les 
Beytrdge citées plus haut, Bayreuth, 
1760, in-8o, I Theil, pp. (ioi)-i3o 
en outre, III Theil, 1762, pp. 254 
256, il y a : « Verbesserungen des... 
herausgegebenen Monachi Vesse 
rensis. » La raison, c'est que Rein 
hard avait reçu ces corrections de 
la part d'un ami, qui avait consulté 
deux autres manuscrits. — Cette 
même chronique fait également par- 
tie des « Sammlungen zur Sachs- 
Geschichte » von Christian Junckner, 
1777, tome 12, pp. 243-80. Enfin 
le protestant Weinrich fait l'éloge 
de l'activité des moines de Vesra, 
dans V introduction de « Kirchen- 
UndSchulen-Staat.... Henneberg. » 
Leipz. 1720, au feuillet qui suit la 
marque d 5. 

21. Cahier in-40 contenant : 

I" Fasciculus diplomatum Mo- 
nasterii B. M. V. de Vesfa, ord. 
Praem. : 1131-1349. pp. 6, ex Karl 
Schoppach^ Hennebergisches Urkun- 
denbuch ; Gruneri opusculis, etc. 

2» Fasciculus diplomatum Mo- 
nasterii de Troistat, ord, Praem. : 
1181-1273. p. I, ex iisdem. 

3° Diplomatarium Cœnobii Regis- 
Breitiingen : 1 137-1482. pp. 7, ex 
eodem Schoppach, etc. 

40 Monasterium Gratia Dei Cire. 
Saxoniae, ord. Prasm. — Ex Reliq. 
MSS. D. Ludewig, t. XL pp. 3. 

50 Séries Archidiaconorum Cam- 
piniae in Episc. Leodiensi. pp. 3. 

Decani Concilii Beringensis. Pas- 
tores Beringenses. pp. 5. 

22. Notse bibliographicae circa 
aliquot incunabilia Neerlandica. MS 
in-40 ; pp. 40. 

23. Catalogus librorum, quos sibi 



comparavit F. Stanislaus Joris Rel. 
Averb. — C'est un assez gros ca- 
hier, écrit de sa main. 

24. Cahier in-40 cartonné : au dos 
les nn. 4 et iSg. AnaL (ecta) He- 
rend{ai\\ens\di), pp. 45 ; sequuntur 
aliquot diplomata et miscellanea. 
pp. 20. MS de la main de M' Joris, 
écriture fort nette. 

25. Catalogus MS (1849) librorum 
impressorum qui spectant ad stu- 
dium Sacras Scripturae : Prolego- 
mena, Lexicon, Biblia Polyglotta 
etalia, Commentaria, Historiae Vet. 
et Novi Testamenti, etc. pp. 80 in- 

26. Recueil MS in-folio cartonné, 
sur le dos duquel est écrit : Varia 
Praemonstr. (i865). Ce cahier con- 
tient : 

I" Séries Abbatum S. Michaelis 
Antverpise metricè descripta. pp. 3 
non ch. — H y a 93 vers latins, 
hexamètres, composés par un reli- 
gieux anonyme de la même abbaye ; 
il s'arrête à l'année 1499, sous le 
prélat Jacq. Elsacker. Le MS est 
aux archives d'Averbode, et M^ 
Joris en a fait la copie. 

2" Incipit fundatio monasterii B. 
Mariae in Tungerloa. pp. 18 non ch. 

30 Wenaugia. Ord. Praem. in 
Cire. Westphaliae parthenon. pp. 2 
n. ch. 

40 Hortus Conclusus B. M. V. 
in Herenthals. pp. i5 n. ch. 

50 [Vetera documenta], pp. 18 
n. ch. 

60 CoUegium Praemonstratensium 
Lovanii. pp. 8 n. ch. 

70 Abbatia S. Mariae Middelburg. 
pp. 4 n. ch. 

27. (Copie). Hier beghinnen die 
cleijn statuyten en goede heijlighe 
oude ghewoonten van onsen be- 
ghijnhof van diest. — MS grand 
in-40 de la main de M^ Joris : pp. 
45. 

28. Copies diverses de vieux do- 
cuments, historiques, bibliographi- 
ques et autres : in-40 et in-120. 

29. Transcription in-40 du Ma- 
nuscrit original de notre illustre J. 
B. VEcuy : Vitae meae brève com- 



KAN 



— 144 — 



KAY 



pendium. le l'ai déjà mentionnée 
au I' Vol. de ce Dictionnaire, p. 
232, au no 5i. Par conséquent, nous 
avons à Averbode trois exemplaires 
de cette vie si intéressante : 1° celui 
qui provient du général de Pré- 
montré, portant aux archives le n" 



I iSg; 2» la copie de M'" Jcris ; 3° 
celle qui fut faite en 1874, P^^ ^^ 
Fr. Léon Goovaerts, alors curé à 
Chanxhe (sous Sprimont). 

3o. Insignia quorumdam abba- 
tum (i. e. armoiries coloriées avec 
devises). Parvus codex in- 12". 



K 



KANSMANS (Antoine), né à 
Louvain, le 2 juillet iSgg. Il pro- 
nonça les vœux de religion en 1624, 
à l'abbaye du Parc, après avoir 
acquis le grade de bachelier en 
médecine. Prêtre de 1625, il rem- 
plit la charge de circateur, fut pro- 
clamé bachelier formé en théologie 
(i63o), et mourut déjà le 3o no- 
vembre i63i (ou le V décembre?) 
Le « Cathal. Fratr. Parch. » le 
loue comme étant : doctus et exem- 
plaris ; multum orationi deditus. 
Voyez le Nécrologe de l'abb. du 
Parc, publié par M^" Raphaël Van 
Waefelghem, Décembre 1907, pp. 
473-4, où il renvoie aux sources. 

NOTE. 

Le nombre des religieux du Parc, 
qui ont acquis le grade de bachelier 
ou celui de licencié en théologie, 
est réellement considérable. L'illus- 
tre Servais de Lairvelz écrivait en 
i6o3 : Parcum... Cœnobium prope 
Louanium situm, quod meritô nos- 
tri Ordinis Louanium & litterarum 
Prsemonstratensis Ordinis empo- 
rium nuncupes. Vix enim inter 
illius Monasterii Religiosos (qui 
sunt in magno numéro) alius mihi 
ibidem existëti occurrit, quàm sa- 
crae Theologiae Licentiatus, vel Bac- 
calaureus. (Optica Regvlar., Mvssi- 
ponti, i6o3, 40 p. 388). 

Gramaye, dans ses « Antiqvitates 
ill. Dvcatvs Brabantiœ » s'exprime 
à peu près dans les mêmes termes, 
au chapitre qui traite de Louvain, 
p. iio où il cite Serv. de Lairvelz 



en marge, mais en estropiant le 
nom. (Brvxel. lo. Momartii, 1610, 
petit in-40 à la BB. d'Averbode). 

KAROLY (Jos. Irénée), I, p. 

435. D'après les renseignements du 
Dr Rob. FarkaSy chanoine de Jâszô, 
dans son bel ouvrage de 1902 déjà 
cité, son confrère Irénée a publié 
depuis 1891 : 

4. Az abszolut mértékrendszer az 
elektrikâban. (Anagyvâradi fogimn 
Ertesitoje. 1891 92). 

5. Az elektro-statikai es ( lektro 
mâgnesi egységek viszonyai. Ibid 
1893. 

6. Zur Démonstration des gegen 
seitigen Einflusses zweier Funken 
strecke. 

7. Annalen der Physik und Che- 
mie. 1897. 

8. Kisérletek a nyitâsi extra- 
âram szikrâival. (A Mathematikai 
es Physikai Lapokban, 1898). 

9. Encore une demie douzaine 
d'articles en cette même revue 
scientifique. 

Source : Dr Farkas, pp. 220 et 299. 

KAYSER (Christophe), né le 
18 nov. 1688 à Tùrckheim, aux 
frontières de la Souabe. Après avoir 
achevé son noviciat à l'abbaye de 
Roggenbourg, il y fit profession le 
Il juin. 1709. Ordonné prêtre le 
16 janv. 17 14, il fut nommé par 
les supérieurs professeur de poésie, 
à l'école annexée au monastère, et 
ensuite maître des novices. Il rem- 
plit en outre, pendant 17 ans, la 



KEI 



— 145 — 



KEN 



charge d'économe, alliant la piété 
la plus exemplaire à une admirable 
habileté. Après une longue maladie, 
soufferte avec une patience inalté- 
rable, il mourut de la mort des 
justes le 14 janvier 1743. 

1. Compendium totius theologiae 
scholasticae. M S de 171 3, 8° 

2. Poemata latina et germanica. 

Sources : Bayrhamer, o. c. 1760, p. 
173, où il affirme que certaines poésies 
de son confr. Christophe ont été impri- 
mées ; — Lienhardt, pp. 337-8. 

KEIL (Louis-Aloïs), chanoine 
de Jàszô, docteur en philosophie. 
Né à Pécs le 19 juin i856, il reçut 
l'habit le 3 oct. 80, fit profession 
le I' janv. 86, et fut ordonné prêtre 
le 17 juin, suivant. Il fut profes- 
seur de langues à Kaschau, de 1884 
à 1894 (?). Il a quitté l'Ordre. 

1. Schopenhauer bôlcselete. — 
i883, Rimaszombat. 

2. A csâszârsâg fobb magistrâtu- 
sai Rômâban. I. II. (Pesti Naplô : 
1889). 

Sources : P. Nàtafalussy, 1891, Sche- 
mat. pp. 84, 91, 142, 212; — Danner, o. 
0. 1894, p. 67. 

KEILING (Quirin), natif de 
Pottenstein, chanoine de Speins- 
hart. Il fut plusieurs années pro- 
fesseur de philosophie et de théo- 
logie, remplit les fonctions de vi- 
caire dans la paroisse incorporée 
au couvent, puis celles de curé 
dans la ville d'Eschenbach. Elu 
prélat de son abbaye le i3 mai 
1789, il fut installé et mîtré le 12 
juillet suivant. La mort l'enleva le 
7 septembre 1794. 

I. En 1768, le 12 septembre, 
sous la présidence de Quirin Keiling, 
il y eut à Speinshart une séance 
solennelle, où 4 norbertins de l'ab- 
ba3^e défendirent des thèses de la 
philosophie universelle, contre 4 
ecclésiastiques étrangers, dont 3 re- 
ligieux. — Le 23 juillet 1769, le 
même chanoine se rendit à Amberg, 
pour assister à des disputes philo- 
sophiques chez les PP. Jésuites. 
Les thèses de cette journée étaient 



dédiées au prélat de Speinshart, 
Dominique von Lieblein. 

2.(( Quirinus Keiling war ein aus- 
gezeichneter Musiker, besonders efin 
hervorragender Cellist. Auf seinem 
Cello gab er ofters vor fûrstlichen 
Personlichkeiten, namentlich vor 
dem Markgrafen von Brandenburg- 
Bayreuth, Konzerte. » 

Source : Georg Bloszjier, kgl. Seminar- 
direktor in Amberg, Die Aebte des oberpf. 
Pramonstr. Speinshart, 1904 Regensb., 
pp. 43, 62, 63. 

KEMPF (Frédéric), né à Pra- 
gue, chanoine de Strahow, biblio- 
thécaire pendant 20 ans, secrétaire 
de son prélat, ensuite archiviste 
durant 22 ans. Il mourut le 21 avril 
1781, dans la 69^ année de son 
âge. (( Abt Marianus Hermann liesz 
einen vollkommenen Katalog 1738 
anfertigen, dessen Vollendung er 
aber nicht erlebte, und der erst 
unter seinem Nachfolger, dem Abte 
Gabriel Kaspar (1745 bis 1764) zu 
Stande kam. Er ist ein Prachtwerk 
der Kalligraphie, doch wegen spâ- 
terer Aenderung des Systems ge- 
genwartig nicht zu gebrauchen ; 
v^^ird aber denoch als eine Raritât 
aufbewahrt. » 

Sources : Dlahacz, Chron. Necrolog. 
1817, p, 76; — Weyratich, o. c, i858, 
p. 8. 

KEN DE (Jules-Jean), chanoine 
de Jàszô, naquit à Beregszâsz, en 
LIongrie, le 5 févr. 1872. Il reçut 
l'habit le 8 sept. 1892, prononça 
les vœux le i3 sept. 1896, et offrit 
sa première messe quelques jours 
plus tard, ayant été ordonné le 16 du 
même mois. Depuis 1899 i^ se dé- 
voue à l'enseignement au collège 
de Grosswardein, étant sorti de 
l'université de Budapest. 

1. Horatius es Virâg. Budapest, 
1898. 

2. Mokâny Berczi osei iroda- 
munkban. Kassa, 1899. 

3. Irodalom es tudomâny. (Rész- 
let Biharmegye monografiâjàban, 
Budapest, 190T.) 

Sources : Catal. gêner. 1900, p. 248 ; 



Ecrivains, Artistes et Savants (t. m) 



10 



KEY 



— 146 — 



KIN 



— Dr Rob. Farkas, o. c. de 1902, pp. 
220 et 3i2. 

KERRES (Henri), Marcodura- 
nus, prit l'habit de prémontré à 
Steinleld, le 3i déc. 1618, et pro- 
nonça les vœux en 1619. F^e 14 
mars 1621, il fut envoyé à Cologne 
pour suivre, au collège Laurentia- 
num, les cours de rhétorique, de 
logique et de physique. Bachelier 
es arts depuis le i5 mars 1623, il 
fut proclamé maître es arts le 18 
mars de l'année suivante. Ordonné 
prêtre le 25 mai 1625, il dut se 
rendre à Strahow, par obéissance, 
dès le mois d'avril de l'année 1626, 
pour y remplir la charge de prieur. 
Il mérita les louanges de l'illustre 
prélat von Questenberg : mais hé- 
las 1 tandis qu'il visitait avec celui- 
ci le couvent d'Ober-Zell, il mou- 
rut prématurément chez les Béné- 
dictins de Schwartzbach, le i5 mars 
i63o. 

Source : Dr Becker, Das Necrolog. der 
Abtei Arnstein, 1881, pp. 80, 81, 323; il 
y cite l'cc Album der Steinfeld'er Profes- 
sen ». 

KERTÉSZ : Vol. I, page 441 : 

4. Bihar vârmegye faunâjânak 
âltalânos ismertetése. (Bihar vârme- 
gye monografiâjâban, 1901). 

5. Bihar vârmegye allât vilâga. 
(Fauna). (A nagyvàradi fogimnâ- 
zium Ertesitojében, 1901. i5-i20. 
lap.) 

Source pour les nn. 4 et 5 : Dr Rob. 
Farkas, o. c. 1902, p. 220. 

KEYSERS (Joachim), chanoine 
et 44e abbé de Berne en Hollande, 
né à Bois-le-Duc le 16 avril 1604. 
Il était curé de Berlicum depuis 
1640 et prieur de son abbaye, lors- 
qu'au 1657 il fut nommé coadjuteur 
du prélat Léonard Bosch. Après la 
mort de celui-ci à Vilvorde, le 20 
janvier 1668, il lui succéda, étant 
élu par ses confrères sans être in- 
commodés par quelque influence 
étrangère ; il reçut la mitre à An- 
vers le 1 1 mars suivant, des mains 
de l'évêque Capello, après la rati- 



fication de son élection par l'abbé 
du Parc, Libert de Pape. 

En 1675, Keysers résida à Hees- 
wijk, où les religieux se fixèrent 
plus tard avec l'autorisation des 
Etats, donnée le i5 février 1677 ; 
en cette même année, le prince 
d'Orange prit l'abbaye sous sa pro- 
tection. Quant à l'abbé, il y mourut 
déjà le 3 novembre 1676. 

1, Fasti sanctorum in singulos 
anni dies distributi et versibus exor- 
nati. MS 1666. Au sujet de ce ma- 
nuscrit, M. le chan. Gerlac van den 
Elsen m'écrit : een groot boek be- 
vattende in vers-maat de levens der 
heiligen, waarvan ik dit als een 
groot gebrek beschouw, dat het 
boek veel te veel overeenkomst heeft 
met de levens der heiligen, welke 
in die dagen door een Jezuïet in 
proza zijn uitgegeven. 

2. Epigrammata (pulchra) : ex- 
stant in MS registro baptizatorum 
parochiae de Berlicum ; et in regis- 
tro defunctorum. 

Sources : Coppens, o. c. 1843, III, 2e 
afdeeling, p. 3j; — Schiitjes, o. c. 1870, 
I, p. 296 ; — III, pp. 199, 254, 255 ; — 
IV, p. 93. 

KIELCE (Vincent), mentionné 
par le P. Hurter, S. J., ouvr. cité, 
t. 4, col. 283 : Kylciensis, Ord. 
Praem., Polonus, narrât vitam S. 
Stanislai Cracoviensis episcopi (f 
1079), quae prodiit secundum ali- 
quos abbreviata cum Martini Galli 
chronicon cura I. W. Bandtkie, 
Varsaviae 1824, in-8. pp. 319-80 ; 
VVojc. Ketrzynski in Mon. pol, hist. 
1884, IV, pp. 362-438. 

't KINT (Paul -Philippe -Ful- 
gence), né le 9 déc. 1694, à Alost, 
fit sa profession religieuse à Ton- 
gerloo, le 18 août 17 15. Etant de- 
venu prêtre, il enseigna la théologie 
à ses jeunes confrères, de 172 1 à 
1727, lorsqu'il fut envoyé à Duffel, 
en qualité de pénitencier. En 1729, 
les supérieurs le mirent à la tête 
du collège Norbertin, à Rome : il 
y fut le procureur général de l'Ordre 
jusqu'en 1737, lorsqu'il retourna en 



KLI 



147 — 



KOG 



Belgique. Cette même année il fut 
nommé curé de Notre-Dame à Diest, 
et dans la suite doyen du district ; 
il y mourut le i^" juillet 1749. On 
a écrit du chanoine 't Kint qu'il 
était humble, simple comme un 
enfant (kùidj, mais, dans l'accom- 
plissement du devoir, infatigable et 
ferme comme un héros, enfin « ama- 
tor studii ». 

Sources : Heyhn, Hist. Verhand. o. de 
Kempen, 1837, p. 2o5 ; — Necrol. de 
Tongerloo, 1902, pp. 128-9. 

KIPS (Jean-Bapt.) : Vol. I, 
pp. 444-5. 

9. Den getrouwen vriend die zie- 
ken bezoekt, Loven, 1777, in-S^. 

10. S3^nopsis S. Scripturae ex 
optimis interpretibus collecta. M S 
in 3 vol. in-8o. (D. Stanisl. jforis 
scribit : 4 vol.) 

KIRCHMAYR (Denis) et AI- 
GENTLER(Jean-Bapt.)deux con- 
frères de rabba3^e de Wilten (?) qui 
publièrent conjointement : 

Disputatio theologica de régula 
externa actuum humanorum. Oeni- 
ponte, 1702. 

KLEMM (Franc. -Xav.) : V. I, 
pp. 448.49. 

Ce confrère laborieux de Tepl, 
qui fut jusqu'ici vicaire en diverses 
paroisses, 

9. a fourni une série d'articles 
sur l'ordre de Prémontré et sur 
certains monastères norbertins, pour 
le u Kirchl. Handlexikon » Mûn- 
chen, 1904. 

KLESSEL (Gallus) : V. I, p. 
449. 

Edition allemande de son ouvrage : 
Geistliche Betrachtungen fur jeden 
Tag. Colin 1680, 12". (Cata'og 5o 
de Hans von Matt u. Co, à Stans 
en Suisse, n" 1996)- 

Quant à l'exemplaire en latin, 
qui se trouve à la BB. d'Averbode, 
son format est petit in- 12", et le 
titre est conforme à celui de la i'^'^ 
édition de i655. 

KLIMESCH (Michel), religieux 



de Hradisch, docteur en théologie, 
qui est mort le 23 septembre 1700. 
(Renseign. du chan, Alph. iâk, 
d'après le Nécrologe de Pernegg). 

KNAAPEN (Franc,. d'Assise- 
Jean), né à Asten (HoU.) le 2 juin 
1875, reçut l'habit à Berne le i5 
oct. 1893, et prononça les vœux 
juste 2 ans plus tard. Ordonné prê- 
tre le i5 août 1899, il fut profes- 
seur de philosophie. Il enseigne 
l'histoire ecclésiastique aux élèves 
du gymnase (1907). Depuis 1898 il 
est l'un des rédacteurs de la revue 
« Het Offer ». En outre il a fourni 
plusieurs articles à divers journaux. 
(Renseignements reçus de M^" G. 
van den Elsen ; — Catalog. Praem. 
O. in Circaria Brabant., 1907, p. 
17.) 

KNOBBAERT (Philippe), fils 
d'un imprimeur, naquit à Anvers 
le i5 décembre 1670. Admis à l'ab- 
baye du Parc, il y prononça les 
vœux en 1693, et fut promu au 
sacerdoce en 1695. Bachelier en 
théologie et « prior vacantiarum » 
en 1701 ; vicaire de Corbeek-Loo 
l'année suivante ; lecteur en théo- 
logie de 1703 à 1705, et encore en 
1707-8 ; vicaire à Tervueren en 
1705-6, curé de N.-D.«au-Bois de- 
puis 1708, enfin curé de Pont-à- 
Celles depuis 17 16. Il y mourut 
le 18 septembre 1746 a vir doctus 
et facundissimus concionator ». (Né- 
crologe de l'abb. du Parc, 1907, 
pp. 385-7). 

KOFALVI (Hilaire-Antoine), 

Vol. I, p. 462. 

Ce confrère de Csorna est mort 
le 5 février 1907. Il avait publié : 
Ertesitô a szombathelyi kir. kath. 
fôgymnâsiumrôl. Szombathely. — 
Il y a eu plusieurs éditions de ce 
travail. 

KOGLGRUBER (Cajétan- 
Jean-Népom.) a sa notice dans le 
Vol. I de ce Dictionn., pp. 454.5. 
Ce vénérable chanoine de Schlagl, 
qui est le Senior de l'Ordre tout 



KO H 



148 — 



KOR 



entier, étant né le 14 mai 18 17, 
n'a cessé de publier des travaux 
littéraires. Voici la continuation de 
la liste : 

5. Gedichte in oberosterreichi- 
scher Volksmundart von Kogl. (sic) 
Fûnfte Série. — Wels, 1880. Selbst- 
verlag des Herausgebers. Druck 
von Johann Haas. pp. 54 et (V), 
petit format. — BB, d'Averbode. 

18. Plekabukil plo katolels. Linz, 
Korb, 1888, pp. 74 in-i2". C'est 
un livre de prières dans la langue 
dite « Volapùk ». 

19. Konils tum. Schiâgl 1889, 
pp. 3o. Poésies en Volapûk, comme 
aussi le n^ suivant. 

20. Zit gâlsik plo lôstiln-nugan. 
Ib. 1890, pp. 7. 

21. Hundert heitere Anekdoten. 
Linz-Urfahr, 1903 Kathol. Pressver- 
ein. pp. 68 in-120. Traduction du 
Volapûk. 

22. Oberôsterreichische Dialect- 
Dichtungen. 2^ Auflage. Linz 1906, 
Verlagsgesellschaft, pp. 145 in-80, 

23. Der angehende Astronom. 
Graz (Styria) 1898. 

Cet article était écrit, lorsque 
nous reçûmes la nouvelle de la 
mort du chanoine Koglgruber : il 
s'est éteint le i3 nov. 1907, âgé 
de 90 ans et 6 mois. 

Sources : MS du rév. confr. Zàk ; — 
Annal, relig. des Pères Prémontrés, Bi- 
nant 1907, Décembre, pp. 28688 où l'on 
trouve une édifiante biographie du défunt. 

KOHEL (Sigismond) : Vol. I, 
p. 456. Voici la description très 
exacte de son ouvrage, dont les 
exemplaires sont devenus fort rares. 
Il y en a un à la BB. de Selau, 
en Bohême, et un autre à celle de 
Leffe-Frigolet. 

Praemonstratensis Ordinis non- 
nvlorvm Patrum vitae ex variis 
Authoribus coUectae. — Per fra- 
trem Sigismvndvm Kohel, eiusdem 
Ordinis Praemonstratensis, Abba- 
tem Lucensem. Authoritate Supe- 
riorum. Typis Lucensibus ad flu- 
vium Dia. Anno 1608. In-80. 

N. B. Il n'y a point de pagina- 
tion. Après VIII pp. de prélimi- 



naires : Vita S. Nortberti (sic), pp. 
I à 154; — de B. Godefrido, i55 
à 176 ; — de B. Hermanno loseph, 
177 à 3oo ; — de B. Friderico, 
3oi à 3o5 ; — de V. Haytone rege 
Armeniae, 3o5 à 332 ; — de V. 
Hugone, 333 à 341 ; — de V. 
Hroznata, 342 à 371 ; — Memora- 
bilia quaedam, 372 à 393 ; — Testi- 
monia de S. Norberto, 393-398. 
(Renseign. du R. M. Zdk, qui 
ajoute que ce livre est dédié à Lo- 
helius.) 

KÔHLER (Matthieu) : Vol. 
I, p. 457. Il mourut le 4 décembre 
1796, ayant le titre de notaire apos- 
tolique. 

XOLN (Johann von), pour le- 
quel voyez l'article « Jean de Co- 
logne » . 

KOLOSVARY (Adalb.-Etien- 

ne) ; ibid. Il mourut le V mai 
1906. 

KORTLEITNER (Franç.-Xa- 

vier), chanoine de Wilten, déjà 
mentionné en ce Dictionnaire, Vol. 
I, p. 460. 

1. Canticum Canticorum explica- 
tum et praecipue ad historiam ec- 
clesiae applicatum. Edidit Franc. 
Xav. Kortleitner, Eccl. Wiltin. Ca- 
non. K^g.y S. Theol. Lect. appr, 
— (Permissu superiorum.) Oeni- 
ponte Typis et sumptibus Societatis 
Marianae. MDCCCXCII. In-80 ma- 
jori. p. (III) Imprimatur 1891. 

Sigismundus Stary, Abbas Ge- 
neralis Ord. Praem. — Censura 
theologica. P. Godefr. Noggler 
O. Cap. S. Theol. Lect. et Exam. 
prosynod. — etc. pp. VIII. — 
Texte, pp. (i)-ioi. (BB. d'Aver- 
bode). 

2. Archaeologiae Biblicae sum- 
marium. Praelectionibus academi- 
cis accommodatum.... Cum appro- 
batione ecclesiastica. Oeniponte. 
Libraria academica Wagneriana. 
MCMVI. In-80 maj. pp. XX et 413. 

3. De polytheismo universo et 
quibusdam eius formis apud He- 
braeos finitimasque gentes usitatis. 



KRA 



— H9 — 



KUS 



Scripsit Franciscus Xav. Kortleitney^ 
abbatiae Wiltinensis canonicus re- 
gularis. Permissu ecclesiastico. Oe- 
niponte, 1908, 8^ XXXI -f" 341 
paginae et très tabulae geographi- 
cae. Ex libreria academ. Wagner. 
— Le professeur Doller de l'Uni- 
vers, de Vienne a fait de ce livre 
un compte-rendu des plus élogieux. 

KOTTLAS (Florien), chanoine 
de Selau en 1752. A la BB. de 
cette abbaye se trouve, en 1906, 
un MS avec le titre suivant : Me- 
ditationes P. Joan. Grasset, S. J., 
e gallico latine redditae a Floriano 
Kotilas, canonico Siloënsi. 2 tomu- 
li MS a. 1752. 

KOTUNOVICS (Alexandre- 
Jacq.) : V. I, p. 461. Il mourut 
le 3 novembre 1903. 

KRATKY (Wenceslas) : V. I, 
p. 465. 

5. Obët novozâkonni... Sepsal 
Dr V. E. Kratky. V Praze i85o, 
in-80. (Explicatio ceremoniarum et 
orationum S. Missae). — BB. de 
l'abbaye de Selau. 

KRAUZE (Ervin - François), 
chanoine de Jâszô, qui vint au 
monde à Kaschau le i3 mars 1866. 
Admis à la vêture le 12 octobre 
1884, et à la profession le 20 août 
1889, il fut ordonné prêtre le 9 
janvier de l'année suivante. En 
vertu de l'obéissance, il dut rem- 
plir la charge de professeur à Gross- 
wardein depuis 1889, puis à Buda- 
pest (1891), et depuis 1892 à Ka- 
schau. 

Le Dr Robert Farkas, en son 
splendide ouvrage de 1902, déjà 
souvent cité, donne les titres de 7 
articles imprimés, en langue hon- 
groise, et qui furent fournis par son 
confrère Ervin. (pp. 223-4, et 3o6). 



Sources : {Nàtafahissy.) Schematismus... 
Jâszô, 1891, p. 36 ; — Catalogus genera- 
lis Ord. Praera. 1900, p. 244. 

KRIZ (Isfroid) : V. I, p. 467. 

Le professeur Canaval a rédigé 
l'éloge funèbre de Kriz en allemand. 

Les deux noms suivants ont été 
mal imprimés. Il faut ; 

KRIZSÂN. — KRNIOWSKY. 

KUCERA (Procope) ; V. I, 
p. 470. 

C'est probablement le même cha- 
noine de Strahow, dont un ouvrage 
posthume fut imprimé sous ce titre : 
Nedëlni a svâtecni Kâzâni (i. e. 
concionesj, v Praze, i834-35, 2 t. 
in-8o. — BB. de Selau, dont un 
catalogue manuscrit me fut com- 
muniqué. 

KUDERNATSCH (Hugues) : 
V. I, p. 470. 

Voici le titre exact de son ser- 
mon : 

Uber die Sorge fur unsere Seele. 
— Predigt auf das Fest des heili- 
gen Markgrafen Leopold...gehalten 
am i5. November 1898 in der Col- 
legiat- und Stadtpfarrkirche des re- 
gul. lateran. Chorherrenstiftes Klos- 
terneuburg. — Wien 1898, « St. 
Norbertus » Druckerei, Wien. pp. 
14 in-8". 

Il y a un exempl. de ce discours 
à la BB. d'Averbode. 

KUNC (Adolphe-Jos.) : ibid. 
p. 471. 

Ce prélat mourut à Keszthely, 
le 10 sept. 1905. 

KUSSINSZKY (Charl.-Ar- 

nold) : ibid. p. 474. 

8. Carmen panegyricum Claud. 
Franc. Vaszary. 1891, 4°. 

9. Hasznos tudnivalôk gyûjtemé- 
nye. (S. A. Ujhely, 190 1). 

Source : Dr Farkas, o. c. 1902. 



LAC 



— i5o — 



LAM 



L 



LACHAL Antonin) naquit à 
Saint- Etienne (Loire) le 7 mai i838. 
Ordonné prêtre en i863, il s'adon- 
na avec ardeur aux diverses fonc- 
tions du ministère paroissial, se 
montrant rempli du véritable esprit 
de son état. Des obstacles et des 
obligations contractées l'empêchè- 
rent bien longtemps de réaliser son 
projet de s'enfermer dans la soli- 
tude. Ce ne fut qu'au mois d'oc- 
tobre 1890 que, malgré ses 52 ans, 
il alla frapper à la porte de Frigo- 
let, pour demander son admission 
parmi les fils de S. Norbert. 

Revêtu du saint habit le i3 no- 
vembre 1890, il prononça les vœux 
le 22 novembre de l'année suivante. 

Il fut tour à tour professeur 
d'humanités, de théologie, prédi- 
cateur éloquent et onctueux. Sa 
piété vive et sa longue expérience 
faisaient de lui, au confessionnal, 
un véritable père et un guide sûr. 
Antonin passa 5 ans à la résidence, 
que les Prémontrés possédaient alors 
à l'Etoile, diocèse de Blois : ce 
furent 5 ans de rudes labeurs apos- 
toliques. De l'Etoile il passa à la 
communauté de Nantes, jusqu'en 
octobre 1901. L'obéissance l'appela 
alors à Storrington, en Angleterre, 
où pendant 3 ans il a rempli la 
charge de sous-prieur. Il est mort 
le i3 février igoS, en France ; il 
s'y était rendu pour régler des af- 
faires de famille. 

1. Jésus Ouvrier : brochure qui 
reçut un accueil très favorable du 
public. 

2. Etudes sur les Saints Evan- 
giles. MS. 

3. Nombreux manuscrits sur des 
sujets variés. 

Source : Annales relig. des Pères Pré- 
montrés, 1905, Dinant, mois d'avril, pp. 
88-91 ; article signé B. G. 

LACHEN (Benoît-P.) : Vol. 
I, pp. 476-7. 



On peut lire, sur ce zélé disciple 
de S. Norbert, une notice très dé- 
taillée et intéressante dans l'ouvrage 

du chanoine Alph. Zâk : Das Chor- 
herrenstift Pernegg. Sonder-Ab- 
druck aus den BUittern des Ver- 
eines fur Landeskunde von Nieder- 
ôsterreich. 1900, Wien, in-8<^ pp. 
33 à 5i passim. 

Veuillez considérer que mon col- 
laborateur M^ Zàk, qui est reli- 
gieux profès de l'abbaye de Géras, 
remplit les fonctions pastorales, 
depuis 1895, à Pernegg même. 

LAKATOS (Vincent -Joseph), 
chanoine de Csorna, né le i" mars 
1868 à Szepezd au comté de Zala, 
en Hongrie. Il reçut l'habit le i5 
août 1891, prononça les vœux le 
14 avril 1895, et fut ordonné prêtre 
le 14 juillet suivant. Depuis plu- 
sieurs années il est professeur au 
gymnase de Keszthely. Il est doc- 
teur en philosophie. 

Sources : Catal. gêner. 1900, p. 226 ; 
et Mr Zâk en son MS. 

LAKY (Demetrius) : V. I, pp. 
482-3. 

La vie de S. Norbert, qu'il a 
composée en hongrois ^ fut imprimée 
en i858, à Papa. 

« Repertorium Sacrum » in-8" 
Jaurini (i. e. Raab), i883. — Le 
vénérable prieur Laky, ayant le titre 
de prévôt mîtré de « B. M. V. de 
Raik » mourut le 2 août 1902. 

LAMAL (Ludolphe - Guillau- 
me) : P Vol., p. 483. — Rectifi- 
cations : Il naquit le i"" janvier 
1749. Il fut professeur de théol. 
depuis le 2 janv. 1788. (Necrol. 
Tong. 1902, p. i65). 

LAMBERTZ (Charl.-Franç.- 
Hub.), chanoine d'Averbode, né à 
Hoogstraeten le 12 oct. 1787. Or- 
donné prêtre le 25 mai 1820, il 



LAM 



— i5i — 



LAN 



remplit à Hersselt les fonctions de 
vicaire depuis le 3i juillet de cette 
même année ; le 14 déc. 1834 il en- 
dossa la robe des prémontrés, et 
prononça les vœux le 11 juill. i836. 
Successivement prieur (i838), cel- 
lérier (1839), vicaire à Veerle (1842), 
puis curé de cette paroisse depuis 
le 23 avril 1849, il Y décéda le 7 
janv. i856. (Ainsi son souvenir fu- 
nèbre). 

Bijeen Verzaemeling van Versen, 
zoo in Dichtstukken, Liedekens en 
Coronikas (sic) Door C. F. H. 
Latnbertz tôt 1884, wanneer Hij als 
Religieus den naem heeft ontfan- 
gen van F. Josephus.,. (1812-1817). 
MS de 18 pp. petit in-folio, aux 
archives de l'abbaye d'Averbode. 
Il y a 12 pièces de vers. 

LAMBRECHTS (Aldéric - 
Louis), chanoine d'Averbode. Né 
à Beersel le 10 août 1874, ^^ reçut 
l'habit le 11 oct. 1893, prononça 
les vœux deux ans plus tard à pa- 
reil jour, et fut ordonné prêtre le 
24 sept. 1898. Envoyé à Rome 
pour suivre les cours de philoso- 
phie, il y fut créé docteur en cette 
science en 1901. L'année suivante, 
au commencement de septembre, il 
partit pour les missions du Brésil, 
et depuis le 6 décembre 1904 il est 
prieur à Jaguarao. 

Source : Catalogus Circar. Brabant. 
igoS, p. 8. 

A la page 486 du Vol. I de ce 
Dictionnaire, une erreur typogra- 
phique s'est glissée : Zameter (Ni- 
colas). Il est clair qu'il faut lire : 
Latneter, 

LAMY (Hugues), chanoine de 
l'abbaye de Tongerloo, qui naquit 
à Fosses (Namur) le 16 décembre 
1879. Il reçut l'habit le i5 octobre 
1901, fit sa profession tout juste 
deux ans après, et fut promu au 
sacerdoce le 8 septembre 1905. De- 
puis la Noël de 1903 il remplit la 
charge de sous-chantre. Conjointe- 
ment avec Ml l'abbé Mallar, révé- 
rend curé-doyen de Fosses, il re- 



cherche avec ardeur tout ce qui 
se rapporte à la vie du Bienh. 
Hugues de Fosses, le premier abbé- 
général de notre Ordre. 

1. Quelques articles de revue, 
parmi lesquels : 

« Anniversaires. Méditation. » 
Dans la « Revue de l'Ordre de Pré- 
montré » Janvier 1906: pp. 10-17. 

2. Notice sur la S^e Messe répa- 
ratrice. — Vie de Sœur Rose de 
l'ordre de Prémontré. Imprim. de 
l'Abb. de Tongerloo 1906. pp. i36 
in-i6o. 

3. Vie du Bienheureux Hugues 
de Fosses i^^" Abbé de Prémontré. 
Dans la même Revue, Juillet 1908, 
no 4 de la lo^ ann. pp. 156-169. 
(Sera continuée). 

Sources : Catalogus... Praem. O. in 
Cire. Brabant, 1907, p. Sy ; — lettre du 
chan. Lamy, Septembre 1908. 

LANDTMETER Laurent) : 
Vol. I, p. 487. Il naquit en i588. 
Profès du 10 janv. 16 10 ; curé à 
Tongerloo (1622), et à Rhety en 
1627. — Cfr Necrol. Tong. 1902 
editum, p. 107, ad 3i maii. 

LANGLOIS (Henri-Marie-Jo- 
seph). Son père, Abel • Jos. - Ar- 
chambault Langlois, avait succes- 
sivement rempli les charges d'in- 
specteur général des finances, sous 
l'Empire, et de payeur général, à 
Caen, sous la Restauration. En 
i83o, à la chute de Charles X, il 
se retira au château de Sommer- 
vieu, qu'il avait acquis. Henri na- 
quit à Caen le 6 juillet 1824 ; il 
eut pour parrain M; l'abbé Paysan, 
qui fut évêque d'Angers, après 
avoir été vicaire général à Bayeux. 

Lorsque Henri eut atteint l'âge 
de 9 ans, il fut placé au petit sé- 
minaire de Villiers-le-Sec. Ce fut 
là que cet enfant de bénédiction 
reçut pour la première fois dans 
son cœur Celui auquel il devait 
plus tard se consacrer sans réserve. 
En août 1841, il terminait sa rhé- 
torique ; deux ans après, ayant 
achevé son cours de philosophie à 
Sommervieu, il entrait au sémi- 



LAN 



— l52 — 



LAN 



naire de Bayeux, pour étudier la 
théologie. 

Au mois d'octobre 1846, il devint 
élève du séminaire de Saint-Sulpice 
à Paris. L'année suivante il partit 
pour Rome, afin d'y compléter ses 
études ecclésiastiques : il en revint 
avec le titre de docteur en théologie. 
Ainsi préparé au double point de 
vue de la piété et de la science, 
ir reçut le sacerdoce des mains de 
son évêque, Mgr Robin, le 2 3 dé- 
cembre 1848. 

Au lendemain de l'ordination, 
Henri fut envoyé comme directeur 
au petit séminaire de Caen. Il y 
avait 2 ans à peine qu'il occupait 
ce poste, lorsque le i5 mars i85o 
fut votée la loi Falloux, qui don- 
nait à la France la liberté de l'en- 
seignement. Alors M. l'abbé Mabire 
et le jeune abbé Langlois dirigèrent 
ensemble, pendant 19 ans, l'Insti- 
tution de Sainte-Marie, près Caen. 
Ce dernier consacra sa fortune à 
la fondation de cet établissement 
franchement catholique. Chose di- 
gne d'admiration et de louanges : 
ni M. Mabire, ni M. Langlois ne 
voulurent être supérieurs ; pendant 
les 19 années qu'ils demeurèrent 
ensemble, on ne put saisir entre 
eux le moindre désaccord ; pendant 
ces 19 années, ni l'un ni l'autre ne 
toucha le traitement qui leur était 
assigné. L'autorité épiscopale ne 
voulut pas laisser de si grands 
mérites sans récompense. Mgr Di- 
diot profita de la distribution des 
prix de 1859, pour les nommer 
chanoines honoraires de la cathé- 
drale de Bayeux : M. Langlois 
n'avait que 35 ans ! 

Le i5 août 1869, notre futur 
confrère passa la journée sur la 
sainte Montagne de la Salette : il 
y rencontra Maximin, et apprit de 
sa bouche les détails de la célèbre 
apparition. Déjà l'année précédente, 
il . était allé faire une retraite au 
Grand-Séminaire de Coutances, au- 
près du vénérable et si renommé 
M. Bénézit. Et voilà que, le 27 
août 1869, Henri Langlois entrait 



comme postulant à l'abbaye de 
Mondaye. 

Les supérieurs fixèrent le 8 sep- 
tembre déjà pour la cérémonie de 
vêture. Ce jour-là, fête de la Nati- 
vité de la T. S. Vierge, rien ne 
manqua à la joie du pieux servi- 
teur de Marie : un de ses élèves 
recevait la robe blanche en même 
temps que lui, et c'est le digne 
M. Mabire qui la remettait à son 
intime ami M. Henri Langlois, 
tout en prononçant une allocution 
fort émouvante. 

On peut affirmer hardiment que 
celui-ci fut le plus docile et le plus 
humble des novices. Après avoir 
été un modèle de piété et d'obéis- 
sance, il fit profession le 6 juin 
1871. Les supérieurs, se souvenant 
qu'à Ste Marie il avait rempli seul, 
pendant de longues années, la charge 
d'économe, le nommèrent proviseur 
de la maison. En cette qualité, il 
se fit chérir par sa réserve et sa 
simplicité. Il donna aussi à cette 
époque, avec ses confrères, plusieurs 
missions. 

En 1876, la confiance du prélat 
de Mondaye, Jos. Willekens, char- 
gé (comme curé) de la paroisse du 
même nom, l'appela à le seconder 
dans le saint ministère et le nom- 
ma premier vicaire. Quatre ans plus 
tard, en vertu des nouveaux décrets 
gouvernementaux, M. Willekens, 
de nationalité belge, donc étran- 
gère, fut expulsé du territoire fran- 
çais. Il demanda à Mgr Hugonin 
de bien vouloir lui donner M. Lan- 
glois pour successeur dans la cure 
de Mondaye. Dieu seul connaît tout 
le bien que le P. Henri fit pour 
le salut des âmes, et cela avec une 
activité infatigable. Son amour en- 
vers Jésus dans l'Eucharistie était 
réellement ardent. Il compléta ce 
qui manquait encore à l'ornemen- 
tation de sa superbe église. N'ou- 
blions point qu'il conduisit de front 
les deux grandes charges de curé 
et de proviseur, charges qu'il de- 
vait conserver jusqu'au jour de la 
dernière expulsion, en 1902. 



LAU 



— i53 — 



LE 



Lors de cette expulsion si tra- 
gique, le P. Henri, vieillard de 78 
ans, n'eût pas hésité à s'en aller 
achever sa vie sur une terre étran- 
gère. On lui conseilla de rester à 
Mondaye, pour les intérêts spiri- 
tuels d'une paroisse qui allait se 
trouver sans pasteur ; il demeura 
donc, non plus dans l'abbaye dont 
il sortit le dernier, non dans le 
presbytère qui n'existe plus qu'à 
l'état de ruine, mais dans un mo- 
deste appartement qu'une personne 
charitable voulut bien mettre à sa 
disposition. Ce pauvre de J. C. 
devait mourir dans une maison 
d'emprunt. Le 7 janvier 1904, au 
lendemain du 55^ anniversaire de 
sa première messe solennelle, il 
s'endormit doucement dans le Sei- 
gneur. 

Mgr Amette, évêque de Bayeux, 
retenu par la mort de sa mère, ex- 
prima son vif regret de ne pouvoir 
présider lui-même les obsèques de 
M. Langlois. Avant l'absoute, M. 
Goudier, ancien vicaire général et 
doyen honoraire du chapitre de la 
Cathédrale, délégué par Sa Gran- 
deur, lut en chaire une lettre épis- 
copale, dont voici un passage re- 
marquable : « Le Père Henri Lan- 
glois est l'un des prêtres qui ont 
le plus honoré le diocèse de Bay- 
eux dans le dernier demi-siècle. 
Educateur de la jeunesse, religieux, 
pasteur des âmes, il a partout et 
toujours donné l'exemple des plus 
belles vertus, d'une foi et d'une 
piété profondes, d'une abnégation 
et d'une humilité admirables, d'un 
dévouement sans réserve, d'un zèle 
infatigable. A deux reprises, il a 
connu la persécution pour la justice, 
et on peut dire qu'il en est mort. » 

Source : P. Hermann Tapper, chan. 
norb. de Mondaye, dans les Annales rclig-. 
d3s Pères Prémontrés. Dinant, 1904, du 
mois de février jusqu'au mois de juillet 
inclusivement. 

LAUWERS (Jean-Franç.), né 
à Bruxelles, le 25 déc. 177 1. En 
1790 il prononça les vœux à l'ab- 
baye du Parc, et fut ordonné prê- 



tre en 1795. Lors de la grande 
Révolution française, le i^ sept. 
1796 les ordres religieux furent sup- 
primés en Belgique ; et les cha- 
noines du Parc expulsés le i^' fé- 
vrier 1797. 

Lauwers se fît dispenser, à cette 
époque de perturbations lamenta- 
bles, des vœux de pauvreté et d'o- 
béissance, par le Saint Siège apos- 
tolique. D'abord vicaire au grand 
béguinage, à Bruxelles, il fut en- 
suite 6 ans curé à Humbeek ; enfin 
curé primaire de N .-D. du Finistère, 
à Bruxelles, depuis le 26 juillet 
181 3 jusqu'à sa mort, arrivée le 7 
janvier 1847. Il s'était dévoué pen- 
dant le choléra qui sévit en i83i, 
et fut nommé chevalier des Ordres 
du Lion Belge et de Léopold. 

Sources : Jansen, Geschiedkund. Na- 
vorsch. over... Park, p. 120 en note ; — 
Raph. Van Waejelghem, Nécrol. du Parc, 
igoS, pp. 23-24, où il cite le Journal de 
Brux., r.o du 8 janv. 18^17. 

LE CHEVALIER (Jacques), 
chanoine de l'abbaye d'Ardenne, où 
il fit profession le 2 juillet 1756, 
à l'âge de 19 ans. Ses rares qua- 
lités le firent nommer de bonne 
heure professeur, puis proviseur ou 
économe. Il signe comme prieur à 
Mondaye, (dans : « Renovatio vo- 
torum » MS.) de 1767 à 1770 in- 
clusivement. Il fut transféré à Fa- 
laise, ensuite à Silly et à Ardenne. 
Quand il mourut le 29 août 1783, 
le nécrologe de Falaise lui consacra 
un souvenir que l'on pourrait croire 
emphatique, si l'on ne songeait à 
la sobriété habituelle de ce recueil : 
29 août. Commémoration particu- 
lière du T. R. Père Jacques Le 
Chevalier. Doué d'un talent supé- 
rieur, d'une éloquence admirable, 
il fut élevé à presque toutes les 
charges de la Congrégation réfor- 
mée, et s'acquitta de toutes avec 
éclat. Il rendit les plus éminents 
services, spécialement aux abbayes 
de Mondée, d'Ardenne, dé St-Jean 
et de Silly. En ce jour de date né- 
faste, il nous fut trop tôt enlevé : 
il n'avait que 46 ans.... Circariae 



LEN 



— i54 — 



LEZ 



nostrae decus, columen et amor. 
(P. Godefr. Madelaine, Essai hist. 
sur Mondaye, 1874, pp. 354-5.) 

LECHNER (Engelbert), Vol. 
I, p. 496. Ce chanoine de Kloster- 
bruck, qui était sous-prieur, pro- 
fesseur jubilaire, docteur en théologie, 
docteur en Vun et Vautre drot, mourut 
le 10 juin 1722. (Nécrologe de l'ab- 
baye de Pernegg, renseign. de M'^ 

A. ZdkJ, 

LENZ (Ignace). Vol. I, p. 5o5. 
Voici le titre complet de son ouvr. 
mentionné au n» 2, dont il y a un 
exemplaire à la BB. de Tongerloo. 

2. Tractatus theologicus dogma- 
tico-scholasticus de Actibus huma- 
nis eorumque régula proxima sive 
Conscientia concinnatus A P. Igna- 
tio Lenz, Sacri Candidi & Exempti 
Ordinis Préemonstratensis, Imperia- 
lis Collegii Sorethani Canonico ca* 
pitulari, ibidemque ss, theologiae 
professore ordinario una cum pa- 
rergis ex IV. tractatibus practicis, 
occasione finalis disputationis pu- 
blico examini subiectus. 

Defendentibus 

Restituto Grimme. 

RR. PP. Remigio Orthner. 

Magno Sigle, 

Godefrido Korntheur. 

Wilhelmo Hanser. 

RR. FF. Siardo Berchtold. 

Ludolpho Gassner. 

Evermodo Mùller. 

Praefati Collegii Canonicis Pro- 
fessis. Anno a partu virgineo 1762. 
Die [en blanc] Mensis [en blanc). 
— Constantiae, Typis Johan. Jacobi 
Wilibaldi Bez. In-40. 

lo Au verso du titre : Approba- 
tio ; — 2^ dédicace à Nicolas (Cloos) 
prélat de Schussenried : pp. 8 non 
ch. dont la 2^ en blanc ; — 3^ Prie- 
fatio. Partitio operis. Analysis Pro- 
positionum danmatarum. pp. 14 
non ch. ; — 4^ texte, pp. (i)-i82. 

En face de cette dern. p. : Trac- 
tatus secundus theologicus dogma- 
tico-scholasticus de Conscientia 
compilatus a P. Ignatio Lenz.... 



M.DCC.LXII. — ConstantiîE. Li- 
teris J. J. W. Bez. In-4". 

i*^ Au verso 2 passages de S. 
Augustin. — 2° Approbatio, verso 
en blanc. — 3» Analysis Proposit. 
Damnât, pp. (i)-io. — 4" A la p. 
II commence : Pars II. De... Con- 
scientia. pp. 11-126. • — 5° Positio- 
nes theologicae. pp. 16 non chif- 
frées. 

Les chanoines Grimme^ Hanser et 
Berchtold ont eu leurs notices dans 
le V vol. de ce Dictionnaire. 

LEVE (Ernest) : V Vol. p. 5o6. 

Svatbaduchovni.... V Brnc 1772 : 
i. e. Nuptiae spirituales, Sermo in 
jubileum professoris D. Christopho- 
ri Georgii Matuska, abbatis Zabrdo- 
vicensis, compositus et editus ab 
Ernesto Levé. Brùnn 1772. En bo- 
hémien. — BB. de Siloë. 

LEZSÂK (Arnold-Martin), cha- 
noine de la célèbre abbaye de Hra- 
disch, qui était une pépinière de 
savants. Il naquit à Hunno-Brod 
le 3 janvier 1701. Il reçut l'habit 
blanc en 1723, prononça les vœux 
l'année suivante, et fut élevé à la 
prêtrise le 26 oct. 1727. Econome 
à Hradisch, puis inspecteur à Hro- 
chow-Tainic, il s'y montra le pro- 
tecteur des pauvres. Après avoir 
enseigné la théologie aux jeunes re- 
ligieux, il acquit à Olmiitz le grade 
de docteur en cette science. Nom- 
mé prieur de Hradisch, il fut trans- 
féré plus tard en la même qualité, 
au pèlerinage du Mont-Sacré. En 
1765, il fut recteur magnifique de 
l'université d'Olmûtz. Après lui, 
trois autres prémontrés de Hradisch 
eurent l'honneur d'être les recteurs 
magnifiques de la même université. 
Lezsâk fut nommé prévôt de Csor- 
na en 1767, et y mourut d'un coup 
d'apoplexie le 9 juillet 1774. 

Sources : Solenne quinquagenalis doc- 
toratus Jubilasum (1779), brochure que j'ai 
mentionnée après la notice «Waclawik» 
note au bas de l'avant-dern. pag^e. — Flo- 
rien Platzer, Sistite etc. : souvenir mort. 
de Lezsâk, 1774. — Brunner, o. c. i883, 
p. 19. 



LIZ 



— i55 



LOC 



LIEN HARDT (Georges): Vol. 

I, pp. 5i3 et suiv. 

26. Dans les « Deutsche handschrif- 
ten der K. Hof und Staatsbiblioth. 
zu Mûnchen ))t. II. i865, on lit : 
n<^ 4299. Georgii Abbt zu Roggen- 
burg, Heiliges Tagbuch Praemon- 
stratenser Ordens (historisch), aus 
dem lateinischen Druck verdeutscht. 
A<^ 1767, pp. 729 in-4^. Ce MS 
est donc une version allemande 
des « Ephemerides hagiologicae » 
du laborieux prélat Lienhardt. 

LINT (Pierre van), simple frère 
convers de l'abbaye du Parc. Né 
à Louvain ; vêtu en i5g3, profès 
en 1594. Il mourut le 3o mai 1602, 
d'après Libert de Pape ; le nécro- 
loge le loue en ces termes, au 3i 
mai : « Vir fuit industrius, diligens, 
agilis, velox et plus ; elaboravit et 
procuravit summa diligentia con- 
structionem oratorii istius quod jux- 
ta Vinckenbosch in trivio situm est 
et aedificatum a^ 1599, prout ibi- 
dem in lapide incisum est. » Ca- 
thaï. Fratr. Parch., fo 108, cité 
dans le Nécrologe publié par le 
chan. Raph. Van Waefelghem, 1906, 
p. 233, 3i mai.. 

LISKA. (Raymond-François), 
né le 22 mai 1866 à Pilsen, en 
Bohême. Vêtu à l'abbaye de Tepl 
le 23 sept. 1888, il y fit sa profes- 
sion le 2 oct. 1892, et fut ordonné 
prêtre le 19 mars 1893. En 1900 
il était déjà professeur au gymnase 
de Pilsen. Au commencement de 
1907, il a été promu docteur en phi- 
losophie à l'université d'Innsbruck. 

LIZI ou LIZZI (Joseph), 46^ 
prélat de Wilten, de 1765 jusqu'au 
jour de son trépas, le i^ avril 1778. 
Aux débuts de son administration, 
il eut des jours fort mouvementés, 
lorsqu'à Innsbruck fut célébré, avec 
toute la pompe possible et en pré- 
sence de la cour impériale, le ma- 
riage de Léopold, grand-duc de Tos- 
cane, avec l'infante Marie-Louise, 
fille du roi d'Espagne Carlos III. 
Cette princesse avait momentané- 



ment son quartier à l'abbaye même, 
et leurs Majestés impériales l'ho- 
norèrent de leur visite. Peu de temps 
après, les fêtes firent place au deuil 
et aux cérémonies funèbres, à cause 
de la mort de l'empereur François I. 
Le prélat Lizi consacra ses soins, 
sans relâche, au maintien de la disci- 
pline. Il bâtit un sanctuaire pour 
le pèlerinage « auf der Gallwiese » , 
érigea plusieurs autels dans les 
églises abbatiale et paroissiale de 
Wilten, et organisa l'œuvre si im- 
portante des catéchismes. Il fit 
fleurir les études, et tenir souvent 
des discussions scientifiques. Enfin 
il se distingua comme sage et pru- 
dent économe. 

1. Acta pro veritate martyrii 
corporis, et cultus publici B. An- 
dreae Rinnensis Puerili..., collec- 
ta, variis notis illustrata, et pro- 
posita ab Adriano Kembter,... Cùm 
ex iisdem publiée defenderent Joan- 
nes Lohelius Thallgueter et Jose- 
phus Lm... Canonici Professi, Anno 
MDCCXLV. die (sic) Mensis Julii. 
Oeniponti, Mich. Ant. Wagner, 
in-40, — Dans ma BB. 

J'ai décrit ce livre à l'article Kemb- 
ter, vol. I, p. 438, no 5. 

2. Annotationes chronologicae 
Wilthinenses. Ce MS in-folio fut 
commencé par le chanoine Tscha- 
veller, en 1728 jusqu'en 1749 ; les 
continuateurs furent Lizi, de 1765 
à 1778 ; puis Marc Egle, Alois Roggl, 
[voyez leurs notices respectives, 
en ce Dictionnaire] ; enfin le cha- 
noine Laurent de Woller, 

Sources : Adr. Zacher, de Wilten, ap. 
Brunner, o. c. i883, p. 707 ; — Franc. 
Dannery MS souvent cité. 

Le P. Aigner von Aigenhofen (Phil. de 
Néri)S.J. prononça l'oraison funèbre de 
Lizi: Trauerredeauf denHintrittdes H. H. 
Josephs, Abtens des Pràmonstratenser- 
stiites Wilthau. — Innsbruck, bey Wagner, 
1778. (PP. De Dacker, o. c. 5© série, Liège, 
i859, p. 2). 

LOCHER (Louis), éminent cha- 
noine du couvent de Roth, dont 
il fut le 37c abbé, de i63o à 1667. 
Sur sa tombe on lisait cet éloge : 
E nobili prosapia Locherorum de 



LOR 



i56 — 



LU Y 



Haselberg oriundus, vir pietatc con- 
spicuus, virtute clarus, charitate 
insignis, moribus integer, œconomià 
industrius, rerum gestarum gloriâ 
demirandus, Pastor optimus, qui 
dilectissimas oves Deo à quo de- 
lectus, maxime dilectus, verbis, ope- 
ribus, exemplis pavit, indigis ut 
opem ferret, precum ope non erat 
opus. etc. Il mourut le 7 septem- 
bre 1667, étant dans la 67^ année 
de son âge, la Si^ de sa profession, 
après avoir été 27 ans vicaire-géné- 
ral pour la circarie de la Souabe. 
{Hugo, Annal. II, col. 704-5). 

En 1624, le Fr. L. Locher et le 
Fr. G. Schônhainz avaient défendu, 
à l'académie de Dilingen, l'w Aranea 
Tvbingensis » sous la présidence 
du Jésuite Laur. Forer, Voyez ma 
notice sur le confrère Schônhainz 
(Georges). 

LOEPYC (Guillaume de), alias: 
de Montfort, chanoine-prêtre de 
Tongerloo, maître es arts, sous- 
prieur. (Necrologium Tongerl. 1902, 
p. 61, au 3i mars sans année). 

LOMPAGIEU (Jean de), abbé 
de la Castelle et de Sarrance, 1601- 
1612 (et ann. suiv.?). Il était docteur 
en théologie, aumônier du roi sou- 
verain de Béarn, vicaire général de 
l'Ordre. Il ne faut pas le confondre 
avec son oncle, Pierre de Lompa- 
gieu, prélat de i583 à 1601. 

Source : L'abbé Dubarat, Hist. de N. D. 
de Sarrance, 1892, Pau, pp. 169-171, 
d'après les archives départementales des 
Basses-Pyrénées. Donc les Annales de 
l'Ordre, I. 489, et la « Gallia Christiana » 
t. I donnent des dates fautives. 

LORENTZ (Charles), origi- 
naire de Deutschbrod en Bohême, 
chanoine de Strahow. Après avoir 
rempli la charge de succentor, il 
fut nommé chapelain à Iglau : la 
mort l'yj'enleva le 7 déc. 1730, 
lorsqu'il n'avait pas 38 ans. 

J'ai découvert sur un catal. ; 
Besnecker (Hier.) o. Cist., prseses. 
Car. Lorentz, o. Praem. defendens. 
Quaestiones theol. de Sacramento 
Eucharistiae et Sacrificio missae. 



Pragae 1720. 4 fï., Szy pp. in-8^. 
(Catalogue 106 de la Libr. anc. de 
Ludvi^ig Rosenthal, Munich : p. 37, 
no 517). 

Source : Dlahacz, Chronol. Necrolog. 
souvent cité, p. 60. 

LORINSER (Evermode), né à 
Schussenried, en Souabe, le 24 jan- 
vier 1677, se consacra à Dieu le 
29 mars 1697, à l'abbaye du même 
nom. Il fut ordonné prêtre à Rome, 
où il offrit ses prémices en 1700, 
en la basilique de Ste Marie-Ma- 
jeure. Il y fit des études sérieuses, 
après lesquelles il eut l'honneur de 
défendre ses thèses en présence du 
pape Clément XI : celui-ci fit l'é- 
loge du jeune norbertin, qui fut 
proclamé docteur en philosophie et en 
théologie. 

De retour à Schussenried, Ever- 
mode enseigna les mêmes sciences 
à ses confrères, ensuite à ceux du 
monastère de Toussaint. Il remplit 
plus tard les fonctions de curé, ainsi 
que celles de secrétaire conventuel. 
Plein de mérites et de vertus, il 
mourut le 19 septembre 1754, lais- 
sant : 

1. Annotationes in Ordinarium 
et Statuta Ordinis Praem. MS. 

2. Sacerdos brevis ac plus. M S. 

3. Disciplina domestica, MS. 

4. De Beatorum apotheosi. MS. 

Source : Lienhardt, 1771, pp. 377-8. 

LUSCHKA (Gilb.-ant.), dont 
la notice se trouve dans le i'" Vol. 
de ce Dictionnaire, p. 546 : 

5. De glorioso, religioso et ratio- 
nali assensu illibatae B. V. Mariae 
conceptioni sermo Gilberti Antonii 
Luschka, ecclesiae Sioneae canonici. 
Pragae 1777. — BB. de Selau. 

LUYCKX (Jean-Baptiste), poète 
flamand, né à Turnhout, en 1760, 
mort à Ninove, le 2 5 (?) mars 1842. 
Il prit l'habit religieux à l'ancienne 
abbaye des Prémontrés de Ninove, 
et exerça la charge pastorale en 
cette ville depuis 1806 jusqu'en 
1839. Réfugié en Hollande pendant 
la Terreur, il consacra les loisirs de 



MAC 



- i57 - 



MAL 



l'exil à Tétude des poètes néerlan- 
dais, et puisa dans leurs œuvres 
l'amour des lettres flamandes. Pen- 
dant près de trente ans, il fut pré- 
vôt de l'ancienne chambre de rhé- 
torique « Al vloeijende groeijende » , 
à Ninove. En plusieurs concours 
pour la déclamation, il fut élu mem- 
bre du jury. Luyckx excellait dans 
la prononciation du flamand, et 
remporta plusieurs prix, par ses poé- 
sies flamandes, dans les concours pu- 
blics, entre autres à Moorsel en 
1808, et à Courtrai en 1816. 

1. La Société de rhétorique : 
« Rym en reden » de Moorsel, cou- 
ronna son poème : De geessels van 
den oorlog. (1808). Un fragment 
en est reproduit dans un article 
nécrologique consacré au poète par 
le « Nederduitsch letterkundig jaer- 
boekje » de 1843. 

2. Het laetste oordeel. 1809. 

3. Gedichten : « afzonderlijk uit- 
gegeven » (selon Piron, ouvr. cité, 
p. 229). 

4. En 18 16, Luyckx conquit à 
Audenarde les palmes poétiques 
avec une série de pièces intitulées : 
Gevangneming, het Verblyf te Fon- 
tainebleau, de Schaking, en Pleg- 
tige intrede in Roomen van Z. H. 
Plus den VIL — 18 16, Audenaer- 
de, Wede D. J. Bevernaege. (On 



y trouve aussi les pièces des con- 
currents sur le même sujet). 

Sources : Biopi^raphie Nationale, t. 12, 
Briix. 1892-93, col. 625-6, où la notice est 
signée : Emile Van Arenbergh. — Piron, 
o. et p. indiqués. 

LUYTEN (Jean-Baptiste), né 
à Meerhout le i décembre 1750. 
Il se consacra à Dieu par les vœux, 
à l'abbaye du Parc, le i novembre 
1773, et fut ordonné prêtre en 1775. 
Vicaire à Oosterhout, près de Bre- 
da, depuis le 5 octobre 1779, avant 
d'avoir pu achever son baccalau- 
réat ; circateur depuis 1786, vicaire 
à Tervueren en 1790, chapelain à 
Tervueren déjà l'année suivante ; 
' receveur de l'abbaye de Grand Bi- 
gard (1795), enfin curé à Héverlé. 
Il mourut au Parc le 25 juin 1824. 

(Nécrologe de l'abb. du Parc, 
1906, pp. 263-4 j — Jacohs^ Le 
Prélat Simon Wouters etc. Louv. 
1887, pp. 54, 64). 

J'ai dans mes archives i f. impri- 
mé in-folio, avec ces données : 
« Lovanii 16. Julii Anno 1779. 
Thèses sacrae. Ex Prioribus Capi- 
tibus Epistolae B. Pauli ad Roma- 
nos. Thesis i^-3'^ Praeside Eximio.... 
Joanne van der Auwera ex Putte, 
defendet Joannes Luyten ex Meirhout, 
Ord. Praemonst.... de Parcho Ca- 
nonicus. Typis Academicis. 



M 



MACLOT (Edmond) : Vol. I, 

p. 548. 

2. Histoire de l'Ancien et du 
Nouveau Testam.ent. Première par- 
tie. Histoire de l'Ancien Testament 
divisée en cinq Ages, avec des 
Reflexions Theologiques, Morales, 
Critiques et Chronologiques. A Nan- 
cy chez Paul Barbier, pp. 644 in-80. 

« Le Journal des scavans » (sic), 
1705, Liège, Chez J. F. Broncart, 
X> pp. 61 5 à 624, donne sur cet 
ouvrage un compte-rendu généra- 
lement élogieux. 



MALAISE (Jacques), chanoine 
de Leffe, curé de la paroisse du 
même nom, de 1640 à 1646, fut 
alors transféré, en cette qualité, 
dans la paroisse de S. Médard, 
faubourg de Dinant ; il y fut jus- 
qu'en i653. Le 6 mars de cette 
année, il fut élu prélat de sa com- 
munauté, et installé par Charles 
de Severi, abbé de Florefle. Ma- 
laise mourut hélas ! quarante jours 
après son élection. 

Il s'est fait connaître — dit M^" 
I Fétis dans son grand ouvrage sur 



MAN 



— i58 — 



MAT 



les musiciens — par des motets à | 
3 voix qu'il a publiés sous ce ti- 
tre : Motetta sacra trium vocum opus 
primum. Antverp. 1643, 4°. — Il 
est probable qu'il a composé d'au- 
tres musiques religieuses. 

J'ai consulté Hugo, Annales, II, 
col. 34 ; — M^ le chan. Barbier, 
2^ édit. de l'Hist. de l'abb. de Flo- 
reffe, 1892, I. p. 36o ; — M^ l'abbé 
Quinaux, Notice hist. sur l'abb. de 
Leffe, 1884, Namur, p. 249. Il cite 
à la p. 100 un MS intitulé : « Sé- 
ries abbatum monasterii B. M. Lef- 
fiensis. » i200-i8i3. C'est un petit 
et vieux registre, qui contient cette 
liste. 

MALCOT ou MALCOTIUS 
(Pierre), natif de Louvain, chanoine 
prémontré de Middelburg en Zé- 
lande, docteur en théologie ; il en- 
seigna cette science à S. Michel 
d'Anvers, et y remplit les fonctions 
de prieur. 

J'ai sous les yeux un feuillet in- 
40 dont je donne ici fidèlement le 
texte : IHS Qvaest. Theol. An sit 
in Angelo amor seu dilectio natu- 
ralis ? Propositio. D. Tho. part. i. 
quaest. 60. Art. i. — Conclvsio i^- 
2^. — Impertinens. Anno 15; 3. (sic) 
Frater Petrus Malcot Louaniensis 
Abbatiae Middelburgen. Religiosus. 
— Louanij, Excudebat lacobus 
Heybergius Typog. luratus, è re- 
gione Gymnasij Lilij. — Aux archi- 
ves de l'abbaye du Parc. (1904). 

Source : Obituarium S. Mich/ imprimé 
à Anvers en 1859, p. i5g, où Vannée de la 
mort doit être une erreur. 

MANGELSCHOT (Giselbert- 
Jean), né à Mol dans la Campine, 
le 2 avril 1623, prononça les vœux 
à Tongerloo le 12 févr. 1645. Or- 
donné prêtre, il acquit le grade de 
bachelier formé en théologie, fut 
bénéficier et recteur des écoles à 
Herselt (1654), et remplit les fonc- 
tions pastorales, avec le zèle et la 
vigilance les plus louables, à Ram- 
sel (1657) et à Oosterwijk, enfin à 
Klein-Zundert depuis le iS août 
1669. Il mourut jubilaire le 23 janv. 
1697. 



1. Thèses theologicae. 

2. Onderwyzingen. (Waltm. Van 
Spilbeech, Necrolog. 1902, pp. i5- 
16 : Has instructiones typis éditas 
nusquam reperire licuit). 

MARIN (Pierre), chanoine pré- 
montré de Jovilliers, dont on con- 
serve un MS à la BB. du Sémi- 
naire de Nancy : Histoire de l'ab- 
baye de Jovilliers, écrite en 1769 
par le F. Pierre Marin. In-folio 
d'une centaine de pp. pour le moins. 
Mr l'abbé Eug. Martin le cite, et 
en donne un passage dans son in- 
téressante dissertation : De Cano- 
nicis Prccmonstratensibus in Lotha- 
ringia, Nanceii, 1891, pp. (V), 6o- 
61. 

MARTI (José) : Vol. I, p. 567- 
8 de ce Dictionnaire. Le i^r ouvrage 
de ce savant prélat de Bellpuig 
est ainsi indiqué par Ulysse Cheva- 
lier : Estado de la vida canônica 
de las iglesias, asi de catedrales 
como de colegiatas, de Cataluna, 
de su institucion y decadencia, y 
principalmente de los canônigos 
regulares de San Agustin. MS. 3 
V. fol. (Répertoire des sourc. his- 
tor. du Moyen âge. Topo-biblio- 
graphie, 2^ fascic. B-E. Montbé- 
liard, 1895, col. 6i3). 

MATAUSCHEK (Florien), 

— d'autres écrivent « Matousek » 

— naquit à Neuhaus, en Bohême, 
le 4 octobre 1742. Il se consacra à 
Dieu par les vœux, qu'il prononça 
en 1764 à l'abbaye de Klosterbruck 
(Luca). Il fut ordonné prêtre en 
1767, et acquit le grade de docteur 
en théologie ; il enseigna cette scien- 
ce aux jeunes religieux jusqu'en 
1781. Prieur claustral en 1782, il 
devint curé à Znaim, lors de la 
suppression lamentable de son ab- 
baye par le gouvernement. En 
1804 il fut élevé à la dignité de 
doyen - archiprêtre, et mourut à 
Vienne le 14 juin 1817. 

Sources : Catalog. Ord. Praem.^1781; 

— MS de mon collaborateur M , Zâk. 

MATTARD (Pierre), chanoine 



MAY 



— i59 — 



MEH 



et curé de S. Nicolas de Furnes, 
qui mourut vers iSgo. Il est loué 
par son confrère de Waghenare, en 
qualité de prédicateur fort éloquent 
(o. c. de i65i, pp. 346-7 et 430). 
Le même écrivain s'appuie sur les 
témoignages de Jacq. Marchant, 
et du médecin Henri Jonckheere, 
sénateur de Furnes. Gramaye, en 
son ouvr, « Antiqvitates Flandriae » 
(Gand., in-fol., p. 146) dit que 
Mattard fut un poëte renommé. 

MATTHAEI (Jean), originaire 
de Duftel, prêtre et chanoine de 
Tongerloo, docteur en théologie. Il 
fut prévôt de St Sulpice à Diest, 
depuis 1473, et mourut le 29 mars 
1487. 

Sources : Necrologium de Tongerloo, 
édité en 1902, p. 60 ; — Raymaekers, Het 
kerk. en liefdadig Diest, 1870, p. 147, où 
il écrit le nom « Mattheusz » qu'il dit avoir 
été prieur en son abbaye (?) avant d'aller 
à St Sulpice. 

MAY (Herman-Joseph du), né 
à Vorst le 18 oct. 1707 et baptisé 
sous le nom de Jean-Baptiste, se 
fit religieux à Tongerloo par sa 
profession, qu'il émit le 25 mars 
1730. Ordonné prêtre, il fut, — 
comme s'exprime le nécrologe de 
l'abbaye — « sacrae theologiae lec- 
tor egregius in coUegio sancti Nor- 
berti de Urbe (i736), et in mona- 
sterio (1740). » Dans la suite, il 
remplit la charge de curé dans la 
paroisse de Tongerloo (octobre 
1747), et dans celle d'Oelegem (lo 
oct. 1751). Il mourut le 8 mai 1761. 

Source : Necrologium de Tongerloo, 
édité en 1902, pp. 91, et 285 col. i. 

MAYER (Eugène), chanoine de 
l'abbaye de Klosterbruck, né le 21 
novembre 171 3 à Gundelfingen 
(Pfalz). Profès de 1736 et prêtre de 
1741, il acquit le grade de docteur 
en théologie. En 1781 il était péni- 
tencier à Mûhlfrauen lez Znaim. 
(Catalogus O. Praem. in Austria, 
1781). 

MAYER ou MAYR (Hermé- 
négilde), 45^ abbé de Klosterbruck, 



en latin Luca, en Moravie. Il ad- 
ministra louablement sa maison de- 
puis 1745 jusqu'à sa mort, arrivée 
le 2 avril 1764. Pendant la guerre 
de 7 ans, il hébergeait journellement 
au couvent goo personnes, et par- 
fois au-delà. Il était docteur en théo- 
logie et conseiller aux Etats de 
l'empire. 

Sources : Nâtafalussv, Schennatismus... 
\/ 
Jâszô, 1891, p- 67 ; — Cermak, Premonstrâ- 
ti, 1877, p. 35i ; — Vrbka, o. c. 1898, pp. 
46-48. 

MEEUS (Gabriel), baptisé à 
Anvers le 20 février 1730, fut ad- 
mis à la vêture le i5 février i75o, 
à l'abbaye d'Averbode ; il y fit 
profession, juste 2 ans après. Suc- 
cessivement cantor, vicaire à Wese- 
mael, ensuite à Welde, prieur de- 
puis le i5 août 1765, vicaire à Veerle 
le i3 juillet 1770, enfin curé à 
Vorst le 21 décembre 1772. Gahr, 
Meeus figure parmi les aumôniers 
militaires de 1790. (Voir plus haut 
p. 84). Il décéda le 4 janvier i8i5, 
laissant : 

1. Kleyne catechismus. 

2. Quelques MSS non spécifiés. 

Sources : lettre mortuaire imprimée, dont 
un exemplaire est con ervé aux archives 
d'Averbode; — IL. Carleer, Gremium 
Averbodiense, MS de 1789, dans ma BB. 

MEHAUDEN (Jean), savant 
religieux de l'abbaye de Ninove, 
qui fut appelé vers 1659 à Prague 
en Bohême, par le célèbre prélat de 
Strahow, Vincent-Macaire Frank. 
Il enseigna la philosophie au col- 
lège norbertin de cette ville, ainsi 
que son confrère de Ninove, Josse 
de Clerck. Ce dernier y mourut le 
17 sept. 1660. 

Sources : Dlabacz. Hist. Darstellung... 
Strahow, 3e Période, 1807, p. 190, où il 
cite : Annal. Colleg. Norb. I, f. i'^2 ; le 
même, Chron. Necrolog. 18 17, p. 35. 

MEHEUST(Nicolas)etLAU- 
NAY (Louis de), deux chanoines 
de l'abbaye de Saint Jean près 
Falaise, en 1755. A la BB. de 
Mondaye (Bois-Seigneur-Isaac) se 
trouve leur M S original, intitulé : 



MEL 



— i6o — 



M EN 



Abrégé chronologique des Mai- 
sons Bénéfices et Relligieux (sic) 
de la Congrégation des Prémontrés 
Réformés de la Province de Nor- 
mandie inventé par les R. R. P.P. 
Nicolas Mchetist et Louis de Laiinay, 
copié par Pierre André Heudier à 
Saint Jean près .Falaise, l'an de 
N. S. 1755. — (( Cet abrégé est 
fait sous forme de catalogue indi- 
quant, pour chacune des maisons, 
les noms des fondateurs, la date, 
le diocèse etc. Cahier de 36 pp. 
qui peut avoir 0,40 cm. de largeur 
sur 0,20 de hauteur ». (Renseign. 
reçus du rév. confrère de Mondaye, 
Dr. Jean Pelcoq,) 

MÉLEN (Norbert), chanoine 
de Beaurepart, qui fut professeur 
de théologie pendant plusieurs an- 
nées (1739-46). 

1. Thèses theologicae, ex Prima 
Secundae Divi Thomse, quas Prae- 
side R. D. F. Norberto Mélen, 
Ordinis Pra?monstratensis, Abbatiœ 
Belli-Reditûs intra Leodium Cano- 
nico Regulari, ac Sacrae Theolo- 
gise Lectore. Défendent. D. F. 
Gilbertus Gulpen, D. F. Augustinus 
Gillet. D. F. Thomas Cloui. — 
Anno 1739. IMensis Nov. die (5 à 
l'encre).,. Leodii, U. Ancion, petit 
in-folio. 

i^ Le verso de ce titre est en 
blanc, ainsi que le recto du f. suiv. 
— 2^ Armoiries du prélat de Beau- 
repart, Norb. Burnenville, avec la 
devise « Mature et fortiter ». — 3° 
Dédicace à ce prélat, pp. 2 non 
ch. — 40 pp. 3 à 18 pour les thè- 
ses. 

2. Thèses theologicae, ex Prima 
Secundae Doctoris Angelici, quas... 
Propugnabunt. D. F. Albertus de 
Chéquier. D. F. Lambertus de Fro- 
mantau..,. Anno 1744. Mensis Au- 
gusti die tertiâ,... Ibid. U. Ancion, 
petit in-fol. : pp. 1-16. 

3. Thèses theologicae, de legibus 
et virtutibus theologicis ad mentem 
Divi Thomas quas... Propugna- 
bunt. D. F. Andréas Culoz, D. F, 
Michael Dethier. D. F. ^gidius 
Joseph Groulard,,, Anno 1746. Men- 



f sis Junii die 7. — Leodii, U. An- 
cion, petit in-fol. : pp. (3)-i3. — 
BB. de Tongerloo, avec les 2 nn"» 
précédents. Non cités dans la Bi- 
bliogr. Liég. de M. de Theux. 

Source : le chan. Daris, Notice hist. 
, sur l'abb. de Beaurepart, pp. 19-: i. 

MELLAGEN (Rodolphe), cha- 
noine d'Arnsberg, qui était en 1729 
professeur au g5^mnase nomme 
« Laurentianum ». M'" Hoegg, en 
son ouvrage tant de fois cité de 
1843 (pp. 45, 46, et 5i n" 17), 
donne quelques passages du drame 
composé par Mellagen et intitulé : 
Nihil constans sub sole, nisi in- 
constantia, et omnia vanitas, prae- 
ter Deum amare : sive Vertumnus 
Rex Dramatice ludens lusus Adia- 
phoro et Cosmophilo felici eventu 
et infelici. 

MELTZER (Jean-Népomu. 
cène), chanoine de Selau, qui a 
publié : Divus Patricius, humili 
dictione veneratus a P. Joanne- 
Nep. Meltzer, sacri ac can. Ord. 
Praem. canonico Siloensi. Pragae 
1741, in-40. — BB. de la même 
abbaye. 

MEN DES (Augustin), chanoine 
de S. Michel d'Anvers. Il remplit 
les fonctions de vicaire à Deurne, 
et mourut le 7 octobre 1681. 

Il est le traducteur de l'ouvrage 
suivant, qui est le n" 2766 du ca- 
talogue 161 (Juli, 1906) J. W. van 
Leeuwen, à Leiden : Placidus à 
S. Theresia, O. Carm., Den boeck 
des levens den lydenden Christus, 
gheschreven van binnen ende van 
buyten, ofte een tractaet van het 
ghedurich Kruys van den Heere 
Jésus. Overghesteld à, F, A, A, M. 
N. C. (O. Praem.) Ceulen, 1679. 
8°. hoorn. bd. Zeer zeldzaam. 

Met eene opdracht aan H. J. v. 
d. Porten, prelaat v. S. Michiels 
te Antwerpen. Met het wapen der 
abdij. 

A la fin de la dédicace on lit : 
Dat den... Heer wilt beschermen 
uwe eerweerdicheyt ende aile uwe 



NAT 



-- i6i — 



NAT 



Rel. Canoniken, onder de welcke 
ick wil leven en sterven, F. A. A. 
M. N. C. — Je tiens ce renseign. 
de l'acquéreur du livre, M^ R. Fer- 
cken à Leiden, qui daigna m'écrire 
le 25 juin. igo6. Or dans l'Obituar. 
MS ^de S. Michel, 1797, la date 
1 681 "ne convient qu'au seul Aug. 
Mendes. 

MIDDELBURGENSIS ano- 
nymus, religiosus norbertinus, con- 
scripsit anno 1164 Chronicon sui 
monasterii : quod lectum fuisse a 
D. Henrico van den Werve, consule 
primario Antverpiae, dicit Jac, Je 
Roy, in Notitia Marchionatûs S. R. 
I., p. 76. 

M LAD Y (Chrysostôme), cha- 
noine de Tepl, qui défendit en 
1730, conjointement avec d'autres 
confrères, les thèses théologiques de 
l'ouvr. suiv., dont il y a un exem- 
plaire à la BB. de Mondaye (Bois- 
Seigneur- Isaac) : 

Selectae Quaestiones Theologicœ 
ex Secunda Secundae de Fide Di- 
vina methodo scholastica deductae, 
quas in celeberrimo Archiepiscopali 
CoUegio ad S. Adalbertum Vetero- 
Pragte, praeside V,Benedicto Bayer,,.. 
Ecclesiae Montis Sion Professo, in 
praefato CoUegio S. S. Theol. Pro- 
fessore ordinario, solemniter pro- 
pugnandas suscepit R. P. Chrysos- 
tomus Mlady.,,. Teplensis... Pro- 
fessus Anno M.DCC.XXX. mense 
augusto Die 14. — pp. 522, plus 
pp. 6 de table et de thèses. Voyez 
mes 2 articles « Bayer » Vol. I, p. 
43, au no 3 ; et Vol. III, pp. 16-17. 

MOLITOR (Michel), chanoine 
de l'abbaye de Roggenbourg. De 
1625 à 1627 il remplit les fonctions 
pastorales à Roggenbourg • Mesz- 



hofen. {Weiler, ouvr. de 1828 déjà 
cité, p. 80). 

A la BB. royale de Munich se 
trouve un MS latin de Molitor, 
intitulé ; Sermones, a. 1619-22, 
pp. 462 in-So. (n" i5368, Rogg. 
68). 

^ MONTS (Pierre de), prélat de 
l'abbaye La Case-Dieu, élu en 
1459, décédé en 1473. Il était doc- 
teur en droit. (Hugo, Annal. I, col. 
485). 

MORAVEK (Ernest-Jean) : P 
Vol. de ce Dictionn., p. 608. 

I . Piae mentis enthymema : De- 
cuit, ergo debuit Maria immaculata 
concipi. Oratore P. Ernesto Mora- 
vek, ecclesiae Siloënsis canonico. 
Vetero-Pragae 1739. — BB. de 
Siloë. 

5. Confessio Augustana contra 
confessionem Augustinianam : seu 
thèses theologicae ad mentem S. 
Augustini. Novaedomi 1738, in-80. 
— BB. de Siloë. 

MÛNTZENRIEDER (Da- 
niel), né à Pegau (?) en Souabe, 
chanoine de Strahow. Il enseigna 
la philosophie d'abord au couvent, 
puis au collège archiépiscopal de 
Prague. Il mourut fort jeune le i5 
février 1729, n'étant que dans la 
28e année de son âge. {Dlabacz, 
Chron. Necrol., p. 59). 

Nous trouvons sur le catalogue 
io3 de Ludwig Rosenthal, à Mu- 
nich, au n'^ 833 : 

Misner, Adalb., ord. Cist. praes., 
Dan. Mûntzenrieder, ord. Praem. 
def. Redde quod debes sive propo- 
sitio et resolutio quaestionum de 
restitutione pro S. poenitentiae tri- 
bunali practice explanata. Pragae 
1725. 5 ff., 488 pp., Il ff. In-4. 



N 



NÀTAFALUSSY (Corneille) : 1 Ce savant confrère de Jâszô est 
Vol. I, pp. 617-8. , décédé le 23 avril 1907. 

Ecrivains, Artistes et Savants (t. m) n 



NOR 



162 — 



NOÛ 



17. Kûlônféle alkalmi beszédek. 
(A Religio-ban, a nagyvâradi alla- 
mi fôreâliskola 1896/97. évi Értesî- 
tôjében, a Szabadsâg es Nagyvârad 
1896, 1897, 1898. evfolyamaiban 
s mas vidéki lapokban). 

Source : Dr Rob. Farinas, o. c. 1902, 
p. 226. 

NELST (Norbert), natif de Ro- 
zendaal, chanoine de Tongerloo, 
où il prononça les vœux le 26 mars 
1612. Ordonné prêtre, il acquit le 
grade de bachelier formé en théolo- 
gie : étant très savant, il enseigna 
cette science d'une manière très 
éloquente (ce sont là les termes 
dont se sert le Nécrologe). Il fut 
vicaire du prévôt de S. Sulpice à 
Diest, curé à Tongerloo (20 juill. 
1627), à Nispen de i638 à 1640, 
à Moergestel depuis le mois de juin 
1645. Nelst mourut le 29 nov. i652. 
(Necrologium de Tongerloo, 1902, 
p. 243 ; et Schutjes, Geschied. v. 
het Bisdom 's Hertogenbosch, 1876, 
V. p. 137;. 

NIERNBERG (Mathias), ori- 
ginaire de Coblence, prieur de 
Rommersdorf vers 1620, se distin- 
gua par sa vaste érudition. Lors 
de l'irruption en cette abbaye d'une 
bande de soldats de Mansfeld, il 
sauva courageusement la grande et 
précieuse bibliothèque d'une des- 
truction imminente. 

Source : Giinther et Wegeler, ouvr. de 
1882 déjà cité, p. 69. 

NORIEGA (Jos.-Étienne de) . 
V. I. pp. 627-9. Elu évêque de 
Solsona le 10 avril 1738, il mourut 
déjà le 10 mai 1739. Voyez le bé- 
nédictin Gams, Séries Episcoporum 
Eccl. cathol. 1873, p. 76, col. i. 

I. Historia monasteriorum ordinis 
prsemonstratensis in regno Hispania, 
C'est un volume de plus de 600 
pages in-folio, qui contient des do- 
cuments sur les monastères pré- 
montrés d'Espagne. Ces documents 
ont été réunis pour l'abbé d'Etival, 
C. L. Hugo, et transcrits presque 
tous d'une écriture serrée, par le 



P. Jos.-Étienne de Noriega. En 
17 18, lorsqu'il commença ce tra- 
vail, ce dernier était secrétaire gé- 
néral de l'ordre en Espagne, et 
professeur de théologie au collège 
de Saint-Norbert, à Salamanque. 
Lorsqu'il l'acheva, en 17 33, il était 
définiteur général et abbé de Re- 
torta. 

Ainsi M»" le professeur Vacant, 
dans son intéressant ouvr. de 1897 : 
La Biblioth. du grand Sémin. de 
Nancy, p. 52, n^ (Codex) 49. (Il 
y a fautivement : de Noxiega). 

NOUWENS (Joseph-Jean), 
chanoine de Berne, qui vint au 
monde à Klundert en Hollande, le 
2 janvier 1875. Vêtu le i5 oct. 
1893, il fit sa profession tout juste 
2 ans après, et fut promu au sacer- 
doce le V août 1899. Envoyé à 
Rome pour les études ecclésias- 
tiques, il y acquit le grade de doc- 
teur en théologie. Il est professeur de 
philosophie et de Ste Ecriture à 
Berne. 

1. Depuis 1898 il collabore à la 
revue « Het Offer » et fournit maints 
articles à divers journaux. 

2. Il est rédacteur de la feuille 
« Hanzebode » (1903 et ann. suiv.) 
et « adviseur van De Hanze » as- 
sociation qu'il a fondée. 

3. Discours pour les œuvres so- 
ciales et ouvrières, dont plusieurs 
furent imprimés. 

4. De Handeldrij vende Midden- 
stand door Dr J. Nouwens en Het 
Gildenwezen in de Hanze door 
Jan Mosmans. — Tilburg, J. B. 
Van Gorp & Zn. 1904 : pp. 32. 

5. De Industrieele Middenstand. 
1906 (?) 

6. Libéralisme en Socialisme 
door Heinrich Pesch S. J., met 
een inleiding van Dr, J. Nouwens, 
1905, Leiden. pp. 5-25 in-8o. 

7. Middenstand en Coôperatie, 
door Dr. J. Nouwens. 1906 : pp. 
104. (Door geheel de pers werd 
dit boekje om zijn hclder betoog 
geroemd). 

8. De Paus, Italie en de kerke- 
lijke staten. — Rede gehouden 



NOV 



— i63 — 



NYV 



door Dr. J. Nouwens, Ord. Praem. 
op Donderdag 27 October 1904, 
voor de R. K. Vereeniging « Ge- 
loof en Wetenschap » te Nijmegen. 
— Amsterdam, 1904, E. van der 
Vecht. pp. 36 in-80. — Dans ma 
BB. 

Sources : Catalog. Circar. Brabant. 
1906, p. 16; — renseignements de Mr 
G. van den Elsen. 

NOVÂK (Adalbert - Etienne,) 

prémontré de Csorna, né à Sojtôr, 
au comté de Zala en Hongrie, le 
22 janvier 1875. Vêtu le i5 août 
1894, il fit sa profession le i5 août 
1898, et fut promu au sacerdoce 
le 23 du même mois, donc huit 
jours après. 11 est employé à l'en- 
seignement au gymnase de Szom- 
bathely, étant docteur en philoso- 
phie. (CatalogusgeneralisO. Praem. 
1900, p. 228). 

N O V O T N Y (Alphonse - A- 
lexandre), chanoine de Jâszô, qui 
vit le jour à Bécsben le 2 (ou le 
20) septembre 1862. Vêtu le 3 oc- 
tobre 1880, il se lia à Dieu par 
les vœux le i janvier 1886, et lui 
offrit ses prémices à l'autel le 23 
juin suivant. Professeur au collège 
de Rosenau en 1884, à Kaschau 
en 1886, à Grosswardein en 1889 ; 
ici il fut bibliothécaire, et président 
de la société secourant les étudiants 
pauvres. Il remplit actuellement 
(1906) les fonctions de directeur 
au collège de Grossv/ardein. (Gâ- 
tai. O. Praem. 1894, PP- 67-8, et 
1900, p. 243). 

1. Scheffel Jôzsef Viktor élete es 
îrôi mûkodése, kûlonos tekintettel 
Ekkehardjâra. 1900, Nagyvârad, 
Jôzsef Làng. 

2. Le confr. Novotny, qui con- 
naît plusieurs langues, a traduit de 
l'allemand en hongrois la vie de 

S. Norbert, par M. Zàk, prémontré 
de Géras. Voici le titre : 



Szent Norbert Gennep ura a pre- 
montrei kanonokrend Alapitôja es 
Magdeburg érseke. Életkép. Irta : 
Zak Alfonz, Gerasi premontrei ka- 
nonok es Perneggi plébânos. Német 
eredetibol forditotta es âtdolgozta : 
Novotny S. Alfonz, Jâszôi premon- 
trei kanonok, fogimnâziumi igazga- 
tô. A Keresztény katholikus ifjusâg- 
nak olvasmânyûl ajânlva. Szent 
Lâszlô Nyomda Nagyvâradon. 
1905. pp. 23o in-80 (i illustr.) 

Sources : MS de M. Zàk envoyé pour 
ce Dictionn. — Dr. Rob. Farkas, o. c. 
1902, pp. 226, 3o3. 

NUSSIA (Jacques de), cha- 
noine et prieur de Parc. On trou- 
vera sa notice au i^» vol. de ce 
Dictionnaire, p. 124, au nom de 
Clinckaert, Jacques fut profès vers 
i335 ; prêtre (i337), prieur (1348- 
i383) et mourut le 16 juin de la der- 
nière année. Cathal. Fratr. Parch., 
fo II, cité dans le Nécrologe de 
Parc, 1906, p. 252. Au 10 juillet 
du même Nécrologe, pp. 283-4, on 
fait encore mention de Fr. Jacq. 
de Nussia et de ses parents ; le 
nom « Clinckaert de Nussia » se lit 
à la p. 284. 

NYVELAER (Embert), natif 
d'Arendonk, prononça les vœux de 
religion à Tongerloo, le 1 1 septem- 
bre i53o. Il était licencié en médecine. 
Ordonné prêtre, il fut prieur, en- 
suite curédeWesterloo (juillet 1540), 
prévôt de S. Sulpice à Diest, de- 
puis le 12 avril 1541. 11 tut élevé 
à la dignité d'abbé de Heilissem, 
à cause de son savoir et de ses 
bonnes qualités ; le 17 octobre 
i553, il reçut la bénédiction solen- 
nelle à cet effet, en l'église des nor- 
bertines de Leliëndael, à Malines. 
Nyvelaer mourut le 27 juin i557. 

Sources : W. Van Spilheeck, o. c. de 
1888, pp. 3i3-i4 ; Necrol. Tong. 1902, pp. 
124, 287, 3o6 ; — Raymaekers, Het kerke- 
lijk en liefdadig Diest, p. 148. 



ORE 



164 — 



OVE 



o 



O N D R AC E K ( Guillaume- 
Aloïs), chanoine de Strahow, qui 
naquit le 20 juin 1876 à Iglau, en 
Moravie. Admis à la vêture le 26 
sept. 1896, et à la profession le 28 
sept, de l'année suivante, il fut 
ordonné prêtre le 17 juillet 1901, 
à Prague. Il remplit les fonctions 
de chapelain au lieu de pèlerinage 
« in Sacro Monte » ou Heiligen- 
berg, près d'Olmùtz. (Catal. gêne- 
rai. O. Praem. 1900, p. 64 ; et 

renseig. fournis par M^" Zâk), 
Nous avons du confr. Ondràceh : 

1. Prirucni kniha terciârù pre- 
mostrâtskych. [i. e. Manuale 3. 
Ord, Praem.] Olomouc 1907. Tis- 
kem knîzeci arcibiskupské knihtis- 
kârny. — 420. Nâkladem III. mdu 
premonstrâtského na Sv. Kopecku. 
129 pp. 80. 

2. Divotvornâ Matka Bozî, krâ- 
lovna Moravy, na Sv. Kopecku. 
Olomouc 1907, pp. 84 in-80. (avec 
I grav.) — Ces 2 opuscules se 
trouvent à la BB. d'Averbode. 

OPPELT (Boniface) : Vol. I, 
pp. 638-9. 

II. Thematische Predigtentwûrfe 
fur die Festtagen besonderer Hei- 
ligen. Prag, i838, 8^. — BB. de 
Selau. 

ORELLANA (Rodrigo - Ant. 
de), que j'ai déjà mentionné au 
Vol. I de ce Dictionn., p. 639, fut 
évêque de Codova de Tucuman, dans 
l'Amérique du Sud. Ce siège épis- 
copal fut érigé en 1570. Il ne s'a- 
git donc nullement ici de Cor doue, 
en Espagne. 

Dom Gams, dans la « Séries Epis- 
coporum Eccl, cathol. » 1873, nous 
apprend que R, A. de Orellana fut 
élu évêque le 9 septembre i8o5 ; il 
fut transféré en la même qualité à 
Avila, le 21 décembre 18 18 ; il 
mourut le 29 juillet 1822. (Gams, 



p. 10, col. 2 ; p. 145, col. 2. Il 
oublie de dire que ce pontife ap- 
partenait à l'Ordre de S. Norbert). 

OTTO I LEGATUS : vol. I, 
p. 640. — Heinrich Lemherg a pu- 
blié : Cappenberg. — Dortmund 
1899, pp. 55 in-8". 

OVERHUSIUS (Pierre) : Vol. 
I, pp. 648-9. Né à Anvers le 9 
déc. 1601, il prononça les vœux 
le 18 avr. 1618, et fut ordonné 
prêtre le 10 juin 1623. 

Le 17 janvier 16^5, il acquit à 
Louvain le grade de docteur en théo- 
logie. 

1. A la BB. de l'abbaye d'Aver- 
bode, il y a un exemplaire où le 
nom de l'auteur n'est /o/;// exprimé. 
J'ai vu cet exemplaire. 

2. Thèses de SS. Trinitate, cha- 
ritate et Incarnatione. Antv. 1644. 
(Sic D. Stanisl. Joris in MS.) 

4. Assertiones Theologicae In 
Lavdem gloriae gratiae Dei, De 
Gratia Angelorvm, Primi Lapsiqve 
Hominis, Conciliatione eivs cvm 
Libero Arbitrio, Praedestinatione 
ac Reprobatione : ivxta mentem Di- 
vi Avgvstini Eminentiss. & incom- 
parabilis Eccl. Doctoris, Candidi 
ac Canonici Ord. Praemonst. Legis- 
latoris Sapientissimi : Quas solem- 
niter, coram Reuerendis & Am- 
plissimis Capitvli Provincialis Pa- 
tribvs In Ecclesiâ S. Michaelis 
Antuerpiensis Sacri Ordinis Prae- 
monst. Assistente sibi Eximio D. F. 
Peiro Overhvsio Ecclesiae D. Michae- 
lis Antuerp, Ord. Prsemonst. Ca- 
nonico, S. T. Doctore. Defendet 
D, F. Macarivs Simeomo eiusdem 
Ecclesiae Canonicus. S. 1. s. a. Petit 
in-40 à la BB. d'Averbode. 

1° R. R. et Amplissimis in Chris- 
to PP. ac DD. 6 pp. non ch. — 
20 Assertiones (3i) theol. : pp. 21. 
— 3° Approbatio. Actum in Abb. 



PAH 



— i65 — 



PAY 



S. Mich. Antu. 14 lulij 1643 : 
F, Avg. Wichmans Coadiutor Tun- 
gerlo. F. Gisbert. Mudtzardt (sic) 
Praepos. Val. Lilior, F. Matthias 
VVinters Praep. in Keyserbosch. F 
Norb. van Couvverven Prior S. Mich 
F. Paulus Clodius Prior in Grim 
bergen ib. olim S. Th. Professer 
F. loan. à Lapide Praeses Coll 
Praem. Louanij, et ib. S. Th. Prof 
F. lac. Drinerius Pastor in Tessen 
derloo olim in Abb. Auerbod. Phil 



et S. Th. Prof. F, Laur. Landtmeter 
Pastor in Rhetij, ac districtus Ge- 
lensis in Diœc. Buscod, Decanus 
S. T. L. F. Petr. Cobbaert Past. in 
Liedekercke S. T. L. eiusd. in 
Abb. Nieniuensi quond. Prof. — 
Approbatio... Louanij 17 lulij 1643. 
F. Michael Paludanus. L. Fro- 
mondus. G. van Werm. I. Ponta- 
nus. I. Sinnigh. — Censvra, lac. 
Pontanus. pp. 2 non ch. 



p 



PACZ (Alexandre-Jean), pré- 
montré de Jàszô, né à Lelesz le i^' 
juin, i863, admis à la vêture le 4 
sept. 81, à la profession le 20 août 
87, ordonné prêtre le 20 déc. sui- 
vant. Depuis 1891 il enseigne la 
philologie au gymnase de Grosswar- 
dein. Il est docteur en philosophie, 
et a publié : A régi gôrogôk csa- 
lâdi élete. 1890. Nagy-Vârad, pp. 
3-60. 

Sources : Nàtafalussy, Schematismus 
1891, pp. 104, 149, 212; — Damier, 1894 

0. c, p. 63 ; — Catal. gênerai. 1900, p. 243. 

PAHNOST (Godefroid), né le 
19 janv. 1733 à Gôding, en Mo- 
ravie, En 1762 il prononça les 
vœux de religion à Tabbaye de Klos- 
terbruck, et reçut l'ordination sacer- 
dotale en 1764. Ayant le titre de 
protonotaire apostolique, il fut le 
dernier procureur de notre Ordre 
auprès du gouvernement impérial, 
à Vienne, jusqu'en 1783. 

Un ecclésiastique portant le même 
nom, — vraisemblablement un 
proche parent — a publié en 178 1 : 
Trostrede an das Kônigl. Prâmon- 
stratenserstift Bruck... ùber Den 
Tod Seines wùrdigsten Abtens 
Herrn Gregorius Lambek.., Gehal- 
ten In der Kirche dièses Stifts den 

1. Mârz im Jahre 1781. von Joseph 
Karl Pahnost Brùnner bischofl. 
Konsistorialrath, Stadtpfarrer, und 



Landdechant zu Groszmeseritsch. 
— Znajm (sic) Anton Joli. Preyss : 
47 PP* petit in-40. — BB. d'Aver- 
bode. 

PAIGE (Jean le) : Vol. II, pp. 
8-9. 

Il y a ici une inexactitude que 
je dois redresser. Le Bréviaire de 
1608 fut dédié aux 4 premiers Pères 
de rOrdre. Jean le Paige offrit un 
exemplaire au Nonce apostolique 
en France, qui fut plus tard le 
pape Urbain VIII. 

PANTZNER : Vol. II, p. i3. 
Ce chanoine de Strahow fut un 
zélé regénérateur de la littérature 
bohémienne ; à ses frais et par ses 
soins, Hromadka donna au public 
l'ouvrage : Prvotiny pëknych umë- 
ni. Pantzner mourut le 2 juillet 
1828 à Mikulovice lez Znaim, où 
il était curé. — Cf : Svëtozor 

(Praze 1879) ; et Casopis Matice 
Moravské (Brùnn, 1899, pp. 185-7). 
Ainsi M. Zdk en son MS. 

PAUL V de JASZO, curé de 
la paroisse de ce nom, maître es- 
arts, fut le 36*^ prévôt de la com- 
munauté de Jâszô, de i5o8 à i5i5. 

Source : Corn. Nàtafalussy, Schematis- 
mus... Jâszô, 1891, pp. 26 et 114. 

PAYEN (Frédéric) : Vol. II, 
p. 24. 



PER 



— 166 — 



PFE 



Ce chanoine norbertin était pro- 
fès de l'abbaye de Ste Marie Ma- 
jeure, dans la ville de Pont-à- Mous- 
son. 

Le P. Thomas le Blanc, S. J., a 
publié en i63o : Praesentatio Aca- 
demica ad Licentiatum Theologi- 
cum R. P. F. Frideirci Payen, et 
Ordinis Praemonstratensis Panegy- 
ricus. Mussiponti, i63o, 8» pp. 64. 

— Voyez les PP. De Backer, o. c, 
i853, I. p. 98, col. 2; i86i,VII. 
p. ii3, col. I. 

PAYSAN T (Norbert) : ibid. 
Il mourut le 20 mai igo5. 
3. Près du Tabernacle. Poésies 
imprimées en 1889. 

PELTRE (Nicol. -Hugues) : 
V. II, p. 27. 

3. « Il commença en i685 une 
vie latine de Ste Odile, dont les 
derniers feuillets sont de 1696. Cette 
vie est restée inédite. 1^' original a 
été brûlé en 1870, au bombarde- 
ment de Strasbourg ; la seule copie 
connue (presque contemporaine) 
est en notre possession, mais elle 
a été promise à la BB. de Ste 
Odile. Je voudrais la publier au- 
paravant. » Note de Dom Gustave 
de Dartein, Bénédictin de Ligugé, 
plus tard à Chevetogne (Namur). 

PELVÉ (Jean) : V. II, même 
p. 27. 

Il était originaire de Falaise. Le 
roi de France Louis XV l'avait 
nommé coadjuteui de Jean des 
Noiresterres (sic) le 11 nov, 17 19; 
le 4 févr. 1724 il reçut ses bulles, 
et le 28 mai 1725 il prenait pos- 
session du siège abbatial de la 
Luzerne. L'évêque d'Avranches le 
bénit le 12 janv. 1727. Pelvé fit 
reconstruire la prélature ; il mourut 
le 3 févr. 1748, âgé de 69 ans, 

— Cfr Mériel, Hist. de l'abb. roy. 
de S. Jean-de- Falaise, i883, Alen- 
çon, pp. 1 58-59, où il l'appelle 
Jean-Bapt. Pellevé (sic). 

FEREZ CARPINTEROS 

(Jean), évêque de Honduras ou 
Comayagua depuis 1700, dont la 



notice est insérée au Vol. II de ce 
Dictionnaire, p. 28. Il est mort le 
12 mai 1724, selon le bénédictin 
Dom Gams, o. c. 1873, p. i52, 
col . I . 

PERWEZ (Jean V de), ainsi 
nommé parce qu'il vint au monde 
à Perwez, fut le 28^ abbé de Flo- 
reffe, de i36i à 1379. Docteur en 
droit de l'école d'Orléans, ancien 
prieur de l'abbaye, il fut élu abbé 
le 23 août i36i, alors qu'il gou- 
vernait la maison de Poste! . Pen- 
dant 18 ans, il administra Florefie 
avec beaucoup de sagesse et de 
prudence, et mourut le 28 juin 
1379. 

Sources : Barbier, Hist. de l'abb. de 
Floreffe, 2e édit. 1892, i. pp. 211 à 2i5, 
ainsi que toutes celles auxquelles il a 
puisé, et qu'il indique au bas des pp. 

PETSCH , chanoine de Hradisch, 
qui a rédigé un Diarium, MS de 
1758 : il est mentionné par le P. 
Bède Dudik, Bénédictin, Quellen 
I. 346-9, et par Chr. d'Elvert^ o. c, 
de 1854, I. p. 277. 

Le dernier écrivain, à la même 
page, et le P. Dudik, I. 229, citent 
un autre norbertin de Hradisch, 
mais anonyme, qui « descripsit ad- 
ventum Imperatricis Mariae The- 
resiae et Francisci conjugis ejus 
anno 1748 in Olmùtz. » 

Je dois ces renseignements à mon 
zélé collaborateur Alph. Zdk^ chan. 
de Géras et curé à Pernegg. 

PFEIFFER (Benoît) : V. II, 
pp. 3i-32. 

4. Historische Darstellung.... 
Prag 1827. L'ouvrage a pour au- 
teur : Fischer (Adolphe); pour édi- 
teur le prélat Pfeiffer. Voyez leurs 
notices respectives en ce Diction- 
naire. 

A la BB. de Selau, Ton garde 
« Vitâni Vâclava Leop. Chlumcans- 
kého... )) Poemata duo, bohemicum 
et latinum, in honorem Archiepis- 
copi Pragensis Chlumzansky, oc- 
casione infulationis Benedicti Pfeif- 
fer, 16 febr. 1817, composita a filiis 
Sioneis. Prag. 18 17, 4». 



PIE 



— 167 — 



PIS 



Le Katalog io3 de Ludwig Ro- 
senthal, Mùnchen, a pour n» 919 
Pfeiffcr, Bened., Pralat des Stiftes 
Strahovo. Praem. Verschiedene Er- 
bauungsreden. 11 Stùcke : i) vom 
4. Dez. 1814. 2) vom 11. Dez. 1814, 
3) vom 18. Dez. 1814. 4) vom 25. 
Dez. 1814. 5) vom 27. Dez. 1814. 
6) vom I. Jan. i8i5. 7) vom 8. 
Jan. i8i5. 8) vom i5. Jan. i8i5. 9) 
vom 22. Jan. i8i5. 10) vom 23. 
April i8i5. Il) vom 18. Juni i8i5. 
Original-Handschrift des berùhmten 
Theologen u. Censors Dr. Jos. 
Scheiner. In-4. 

Betr. Dr. Jos. Scheiner siehe : 
Allgem. Deutsche Biographie. 

PFROGNER(Chrysost.) : ibid., 
pp. 32-33. 

i3. Brevis descriptio... pp. 70. 

PIEKARSKA (Joséphine), re- 
ligieuse professe à Zwierzyniec, 
près de Krakau. A la BB. de ce 
couvent se trouve un MS de i8i3, 
in-40, rédigé par cette sœur et inti- 
tulé : 

Moje rozrywki w 12 czesciach 
(Delectationes meae in 12 partes 
distributae). Coté io63. 

Source : Extrait d'un catal. ms du 
même couvent, qui me fut communiqué 
en 1907. 

PIERRE III de KASCHAU, 

maître ès-arts, fut le 39<^ prévôt de 
Jàszô, de i522 à 1544 (?) 

Source : Corn. Nâiafalussy, Schematis- 
mus.... Jâszô, 1891, p. 26. 

PIERRE de NOVA TERRA: 
Vol. II, p. 45, fit sa profession 
dans notre ordre. 

L'archiviste d'Averbode Stan. Jo- 
ris, mort en 1890, a consigné cette 
note dans un de ses M S que j'ai 
sous les yeux : ipse composuit 
« Carmina varia quae extant in li- 
bro quodam vetusto MS Bibliothe- 
cae Collegii PP. Soc. Jesu Lovanii. 
Adjunctus erat et alius liber de 
stragibus seu cladibus Leodien- 
sium, , auctorque ponitur fuisse 
Prior cujusdam inonasterii. Sed 



an idem auctor fuerit nescio, in« 
quit die Voechi » ; i. e. eruditissi- 
mus iî^gidius die Voecht. 

PIRCHANS (Vincent) : Vol. 
II, p. 48. 

En 1730 il enseigna la théologie 
morale à l'abbaye de Géras. Il 
mourut à Selau le 5 septembre 1767, 
étant le setitor de la communauté. 

2. Panegyris. Vetero Pragae, in- 
40. — BB. de Selau. 

PISTORIUS (Pierre), natif de 
Munstereifel, fit son entrée à Stein- 
feld en 1647, et y prononça les 
vœux en 1649. Bachelier en i65o, 
et l'année suivante maître ès-arts, 
il fut ordonné prêtre en i655. Pro- 
clamé licencié en théologie en i656, 
il enseigna cette science ainsi que 
la philosophie à Steinfeld. Prési- 
dent du séminaire norbertin à Co- 
logne en 1660, prieur de nos reli- 
gieuses à Meer depuis le 8 juillet 
1661, il y mourut déjà le 3o sep- 
tembre suivant. On a de lui ; Dis- 
pvtatio theologica De Statu Reli- 
gioso Sub Comitiis et auspiciis 
Capitvli Provincialis Canonici Prae- 
monstratensis Ordinis Circariae 
Westphalicae, Per Rev.'""'" et Am- 
pl mum Y). D. Norbertum Horichem, 
Ecclesiae Steinfeldensis Abbatem, 
eiusdemque S. Ordinis in Circariis 
Westphalise, Iveldiae, et Wadego- 
tiae Vicarium Generalem et Visita- 
torem;... légitimé indicti, atque 
ad diem XXVII. April. et seqq. 
Anno M.DC.LIX. Coloniae in Ora- 
torio S. Norberti solenniter cele- 
brandi, Publico examini proposita. 
— Praeside R. D. F. Petro Pisiorio 
S. Th. Lectore Steinfeldensi défen- 
dent Coloniae in CoUegio Prae- 
monst. FF. I cannes Axer & Hier on, 
Cranenbach. eiusdem Ecclesiae Ca- 
nonici. die [^pridie calendas, comme 
quelqu'un a ajouté à la plume] 
May hora 2. pomerid. — Typis 
Pétri Hilden. Anno 1659. Petit 
in- fol. 

1» D. Abbati Steinfeld., caeteris- 
que Canonicis Capitulum Provinc. 
constituentibus : pp. 2 non chiff. ; 



POU 



— i68 — 



POU 



— 2° texte pp. 1-22 ; il y a 56 
thèses, suivies de nombreux ren- 
vois. Cette brochure rarissime se 
trouve dans la BB. du Révise Quj. 
rin Nols, Prélat du Parc (1904). 

Source : Dr Herm. Keussen, Das ade- 
lige Frauenkl. Meer bel Neuss, 1866, 
Crefeld, p. 56. 

PLEYER (Norbert) : V. II, p. 
5i. 

C'est le P. Otto Chmel, que je 
cite comme source, qui dit expres- 
sément à la p. 266 : Eximius SS. 
Theologiae Dodor, Norhertus Pleyer, 

POCK (Guillaume) : V. II, 
pp. 5i-53, 

18. Auslegung und Erklârung des 
Psalm Miserere. Uebers(etzt) v. 
W, Pock. (Segnevi S. J.) Frankfort 
1707. — Voyez le Catal. n» 22b. 
de Hans von Matt u. Co., Stans in 
der Schw^eiz, p. 89, nP 4307. 

Note, 

PONTBRIAND (René-Franç. 
du Breuil de), Breton, prêtre si 
connu pour sa charité à l'égard des 
petits savoyards, était abbé com- 
mendataire de notre abbaye de S. 
Marien d'Auxerre. Quelques dic- 
tionnaires biographiques oublient 
d'ajouter le mot ici souligné. Cet 
homme estimable n'appartient donc 
pas à l'ordre de Prémontré. Voyez 
Michaudf Biographie univers., à 
l'article a Pontbriand ». 

PONTE (Pierre de), abbé de 
S. Martin à Laon, en 1445- 1 1461. 
La « Gallia Christiana » t. X, i^e 
partie, lui donne le nom de Dupont. 
Ce fut lui qui présida à l'élection 
de Jean Voet, abbé de Tronchien- 
nés, selon la Chronique de cette 
maison ; Praefuit electioni R. D. 
Petrus, abbas Laudunensis, sacrae 
theologiae dodor y,., penultima Maii 
(1445). — Hugo, Annal. I, col. 
70 ; GroemnXj ap. De Smet, Corpus 
Chron. Fland,, I, p. 63o. 

POUILLON (Norbert), origi- 
naire de Fontaine-l'Evêque, cha- 



noine de Floreffe, Vêtu le 20 mai 
1714, à l'âge de 18 ans et demi, 
profès le 27 décembre 171 5, prêtre 
le 23 décembre 17 19, maître des 
novices en 1720, sous-cellérier, cir- 
cateur, maître des convers et des 
infirmes, vicaire à Beaumont, curé 
à Trazegnies depuis 1737, mort le 
2 décembre 1748. (M. le Chan. 
Vict. Barbier, o. c. 2^ édit. de 1892, 
I. p. 406, no 33.) 

Le confrère Pouillon est mention- 
né par Dom U. Berlicre parmi les 
auteurs d'ouvrages. Voir (dit-il) 
« Annales de l'Académie d'archéo- 
logie de Belgique » t. 39, p. 169. 
(i883). (Monasticon Belge, T. I, 2^ 
Livraison, 1897, Maredsous : p. 
184 en note). 

On lit dans l'article : « Trazegnies, 
son château t ses seigneurs et son église. 
— Communication de M, Léopold De- 
villers, » Dans les dites Annales l. c. 

L'auteur d'un livret rarissime (i) 
a écrit sur Trazegnies quelques cha- 
pitres qui nous ont paru mériter 
d'être tirés de l'oubli. Si cette pe- 
tite publication est loin de contenir 
tous les laits qui concernent le vil- 
lage et ses anciens seigneurs, elle 
a du moins le mérite de donner 
de curieuses descriptions et de rap- 
peler des noms et des dates histo- 
riques. » 

p. 188 : « Celuy qui a commen- 



(i) Histoire véritable et merveilleuse de 
Notre-Dame du Sacré Rosaire, honorée en 
l'église paroissialle (sic) de Trazegnies. 
Ce livret a été composé en 1737 par A^o^- 
bert Pouillon. religieux de l'abbaye de Flo- 
reffe et curé de Trazegnies « pour tâcher 
de contribuer à la conversion de ceux 
qui méprisent l'Eglise de Jésus-Christ et 
pour augmenter le service de Nostre- 
Dame. » M. Larsimont, bourgmestre de 
Trazegnies, en possède le manuscrit ori- 
ginal (109 pages in-40). 

L'ouvrage est dédié à Charles Darte- 
velle, abbé du monastère de Floreffe, dé- 
puté des états du comté 'de Namur. S'il 
a été imprimé, les exemplaires en sont 
introuvables aujourd'hui. Ce qui le prouve, 
c'est que feu Auguste De Reume, qui a 
tant recherché les livrets relatifs aux an- 
ciens pèlerinages, n'en a fait aucune men- 
tion dans son volume ayant pour titre : 
Les Vierges miraculeuses de la Belgique. 



PRO 



169 — 



PRO 



ce à écrire les oeuvres surprenantes 
de Nostre-Dame de Trazegnies, ce 
fut F. Louis de Fosset^ curé et natif 
de Trazegnies, lequel mourut le 1 1 
de décembre l'an i52 5. » 

« F, Jean Jamart^ originaire de 
Floreffe, a recueilliez (sic) les oeu- 
vres les plus signalées advenues à 
Trazegnies par l'intercession de 
Nostre-Dame le 14 de septembre 
16 ig, lequel rendit sa vie le 8 de 
mars 1634. » 

« F, Nicolas HamiltoUy natif de Na- 
mur, a administré la paroisse de 
Trazegnies depuis 1634 jusqu'à 
i65o, ensuite il fut prieur d'Her- 
laymont où il mourut l'an i665, le 
i5 d'octobre. Il a donné des té- 
moignages de sa piété par un livre 
de dévotion qu'il a composé envers 
la Sainte Vierge. » 

M. le chan. Vict. Barbier, o. c. 
2^ édit. 1892, t. I, cite Louis de 
Fossez (sic) p. 249, n. 18 ; Jean 
Jamart p. 314, n. 10 ; Nicolas Ha- 
milton p. 349, n. 26. J'ai inséré 
un article sur celui-ci dans le 1^ 
vol. de ce Dictionn., p. 348, et 
dans le III^, p. 72. 

POULLET (Guillaume), dont 
le nom est donné avec des varian- 
tes, et que j'ai déjà mentionné plus 
haut, vol. II. p. 22 : Patdet, 

Il fit profession à l'abbaye du 
Parc en i569, et fut ordonné prê- 
tre en 1572. Sacriste et circateur ; 
vicaire à Tervueren ; curé de Rhode 
St Pierre (1578), mais il ne put 
résider, à cause des guerres ; ré- 
signe en 1592 et rentre à Parc. 
« Fuit vir admodum pius et ora- 
tioni, jejuniis et castigationibus 
quam maxime deditus ». (Nécro- 
loge de l'abb. du Parc, édité en 
1905-6, pp. 229-30, ex Cathal. 
Fratr. Parch., fo 86^«. — Sauderus, 
BB. manuscripta Belgica, P. II, 
p. 175). 

PROBST (Michel), originaire 
de Krumbach, 31^ supérieur et 14e 
abbé de Roggenbourg, élu le 9 
mars 16 10. L'historiographe de 
cette maison, Philippe Bayrhamer, 



prouve par des faits nombreux que 
l'abbé Probst fut fort zélé, très utile, 
et doué d'un courage admirable ; 
en outre, sa sollicitude s'étendit 
jusqu'aux églises filles de Roggen- 
bourg, à savoir S. Luce de Coire 
et Churwald. 

Lorsque Probst fut arrivé à un 
âge avancé, il renonça à la dignité 
abbatiale, le 5 déc. 1639. L'année 
suivante, le i5 déc. 1640, il rendit 
son âme au Créateur. 

11 avait cultivé la poésie avec 
succès, dans sa jeunesse, et Bayr- 
kamer a publié en 1759 un assez 
long poëme intitulé : 

Carmen de ortu & interitu Sifridi 
Canoniae Roggenburgensis fundato- 
ris filii factum et inscriptum Re- 
verendissimo Domino D. Jacobo 
(Werckmann) ejusdem monasterii 
abbati à F. Michaele Probst, ibidem 
professo. 1597. Il y a en cette pièce 
358 vers hexamètres. 

Sources : Bayrhamer, Wohlriechend-und 
bestândig blûhende Lilien. (lySg), pp. 
12-22, et 34; le même, Historia imp. Ca- 
non. Roggenburg. 1760, pp. 4-10; io5- 
iio ; 172 ; — Lienhardt, p. 4^3 ; — Weiler, 
o. c. de 1822, pp. 10, 44-47. 

PRÔLL (Laurent) : V. II, pp. 
64-66. 

En 1904 la maladie le força de 
quitter Salzburg et de revenir à 
Schlâgl. Bientôt cependant il fut 
nommé administrateur de l'hôtel, 
que son abbaye, possède à Linz. 

17. Die Schulordnungen der 
Schule S. Pétri. Ein Beitrag zur 
Schulgeschichte Salzburgs. (Pro- 
gramma gymnasii Salzb. 1902 et 
1903). 

18. Einige Nachrichten liber die 
Zustânde im TuUnerfelde zur Zeit 
des zweiten Tùrkeneinfalles (Jahr- 
buch des Vereines fur Landeskunde 
von Niederôsterreich. IL 1903, 
pp. 99-116). 

PROTIWA (Joseph), religieux 
de Strahow, que le chanoine Dla- 
bacz mentionne ainsi, dans son 
« Chronologicum Necrologium » 
1817, p. 77 : V 1785, die 28 De- 
cembr. Josephus Prot>wa, Boh. 



PSA 



— 170 — 



PUG 



Moldavo - Tynensis, Can. Sion. 
Praefectus culinae, Magister Phi- 
losophiae in Universitate Pragensi. 
In Sion sepultus anno aetatis 3i. 
Le Catalogue 106 de Ludwig 
Rosenthal, à Munich, me fait con- 
naître l'ouvr. suiv. au n" 5335 : 
Stephan, Corn., o. Cist. Disserta- 
tiones bist. in Breviarium Berti. 
Tomus II. Cont. octo Secula, a 
III. usque ad X. incl. Praeced. 
Jos. Protiva (sic), o. Praem. Posi- 
tiones criticae, ex universa historia 
ecclesiastica. Pragae, 1781, 8", 

PSAUME (Nicolas) : Vol. II, 
pp. 66 à 70. 

Grand évêque, grand politique, 
savant aussi, tel fut cet enfant de 
Chaumont-sur-Aire, dont le souve- 
nir est resté si vivant dans la mé- 
moire de ses concitoyens. 

Le monument élevé sur la place 
de l'église nous montre Nicolas 
Psaulme en barrette doctorale ; il 
est représenté debout, de gran- 
deur naturelle, tenant à la main 
gauche le Diarium du concile de 
Trente, son principal ouvrage ; une 
plume est dans la main droite. La 
statue, en pierre, est d'un très 
grand effet et honore l'artiste, M. 
Valentin Dourches. 

Mr le professeur Vacant, o. c. 
1897, pp. 74-75, donne des ren- 
seignements précieux sur les MSS 
suivants de Psaume , qui se trouvent 
à la BB. du grand Séminaire de 
Nancy : (Codex n^) 145. Acta et 
décréta synodorum Virduni cele- 
bratarum per R. P. D. D. Nico- 
laum Psalmetim Ep. et Com. Vir- 
dunensem, 1549, i554, i557, i559, 
i56o-i565 (excepto i563), [in syno- 
dis archipresbiteralibus quas calen- 
das vocant], 1 566- 1574 (excepte 
1569). Visitatio diœcesis Virdunensis 
(i556). In-folio sur papier, d'envi- 
ron 200 pages de diverses écritures. 
— Les 18 premières pages man- 
quent. Quelques statuts, une expli- 
cation de la messe et une profes- 
sion de foi- en français ont été 
ajoutés. 



(Codex no) 146. Statuts anciens 
du diocèse (de Verdun) ; collec- 
tion in-32, en partie manuscrite, 
en partie imprimée. !« Statuts pro- 
mulgués en i5o7 par Warry de 
Dommartin, évêque de Verdun. Ils 
sont imprimés en 78 feuillets dans 
notre volume, bien que HugOj abbé 
d'Etival, qui les a réédités dans 
ses « Sacrae antiquitatis monumen- 
ta )) t. II, 1731, semble croire qu'ils 
étaient inédits avant lui. — 2^ Sta- 
tuts de Nicolas Psaume, en 217 
feuillets, imprimés en fascicules 
séparés pour les années i56i, i562, 
i566, 1667, 1570 à 1575, manu- 
scrits pour les années 1549, i55o, 
i553, 1554, 1557, i559, i56o, i562, 
1564. i565, i568. — 30 Statuts de 
Verdun de 1599, 161 1, 1616, 1678 
(imprimés). 

Cette Collection a été tout d'abord 
la propriété de l'évêque Psaume. 

F S O T A (Hroznata - Dobros- 

las), chanoine de Strahow^, qui 
naquit le 10 déc. 1879 à Samotis- 
ky, en Moravie. Admis à la vêture 
le 12 oct. 1899, il prononça les 
vœux en 1903, et fut ordonné prê- 
tre l'année suivante. En 1906, il 
fut proclamé docteur en théologie 
à l'université de Prague. 

Sources : Catal. gênerai. 1900, p. 65 ; 
MS de Mr Zàk 

PUGNIÈRE (Alphonse), reli- 
gieux de l'abbaye de S.-Michel-de- 
Frigolet, qui vit le jour en 1854 
à St-Victor-la-Coste, au diocèse de 
Nîmes. 

Entré tout jeune au Juvénat de 
l'Abbaye de Frigolet, il s'y fit bien- 
tôt remarquer par ses heureuses 
dispositions et la gaieté de son hu- 
meur. Devenu novice en 1869, il 
prononça ses vœux le 6 janvier 
1871, et fut ordonné prêtre en 1878. 
Par décision de Mgr Forcade, ar- 
chevêque d'Aix, Alphonse Pugnière, 
précédemment vicaire à Azerat(Dor- 
dogne), fut nommé curé de Bar- 
carin, en Camargue (B.-du-Rh.) 

Lorsqu'après l'expulsion de 1880 



QUI 



— 171 — 



QUI 



la communauté put se reformer, 
ses supérieurs le mirent à la tête 
du Juvénat, d'où ils le tirèrent, en 
1887, pour l'envoyer à Rome. Il 
y fut nommé Procureur général de 
la Congrégation des Prémontrés de 
France près le Saint-Siège, et il 
occupa ce poste de confiance jus- 
qu'au jour heureux où s'effectua la 
réunion de cette Congrégation à 
l'Ordre de Prémontré, en 1898. A 
partir de ce moment, il resta à la 
Procure comme Supérieur de la 
résidence qu'y entretient l'abbaye 
de Frigolet. C'est là qu'il a été 
subitement enlevé à l'affection de 
ses frères, dans sa 49^ année, le 
19 juillet 1903. 

Quelques années auparavant, il 
avait fait don de sa maison pater- 
nelle à sa paroisse natale de Saint- 
Victor-la-Coste, pour y établir une 
école chrétienne. 

1. Il a traduit en français un 
guide italien, à l'usage des pèlerins 
à Rome ; sur l'ordre de Mgr Jaco- 
bini. 

2. Il était à Rome le collabora- 
teur de la revue « Analecta Eccle- 
siastica ». 



Sources : Catal. gênerai. O, Praem. 
1900, p. 271 ; — renseign. fournis par 
le rév. P. Paul Pugnière. 

PUGNIÈRE (Paul-Damien), 
chanoine de S.-Michel-de-Frigolet, 
aujourd'hui à Leffe, lez-Dinant. Il 
naquit le 20 mai 1874, à St-Victor- 
la-Coste, diocèse de Nîmes. Admis 
à la vêture le i novembre 1889, 
et à la profession le i3 nov. de 
l'année suivante, il fut promu au 
sacerdoce le 3 mars 1897. En 1900 
il était cantor, et professeur des 
élèves. Il acquit à Rome le grade 
de docteur en théologie et celui de 
bachelier en droit canon. (Catal. gê- 
nerai. O. Praem. 1900, p. 261). 

1. Les Pleurs d'une Ame du 
Purgatoire. — Poésie imprimée, s. 
d., s. 1., I f. grand 8° : 40 vers 
hexamètres en 10 strophes, signés 
« P. Paul, de l'Abb. des Prém. de 
Frigolet » , 

2. Le chan. Paul Pugnière est 
rédacteur en chef et gérant des 
{( Annales religieuses des Pérès Pré- 
montres et La Divine Hostie » 
Revue mensuelle. Dinant C. Dol- 
hen-Brasseur imprimeur, 1903-1908, 
in-80. 



Q 



QUESWITZ (Jean) : Vol. II, 
p. 71. 

2. S. Ord. Praemonstr. Statuta 
et décréta antiqua (ab a. i5oo) 
Diligenter collecta, a mendis repur- 
gata et novis typis édita, studio 
et opéra loannis Queswitii, abba- 
tis ad S. Vincentium, Vratislaviae 
i588, in-40. — BB. de Selau. 

QUIQUEREZ(Jean-François), 



originaire de Porrentruy, chanoine 
de Bellelay, où il prononça les 
vœux en i663. Il acquit le grade 
de docteur en théologie, et remplit 
la charge de prieur ; il mourut le 
6 juillet 1674. 



Sources : Necrolog. Bellelagiense a C. 
Nicolet edi\i\im. Bruntruti, i853, p. 12; 
— Saucy, o. c. souvent, p. 327. 



REI 



— 172 — 



REN 



R 



RAGUET (Simon) : Vol. II, 
p. 75. 

Il y a de nos jours encore, à la 
BB. du grand S^éminaire de Nancy, 
un Codex n^ 167 intitulé : Mémoi- 
res pour le P, Raguet, 1643. i in-folio 
d'environ 700 pages, relié en veau, 
avec les armes de l'abbé Hugo d'E- 
tival sur les plats. Celui-ci a ana- 
lysé les principales pièces, concer- 
nant l'élection de Simon Raguet 
au généralat de l'Ordre, dans ses 
Annales, 1734, I, col. 48 à 53. 
Ces pièces sont tout au long dans 
le Codex n" 167. 

Le même MS contient en outre 
divers documents pour l'histoire 
générale de l'ordre des prémontrés, 
savoir : i» une notice sur les 
monastères de Souabe ; 2° une co- 
pie des actes qui accordent des 
privilèges à l'ordre ; 3^ une histoire 
de l'origine des diverses maisons 
des pré montrés, écrite en 1617 ; 4» 
une histoire des couvents de West- 
phalie et de l'Allemagne septen- 
trionale jusqu'en 1717. (Mr Vacant, 
o. c. 1897, PP* 79 Gt 80. — Notez 
que Raguet se désista de l'élection, 
se retira à Genlis, et y mourut le 
12 avril 1646, d'après les sources 
que j'ai citées à la fin de mon arti- 
cle. Vol. II de ceDictionn., p. 75). 

REITENBERGER (Charl.- 
Casp.) : II, p. 85. 

Au commencement d'octobre 
1906, le prélat de Tepl, Gilb. 
Helmer, transporta à Marienbad 
la dépouille mortelle de son illustre 
prédécesseur, dont 80 ans aupara- 
vant on n'avait pas compris les 
grandes inspirations. La reconnais- 
sance des chanoines de Tepl et 
des citoyens de Marienbad avait 
préparé un splendide monument à 
la mémoire de l'abbé, décédé à 
Wilten le 21 mars x86o. 



I REN SON (Jacques), chanoine 
de Beaurepart, à Liège. Le i^ juil- 
let 1749, il figure parmi les 25 
religieux qui prennent part à l'é- 
lection d'un nouveau prélat. Au 
commencement de 1763 il est sous- 
prieur, après avoir enseigné quel- 
ques années la théologie : de 1756 
à 1761 pour le moins. Après la 
mort de l'abbé Augustin Gillet, 
arrivée le 27 février 1789, Jacq. 
Renson fut élu à sa place, et de 
Feller annonça la nouvelle dans le 
« Journal historique » dans les ter- 
mes suivants : 

« Les religieux Prémontrés de 
cette ville ont choisi (le 1 1 mars 
1789) pour leur abbé M. Jacques 
Renson, homme exercé dans la pra- 
tique des vertus religieuses et des 
vertus pastorales, successivement 
professeur, vicaire, prieur et curé, 
et qui a rempli ces fonctions avec 
les éloges les plus mérités. Ce qui 
a fixé dans cette circonstance l'at- 
tention du public, c'est l'éloigne- 
ment décidé qu'ont montré les reli- 
gieux de profiter de l'occasion de 
relâcher les liens de la discipline 
et d'adoucir l'austérité de la règle. » 

L'abbé Renson ne démentit point 
sa conduite antérieure ; il ne cessa 
de donner l'exemple de la régula- 
rité monastique, qu'il maintint dans 
sa maison. 

Pendant l'occupation du pays 
par le général Dumouriez, de no- 
vembre 1792 au 5 mars 1793, les 
soldats français malades ou blessés 
furent logés dans la nouvelle aile 
de l'abbaye de Beaurepart. Les 
bureaux de payement pour les four- 
nitures y furent également établis. 
Dès le i3 novembre 1792, les reli- 
gieux avaient mis leurs archives 
en sûreté, à Maestricht, chez M. 
Spirlet, 

Le 3 mars 1793, l'avant-veille du 



REN 



- 173 - 



RIC 



départ des Français, les révolution- 
naires massacrèrent trois prêtres 
de la manière la plus barbare, pour 
avoir refusé de prêter le serment 
civique. Un de ces martyrs, Jean 
Guidel, chanoine prémontré de 
l'abbaye de Pont-à-Mousson, fut 
enterré dans un caveau de l'église 
de Beaurepart. 

Lorsque les Français s'emparè- 
rent une seconde fois de notre pays 
au mois de juillet 1794, les Nor- 
bertins émigrèrent, emportant leurs 
effets précieux et leurs archives en 
Allemagne ; mais ils purent rentrer 
au commencement de 1795, et fu- 
rent remis dans la possession de 
leur maison. 

L'abbé Jacques Renson mourut 
au mois de novembre 1795 : Dieu 
voulut le soustraire à des épreuves 
plus acerbes. En eftet son succes- 
seur, Cyprien Lembrée, élu le 10 
décembre 1795, vit la suppression 
et la dispersion de sa communauté 
à la fin de l'année 1796. (Ces dé- 
tails sont empruntés à la « Notice 
historique sur l'abbaye de Beaure- 
part » par M. le chanoine Daris : 
pp. 20-28). 

Jacq. Renson défendit plusieurs 
fois des thèses théologiques, par ex. 
en 1749, 1750, 1751, 1753, sous la 
présidence du P. Albert de Ché- 
quier ; en 1754 sous celle du P. 
Lamb. de Fromantau. Veuillez con- 
sulter leurs notices plus haut. 

1. Thèses theologicae ex Prima 
Secundae Doctoris Angelici ; quas 
Praeside R. D. F. Jacobo Renson 
Ordinis Praemonstratensis, Abbatiae 
Belli-Reditûs Canonico Regulari, 
ac Sacrae Theologiae Professore, 
Propugnabunt R. D. F. Norber- 
tus Despa, D. F. Leonardus Salm,... 
Leodii anno 1756. mensis Maii die 
(11. à la plume)... Leodii, Typis 
Silvestri Bourguignon. Petit in-fo- 
lio : pp. I-I2 ; thèses I-XIL In 
fine : «Ad majorem Dei, Virginis 
semper Immaculatœ... honorem ». 

2. Thèses theologicae de legibus 
et de gratia ex Prima Secundae 
Doctoris Angelici ; quas.... Défen- 



dent D. F. Theodorus Lejeune^ D. 
F. Nicolaus Defize,.,, Leodii anno 
1757. mensis Julii die quintâ... 
Ibid. Silv. Bourguignon. Petit in 
fol. : pp. 1-12 ; thèses I-XIL 

3. Thèses theologicae de virtutibus 
theologicis et de religione ex Se- 
cunda Secundae Doct. Angel. ; 
quas... Défendent R. D. F. Leo- 
nardus Salnîj D. F. Nicolaus D^yî^-^, 
D. F. Godefridus Demollinf.,, Leo- 
dii anno 1758. mensis Junii die i5. 
— Ibid. S. Bourguignon. Petit in- 
folio : pp. 1-14 ; thèses I-XVII. 

4. Thèses theologicae de justitia 
et jure, contractibus et restitutione, 
ex Secunda Secundae Doct. Ang. ; 
quas... Défendent R. D. F. Nico- 
laus Defize, D. F. Godefridus De' 
moilùj,.,, Leodii anno 1759. mensis 
Julii die 17. — Ibid. S. Bour- 
guignon. Petit in-folio : pp.i-i8 ; 
thèses I-XIX. 

5. Thèses theologicae de Incar- 
natione et Sacramentis, tum in 
génère, tum in specie, ex Tertiâ 
parte Doct. Ang. ; quas.... Défen- 
dent R. D. F. Nicolaus Defize, R. 
D. F. Godefridus Demollm,... Leo- 
dii, anno 1761. mensis Aprilis die 
20. — Ibid. S. Bourguignon. Pe- 
tit in-fol. : pp. i-i5 ; thèses I-XVI. 

Toutes ces thèses, avec celles 
d'autres chanoines prémontrés de 
Beaurepart (1711-1761), se trouvent 
reliées ensemble à la BB. de Ton- 
gerloo. Il y en a jusqu'à 34. 
Voyez ce que j'ai écrit dans les 
articles Blochouse, Buysman, Hahets, 
Mélen, Gulpen, de Chéquier, de Fro- 
mantau, 'Et tout cela — sauf un opus- 
cule de Blochouse — a échappé 
aux investigations si nombreuses 
de M. Xav. de Theux ! Il m'est 
permis de présumer qu'il y a bien 
d'autres travaux littéraires, rédigés 
à Beaurepart ou en d'autres mai- 
sons de l'Ordre, qui sont malheu- 
reusement dérobés à notre vue. 

RICHARTS (Pierre), chanoine 
de Knechtsteden, dont on conserve 
un MS intitulé : Catalogus religio- 
sorum monasterii Knechstedensis, 



ROC 



— 174 — 



ROE 



compilatus per fratrem Petrum Ri- 
charts (geb. 1606). A quoi M. le 
professeur Ehîen ajoute, p. 20 de 
sa monographie déjà citée, 1904 : 
« Also aus dem 17. Jahrh., nicht 
dem 16., wie die Annalen fur den 
Niederrhein, Beiheft I, S. 26 an- 
geben. Schmalfolio ; enthâlt auf 
339 Seiten zu dem von Richarts 
geschriebenen Verzeichnis der Or- 
densglieder noch manche Zusatze 
von spiiterer Hand. » 

RIVIUS (Goswin). Le premier 
Président du Collège des Prémon- 
trés, à Louvain, fut Goswin Ri- 
vius, nom latinisé de Van der Be- 
ken, né à Haekendover, non loin 
de Tirlemont, en i539. Il émit les 
vœux de religion à l'abbaye du 
Parc, en i56o. Ordonné prêtre à 
Malines (1564), et envoyé au col- 
lège de Louvain, il y prenait, en 
1571, le grade de licencié en théo- 
logie, en même temps que son 
confrère Matthieu Boschmans, et 
deux prêtres séculiers. Il fut appe- 
lé par les suffrages des abbés à la 
fonction importante et délicate de 
Président du Collège (29 déc. 1572); 
il le fut pendant cinq ans et demi, 
jusqu'à sa mort, arrivée le 28 avril 
1578. Il avait encore exercé, quel- 
ques mois avant sa mort, la charge 
de Prieur de l'abbaye, dont les 
religieux, contraints par la guerre 
de quitter leur solitude, s'étaient 
réfugiés au collège. « C'était, » nous 
dit le Cathalogus Frairum Parchen- 
sium, (( un religieux exemplaire ». 
La Chronique du prélat Maes ajoute 
qu'il était un musicien distingué. 

L'article, que je donne ici sur 
Goswin Rivius, fut rédigé en 1902 
par Mr Michel Van Waefelghem, 
chanoine du Parc : il est inséré 
dans la « Bibliothèque Norbertine » 
T. 4, p. i58. Voyez aussi le Né- 
crologe de l'abb. du Parc, publié 
en 1905, pp. 178 et 180, où l'on 
renvoie aux « Analectes pour servir 
à l'Hist. Eccl. de la Belg. » t. 22, 
4e livre, pp. 389 et suiv. 

ROCK (François de la), cha- 



noine de l'abbaye du Parc. Né à 
Daelhem le i3 févr. 1637, il pro- 
nonça les vœux en 1657 ^t fut 
ordonné prêtre en 1661. Bachelier 
en théologie (i665), il fut procu- 
reur du collège des Prémontrés, à 
Louvain (1669), curé de Pont-à- 
Celles (1675), recteur à N. D. au- 
bois (1690), et mourut le 16 déc. 
1709 à l'abbaye du Parc, où il 
était rentré en 1699. (M^ Raph, 
Van Waefelghem, Le Nécrol. de 
l'abb. du Parc, mars 1908, pp. 
491-2). 

De primo homine et statu inno- 
centiae. Defendet F. Franciscus de 
la Rock canonicus Norbertinus ec- 
clesiae Parckensis. A la suite se 
trouve la note : Typ. Vid. B. 
Masij. Ce qui donne à penser que 
cette thèse a été imprimée. Ainsi 
le Catalogue des Manuscrits de la 
BB. roy. de Belg. par J. van den 
Gheyn, S. J. Conservateur, T. III, 
Brux. 1903, p. i52, sous le n» 1847 
(22196). 

ROCQUIGNY (Jean de), 19e 

abbé-général de notre ordre, dont 
la notice est déjà insérée en ce 
3^ volume, sous les noms Jean II 
de Rocquigny. 

ROEN (Gérard), chanoine pré- 
montré de Knechtsteden, originaire 
du pays de Juliers. Prédicateur 
aussi éloquent que zélé, il remplit 
les fonctions pastorales à Simpel- 
feld et à Hoengen. Il mourut le 
8 avril 1679, laissant un grand 
nombre de sermons. (P. Hartzheim, 
S. J., BB. Coloiiiensis, renseigné 
par Kochs, religieux de Knechtste- 
den.) M. le professeur Ehlen, en 
sa monographie « Die Prâm.-Ab- 
tei Knechtsteden » 1904, p. 86, 
donne le titre d'un travail de Roen, 
qui fut imprimé : 

Unverfinsterte Schrifft-Sonn, das 
ist, grûndliches Examen und klare 
Erlauterung Reformierter Confes- 
sion nach dem reinen Wort Gottes 
und Bestimmung des hl. Augustini 
als eines bewâhrten Reterenten uhr- 
alter Catholischer Kirchen, aller- 



ËOM 



- 175 



ROO 



erst zu Latein 1668 /;/ Druck von 
mir ausgegangen, nunmehr in mût- 
terlicher Sprach vorgestellt durch 
R. F. Gerardum Roen, Ord. Praem. 
Canonicum Knechtst. Pastorem in 
Hoengen. Gedruckt zu CôUen bey 
Wilhelm Frieszem anno 1671, 

RÔGGL (Ant.-Aloïs) : V. II, 
pp. 102-4. 

4. Son onctueux et utile ouvrage 
« Zusprùche im Beichtstuhle » fut 
traduit : 

i» en bohémien, par Franc. Vin- 
hlav et Charl. Vondnîska : « Prom- 
luvy ve zpovëdnici ». Praze, B. 
Styblo, 2^ édit., 1877, pp. 389, 8°. 
^- QP en anglais : Roeggl, A., The 
confessional or admonitions for the 
confessional and penances accord, 
to the Gospels. Baltim. 1877. 

RÔINGH (Caspar), chanoine 
d'Arnsberg, qui était en 1727 pro- 
fesseur au collège annexé à ce cou- 
vent, et appelé « Laurentianum ». 
A cette époque il composa un 
drame pour les élèves : Déclina a 
malo et fac bonum. (Ps. 36 v. 27). 
Et vivet anima tua. (Jerem. 28 
V. 20). 

Source : Dr. Hoegg, op. cit. 1843, p. 
5i, no i5. 

ROMPEN (Guillaume), cha- 
noine du Parc. Né à Maestricht, le 
I' mai 1661 ; profés de 1684, prê- 
tre de 1686 ; circateur en 1695, en 
la même année vicaire à Corbeek- 
Loo, ensuite à Lubbeek, à Haecht, 
à Werchter. (Nécrol. de l'abb. du 
Parc, IQ06, pp. 343-4.) Nommé 
curé à Tervueren en 1706 (?), il y 
mourut le 23 août 172 1. Homme 
d'énergie et très instruit, il tenta 
des efforts incroyables pour sous- 
traire Tervueren aux calamités et 
aux pillages, rubriques ordinaires 
de la guerre. Il parvint, en 1706 
et en 1708, à force de démarches, 
à préserver la commune de tout 
contact militaire ; bien plus, à ob- 
tenir pour elle des exemptions de 
contributions militaires et autres. 
Dans ce but patriotique, il fit des 



voyages longs et fort pénibles à 
Bruxelles, à Meldert, à Hoegaerde, 
à Perck, à Mons, à Maubeuge, à 
Braine-le-Comte etc. pour y traiter 
avec les généraux ou chefs dans 
leurs camps respectifs. En voilà 
au moins un qui n'a pas volé sa 
place au soleil!... Tel est le cri 
poussé par M^" Aug. Mertens, curé 
de Tervueren en 1891, dans sa 
belle « Etude » déjà citée, pp. 66 
et suiv. 

RONDEAU (Ignace-Jos. du). 

Bruxellois, baptisé le 20 mai 1732, 
entra à Grimberghen le 19 mars 

1751, fit profession le 12 novembre 

1752, et fut promu au sacerdoce le 
i3 juin 1756. Secrétaire de son 
abbé J. B. Sophie, ensuite cellé- 
rier, proviseur, et depuis le 27 
février 1775 recteur du refuge de 
Bruxelles. 

Marie-Thérèse nomma le cha- 
noine du Rondeau abbé de Grim- 
berghen le 5 janvier 1776, et l'arche- 
vêque de Malines le nomma jtige 
synodal le 20 mars suivant. Le 
nouvel abbé succomba le 14 janvier 
1778 à une attaque d'apoplexie. 
(Notice du chan. Paul Lenaeris, du 
Parc, d'après les archiv. de Grimb.) 

ROOVERS (Pierre), baptisé à 
Heeswijk dans les Pays-Bas, le 
4 mai 1604. Il fit ses humanités à 
Bois-le-Duc « in de Fraterschool » 
après lesquelles il fut admis dans 
la communauté de Berne. Sous- 
diacre au printemps de i623, il 
fut envoyé à l'université de Lou- 
vain, d'où il revint bientôt avec 
le grade de licencié en théologie. 
Il aimait ardemment les études his- 
toriques, et tout spécialement l'his- 
toire de son ordre. 

Lorsque la ville de Bois-le-Duc 
tomba au pouvoir des Etats de 
Hollande (vers 1629 ?), les religieux 
furent dispersés et leurs demeures 
confisquées. Il paraît que Roovers 
séjourna alors, et assez longtemps, 
en Belgique, voire à l'abbaye d'A- 
verbode. 

Nous le retrouvons à Heeswijk 



KOO 



— 176 — 



ROS 



en 1633-36, en qualité de vicaire 
et de bénéficier de l'autel de N. 
D. L'impitoyable mort l'enleva bien 
jeune hélas ! le 24 février i636. 

Cet intelligent travailleur laissa 
des MSS. dont quelques-uns, de 
nos jours encore, se trouvent à 
Berne : 

1. Collectio privilegiorum Ordini 
Praem. concessorum, juxta vêtus 
MS a^^ 1445 in abbatiâ Bernensi 
redactum. Roovers adjecit bullas 
papales posteriores, insuper et no- 
tationes marginales circa aliquot 
Hollandiae monasteria, cum va- 
riantibus lectionibus quas ipse in 
Belgio repererat in hujusmodi li- 
bris aut codicibus. Scripsit porro 
Buscoduci versus 1627-28. 

2. Privilégia Ordinis Praem., et 
diplomata ecclesiae de Heeswijk. 
In forma majori scripsit haec Roo- 
vers, et quidem in Heeswijk. Opus 
imperfectum ob mortem confratris, 
sicuti et sequens 

3. De fundatione Ecclesiae Ber- 
nensis. 

4. Annotationes diversae et scitu 
dignae, ipsius manu scriptae in 
schedis, adhuc exstantibus in ar- 
chivis Bernensibus. 

J'ai extrait ce qui précède de 
l'ouvrage de M'" Willibr. Hoevenaars, 
intitulé : Het Premonstratenser- 
Nonnenklooster van Zennewijnen, 
pp. 4-8, où il ajoute : De werken 
van Roovers hebben niet weinig 
waarde, daar de archieven waaruit 
hij putte gedeeltelijk verloren zijn, 
terwijl daarenboven zijne copieën 
kunnen dienen om de uitgave van 
Le Paige te verbeteren.... — pp. 
107-8 : Het oorspr. HS. van het 
jaar 1445 is te Antwerpen verkocht 
in Januari 1886. Het is thans in 
het bezit van den boekhandelaar 
C. van Leeuwen te Leiden, die de 
goedheid had ons inzage er van 
te veroorloven. 

Het bevat iio blaadjes perka- 
ment, in klein 8*^, en is op last 
van Marsilius van Macheren, des- 
tijds proost van het Witte-Vrouwen- 
Klooster te Bedburg, bij Kleef, en 



later abt van Berne, door een 
Augustijn van Gaesdonk, bij Goch, 
met een keurige hand geschreven. 

Het bestaat voornamelijk uit 2 
deelen, waarvan het i^ de oude 
Statuta Ord. Praem. bevat, gelijk 
bij Le Paige, in zijne « Bibliotheca » 
pp. 784 etc. Het 2^ is het Bulla- 
rium Praemonstratense, etc. ut 
suprà. 

Voici comment ce MvS était an- 
noncé sur le catalogue d'Anvers ; 

Varia Ordinis nostri Praemonstra- 
tensis. MS. in 4° (sic) veau brun. 
— Ms. de 1445, sur velin, orné 
de lettrines en couleurs. Ce volume 
provient de l'ancienne abbaye de 
Berne en Hollande, transférée plus 
tard à Vilvorde. Il est des plus 
intéressants pour l'histoire de cette 
abbaye. Ainsi Alphonse Goovaerts, 
mon frère, dans « Les collections 
Van der Straelen-Moons-Van Le- 
rius » Volume V, Catal. des Ma- 
nuscrits etc. Anvers, p. 40, n" 233. 

ROSA (Guillaume -François), 
baptisé à Louvain le 2 août 173 1, 
reçut l'habit à S. Michel d'Anvers 
le i3 sept. 1749, y prononça les 
vœux le 3o mars 1751, et fut or; 
donné prêtre le 8 juin 1764. Ayant 
acquis le grade de bachelier formé 
en théologie, il fut nommé profes- 
seur de Ste Ecriture, puis archi- 
viste et cellérier ; le 3i mai 1769 
2^ proviseur ; le 14 févr. 1771 proto- 
notaire apostolique; le 12 déc. sui- 
vant, régent de l'abbaye, la prélature 
étant vacante. En 1781 il fut provi- 
seur en chef, et de nouveau régent 
après le décès de l'abbé Marcel De 
Vos. Le 29 juin de la même année, 
l'empereur Joseph II éleva à la 
prélature Guill. Rosa, qui alla re- 
mercier le monarque séjournant 
alors à Bruxelles. Après une admi- 
nistration de 5 ans, notre abbé 
mourut le 26 sept. 1786, à Neder- 
ockerseel, où il fut inhumé. 

Source : Necrologium S. Mich. Antv. 
imprimé en iSSg, et souvent cité, p. 154. 

ROSCHE (Urbain-Léopold), 
chanoine de Strahow, natif d'Eh- 



ROY 



— 177 



RUZ 



renberg en Bohême. D'abord pré- 
dicateur à l'église abbatiale, puis 
chapelain à Saaz, et à Iglau (1791- 
96), il remplit les importantes fonc- 
tions de secrétaire auprès des pré- 
lats Mayer, Schramek et Grûn, 
enfin de proviseur. Il fut proclamé 
docteur en philosophie et bachelier 
en théologie à l'université de Pra- 
gue. Il mourut le 27 novembre 

1816, dans la 65^ année de son 
âge, méritant cet éloge : Hic vir 
de Ordine, et de Canonia Sionea 
optime meritus, fuit virtutis et pie- 
tatis cultor eximius. 

Sources : Dlahacz. Chron. Necrologium, 

1817, pp. 91-2 ; — Zodl, Denkwûrdigkei- 
ten.,.. Iglau, 1880, p, 41. 

RO U BfCEK (Franc. de Sales) : 
Vol. II, p. ii3. 

Elu prélat de Selau le 23 sept. 
1903, il reçut la bénédiction de 
l'évêque de Kôniggrâtz le 28 du 
même mois. 

Sous son administration, un la- 
mentable incendie a détruit la plus 
grande partie des bâtiments à Se- 
lau. Le prélat a donc dépensé des 
sommes énormes pour la recon- 
struction des édifices. 

Il vient d'insérer au journal in- 
titulé « Vlast » un article sur le 
« Nëmeckobrodské gymnasium ». 
Praze 1908. — Renseign. du confr. 
A, Zâk, 

ROYMANS (Didace-Pierre), 
né à Boxtel le 11 mai 1626 ; admis 
au monastère de Tongerloo, il y 
prononça les vœux le 2S mars 
i653 ; après son ordination sacer- 
dotale, il fut vicaire à Orp (i658), 
à Wijnegem (i65o), à Tilburg de- 
puis le 9 novembre 1662. Au mois 
d'octobre 1667 il fut nommé curé 
à Beerse ; il mourut le 17 septem- 
bre 1673. Le Nécrologe de son 
couvent (1902, pp. i85-6) le loue 
en ces termes : « Cujus scriptae 



conciones maximo in pretio haben- 
tur, sed hinc inde jam dispersae 
sunt. » 

RUDISCH (Ludolphe-Jos.) : 
V. II, pp. 114-15. 

5. Der Weg ins Kloster. Ein 
Bûchlein fur fromme Mâdchen. 
Verlag von Heinrich Kirsch in 
Wien. 1901, pp. 112, 8". — 2^ 
Aufl., ibid. 1905, pp. 114, 8». 

6. Der marianische Wallfahrer. 
Gebetbûchlein fur Wallfahrer. — 
Verlag von J. Steinbrener in Win- 
terberg. 1904, pp. 320, 12°. 

7. Die Wunderdoktorin. Lust- 
spiel in einem Aufzuge mit durch- 
gehends v^reiblichen Rollen. — Ver- 
lag des Katholischen Preszvereines 
in Linz. 1904, pp. 16. (Christl. 
Schul-u. Vereinsbùhne, 16 Band). 

8. Der Weg ins Heiligtum. Ein 
Bûchlein fur Studenten. — Verlag 
von Heinrich Kirsch in Wien. 1906, 
12° : pp. 99. 

9. Die Karvi^oche in Kirchen mit 
nur einem Priester. Von Ludolf Jos. 
Rudisch, O. Pram. Pfarrverweser. 
Im Anhang : Eine Kreuzwegan- 
dacht fur Priester. Druck und Ver- 
lag des kathol. Preszvereines in 
Linz : 1906, pp. 190, 8°. 

10. Aus dem Tagebuche eines 
Arztes oder Arznei der Seele. 
Graz 1906. Verlagsbuchhandlung 
«Styria». 1906, pp. i36, 8^. 

11. Marianische Walllahrts-Pre- 
digten. 1907, Regensb., G. J. Manz, 
pp. VI et i3i, gr. 8°. 

12. Lustspiele (carmina et dra- 
mata) fiir Mâdchen. MSS. 

1 3. Trostreiche Wahrheiten.Wien, 
H. Kirsch, 1908, pp. 72, 8^. 

14. Grand nombre de compte 
rendus dans la revue Viennoise 
« Hirtentasche ». 

RUZICZKA (Mois) : II, p. 117. 

2. Historia Canoniae Siloënsis,ab 
a« 1752 ad a. i83o. MS. infol. — 
BB. de Selau. 



Ecrivains, Artistes et Savants (t. m) 



12 



SAÎ 



178 



SAL 



s 



SAETHLER (Candide) : II, 

pp. I2I-2. 

Un catalogue autrichien indique 
cet ouvrage : Haiden, Joan. S. J. 
Exercitationes chronologicae de tri- 
bus praecipuis annis Christi nati, 
baptizati, emorientis, ad calculum 
Joan. Keppleri. Publ. propugn. 
suscep. D. Candidiis Sàthler o.Praem. 
Prag. 1761. 80. 

SAILER (Sébastien) : Vol. II, 
pp. 125-26, NN. i3 et 14. De cet 
excellent opuscule il y a d'autres 
traductions, en plusieurs langues : 

lo en allemand, par Mich. Schuler, 
curé à Alzenau. Voyez à la même 
p. 126, col. 2. — 2^ Aufi., Regens- 
burg, 1881, pp. i33 in- 12" : Die 
Nachfolge Mariens. 

2" en allemand : 1900, in 12^» Die 
Nachfolge Maria in ihren Tugen- 
den. Nach der lateinischen Ausgabe 
des P. Seb. Sailer Ord. Praem. 
bearbeitet und mit den gewohnli- 
chen Gebeten versehen von P. Jo- 
hannes Schâfer S. V. D. 2 Aufl. 
528 S. Mit farb. Titelbild und 
Titel. 

3« encore en allemand, par P. 
Léo Schlegel, O. Cist., abtei Meh- 
rerau : Die Nachfolge Maria. Pa- 
derborn, Bonifacius-Druck. 1907, 
pp. 159 in-i20. 

4^ en bohémien : voyez la notice 
sur le confr. Frejka, Vol. I, p. 274, 
no 7. 

5° en italien : Délia Imitazione 
di Maria. Ed. 3. Trento, typogr. 
Imm. B. M. V. 1907, pp, 97 in-120. 

SAINTRAIN (Isfroid), de Na- 
mur, chanoine de FloreÔe. Vêtu 
sous l'abbé Burlet, le 16 octobre 
3735, à l'âge de 23 ans, il fit sa 
profession le 8 septembre 1737, et 
fut ordonné prêtre le 20 septembre 
1738, Ce religieux remplit les fonc- 
tions de chantre ; depuis le 4 mars 



1757 celles de cellérier ; il fut nom- 
mé protonotaire apostolique non parti- 
cipant, le 18 mars 1763. {Invent, 
analyt,, chap. II, p. 139). Il mou- 
rut le 25 janvier 177 1. 

Source : le chan. Vict. Barbier, îlist. 
de l'abb. de Floreffe, 2^ édit. 1892, I, p. 
420 avec la note (6). 

SALÉ (Adrien-Trudon) : II, 

p. l32. 

Ses parents, qui étaient biuxel- 
lois, se nommaient Josse Salé et 
Isabelle Roberti ; ils vinrent se 
fixer à St-Trond en 1719, lorsque 
le gouverneur de la Belgique, le 
marquis de Prié, avait exilé Josse 
et quelques autres, qui défendaient 
vaillamment la liberté et les droits 
de leur patrie. 

2. Cet écrit est dirigé contre les 
thèses du P. Wautier S. J., dé- 
fendues à Louvain le 25 novemb. 
1752. (M. Jofis, MS.) 

8. Accompagnement du plain- 
chant. M S autographe de Salé, en 
4 cahiers gr. in-40, aux archives de 
l'abbaye d'Averbode. 

1° Graduale. De Tempore. pp. 
loi ; — 20 Item. De Sanctis. pp. 
84 ; — 3" Vespérale. De Tempore, 
PP* 97 j — 4*^ Item, Proprium voor 
de Heijligen (sic), pp. 167. 

Note. Le Chevalier de Heeswyck 
(dont la signature est apposée à 
l'a Epitre dédie, à Sa Maj, Joseph 
II. ))) attaque rudement notre abbé 
Salé dans son ouvr, intit. : Tableau 
de l'Eglise de Liège... 1782, A 
Liège. Et voici pourquoi : « Cette 
abbaye (d'Averbode) est du nom- 
bre de celles de Brabant;... les 
abbés de ce monastère sont admis 
aux états,... ils prêtent serment de 
fidélité à sa majesté,... la nomina- 
tion des abbés appartient à sa ma- 
jesté comme duc de Brabant, ce 
qui ne seroit pas, si ce monastère 
étoit situé dans le comté de Looz... 



SAL 



— 179 — 



SCH 



L'abbé moderne (Salé) a donc 
très-mauvaise grâce de réclamer 
l'évêque de Liège pour son souve- 
rain, & de soutenir que son mo- 
nastère est situé sous sa domina- 
tion ; il ne peut se prêter à une 
telle démarche sans se rendre cou- 
pable du crime de rébellion & de 
lélonie » etc. etc. (pp. Sg à 5o). 

SALÉ ou SALLE (Claude) : 
Vol. II, pp. i32-33. 

I. L'ancien inventaire imprimé 
des MSS. à la BB. dite de Bour- 
gogne, à Bruxelles, donne au n» 
12755 : 

Cl. Lasalle (sic ! mais il faudrait 
(( Salle »). Chronologie des évén(e- 
ments) de l'abbaye de S^ André- au- 
Bois. i65i. 

SALINGS (Arnold), né à Au- 
denarde. Ce chanoine de Ninove, 
brillant orateur, fut surnommé « le 
blanc pléban » parce qu'il rempla- 
çait fréquemment, lorsqu'il était 
président du collège norbertin à 
Louvain, le pléban (ou doyen) de 
St Pierre, Nicol. Pauwels, pour la 
prédication : celui-ci souffrait beau- 
coup d'un mal articulaire. 

Salings fut élu président le 2 déc. 
1700 ; on ignore combien de temps 
il remplit cette charge ; — ce ne 
fut point pendant de nombreuses 
années. Il mourut le 14 oct. 1712. 
(Ml" Stan. Joris, dans un de ses 
mss. — ,BB. Norbertine, 4^ année, 
Juillet 1902, p. 169). 

SALVAN d'AUTERIVE 

(Etienne), prieur, et dans la suite 
prélat de l'abbaye de Fontcaude, 
dont les Annales de l'Ordre et la 
« Gallia Christiana » font mention. 
Je lis en effet dans le dernier 
ouvrage : 

a XXXVI. R. P. Salvan d'Au- 
terive abbas regularis nominatur a re- 
ge mense Augusto anni 1731, idem, 
ut videtur, qui antea prior Fontis 
calidi abbatum seriem (historicam) 
ordinis annalistae subministravit. » 

Sources : Hugo, I. col. 686-7 : — Gallia 
c'ir., t. 6. pp. 267-70; — Capitulum g> 
:i:r. O. Praejionstr. 1738, Virduni, p. 5. 



S A N D O R (Eugène-Etienne), 
hongrois originaire de Szeged, où 
il naquit le 28 juillet 1875. Admis 
à la vêture à l'abbaye de Jâszô, le 
24 août 1893, il y fit sa profession 
le 19 juin 1898, et dix jours après, 
en la fête des SS. Apôtres Pierre 
et Paul, il fut élevé à la dignité 
sacerdotale. Il enseigna d'abord la 
théologie aux jeunes confrères de 
Jàszô ; actuellement, étant ciéé doc- 
teur en cette science à Budapest, 
il l'enseigne à l'institut de l'Ordre 
appelé « Norbertinum » et fondé 
dans la même ville. Il a publié : 

A Premontrei kanonokrend fôbb 
kivaltsâgai. (i. e. Ordinis Prae- 
monstr. tria privilégia). Budapest, 
A Stephaneum nyomâsa 1904. pp. 
70 et XIII. 

Sources : Dr Kob. Farkas, o. c. 1902, 
pp. 3i3-4 ; et M. Zàk en son MS. 

SCHARPF (Servais-Georges), 
descendant d'ancêtres militaires, 
vint au monde à Augsbourg le i3 
juin i6o3. A l'âge de 20 ans en- 
viron il revêtit la robe blanche à 
Steingaden ; il y prononça les vœux 
après son noviciat. Il eut beaucoup 
à souftrir pendant la guerre, alors 
que les Suédois ravageaient la Ba- 
vière, sans épargner son couvent. 

Scharpf, qui était un vrai modèle 
de piété, et dont la chasteté égalait 
l'humilité, se dévoua au-delà de 3o 
années au ministère des âmes. Ac- 
cablé d'infirmités, il conforma con- 
stamment sa volonté avec la volonté 
divine. Il mourut le i3 juin 1670, 
dans la 43^ année de sa profession 
et la 37^ de prêtrise, laissant quel- 
ques MSS touchant les fonctions 
pastorales. Ainsi Lienhavdi, pp. Sai- 
6, qui ne donne point les titres de 
ces écrits. 

SCHEIRIS (Joseph - Désiré), 
chanoine de Grimbergen, poète 
flamand. Il naquit à St Nicolas, 
pays de Waes, le 11 avril 1864. 
Revêtu de l'habit de St Norbert 
le 28 oct. 1887, il fit sa profession 
le 4 juin 1889, et fut ordonné prê- 
tre le 24 sept. 1892. Le i3 juillet 



SCH 



— i8o — 



SCH 



[894 il acquit, à l'université de 
Louvain, 1-3 grade de bachelier en 
théologie. Depuis iSgS il est profes- 
seur de théologie dogmatique et de 
Ste Ecriture. Il a la réputation 
d'être un bon prédicateur. 

1. Het leven van den Gelukza- 
ligen Hermannus Joseph, der orde 
van Premonstreit. Gedicht : 4000 
verzen. MS. 

2. Het leven van den Gslukza- 
ligen Aldericus, der orde van Pre- 
monstreit. Gedicht : 5ooo verzen. 
MS. 

3. Mengeldichten. 20,000 verzen. 
MS. — Plusieurs pièces ont été 
imprimées, les unes dans des jour- 
naux, les autres dans des revues, 
d'autres séparément sur des feuilles 
volantes. 

4. Voordrachten aan de werklie- 
den. MS. 

5. Thèses quas... ex auctoritate 
Rectoris Magn. Joan. Bapt. Ahbe- 
loos,,,, Prasside Bernardo Jung- 
maim,.,. pro gradu Baccalaurei in 
S. Theoî.... publiée propugnabit 
Jos. Desid. Scheiris. Lov., J. Van 
Linthout, 8 pp. 8^. non chif. ; 14 
thèses. 

Sources ; Catalog. Praem. Ordinis in 
Circaria Brabantina a. Dom. 1905, p. 21 ; 
— renseignements du rév. chanoine Schei- 
ris. 

SCHENCKH (Léopold), cha- 
noine de Géras, autrichien. Il na- 
quit à WJndigsteig le 18 février 
1712, fît sa profession en 1782, et 
fut ordonné prêtre en 1736. Son 
prélat Paul Gratschmayr l'envoya 
à Vienne, en 1740, pour y recevoir 
les leçons du compositeur de mu- 
sique François Tuma : cet illustre 
virtuose était le maître de chapelle 
de l'impératrice-veuve Elisabeth. 
De nos jours encore, les archives 
de Géras possèdent quelques com- 
positions religieuses du chanoine 
Schenckh, qui mourut le 3 avril 
175 1. Quant à Tuma, il résida à 
l'abbaye depuis 1768 en qualité de 
pensionnaire, et mourut à son tour 
à Vienne, le 3o janvier 1774. (Ren- 
reign. fournis par M. ^àk). 



SCHILDT (Caspar). 

L'éditeur du « Necrologium der 
Abtei Arnstein » (i83i), l'érudit et 
consciencieux Dr Becker a décou- 
vert jusqu'à 4 notices sur Caspar 
Schildt ; il nous les communique, 
en ajoutant : Aile dièse Notizen 
finden ihre Ergiinzung in den 
Nachrichten, welche das Album 
der Steinfeld'er Professen enthâlt. 
Or voici le résumé de cette 4^ notice : 

Caspar Schildt, né à Cologne le 
17 oct. 1601 ; vêtu à Steinfeld le 
22 juil. 1617, et profès de 1618 ; 
bachelier es arts le 11 mars 1620, 
licencié le 27 févr. 1621, et maître 
es arts le 3o mars suivant. Il fut 
ordonné prêtre à la fin de l'année 
1625. Au chapitre provincial, réuni 
au mois de mai 1628, il fut élu 
président du collège Norbertin à 
Cologne ; la même année il acquit 
le grade de bachelier en théologie, 
et en 1629 celui de bachelier formé. 
Il fut délégué au chapitre général 
de Prémontré, célébré au mois d'a- 
vril i63o. Etant prieur à Steinfeld 
depuis le commencement de i63i, 
il fut nommé abbé de Sayn au 
chapitre de Steinfeld, le 26 déc, 
i635 ; les conventuels de Rommers- 
dorf le demandèrent pour prélat, 
le i5 août i638, et leur désir fut 
accompli. Cet homme savant et 
vénéré subit la loi commune, le 
16 ou le 23 (?) mai 1645, à Colo* 
gne. 

— Henri Schildt, dont l'article va 
suivre, était-il le frère de Caspar ? 

Sources : Hugo, Annal. I, col. 528 ; II, 
col. 695 et 763. — Dr Becker, Necrolog. 
der Abtei Arnstein, i88i,p. 112, où il 
cite plusieurs auteurs, et aussi un « Cata- 
logus R. R. et exim. D. D. praesidum 
Seminarii Norbertini intra Coloniam « com- 
mencé au 17e s. et continué jusqu'à la fin 
du i8e s. Le Dr Braun a publié cette liste 
dans les « Annalen des histor. Vereins 
fur den Niederrhein w VI, pp. 168-171. 

SCHILDT (Henri), originaire 
de Cologne. Après avoir acquis le 
grade de bachelier le 5 mars 1622, 
il revêtit l'habit blanc à Steinfeld, 
le 3i octobre suivant. En 1623 il 
fit sa profession ; adonné à l'étude, 



se H 



— i8i — 



SCH 



il fut proclamé maître es arts le 5 
mars 1625, et fut ordonné prêtre 
à Cologne en 1629. Nommé curé 
de S. André en cette ville, il fut em- 
porté par la peste le 17 mai i63o. 

Source : Dr Bccker, Das Necrolog-, der 
Abtei Arnstein, 1881, pp. iio et 119; il 
cite r « Album der Steinfeld'er Professen )>. 

SCHINDLER (Daniel-Ant.) : 
Vol. II, pp. 144-5. 

2. item în-fol. 1727, Vetero Pra- 
gae. — BB. de Selau. 

7. Ab uno praelatorum O. Prœm. 
[Schindler], lySOj 12". 

10. Urdravenî nemocnych i. e. 
Salus infirmorum : descriptio gra- 
tiarum quae a Thaumaturga Vojs- 
lavicensi fidelibus distributae sunt. 
Kuttenbergae 1747, 8*^. — Est opus- 
culum laiùie compositum probabi- 
liter per abbatem Schindler, et ab 
anonymo canonico Siloënsi trans- 
latum in ling. bohem. — BB. de 
Selau. 

11. Sicher leitende Strassen zu 
einer glùcklichen Ewigkeit, das ist : 
die unter Anrufung des Heiligen 
Erz-Vaterc Norberti und des Wun- 
derthatigen Blutzeugens Christi 
Joannis Nepomuceni..., in Stadt 
Senozat aufgerichte lôbl. Bruder- 
schaft. — Prag. 1729. (Probable- 
ment par Daniel Schindler), BB, de 
Selau. 

Additions. 

Un confrère obligeant de la même 
abbaye nous adressa la liste de 
quelques MSS. dûment gardés de 
nos jours, et que je transcris vo- 
lontiers. 

1. Annales monasterii Siloënsis. 
In-fol. : volumen coniinet bullas 
pontificias et diplomata regia. 

2. Annales coenobii Siloënsis, ab 
initio a. 1139-1660. In-fol. (codex 
duplex). 

3. Annalium continuatio ab a. 
1661-1784 : in-fol. 

4. Item ab a. 1700-1754 : in-fol. 

5. Item ab a. 1754-1784 : in-lol. 

6. Diarium monasterii Siloënsis 
in Bohemia : in-folio. 



7. Mortuologium ecclesiae Siloën- 
sis, sub regimine abbatis Siardi 
Falconis a. 1670 inchoatum, et ad 
a. i832 continuatum. In-fol. 

8. Necrologium Siloënse (no- 
vum) : 2 t. in-fol. 

Le religieux susdit termine la 
liste en écrivant : 

Nota I. Praeterea praesto sunt 
in bibliotheca nostra Siloënsi plus 
quam i5o (centum quinquaginta) 
typis impressae thèses, quaestiones, 
positiones, tractatus etc. quae a 
professoribus S, Ord. noslri, qui 
vel in universitate Pragensi, vel in 
domesticis singularum canoniarum 
studiis, theologiam et philosophiam 
tradebant, auditoribus pro obtinen- 
do gradu academico vel examinum 
causa ad defendendum proponeban- 
tur, seculo ut plurimum XVII et 
XVIII. 

Nota II. Insuper adsunt direc- 
toria et catalogi sive schematismi, 
quos sibi invicem canoniae ord. 
nostri mittere solebant. 

Nota III. Adsunt etiam diversi 
ludi scenici latini, manuscripti, nu- 
méro fere viginti, qui a discipulis 
gymnasii, quondam monastici Si- 
loënsis, sec. XVII. et XVIII de- 
cantari vel declamari solebant. 

Nota IV^ Denique adsunt di- 
versae allocutiones sive abbatum 
sive fratrum, conciones, gratulatio- 
nes etc., manuscriptae : latinae ac 
bohemicae. 

SCHMID (Dominique) : Vol. 
II, p. 149. 

J'ai découvert, sur un Catalogue 
de Munderkingen (1907), un autre 
ouvrage de ce prémontré de Roth, 
à savoir : 

2. Fortsetzung von die vi^under- 
thaten Mariae in Steinbach : id 
est : Continuatio miraculorum per 
B. M. V. in Steinbach. (Je re- 
grette de ne pas avoir le titre 
exact). I vol., s. a. Roth, 1795 (?) 

Les prétnontrés suivants de Roth 
avaient publié auparavant des opus- 
cules concernant la même Vierge 
miraculeuse : Jérôme Richter en 
1738, en 1740, en 1743 ; François 



SCH 



— Ib2 — 



SCH 



Merz en 1746 ; Aurèle-René Vdgele 
en 1759. \oyez leurs notices dans 
le Vol. II de ce Dictionn., pp. 
92-93 ; 348 ; celle de Merz toute- 
fois dans le Vol, I, pp. 583-4. 

SCHMIDT (André III), pro- 
fès et prélat de Schlagl, qui naquit 
en 1637, dans le Vorarlberg. Il 
reçut l'habit en 1657 ^^ ^^^ ordon- 
né prêtre en 1666. Il acquit les 
grades de maître- es- arts et en phi- 
losophie, de docteur en théologie. 

Après avoir rempli les fonctions 
de sous-prieur, de curé à Aigen, 
de prieur (1671-77), il fut élu abbé 
le 10 nov. 1677. Député ordinaire 
aux états depuis i683, il mourut 
le ï5 sept. 1684, n'ayant que 47 
ans environ. 

Sources : Laur. Proll, Catalor;\is Cano- 

nicorum.... Schlaegl, 1887, p i5 no 162 ; 

• — le même, Geschichte des Prâmonstr. 

Schlagl, 1877, pp. 200-84, avec les notes. 

SCHMITZ (Guillaume), pré- 
moniré d'Arnsberg en 17:51, profes- 
seur au gymnase annexé à cette 
abbaye et nommé « Laurentianum » . 
Il est mentionné comme ayant 
composé un drame pour les élèves ;, 
en voici le titre : 

Die obsiegende Gûtigkeit Gottes 
oder die Halsstarrigkeit eines Sûn- 
ders. 173 1. Ainsi Dr Hoegg, o. c. 
1843, pp. 46, 47, et 5i no 19. 

SCHNEIDER (Ernest-Max.) : 

II, p. i5i. 

2. Uber die Wirkungen eines 
elektrischen korpers im elektrischen 
felde, — Elektrische Wellen. Pilsen 
1904, pp. 28. (Gymnasii program- 
ma). 

SCHOOFS (Léonard) : II, pp. 

157-8. 

Le P. De Backer, dans la 7^ Sé- 
rie des écrivains de la Compagnie 
de Jésus, 1861, p. 293, cite encore 
une édition « De vita, et moribus 
R. P. Leonardi Lessii » : Ingol- 
stadii i658. Typis Georg. Haen- 
lini, 120. pp, 2i3 sans les lim. 
et les tables. 



SCHUEREN (Dominique 
Louis chevalier de van der), 
chanoine de l'abbaye de Berne, né 
à Nymègue le 25 février 1870. 
Vêtu le 17 oct. 1889, profès du 16 
oct, 189 1, ordonné prêtre le 24 
mars 1895, il expliqua la Ste Ecri- 
ture à ses confrères. Il mourut fort 
jeune le 21 déc. 1900, laissant un 
MS latin, digne d'être publié : c'est 
un commentaire sur le « Sermo » 
si connu de notre S. Fondateur, 
et sur ses remarquables sentences. 

Sources : Catalog-. gfener. O. Praem. 
1900, p. 129; — necrologiurn anni 1900; 
— renseignements du rév. chan. Hoeve- 
naars, archiviste de Berne. 

'SCHUERKENS (Jean), né à 
Waenrode, en i539 ; se consacra 
à Dieu par les vœux de religion 
en i562, à l'abbaye du Parc; prê- 
tre de 1564, ^bachelier formé en théo- 
logie, sous-prieur (1571). Il mourut 
le 24 mai 1574, et le nécrologe 
l'appelle : vir valde sanctae vitae, 
amator abstinentiae et insignis con- 
cionator. (M^ Raphaël Van Waefel- 
ghem^ Le Nécrol. de l'abb. du 
Parc, 1906, pp. 224-5, où il cite 
«Cathal. Fratr. Parch., fo 83^°.») 
Lorsqu'on parcourt le même né- 
crologe d'un bout à l'autre, on doit 
nécessairement remarquer le très 
grand nombre de bacheliers et de 
licenciés en théologie, qui furent 
membres de la communauté du 
Parc. 

SCHWERTINGER (Ferdi- 

nand), né en i635, fit sa profes- 
sion religieuse à l'abbaye de Schlagl, 
au mois de janvier i655, et fut 
ordonné prêtre au temps pascal de 
l'année 1666. Il était étudiant, de- 
puis i665, à l'université d'Olmùtz, 
et c'est là qu'il fut créé docteur en 
théologie. Employé au saint ministère 
à Aigen, de 1666 à 1671 ; profes- 
seur de théologie à Schlagl jus- 
qu'en 1678, et à Klosterbruck jus- 
qu'en 1682 ; sous-prieur de sa com- 
munauté (i685-7), prieur (1698) ; 
senior, il célébra le 14 avril 17 16 
son jubilé de 5o ans de sacerdoce. 



SEM 



— i83 — 



SER 



Frappé d'apoplexie, il succomba le 
i6 février 1720, dans la 85^ année 
de son âge. 

Source : Laurent PriiU, Catalogus de 
18S7, p. 14 no i5i et no iSy. 

SCRABO (Paul) : II, p. 166. 

Le P. De Backer, S. J., o. c. 
i856, 3e Série, p. 5og, n^ i, nous 
fait connaître : Tractatus in octo 
libros Physicorum, ex praelectioni - 
bus R. P. Theod. Moretus a Paulo 
Scrabo Canon. Strahov. descriptus. 
Olomucii i633, 4". 

SEIZ (Josse), chanoine de Rog- 
genbourg en 1452, sous la préla- 
ture de Jean Deiringer. Les religieux 
de l'abbaye d'Ursperg souhaitèrent, 
en cette année, avoir Josse pour 
leur (32^) supérieur : celui-ci, les 
gouvernant diligemment, fut en 
butte aux intrigues de certains en- 
vieux, et finit par se retirer. C'est 
alors que le Cardinal Pierre von 
Schauenburg, évêque d'Augsbourg 
(1424 — ti469), connaissant les ta* 
lents et l'habileté du prélat Seiz, 
le choisit pour suffragant {Wdh- 
bischuf). Celui-ci reçut le titre d'é- 
vêque d'Adramyte i. p. i., admini- 
stra pendant 3 ans l'abbaye béné- 
dictine de Fuldenbach, et mourut 
le 23 janvier I471. 

Sources : Hugo, Annal. II, col. ii53 ; 

— Bayrhamer, o. c. 1760, pp. 58-5q ; — 
Lienhatdt, Spir. lit. Norb,, p. 48 Dissert, 
prodr. ; — Weiler, o. c. de 1828, p. 73 ; 

— Giims, o, c. 1873, p. 258, col. 2. 

SELLESLAGS (Rombaud), 
né à Malines, le 16 mars 1884, 
reçut i'habit à Averbode le 11 oct. 
1902, y fit sa profession juste 2 ans 
plus tard. Ordonné prêtre le 2.5 
août 1907, il partit le 3o oct. sui- 
vant pour Pirapora (Brésil), où il 
est professeur au séminaire. En 
cette même année il avait acquis 
à Louvain, avec distinction, le 
grade de docteur en philosophie, 

SEMPELS (Antoine de Fa- 
do ue- Al ph.). 

Né à Wolfsdonk le i5 novembre 
1872, il reçut l'habit à Averbode 



le II octobre 1890, y fit sa profes- 
sion 2 ans après, et fut élevé à la 
prêtrise le 2 février 1896. Le 4 mai 
de l'année suivante, il quitta la 
Belgique pour être missionnaire au 
Brésil : il est professeur au sémi- 
naire de Pirapora (1908). 

1. Weerklank uit Brazilië. (Let- 
tervruchten van het Taal- en Let- 
terlievend Studentengenootschap 
« Met Tijd en Vlijt » Leuven, Van 
Linthout, 1898). 

2. Nood, Brood en Dood van 
eenen werkman. (NaarhetDuitsch.) 
pp. 64 in-80. 

3. P. F. Chauffour — David 
drama biblico em 5 actos traduzido 
pelo Conego Antonio Sempels profes- 
ser do Collegio Premonstratense ^ 
em Pirapora (Brazil) — [Ici les 
armoiries d'Averbode] — Averbode- 
Belgica imprimaria da abbadia 
1903. pp. 100 in-80 « A sua excel- 
lencia Monsenhor Gummaro Crets,... 

F. A. S. )) 

4. Charles Cartuyvels e Joseph 
Demarteau. Néon ou os martyres 
das catacumbas Melodrama em 3 
actos — traduzido pelo Conego An- 
tonio Sempels»., (comme plus haut). 
Averbode. 1904. pp. 67 petit in-8^ 
« Ao Illmo. e Rmo. Snr Conego 
Vicente van Tongel DD. Reitor. 

Sources : Catal. gênerai. O. Praem. 
1900, p. 112; — Catal. Praem. O. in 
Circar. Brabant., 1907, p. 8. 

SERCY (Gauthier de), évéque 
de Châlons-sur-Saône, en latin Ca- 
billonum ou Cabillodunum, vers 
1128. Il renonça volontairement à 
c tte haute dignité en 11 52, pour 
se taire simple religieux dans la 
maison chef d'ordre de Prémontré. 
C'est là qu'il mourut. L'année de 
sa mort n'est pas marquée dans les 

Sources : Maurice du Pré, o. c. 1645, 
p, 3i ; — Huço, Annal. I, col. 8-9 ; — 
Taiée, o. c. I, ;872, p. 5i ; — Dom Gams, 
o. c. 1873, p. 533, col. I. 

SERVIÈRES (Charles), né en 
1843 à Conques, diocèse de Rodez, 
en France. Ordonné prêtre en 1867, 
il reçut l'habit de S. Norbert en 



SIE 



— 184 — 



SIV 



1886 à l'abbaye de Frigolet, et 3- 
prononça les vœux l'année suivante. 
(Catal. gênerai, igoo, p. (268). 
Dans la suite il remplit la charge 
de sous-prieur à Farnborough (An- 
gleterre, 1894), P^is à Conques 
même, au prieuré fondé en 1873. 
Expulsé de sa patrie par les liber- 
ticides modernes, il est venu, avec 
ses confrères, sur le sol de notre 
hospitalière Belgique. 

1. Grand latiniste etpoëte fécond, 
Charles Servières versifie en latin, 
depuis un grand nombre d'années. 
Plusieurs de ses poésies ont été 
insérées aux « Annales relig. des 
Pères Prémontrés et la divine Hos- 
tie )) Dînant, in-80. 

2. Sarxta Fides Virgo et Martyr. 
Poema. (1000 et amplius versus 
alexandrin! , in Annales » Avignon, 
in-So.) 

3. Sous le voile de V anonyme f le 
P, Servières a publié : « Manuel des 
Missions recueil de prières, de pra- 
tiques pieuses et de cantiques pour 
les temps de Retraite, de Mission 
et de Jubilé par les RR. PP. Pré- 
montrés de la primitive observance. » 
Petit vol. in-i6o, portant l'approb. 
de l'archevêché d'Aix, imprimé à 
Valence chez Jules Céas et Fils, s. 
a. : pp. 544. 

Sources : Danney, Catalogus... 1894, p. 
102 ; — renseign. fournis par le Rév. P. 
Paul Piignière, à Leffe. 

SIEGFRIED VON GEILN- 
HAUSEN, élu et consacré évèque 
de Coire, en 1298, (Chur, Curia 
Rhaetiorum), après y avoir été cha- 
noine de l'église cathédrale. Après 
quelques années d'une administra- 
tion exemplaire et digne d'éloges, 
il voulut renoncer aux honneurs et 
aux soucis de l'épiscopat, dans le 
but d'opérer plus sûrement son 
salut. A cet effet, il se retira au 
monastère norbertin de St-Luce de 
Coire, y prononça les vœux, et fut 
sans cesse un modèle d'humilité et 
d'obéissance. Sigefroid mourut en 
ce couvent le 19 juillet i32i, et 
fut inhumé dans la cathédrale. 



Sources (où je remarque quelques va- 
riantes) : Htigo, Annal. II, col. 112; — 
Bayrhnmsy, Hist. Imp. Canonias Roggen- 
burg-., 1760, p. 42 ; — Georg. (Lienhardt), 
Ephemer. hagiolog., 1764, pp. 204-5, avec 
les notes. — Le nom de l'évêque en ques- 
tion est d nné ainsi : Siffridus, Sigisfri- 
dus, Isfridus, Siegfried. — Gams, o. c. 
1873, p. 268, col. 2 ; — Joh. Georg. Mayer, 
St. Luzi bei Chur, 1876 Lindau, pp. 
76-77, où il cite « Necrolog. Curiens. « 

SIMEOMO (Macaire) : II, pp. 

182.3. 

I bis. Thèses de beatitudine et 
actibus humanis. Antv. 1646. (Stan. 
Joris, MS.) 

8. Titre exact : Lavdatio fvne- 
bris- In Exequijs Reuerendissimi 
Domini D. loannis Chrysostomi 
vander Sterre Antuerpiae ad Sancti 
Michaelis Canonicorum Ordinis 
Prsemonstratensis Abbatis meritis- 
simi,... Habita in eodem S. Mi- 
chaele, coram Primatibus Cleri 
& Vrbis Ipsis Kalendis Augusti 
M.DC.LII. Avctore D. F. Macario 
Simeomo. Antv. G. Wolsschat. i652. 
Petit in-40 : pp. 3-(2o). — BB. 
d'Averbode. 

SIVRY (Jean de) : II, pp. 
184-5. 

Dans le « Monasticon Belge » 
par le R. P. Dom Ursmer Berlicrc, 
T. I, 2^ livraison (Maredsous 1897), 
nous lisons à la note i des pp. 
400-401 : 

« Jean de Sivry figure comme 
prévôt de l'abbaye le t août i283 
(Cartul. de B.-E., VIII, 86), et le 
[I juin 1284 (ib. VIII, 325; XII, 
3og))). — On le retrouve en 1291 
comme curé d'Anderlues. Le 11 
juin T293, il figure comme prieur 
de Bonne-Espérance ; également en 
plusieurs années suivantes. Comme 
sa chronique finit à l'an i3i8 et 
qu'à la date du 10 nov. i320 on 
voit figurer un prieur du nom de 
Pierre (Maghe, 280), on peut croire 
que Jean de Sivry mourut en i320. 
Le Nécrologe de B.-E. le mentionne 
au 16 juin. On célébrait un obit 
pour lui et ses parents. 

Voir l'étude de Dom Berlicre : 
« La chronique de Jean de Sivry. ...» 



SIX 



— i85 — 



SIX 



dans les « Annales du Cercle arch. 
de Mons » t. 24, pp. i43-i53. 

Il n'y a pas longtemps qu'il m'a 
été donné de voir le « Monasticon 
Belge » du savant Dom Berlière. 
Cela explique comment je n'ai pu 
profiter de ses indications sur les 
abbés de B.-E. : W. de Flavemu, 
Jean de Valenciennes, Gérard de Mas- 
nuy^ J. de Vigne ou Delvigne, Jean 
Sories ; consultez-y les pp. 399-402. 

SIX (Jean), originaire de Lille, 
chanoine et prieur de Vicogne, y 
fut élevé à la dignité abbatiale en 
1592 ; Robert, abbé de Cambron, 
présida à son élection. En 1599, 
Jean Six fit fabriquer des châsses 
d'argent pour enfermer les reliques 
de S. Biaise et de S. Sébastien 
martyrs. Il mourut le 29 juillet 
i6o3, vénéré pour ses vertus autant 
que pour son savoir. 

Jean Six a laissé en MS des 
noîes historiques sur l'abbaye de Vi- 
cogne : à la BB. de Douai. Voyez 
le Catal. des MSS par M. l'abbé 
C. DehaisneSj archiviste du départ, 
du Nord : Paris, 1878, gr. in-40, 
n9 820, Historia monastica.... col- 
lectore Franc, de Bar, priore Aqui- 
cinctensis cœnobii, abbaye d'An- 
chin ; pp. 529, 533, 901 ; au 48^ 
de ce même n^ 820. 

Dans le MS n^ 822, il y a 
une Notice sur l'abbaye de Vico- 
gne plus étendue que dans le 
n^ 820, c'e. à d. ft. 425-46. 

Sources : Hugo, Anr.a). II. col. 1094 ; 
— Le Glav, Cameracum Christ., 1849, p. 
335. 

Additions. 

Dans le « Mémoire sur les archi- 
ves de l'abbaye de Vicogne » (Va- 
lenciennes, i855, 8^, pp. 9 et i3,) 
Mr Le Glay s'exprime ainsi : 

I. Il en est du monastère de 
Vicogne comme des autres établis- 
sements religieux. Les documents 
historiques qui en proviennent sont 
moins nombreux et moins impor- 
tants à mesure que l'on se rappro- 
che de nos temps modernes. Que 
sont devenues les annales de cette 



maison auxquelles Jacques de Guyse 
a fait un si notable emprunt, livre 
XVII, chapitres XXII à XXVII 
inclus ? 

Nous répondons ainsi à cette 
question de M"" Le Glay, Les an- 
nales de Vicogne ont été publiées 
1° par Dom d'Achery^ bénédictin, 
dans le « Spicilegium » t. XII, pp. 
533 et suiv. ; 2° par Dom Martene 
et Dom Dtcrand, dans la collection 
intitulée « Veterum Scriptorum et 
Monumentorum... » t. VI, édition 
de Paris, 1729, col. 281 à 3x2 : 
veuillez consulter ma notice : Mo7t' 
tigni (Nicolas de), Vol. I de ce 
Dictionnaire, pp. 601-2 ; 3" par 
Hugo, abbé d'Etival, dans les « Sa- 
cr3e Antiquitatis Monumenta » t. II, 
1731, pp. 191 et suiv.; 40 dans la 
vaste collection de PcrtZy Monumen- 
ta Germaniae historica, t. XXIV, 
pp. 291-313. (Une copie des An- 
nales de Vicogne se trouve à la 
BB. de la ville de Valenciennes). 

Parmi les registres qui provien- 
nent de la même abbaye, dit encore 
Ml* Le Glay, en voici un que je ne 
dois pas omettre. C'est un petit in- 
40 de 20 feuillets vélin, ayant pour 
titre : Chest H cartulaires des refiles 
héritaules que li église de Vicongne a sur 
pluiseurs hiretages estans dedens le ville 
et banliuwe de Valeticienes^ liquels fu 
fais et renouvelés par Jehan Faber, 
adonc clerct de Vicongnetfe, en l'an mil 
IIII'^ et quatre. 

Le suivant, in-f*^ papier, 70 feuil- 
lets, pourrait être consulté avec 
profit pour renseignements territo- 
riaux : Déclaration de toutes les terres 
labourables, jardins et héritages du ter- 
roir de Vertain, sur lesquels les abbé et 
religieux de Vicoigne ont le tiers de la 
dîme, renouvelle en 1771. 

Les lettres n'étaient pas négli- 
gées à Vicogne au XVII I siècle. 
11 nous reste quelques productions, 
légères à la vérité, mais qui suffi- 
sent pour démontrer que le goût 
de la poésie latine s'était conservé 
assez vivace dans cette maison. 

Lors de l'inauguration de Tabbé 
Jean-Baptiste Duplessis le 7 octobre 
1760, les religieux lui adressèrent 



SOP 



i86 — 



SPE 



une ode latine qui a été imprimée et 
qui n'est pas sans quelque mérite. 
19 strophes, suivies de chronogram- 
mes. 

2. L'ouvrage suivant fut proba- 
blement composé par un anonyme 
de Vicogne (?) 

« Documenta canrnico-historica, 
concernentia revocabilitatem pasto* 
rum assumptorum ex Ordine Prae- 
monstratensi. Nunquid gloriabitui 
securis contra eum, qui secat in 
ea ? Isaiae 10. v. i5. — Valence- 
nis, Typis Gabrielis Francisci Hen- 
ry, Typographi Régis. M. DCC. 
XII. » Petit in-4". 

Cette brochure, qui doit être 
rare, fait partie de ma BB. Sur le 
titre, que j'ai transcrit exactement, 
je lis ces mots écrits à l'encre : 
M. le O^ de la Tremoille. Il y a 
pp. i-go. 

3. Ml" Le Glay fournit ce ren» 
seignement : 

Il existe un bon article sur Vi- 
cogne dans V Histoire ecclésiastique de 
Valentienne, par Simon Leboucq, 
édition de MM. Arthur Dinaux et 
Ath. Prignet, p. 286. 

SMETANA (Jos. Franc.) : V. 
II, pp. 187-8. 

En igoS a paru le recueil de 

ses poésies ; Bâsne. Praze, F. Si- 
màcek, 1905, pp. 238 in-80. 

SMISOVSKY (Norbert), cha- 
noine de Selau. La BB. de cette 
abbaye conserve de nos jours (1908; 
son MS intitulé : Catalogus Reli- 
giosorum Siloënsium ab anno 1622 
usque ad 1796. (Renseign. reçu de 
Selau en 1906). 

SOMOGYI (Aladar- Etienne), 
docteur en philosophie, chanoine 
de Csorna. Né à Hidvégh en 1862, 
il reçut l'habit en 1878, prononça 
les vœux en i883, et fut ordonne 
prêtre en 1886. Il était, en 1894, 
professeur au gymnase supérieui 
de Budapest. (Ainsi Danner, Catal. 
de 1894, p. 60.) Il a quitté notre 
ordre avant 1900. 

SOPHIE (Jean - Baptiste), 



Bruxellois, baptisé le 3o juin 1692. 
Il reçut l'habit à Grimbergen le 2 
février 17 10, prononça les vœux le 
27 décembre 171 1, et fut ordonné 
prêtre le 3o mai 171 5. Il remplit 
les fonctions de secrétaire, de pro- 
tonotaire apostolique, de cellérier, 
de proviseur pendant 25 ans et au- 
delà, de recteur au refuge de l'ab- 
baye à Bruxelles. Elu abbé le 29 
juillet 1755, il fut nommé définiti- 
vement, le 7 août suivant, par 
Marie-Thérèse. Député aux Etats, 
vicaire général de l'ordre, il reçut 
en 1757 sa nomination de conseil- 
ler d'Etat. 

C'est au prélat J. B. Sophie que 
l'on doit la magnifique sacristie de 
Grimbergen, entièrement lambris- 
sée en chêne ; le plafond est cou- 
vert d'une peinture immense repré- 
sentant l'apothéose de S. Norbert. 
Achevée en 1763, cette sacristie 
coûta 6000 florins. L'abbé acheta 
encore i5 grands tableaux pour 
son église, et rebâtit en 1765 le 
refuge de Bruxelles, qui avait été 
détruit par un incendie en l'année 
1762. C'est aussi là qu'il mourut 
le II mai 1775, âgé de* 83 ans. 
(Notes de M^ le chan. du Parc 
Paul Lejiaerts, d'après les archives 
de Grimbergen : ces « Notes » ont 
été insérées dans la Bibliothèque Nor- 
hertine — Revue hist. et relig. de 
l'abb. du Parc, dans la livraison 
de novembre 1901, p. 256, et les 
livr. suiv. de 1902 etc.) 

SPEISEGGER (Paul), frère lai 
de l'abbaye de Marchtal, sculpteur 
qui florissait vers 1690. Il était ori- 
ginaire de Schaffhausen, protestant 
de naissance, mais converti à la 
vraie foi au couvent même. 

Un écrivain de nos jours, cité 
plus loin, s'exprime en ces termes : 
Wahre Kunstwerke sind dieSchnitz» 
arbeiten des Laienbruders Paul 
Speisegger : er arbeitete nachweis- 
bar nber 3o Jahre in Schnitzwer- 
ken fur die Kirche. Se das Chorge- 
stiihl mit trefilichen Engelskôpfchen 
anden Wangen, Miserikordienkôpfe 
und Blumenknauffe, Dorsal mit S.tu- 



SPI 



— 187 — 



SPO 



len und starkem Gesims. In launi- 
ger Weise hat Speisppger zweimal 
einem Lowen gfeg^enuber sich ab- 
konterfeit mit der Inschriftauf einem 
Schilde. dasz er i6go dièses Werk 
gemacht. — Der Erbauer des Hoch- 
altares ist Paul Speisee^efer. — Das 
GeFtùhl fur die Erwachsenen (1697) 
von Eichenholz, hat an den Wan- 
gen gescbnitzte Pflanzenornamente; 
die 2 ersten auf beiden Seiten sind 
auf der VorderFeite auch durch be- 
sondere Schnitzereien ausgezeichnet 
und enthalten die Inschrift : Bru- 
der Paulus 1697 ; sie waren fur die 
weltlichen Beamten des Klosters 
bestimmt. 

Die Kâsten der Sakristri, mit die 
mehrmals angebrachte Jahresziflfer 
1672, baben nach dem Stil, der 
Komposition und Konzeption der 
ganzen Arbeit den Paul Speiseeger 
zum Verfertiger. Seitdem sie wieder 
gereinigt und restauriert sind 1^89. 
bilden sie auf 's Neue ein uberau^ 
prachtiges und kostbares Inventar 
der Kirche. Englander haben schon 
frîîher die Augen darauf gerichtet. 

Source : Die Kirchen in Obermarch- 
thal. Eine Jubilàumsgabe zum 2oojâhr. 
Bestande der ehemal. Pramonstr. u. jet- 
zig-en Schlosz-u. Pfarrkirche. Von Max 
Birkler, Pfarrer. Mit 5 Illustrât. — Stutt- 
gart, 1893 (pp. ?6 à 46), in-80 de 59 pp. 
— BB. d'Averbode. 

SPIRA (Pierre de), originaire 
de Grimbergen, religieux de l'ab- 
baye du Parc en 1572-1578. Il 
était probablement de la famille 
de Nicolas de Spira, chanoine et 
prélat de Grimbergen (1543 -i 
i568), dont la notice se trouve au 
t. II de ce Dictionnaire, p. 193. 

Le Fr. Pierre^ profés de 1572, 
fut ordonné prêtre en iSyS ; bache- 
lier en théologie, sous-chantre, il 
mourut déjà le 9 juin 1578. (Ca- 
thaï. Fratr. Parch., fo 88.) 

J'ai devant moi i f. petit in- 
folio, procurant les renseignements 
suivants : Anno 1577. Lunaî 12. 
Augusti. De Sacrificio Missée. Qvaes- 
tio theologica. Vtrum in Missa sit 
verrnominis sacrificium, tam viuis, 
quàm defunctis vtile. — Propo- 



sit (iones 3). — Conclvsio i'*-4*. 
Frater Petrvs de Spira Grimbergen* 
sis, Religiosus Monasterij Parcen- 
sis defendebat. — Sine loco ast 
Lovanii, sine typographi nomine. 
— Aux archives du Parc il y a 2 
exemplaires. 

SPOELBERCH (Pierre), fils 
de Wautier, et de Catherine Gil- 
lebert, parents nobles, naquit à 
Bruxelles le 21 juin i576. Il fit sa 
profession religieuse à l'abbaye du 
Parc, en 1594, et fut ordonné prê- 
*re en 1600 ; sousprieur en 1601, 
il fut élu l'année suivante prévôt 
des Norbertines de Leliëndael. A 
cause de son jeune âge, Drusius ne 
voulut pas l'installer. Spoelberch, 
devenu presque étranger à son ab- 
baye, persuada, vers la fin de sa 
vie, à la prieure de Leliëndael de 
demander un prévôt à Tongerloo. 
C'est ainsi que cette prévôté passa 
de Parc à Ton^erloo. — Pierre 
Spoelberch, qui était licencié en théo- 
logie depuis 1604, mourut à Leliën- 
dael le 17 juin i636. Sanderus (ap. 
Hu^o, Annal. II, col. 1029) le loue 
comme le restaurateur de la prévô- 
té et un administrateur habile et 
diligent pendant 3o ans. 

Voyez le Nécrologe du Parc, 
1906, pp. 253-4. 

J'ai sous les yeux i feuillet grand 
in-folio, dont voici fidèlement le 
sujet : Lovanii, 29. Octob. Anno 
1599. (^^ milieu) De actibvs hvma- 
nis. Qvaestio theologica. Vnde pen- 
deat bonitas, & malitia actionum 
humanarum ? — Propositiones (4), 
Conclvsio 1^-4*. Frater Petrvs Spoel- 
berch Religiosus Monasterij Parcen- 
sis. Point de nom d'imprimeur. 

Notes. 

En consultant divers catalogues 
de livresi j'ai découvert sur la pré- 
vôté de Leliëndael : 1 

I. Manuscrit du XV'^ siècle sur vé- 
lin, petit in-4'\ de 80 feuillets : Li- 
vre ascétique ou traité ecclésias- 
tique sur la confession et l'examen 
de conscience, avec interprétations 



STA 



— 188 



STE 



en flamand de textes en lalin, extraits 
des Prophètes et des Docteurs de 
l'Eglise. 

Ce manuscrit provient du cou- 
vent de Leliendael. 

2. Cartulaire du couvent de Lelien- 
dael à Malines, de l'an 1290 à i566. 
In-fol., rel. vél. 

Beau manuscrit de 355 pp., d'une 
bonne écriture, contenant une gran- 
de quantité d'actes authentiques 
concernant les familles et les pro- 
priétés de Malines et des environs. 

3. « Het leven ende miraeckelen 
van sommighe H. bisschoppen, ab- 
ten en religieusen der II. oorden 
van Prœmcnsireyt ; bidt voor den 
scryver Han de Potter, in 't Jaer 
ons heeren 1621, tôt gebruyck der 
religieusen van Leliendael. Handsch. 
op pap. in-4. geb. in parkem. » 
Ainsi dans le Catalogue Vande Vel 
de, y Ile tome, page 701, n» 15292. 

4. Splendide MS de i5o7, écrit 
par une religieuse anonyme de Le- 
liendael. « Dit boek is geendiget 
up Santé Jurigens avent A. D. 
Mdvij<^. — Biddet God for de schri- 
verschen myt enen Ave Marie. 

Dyt boek hort dem convente tom 
lyliendale. » cfr. F. V. Hoffmann, 
Altdeutsche Handschriften, p. 256. 
— (Communiqué par le Rév. M. 
EveySf archiviste d'Averbode). 

5. Une Norbertine de Leliendael, 
qui vivait vers 1783, a laissé un 
M S intitulé : Het Kloostey van Lelien- 
dael te Mechelen, Elle y dit poui 
terminer : a In het jaer 1783 is 
het klooster van Leliendael uyt 
bevel van Joseph den 2^^ kyseï 
van Oostenryk gesupprimeert en 
was toen on se priorisse Siarda vat; 
Dun..,, )) 

Ce récit historique fut transcrit 
par le cban. S tan, Jovis, sur 5 If. 
in-4", dans son cahier n" I, que 
j'ai sous les yeux. 

STADTMANN (Jean) : V. II, 
p. 196. 

Ce religieux, dont je trouve'aussi 
le nom écrit « Stattman » a rempli 
les fonctions de chapelain de son 
prévôt, à Cappenberg. Il est décédé 



le 21 février i635, comme il conste 
par le néc:ologe suivant, qui le 
qualifie : pereriiditus, 

(( Mortuarium Capenbergense. 
Anno 1777. Godefridus Adolphus 
L(iber) : B(aro) : de Dobbe Dhs 
in Lôerde qui hoc renovari cura- 
vit. (Accedunt :) Annales Capen- 
bergenses, in quibus... » Le reste 
comme à la p. 196 de mon Vol. 
II, no 2. — La BB. d'Averbode a 
acquis en 1907, pour 60 Mark, ce 
MS. de 1793 in-folio, qui était le 
nP 539 du « Katalog No. 80 Ferdi- 
nand Schôningh, Osnabriick 1907 » 
p. 55. Dans le Calendarium de ce 
MS., chaque mois a une pagina- 
tion particulière ; les annales occu- 
pent 23 pages, elles me semblent 
assez superficielles et incomplètes. 

STANISLAS, chanoine de Stra- 
how, qui fut le 34<^ prévôt du par- 
thenon de Doxan. Il était très versé 
dans la connaissance du droit. Les 
historiens varient sur les dates : 
Dlabacz donne le 3 octobre i5o8 
pour le jour de sa mort (Chron. 
Necrolog. p, 21), tandis que Feyfar, 
chapelain à la cour royale de Dres- 
den, la recule jusqu'en i5i5. (Kur- 
ze Geschichte des.... Stiftes Doxan, 
1860, Dresden, p. 47). 

STARY (Sigismond), Général 
de l'Ordre, est moit le 6 septem- 
bre 1905. Il avait convoqué 3 cha- 
pitres généraux : à Tongerloo en 
1889, à Schlagl en 1896, et à Aver- 
bode en 1902. C'est à lui que l'on 
doit l'établissement des norbertines 
du tiers-ordre, à Heiligenberg et 
à Streisovice (Norbertinum) lez Pra- 
gue. 

STEELANDT (Hellin), reli- 
gieux de Ninove, que je trouve 
mentionné dans le Catalogue des 
MSS. de la BB. de Douai, par 
M. l'abbé Dehaisnes, Paris, 1878, 
Imprim. nationale, 4° pp. 5 12 et 
5i5 ; 

Epistola Hellini Steelandt « de 
officio prioris Augustinorum [sic] 
Preemonstratensium » . Lettre auto- 



suc 



— 189 — 



SYL 



graphe, avec cachet, adressée à 
François de Bar, prieur de l'ab- 
baye d'Anchin (Aquicinctensis), en 
date du 26 avril i585. 

STELZ (Hermann) : Vol. II, 

pp. 202-3. 

6. Cartulaire in-folio de l'abbaye 
de Mureau, écrit de la main de 
Stelz : aux archiv. département, 
de Neufchâteau, dioc. de Toul. 

Ainsi Arih, Benoit : Les anc. in- 
script. des abbayes del'O. de Pré- 
montré situées dans le départ, des 
Vosges. iSgS, Saint-Dié, in-8", p. 
94. (Bulletin de la Soc. philomati- 
que Vosgienne. T. 18). 

STREER (Wenceslas), profès 
de Tepl vers i63o, docteur en philo- 
Sophie de l'université d'Ingolstadt. 
Après son confrère Jean Wierovsky, 
il fut le recteur du « Studenten- 
Convict bei S. Niclas auf der Alt- 
stadt Prag » établi pour les jeunes 
norbertins de la Bohême. 

Sojrce : Fest-Schrift.... des Praem. 
Stiftes Tepl, 1893, p. iS;. 

STUHLMANN (Patrice) : V. 
II, p. 218. 9. Természet Mùvészel. 
(i. e. de natura artis). Budapest, 
Societas S. Stephani, igo5. pp. 
106 in-S»^. 

SUCHECKI (Stanislas - Eus- 
tache de Sucheycej, prélat de l'ab- 
baye de Vitôw, en 1790, mort en 
i8o3, qui a fait imprimer : 

Officiutn parvum B. M. V . ex Bre- 
viario Ord : Praem ; recens edito... 
propositum cura et impensis 111. 
et R. D. Stan. Eustachii de Su- 
cheyce Suchecki, Dei et Apost. 
Sedis gratia Abbatis Vitoviensis, 
per utramque Poloniam Visitatoris 
et Vicarii Generalis, A. D. 1790. 
— Cracoviae. Typis Scholae Prin- 
cipis Regni Universitatis Cracov. : 
34 pp. in-80 Reimpressum ibid. a. 
1823 per B. L. P. Z., pp. 23. 

Cet office est extrait du bréviaire 
de J. B. l'Ecuy, 1786, qui ne fut 
en usage que quelques années. 



La circarie norbertine en Pologne 
comprenait, à cette époque, les i3 
monastères suivants : 

1. Vitôw ; non loin de Petricov ; 

2. Hebdôw, à 5 lieues de Kra- 
kau ; 

3. Krzyzanowice ou Crisanowitz ; 

4. Nowy Sacz ou Neu-Sandec, 
en Galicie, que Joseph II suppri- 
ma le 5 mars 1787. 

Après ces 4 couvents de chanoi- 
nes, en voici 9 pour femmes : 

5. Strzelno ; 

6. Zukôw ; 

7. Plocko ; 

8. Leczyca ou Lencicia ; 

9. Boleslawice ; 

10. Zwierzyniec ; 

ri. St. Norbert à Krakau ; 

12. Imbramovice, lez- Krakau ; 

î3. Busko. 

Veuillez consulter le J^ index don- 
né par Georg, Lienhardt, tout à la 
fin de son « Auctarium ephem. ha- 
giol. » 1767 ; et surtout l'intéres- 
sante notice sur l'Ordre de Pré- 
montré en Pologne^ qui fut rédigée 
par M'" Alph. Zâh, en 1906, et in- 
sérée par lui dans la Revue de 
l'abbaye du Parc, Septembre 1906, 
8e année, n^ 5, pp. (igS) à 208. 

SYLVIUS (Jean-Bapt.) : II, 
p. 23o. 

M'" le chan. Raph. Van Waefeî- 
ghem vient d'insérer dans « Le Né- 
crologe de l'abbaj^e du Parc » , 
Mars 1908, pp. 5oo-5oi, cette no- 
tice biographique : Jean Bapt. 
van den Bossche (SyWiMs) naquit en 
1578; profès de 1601, prêtre de 
1602, curé à Ighem 1609) ; prieur 
des religieuses du Mont-Syon, à 
Audenarde (161 1), à la demande 
de l'évêque de Gand, il est déchar- 
gé de cette fonction (1628), admi- 
nistrateur de Ste Marie de Magde- 
bourg (1629), prévôt du monastère 
de Lorsch (i636), mais à cause de 
l'intrusion des puissants du pays, 
il ne prit jamais possession. 11 
mourut à Cologne le 24 déc. 1640 
(ou 1641 ?) et fut inhumé en cette 
ville dans Vé^lis^ des Augustins, 



TAL 



^- 190 



TAL 



devant Tautel de St Sébastien. (Ca- 
thaï. Fratr. Parch., i^^ 114). 

Sylvius était déjà à Cologne en 
i636. Nous en trouvons la preuve 
dans une lettre qu'il y a signée 
propyiâ manu, le 22 juin de cette 
année : « Ego Joannes Baptista 
Sylvius S. R. E. Protonoiarius, mo- 
nasteriorum B. Mariae Magdebur- 
gensis(?) &S. Swiberti Quidsenbur- 
gensis Canonici Ordinis Praemon- 
stratensis, Prsepositus respective & 
Administrator,... » 11 nomme le 
P. Norbert Nussbaum, prêtre pré- 
montré du couvent d'ilbenstadt, à 
la charge d'administrateur à Con- 
radstorff. {Hugo, Annal. I, Probaiio- 
nés, col. CCCCLIIMV). 

SYMONNET (Bernard) — il 
y en a qui écrivent « Simonet » — 
était prieur de Thenailles en i665 
à 1672 (?) sous un abbé commen- 
dataire. Bernard, qui avait fait sa 
profession à Prémontré même, se 
distingua par sa bonté et sa jus- 
tice, et fut comme le second fon- 
dateur de Thenailles. On a de lui : 

Les Psaumes de David avec les 
Cantiques. Traduction nouvelle se- 
lon la Vulgate. — BB. de Mon- 
daye, aujourd'hui à Bois-Seigneur- 
Isaac, 

Sources : Hugo, Annal. II, col. 962. — 
Taiée, o. c. 2e partie, 1873, p. i33, note 
(i) où « Simonel )) est une erreur typogr. 
— Amédée Piette, Hist. de l'abb. de 
Thenailles, 1878, Soissons. — Liste MS 
des religieux profès de Prémontré, sous 



l'Abbé-Général Aug. le Scellier : dans 
mes arctiives. 

SYRUCEK (Florien-Jean), né 
à Selau, en Bohême, le i3 mai 
1752, fréquenta l'école dépendant 
de l'abbaye du même nom, ensuite 
il fit son apprentissage à la phar- 
macie de son oncle Jos. Kallma à 
Selau même, plus tard à Iglau. 
Pour connaître à fond la science 
de l'herboriculture, il alla l'étudier 
à Vienne, à Olmùtz, à Troppau, 
enfin à Prague. Le 14 août 1780 
il entra chez les prémontrés de Se- 
lau, en qualité de frère convers, et 
prononça les vœux la veille de 
Noël de 1781. 

Après des instances réitérées et 
des supplications ferventes, il fut 
ordonné prêtre en 1807. Devenu le 
pharmacien de l'abbaye, il ne cessa 
de collectionner des plantes et des 
herbes médicinales qu'il trouvait 
dans les environs ; il acquit une 
telle célébrité dans la science de la 
botanique, que le fameux botaniste 
Opiz donna à une herbe le nom 
de « Poa Syruczekia elegans ». Le 
confrère Florien mourut le 2 mars 
18 rg, laissant un MS intitulé : 
Flora Siloëna, i8o5. (BB. de Selau). 

Sources : rensei^n. reçus de la même 
abbaye ; — ms. du chan. Èàk, où il ajoute : 
Cf Programm des Benediktinergymna- 
siums in Braunau (Bôiimen) 1901 ; Bene- 
diktin. Maiwald V., die Opizische Période 
in der floristischen Erforschung Bohmens. 
pp. 17-18. Braunau, 1901. 




TALHAMER (Wolfgang) : 
Vol. II, p. 238. 

Ce savant religieux, docteur en 
théologie, professeur de c^tte science 
en son monastère de Neustift, et 
prieur, fut présenté le 17 novem- 
bre 1627 pour la cure d'Ébersdorf, 
par son prélat Jean-Baptiste. Cette 
paroisse d'Ebersdorf (am Kaum- 



berg) a dépendu de Neustift de 
1143 à 1772, et était située dans 
le diocèse de St. Pôlten. 

Talkamer retourna déjà en Ba- 
vière l'année 1628. De 1634 à 1640 
il fut encore curé à Grosspechlarn, 
dans la Basse-Autriche. 

2. Disputatio philosophica de 
qualitatibus motricibus, gravitate et 



TAY 



— 191 — 



THE 



levitate. Praeside Laur. Forer, S. 
J. Ingolst. 1618, pp. 34 et 3 £f. 
in-40. (Catal. 106 Ludw. Rosen- 
thal, no 5435). 

Source, renseignée par Mr Zàk : Ge« 
schichtlic >e Beiiagen zu den Konsisto- 
rial-KurrenJen aer Dioz. St Pôlten, j888, 
m : geschichte v. Ebersdorf, pp. 540- 
57D. 

TAYSPIL (Daniel) était natif 
de Nieukerke et avait pour frère 
Pierre Tayspil, qui fut successive- 
ment président du Conseil de Flan- 
dre et président du Conseil privé. 
Il fit profession à l'abbaye norbertine 
de St-Augustin de Thérouanne, 
d'où il passa plus tard à la prévôté 
de Voormezeele, lorsque le prévôt 
Jacq. de Uxeem donna sa démis- 
sion (1524). En i53o, il prit comme 
coadjuteur avec droit de succession 
Jean Falluel, doyen de la prévôté 
de Watten. 

Daniel Tayspil fut pourvu, dès 
le 1 septembre i5i6, du siège épis- 
copal de Dschebaïl [Episcopus Ge- 
beldensis et Su£fraganeus Morinen- 
sis]. Il reçut une pension sur l'é- 
vêché de Thérouanne ; il possédait 
de plus une prévôté conventuelle 
et une pension sur un prieuré ré- 
gulier ddns le diocèse. Il paya sa 
provision le 21 septembre i5i6, 
comme il conste par les « Archi- 
ves Vaticanes. Reg, Later. Clem. 
VIL ao 1°, t. 7, p. 242 ; t. 18, p. 
323 ; ao 5°, t. 12, p. 274 ; a» ô^, t. 
3, p. ig8. (Schede de Garampi). » 

Le 22 février i526, l'évêque 
Tayspil fut invité à venir conférer 
les ordres à Ypres. Le 29 avril 
suivant, il donna la confirmation 
et les ordres dans l'église de Ste- 
Aldegonde à St-Omer. Le 10 sep- 
tembre de la même année, il con- 
sacra l'église paroissiale de St-Mi- 
chel dans cette ville. — Dom Urs- 
mer Berhère, en son étude si inté- 
ressante sur « les évêques auxiliai- 
res de Thérouanne » (Revue Béné- 
dictine, 24^ Année, Janvier 1907, 
80 pp. 62 à 85), énumère plusieurs 
fonctions épiscopales exercées par 
Daniel, en s'appuyant sur des sour- 



ces nombreuses, citées dans les 
notes. Le dit évêque auxiliaire 
mourut frappé d'apoplexie le 17 
juin i533. 

J'avais consulté déjà : P. de 
Waohenare, o. c. i65i, pp. i58-9 ; 
— Hugo, Annal. I, in Praefationis 
C. XVI, et col. 228 ; — Georg. 
Lienhardt, Ephemer. hagiol,, 1764, 
p. 173. 

TENIERS (JeanChrysost.) : 
IL p. 2 9. 

4. Philosophia Vniversa quam 
in octava S. P. Avgvstini... Prae- 
side V. D. F. loanne Chrysost. 
Tenïers,... Philosophise Lectore, dé- 
fendent Franc. Hoegaeris, Hrcznata 
de Herde. Milo vanden Eeden. Caro* 
lus Heyns. Antv., Hieron. Verdus- 
sen, 1679, in-4° : Rev. adm. ac 
Ampl. D. D. Hermanno los. van- 
der Porten ad S. Mich. Abbati 
mer. f. i ; pp. 16 non ch. — BB. 
de Tongerloo. 

TERRIER (Paul le) : ibid. 

Le no 4999 du « Catalogue de 
livres... à la librairie Maurice Vau- 
geois » (Octobre- Décembre 1906, 
p. 3o3), rue II autefeuille, Paris, 
est celui-ci : 4999 Prémontrés. 
Explication de l'apocalypse qui con- 
tient les premiers temps de l'Eglise, 
par le F. Paul le Terrier, chanoine 
régulier de la réforme de Prémon- 
tré. 1660, in-8, vél. (Rel. anc). 4 fr. 
IManuscrit du 17^ siècle d'une très 
belle écriture. — Bel exemplaire. 

THEODORICUS, monachus 
BorglumensiSt ordinis Praemonstra- 
tensis. « Liber Theodorici historiae 
de antiquitate regum Norwagien- 
sium in duobus huius codicibus, 
Lubicensi et Hafniensi, additus, 
his perditis, nunc in apographis 
saec. XVII, altère in bibliotheca 
universitatis Hafniensis, Arn. Magn. 
nr. 98. fol., alteio manu Stephanii 
exarato in bibliotheca universitatis 
Upsalensis, De la Gaidie nr. 32, 
servatur (cf. Storm, Monum. Hist. 
Norvegiae p. V). Editionem para- 
runt Kirchmann eu m Theodrico 



THO 



— 192 — 



TIIY 



(Amstelodami 1684) ^^ Suhm, SS. 
R. Dan. V, p. 341. Hanc cum 
cod. Hafniensi contuli. » G(eorgius) 
W(aitz). 

Voilà textuellement ce que nous 
lisons dans les « Monvmenta Ger- 
maniae historica » Sçriptorvm Tom. 
XXIX, 1892, p. 162. Seulement il 
faut confronter ce passage avec la 
p. 247, où l'auteur est nommé 
« Theodricus monachus coenobii 
Nidarholm (!), diosceseos Nidro- 
siensis » et la p. 33 1 où l'on 
ajoute : « scripserat c. a. 1178». 

THIENVILLE (Pierre), Vol. 
II, p. 241. 

On conserve encore de nos jours 
(1897), à ^^ B^' ^u grand Sémi- 
naire de Nancy, un Codex n» 47 
intitulé : Liber compilatus ex variis 
scriptis ordinem Praemonstratensem 
concernentibus et pluribus mani- 
bus conscriptis apud Sanctam Ma- 
riam Majorem Mussiponti, annis 
1646 et 1647, prece, studio et jussu 
Pétri Thienville qui et aliqua com- 
posuit et addidit. In-folio sur pa- 
pier, de 644 pages. 

Ainsi Ml" le professeur Vacant, 
ouvr. souvent cité ici, 1897, p. 5i. 
Il ajoute : Outre des documents 
relatifs à l'ordre entier de Prémon- 
tré, ou à certains monastères par- 
ticuliers, ce volume contient des 
catalogues détaillés des fondateurs 
de couvents et des personnages qui 
ont illustré l'ordre, à divers titres. 

Dom Ursmer Berlière (Notes... 
1898, pp. 14-17), communique quel- 
ques détails de ce Codex no 47 : 
ils ont rapport à nos monastères 
belges, Averbode, Beaurepart, Ton- 
gerloo etc. 

THOMAS : Vol. II, p. 243. 

Dans les Archives Belges » (26 
Juill. 1906), Dom U. Berlière a 
fourni cette note intéressante : A 
propos de Vévèque Thomas de Sarepta, 
je me permettrai de réparer une 
omission du P. Eubel dans sa Hie- 
rarchia cathol. M. A, Ce chanoine 
de Saint- Vincent de Breslau, qui 
s'appelait aussi Pierre de Tilleberi, 



fut nommé au siège de Sarepta le 
14 mai i352 en remplacement de 
Thierry, promu à l'évêché de Schles- 
wig (Archiv. Vatic, Reg. Avin. 
119, f. 121; 120, f. 5oi^, 5|8^; 
cf. Monumenta Vaticana rcs gestas 
Bohemicas illusira?itia, t. I, n^ 1494, 
p. 767). 

THYS (Antoine), né à Haecht 
le i3 août i683. Il entra en qua- 
lité de frère convers à l'abbaye du 
Parc, le 12 octobre 170S, et reçut 
l'habit le i3 novembre suivant. 
Fils d'un menuisier, il exerçait lui- 
même le métier de son père. Il 
prononça les vœux à la fête de la 
Toussaint 17 to. Il mourut au Parc 
le 18 août 1739, et le Nécrologe 
a placé à côté de son nom ces 
mots élogieux : « Antonius was 
een godvruchtig man, een schran- 
der schrijnwerker en bouwkundige, 
zeer handig en getrouw in de zaken, 
die hem werden tosvertrouwd. » 

Dans les archives du Parc se 
trouve un vieux document de la 
main du frère Thys, où il énumère 
ainsi ses principales entreprises : 

« 171 5. — Gemackt de kerck van 
Corebeck over Love met den toe- 
ren, gelyck men can sien. 

17 17. — Gebaudt de kerck van 
Libbeck. 

17 18. — Gemackt het spreckhuys, 
gelyck het nie staedt. 

Hebben oock den toeren (van 
Park) begost te maecken in dit 
jaer 1729 en w^as bynaer instaedt 
om teryghten. 

1730. — Hebben wy den toeren 
gereght en instaedt gesteldt, gelyck 
hy daer staedt, en den prelaedt 
Slootmans heeft de eersten naeghel 
geslaeghen. » 

Sources : Chronicoa contractum ins. 
Eccl. Parchensis, p. 21 ; — F. J. Ray- 
niaikers, Recherches hist. sur l'anc. abb. 
de Parc, p. 74 et p. 75, en note. — Né- 
crol. de l'abb. da Parc, éiité par M. 
Raphaël Van Waefeîghem, 1906, pp. 336-7. 

THYS (Isfroid) : Vol. II, pp. 
244-47. 

17. Commentarius de SS. Rag- 



TIM 



— 10.") 



TIM 



iiulfo et llidulpho. MS. 11 l'avait 
préparé pour être inséré aux « Acta 
Sanctorum Belgii >). A la BB. roy. 
à Bruxelles, BB. autrefois dite de 
Bourgogne, n^' 3996 (?) 

Note. 

Istridi Thysii Can. reg. abbati.r 
Tong. dissertatio historica-politica 
de veteris Belgii statu. Edidit P. 
F. X. De Ram. Biuxellis, M. 
Hayez, 1S44, in-S^\ 

1^' Monitum editoris, pp. 5 : — 
2^ le texte occupe pp. io3 ; — 
3^ mappa gcographica veteris Bel- 
gii. i^Ex MS confr. Stanislai /orts). 

Au ir' 9 (p. 245) une erreur 
s'est glissée : les 3^\ 4^^ et 5^ tomes 
des « Acta Sanctorum Belgii selec- 
ta a ont été composés par Joseph 
Ghesquilte et Corneille Smd. Tout 
le reste est exact. 

TICHAN Jacques) : II, p. 

D'après un catalogue ms. des 
livres de la BB. à ScLut, qui m'a 
été communiqué, quelques opus- 
cules concernant le pèlerinage de 
Kvfitfiu se trouvent là. 

1. En langue morave, imprimé 
à Brimn (Brn^) en 1706, S^\ 

2. Marianisches Gnadenthal... zu 
Kyiitein. Der Hi^.nmelkonigm ge- 
widmet vom Abte und Convente 
zu Obrowitz bei Brùnn, ly^o, in-S^\ 

3. \'ox clamantis in deserto — 
sive pièces religiosae ab uno e can- 
didissimo Ordine ex Mariana valle 
(i. e. Kyiitein in Moravia). Lito- 
myslii 1737, in- 16^. — L'auteur 
est un chan. norb. d'Obrowitz. 

TIMMERMANS iFrançois- 
Servais), ex-chanoine de Grimber- 
gen, bachelier en théologie. Né à 
Galmaarde le 3 juillet 1841, il pro- 
nonça les vœux le 11 juillet i865 
et fut ordonné prêtre le 26 mai 
1866. 11 remplit les fonctions pas- 
torales en France, d'abord à Clery- 
Magny i^iS;;"), ensuite à Issou 
(^1889) diocèse de N'ersailles. 11 
n'appartient plus à l'ordre. 

I. 11 a fourni plusieurs Articles 



à la u Cour d'honneur de Maiie » 
par ex. La vengeance du chrotien, 
ou trait d'histoire d'un médecin 
fiançais. 1872. — L'église du verre 
d'eau. 1872, pp. 1747-32. — Notice 
sur le monast. de Tusschembeke 
de l'ordre de Piémontré. — Con- 
solations d'une àme affligée : 3i 
paragraphes. 1S73, janvier et livrai- 
sons suivantes. 

2. Analccta Ordinis Prannonstra- 
tensis Auctore Francisco Servatio 
Timmermans, Canonico regulari 
Ordinis Pra^monstratensis Abbatia^ 
Grinibergensis, S. Theologi.r Bac- 
calaureo. Bruxellis Kxcudebat M. 
Goemaere 1876. In-i2*\ (^Oans ma 
collection.) Titre, au verso Approb. 
Ordinis. Tongerl. 20 Aug. 1876. 
l'r, Joan.-Chrvsost. abbas Tongerl. 
Préface (P à 111 : — Monituni (V) 
à Vil : — Texte, pp. i — io3 ; — 
Table, pp [lof^) à 107. — Errata, 
1 p. non ch. 

2^^ édit. sous ce titre : Brevis 
dissertatio de fine et instituto Ord. 
PraMu.,... Brugis, Desclée, 1892, 
pp. 3 00, 8^\ 

3. Tractatus de essentialibus re- 
ligionis votis et eximiis bonis. 8^'. 
(anom'me). Avenione 1877. 

4. Compendiosi tractatus ascetici. 
1S70. S^\ 

5. Bethléem sive Cœnobii l>eth- 
leemiiici canonicorum regulariuni 
Ordinis Sancti Augustini, origo et 
progressus. Lovanii, Car. Fonteyn, 
i8o3, pp. II-248, gr. 8'\ (portrait). 

6. Histoire abrégée de la pein- 
ture et des peintres anciens et 
modernes les plus célèbres. 189Ô, 
in-8^\ 

7. Histoire abrégée de la poésie 
et des poètes anciens et m.^dernes 
les plus célèbres, avec un traité 
sommaire sur l'éloquence. 1897, 
in-8^\ 

8. Histoire Romaine. Gand, Sif- 
fer, 1898, in-8'\ 

g. Histoire et description som- 
maires du royaume de France et 
de ses provinces et d'autres pays 
anciens d'Furoj^e et d'Asie. — Lille, 
Desclée et C'^', 1899, in-8'' : pp. 
35o.. 



EcRiv.\ixs, Artistes, et S.wants (t. iir) 



i3 



TOD 



— 194 — 



TUL 



10. Vie du Bienheureux Her- 
man-Joseph, chanoine régulier de 
l'Ordre de Prémontré, suivie de sa 
vie latine par BonovicinusRaso. 1900, 
Lille, Desclée, De Brouwer et Ci^, 
pp. XXIV-368, avec gravures hors 
texte. In-8o. 

Sources : Catalogus RR. DD. Praem. 
Ord. in Circaria Brabant. 1889, 1890, 
1893 ; — Damier, Catal. 1894, pp. 40 et 
i33 ; — renseign. fournis par M. le chan. 
Scheiris, de Grimbergen. 

TODL (Daniel), Bohémien, 64^ 
prévôt de Lelesz et dernier abbé 
de Klosterbruck, naquit à Chlumec 
en 1722. Il se fit religieux à Klos- 
terbruck avant 1753. 

Le chanoine Daniel Todl a dé- 
fendu, au mois de mai 1753, une 
centaine de thèses théologiques, 
sous la présidence de son profes- 
seur et confrère Louis Ehenger. La 
notice de celui-ci se trouve au V 
Vol. de ce Dictionn,, pp. 236-7. 

Etant doyen de S. Nicolas à 
Znaim, Todl fut élu prévôt de 
Lelesz le 8 avril 1779, et pendant 
deux ans il donna tous ses soins 
à son administration. Il se rendit 
au chapitre provincial de Hradisch, 
et fut délégué comme président à 
celui de Jâszô. En 1781, ses con- 
frères de Klosterbruck le mirent à 
leur tête. Cette splendide abbaye 
fut hélas ! supprimée trois ans 
après, et il se retira à Vienne pour 
le reste de sa vie. 

Voici la narration du savant 
chanoine Prôll : Das Stift v^urde 
am 27 Juli 1784 auf Befehl des 
Kaisers Josef II aufgehoben, wo- 
bei das Vermôgen desselben auf 
1,400,065 f. geschatzt wurde. Die 
prâchtige Kirche wurde Pfarrkir- 
che, das mit Recht bewunderte, 
nicht ganz vollendete Stiftsgebaude 
wurde fiir militarische Zwecke ver- 
wendet. Die von dem Mâhrer Jo- 
hann Bachhover verfertigte herr- 
liche Ausstattung der Bibliothek 
fand in der Bibliothek von Stra- 
hov einen wùrdigen Platz, die 
kostbare Bibliothek, in der sich 
auch viele zu Klosterbruck sçlbst 



geschriebene und gedruckte Bûcher 
befanden, wurde, was bei so vielen 
der damais aufgehobenen Kloster 
zu beklagen ist, zum Theil zer- 
streut. (Veuillez lire les détails que 
j'ai donnés plus haut, Vol. III, 
pp. 10 et II, art. Albert, relig. de 
Klosterbruck : d'après Wolny et 
Vrbka). 

Sources : Laur. Proll, ap. Brunner, Ein 
Chorherrenbuch, i883, p. 742; — {Nàta- 
falussy) Schematismus... Jâszô, 1891, p, 58. 

TROST (François), religieux 
de Schlagl, profès de i653 vraisem- 
blablement. Après 1654 il suivit 
les cours à l'université de Salz- 
bourg ; revenu au couvent, il y fut 
sous-prieur (i66i-66). Il remplit les 
fonctions de curé à Kirchschlag de 
1667 à i683, et celles de prieur à 
Schlagl en 1684. La mort l'enleva 
le 9 nov. 1692. 

1. En 1654 il défendit, à l'ab- 
baye, des thèses philosophiques. 

2. A l'université prénommée il 
acquit le grade de docteur en phi- 
losophie, — et 

3. celui de licencié en théologie 
(4 oct. 1657). 

4. Controversiae scholasticae ex 
universa theologia selectae. Impres- 
sae Salisburgi. (Auctoribus Fran- 
cisco Trost et Ignatio Feuerstein). 

Source : Laur. Proll, o. c. 1887, pp. 

12-1-^. 

TULDEL (Thierri de) ; Vol. 
II, pp. 256-7. 

Dans la BB. de la cathédrale de 
Tournai, suivant le témoignage de 
Sanderus, BB. MSS. page 211, était 
conservé un écrit de Thierri : 

Relatio seu propositio coram 
IMaximiliano in primo introitu ter- 
rarum Sponsae suae, Colonise rese- 
rata anno 1477. 

Un exemplaire de ce MS se 
trouve également à la BB. roy. de 
Bruxelles (autref. dite de Bour- 
gogne, no 17322). 

Sources (ajoutées) : de Waghenare, o. c. 
i65i, pp. 355-6; — Hm^<?, Annal. II, col. 
480-82 ; — Heylen, Hist. Verh. o. de 
Kempen, 1837, pp. 194-5; — Dom U. 



ULI 



— ig5 — 



URS 



Berlière, La Commende aux Pays-Bas, | champion de l'immunité des monastères 

IQOS, tiré à part, Liège, 80 pp. 14 et prémcntrés en cette matière ». — R. Van 

suiv., avec les notes. A la p. 11, note 9, Waefelgliem, Nécrologe de l'abb. du Parc, 

il appelle notre abbé de Parc «le grand | pp. 414-15. 



U 



ULIN (Guillaume) : II, pp. 

261-2. 

En i535 il se réfugia à l'abbaye 
de Roggenbourg, avec la plupart 
de ses confrères d'Adelberg. Il en- 
seigna l'hébreu à Ingolstadt en Tan- 
née i538 et jusqu'en mars 1543. 

1. Encomium aquilae.... Autore 
GiUlielmo Vlino Praemonstratense. 
(4 Bogen und 2 Bl. in Octav.) 

« Das Thema der Schrift ist der 
eigentliche Adler, der Kônig unter 
den Vôgeln. Erst gegen das Ende 
geht sie auf denjenigen liber, der 
den Adler zum Sinnbild hat, den 
Apostel und Evangelisten Johan- 
nés. In dem Eingang sagt der Ver- 
fasser, um seine Schriftstellerey zu 
rechtfertigCxi : Pro omnibus hoc 
unum sufficiat, quod ab unoquoque 
judicari débet aequissimum & con- 
venientissimum, nempe, Ut aqui- 
lam laudibus celebret aquilae mon- 
tis incola — mit Anspielung auf 
den Nahmen Adelberg. Er zeigt 
eine ganz artige Belesenheit ». 

Ainsi s'exprime Chr. Fréd. Schnur- 
rer, profess. à Tûbingen, dans son 
ouvr. « Biograph. u. litterar. Nach- 
richten von ehmaligen Lehrern der 
hebraischen Litt. in Tûbingen » . 
Ulm. 1792, 8». page 90 ; l'article 
Uelin (sic) occupe pp. 89-91. 

2. Oratio ad linguae sanctae stu- 
diosos in celeberrima Ingolstadien- 
si Vniversitate, per Guilielmiim VU- 
num Adelbergensem, ejusdem lin- 
guae professorem habita. Anno 
Christi M. D. XL. (2 Bogen 1 S. 
in-8). 

Der Verf(asser) — ajoute le même 
Schmirnr — beruft sich (S. A 5 b) 
auf eine frùhere... gehaltene Rede. 
Die Dedication der gegenwiirtigen 



an den Bischof von Augspurg, 
Christ, von Stadion.... 

ULRICH (Dominique) : II 
Vol. pp. 264-5. 

I. Passus aristotelici in pedibus 
poëticis sive metra thesiu mdeduc- 
tio in univèrsam Aristotelis philo- 
sophiam. Praeside P. Dominico 
Ulrich j Siloae professo. Kuttenber- 
gae 1744, in-40. — BB. de Selau, 
suivant renseign. reçu. 

URSINO (Albert), 44e abbé 
de Tongerloo, naquit le 21 octobre 
1617 à Oldenzaal, province d'O- 
verijssel en Hollande. Son père, 
capitaine dans l'armée espagnole, 
y avait son domicile temporaire : 
il appartenait à la race des Ursino 
ou de Ursis de Pescia, tandis que 
son épouse descendait de la famille 
d'Egmont. 

Albert reçut l'habit blanc le 3 
avril i638, dans la chapelle du 
refuge à Malines, à cause des trou- 
bles de la rétorsion. Il prononça 
les vœux le 14 décembre 1639, fut 
vicaire à Rozendaal pendant 7 ans, 
curé de la même paroisse depuis 
le 19 décembre i652, et plus tard 
doyen du district. 

Philippe, roi d'Espagne, par des 
lettres signées à Madrid et datées 
du 7 mars i663, éleva Ursino à 
la dignité abbatiale .: Wichmans 
était décédé le 11 février 1661. 

Le nouveau prélat fut délégué 
aux Etats de Hollande, pour y 
traiter des affaires concernant la 
religion et la patrie : par son in- 
signe talent d'orateur et la consi- 
dération dont il jouissait auprès 
des grands, il était l'homme qu'il 



VAC 



— 196 



VAN 



fallait pour réussir. A son retour I 
il fut atteint de la maladie grave, | 
à laquelle il succomba le 23 jan- 
vier 1664, au presbytère de Rozen- 
daal. Un écrivain contemporain, 
Ludolphe van Cvaywinckel (Légende, 
II, p. 499) l'appelle « een seer ver- 
maerden predicant van Godts 
woordt, wonderbaer in welsprekent- 
heydt ». Et le Nécrologe de sa 
maison : « concionator facundissi- 
mus». (1902, pp. i5-t6). 

Sources : outre les deiLx indiquées ici, 
Hugo, Annal. II, col. 978-79; — Waltm. 
Van Spilbeeck, De Abdij van Tongerloo, 
1888, pp. 497 à 5oo, où il y a des détails 
intéressants, tirés des « Acta SS. T. I Ju- 



nii )) Coroll. III Norb., no 34. Voici la 
note 2 de la même p. 5oo : 

Bij een lofdicht, door de studen- 
ten van het Norbertijnsch collège, 
te Rome, aan Ursino, ter gelegen- 
heid zijner prelaatwording, opge- 
dragen, trefïen we een staal aan 
van de vruchtbaarheid des tijds, in 
zake van anagrammata. Daar leest 
men er i5, op den naam Albertus 
Ursino. Eene prachtige omlijsting 
van cartels met zinnebeelden, ge- 
teekend door Abraham van Diepen- 
beeck, in koper gesneden door 
Koenraad Lauwers, omringt het 
gedicht. 



V 



VACEK (Wenceslas-Jaroslas), I 

né à Neuhaus, en Bohême, le 27 
mars i865. Il reçut l'habit de S. 
Norbert à Tepl, le 23 sept. i883, 
y prononça les vœux le 28 sept, 
1887, et fut ordonné prêtre le 29 
juill. de l'année suivante. En 1894 
il était chapelain à Pistau ; il fut 
dans la suite professeur au collège 
de Duppau ; et de nos jours, revenu 
à Tepl (1908), il dirige le chœur 
et s'adonne avec succès aux com- 
positions poétiques et musicales. 
Vacek, ayant dédié des œuvres mu- 
sicales au prince de Bulgarie, fut 
décoré par lui de l'ordre civil 
« pro meriiis ». On a de lui : 

1. Plusieurs pièces de beaux 
vers, en bohémien, qui ont été 
livrées à l'impression. 

2. Missa in honorem Beati Hroz- 
natae Martyris et fundatoris cano- 
niae Teplenae in Bohemia ad qua- 
tuor voces inaequales sine organo, 
auctore larosl. Vâcl. Vacek. Opus 
12. Typis et sumptibus pontificiae 
typographiae monasterii Rajhraden- 
sis O. S. B(enedicti). 1904, Bru- 
nae. pp. 16 in-folio. 

3. Musiques religieuses. 

4. Lesni pohadky. Praze, V. 



Kotrba, 1906 : composition musi- 
cale. 

Sources : Catal. gêner. 1900, p. 79 1 — 
MS Zàk. 

VAJO (André-Jos.) : II, p. 272. 

Il enseigne actuellement la théo- 
logie au collège norbertin de Bu- 
dapest. 

6. A hit (i. e. Per fidem). Bu- 
dap. 1904, pp. 244, in-80. 

7. A Vallâs es kinyilatkoztatâs. 
Budap. (Societas S. Stephani) 1906, 
pp. 238, in-8". 

VALLEZ (Daniel) : II. p. 273. 

Cinq fois, pour le moins, il dé- 
fendit des thèses théologiques, sous 
la présidence de ses professeurs et 
confrères Alb. de Chéquier et Lamb. 
de Fromafîiau, Elles furent impri- 
mées de 1749 à 1754. Voir les 
notices sur ces professeurs. 

VAN BEURDEN (Jules), 
chanoine de Berne, docteur en phi- 
losophie. Né à Kaatsheuvel le 26 
déc. 1879, il reçut l'habit le 9 oct. 
1898, fit sa profession le 8 oct. 
1900, et fut ordonné prêtre le 24 
juill. 1904. Son prélat le nomma 



VAN 



197 — 



VAN 



professeur de philosophie. (Catal. 
Praem. O. in circaria Brabant. 1906, 
p. 16). 

VAN CRIEKINGE (Pierre- 
Franc. -Benoit), né à Wezemaal 
lez Louvain le 28 janvier 1828, 
fit sa profession religieuse à Ton- 
gerloo le i3 novembre 1848. Or- 
donné prêtre, il enseigna la philo- 
sophie à ses jeunes confrères (i85i). 
Il fut dans la suite (i856) envoyé 
en France, avec quelques chanoines 
de Tongerloo et d'Averbode, à la 
prière de Mgr l'évêque de Soissons. 
Celui-ci désirait vivement rétablir 
l'antique abbaye de Prémontré. Mais 
le beau projet dût être abandonné 
hélas ! et déjà en 1867 la commu- 
nauté fut dissoute. Alors le même 
prélat confia à M. Van Criekinge 
la paroisse de Lizy (février 1857), 
qu'il administra comme curé jus- 
qu'en 1869, lorsqu'il fut transféré 
à Saint-Aubin. C'est ici qu'il mou- 
rut le 3o juin 1886. 

J'ai devant moi une brochure in- 
titulée ; Régénération de la pomme 
de terre En Europe, par l'introduc- 
tion, la culture et la propagation 
des nouvelles variétés de choix, ré- 
cemment obtenues de semis, aux 
Etats-Unis d'Amérique, choisies 
sur place, chaque année, par M. 
Paul Marchand, né à Lizy (Aisne), 
chef de culture à Saugatuck (Con- 
necticut, Etats-Unis), importées en 
Angleterre, Hollande, Belgique et 
France par le Fr. Benoit Van Crie- 
kinge^ curé de Saint- Aubin ;... pp. 
(3)-i6 in-8", avec i fig. i883, Chau- 
ny, Imp(rimerie) G. Nougarède. 11 
y a ici un supplément de 4 pp. 
i885, signé a Fr. B. Van Criekinge, 
Chanoine Prémontré » et imprimé 
à Brignoles, chez Brunet-Chabert. 
— BB. de Tongerloo. 

Source : Necrolog. Eccl. B. M. V. de 
Tongerloo, edidit Fr. \V. Van Spilheeck, 
1902, pp. 59 note 2, et 127. 

VAN DEN ELSEN (Gerlac) : 
II, pp. 279-280; — HOEVE- 
NAARS (Willibrord) : III, pp. 
102-104. 



Ces deux laborieux confrères de 
Berne (Heeswijk) ont publié con- 
jointement l'ouvrage, intitulé « Ana- 
lecta Gijsberti Coeverincx ». Pars 
II vit le jour en 1905, (non pas 
en 1902, comme j'ai écrit p. io3 
plus haut), et Pars I en 1907, pour 
les motifs déjà indiqués dans l'ar- 
ticle « Hoevenaars ». 

24. Analecta Gijsberti Coeverinx. 
Pars I bewerkt door fr. G. van den 
Eîsen, Ord. Praem en fr. W. Hoe- 
venaars, Ord. Praem. — Uitgave 
van het Provinciaal Genootschap 
van Kunsten en Wetenschappen 
in Noord-Brabant, 1907 : bladz. 
373, gr. 8'^. Typ. Lud<ie & Cra- 
nenburg, 's Hertogenbosch. — Pars 
II : s. a, pp. VIII et 9-451. 

Je donne maintenant quelques 
additions pour M^' van den Elsen, 

I. Epitome... i^^ druk 1889, kl. 
8". Leiden, J. W. Van Leeuwen ; 

— 2^^ druk (met naam voluit), ibid. 
1898, kl. 8« bladz. 228. 

19. De Boerenleenbank verklaard 
door Georgius. Snelpersdrukk. J. 
H. Poell-De Rooij, 's Hertogen- 
bosch, (s. ao sed 1897), 8" : blz. 
69. en I f. — 2de veel verbeterde 
druk : met de officieele uitgave 
van de Statuten.... Weert, Emm. 
Smeets. 1900, 8*^ : bladz, iio, en 
I f. (anonyme). 

VAN DEN ELSEN (Mathias- 
Jean), chanoine de l'abbaye de 
Berne, dont j'ai fait m.ention dans 
le Vol. II de ce Dictionnaire, p. 
281, a composé : 

i« Mass in honor of St. Joseph, 
ad 2 voces aequales. — Milwaukee 
(America), prostat apud M. L. 
Nemmers. 

2° Mass in honor of the Blessed 
Virgin Mary, ad 2 voces aequales. 

— Ibidem. 

30 Missa in honorem S. Norber- 
ti ad 4 voces inaequales composita 
I a M. J. Van den Hlsen in Collegio 
S. Norberti (West De Père Wis. 
U. S.) Professore. Opus 3. — Diis- 
seldorf Verlag von L. Schv^^ann. 
1905. pp. 18 in gr. 8". — BB. 
d'Averbode. — C'est en face de ce 



VAN 



— 198 — 



VAN 



titre, sur la couverture, que sont 
signalées les 2 Messes précédentes. 

VANDEN ROY (Antoine), reli- 
gieux de l'abbaye du Parc, en i58i . 
Il n'est point mentionné dans le 
Nécrologe, que vient d'éditer le 
rév. Mr Raphaël Van Waefelghem. 
Anno i58i. Die louis [Jovis], 6. 
lulij. (au milieu) De Praedestina- 
tione. Qvaestio theologica. Compe- 
tâtne Deo homines aliquos prsedes- 
tinare caeteris reprobatis ? Proposi- 
tiones (5). Conclvsio i^ 5*. F. An- 
tonius vajtden Roy Religiosus Mona- 
sterij Parcensis. Sine loco sed Lo- 
vanii, sine nomine typographi. i 
f. in-folio, que j'ai vu aux archives 
du Parc, en 1904. 

VAN DER LINDEN (Char- 
les), prélat de Parc, 1 558- 1576. 
11 naquit à Louvain en i523 ; 
comme son prédécesseur Van den 
Berghe, il était issu d'une famille 
noble. Admis à l'abbaye de Parc, 
où il prononça les vœux en 1644, 
il fut ordonné prêtre en 1549 ; ba- 
chelier en théologie, il y avait 
rempli pendant quelque temps les 
fonctions de prieur (i 556-58), lors- 
que le vote des religieux l'appela 
à la dignité d'abbé. Sa lettre de 
nomination du roi Philippe II est 
datée du 21 novembre i558. 

Sévère pour tout ce qui touchait 
la règle, il se montrait un stricte 
observateur des réformes introduites 
par son prédécesseur. Il fut nom- 
mé aux fonctions de receveur gé- 
néral des contributions ecclésias- 
tiques pour l'entretien des théolo- 
giens des Pays par deçà au concile 
de Trente ; mais comme il se sen- 
tait surchargé de besogne, il de- 
manda comme coadjuteurs le doyen 
de St Pierre à Louvain, David 
T'Sestich, et le prieur de St Martin 
dans la même ville. 

Homme sage et prudent, il faci- 
lita beaucoup par ses conseils les 
arrangements nécessaires à la dota- 
tion des nouveaux évêchés, et ce 
fut principalement à ses instances 
qu'on dut l'acte de concordat éma- 



né de Philippe II en 1564, ten- 
dant à empêcher le retour des 
commendes. 

Habile diplomate, il montra beau- 
coup de caractère dans l'assemblée 
des députés du Brabant, en com- 
battant les membres du parti avancé 
dont le prince d'Orange était le 
chef principal : il n'hésita pas à 
répondre courageusement à celui-ci, 
qui se plaignait en pleine séance 
de la prodigalité espagnole, que 
cette prétendue prodigalité,. qui ten- 
dait au rétablissement de l'ordre, 
était encore mille fois préférable 
aux moyens qu'il proposait, et qui 
mèneraient à l'anarchie. 

Ami sincère de la patrie, l'abbé 
de Parc était profondément attaché 
à ses institutions, à ses chartes et 
à ses coutumes ; aussi fut-il haute- 
ment d'avis que l'unique moyen de 
réussir à réprimer les troubles, était 
de convoquer les Etats-Généraux, 
dont les membres pouvaient seuls 
aviser efficacement ensemble aux 
mesures à prendre pour rétablir 
l'ordre et la tranquillité. 

On connaît le mécontentement 
général qu'excita dans le pays la 
levée de l'impôt du vingtième de- 
nier sur les ventes d'immeubles, et 
du dixième sur celles des marchan- 
dises et denrées, impôt qui fut exi- 
gé avec rigueur par le duc d'Albe, 
arrivé à Bruxelles le 22 août 1567. 
Le 8 mai de l'année 1571, les dé- 
putés du Brabant prirent la réso- 
lution d'envoyer une députation à 
Philippe II, pour l'engager à révo- 
quer l'ordre exigeant cet impôt. 
L'abbé Van der Linden fit partie 
de cette légation, qui arriva à Ma- 
drid le 14 mai 1572. Mieux instruit 
par nos députés sur le véritable 
état des choses, le roi suspendit la 
levée de cet impôt impopulaire, par 
un acte daté du 26 juin de la même 
année. La légation ne prit congé 
du roi que le 7 juillet suivant. 

Notre abbé n'était pas encore de 
retour de son voyage en Espagne, 
lorsque le prince d'Orange vint as- 
siéger la ville de Louvain avec une 
armée composée en grande partie 



VAN 



— 199 — 



VAN 



de calvinistes et d'iconoclastes. Le 
prince lui-même avait établi son 
quartier général à l'abbaye de Parc. 
Par respect pour le vénérable abbé, 
il empêcha les hordes indisciplinées 
qu'il commandait, de piller et de 
ravager l'église du monastère, dont 
elles venaient d'enfoncer la porte. 
Ce fut à Parc que les députés de 
la ville de Louvain vinrent trouver 
le prince d'Orange, qui consentit à 
épargner la ville pour 16,000 florins. 

Le collège des Prémontrés à Lou- 
vain, dont la fondation avait été 
projetée dès l'année i5yi par les 
abbés de Parc, de Grimbergen, 
d'Averbode et de Ninove, auxquels 
se joignirent l'année suivante ceux 
de St- Michel d'Anvers et de Ton- 
gerloo, fut érigé par l'abbé Van 
der Linden. Les fondateurs pla- 
cèrent à la tête du nouvel établis- 
sement Gossuin Rivius, licencié en 
théologie, religieux de l'abbaye de 
Parc. 

Dès le début de son administra- 
tion, l'abbé avait songé à la re- 
construction d'une partie de son 
monastère. Il commença par rebâtir 
l'aile orientale du cloître avec les 
constructions qui y étaient conti- 
gues et qui comprenaient la sacris- 
tie, la salle capitulaire, le réfectoire 
d'hiver, le dortoir, etc. L'architecte 
qui dressa le plan de ces travaux 
était un Louvaniste du nom d'A- 
mand Van BuUenstraten, qui fit 
plus tard également le plan de sa 
ville natale. Les pierres blanches 
qu'on y employa furent tirées d'une 
carrière située à Berthem, qui était 
la propriété de l'abbaye. 

Le prélat fut le protecteur assidu 
des artistes ; il ht exécuter plusieurs 
verrières pour diverses églises, claus- 
trales ou paroissiales, pour des 
chapelles et des collèges. 

Accablé de chagrin en voyant 
livrée à la fureur des hérétiques sa 
chère patrie, il fut saisi d'une ma- 
ladie de langueur qui le condui- 
sit au tombeau : il y succomba à 
Louvain le 22 décembre iSyô. 

Sources : Raymaekers, Recherches his- 



tor. sur l'anc. abb. de Parc, i858, pp. 55 
à 58, où il fait l'énumérat. détaillée des 
travaux commandés par Ch. Van der Lin- 
den. — Raph. Van Waefelghem, Nécrol. de 
l'abb. du Parc, Mars 1908, ppt 498-99. 

VANDER MAELEN (Jos.) : 
Vol. II, p. 283. 

4. Le Catalogue des Manuscrits 
de la BB. roy. de Belgique par 
J. van den Gheyn, S. J. (t. III, 
Brux. 1903, pp. 258-6o, au n^ 2o32, 
cote de l'inventaire 4208,) nous fait 
connaître : Sermoonen van verschey- 
de heylighe gepreckt door den seer 
eerweerden Heer losephus Van der 
Maelen, Proost van het clooster der 
canonikersse van sincte Catharinen 
Dael der order van Premonstreyt 
tôt Oosterhout anno 1688. 

Papier ; 365 feuillets; 0"^, 20X0*^, 
i52 ; XVIIe siècle (1688), car cette 
date se trouve f. i et f. 358^ Plu- 
sieurs feuillets sont enluminés, mais 
assez grossièrement, ainsi que les 
initiales. Il y a dans le volume 
un grand nombre de gravures, e. 
a. f. 140^, S. Quirin et 5*^ Bal- 
bine, avec les armoiries de l'ab- 
baye de Parc et l'inscription : Den 
3o april int cloester van heeren 
Parck by Loven.... Reliure du 
XVI le siècle, veau racine; tranche 
rouge. 

VAN DER MEULEN (Nice- 
las), né à 's Hertogenbosch le 3o 
juillet 1659, se consacra à Dieu 
par la profession religieuse à Ton- 
gerloo, le 28 février i683. Devenu 
prêtre, il enseigna la théologie au 
collège Norbertin à Rome, en 1687. 
Vicaire à Rethy (1692), prieur à 
l'abbaye (18 nov. 1694) ^^ proviseur 
(1695), secrétaire de son prélat 
(1707) et camérier (1708). — Il 
décéda le 3 janvier 1723, ayant 
mérité cet éloge : « Ejus industria 
et opéra de licentia abbatis sui 
jGregorii Piëra| varia aedificia con- 
structi, sacristia renovata, ecclesia 
pichiris ac novis altaribus mirifice 
exornata sunt. » Necrolog. Tongerl. 
1902, p. 2. 

Voyez le bel ouvrage du rév. 
M' Waltm. Van Spilbeech, De Abdij 



VAN 



— 200 — 



VAN 



van Tongerloo, 1888, pp. 5ig-22. 

VANDERSCAEFT : Vol. II, 
pp. 285-6. 

Denis, le premier que j'ai men- 
tionné là, fut créé docteur à Louvain. 

Gérard^ qui vient en deuxième 
lieu, fut proclamé, en i5i5 et éga- 
lement à Louvain, docteur en l'un 
et l'autre droit. 

(Extrait des archives d'Averbode). 

VANDER SCHILPEROERT 

(Jean), chanoine de l'abbaye de 
Middelbourg en i583, qui était ori- 
ginaire de la ville du même nom. 
Il mourut curé à Neerockerzeel, en 
Belgique, vers 1600. (VV. Hoevenaars, 
Bijdrage tôt de geschied. van de 
Abdij Mariënweerd, p. 266J. 

J'ai sous les yeux i feuillet in- 
fol. sans nom d'imprimeur, avec 
les données suivantes : 

Die louis (i. e. Jovis), i5. Sep- 
temb. Anno i583. (au milieu) 
De baptismo. Qvaestio theologica. 
Vtrum baptismus sit nouae legis Sa- 
cramentum, omnibus ad salutem 
necessarium ? — Propositiones (2). 
— Conclvsio 1^-5^. F. loannes van- 
der Schilperoert ex Abbatia Middelb. 
Ord. Prsemonst. — Aux archives 
de l'abbaye du Parc, en 1904. 

VAN HAECHT (Christophe), 
né à Malines en 1672, fut admis 
à l'abbaye de Grimbergen en 1693. 
Inconstant et faible dans la foi, il 
quitta cette communauté modèle, 
pour aller s'unir aux Jansénistes 
en Hollande. On a de lui : Homo 
interior sive cognitio sui. Leodii, 
1708. Non cité par M»" X. de Theux 
mais découvert par notre confr 
joris sur le catalogue de la BB 
Jérôme Stevart, 1751, p. 258, n^ 83 

Sources : StaiiisL Joris, MS. in-40 à 
Averbode. — W. Hoevenaars, De abdij 
van Or val, p. 22. 

VAN HAM ME (Jean-Baptiste), 

né à Bruxelles, le 23 février 1741. 
Profès du 24 déc. 1762 à l'abbaye 
du Parc, prêtre de 1765, licencié 
en théologie (1773); vicaire à Lub- 
beek depuis 1779, à Corbeek-Loo 



depuis 1791, curé à Nieuwrode en 
1795. Le 26 oct. 1798, il mourut 
chez son frère à Bruxelles. (Nécrol. 
de l'abb. du Parc, 1907, p. 436). 

J'ai découvert à la BB. d'Aver- 
bode les thèses suivantes : Lovanii, 
Typis Martini van Overbeke (i 
feuillet in-fol.). 

17 Julii 1772. Thèses sacrae (très) 
Ex Posterioribus Capitibus Evang. 
sec. Matthseum. Praeside ]\îag. Jo. 
Jos. Guyaux, defendet Jo. Bapt. 
Van Hammé (sic) Bruxellensis, Ord. 
Prsem., Eccl. de Parcho Canoni- 
cus. 

VAN HEESCH (Hroznata), 
chanoine de Grimbergen, qui vit 
le jour à Heeswijk (Hollande) le 
II sept. 1881. Il fut admis à la 
vêture le 9 oct. 1899, à la profes- 
sion 2 ans plus tard à pareil jour, 
et ordonné prêtre le 9 déc. 1904. 
En 1908, il fut proclamé à Rome 
doctiur en théologie, 

VAN ROYE (Gérard) : Vol. 
II, p. 3i3. 

Le Nécrologe de l'abbaye du 
Parc, édité en 1906 par M. Raph. 
Van Waefelghem (p. 256), fournit 
l'article biographique suivant : Gé- 
rard van Roye, né à Wommersom 
le 26 août 1709 ; profès de 1731 et 
prêtre de 1733 ; bachelier en théo- 
logie (1738), « prior vacantiarum )) 
au collège des Prémontrés, à Lou- 
vain (1739), professeur de théolo- 
gie au couvent depuis 1740 ; prieur 
depuis 1752 ; nommé en 1756 curé 
de Corbeek-Loo, il y mourut le 
20 juin 1773. 

VAN SCHORE (Jean) : Vol. 
II, pp. 314-5. 

Dans le courant de l'année 1908, 
Ml" le chanoine Jules Evers, archi- 
viste d'Averbode, eut l'occasion de 
visiter la ville de Valenciennes et 
les environs. Voici quelques notes 
qu'il en rapporta : 

lo (Catal. de la BB. municip. de 
Valenciennes, n^ 611 — Molinier : 
53o) 

« Historia Monasterii Viconien- 



VAN 



— 201 — 



VAN 



sis ». Ecrite par un certain Jean Van 
Schore (sic), moine de Vicoigne, 
et datée à la fin du 28 janvier 
i540*i54i. 

Début de préface manque. 

Page 239. Extraits de divers ou- 
vrages historiques sur l'abbaj'e de 
Vicoigne. « Exemplar de principio 
institutionis huius ecclesie Vico- 
niensis » etc. Pièces éditées MGH 
SS. 24. 

2° (même Catal. à Valenciennes, 
no 645 — Molinier : 53 1). Catalo- 
gus omnium abbatum ecclesie B. 
Marie Viconiensis, eorum pariter 
opéra que non mediocri cum laude 
perfecerunt, quorum gloriam nulla 
obliterabit oblivio. 1604. 25 apri- 
lis. 

f. i3. Privilégia ordinis Praemon- 
stratensis. (Une bulle pontificale). 

f. 14. Canonisatio S. P. nostri 
Norberti. 

f. 17. Annales rerum Viconien- 
sium. (Copie partielle — dit le Ca- 
talogue — du -manuscrit de Van 
Schore.) 

f. 39. (( Catalogus librorum Bi- 
bliotheca: ». (Copié par M. Gene- 
vois). 

f. 59. « Sententiae ex Scriptura 
Sacra depromptae, quce reperiuntur 
in fenestris bibliothecae ». (Id.) 

XVII^ Siècle, papier. 

VAN SPILBEECK (Ign.- 
Mich.) : II, pp. 3i5-2i. 

49. Neuvaine... pp. 5o. 

Plusieurs ouvrages de ce labo» 
rieux confrère ont eu un compte- 
rendu dans la « Revue Bénédic- 
tine )) par ex. 

45 : année 1893, Juillet, p. (337). 

54 : année 1894, J^i^^j P« 286. 
— Cette Vie de S. Gerlac compte 
pp. 96. 

60 : année 1894, Juillet, p. 336. 

L'Obituaire de Soleilmont occupe 
pp. 96. 

62 : année 1894, Décembre, pp. 
573-4. Les Exhortations comptent 
pp. VIII-3I2. 

63 : année 1895, Juillet, p. 336. 
67 : année 1899, Mai, p. (241). 
71 : année 1894, ^lars, pp. 143-4. 



72 : année 1897, Août, p. 384. 
75 : année 1895, Mai, p. 240. 

— Cet opuscule a pp. 60 in-80. 
79 : Vie de Sainte Barbe, pp. 80. 

VAN TONGELEN (Hubert- 
Guill.) naquit à Werchter, le 29 
avril i658. Il fit les vœux de reli- 
gion à rabba3^e du Parc en 1681, 
et fut promu au sacerdoce en i683. 
Circateur de 1690 à 92, vicaire à 
Werchter (1697), curé à Winghe- 
St Georges depuis 1701. Il mourut 
à Parc le 22 septerribre 1707, loué 
dans le nécrologe comme « insigvis 
organista)). (Nécrol. du Parc, 1907, 
pp. 390-91). 

VAN VARICK (Isfroid - Ar- 
nold). Né à Anvers le 9 juillet 
1608, il y fit sa profession reli- 
gieuse chez les prémontrés de St- 
Michel, le dernier jour de février 
i632. Ordonné prêtre le 21 mai 
i633, il remplit les charges de cel- 
lérier, de proviseur, ensuite les 
fonctions de curé à Minderhout en- 
viron 17 ans. Il mourut jubilaire 
le 3o juin i683. 

Aux archives de l'abbaye du 
Parc, j'ai vu en 1908 : 

Statvta et Ordinationes Capituli 
Prouincialis celebrati in Ecclesia 
S's Dei Genetricis Marie (sic) S^'^i 
Michaelis Antuerpie... A^ Dni 1643 
II Julij... ad 21 (Presid. Dîïo Jo. 
Chrijsost.) MS petit in-4'J pp. 118. 

— Isfridus van Varick Secret. 

Source : Obituarium S. Mich. Antv., 
imprimé en :859, p. :47, col. 2. 

VAN VEEN (Adrien), prélat 
de l'abbaye de Berne, de 1584 à 
1606. Il était venu au monde à 
Vlijmen, et pour ce motif on l'ap- 
pelait Vlijmiits. Il mourut à Bois- 
le-Duc le 18 décembre 1606. On a 
de lui : 

Lijst van de voornaamste abdijen der 
orde van Premonstreit. Gedrukt ; 
een exemplaar berust (1907) in het 
archief der abdij. Cfr. Ànalecta 
Gijsberti Coeverincx. Pars II be- 
werkt door fr. G. van den Elsen en 
fr. W. Floevcnaars, p. 427. — Schut- 



VET 



— 202 



VIE 



jes, o. c. 1870, ic Deel, pp. 292-3 : 
il écrit « van de Veen ». 

VERHAEGEN (Adrienjos.) : 
II, pp. 335-6. 

4. Het apostelschap der ieveraars 
en ieveraarsters van Averbode's aarts- 
broederschap. — Sermoon gepre- 
dikt op de Mei-vergadering van 
1907 door den E. H. Kanunnik 
Adr, Verhaegen der Abdij Averbo- 
de. Afgedrukt uit den « Bode van 
O. L. V. van het H. Hart. » 20 
blz. in-8". 

VERTOT (René-A. de) : II, 

338-40. 

Selon Morén, Dict. hist., de Ver- 
tot fit profession à Valsery le 7 
juin 1677. Dès le 25 janvier 1678, 
Colbert l'incorpora à Tabbaye de 
Prémontré. 

7-8. Origine de la grandeur de 
la cour de Rome et de la nomina- 
tion aux évêchés et aux abbayes de 
France. Lausanne, i753, in- 12. 
(Ainsi le Catalogue de livres... à 
la librairie Maurice Vaugeois (Pa- 
ris), Juin-Août 1907, n" 593i). 

Sur René de Vertot, on peut en- 
core voir : Diclionn. Manuel illus- 
tré des Ecriv. et des Littérat. par 
Fréd. Loliée et Charl. Gidel, Paris, 
1906, p. 873. — G. Longhaye, S. J., 
Hist. de la Littér. franc, au dix- 
septième siècle, t. 4, p. 317. 

VETTER (Ignace) : sa notice 
se trouve plus haut, II, pp. 340- 
41. Il défendit en 1720 : 

De Judiciis causarum civilium 
sive Tractatus Canonico-Legalis ad 
Judicem caeterasque personas ad 
Judicium concurrentes, et univer- 
sim ad Judicium Civile rite incho- 
andum, prosequendum, ac finien- 
dum pertinentia Jura una cum usi- 
tatioribus actionibus explicans atque 
idoneis ad praxim fori tam sacri, 
quàm profani qusestionibus illus- 
trans. Propugnatus in Aima Catho- 
lica et Episcopali Universitate Di- 
lingana Prseside Antonio Soll Soc. 
Jesu, SS. Can. Professore Ordina- 
rio a D. Ignatio Vôlier (sic) Cano- 



nico Regulari Prsemonstratensi in 
Imperiali et Exempta Ecclesia Ro- 
thensi Professo, SS. Theol. Candi- 
dato ac J. U. Studioso. Mense 
Julio Anno MDCCXX. Dilinga, 
typis Joan. Casp. Bencard, in-4", 
pp. 449, sans l'Epît. dédie, et les 
tables. 

Ainsi les PP. De Backer, 1861, 
6^ Série, pp. 660-61. 

3. Der Hùlff suchende sùnder, 
das ist Andacht zu heilige Magda- 
lena fur aile Tag-Stund und Tage 
der Woche. Von einem Pràmonstra- 
tenser, Mûnchen, 1741. C'est le 
no 3483 du Catal. 5o de Hans von 
Matt u. Co., à Stans en Suisse. 
Donc cet opusc. de Vetter existe 
en latïn et en allemand, 

VEZNIK von Vëznik : Vol. 
II, p. 341. Il faut ajouter : 

3. Funiculus triplex seu triplex 
viduatis ecclesiis Ord. Praem. pro- 
videndi methodus. Auctore Mariano 
e comitibus de Veznîk, canonico 
et SS. canonum professore Siloënsi. 
Vetero Pragae 1750, in-40. — BB, 
de Selau, comme le n" suivant. 

4. Diurnale scholasticum. MS a. 
1756-59, 2 t. in-80. 

(Renseign. reçus de Selau, 1906). 
L'on y conserve aussi un MS de 
1765, in-8o. rédigé par un confrère 
anonyme de Selau, et intitulé : 
Norma vitae et mortis. 

VICHET (Renier) : II, pp. 

341-3. 

8. Descriptio Monasteriorum Or- 
dinis Praemonstr. MS. 

9. Observationes in notas P. Dan. 
Papebrochii, S. J., in vitam S. P. 
Norberti. MS. 

Sic D. Stanisl. J^oris in M S. 

VIELHABER (Godefroid) : 
Vol. II, p. 343. 

5. De codice hagiographie© C. 
R. Bibliothecae Palatinae Vindo- 
boîiensis lat. 420 (olim Salisburg. 
39/.... Uita (sic) sancti Symeonis 
qui stetit in columpna et ceterorum 
ac ceterarum uita uel passic... — 
Cette étude est insérée dans les 



VIT 



— 203 — 



VIT 



« Analecta Bollandiana » t. 26 — 
fasc. I. Brux. 1907, pp. (33) — 65, 
où se trouve la signature : Godefri- 
dus Vielhaher, O. Praem., Bibliothe- 
carius canoniae Plagensis (Schlâgl). 

VITELIO ou WITELO (?). 

Dans la « Revue des Bibliothèques 
et Archives de Belgique » Publiée 
par L. Siainiery O. Grojean, J. Cu- 
velier etc. (Tome IV. No 2 Mars- 
Avril 1906), je lis à la p. 96, n^ 
116 : 

Opticœ thésaurus Alhaseni ara- 
bis cum libris 7 ; ejusdem liber de 
crepusculis et nubium ascensioni- 
bus. Item Vitellionis Turingopolo- 
ni, a Federico (sic) Risnero. Ba- 
silcce, per Episcopios, 1572, in 
folio. 

[Plus loin parmi les notes :] Wi- 
ielo ou Viielio, moine polonais du 
XI 11^ siècle, qui fut un mathéma- 
ticien célèbre, et dont la vie est 
fort peu connue. Selon Cantor, Vor- 
lesungea liber Geschichte der Ma- 
thematik, 2^ édition, t. II, p. 98 
et 99, il passa une grande partie de 
sa vie dans une abbaye de prémonirés 
près de Valenciennes. D'après la 
« Deutsche Biographie » il vécut 
en Italie et dédia son œuvre prin- 
cipale, à savoir son traité d'optique, 
au dominicain Guill. de Morbeta. 

Risner (Fréd.) est un mathéma- 
ticien allemand... Son édition est 
réputée rare et belle. Cf. Brimet, 
vol. I, p. 180, et Graesse, vol. I, 

P- 77- 

Si l'opinion de M, Canior doit 

être admise [?), il s'ensuivrait que 
Viielio a été prémontré à Vicoigne : 
en effet, Vicoigne est la seule ab- 
baye de l'ordre qui se trouvait dans 
le voisinage de Valenciennes. 
Moréri et de Feller donnent, dans 
leurs dictionnaires biographiques, 
des articles fort maigres sur Vitelio. 
Par contre M^" Gley, dans la Biogr. 
Univ. de Michaud^ 1S27, t. 49e, 
pp. 286-89, ^'^^ consacre une notice 
judicieuse et bien nourrie. Sans 
avancer que Vitellio appartenait à 
7îotre ordre de Prémontré, il dit 
qu'il est « ne en Pologne, dans le 



treizième siècle, de l'illustre famille 
de Ciolek » (ce nom latinisé s'écrit 
Vitellio), Sous le règne de Boleslas 
le Pudique, il demeurait près de 
Cracovie, Risner, dans la préface 
qui précède les œuvres de Vitellio, 
dit en s'adressant à la reine Cathe- 
rine de Médicis : « Le temps où 
a vécu Vitellio est facile à déter- 
miner, son Optique étant dédiée à 
son frère Guillaume de Morbeta, 
qui en 1269 était grand-pénitencier 
de la cour de Rome. Dans la même 
année, adressant à son neveu Ar- 
noulf un Traité de Geomantiâ, que 
j'ai en manuscrit, Vitellio y parle 
de son frère, comme étant encore 
en vie. Les savants mathématiciens 
Erasme Reinhold et Gaspard (sic) 
Peucer placent Vitellio dans le 
même temps i). Celui-ci, dans la 
dédicace de son Optique, se nomme 
Filius Thuringorum et Polonorum ; 
ce qui semble indiquer que sa mère 
était originaire de la Thuringe 
(Allemagne). 

Ce qui est certain, c'est qu'il a 
été en Italie (Opticœ lib. 10, theor. 
42 et 67), où il a visité les princi- 
pales bibliothèques, et ainsi il a 
pu acquérir de vastes connaissan- 
ces. 

Les écrits que nous avons de lui 

— dit M'' GUy — sont : 

I. sur la physiologie ; 2. sur l'or- 
dre des êtres ; 3. sur les conclu- 
sions élémentaires ; 4. sur la science 
des mouvements célestes. Ces 4 
ouvrages n'ont pas été publiés. Mais 
le 5^ a obtenu 3 éditions : i" Vi- 
tellionis perspectivœ libri decem. 
Nuremberg, i533, in-fol. — oP Vi- 
tellionis mathematici doctissimi de 
opticâ.... Nuremb. i55i, in-fol. 

— 3° Optic?e thésaurus Alhazeni 
Arabis libri septem, nunc primùm 
editi. Ejusdem liber de crepusculis 
et nubium ascensionibus. Item Vi- 
tellionis Thuringo-Poloni libri de- 
cem, à F. Risnero. Basileae, 1672, 
in-fol. 

M'" GUy donne une analyse dé- 
taillée de ces 10 livres, d'après 
Vitellio lui-même (Michaud, o. c, 
pp. 288-89.) 



WEB 



— 204 — 



WIG 



VOIROL (Pierre - Nicolas) : 
Vol. II, pp. 35o-5i. 

En religion il portait les noms 
de Jean-George f étant un neveu de 
Jean-George prélat de Bellelay. 

2. Dissertatio de infallibilitate et 
notis verse Ecclesiae cum Thesibus 
ex Universa Theologia Selectis, 
quas sub gratiosissimis auspiciis 
Reverendissimi ac Celsissimi Do- 
mini, Domini Friderici Episcopi 
Basileensis, S. R. I. Principis, 
&c.... In Bellelagiensi CoUegio Ca- 
nonici et exempti Ordinis Prae- 
monstratensis, Praeside P. Joanne- 
Georgio Voirol Bellelagias professo 
Regulari Canonico, SS. Theologiae 



Doctore et Professore Ordinario, 
tueri conabuntur P.P. Marcellus 
Helg, Carolus Stôllet, Franc. Xav. 
Ertel, et Godefridus Wuillaume, 
Ejusdem loci et voti professi Ca- 
nonici Regulares Mense Novembri, 
Annô Domini MDCCLXXX. Bien- 
nae ex Typographia Heilmanniana. 
In-8". 

i» Reverendissimo... Friderico, 
Episcopo Basileensi. pp. (III)-VII 
Prœses et Defendentes. — 2° Dis- 
sertatio : pp. (i)-227. — 30 Thèses 
126 : pp. (229)-234. 

En 1907, la BB. d'Averbode a 
acquis un bel exemplaire de ce ra- 
rissime ouvrage, à Stans en Suisse. 



w 



WALLAW (Otto) : Vol. II, 
pp. 36i-2. 

5. Publicum instrumentum de 
Reliquiis B. Godefridi in Ilbenstadt : 
est inséré dans les a Probationes 
tomi I » des Annales de Hugo, col. 
DCLXXIX à DCLXXXIJ. 

WALZEL (Godefroid-Franç.), 

religieux de l'abbaye de Géras, né 
le 11" avril 1874 à Weisskirchen, en 
Moravie. Vêtu le 2 3 août 1896 et 
profès de 1897, il suivit les cours 
de théologie à l'université d'Inns- 
bruck, dirigée par les PP. Jésuites. 

Son confrère M^' Zâk m'écrit : com- 
posuit et edidit nonnuUa pulchra 
carmina in ephemeridibus religiosis. 
(Cfr Catalogus gêner. 1900, p. 20). 

WEBER (Léon- Franc. -Xav.), 

chanoine de Schlâgl, né le 4 oct. 
1869 à St-Jean « ad sylvam )) en 
Autriche. Vêtu le 2 sept. 1887, 
profès du 4 sept. 1891, il fut or- 
donné prêtre le 3i oct. 1893. En 
janvier 1907, il a été reçu — Sum- 
ma cum laude — docteur en scien- 
ces physiques et naturelles à Vien- 
ne. Déjà en 1900, il était inspec- 
teur-adjoint des forêts. 



Sources : Catal. gêner, içoo, p. 37. — 
Revue de i'O. de Prémontré, Mars 1907, 
p. 89. 

WERCHTRIS (Henri de). Il 
a eu un article plus haut, sous le 
nom de : Henri de Puteo. 

WEYRAUCH : vol. II, p. 387-8. 

6. Gelegenheitsgedicht bei die 
Infulation des Hieron. Zeidler, Ab- 
tes zu Strahov. 25 marz i835. Prag, 
40. — A la BB. de Siloë. 

WIGGER. 

Le nom de cet évêque est ainsi 
donné par Dom Gams, par Leiickfeld 
et H ertel. Il était prévôt de la com- 
munauté norbertine de S^^ Marie à 
Magdetourg, lorsque, le 16 août 
II 38, il fut élevé à la dignité épis- 
copale à Brandebourg. Il occupa 
ce siège pendant 21 ans, 4 mois, 
17 jours, et mourut tout au com- 
mencement de janvier 11 60 ; — le 
4 janvier, selon le Nécroîoge de Flo- 
reffe, édité en 1876 par M. Barbier, 
qui ajoute : La cathédrale de Bran- 
debourg possédait un prévôt, un 
prieur et un chapitre composé de 
chanoines réguliers de l'ordre de 
Prémontré. 



WIG 



— 2o5 — 



WIL 



Sources : Leuckfeld, Antiqvit. Praemonst. 
1721, Magdeb. u. Leipz., pp. 68-69; — 
Hertel, Urkundenbuch des Klosters U. L. 
Fr. zu Magdeburg, 1878, Halle, pp. 8 et 
9 ; 9, lo, 20, 23, 5i ; — Dom Ganis, o. c. 
p. 262, col. I. 

Voici, d'après Gercken, Ausfiihrli- 
che Stiftshistorie von Brandenburg 
(Braunschweig, 1766, 4^^), Gains, 
ouvr. cité de 1873, p. 262, et les 
sources indiquées par lui, la liste 
des évêques prémonirés de Brande- 
bourg. 

1 . Wigger, 

2. Wilmar, élu en 1160. Le 8 
septembre ii56, le chapitre des 
chanoines de S. Norbert avait été 
transféré « in arcem Brandenburg. » 
Wilmar mourut dans la seconde 
moitié de l'année 1173. 

La dédicace de la cathédrale eut 
lieu au mois d'août 1170. 

3. Sige froid de Brandebourg, sacré 
vers la Noël de 1173, fut transféré 
au siège de Brème en septembre 
1179; il y mourut le 24 octobre 1184. 

4. Balderam, 1180 — t au milieu 
de l'année 1190. 

5. Alexis^ 1190-1192. 

6. Norbert, 1 192-1207. 

7. Alduin (Baldewin), 5 oct, 1207 
— 3i mai 1217. 

8. Sigefroid II, 1217-1220. 

9. Gernand (Gernold.), 1221 — 
14 déc. 1241. 

10. Rutger, 19 déc. 1241-1251. 

11. Otto, 1251-1260. 

12. Henri de Ostheren, 1261 — 
mort après le i3 janvier 1277. 

i3. Gebhard, 1277 — t avant le 
23 juin 1287. 

14. Heidenreichy 1287- 1296. 

i5. Volrad, i296-t après le 8 févr. 

l302. 

16. Frédéric de Ploetzke, i3o3-i" 
5 juill. i3i6. 

17. Jean de Tuchen, 4 oct. i3i6- 
t 8 août 1324. 

18. Henri II de Barby, élu le 25 
juill. i325, qui disparut en 1329. 

19. Louis de Neindorf, jusqu'en 
1347. 

20. T/^^'orfo^icKothe, jusqu'en 1 365. 

21. Dietrich von der Schulenburg, 
i365 jusqu'au 26 avril 1393. 



22. Henri II de Bodendyk, i393- 
i" 6 juin 1406. 

23. Henning von Bredow, 1406- 
t après le 8 juillet 141 3. 

24. Jean II von Waldow, 1414 ; 
transféré au siège épiscopal de Le- 
bus le 29 mars 1420, où il fut Jean 
V ; il y mourut en 1423. (Voyez 
Gains, o. c, p. 286, col. i. Il nous 
dit à quelles sources il a puiséj. 

25. Etiemte Bodecker, i septembre 
1421 — i5 février 1459. 

26. Dietrich II von Stechow, 1459- 
t après le 12 janvier 1472. 

27. Arnold von Burgsdorf, 1472- 
1485. 

28. Joachim von Bredow, 1485- 
t après le 22 mai 1507. 

29. Jérôme Schulz, i5o7 ; trans- 
féré au siège épiscopal de Havel- 
berg au mois d'août ou de sep- 
tembre i520 ; t le 29 octobre i522. 

30. Dietrich III von Hardenberg, 
octobre i52o — f avant le i5 juillet 
1526. 

3i. Mathias von Jagow, i526- 
1544. 

32. Joachim II de Muensterberg, 
18 mars 1545 — res. en juin i56o. 
Gams ajoute ici : « Episcopatus 
cessât.» 

Quelques évêques de Brandebourg 
ont eu déjà une notice particulière 
en ce Dictionnaire : Gernand, Vol. 
m, p. 58 ; D. von der Schulenhurg, 
Vol. II, p. 161 ; Henning von Bredow, 
Vol. I, p. 374 ; Jean von Waldow , 
Vol. II, p. 36i ; Bodecker, Vol. I, 
pp. 66-67, et Vol. III, p. 24 ; Jé- 
rôme Schulz, ou Sculten, Vol. II, 
pp. 166-7. 

WILLEMAERS (Pierre) : T. 
II, p. 398. 

Son éloge est énoncé en ces 
termes, dans le Nécrologe du Parc, 
édité par M^' Raph. Van Waefelghem : 
Vir fuit subtilis ingenii et eloquens, 
facundie itidem in concionando 
extraordinarie, bonus theologus ac 
carminifex, et pacihcus in vita pas- 
tor. Il y cite « Cathal. Fratr. Parch., 
f> 281^° et Obit., fo 82'° » (Décem- 
bre 1907, p. 466). 



ZEC 



— 206 



ZEL 



WINKLER (Jean-Bapt.) : II, 

p. 401. 

7. Dans le « Canisius-Kalender » 
publié par le Père /. Fischer S. J., 
Wien 1909, notre confrère Winkler 



a inséré 3 articles : i. Die Griin- 
duug des Stiftes Schlagl. — 2. Auf 
dem Dreisesselberg. — 3. Maria- 
Stock in Bôhmen. 



z 



ZECK (Luc), chanoine de Stein- 
feld, qui vivait en 1790, suivant 
la liste des religieux de cette mai- 
son, dressée et imprimée en la même 
année. Il est l'auteur d'un MS très 
beau, intitulé : Pontificale Prae- 
monstratense-Steinfeldense, pp. 81 
grand in-folio, dédié en 1785 à 
Félix Adenau, abbé de Steinfeld. 

Ainsi le catalogue de la « Kolner 
Bûcher- Auction am 19^ Februar 
1894 bei J. M. Heberle (H. Lem- 
pertz' Sohne) in Koln » page 80, 
au no 2620. On y ajoute : Pracht. 



franzband gr. fol. in Ledelfutteral. 
Mit zahlr. Vignetten, 

ZELIVSKY (Jean) : Vol. II, 
pp. 444-5. 

Sur ce personnage remuant il y 
a des détails dans le « Wetzer und 
Welte's Kirchenlexikon » Zweite 
Auilage, Cardinal Hergenrother u. 
Dr. Kaulen, 1888, Freiburg im 
Breisgau, 58^^ Heft, col. 479-490. 
L'article est signé : Luksch. Quant 
aux sources, elles sont indiquées 
aux col. 469 et 507. 



ECRIVAINS, ARTISTES ET SAVANTS 

DE L'ORDRE DE PRÉMONTRÉ 



AvERBODE. — Imprimerie de l'Abbaye. 



ECRIVAINS 

ARTISTES ET SAVANTS 



DE L^ORDRE DE PRÉMONTRE 



DICTIONNAIRE BIO-BIBLIOGRAPHIQUE 
par le Fr. LÉON GOOVAERTS 

CHANOINE RÉGULIER DE L'ABBAYE D'AVERBODE 



VOLUME IV 
TROISIÈME SÉRIE 




BRUXELLES 

SOCIÉTÉ BELGE DE LIBRAIRIE 

i6 rue Treurenberg, i6 

1909. 



AVEC L'APPROBATION DES SUPÉRIEURS DE L'ORDRE 



ECRIVAINS, ARTISTES ET SAVANTS 



DE L'ORDRE DE PREMONTRE 



TOME IV 



A 



ADALBERT, archevêque de 
Salzbourg (en latin Juvavia, Salis- 
burgum), doit être mentionné, quoi- 
qu'il n'ait pas fait sa profession 
dans l'ordre. Voici en quels termes 
le savant Dlabacz l'insère au Nécro- 
loge imprimé du Mont Sion (1817, 
V' 9) '• ~\~ 1200, die 7 Aprilis, 
Adalbertus, filius Fundatoris Stra- 
hoviae Wladislai IL, Reg. Bohem. 
in Strahow educatus, et eruditus, post 
Archiepiscopus Salisburgensis, — 
Cfr Friedenfels, o. c. 1702, pp. 
ig9«2i3. Et Gams, o. c. 1873, p. 
307, col. 2. 

^GI DU (Jean), dit Bourguignon : 
Vol. I, pp. i2-i3. 

Il fit sa profession à Tongerloo, 
le 3 mars 1641. Il mourut le 16 
avril 1684 : Necrol. Tong. editum 
1902, p. 74. 

4. La i^e édition de la vie de 
Ste Adelle est de 1661 : il y en a 
un exemplaire à la BB. de Ton- 
gerloo, et un autre de l'édition de 
1670, 

ALNWICK, abbaye norbertine 
dans le comté de Northumberland, 
fondée en 11 47, par celle de New- 
house. 

Il existe encore de nos jours : 
Chronicon monasterii de Alnewyke 
('sic), ex quodam libro Chronico- 
rum in libraria collegii Cantabri- 
giae de dono régis Henrici VI 
fundatoris, ed(idit) Dickson, in « Ar- 
çhaeol, Aeliana » 1844, ^^^' ^^* 



' Voyez Ulysse Chevalier, Répert. 
des sourc, histor. du Moyen âge. 
TopO'bibliogr. A-B, 1894,001.78; 
— Dom Gasquet, CoUectanea An- 
glo-Premonstrat., II, 1906, p. i5. 

ALONSO (Julien), évêque de 
Lerida en Espagne, qui était reli- 
gieux de notre Ordre ; c'est ce que 
nous apprend Dom Gams, en ces 
termes : 18 33 cons(ecratus) 25. 
VII (i. e. julii) Juîian, Alonso^ O. 
S. N(orberti), f exul in Nizza 18. 
II (i. e. februarii) 1844. Séries 
Episcoporum Eccl. cathol. 1873, 
Ratisbonae, p. 45, col. i, où il 
cite parmi les « Fontes» : Pasqual, 
Jaime^ Discurso histôrico sobre el 
antiguo obispado de Pallâs, 1785. 
Voyez la notice sur Pasqual au 
2^ vol. de ce Dictionnaire. 

ALVAREZ(Norbert), espagnol, 
qui fut élu en 1645 abbé d'Aquilar ; 
les Annales lui donnent le glorieux 
titre de vaillant vengeur des droits 
de son monastère, contre les pré- 
tentions de quelques marquis d'A- 
quilar. Il a laissé ce MS. : Histo- 
ria del monasterio de Santa Maria 
de Aquilar. (1648). Ainsi Munoz, 
Dictionn. Bibliogr. Cette histoire 
MS se trouve à la BB. nationale 
de Madrid : G. 89, 35 XVII. 

Source : Hugo, Annal. I, col. 181. 

ALVENSLEBEN (Busso I 
von), 32^ évêque de Havelberg, le 
25^ prémontré élevé à ce siège, 



AMB 



— 8 — . 



AMB 



docteur en droit canon et civil 
(14S7 — t 12 octobre 1493). 
« Senatui (in Wystock civitate) an. 
1488 privilegium collegia et corpora 
opificum confirmandi » denuo conce- 
dens [i. e. « die saken gilde und 
werche belangen »]. 

Sources : Anonynii Catalogus Havelber- 
gensium episco]:orum, apud J. P. de 
Ludewig, o. c. T. VIII, pp. 329-332. — 
Dom Gams, o. c. 1873, p. 281. 

ALVENSLEBEN (Eusse II 
von), probablement de la même 
famille que le précédent, et égale- 
ment docteur en l'un et l'autre droit. 

Choisi par Jérôme Schultetus, 
35e évêque de Havelberg, pour 
être son coadjuteur en i52i, Bus- 
so II lui succéda comme évêque le 
10 novembre i522, et fut solennel- 
lement introduit le 24 mars de 
l'année suivante. 

Le même Biisso II (NE), qui 
mourut octogénaire le 4 mai 1548, 
fut le dernier pontife de Havelberg 
qui fut attaché à la religion catho- 
lique-romaine. Le 8 sept. 1549, un 
moine du nom de Jacq. Schinne- 
mann distribua la communion suh 
uiraque^ à Witstock ; et en i55o 
arrivèrent les prédicateurs luthériens 
Bôddiker et Wickebold. 

Notez ici que le savant évêque 
de Brandebourg, plus tard de Ha- 
velberg, Jérôme Sculten ou Schultetus, 
a déjà eu sa notice en ce Diction- 
naire, Vol. H, pp. 166-167. 

Sources : Anonynii Catal. pp. 339-40, 
avec détails curieux. — Gams ibid. 

AMBROSII ou BROSIS (Ni- 
colas) : Vol. I, pp. 20-21. Origi- 
naire d'Oostham, cet éminent reli- 
gieux de l'abbaye d'Averbode fut 
d'abord « succentor » et préposé à 
l'infirmerie. Ses études théologiques 
achevées au Collège des Prémontrés, 
à Louvain, il fut nommé, le 23 juin 
16 10, maître des novices et, l'an- 
née suivante, sous-prieur. De 161 3 
(i3 mars) à 1619, on le trouve à 
Louvain à la tête du dit Collège, 
qu'il quitte pour exercer le minis- 
tère paroissial à Zolder (Suijlre 



lez Hasselt). Vers la fin du mois 
de mai i635, le vote unanime de 
ses confrères l'appela à la dignité 
abbatiale. Malgré les temps cala- 
miteux de la réforme, il parvint à 
maintenir dans son abbaye une 
discipline exemplaire ; il recon- 
struisit la bibliothèque, qu'un in- 
cendie avait détruite en J499, et 
l'enrichit considérablement. Ce fut 
lui qui bâtit l'église de Notre-Dame 
de Cortenbosch, et fut pour ainsi 
dire l'organisateur de ce célèbre 
pèlerinage. Il décéda le 8 juillet 
1647. Son successeur fit placer sur 
ses restes vénérables une inscrip- 
tion, qui se lisait devant le magni- 
fique autel de S^ Norbert. La voici : 

D. O. M. 

Hic novissimam archangeli tubam 

Exspectat Reverendus Admodum 

D. Nicolaus Ambrosii Abbas 

Trigesimus quartus hujus Ecclesias. 

Vir pius et religiosus qui S. S. Virginis 

Marise Basilicam in Cortenbosch aedilàcavit 

Rexit aniiis XII. Obiit 

VIII Julij anno M.DCXLVII 

Requiescat in pace. 

La notice qui précède a été 
communiquée par M^" Jules Evers, 
archiviste d'Averbode, à M^ Michel 
Van Waefelghem, pour la « Biblio- 
thèque Norbertine » Juillet 1902, 
p. i63. J'y ai ajouté quelques 
détails, extraits de deux mss. aux 
archives d'Averbode. 

-Voici la liste exacte des présidents 
du Collège des Prémontrés, à Lou- 
vain : 

1. Rivius ou Van dcr Behen (Gos- 
win), 1672 — t 1578. Sa notice se 
trouve au T. III de ce Diction- 
naire, p. 174. 

2. Boschmans (Matthieu), S. T. L., 
était chanoine du Parc. Président 
du Collège depuis i588, il démis- 
sionna en 1696, et mourut en qua- 
lité de prieur au Parc, le 7 décem- 
bre 1612. 

Voyez la « Bibliothèque Norber- 
tine » Juillet igo2, pp. i5g-6o ; et 
le Nécrologe du Parc, récemment 
édité, au 7 décembre. 

3. Mordack (Adrien), chan. du 
Parc, S. T. L., président de i5g6 



AMB 



— 9 — 



AMB 



à 1600. Après avoir rempli plu- 
sieurs autres fonctions, il mourut 
en son monastère le 5 août 1621. 

— Biblioth. Norb., même livraison, 
p. 161 ; Nécrol. cité, au 5 août. 

4. Conen (Jean), chan. de Ton- 
gerloo, S. T. L., fut président de- 
puis 1601 jusqu'en 1607 vers la fin 
de Tannée. — Biblioth. Norb., 
pp. 161-62 ; T. I de mon Dictionn., 
p. i38, et plus loin en ce T. IV, 
article « Conen ». 

5. Loois (Antoine), chan. du Parc, 
bachelier en théologie, président 
de 1608 — t 24 août 1610. 

6. Van Bullenstyate (Adrien), chan. 
du Parc, bachelier formé en théo- 
logie, fut président de 1610 à i6i3, 
ensuite prieur de son abbaye pen- 
dant 25 ans. Le 8 avril i638 est 
la date de son décès : au Nécrol. 
de l'abbaye du Parc le nom est 
écrit « van Bullenstrate ». 

7. Amhrosii (Nicolas). 

8. Petit (Jacques), chan. de l'ab- 
baye de Ninove, S. T. L., dirigea 
le collège des Prémontrés pendant 
i5 ans, de 1619 à 1634. Il y 
mourut le 20 sept, de cette der- 
nière année, et fut inhumé dans 
l'église paroissiale de St Quentin, 
à Louvain, devant l'autel de N. 
D. de Wavre. L'abbé de Ninove, 
Chrétien Roelofs, y fit placer, en 
i63g, une pierre commémorative 
avec cette inscription : D. O. M. 

— Piis manibus Venerabilis et 
etuditissimi Dni F. Jacobi Petit 
S. T. Licentiati ecclesiae Cornelio- 
C3^prianeae apud Niniven Flandro- 
rum Cano. Norbertini, qui ex sup- 
priore et s. th. lectore ac pastore 
in Okegem, factus Praeses collegii 
Praemonstrateii. in collegio obiit 
an. partae salutis 1634 XII kal. 
octob. R. I. P. (Extrait d'un MS 
du chan. Stanislas Joris, que j'ai 
sous les yeux). 

9. A Lapide (Jean) : président 
du collège depuis le 12 avril i636 
jusqu'au 12 juillet 1644. Voyez sa 
notice dans le T. I de ce Diction- 
naire, pp. 490-91 ; et dans la 
« Biblioth. Norb. » de Parc, Juillet 



1902, pp. 164-5, et Août 1902, 

pp. 221-2. 

10. Overhusius (Pierre) : président 
du collège de 1644 à 1648. Je lui 
ai consacré des articles dans le 
présent ouvrage : T. I, pp. 648-9, 
et T. III, pp. 164-5. 

11. Wathaer (Waltère) : président 
du collège depuis 1648 jusqu'à sa 
mort, arrivée le g août i663. (M^ 
Joris dans un de ses mss.) J'ai 
inséré un articulet sur Wathaer au 
T. II de ce Dictionn., p. 371, 

12. Cogen (Charles), natif de Lou- 
vain (11 sept. 1629), chanoine du 
Parc, où il prononça les vœux en 
i65o. Prêtre de i653, bachelier en 
théologie (1657), lecteur en cette 
science (1657), président du Collège 
des Prémontrés, et professeur de 
théologie au même collège (i663), 
licencié (i663), proviseur à l'abbaye 
(1669), curé de Werchter (1675), 
où il mourut subitement le 24. sept. 
1678. — Le Nécrol. de l'abb. du 
Parc, édité en 1907 : 24 sept., 
p. 393. 

i3. T liens ou Thielens (Ambroise), 
chan. de Tongerloo, président du 
Collège pendant 17 ans, de 1670 
à 1687. Sa notice se trouve en mon 
Dictionnaire, T. II, p. 247. 

14. Rapers (Gabriel), natif de 
Suijlre alias Zolder, chanoine et 
prieur d'Averbode (10 déc. i685). 
Nommé président le 3o juillet 1687, 
il résigna la charge au mois de 
mars 1691, fut derechef prieur en 
son monastère, mais bientôt (1693) 
envoyé à Rotselaer, en qualité de cu- 
ré. Il y trépassa le 5 août 1722. Ex- 
traits de 2 mss., dans nos archives. 

i5. Cocq (Florent de), chan. de 
S. Michel d'Anvers, l'une des gloi- 
res scientifiques de son Ordre, au 
17e siècle. Il fut président à Lou- 
vain de 1691 jusqu'à sa mort pré- 
maturée, arrivée le 2 juillet 1693. 

L'article concernant le savant 
Flor. de Cocq occupe en ce Diction- 
naire les pp. 127 à 129 du Vol. I, 
avec un supplément aux pp. 34-35 
du Vol, III, et un autre supplément 
dans le présent Vol. IV. 



AMB 



— 10 



AMB 



i6. Franquinet (Thiébaud, Theo- 
baldus), né à St Trond, chan. de 
Heylissein, curé à Perwez dans le 
Brabant wallon. Après avoir été 
président du Collège à Louvain, 
de 1694 ^ ^^97» i^ retourna à Per- 
wez en qualité de curé, et mourut 
le 14 juin 1706, dans la 63^ année 
de son âge. — Necrol. Heyliss. 

17. Van CaiLwenhergh (François), 
né à Tirlemont, chan. de Heylis- 
sem. C'était un religieux exemplaire 
et d'un grand savoir. Van Cauwen- 
bergh avait terminé brillamment 
ses études au collège philosophique 
du Lis, à Louvain. Devenu -prêtre, 
il fut désigné par ses supérieurs 
pour l'enseignement de la philoso- 
phie, et plus tard de la théologie, 
dans son abbaye. Il était curé à 
Wevelinckshoven, paroisse du dio- 
cèse de Cologne, non loin du cou- 
vent des Norbertines deLangvaden, 
lorsque les suffrages des abbés 
l'appelèrent à la présidence du 
Collège des Prémontrés (1697). Les 
multiples occupations de sa charge 
ne l'empêchèrent pas de prendre le 
grade de licencié, le 14 septembre 
1699. Le célèbre Steyaert et d'au- 
tres sommités scientifiques de VAlma 
Mater, voyant avec quel éclat il 
avait défendu les thèses du grade 
académique, ne cessèrent d'engager 
le savant religieux à tenter l'épreu- 
ve décisive du doctorat. Il travail- 
lait sans doute à la réalisation de 
ce beau projet, lorsque les supé- 
rieurs de l'Ordre le nommèrent 
coadjuteur à la prévôté de S<^ Ger- 
lac, au diocèse de Ruremonde 
(1700) ; deux ans plus tard, il de- 
venait prévôt du même couvent, 
qu'il releva de ses ruines, en re- 
nouvelant et en augmentant les 
bénéfices qu'il possédait. Van Cau- 
wenbergh mourut le 25 février 
1718, étant dans la 55^ année de 
son âge. 

Sources : Hugo, Annal, I, col. 736 ; — 
Stan. Joris, MS aux archives d'Averbode ; 
— Obituarium Helissem. ibidem MS ; — 
Biblioth. Norb. (Parc), Juillet 1902, pp. 
168-69. 

j8. Salines (Arnold), chan. de 



Ninove, fut président du Collège, 
étant élu le 2 décembre 1700, 
après le refus du célèbre Pierre 
Van Ginderdeureii, religieux de St 
Michel d'Anvers. Celui-ci avait été 
nommé président le 7 octobre de 
la même année. Salings a déjà eu 
son article au T. III de ce Die- 
tionn., p. 179. 

19. Braunman (Simon), président 
depuis le i^ novembre 1704 jus- 
qu'au mois de mars 1727. Voir sa 
notice en cet ouvrage, T. I, pp. 
89-90, 

20. Bode (Richard). Ce religieux 
de Tongerloo succéda à Braun- 
man le 4 mars 1727. Le 29 mars 
1732, il fut promu à la cure de 
Wijnegem. — T. III de ce Dic- 
tionn., pp. 23*24. 

21. Van den /:/ 00/ (Laurent), pré- 
montré de Parc, S. T. B., prési- 
dent depuis 1732 jusqu'en novem- 
bre 1749. Revenu infirme au cou- 
vent, il y mourut le 26 déc. 1750. 
(Necrol. Parch., 26 dec.) 

22. Van Postel (Charles), chan. 
de St Michel d'Anvers, fut prési- 
dent depuis la fin de novembre 
1749. Il fut installé curé à Bors- 
beek le 23 novembre 1756. — T. 
II de cet ouvrage, p. 3 10. 

23. Kips (Jean-Bapt.), chan. de 
Grimbergen, président depuis le 
i5 novembre 1756, durant 3i an- 
nées, jusqu'en 1788. — T. I de 
cet ouvrage, pp. 444-5; et T. III, 
p. 147. 

24. Thiels (Grégoire-Norb.), reli- 
gieux d'Averbode, qui fut président 
du Collège en 1790. Un auteur 
étranger à l'Ordre, J. B. Van Ba- 
vegem, a inséré dans « H et Marte- 
laarsboek » (Cent, iSy5, pp. i54-5) 
une notice exacte et intéressante 
sur ce digne confrère. Je me fais 
un devoir de la donner ici, en la 
complétant par quelques dates : 
(( Gregorius Thiels, prelaat der abdij 
van Averbode. Deze deugdenrijke 
prelaat werd in 1742 te Hersselt 
(in Kempenland) geboren van god- 
vreezende en welstellende ouders, 
en in het doopsel « Norbertus » ge- 



AMB 



II 



ANO 



naamd op 17 augusti. De buitenge- 
wone begaafdheden van hunnen 
geliefden zoon bemerkende, zonden 
zij hem vroegtijdig naar de beroem- 
de latijnsche scholen van Westerloo, 
waar hij zich onderscheidde door 
zijnen zonderlingen voortgang in de 
studiën. Toen hij dezelve voltrokken 
had, bood hij zich aan in de abdij 
van Averbode in 1762, den 10 
nov. Na twee jaren wierd hij tôt 
de professie toegelaten den 8 dec. 
1764, en naar Leuven gezonden 
om in het kollegie der orde van 
Premonstreit zijne studiën in de 
godgeleerdheid te voltrekken. Dit 
deed hij met grooten lof ; 00k 
noemde men hem, priester gewor- 
den den 21 dec. 1765, lector der 
godgeleerdheid voor zijne mede- 
broeders in Averbode (1768). Later 
wierd hij proviseur der abdij (1772) 
en bleef dit ambtgedurende 18 jaren 
uitoefenen. Al de belgische prela- 
ten van de orde van Premonstreit 
kozen hem, in de maand april 
1790, als président van het kollegie 
hunner orde te Leuven. Deze eere- 
plaats bekleedde hij tôt eenieders 
voldoening. Dan werd hij door 
zijne medebroeders gekozen tôt 
prelaat der abdij van Averbode, den 
3o nov. 1790. Onder zijne bestie- 
ring had de abdij vêle moeilijk- 
heden en verdrukkingen te onder- 
staan, zoowel van wege de oosten- 
rijksche dwingelandij als van de 
goddelooze vervolgingen der fran- 
sche Jacobijnen. Deze overvielen 
de abdij met geweld, sloegen hare 
goederen aan, en verdreven de 
monniken uit hun klooster, den 
24 februari 1797. De eerw. heer 
prelaat en zijne medegezellen 
moesten zich verspreiden en, om 
aan de opzoekingen der fransche 
dwingelanden te ontsnappen, die 
hen wilden doen buigen onder de 
barbaarsche wetten van september 
1797, waren zij genoodzaakt zich 
eene schuilplaats te zoeken in Rol- 
land of in ons verdrukt vaderland. 
De woede der vervolgers was bij- 
zonderlijk gevestigd op den god- 
vreezenden prelaat, die meer be- 



ducht was voor zijne geliefde kloos- 
terlingen dan voor zijn eigen 
gevaar. Dit deed hem ook 't meest 
lijden, want de lichamelijke pijnen 
en beroovingen maakten geenen 
grooten indruk op hem. Die mar- 
teling duurde bijna drie jaren, tôt 
dat eindelijk de opkomst van Na- 
poléon den staat der zaken deed 
veranderen. Het overige zijns le- 
vens bracht de heilige man over in 
de strengste boetvaardigheid, steeds 
bezorgd voor het geluk en het 
welzijn zijner medebroeders. Hij 
ontsliep in den Heer te Averbode, 
den 3i juli 1822, in het 80^^^ jaar 
zijns ouderdoms, het ôo^te van zijn 
religieus leven, het 57^*6 van zijn 
priesterdom en het 32ste van zijne 
abtelijke waardigheid. (MS des ar- 
chives d'Averb.) 

25. Batens (Hilaire), né à Aer- 
schot le 4 déc. 1755, prononça les 
vœux à l'abbaye de Tongerloo, le 
8 déc. 1780. Ordonné prêtre, il y 
enseigna la théologie (1786), et fut 
président du collège de l'Ordre à 
Louvain (23 sept. 1792) ; lors de 
la suppression de l'Université, il 
partit définitivement en 1797, pour 
se fixer à Oevel, où il mourut le 
25 avril 1802. (Necrol. Tong., 
1902, 25 aprilis ; — ms. aux archiv. 
d'Averb. Dans ce ms. laissé par le 
chan. Stanisl. Joris, nous lisons 
cette note : Varia documenta, Col- 
legium praem. Lovanii concernen- 
tia, habentur in Archiv. Averb. 
(nempè) C. A. tom. 2, fol. i et 
seqq. — C. A. tom. 8, fol. 82, 
594.) 

ANONYME d'Havelberg. 

Le jurisconsulte protestant J. P. 
de Ludewig, dans le tome HX (VHI) 
de ses « Reliqviae Manvscriptorvm 
omnis aevi Diplomatvm ac Monv- 
mentorvm » 1727, a publié : Ano- 
nymi Catalogvs Havelbergensivm 
episcoporvm cum diplomatibvs & 
sigillis. ab an. 946 ad an. 1600. 
pp. 263-348 : à cette dern. page 
je lis : Finis catalogi episcoporum 
Hauelbergensium . 

Busso il von Alvensleben, Iç 



ANS 



— 12 — 



ANS 



dernier évêque catholique (N B), 
mourut en 1548. 

Le même J. P. de Ludcwig donne 
quelques motifs de la publication 
de cet anonyme, en la préface du 
tome VIII, pp. 48 et 4g. 

ANSELME d'HAVELBERG. 

Dans la « Revue Bénédictine » 
de Janvier 1902, p. 99, nous trou- 
vons ces renseignements fort inté- 
ressants : 

Des Basilius aus Achrida Erz- 
bischofs von Thessalonich bisher 
unedierte Dialoge, Ein Beitrag zur 
Geschichte des griechischen Schis- 
mas. Von Jozef Schmidt. Munich, 
Lentner, 1901, VII-54 pp. in-80. 
Prix : MK. 1,60. 

Basile d'Achrida, archevêque de 
Thessalonique, était peu connu jus- 
que dans les dernières années, et 
cependant ce prélat est une des 
figures les plus marquantes de l'E- 
glise grecque au XI I^ siècle. D'a- 
bord protonotaire du patriarche de 
Constantinople, il fut élevé au siège 
de Thessalonique vers 1 145- 1 146 
et y mourut en T169. Orateur dis- 
tingué, il exerça une grande in- 
fluence à la cour, et on le voit 
mêlé aux négociations relatives à 
l'union des deux Eglises. Lors de 
son ambassade en Orient, Anselme 
d'Havelbergy qui déjà en ii36 avait 
eu des entretiens avec l'archevêque 
Nicétas de Nicomédie sur les points 
controversés entre les Grecs et les 
Latins, entre de nouveau en con- 
troverse avec l'archevêque de Thes- 
salonique ; la date de ces entretiens 
peut être fixée aux 9 et 10 avril 
II 55. Ce sont ces entretiens, rédi- 
gés par Basile, que M. Joseph 
Schmidt publie pour la première 
fois dans leur texte original. Ils 
forment un heureux complément 
aux Dialogues à' Anselme,,,, C'est 
aussi un heureux appoint à la bio- 
graphie à' Anselme d'Havelberg, sur 
lequel d'ailleurs M. Schmidt an- 
nonce un prochain travail. 

Dom Gams, bénédictin (o. c. déjà, 
1873, p. 280, col. 2. et p. 281, 
col. i), donne la liste des évêques 



d'Havelberg. Je la transcris ici 
soigneusement, à commencer par 
notre Anselme, lo^ évêque. 

Havelbergensis ep(iscopatus) er(i- 
gitur 16. V (i. e. maii) 946 ; Sedes 
in Havelberg, ab anno 1270 in 
Wittstock. 

II 29 ante 29. VI. sed(et) Anselm,, 
scriptor eccles., « Pauper Christi » 
i. e. O. S. Norb., tr(anslatus) Ra- 
vennam 18. VI. ii55. — En ce 
Dictionnaire, Vol, I, pp. 22-23 ; 
Vol. III, p. i3. 

II 55 Walo, O. S. N., sicut se- 
queutes, f post 18. IV. 1176. — 16. 
VIII. 1170 cons. Cathedralis B. 
M. V. ab Anselmo incepta. [Erreur 
typogr. dans Gams : Cathethedralis. 
sic] 

1177 ? Hu(ge)hert. f 26. II. 1191. 

1192. Helmhert. (Lampert., El- 
lembert.), f 28. XI. 1206. 

1206. Sibod, (Sigebodo), t 12 19. 

1219. Guilielm., f 21. IX. 1244. 

1244. Henric, v. der Schulenburg, 
1266, 1270. 

1270. Henric, II v. Sternberg, 
t 1290. 

1290. Hermann. v. Brandenburg, 
t non cons(ecratus) ante IX. 1291. 

(1291. Joannes v. Brandenburg, 
1292). 

1292. cons. Joannes II, 1304. 

1304. 23. VI. sed(et) Arnold,, f 

l3l2. 

Joannes ? 

i3i2. Reineriyiv, i5. VIII. i32i), 
29. I. i3i9. 

i3i9. 14. V. sed. Henric. III, f 
27. IX. 1324. 

i325. sed. Dietrich Kotho, f post 
16. III. 1341. 

1341. Burcard, v. Bardeleben, f 
18. I. 1348. 

1348. Burcard, II v. Lindau, 
1370 ? 

1370. 25. VI. sed. Dietrich 11 
Man(Mahe) t 12. VIII. i385. 

i385. i5. VIII. Joannes III v. 
Wopelitz, t 22. II. 1401. 

1401. Otto V. Rohr, t 18. I. 1427. 

(1427. Frideric. Krueger, t non 
cons. 3. IV. 1427. 

1427. Joannes IV v. Bust, t non 
cons. 17. IX. 1427). 



ANS 



— i3 — 



ARN 



1427. Conrad v. Lintorf, f 1460. 

1460. Wiiticho Gans v. Puttlitz, 
t 23. I. 1487. 

1487. 3o. VIII. cf. Busso V. Al- 
vensleben, t 12. X, 1493. 

1493. 16. X. Otto II. V. Koenigs- 
mark, t 20. VIII. i5oi. 

i5oi. 29. VII ï. Joannes V v. 
Schlabberndorff, f lo* VIII, 1S20. 

i520. VI II. -IX. Hieronym ,SchM\Zf 
t 29. X, i522. tr(ansl.) ex Bran- 
denburg. 

i522. 10. XI. el. Busso II. v. 
Alvensleben, cons. i532, f 4» V. 
1548. « Eiûscopatus cessât. » — A- 
près cette liste, Dom Gams énumère 
les 4 sources qu'il a consultées; 
parmi ces sources il indique un 
travail anonyme que j'ai sous les 
yeux : J. P. de Ludewig, célèbre 
et laborieux jurisconsulte, Ta inséré 
au 8^ tome des « Reliqviae Manv- 
scriptorvm omnis aevi Diplom. ac 
Monvm. » (Francof. et Lipsiae, 
1727, pp. 263 et suiv.) : Anonymi 
Catalogvs Havelbergensivm episcoporvm 
cum diplomatibvs & sigillis, ab an. 
946 ad an. 1600. 

Notons bien qu'Anselme fut le 
lo^évêque d'Havelberg, Walo le 
ne, et ainsi de suite. 

Rectification. 

Ardres, arrondissement de St-0- 
mer (Pas-de-Calais). Il y avait à 
Ardres — en latin Ardea ou Ar- 
deïa — une prévôté de chanoines 
séculiers, fondée en 1069 par Ar- 
nold, seigneur de l'endroit. Eu 
1144 Baudouin, neveu et héritier 
d'Arnold, remit et confia la même 
fondation à Tabbé Thierri ainsi 
qu'aux moines hénédiciins « de S. Ma- 
riae de Capella». Ce monastère, 
situé dans la « villa Brucham » 
(Brugnam ?) fut fondé en 1091 par 
Ida de Boulogne. Parmi les témoins 
de cet acte, se trouva Milon, disci- 
ple de S. Norbert et évêque de la 
Morinie (Thérouanne). 

Quelques historiens, par consé- 
quent, ont commis une inexacti- 
tude en faisant d' Ardres une com- 
munauté de chanoines prémontrés : 



tels que Meyerus, Aubert Miraeus, 
Foppens, et assez récemment le 
savant Ulysse Chevalier, dans le 
« Répertoire des sources historiques 
du Moyen âge » Topo-bibliogra- 
phie, au mot : Ardres, p. 206 du 
premier fascicule, Montbéliard 1894. 
— Pour ce qui concerne les an- 
ciens écrivains que je viens de 
nommer, veuillez lire le judicieux 
article de notre annaliste Hugo, in- 
séré en son vaste ouvrage, article 
intitulé : Ardeïa. (I, col. 186-89.) 
Lambert d' Ardres, Lamb. Arden- 
sis, auteur d'une « Historia Comi- 
tvm Ardensivm et Gvisnensivm ab 
an. 800 ad 1200 » n'appartient nuU 
lement à notre ordre. 

ARNOLD I, prémontré, évêque 
de Coria (^Cauria), en Espagne. 
Dom Gams, bénédictin, ne fait que 
le mentionner : 1176 el(igitur) ? 
Arnold. I., 0(rd.) S. N(orberti), y i5. 
X. (1224 ?) i. e. i5 octob. Voyez 
« Séries Episcoporum Eccl. cathol. » 
Ratisb. 1873, p. 29, col. 2. 

ARNOT (David), abbé du mo- 
nastère norbertin de Tongeland, 
en Ecosse, fut élu en i5o9 évêque 
de Galloway ou Candida Casa ; il 
mourut en cette qualité en i526. 
Ainsi le P. Gams, bénédictin, o. c. 
de 1873, p. 239, col. 2, où il ne 
dit pourtant pas que cet évêque 
était un fils de St Norbert ; — et 
notre confrère Mgv Geudens (Martin), 
dans son travail intitulé : A Sketch 
of the Premonstr. Order, 1878, p. 

42- 

Il est certain que le dit siège épis- 

copal appartint à notre ordre, de- 
puis que « Christian, bishop of 
Candida Casa, established hère 
about 1177 a priory, of White Ca- 
nons from Viride Stagnum or Soulseat 
to form the Chapter of Galloway, 
the Norbertine Prior being ex officio 
dean of the Cathedral Chapter » . 
(Mgr Geudens, ibid. pp. 11, et 42- 
43, après notre Annaliste Hugo, I, 
col. 453-4.) 

Candida Casa ou Galloway, 
siège épiscopal en Ecosse, qui fut 



ARN 



— 14 — 



ASS 



occupé par S. Ninian (Ringan), 
vers 45o-5oo, 

Dom Gams, Bénédictin, o. c. 
1873, p, 239, donne la liste sui- 
vante des évêques de Candida Casa, 
au 12^ siècle, ensuite jusqu'à i558. 

1154. Christianus, f c. octob. 
1186. 

1189. Joannes Galvejae infula 
sublimât, est ». — f 1209. 

1209. Walter, t i235. 

1235. Gilbertus, f i253. 

(1240. Aegid. Albanus) sic, 

1253. elect. Henricus, i255 cons., 
sedet 1292. 

1296 sedet Thomas, 1304, i3ii. 

i32i sedet Simon. 

1334 sedet Henricus.... 1345. 

1357 sedet Michael, f c. i358. 

(1359 Adam de Lanark ?) sic, 

i358. 3i. XII. p:ov(isus) Tho- 
mas, i362. 

i368. sedet Andréas (Benedict., 
temp. Archibaldi comit. de Dou- 
glas). 

c. i38o. intrat Oswald., annus 
consecr. 12 erat 1392. 

1405 prom. Elisaeus. 1413. 

1415 sedet Thomas. 1420. 

1426. sedet Alexander Vaus, 1444, 
résignât c. 145 1. 

145 1. sedet Thomas Spence 
(Spens), transfertur Aberdeen 1459. 

Dom Gams ajoute p. 235, col. 
2 : hospitale erigit in Edinburg. 
t j5. IV (april.) 1480. 

1459. Ninianus, « ep. de Gallo- 
way » 1478. 

1489. sedet Georgius Vaus, sedet 
i5o5. 

i5o9 eligitur David Arnot,t i526. 

i526. Henricus Weems, 1540. 

1541. Andréas Durie, t IX (sept.) 
i558. 
Fontes (ap. Gams : pp. 235-39). 

i) Robert Keith, An historical Ca- 
talogue of the Scottish Bishops, 
down to the year 1688. New edit. 
by M. Russel, Edinburg h, 1824 
(prima edit. i755), pp. 271-278, 
571-2. 

2) A. Theiner, Vetera monumenta 
Hibernorum et Scotorum, Romae, 
1864, pp. 73, 314, 329, 454-55. 

Note, Après notre illustre Hugo, 



déjà cité, Mgr Geudens, o. ["c. p, 
43, écrit : Walter, the first Prior 
of this nevv house (Candida Casa, 
Whitherne), became afterwards Bi- 
shop of Candida Casa. Adam, Wal- 
ter's successor in both qualities of 
Prior and Bishop, is well known 
for his learning and piety. His 
Works hâve been published, 1659, 
in Antwerp and in the collection 
of Migne. — Mais n'est-il pas 
étrange qu'Adam l'Ecossais ait été 
omis dans la liste de Dom Gams ? 
et pourquoi celui-ci oublie-t-il de 
dire quels sont les évêques de 
Candida Casa qui furent des disci- 
ples de S. Norbert, comme il le 
fait passim, pour d'autres sièges 
épiscopaux ? 

Veuillez consulter encore le P. 
Bernard Pez, Bénédictin, « Thésau- 
rus Anecdotorum novissimus » Aug. 
Vindel., 1721, T. i, pars 2, pp. 
336-372 ; ainsi que notre Lieu hardi, 
Spir. lit. Norb., pp. 40 à 78, où 
se trouve le travail de l'évêque 
Adam, intitulé a Soliloquiorum de 
instructione animae Libri II » et 
adressé à Walther, (sic). 

ASSELS (Henri), chanoine du 
Parc, né à Hougaerde, le i^*^ déc. 
1616. Profès de i636, prêtre de 
1640, sous-prieur dès l'année sui- 
vante. Bachelier en théologie (1641), 
curé de Werchter (164Ô), licencié 
en la même science (1647). En i655, 
il fut nommé prévôt des Norber- 
tines à Oosterhout ; il mourut le 
5 déc. 1676 à Breda, où les reli- 
gieuses s'étaient réfugiées à cause 
de la guerre. 

J'ai sous les yeux : 

Louanij 27. Octob : Anno 1643. 
De abstinentia, et alijs temperan- 
tiae speciebus, et vitijs oppositis. 
Qvaestio Theologica. Quid absti- 
nentia ? quales reliquae temperantiae 
species ? quae vitia opposita ? & 
qualia peccata ? — Propositiones 
(3). — Conclvsio 1^-4^. Praeside 
Eximio Gvilelmo ab Angelis Syl- 
uaeducensi. Defendet. Fr. Henri- 
cvs Assels Canonicus Norbert. 
Ecclesiae Parcensis. II (sic) Typis 



BAL 



— i5 — 



BAL 



Bern. Masii : i f. petit in-fol. aux 
archives du Parc. 

Source ; Nécrologe de Parc, publié par 
Mr Raph. Van WaefelgJiem, au 5 Décem- 
bre, 1907, pp. 479-80. 

AVELLANDA (Thomas de) : 
Vol. I, p. 26. 



Ce savant abbé vivait encore au 
commencement de l'année 1667, 
comme il conste par le témoignage 
de Dubaly dans les préliminaires de 
sa « Vida Apost. de S. Norb. » 
1667. 



B 



BAGUETTE (Lambert), frère 
convers de notre abbaye d'Aver- 
bode. Né à BoUand, diocèse de 
Liège, le i5 janv. 1884, il reçut 
l'habit le 8 mai 1904, et prononça 
les vœux le 11 juillet de l'année 
suivante. Déjà le 20 sept. 1904 il 
fut envoyé à la mission de Jagua- 
rao (Brésil). Il s'y rend fort utile, 
en remplissant les importantes fonc- 
tions de gérant (1909) du a Mensa- 
geiro Parochial catholico » fondé 
par la dite maison ; ce journal est 
hebdomadaire. 

BALARIN (communauté ou 
prieuré de S. Joseph dej, au diocèse 
d'Auch ; poste : Montréal du Gers. 
Sa fondation par l'abbaye de Mon- 
daye remonte au 12 novembre 1867, 
et son érection canonique eut lieu 
en 1878. Les religieux furent ex- 
pulsés en 1880 (4-6 novembre), par 
les décrets liberticides, retournèrent 
au cloître en 1887, mais furent 
chassés une seconde fois, en 1904. 
Beati qui persecutionem patiuntur 
propter justitiam !... 

Nous connaissons l'ouvr. suiv. : 

Recueil de cantiques notés en plain 
chant pour missions et retraites, à 
l'usage des RR. PP. Prémontrés, 
avec examen de conscience, in-32. 
L'édition en plain chant, 190 pages ; 
l'édition sans notes, i5o pages. 

Les Prémontrés de S^-Joseph de 
Balarin ont édité un Recueil renfer- 
mant 100 cantiques. Ils ont eu en 
vue principalement leurs missions 
et leurs retraites, mais ils ont aussi 



pensé aux paroisses où Ton aimerait 
à chanter, et qui n'ont pas de 
recueils populaires. Ces cantiques 
sont divisés en plusieurs séries : 
I" Cantiques au St-Esprit ; 2» sur 
les vérités de la Religion ; 3° sur 
N.-S. et ses mystères ; 40 à la Ste- 
Vierge (32 cantiques) ; 5° sujets 
divers, St foseph, Ste Anne, l'Ange 
gardien, Sainte Enfance ; 6" can- 
tiques de sortie, à la fin des exer- 
cices ; le tout suivi d'un examen 
de conscience. 

Se vend chez M. J.-B. Lartigue, 
à Balarin, par Montréal (Gers). 

Cfr (( Catalogus generalis O. 
Praem. 1900, pp. 206-210 » avec 
la vue du couvent de Balarin, 

BALDERAMUS, 17^ évêque 
de Brandebourg et le 4^ appartenant 
à l'ordre des Prémontrés. Lorsque 
Sifroid, le 16^ évêque, fut trans- 
féré en 1180 à Brème, en qualité 
d'archevêque, Balderamus fut élu 
pour lui succéder, la même année. 
Il n'est plus fait mention de lui 
après 1 1 90 : Dom Gains avance 
qu'il est mort à la moitié de cette 
année (Séries Episcoporum 1873, 
p. 262). — Gercken, dans son « Aus- 
fùhrliche Stifts — Historié von 
Brandenburg » 1766, pp. 96-99 ; il 
donne 2 diplômes de Balderamus, 
pp. 372-5 ; et 375-80. 

BALDUINI ou BODDIN 
(Jean) : Vol. I, p. 32. — Il était 
docteur en théologie de Louvain. 
Le 22 janvier 1443, Jean de Bou- 



BAW 



— i6 — 



BED 



sies, Franciscain, évêque de Dsche- 
baïl (Gebelden.) et suffragant ou 
auxiliaire de Cambrai et de Thé- 
rouanne, donna en cette dernière 
ville la bénédiction abbatiale à Jean 
Boudewyns (sic, pro a Balduini ») 
prieur de St-Nicolas de Furnes, 
nommé à l'abbaye d'Averbode. (Va?t 
Boterdael, Abbatiae Averbod. origo 
et progressus chronologice deduc- 
tus, pp. 247-8, MS. à l'abb. d'A- 
verbode). 

BALLEY (Augustin) : I, p. 
32. Né à Villers-Bocage le 6 août 
1840, il reçut le prénom d'Ana- 
charsis. Vêtu à Mondaye le 3 nov. 
1 861, il prononça les vœux le 7 févr. 
1864, et fut ordonné prêtre le 
II mars i865. (Catal. gênerai. 
1900, p. 212). 

Ce très digne fils de St Norbert 
s'est conduit réellement comme un 
héros, pendant les a Quinze mois 
de siège chez les RR. PP. Pré- 
montrés de Nantes». Lisez l'ou- 
vrage paru sous ce titre à Nantes 
même, en 1904 ; il est rédigé par 
le P. Frotté (Adrien), témoin ocu- 
laire. 

BARLINGS (Abbaye de). 

Dans le « Catal. Librorum MSS. 
Bibliothecse Cottonianœ », Oxonii, 
1696, in-fol. : 

p. 2o3 : «Ex Cartulario Abbatiae de 
Barlynges in Com. Linc. » (Lincoln.) 

p. 214. «12. 'Ex cartulario Khhdi' 
tiae de Barlings. » — « i3. Annales 
&c. in eodem Cartulario. » 

p. 226, no 5o63, sub 7 : « Ex 
libro Abbatiae de Barlinges. » 

p. 228, no 5o8o, sub 7 : même 
citation. 

Dans l'important ouvrage de 
Dom Gasquetf intitulé « Collectanea 
Anglo-Premonstratensia » Vol. II, 
London 1906, pp. 29 à 43, il y a 
des documents historiques sur Bar- 
lings, avec la liste des abbés de 
ii5o (?) à 1537. 

BAWOR comte de STRAKO- 
NITZ (Jean), chanoine prémontré 
de Strahow, évêque d'Olmiitz en 
1199. Plusieurs écrivains de la 



Bohême le mentionnent, avec quel- 
ques variantes, entre autres : Au- 
gustinus Moravus, dont le P. Geor- 
ges Cruger S. J. critique la manière 
d'interpréter la mort subite de cet 
évêque ; celui-ci fut emporté, en 
effet, par un coup d'apoplexie, le 
I oct. 1201. Pour les détails, je 
renvoie aux 

Sources : Cruger, G., S. J. Sacrorura 
Pulverum Inclyti Reg-ni Bohemias. Pars 
I, 1669, Litomisslii : p. 202 ; le même, 
ibid. mensis Ivnii p. 249 ; — Friedenfels, 
Sion, mons inclytus, 1702, pp. 341-46; — 
Dom Ganis, o. c. 1873, p. 297, col. 2 ; — r 
Dlahacz, Chron. Necrol., p. 10. 

BEAUCHIEF ou DE BELLO 
CAPITE, abbaye norbertine fon- 
dée en ii83 par celle de Welbeck, 
dans le Derbyshire. Dom Gasquet, 
o. c. 1906, Vol. II, pp. 43 et 44, 
donne la nomenclature de 22 ab- 
bés de cette maison, de 1228 à 
i5i9, qu'il a empruntée principale- 
ment à la « History of Beauchief » 
de Mr Addy ; elle est suivie de 
lettres et de documents historiques, 
pp. 44 à 71. — Cir HugOj 0,Prœm, 
Annales, t. I, col. 291-8. 

BECK (Godefroid), religieux 
prémontré sur lequel les renseigne- 
ments me font défaut. Il a publié : 

Tractatus speculativo-dogmaticus 
de fide, spe et charitate ad mentem 
Divi Thomae. Pragae, 1766, in-4". 

Source : P. Hurter S. J., Nomenclator, 
Oeniponti, t. 3, col. 25i ; indiquée par 
un confrère autrichien. . 

BEDALL (Robert), anglais, 
chanoine et prieur du monastère 
norbertin de Shap, en 1488 et an- 
nées suivantes. Le célèbre Richard 
Redman, abbé de ce couvent, et en 
même temps évêque de St. Asaph 
depuis 1471, fit choix du confrère 
Bedall pour être son compagnon 
et son secrétaire dans les nombreu- 
ses visites canoniques de nos com- 
munautés, dans la circarie d'An- 
gleterre. En ces qualités il est 
mentionné passim dans le « Premon- 
stratensian Register » qui fut édité 
à Londres en 1906, par les soins 



BEI. 



— 17 



IJKS 



de Dom Francis A. Gasquet^ Béné- 
dictin. 

BELESBY (Thomas), religieux 
de l'abbaye de Barlings, en Angle- 
terre, comté de Lincoln. Il acquit 
le grade de hachelier en droit (in de- 
cretis). Après avoir rempli la charge 
de cellérier, en 1475-78, il fut abbé 
du même monastère depuis la der- 
nière année jusqu'en i5o3, année 
de sa mort. 

Source : Dom Gasquet. Collectanea Au- 
glo-Premonstratensia, II, 1906, pp. 29-42 
passim. 

BELLEMANS (Daniel) ; I, 
p. 48 ; III, p. 17-18. 

Grâce à la bienveillance de M'' 
Victor Delà Mojiiagjie, homme de 
lettres à Anvers, j'ai sous les yeux 
un exemplaire de la i'"^ édition 
(rare) du n^ 2, dont je vais donner 
ici le titre exact et la description : 
Den lieffelycken Paradys-voghel, Behel- 
sende verscheyde Gheestelycke Lie- 
dekens van de Goddelycke Liefde, 
ende het verlangen van het He- 
mclsch Vader-Landt, tôt Godt om- 
hoogh vlieghende. Ghecomponeert 
Door Hr. Daniel Bellemans, Canonick 
Norbertien van Grimberghen. — 
Tôt Brussel, By Jacob vande Velde, 
in de Korte-Ridders-straet, in S. Au- 
gustinus. 1670. Met Privilégie van 
den Koningh. Oblong, petit in-8". 

jo Aen de Eerweerdighe,... J^^ 
Joanna Marien, J^^ Jacoba van Zin- 
nicq. J^^'^ Jacoba Havet. J^'^ Catha- 
rina van Ballaer. Opperste meesters- 
sen, Van het groot, ende vermaert 
Beggyn-Hof der Princelycke Stadt 
van Brussel. 3 ft. non ch. — 2" 
(Compliments) « Op den Lieffelyc- 
ken Paradys - Vogel )) [vlaamsche 
versen : A. Poiriers, S. J. ; Fr. M. 
Schynmaeckers, M.] 3 ff. non ch. 
— 3*J Approbatie. Brux. 17. Nov. 
1669. i\Iatthias (sic) Middegaels, 
Judex Synod., & Libror. Censor., 
etc. I f. non ch. — 4» pp. 1-187 
de texte. — 5" Register. etc. pp. 
5 non ch. 

A la BB. d'Averbode, il y a un 
exempl. de la 7^^ édition s. a. « Den 



VIL Druck. Te Ghendt, By Cor- 
nelis Meyer op d'Hoog-poorte in 
't ghekroont Sweert». pp. 14 non 
ch., ensuite pp. 1-202, enfin 3 ff. 
non ch. Petit in-S*^ oblong. 

BENEDEK (Cyprien-Franç.- 
Xav.) Né à Teplicz le 19 nov. 
1826, il reçut la robe blanche à 
Jâszô le 26 sept. 1847, y prononça 
les vœux le 21 sept. i85i, et cinq 
jours après il fut promu au sacer- 
doce. Cette même année il fut 
nommé professeur à Leutschov ; 
en 1852-64, ^^ enseigna les mathé- 
matiques et la physique à Rosenau, 
puis en 1854-59 à Eperjesin, tout 
en suivant les cours de physique 
à Vienne. En 1860 il fut professeur 
des mêmes sciences, ainsi que de 
théologie, à l'abbaye de Jâszô ; de 
1862 à 69 au gymnase de Kaschau, 
dont il fut le supérieur et le direc- 
teur depuis 1869. Ce savant et vé- 
néré confrère, qui était membre ou 
conseiller de diverses commissions 
administratives, fut élu prélat de 
son couvent le 4 juill. 1893. Etant 
visiteur de la circarie de Hongrie, 
membre de la Chambre des sei- 
gneurs, chevalier de l'ordre de 
François-Joseph, il mourut le 2 
juill. 1900. 

Sources : les catal. de l'ordre ; — {N'â- 
tafalussy) Schematismus.... Jâszô 1891, p. 
75 ; — Dr Farkas. o. c. 1902, pp. (i83)- 
191. 

BERTHOLD, lo^ prélat d'Urs- 
perg, auquel les Annales de l'Or- 
dre donnent le beau titre de « mu- 
sarum cultor » 1240 — y 1245. 
{HugOy II, col. ii5i.) 

BESSONNAUD (Marie- Té- 
rése), chanoinesse de l'abbaye de 
Bonlieu en France, abbaye aujour- 
d'hui transférée à Grimbergen, en 
Belgique, par suite des décrets liber- 
ticides du gouvernement français. 
Née à Le Dorât, département de la 
Haute Vienne, le 2 mai 1873, elle 
reçut l'habit le 22 août 1894, ^* ^^ 
profession le 6 janvier 1896. 

Sous le pseudonyme de « Zachêe » 
cette religieuse a publié maints ar- 



EcRiVAiNS, Artistes, et Savants (t. iv) 



BLA 



— i8 



BOE 



ticles en diverses revues, nommé- 
ment la « Chronique de la Messe 
Réparatrice ». Voyez plus loin la 
notice intitulée « Zachée ». 

BEUGELS (J. Herman-Jos.) 
Vol. I. pp. 56-57. 

8. Notae circa theologiam mora- 
lem, MS in-4" pp. 284, à la BB. 
de Postel. 

(Source : Postel's Biograph. Woorden- 
boek, p. 18, d, Welvaarts). 

BIGATO (Marc-Antoine) : I,p. 
59. Né à Tirlemont le 27 sept. 1620, 
il prononça les vœux à Tongerloo 
le 21 avril 1642 ; vicaire à Diest 
en 1648, et à Poppel en i65i ; 
circateur à l'abbaye en i652 ; curé 
à Diessen (7 mars 1654J, et à 
Poppel (16 mai i665), doyen rural 
depuis 1669 '■> enfin curé à Broechem 
depuis le 3o juin i685. Il mourut 
le 16 avril 1695. (Necrologium 
Eccl. B. M. V. de Tongerloo, 
1902, p. 74.) 

BLANCHELANDE, abbaye 
de Prémontrés, près la Haye-du- 
Puits, département de la Manche, 
diocèse de Coutances. 

1° Ses archives ont été sauvées, 
écrivait le P. Louis de Gonzague en 
1884, (Archives norbertines de 
France, pp. 46-47), et l'Etat vient 
d'en imprimer l'inventaire som- 
maire, formant un volume in-4". 
Cet incomparable fonds, transféré 
à Saint-Lô, et comprenant les pri- 
eurés de Broquebœuf, Cottebrume, 
Etoublon, Monaqueville, Lalande, 
Cambridgeham, ne renferme pas 
moins de 262 volumes manuscrits, 
une centaine de liasses, dans les- 
quelles sont classées 2,760 chartes 
authentiques, de 11 64 jusqu'à la 
suppression de Blanchelande en 
1789. 

2° Un cartulaire, coté nP 226, t. 
3, fonds latin io,o65, faisant par- 
tie de la collection Léchaudé d'A- 
nizy. 

30 Extrait d'un cartulaire de 1 27 1 , 
recueilli dans les Mss. de Baluze, 
au t. 58 ; la table dans le fonds 



français de la B. N., n» 4,900, 

fo III. 

40 Archiv. nation, de Soubise, 
document ms. sur Blanchelande, 
série S, 3,3o3. 

Cfr Hugo, Annal. I, col. 346 et 
suiv. — 

Ulysse Chevalier, o. c. 1894, A-B, 
col. 418, énumère : 

Billy (René Toustain de). Mé- 
moire sur l'abbaye de Blanche- 
lande ; MS. 1706, à Paris, B. N., . 
Boze 1027. 

Columbi (Joan.), Dissertatio de 
Blancalandano cœnobio et Lucer- 
na in pago Abrincensi. Lugduni, 
1669, 4^. 

Richomme (Flor.), Blanchelande, 
abb. du dioc. de Coutances, com- 
mune de Varenguebec, dans « An- 
nu. Manche » 1839, 280-384. 

Terrier-censier, MS. XIV'^ s., 
archives Manche. 

BLATENSKY(W. Evermode), 
mentionné au Vol. I de ce Dic- 
tionnaire, pp. 64-65, est mort oc- 
togénaire le 20 déc. 1904. 

BOERGLEN, BÔRGLUM, 
(ou AALBORG), BURGILA- 

VI UM. [Episcopatus : Aalburgen- 
sis, Burglaviensis. — Archiepisco- 
patus : Lund in Dania i. e. Dae- 
nemark]. 

C'est le célèbre archevêque de 
Lund, Eskill (1138-1179, f 1182), 
qui fonda les maisons norbertines 
de Bôrglum et de Tupholm. « Es- 
kilus quondam Londensis in Dania 
Episcopus, — écrit le P. Maurice 
du Pré, o, c. 1645, pp. 41-42, — 
qui suam Cathedralem submisit 
Ordini Praemonstratensi, & eiusdem 
instituti duo alia ccenobia dotauit 
in Dania. Eius exemplum secutus 
Tucho Episcopus Burgilauensis, 
suos quoque Canonicos Praemon- 
stratensem obseruantiam tenere vo- 
luit. )) 

Or, pour ce qui concerne le 
siège épiscopal de Burgilavium, 
nous trouvons chez le Bénédictin 
Dom Gains, o. c. 1873, p. 329, la 
liste des évêques ; je la donne de- 



BOE 



19 



BOH 



puis 1176, qui est l'année de la 
fondation du monastère norbertin 
Burgilaviiim, du moins selon les 
Annales de Hugo, I, col. 429. 
J'ai transcrit cette liste avec le plus 
grand soin. 

(i). c. 1178. HomeruSy tr, Ripam, 
1178. Plus loin, à la p. 33i, col. 
2, Gams écrit : 1178 tr(anslatus) 
Burglav. Homerus (Ormer), f 22. 
VII. 1204. 

(2). Truid {Tïngoih)^ 1186, 1188. 

(3\ 1221. jfo2nnes, 1245. 

(4). 1245. (10.) Eskilliis. 

(5), 1247 el(igitu]:) Rudolphus, 
res(ignat) i252. 

(6). c. ic52-54. Olaiis Glob, t 
occis. 1262. 

(7). 1262. Joannes IL, 1271. 

(8). 1282 el(igitur) Nicolaiis, 1286. 

(9). 1286 el. Josefus, (sic) t 1299. 

(10). 1299 VI. Petyus. 

(11). Joannes III. ? 

(12). c. 1290? Nicolaus, i326, t 
1327. 

(i3). t327 el. Tycho Clerc, O. S. 
D. [Sic : ast error est pro : S. N.J, 
1337. 

(14). (20.) Andréas, i3/\.5, t352, 
t 1354. 

(i5). 1354 el. Magnus Joannis, 
i36i, tr(anslatus) Ripam i365. Plus 
loin, p. 33 r, col. 2, Gams écrit : 
i365 tr. Burg. Magnus, t 1369. 

(16). i365, 29. IX. prov(isus) 
Joannes Michaelis, tr(anslatus) Ripam 
1370. — p. 33i, col. 2, Gams ait : 
1369, 7. XI. tr. Burglav. Joannes 
Michaelis, y 6. XII. i388. 

(17). iSjo," Sven, t iBgô. 

(18). 1396, Peints, 1425, -\ 1430 
(3i). 

(19). 1432, Gerhard, Gydensherna, 
i" 1452. 

(20). 1453, JacoJms Frits, (Lodde- 
hat), t 1481. 

Joannes IV. 

(21). 1483. Nî'col. III. Siygge, 
O. S. D. [sic : sed oportet légère : 
O. S. N.], t i533. 

(22). i5i9. Coadj. (29.) Krumpen 
Siygge, captivus 1 536-42, res(io:nat) 
1542, t i55i. Voyez plus loin, 
sur cet évêque prémoniré, la notice 



sous les noms de « Krumpen Styg- 
ge )) . ^ 

Episcopatus cessât, ajoute ici le 
Bénédictin Dom Gams; puis il 
indique les cinq sources auxquelles 
il a puisé, parmi lesquelles Eric 
Ponioppidan dont il dit : cum Série 
episcoporum minus accurata. No- 
tez que l'ouvrage de ce dernier est 
intitulé : Annales ecclesiae Dani- 
cae diplomatici. Copenh. 1741-52, 
4 t., 4Û. — . A la BB. d'Averbode 
j'ai pu consulter un autre ouvr. de 
Ponioppidan, qui a pour titre : Thea- 
trum Daniae veteris et modernce. 
Bremen, 1730, 4". La liste des 
évêques a im Aalburgischen Stifft » 
s'y trouve pp. 452-53. 

BOGAERTS (François-Jean), 

né à Wackerzeel, le 8 oct. 1739 ; 
à l'abbaye du Parc profès de 1762, 
prêtre de 1765, bachelier en théo- 
logie à Louvain (1771), chantre 
(1776), assistant à Archennes de 
1782 à 1785. De retour à Parc, il 
fut nommé, dans le courant de la 
même année, vicaire de Celles ; 
prieur à l'abbaye en 1801, il y mou- 
rut le 22 juin 181 2. 

Nous avons de lui, imprimée à 
Louvain, chez Mart. Van Ovcr- 
belœ, la Thèse suivante : 

19 Apr. 177 1. De Sacram. Poenit., 
ejusque Partibus, Ministre & Effec- 
tu Quaestio Theologica. Propositio 
(i). Conclusio i='-3'''. Praeside Mag. 
Jo. Jos. Guyaux, def. Jo. Franc. 
Boogaeris (sic) ex Wackerzeel, Ord. 
Prasm. de Parcho Canonicus. — i 
f. in-foHo. (BB. d'Averbode). 

Source : Le Nécrol. de l'abb. du Parc, 
au 22 Juin, publié par Mr Raph, Van 
Waefelghem : il y cite « Cathal. Fratr. 
Parch, ab ao 1746, p. 40. » 

BÔHM (Kilien-Ant.) : I, pp. 

67-68. 

Selon le témoignage du célèbre 
Dlahacz, bibliothécaire de l'abbaye 
de Strahow (t 1820), on conserve 
des MSS de Kilien Bôhm à la 
BB. de cette maison. Voyez : His- 
torische Darstellung ....Strahow. 
Dritte Période, 1807, pp. 218-19. 



BON 



20 



BON 



Je regrette qu'il nous laisse ignorer 
les titres de ces travaux. 

BONNE-ESPÉRANCE (Ab- 
baye de). 

Dom Berlière, dans le « Monasti- 
con Belge » (T. I, 2^ Livrais, pp. 
(392-409) énumère parmi les sour- 
ces : Gallia christ., III, 199-205 ; 
Fisquet, France pontif., Cambrai, 
679-686 ; Hugo, Annales 0. Praem.y 
I, 351-378; Sanderus, Bibl, MS. 
Belg., I, 3o5-3i2 ; Brasseur, Ori- 
gines, 179-189 ; Id., Sanda SS, 
Hann., 67-70 ; Id. Ecclesiae Bonse 
Spei luminaria duo,... divus Fre- 
dericus abbas..., et beata Oda..., 
Additur catalogus reliquiarum, sé- 
ries abbatum.... Montibus, 1640, 
80 pp. in-80 ; Voyage liti, de deux 
Bénédictins, 17 17, 2^ part., 210; de 
Feller, Voyages, II, 535-541 ; Th. 
Lejeune, notice dans les « Docu- 
ments de la Soc. archéol. de Char- 
leroi » VI, 378-88 ; du même, Le 
monastère, l'église et la Vierge mi- 
rac. de B. E. (Revue de l'Art chré- 
tien, t. 17, 1874, 225-239); Ursmer 
Berlière, La chronique de Jean de 
Sîvry, prieur de B. E. (Annal, du 
Cercle arch. de Mons, t. 24, 143- 
i53) ; etc. Bulletin Comm. d'hist., 
2^ série, III, loo-iii. 

La BB. du séminaire de B. E. a 
conservé : i^ le précieux recueil des 
chartes et autres documents com- 
posé sur Tordre de l'abbé Maghe, 
de 167 1 à 1708, en 18 vol. in-folio ; 
2" le « Catalogus religiosorum ec- 
clesiae B. M. Bonae Spei » i vol. 
in-8o, donnant la liste des religieux 
reçus depuis l'abbé Antoine de Mer- 
dop en T483 ; 3» Registrum bene- 
ficiorum Bonae Spei cum formulis 
collationum, etc. contenant la liste 
des curés et vicaires des diverses 
paroisses administrées par l'abbaye 
depuis le XVI^ siècle. 

Les Archives de l'Etat à Mons pos- 
sèdent le chartrier de l'abbaye (cinq 
cartons), des registres (n^s 5458- 
5648), parmi lesquels le Registre 
de la pitance au XIV^ s. (n» 5468), 
deux cahiers de présentation aux 
cures et bénéfices (n'^^ 5467-5468), 



etc. Dans le carton 64072, différents 
procès-verbaux de visites canoni- 
ques de l'abbaye des XVI I^ et 
XVIIIe s. 

Aux Archives du Royaume on con- 
serve le Nécrologe de B. E. acheté 
à la vente de Renier Chalon (Ca- 
tal. de la BB. de Renier Chalon, 
1890, n" 1234). Ce volume sur vé- 
lin, transcrit au XIV^ siècle, con- 
tient les mentions des religieux jus- 
qu'au XVI Ile s. (Cartulaires et 
MSS. 745 bis, 92 £f. in-40). 

Dans le i^r Volume de ce Dic- 
tionn., p. 555f col. 2, j'ai fait con- 
naître un autre Obituaire de B. E. 
in-folio. 

Les procès -verbaux des élections 
abbatiales se trouvent dans le Con- 
seil d'Etat (carton 61) et le Conseil 
privé (carton 1460), l'état des biens 
de 1787 dans le Reg. 46674 de la 
Chambre des comptes, 

Cfr. Dom Berlière, ouvr. c. plus 
haut ; et le vol. I de ce I^ictionn., 
pp. 555-6, n"^ 2 à 7. 

Liber Canonum, très-beau MS in- 
fol. par des religieux de B. E., 
est possédé encore de nos jours 
(1906) par le petit Séminaire de 
B. E. 

« Liber Stae Mariae de Bona 
Spe » (Brux. II 2532. — Phihpps 
14919). MS. 

BONNEFOY (Denis-Hub.) : I, 

p. 70. Entré en religion en 1869, il 
fut ordonné prêtre en 1876 ; nommé 
d'abord provisiteur de la Congré- 
gation française, en 1893, puis 
prieur de l'Abbaye de St- Michel 
de Frigolet, il fut enfin nommé 
prélat de la susdite abbaye et reçut 
la bénédiction le 23 mai 1899, des 
mains de Mgr Gouthe-Soulard, ar- 
chevêque d'Aix, délégué par le 
Saint Père pour présider la céré- 
monie, — Son règne ne fut que 
de quelques mois, pendant lesquels 
il travailla activement au bien de 
sa chère abbaye ; il a succombé à 
une pénible maladie le 21 septem- 
bre, âgé de 46 ans. Il a passé en 
faisant le bien et lai se après lui 
les nombreux regrets de tous ceux 



BOR 



— 21 



BRE 



qui l'ont connu et approché. Il 
avait pour devise : « Fide et lenitate » 
— avec foi et bonté. 

BORELLY (Adrien-Auguste) : 
I, p. 72. 

Ce religieux, selon le « Catalogus 
generalis » de igoo, naquit le i'' fé- 
vrier i858 à Tresques, diocèse de 
Nîmes. Il reçut l'habit à Frigolet, 
le 21 nov. 1873, y prononça les 
vœux le i5 déc. 1874, et fut ordonné 
prêtre le 23 déc. 1882. En igoo, il 
était prieur, maître des novices et 
professeur de théologie (Ibid. p. 
259). 

Je lis dans la « Bibliothèque Nor- 
bertine » livraison de Novembre 
1903, p. 3o5 : L'abbaye de Leffe 
sera.... pourvue de l'éclairage mo- 
derne à l'acétylène. Le Révérend 
Père Adrien Borrely (sic), prieur 
de Leffe, est en effet V inventeur d'un 
système breveté, le « Phosphène », 
établi déjà dans bon nombre de 
presbytères et communautés reli- 
gieuses en France. 

BORLUUT(Gérulphe) : I, pp. 

72-73. 

On lit dans les « i\nalecta Bol- 
landiana » T. III. — Fasc. II. 
1884, p. 167 : 

Duplex prodiit catalogus genera- 
lis codicum mss. Bibliothecse pu- 
blicae Gandavensis : alterum anno 
18 16 vulgavit J. Walwein de Ter- 
vliet, alterum contexit vir optime 
de re litteraria meritus, baro Ju- 
lius de Saint-Génois, eumque in- 
scripsit : Catalogue méthodique et 
raisonné des Manuscrits de la bi- 
bliothèque de la Ville et de l'Uni- 
versité de Gand (1849-1852). Sed, 
quod mireris, neuter codices iis 
numeris designavit quibus in ipsa 
bibliotheca jam dudum notati sunt 
et ab eruditis passim citati. — Et 
plus loin, à savoir pp. 194-197, se 
trouve la description bibliographi- 
que donc très complète du « Codex 
signatus n^ 477 (Walwein 2i5 ; 
S^-Genois 153)». Membraneus, fo- 
liorum 62, forma: minoris (o'ti,i87 
Xo,i2), lineis plenis graphide pluni- 



bea ductis, exaratus seculo XII. 
Capitulorum tituli et litterœ initiales 
minio descripta. Totum codicem 
complet « Vita sancti Norberti sub 
Gregorio XIII canonizati (fol. i- 
62''). — Edita in Ad. SS,, ad d. 
6 Junii, tom. I, p. 819-858. — Sed 
in cod. om. tum num. 6, tum 
pars prior num. 7, usque ad haec 
verba : contra se praetendebat. 

Reliquis 12 foliis continentur do- 
cumenta varii generis descripta ma- 
nu Cîerulphi Borluut » etc. 

BOTERDAEL (Josse-Augus- 
tin van) : Vol. I, p. 78. 

I. Averbodium Antiquissima Tax- 
andriae Abbatia : Eiusdem Origo 
et progressus chronologice deduc- 
tus. — Appendix ad praecedentia. 

— Index. 420 pp. in-folio. 

A la BB. d'Averbode, il y a 2 
opuscules imprimés, en l'honneur de 
ce religieux, consistant en des poésies 
latines. Le i^^' est intitulé : Vene- 
rando Viro Domino Domino Au- 
gusiino van Boterdael.... Pastori in 
Hechtelt &c. Quinquagesimum Re- 
ligionis Annum solenniter célébrant! 
Die IX. Octobris M.DCC.LXXV. 

— Lovanii, Typis Joannis Jacobs, 
plateâ Thenensi. — Le verso du 
titre est en blanc ; pp. 6 non chiff, 
in-4". « ConVentUs aVerboDIensIs 
toto De CorDe JUblLarlo offert. » 

— Le 2°"^ avec un titre analogue 
oc upe également 6 pp. non ch. 
in-40. « Dabant Confratri suo Jubi- 
lanti Canonici Averbodienses. » 

BRANDL (Benoît) : V. III, 
p. 27. 

Ce jeune docteur en philosophie 
a publié ; 

Lessings fragmentstreit : Pro- 
gramm gymnasii Pilsen. 1908, pp. 
3-45. 

BREUGELMANS (Hugues- 
Henri), né à Vorst en Campine, 
baptisé le 25 déc. 1698. Admis le 
I févr. 1720 à l'abbaye d'Averbode, 
il reçut l'habit quelques semaines 
plus tard, à la fête de S. Joseph ; 
prononça les vœux le i5 mars 
1722, fut ordonné prêtre au mois 



BUC 



— 22 — 



BUG 



de mars de l'année suivante. Le 
fr. Hugues remplit successivement 
les fonctions de chantre, de circa- 
teur, de sous-prieur ; avant et après 
les dernières fonctions, celles de 
pénitencier à Cortenbosch ; et de- 
puis le 5 nov. 1727 celles de maître 
des novices au couvent. Nommé 
curé à Cosen, au mois de janvier 
1733, à l'âge de 33 ans, il y resta 
jusqu'à sa mort, arrivée le 20 mars 
1777. Le 5 avril 1763,... on com- 
mença la démolition de l'ancienne 
église et la construction de la nou- 
velle, sous la direction et proba- 
blement d'après les plans d'un frère 
laïc d'Aierbode (fratre nostro Grego- 
rio ingénieur. Sic). On travailla 
avec tant de zèle que le 7 novem- 
bre le curé Breugelmans, âgé alors 
de 65 ans et ayant 3i ans de charge 
pastorale, put la bénir, avec per- 
mission du vicaire capitulaire sede 
vacante. Ceci est extrait du 

Registre tenu par Breugelmans, MS 
qui existe encore. 

Ml" l'abbé Polydore Daniels, qui 
l'a vu et examiné, écrit dans la 
revue « L'ancien pays de Looz » 
1899, 4^ ann. pp. 76-77 : « Les 
indications historiques, que nous y 
trouvâmes, présentent d'autant plus 
d'mtérêt que jusqu'ici, en dehors 
de ce qui regarde Cortenbosch, 
rien n'a été imprimé touchant ce 
village (Cosen). — Nous donnons 
(la liste) des curés d'après notre 
registre à partir de 1470. » 

Sources : Séries... Canonicorum Regul. 
In Averb, Abbatia professorum. 1712- 
1797. MS dans nos ^^rchives ; — l'abbé 
Daniels, ]. c. 

BUCILLY (abbaye de). 

I. BB. nationale à Paris : su- 
perbe Cartulaire du XI ÏI^ s., sous 
la cote 201, vélin in-folio ; enrichi 
(page 107) du (( Brève Chronicon ab- 
batiae Buciliensis, auctore Casimiro 
Oudiu)), Fonds latin, 10, 121, m 
feuillets. 

Le Cartulaire et le Chronicon 
ont été imprimés. Voyez ma notice 
sur Oiidin, Vol. I de ceDictionn., 
p. 646 au n'^ 10. 



2. A Laon, Archives départe- 
mentales : 4 plans géométraux ; i 
liasse de pièces de i658 à 1789. 
(P. Louis de Go7tz,, Archiv. norb. 
de France, 1884, p. 49). 

BUERSE (Jean), issu d une fa- 
mille noble, docteur en théologie, cha- 
noine de St Nicolas de Furnes. 
Etant curé à Nieuport, il fut élevé 
à la charge abbatiale vers la fin de 
1494. Le Général de l'Ordre, d'ac- 
cord avec le chapitre général, l'en- 
voya en i5o2 à Rome, en compa- 
gnie des prélats de St Michel (An- 
vers) et du Parc : ils obtinrent du 
Pape Jules II la confirmation et 
l'approbation de nos statuts renou- 
velés. Le P. de Waghenare écrit : J. 
Buerse « an. i5o5. Gandavi, & alibi 
per Flandriam renovavit Magistra- 
tum, quod etiam annis 1497. i5o3. 
i5o4. &c. fecisse Furnis, & Neo- 
porti, earumdem civitatum testantur 
monumenta. » — Buerse mourut 
en i5i2. (Ouvr. intit. Sanctvs Nor- 
hQxtvs.,.,voce scluiâ..,. i65i,p. 424). 

BUGENHAGEN (Jean) : Vol. 
I, pp. 93-94. 

Je lis dans le « Journal des Sça- 
vans » Sept. 1729, édit. d'Amster- 
dam, dont je ne corrige pas le texte, 

pp. 170-177 : JOH. BUGEKHAGII Po- 

merania. In quatuor Libros, divisa. 
Quorum primus agit de Pomera- 
norum antiquitate. Secundus refert 
Pomeranorum, & Rugianorum con- 
versionem. Tertius Principum Po- 
meraniae gesta, veramque tradit 
sanguinis propaginem, Quartus 
continet miscellanea. Ex manu- 
scripto edidit Jac. Henr. Baltha- 
SAR. Theol. Doctor, & Professor 
ordinarius, Consistorii Regii Asses- 
sor, & ad ^dem S. Jacobi Pastor. 
Griphïswaldiœ : surnptibus Jac. Lofleri 
Regiœ Académies Bibliopolœ.Anno 172S. 
C'est-à-dire : La Poméranie, de Jean 
BuGENHAGHEN, divtséc cn quatre Livres, 
dont le premier traite de V Antiquité des 
peuples de Poméranie, le second de leur 
conversion S^ de celle des habitans de 
flsle de Rîigen, le troisième des ac- 
tions &• de la succession des Princes 



BUG 



— 23 — 



BUG 



de Poméranie, le quatrième enfin de 
quelques évenemens remarquables qui 
n'ont pu trouver place dans les Livres 
precedenSy mise au jour sur un ancien 
manuscrit par Jacques- Henri Bal- 
THASAR Docteur S- Professeur en Théo- 
logie, S'C, A Grypswald, aux dépens 
de Jacques Loflerus, Libraire de 
l'Académie. 1728. I vol. /«-40. pp. 
188. sans compter la Préface de 
l'Editeur de 20 pp. un Supplément 
à l'abrégé (sic) de Bugenhaghen 
de II. pp. & les Tables. 

11 est certain que Bugenhaghen 
n'est pas le premier qui ait écrit 
l'Histoire de sa Nation, puisque 
son Prince l'avoit chargé, comme 
on le verra dans la suite, non de 
faire l'Histoire de Poméranie, mais 
de rassembler les Auteurs qui en 
avoient parlé. Il s'appliqua en effet 
à cette collection, mais tout ce 
qu'il put rassembler lui parut si 
peu correct qu'il ne le regardât 
que comme des Mémoires informes, 
& se chargea du soin de les mettre 
en ordre, & d'en faire un Livre 
digne d'occuper le loisir des hon- 
nêtes gens. De telle sorte que cet 
Ouvrage est réellement le meilleur 
qui eût paru jusqu'alors. 

L'Editeur avoiie cependant que 
la plus grande partie de ce qu'on 
trouve ici est rapporté plus au long, 
& souvent beaucoup mieux dans 
les Chroniques de Cramer, de Frie- 
deborn, de Micrelius, & de plusieurs 
autres, & ne croit pas pour cela 
faire un présent inutile au public, | 
parce qu'il a trouvé, dit-il, dans | 
cet Auteur, beaucoup de choses 
capables d'éclaircir tout ce que les 
autres ont dit. Une raison qui lui 
paroît encore plus forte que celle-là, 
c'est que la lecture de Bugenha- 
ghen est très-propre à faire sentir 
le besoin qu'avoit la Poméranie de 
la Réforme de Luther. Pour ap- 
puyer ce sentiment, il cite seize 
Textes de cet Auteur qui se lisent 
aux pages 24. 25. 26. Sg. 55. 56. 
57. 75. 94. 116. 117. 118. iig. 
164. 171. & i85. de cette Edition. 
Nous avons eu l'exactitude de relire 
ces passages, nous n'y avons recon- 



nu qu'un Catholique Romain qui 
voit tous les abus & qui les reprend 
avec force, mais qui n'en cite au- 
cun qu'on ne puisse, & qu'on ne 
doive corriger sans recourir au 
Schisme. 

Bugenhaghen avoit à peine trente- 
trois ans quand il composa cette 
Histoire. Car il naquit à WoUin, 
Ville fameuse autrefois, mais qui 
n'est maintenant qu'un petit Village 
dans la Poméranie, le 24. Juin de 
l'an 1485. A l'âge de treize ans, 
c'est-à-dire, en 1498. il fut conduit 
apparemment pour ses études à 
Stetin, où il y avoit pour lors un 
Collège fameux. Après y avoir étu- 
dié les Belles Lettres l'espace de 
trois ans, il passa dans l'Univer- 
sité de Grypswald pour y prendre 
le bonnet de Maître es Arts, & l'y 
prit en effet en i5o3. Il fut élu 
Recteur du Collège de Treptow, 
emploi dont il s'acquitta dignement, 
A quelque tems de là, il entra dans 
un Monastère voisin [nommé Bel- 
bogj, où ayant reçu la Prêtrise, il 
se rendit utile au peuple & à ses 
frères par ses Sermons & par ses 
Explications sur l'Ecriture, de telle 
sorte qu'en i5i7. lorsque pour l'u- 
tilité des Moines & du public on 
établit des Ecoles dans cette Mai- 
son, on l'en nomma Lecteur d'une 
commune voix ; or c'est dans cette 
place qu'il mit la dernière main à sa 
Poméranie, & voilà ce qui fit naître 
cet Ouvrage. 

Frédéric surnommé le Sage, Elec- 
teur de Saxe, ayant résolu de faire 
écrire l'Histoire de son Electorat, 
& sentant le besoin qu'il avoit de 
celle de ses voisins pour accomplir 
son projet, pria Bugslas X^ du nom, 
Duc de Poméranie, de lui envoyer 
sa généalogie & les principales 
actions de ses Prédécesseurs. Pour 
satisfaire ce Prince, Bugslas char- 
gea Bugenhaghen de visiter toutes 
les Bibliothèques & de rassembler 
tous les Livres qui pourroient in- 
struire Frédéric de ce qu'il désiroit 
sçavoir : Notre Auteur accepta la 
commission, quoiqu'il en connût la 
difficulté, & parcourut toute la Po- 



CAB 



24 — 



CAB 



méranie, mais après des travaux 
immenses, il ne se vit chargé que 
d'un petit nombre de Livres qu'il 
ne jugea même pas dignes d'être 
envoyez à l'Electeur de Saxe. 11 
avoit prévu ce malheur, cS: pour ne 
pas tromper totalement Tesperance 
que son Prince avoit fondée sur 
ses voyages, il avoit recueilli sur 
les lieux mêmes où il s'étoit trouvé 
une infinité de Remarques, comme 
des matériaux dont il feroit usage 
si l'on le jugeoit à propos, Cest 
avec ce butin qu'il rentra dans son 
Couvent, il s'y mit au travail avec 
tant d'ardeur, qu'à la fin du mois 
de Mai de l'année i5i8. il le pré- 
senta à son Prince, comme on 
l'apprend de son Epître Dédicatoire, 
par laquelle on voit qu'il lui en- 
voya sa première Copie, puisqu'il 
lui dit de juger de l'exactitude de 
cet Ouvrage par la quantité de ra- 
tures qu'il y trouvera. Depuis ce 
tems on a gardé cette Histoire 
manuscrite dans la Bibliothèque du 
Duc de Poméranie, où les Grands 
& les Plommes d'Etat l'alloient lire 
& admirer l'exactitude, la candeur, 
la méthode & le stile de Bugen- 
haghen, au rapport de Pierre Vin- 
cent dans un Discours public qu'il 
prononça à Witemberg en i558. 
& qui se lit dans le troisième Tome 
des Déclamations de Ph. Mélanch- 
thon, imprimées en [i55g. 8° à 
Strassb., en] 1706. à Copenhague. 
Notre Auteur après avoir donné 
dans ce Livre des preuves incon- 
testables de son attachement pour Rome 
se laissa séduire à la doctrine de 



Luther, & mouiut zélé Protestant. 
(Jusqu'ici l'article du « Journal des 
Sçavans ».) 

Cfr Niceron, Mémoires pour ser- 
vir à l'histoire des hommes illustres 
dans la république des lettres. T. 
XIV, Paris, lyîi, pp. 175-189, 23 
numéros pour les écrits de Bugen- 
hagen ; T. XX, 1732, pp. 71-75, 
où il y a 21 numéros dont 3 sont 
mentionnés déjà au T. XIV. J'ai 
découvert sur des catalogues alle- 
mands les titres qui suivent : 

Bugenhagen, J.y Ain Cnristlicher 
/ sendprieff. An frauw / Anna, ge- 
borne hertzo / gin von Stetin in / 
pomern H. / Summa der seligkait ; 
auss / der hailigen schrifft. O. O. 
u. J. (1524.) 4- 6. Bl. Mit Titel- 
bordùre. 

Bugenha.(gen) Pome.(ranus), Joa. 
Wat me van | dem Closter leuen | 
de holden schal, al j lermeyst vor 
de Nun 1 nen vnde Bagynen | ghe- 
schreuen. | Vth der hilgen schrifit. 
I Tho Hamborch j 1529. | kl. 8. 
cart. 53 ungez. Bll. 

Aeusserst selten u. gesucht, Titel 
mit breiter Holzschnittumrahmung, 
auf Bl. 53 verso das Impressum : 
Ghedrucket yn der lo | ueliken 
Stadt Ham | borch dorch Jur | gen 
Richoiff. I 1529. I 

Bugenhagen, Joh., ein Schrifft von 
der jtzigen Kriegsrùstung. 4. Wit- 
teberg, H. Lufft, 1546. 8 Bl. 

NB. Sur l'abbaye de Belbog et 
le parthenon de Treptow on peut 
voir : Wintcv, Die Pramonstraten- 
ser, i865, pp. 2i3-223, 318-9. 



c 



CABUERNIGA, chanoine du 
monastère de St Norbert de Valla- 
dolid. 

Ce religieux fit de nombreuses 
recherches dans le but de découvrir 
les archives de notre ordre. Entre 
autres travaux, il rédigea « un Ca- 



talogo de los milagros que havia 
obrado el Todo-poderoso por la 
intercession de Maria Santissima 
con el titulo de los Afligidos. » 

Source : Illana, Hist. de los varones.... 
T. II, p. 104, col. I : où la date n'est 
point ajoutée. 



CAE 



20 



CAE 



CAENEN (Candide) : I, p. 97 ; 
III, p. 3i. 

Grâce à la prévoyance de ce cha- 
noine d'Averbode, les ornements si 
précieux de l'abbaye, la bibliothèque 
et les archives, furent remisés en 
des lieux de sûreté durant la grande 
Révolution de 1790, et conservés 
jusqu'à nos jours. 

1. pp. i39, in-fol. 

2. Commentaria in Psalmos et 
in Cantica officii divini. 3 vol in-4". 

3. Historié en Mirakelen.... tôt 
Cortenbosch. — Le M S autographe 
de cet ouvrage est à la BB. d'A- 
verbode : MS no 74, pp. 1-2 17 in- 
fol. 

Au commencement de ce MS. 
on a inséré un feuillet encadré, 
dont le recto est imprimé et sur le- 
quel je lis : Litanien van Loretten 
tôt Onse Lieve Vrouwe van Cor- 
ten-bosch. Au-dessous de ces mots 
il y a I gravure très fine, « Theo- 
dor. Ion. van Merlen sculpsit » 
[sic] ; suivent les litanies, d'abord 
en flamand, caract. goth., puis en 
français, lettres ordin. — Tout en 
bas : TAntwerpen ] By Geeraerdt 
Wolsschaten ] naest d'Abdije van 
S. Michiels 1642. 

Un autre M S autographe se trouve 
aux archives d'Averbode, sous ce 
titre exactement transcrit : 

Onze Lieve Vrouwe van Corten- 
bosch, onder de benaeminge van 
Geneester der kranken. (Salus In- 
firmorum.) oft kort verhael van den 
oorsprong, en voortgang van haer 
beeld, en van de mirakelen dewel- 
ke daer aen geschied zijn in het 
Dorp van Cosen des Graefschap 
Lbon by S^ Truijden, Anno i636. 
en volgende jaeren. Te saemen 
met een noodwendig onderwijs, om 
deéze bedevaert nuttelijk aen-te- 
gaen ; en verscheijde schoone ge- 
beden hier toe bijzonderlijk bij een 
gebrogt. (sic). — M S petit in-40 ; 
ce MS autographe compte une 
bonne centaine de ft. non ch., et 
porte au dos le n^ 144. 

5 : à la p. 3i du Vol. III de 
cette Bio-bibliographie. 



6. Dissertatio historico-canonico- 
politica de commendis praesertim 
monasteriorum abbatibusque ccm- 
mendatariis, quatenus olim in Bel- 
gio fuerint et an reduci Principis 
auctoritate valeant ? — pp. 242 
in-4". 

7. Chronici Praemonstratensis ab 
Auh, Miraeo editi continuatio ab a" 
i6o3 ad 1790, — En réalité, cette 
continuation ne va que jusqu'à 
1623 : sans doute Caenen n'aura 
pas eu le loisir d'achever. MS au- 
tographe à la BB. d'Averbode, n" 
io5, pp. i-i3. 

8. Relaes aengaende de poogin- 
gen van vi^egens 't (jouvernement 
gedaen tôt het inbrengen van een 
oeconomaet binnen Averbode. 1789. 
— ibid. pp. 90-92. 

Notes. 

Aux archives de Tabbaye d'Aver- 
bode se trouvent, réunis en i vol. 
{n° 74), les mss. suivants : 

1. Duo praeclara sidéra, non ita 
pridem ex Circulo Lacteo détecta 
Siue Vitae Beatorum Andreœ et Ar- 
nihij Candidi Prœmonstratensium 
ordinis Celeberrimi ac Pervetusti 
Cœnobij Auerbodiensis et prisci aeui 
tenebris nunc demum in lucem 
asserta. — pp. 3o in-folio, ms. ano- 
nyme. 

2. Vita B. Andréa primi Abbatis 
Averbodiensis.... ex Chronico Nice- 
lai Hogelandi Abbatis Middelbur- 
gensis. — 16 capita, pp. 46 in-fol. 
C'est la vie éditée à Anvers, en 
1682. 

3. lAnnotationes criticae in eam- 
dem B. Andreae vitam] : pp. 84 
in-fol. : per anonymum. 

4. Vita Beati Andrew..., — En 
regard du latin se trouve la même 
vie en français : pp. 2 3 in fol. 

5. Vita beati Arnihii ; pp. 4 in-fol. 
Ecriture fort serrée. — Item en 
français, d'une autre main : pp. 11 
in-fol. 

6. Origo Abbatiae Averbod. : 11 
pp. in-fol. 

7. Fundatio Auerbodiensis Mo- 
nasterij : 5y pp. in-fol. — Le nom 



CAR 



26 



CAR 



de l'auteur n'est point exprimé, 
mais c'est le travail du chanoine 
Amhroise Aerinijs, mort en 17 10. 
Voir sa notice I, p. i3. 

8. Séries Abbatum Averbod. (i 128- 
1698) : 9 pp. in-fol. 

9. Relatio eorum, quse contige- 
runt post obitum Domini Gisberti 
Abbatis (Averbod. : sede vacante :) 
ac sub Adriano Trudone Abbate, 
quasque aliquam attentionem me- 
rentur. 1778. [Per D. Adr. Tnid. 
Salé], pp. 19 in-fol., ms. autogra- 
phum. 

10. Vers la fin du volume, ou 
plutôt du même recueil de mss. 
sous le no 74 de nos archives, il 
y a plusieurs lettres et divers do- 
cuments. 

CAPELLE (monastère de N. D. 
de la), fondé par notre abbaye de 
la Case-Dieu, vers 1142. 

Le P. Louis de Gonzague Daras 
s'exprime en ces termes dans ses 
« Archives norbertines de France » 
(p. 5o) : A Toulouse, dans les pro- 
cès-verbaux de la Convention, pour 
la vente des biens nationaux, nous 
avons trouvé tout un dossier, avec 
l'estimation des biens (de la Ca- 
pelle), le catalogue de la bibliothèque, 
l'état personnel des derniers religieux, 
etc. 

Cfr Hugo, AnnaL I. col. 465-466, 
qui sont mal chiftrées ainsi : 433, 
434. — Gallia Christiana, XIII, 
pp. 143 (col. 2) à 146, où est cité 
le « Necrologium » de la Capelle. 
La Gallia Christ, mentionne 33 ab- 
bés, dont 25 réguliers et 8 com- 
mendataires. 

CARESMAR (Jacques) : Vol. 
I, pp. 104-8 ; III, pp. 32-33. 

J'ai eu la satisfaction, au prin- 
temps de 1909, de consulter, à l'ab- 
baye du Parc, l'ouvrage du Père 
J. B. Genér, S. J., intitulé : Jo. 
Bapt. Genér S. J. theologi Hispa- 
ni Theologia dogm.aticoscholastica. 
Romae 1767, 6 tomi in-4". A la 
page 95 du i^" tome, et surtout aux 
pp. 195-6, il loue le chanoine « Ja- 
cobus Caresmâr, patria Aqualaten- 
sis » ; il énumère les travaux litté- 



raires de celui-ci, tant imprimés 
que manuscrits (en 1766), et il ajoute 
(note h au bas de la p. 196) : Haec 
mecum communicavit Cl. V. Franc. 
Xaver. Elias, alias laudatus, literis 
Barcinone dat. 21 Oct. 1766. 

Voici donc une liste assez com- 
plète des écrits de notre confrère 
Caresmâr : 

1 . Une Dissertation espagnole sur 
la légitimité d'un instrument du 
règne de Charles le Chauve de 
l'année 858, sur la question de sa- 
voir, si Séniofrède, évêque de Gi- 
ronne, est différent de celui nom- 
mé dans l'instrument de Ridaura. 
— Dissertation insérée dans le t. 43 
de (( l'Espagne sacrée » par les con- 
tinuateurs du P. Florez. 

2. Sanctus Severus.... Disserta- 
tio historica. Vici • [i, e. Vich] ; 
1764, in-4". Le titre complet et la 
description de ce livre rare se trou- 
vent en ce Dictionn., t. III, p. 32. 

3. Menologium Praemonstraten- 
se, pars I très primos menses complec- 
tens. — Le savant Elias, nommé 
plus haut, affirme que cette i^e par- 
tie a été imprimée ; les parties II, 
III et IV sont restées inédites. 

4. Dissertatio Historico-Chrono- 
logica de Inscriptione Lapidis Ec- 
clesiae Sancti Meterii Martyris Bar- 
cinonensis. — Après ces mots, le 
même Elias écrit : Et haec quidem 
in lucem édita ; sicut et plura alio 
spectantia. — MSS vero^ quae pe- 
nitus confecta, seu jamiam (sic) 
conficienda, preloque mandanda, 
habet (1766), per plura sunt. Videli- 
cet 

1. Menologium Praem. pars II. 
III. IV. 

2. Bibliotheca Scriptorum Ordi- 
nis Praem. 

3. Historia literaria Cataloniae, 
seu Scriptores Catalani chronolo- 
gico ordine recensiti, notisque his- 
toricis & criticis illustrati. 

4. Catalonia sacra, sive de rébus 
gestis Episcoporum Cataloniae, ac 
Russinionensis Comitatus. 

5. De sacris Conciliis in Catalo- 
nia habitis Commentarius. 

6. Monasticum Catalanum, sive 



CAS 



27 — 



CAS 



H istoria singulorum Monasteriorum , 
Canonicorum Regularium & vete- 
rum Monachorum, cùm supersti- 
tum, tùm extinctorum ; cum appen- 
dice Originis & Fundationis singu- 
lorum Coenobiorum seu domorum 
Regularium Ordinum post Sec. XII 
enatorum. 

7. Historia de antiquis Comitibus 
Urgellae. 

8. Historia monasterii B. Mariae 
Bellipodii Avellanarum, ex antiquis 
ejusdem domus aliisque documentis 
contexta, ad an. i33o. In-40 (déjà 
indiqué en ce Dictionn., t. III, p. 
33). 

9. Empire des Arabes en Cata- 
logne (en espagnol ?). 

10. Razon del arreglo del archi- 
vo de la colegiata de Ager. (Rai- 
son du règlement de tous les in- 
struments qui se trouvent là. Le 
P. Caresmar seul a transcrit 2,53o 
documents). 

11. Immense recueil de diplômes 
et de pièces historiques, copiés par 
lui. 

12. Il a communiqué des notes 
au R. P. Franc. Mandez, augustin, 
pour son livre intitulé a Tipografia 
espaiiola ». 

i3. Catalogo de la Biblioteca de 
la santa Iglesia catedral de Barce- 
lona. 

NB. En 1906 parut un ouvrage 
qui a pour titre : 

— Las Casas de religiosos en Cata- 
luiia durante cl primer Tercio del siglio 
XIX, par D. Cayetano Barraquer 
y Roveralta, Can. Barcelona. 

Deux volumes (3o francs, compris 
frais d'expéd.) 

Impr. Franc. J. Altes Y Alabart. 
Calle de los Angelos, 22 & 24, 
1906. 

On y lit que les manuscrits de 
Caresmar et de Pasqual sont conser- 
vés dans la bibliothèque des Fran- 
ciscains de Balaguer (Catalogne). 

CASASOLA (Juan), pour lequel 
voyez l'article Gomcz de Casasola,Yo\. 
I de ce Dictionnaire, pp. 319-20. 

CASE-DIEU (abbaye de la), au 



y diocèse d'Auch, département du 
Gers. 

1. Aux Archives départementales 
à Auch se trouve (1884) ^^ énorme 
volume in-folio : inventaire à la 
fois chronologique et systématique 
des chartes et diplômes de la Case- 
Dieu, au nombre de près de 2,000 
pièces ; œuvre des religieux de ce 
monastère, comme le prouve la 
différence des écritures qui se suc- 
cèdent sous chaque rubrique. — La 
table pour la pagination courante, 
en tête du volume, puis la table ana- 
lytique à la fin, ainsi que la liste 
des abbés, sont seules de la main 
du fameux Larcher (étranger à no- 
tre ordre). 

2. Evêché de Tarbes, Pouillé du 
diocèse par Larcher ; documents his- 
toriques sur les paroisses régulières 
de la Case-Dieu ; liste complète des 
curés. 

3. lîôtel de ville de Tarbes, 
« Glanage » de Larcher, 25 vol. in- 
40. Tome V, copie intégrale de 101 
documents relatifs à la Case-Dieu, 
pp. 442 sans table. Parmi ces do- 
cuments : les titres de nos fonda- 
tions de Pleine-Selve, La Capelle, 
Retorte, Behaune, etc. ; le marty- 
rologe, le nécrclogo entier, des Bulles 
papales, un ancien inventaire des 
chartes de 1400. 

4. Aux Archives départem. des 
Hautes-Pyrénées, dans le Diction- 
naire de Larcher^ un grand^nombre 
d'articles historiques. 

(Jusqu'ici ces notes sont extraites 
des « Archives norbertines de 
France» 1884, par le P. Louis de 
Gcnzague Daras, pp. 5o*5i). 

5. J'ai sous les yeux le prospec- 
tus et le « Premier fascicule (De 
ii35 à i3oi) » Toulouse, Impri- 
merie de Jos. Fournier, 1903, de 
l'ouvrage suivant, grand 8° de 
i56 pp. : 

Diocèse d'Auch. Abbaye de la 
Case-Dieu de l'ordre des chanoines 
réguliers prémontrés de Saint Nor- 
bert. 

Dans l'archidiocése d'Auch, Siège 
Primatial, durant des siècles, de la 
Novempopulanie et des Deux Na- 



CAS 



— 28 



CHA 



varres, sur la ligne divisoiie du 
comté de Pardiac et du bas-comté 
de Bigorre ou Rivière-Basse, fut 
fondé, vers le milieu du XI I^ siècle 
(ii35), le Monastère des Très Ré- 
vérends Chanoines Réguliers Pré- 
montrés de la Case-Dieu, par Gau- 
tier, abbé de Saint-Martin de Laon, 
l'un des premiers disciples de saint 
Norbert. Ce Monastère fut, durant 
tout le moyen âge, et jusqu'à la 
révolution française de 1789, l'ab- 
baye-mcre de la Circarie de Gas- 
cogne. 

L'abbaye de la Case- Dieu fut cé- 
lèbre, autant par l'austérité de vie 
et les vertus éminentes des pieux 
enfants de saint Norbert, l'illustre 
archevêque de Magdebourg, par le 
nombre des Abbayes, Monastères, 
Prieurés, Granges, qu'elle fonda, 
que par l'étendue de ses posses- 
sions territoriales, dues aussi bien 
à la piété reconnaissante des peu- 
ples, qu'aux largesses de hauts et 
puissants seigneurs. L'importance 
de ces possessions permit aux saints 
religieux de la Case-Dieu de répan- 
dre à profusion les bienfaits de leur 
zèle et de leur charité, soit dans 
le midi de la France, soit en Es- 
pagne. 

Possesseur de plus de i5o chartes 
absolument inédites sur la Case- 
Dieu, et d'une multitude d'autres 
documents, glanés un peu partout, 
depuis plus de trente ans de re- 
cherches poursuivies avec une per- 
sévérance obstinée, dans les vieux 
papiers de famille, dans les actes 
publics des notaires, dans les pré- 
cieux dépôts des archives des dé- 
partements, etc., nous serions heu- 
reux de livrer ces trésors au public 
intelligent et plus spécialement à la 
classe privilégiée des érudits. — Le 
lecteur sera tenu au courant, pour 
ainsi dire, jour par jour, des mœurs, 
des traditions, de la législation des 
temps féodaux et des époques plus 
récentes, jusqu'à la révolution fran- 
çaise de 1789. 11 retrouvera dans ce 
recueil les noms de Souverains, de 
Princes, de Hauts Personnages, qui 
jetèrent un grand éclat sur leur 



siècle, noms illustres, que bien des 
familles de la Gascogne et des pays 
circonvoisins portent encore avec 
une noble fierté, noms célèbres, en 
leur temps, dont plusieurs sont 
tombés dans un regrettable oubli : 
il comprendra mieux encore ce que 
fut la puissante influence des Moi- 
nes pour assurer, de concert avec 
les grands seigneurs, le triomphe 
de la religion et des idées vérita- 
blement civilisatrices. 

Notre Etude sur l'Abbaye Notre- 
Dame de la Case-Dieu, depuis sa fon- 
dation jusqu'à nos jours, compren- 
dra cinq fascicules de i5o à 200 
pages chacun, qui formeront deux 
forts volumes in- 8". 

Chez l'auteur : M. l'abbé JoacJiim 
Gaubin, curé de la Madeleine, par 
Armentieux (Gers). — Les cinq fas- 
cicules ont-ils effectivement vu le 
jour } Nous l'ignorons. 

CASENS (François), 46^^ abbé 
de Grimbergen, du 25 mai 1747 
au t 20 juin 1755. Sa notice bio- 
graphique est insérée dans la mono- 
graphie de cette maison, par le 
chanoine Paul Lenaerts, du Parc, 
1907, pp. 54-55. J'ai sous les yeux 
l'opuscule en vers latins : « Arx in 
rupe constructa et immota consis- 
tens»... Domino Francisco Casens 
abbatise Grimbergensis Praesuli dig- 
nissimo,... Illust.'^^BrabantiasOrdi- 
num assessori, quinquagesimum re- 
ligionis annum solemniter celebran- 
ti die IX. Februarii M.DCC.XLIX. 
[en face de ce titre, les armoiries 
du prélat], pp. 8 in-40, signées à 
la fin : Conventus Grimberganus. 
— Bruxellis, Typis Jac. vande 
Velde.... propè Beginagium (sic) 
magnum. (Dans ma collection). 

CHAMART (Nicolas) : Vol. I, 
pp. 115-17. 

Il fut admis à Bonne-Espérance 
le 28 août 1589. En 1604 il fut 
nommé curé de Morlanwelz. 

Outre les sources déjà citées, j'ai 
consulté Sandervs (Anton)., Biblio- 
theca Belgica manvscripta. Insvlis, 
M.DC.XLI, 4«; pp. 3o5-3i2, à 



CHA 



— 29 — 



CHA 



cette dern. p. je lis : Finis iuxta 
Exemplar excusum in-8. — Dom 
Berlière, « Monasticon Belge » T. I, 
2^ Livraison, 1897, pp. 4o5-6. 

CHAMBRE-FONTAINE (ab- 
baye de), — en latin Camera-fon- 
tis, — au diocèse de Meaux. 

A Soubise il y a un inventaire 
des titres de cette maison, dressé 
en 177 1 et coté sous la rubrique 
LL, 1,584. 

Un 2^ exemplaire se trouve au 
Grand Séminaire de Meaux, avec 
d'autres documents sur ce mona- 
stère aujourd'hui en ruine. Un 3^' 
chez le curé desservant la paroisse 
(1884). 

Source : P. Louis de Gouz., Àrchiv. 
norbert. de France, 1884, p. 52. Cfr Hu- 
go, Annal. I, col. 443-50; Gallia Christ., 
t. 8, col. 1729. 

C H AP EL LE-AUX-PL AN- 
CHES (couvent de la), en latin 
« Capella ad Plancas » au diocèse 
de Troyes. 

1. A Chaumont, Archives dépar- 
tementales : 4 registres, 19 plans, 
9 dossiers, renfermant 269 chartes 
et diplômes, originaux et copies, 
1122-1789. 

2. Aux dites archives, le Cartu- 
laire primitif de la Chapelle-aux- 
Planches : écriture du XII I^ s. 
sur parchemin. 

M'' l'abbé Lalorc a publié en 
1878, chez Thorin à Paris, le Car- 
tulaire de ce monastère : XLIII 
et 382 pp. in-80, formant le T. IV 
de sa collection. Voyez le P. Louis 
de Gouz., Archiv. norb. de France, 
1884, pp. 52-53, avec détails. 

Cfr Hugo, Annal. I, col. 455-58 ; 
Gallia Christ,, t. 12, p. 621. 

CHAUMONT (abbaye de), sou- 
vent dénommée « Chaumont-la Pis- 
cine » en latin Calvimontum, au 
département des Ardennes, non loin 
de Rethel et de Château Porcien. 
— Hugo, Annal. I, col. 437-444 ; 
Gallia Christiana, t. IX, col. 326. 

I. La BB. nationale, à Paris, 
conserve des Mémoires concernant 



cette abbaye ; ils font partie de la 
collection de Champagne. 

2. Cariulaires de la même maison : 
l'un à Reims et l'autre à Chaumont. 

3. Aux Archives départementa- 
les : un plan du monastère ; 5 lias- 
ses renfermant 73 chartes datant 
de 1097 à 1789. (Vers 1097 il y 
avait des ermites en ces lieux). 

4. En 1880, Ml" l'abbé Laimois, 
curé de Thugny, a publié à Rethel 
une notice sur l'abbaye de Chaumont, 
Il y cite fréquemment les archives 
de Jules Taté et de Sené-Deligny. 
— Vers 1884, M. l'abbé Aubert, 
curé de Rimaucourt [paroisse dé- 
pendant jadis du même monastère] 
communiqua quantité de renseigne- 
ments au R. P. Louis de Gonzague 
Daras, qui est ici ma 

Source : Archives Norbertines de France 
(1884) p. 54. 

5. M. l'abbé Carré, qui a publié 
en i885 ou 1886 une histoire du 
prieuré de Gérigny, avait déterré 
tous les documents dans un ancien 
manuscrit de notre Ordre, 3 vol. in- 
fol., dont l'un des tomes est perdu. 
Les 2 qui restent sont à la BB. de 
l'Archevêché de Reims. Il intitula 
son travail : Du Prieuré de Géri- 
gny (Ardennes), Ordre de Prémon- 
tré, 1 130-1789. Reims, 112 pp. in- 
80.' 

Depuis 12 19 le prieuré de Géri- 
gny dépendait de l'abbaye de Chau- 
mont. 

Voir Hugo, Annal. I. col. 727-8 ; 
et la (( Cour d'honneur de Marie » 
avril 1886, pp. 94-96. 

6. Un « chanoine régulier de l'ab- 
baye de Chaumont, qui vivait dans 
le XVIe siècle, est auteur de la pro- 
duction suivante : Le petit chien de 
Jésus et de Marie, qui marque aux 
élus une petite chaîne de salut ; 
par un religieux Prémontré : in-8", 
MS. Il y en avait une copie sur 
papier du XVD siècle, in-8", dans 
la BB. de l'abbé Sepher. (Catal. de 
Sepher, n" io52.) » Ainsi Boulliot, 
Biogr. Ardennaise, i83o, t. II, 
pp. io5 et 106. 



COL 



— 3o 



COL 



CLERMONT-FERRAND (ab- 
baye de S. André), département du 
Puy-de-Dôme. 

Au vol. II de ce Dictionnaire, 
p. 192, j'ai donné la série complète 
et fort respectable des documents 
historiques, recueillis par un prieur 
de S. André, le très laborieux cha- 
noine Eloy Sovel. Cette série fut 
procurée et transmise, en 1881, par 
l'archiviste même du Puy-de-Dôme, 
M"" Michel Cohendy, au P. Louis 
de Gonz. Daras. 

Le P. Labhe, S. J., en sa « Nova 
Bibliotheca Manuscriptorum » Pa- 
ris. 1657, t. II sub 106, in-fol., 
a inséré : Excerpta quaedam ex 
Kalendariis.... Monast. S. Andrese 
Claromontensis, Ord. Praem. — Cfr 
Hugo, Annal, t. I, col. 157-164. 

COCQ (Florent de), dont j'ai 
donné la notice en ce Dictionnaire, 
Vol. I, pp. 127-9, et ^o^- 11^' PP* 
34-35, a laissé encore des MSS ; 
nous les conservons précieusement 
à Averbode. 

16. Théologie morale, ofte Gods- 
geleertheijt der Zedenen. 62 ff. gr. 
8*^. — Approb. censoris Arn. Eij- 
ben, canon. Antverp., 29 febr. 1692. 

17. Vita Apostolica adumbrata in 
vita S. P. N. Norberti. pp. 570 
in-fol. 

18. Dissertatio theologico-mora 
lis de eleemosijna ejusque obliga 
tione ad sensus S. Scripturae et 
SS. Patrum, pp. 235 in-40. Approb 
censoris D. Cuijper Decani Metrop 
Mechlin., 20 sept. 1687. 

COLBERT (Michel) : Vol. I 
p. i3i. 

2. Lettres d'un Abbé à ses Reli 
gieux. Paris, 2 volumes in- 12». — 
[Le premier vol. comprend 3 Let 
très :] Lettre d'un Abbé à ses Re 
ligieux sur la nécessité de bien vi 
vre et de faire son salut. A Paris 
Chez Frédéric Léonard, Imprimeur 
ordinaire du Roy, rue S. Jacques 
à l'Ecu de Venise M.DC.XCIX 
Avec Permission. 

Cette lettre va de la page i à 
353. A la page 354 se trouve une 



« Approbation » des Lettres signée 
Pirot et un permis d'imprimer, si- 
gné M. R. de Voyer d'Argenson. 

Puis, toujours dans le même vo- 
lume, à la suite de cette approba- 
tion, séparée d'elle cependant par 
un feuillet blanc, commence une 
Seconde Lettre : 

Lettre d'un Abbé à ses Religieux 
sur le Culte qu'il faut rendre à 
Dieu. A Paris etc. (comme ci-des- 
sus) M.DC.XCIX. Avec Permission. 

Avec chaque lettre recommence une 
nouvelle pagination : ainsi cette 
deuxième Lettre a ii3 pp. Au bas 
de la II 3^"^^ page et à la suivante. 
Approbation et permis d'imprimer 
de cette Lettre, par les mêmes. Suit 
un feuillet blanc, après lequel : 

Dispositions pour bien mourir 
renfermées dans la lettre d'un Abbé 
à sa Sœur qui étôit dangereusement 
malade. A Paris (etc. comme ci- 
dessus). 

96 pages ; au bas de la 96^°"^ Per- 
mis d'imprimer. A Paris ce 17 Fé- 
vrier 1699 M. R. de Voyer d'Ar- 
genson. 

L'autre volume a pour titre, à la 
première p. : 

Lettre d'iin Abbé à ses Religieux 
sur l'Esprit des vœux. A Paris. De 
l'Imprimerie de Jean-Baptiste Cus- 
son, rue S. Jacques, au Nom de 
Jésus et au bon Pasteur M.DCCI. 
Avec Permission. Le volume n'a 
qu'une seule pagination : 470 pp., 
ou 472 en comptant les 2 dernières 
qui portent le « Permis d'imprimer. 
Fait ce 17 Juin 1700. Signé, M. R. 
de Voyer d'Argenson «. et l'Appro- 
bation de Pirot, Docteur de la Mai- 
son et Société de Sorbonne, Chan- 
celier de l'Eglise de Paris. Ce 
volume comprend 7 lettres : 

lo Lettre d'un Abbé à ses Reli- 
gieux sur l'Esprit des Vœux, pp. 3 
à 29. 

2° Lettre d'un Abbé à ses Reli- 
gieux sur la Pauvreté et sur les 
obligations de ce vœu, pp. 3i à 97. 

30 Lettre d'un Abbé à ses Reli- 
gieux sur le sacrifice qu'ils font à 
Dieu de leur corps par le vœu de 



COL 



3i — 



COL 



chasteté, et sur les obligations de ce 
vœu, pp. 99 à 157. 

40 Lettre (etc.) Du sacrifice que 
nous faisons à Dieu de nous-mêmes 
par le vœu d'obéissance ; et où s'é- 
tendent les obligations de ce vœu, 
pp. 159-278. 

5^ Lettre (etc.) Sur la nécessité 
de faire pénitence, pp. 279-356. 

60 Lettre d'un Abbé à ses Reli- 
gieux beneficiers. Sur l'esprit dans 
lequel ils doivent être pour bien 
s'acquiter de leurs fonctions, pp. 
357 à 428. 

70 Lettre d'un Abbé à ses Reli- 
gieux sur V Angélus Domini, et sur 
les sentiments de piété que cette 
prière doit inspirer aux fidèles, pp. 
429-470. 

Cet ouvrage rare se trouve à la 
BB. de l'abbaye de Mondaye, trans- 
férée depuis quelques années à Bois- 
Seigneur-Isaac lez Nivelles. Je dois 
la description de l'exemplaire à la 
bienveillance de M^ le bibliothé- 
caire, Fr. Hermann Tapper, (19 oct. 
1909). 

5, Mandement de Reverendissime 
Père (sic) en Dieu Michel Colhert, 
vivant General de l'ordre de Pré- 
montré Pour l'Observance du Vœu 
de Pauvreté. Renouvelle (sic) par 
le Chapitre Général tenu à Pré- 
montré en l'an 1738. Et imprimé 
par Ordre du Reverendissime Abbé 
de Prémontré & Général M^^^ Claude 
Honoré Lucas de Muin. Et dudit 
Chapitre Général. [Armoiries]. A Ver- 
dun, Chez Pierre Perrin, Imprimeur 
de l'Ordre. — M .DCC.XXXIX. 
Avec privilège du Roy. 

Le verso de ce titre en blanc ; le 
texte pp. 3-12 ; — 25 Février 1702. 
F. ]\lichel Colbert, — F. Dumenil, 
Secrétaire. 

A la p. i3e non ch. : Manda- 
tum..,. Capitulum.... rénovât & tùm 
Latino tùm Gallico idiomate Typis 
mandari decernit. (BB. d'Aver- 
bode). 

6. Dissertation sur la démission 
du R. P. Abbé- Général de Pré- 

•montré, Augustin le Scellier. (im- 
primée), — L'original porte la signa- 



ture de M. Colbert et celles de tous 
les religieux composant le chapitre 
de l'archimonastère de Prémontré. 
Voyez l'ouvr. anonyme, mais publié 
par Jean Blanpain sous ce titre : 
Jugement des écrits de M. Hugo, 
1736, pp. 84, i53, 216, 269, 270. 

COLINS (Gabriel) : Vol. I, p. 
i33. 

Il prononça les vœux le 21 no- 
vembre 16 10. Dans la suite il fut 
curé à Okegem, puis il remplit la 
charge de prévôt à Renissart (Ar- 
quennes), en 1646 (?) Gabr. Colins 
fit faire une châsse pour les reliques 
de St Corneille (Notitieboek, f. 41). 
La mort l'enleva le 24 septembre 
i66g. 

En 1907 parut un ouvrage inti- 
tulé : « Sainte Wivine Fondatrice 
de l'abbaye bénédictine de Grand 
Bigard d'après Gabriel Colyns (sic) 
ancien chanoine prémontré de Ni- 
nove.... Nouvelle édition revue et 
augmentée par le Frère M(alch)- 
L(ouis) Herman des Ecoles Chré- 
tiennes )). Bruges, A.-J. Witteryck- 
Delplace, 1907, in-80. (BB. d'Aver- 
bode, don de l'auteur). 

Plus loin, sous la lettre R, je 
donnerai un article sur la prévôté 
de Renissart, tiré du Monasticon de 
Dom Berlière. 

COLLIGNON (Pierre), né à 
Bruxelles et baptisé le i5 mai 1726, 
reçut l'habit à Grimberghen le 25 
nov. 1745, fit profession le 3o juin. 
1747, et fut ordonné prêtre le 23 
mai 1750. Il mourut le 16 déc. 
1774, à l'infirmerie du couvent. 
« Vir fuit magnis animi dotibus prae- 
ditus, doctrinâ conspicuus, per 6 
annos theologiam confratribus prae- 
legit et explanavit ; post,... per 12 
fere annos vicepastor Grimbergen- 
sis.... Poeta flandricus latinus cele- 
bris, orator facundus, niusicus et com- 
ponista famosissimus ». 

Source : Liber Priorum Grimb. MS 
in-foL, pp. ii5 et 282. (BB. de Grimb.) 

COLLIN (Nicolas) : Vol. I, 
pp. i33-35. 



CON 



02 



CON 



5 bis. Réfutation d'une Critique 
sur le Traité de l'Eau bénite. 

8. Le P. Jésuite Ignace Steii7' a 
donné au public une traduction 
allemande du ft Traité du Respect 
dû aux églises » composé par notre 
confrère Nicolas CoUin. Landshut, 
1791, 8°. Ainsi les PP. De Bachery 
S. J., 1861, G. c, VI, p. 680, no 
7. — Cette traduction diffère-t-elle 
de celle qui a paru à Augsbourg ? 
Je pense qu'oui, car les PP. De 
Backer donnent le titre suivant : 
Warum soU man die Kirchen in 
grossen Ehren halten ? oder, kraftige 
Beweggrùnde,die Kirchen in grossen 
Ehren zu halten,... von P. Collin. 

14. Lettre sur la Fête de Pâque 
(in Diario ecclesiastico Dinuart, Pa- 
ris. T. 72, p. 82). — Voyez Hiir- 
ter, S. J., Nomenclator literarius 
récent, theol. cathol. Oenip. i883, 
T. III, pp. 187-8, où il renvoie à 
Zaccaria, Biblioth. ritualis 3,337. 

COMBAR Jean), chanoine de 
l'abbaye norbertine de Haies Owen, 
dans le comté de Shrewsbury et le 
diocèse de Worcester (Vigornia en la- 
tin, selon Gams, o. c. 1873, p. 199). 

En 1475-78 Combar était vicaire 
de Walsall, et portait le titre de 
« magister, in decretis baccalarius » . 

Source : Dom Gasqiizt, o. c. 1906, Vol. 
II, pp. 240 et 243 ; 1906, Vol. III, p. 232, 
col. 2. 

CONEN ou COENEN (Jean) : 
Vol. I, p. i38. Il était chanoine 
et prêtre de la célèbre abbaye de 
Tongerloo, où il avait prononcé ses 
vœux, le 3o octobre 1594. Depuis 
trois ans (de 1599 à 1601) curé de 
la paroisse de Sainte Marie, à Diest, 
il prit à l'Université de Louvain le 
grade de licencié en théologie, et de- 
vint président de notre Collège 
(1601). En 1607, le chanoine Coe- 
nen reçut sa nomination de pré- 
vôt des chanoines de St-Sulpice à 
Diest, mais- ceux-ci refusèrent de 
le reconnaître (i). Les supérieurs 



l'envoûtèrent alors à l'abbaye Nor- 
bertine de St. Nicolas de Furnes, 
pour y exercer la double charge de 
prieur et de professeur de théolo- 
gie. Revenu à Diest, au bout de 
deux ans, il s'associa deux cha- 
noines de son abbaye, pour pou- 
voir exercer plus fructueusement sa 
mission. Jean Coenen déposa sa 
dignité en 161 5 et devint prieur de 
Tongerloo (29 avril i6i8). Cet émi- 
ment religieux nous a laissé des 
preuves de sa science et de sa sa- 
gacité. Il laissa : i») Litaniac sacrae 
in ecclesia D. Virginis Mariae de Ton- 
gerloo anie trecentos annos dici solitae 
(2). — 2^) Carmen sphaericum. Lo- 
van. 1602. — 3°) Dialogus Hono- 
rii Augustodunensis. Antverp. 162 1 ; 
2^ edit. 1624. — 40) Thèses theol. 
Le Necrologium de Tongerloo, 
1902, p. i3o, donne des notes in- 
complètes sur Conen. Quant à l'ar- 
ticle présent, il est extrait de la 
notice sur le « Collège des Pré- 
montrés à Louvain » par M. le 
chanoine Michel Van Waefelghem, 
dans la BB. Norb., Septembre 1901. 

CONINCK (Gommaire-Pierre 

de), né à Oerea le 28 janvier i665, 
chanoine de Tongerloo. Le Nécro- 
loge de cette abbaye, édité en 1902, 
en fait mention au 12 novembre, 
pp. 23o-3i : p(rofessus) 8 dec. 1693, 
sacerdos et canonicus hujus eccle- 
siae, Lovanii totiiis promotionis phi' 
losophiae primus (1687), Romae (1695) 
et in coenobio (24 febr. 1700) sa- 
crae theologiae lector, poenitentia- 
rius in Duffel (febr. 1702), pastor 
in Schaften (3o aug. 171 3) et in 
Tongerloo (17 nov. 1719). Obiit 
12 nov. 1722. 



(i) Ce dernier détail nous a été donné 
par M. W. Van Spilbeeck. Le chanoine 
Van Boterdael, Paquot et Bax, dans leurs 



notes, l'omettent tout à fait. Enfin le cha- 
noine Goovaerts dit seulement qu'il ne prit 
pas immédiatement possession de cette 
prévôté, parce qu'il fut quelque temps pro- 
fesseur à l'abbaye de Furnes (?). Voyez 
Rayniaekers, o. c. 1870, p. 149. 

(2) Un exemplaire de ces a Litanies » 
se trouve parmi les manuscrits de laBi-- 
bliothèque Royale de Bruxelles, sous le 

n" 7530. 



CON 



— 33 — 



COT 



Rectification. 

Conrad fut le 24^ abbé de Stra- 
how, selon les Annales de l'Ordre, 
II, col. 926. Ce que nous y lisons 
sur lui, ainsi que dans l'ouvrage 
du conirève Friedenfels, « Sion, mons 
inclytus » 1702, pp. 496 et 5 16-7, 
est contraire à la vérité historique. 
Ce n'est point Conrad qui fut chan- 
celier du royaume de Bohême, mais 
Vévêque prémontré de Leitomischl, 
Jean von Neumark ou de Novo 
Foro. J'ai déjà inséré la notice de 
ce dernier, rédigée par Raphaël 
Ungar, de Strahow, au T. I de ce 
Dictionnaire, pp. 421-22; veuillez 
aussi consulter Dlabacz, Histor. 
Darstell. (1806) p. 91. 

CONRAD de WINDBERG : 
Vol. I, p. 139. 

Le traité M S intitulé : Compen- 
dium Veritatis theologicae — qui 
se trouve encore de nos jours à la 
BB. d'Averbode — fut transcrit 
« per Fr. Arnold, de Zeelst, a^ 1418 » 
in-folio. 

Il est certain que à'autres théo- 
logiens encore se sont exercés sur 
le même sujet, par exemple : 

lo In Operibus S. Bonaventurae 
editum Compendium a Jeanne 
Cambis, sed inter incerta. 

2" Albertus Magnus, o. Praed., 
Episc. Ratispon. : Compendium 
theologicae veritatis. MS sur vélin 
du XV s. 108 ff. n. n. petit in-40. 
rel. en bois. (i5o Mark. In Catal. 
106 Ludwig Rosenthal, Mùnchen, 
n" 5i). 

S'^ Dorniberg, Th. Compendium 
theologicae veritatis. Argent., 1489. 
— 96 Bll., das 14, u. letzte leer. 
Goth. Type, zweispaltig, 5o Zeilen, 
Fehlt bei Hain und Panzer. (In 
quodam Catal. german.) 

4^^ Trithemius opus illud adscribit 
.Fgidio Romano, Erem. S. Aug. ; 
cfr « Dn. lohannis Tritthemii ab- 
bâtis Spanheimensis, de scriptori- 
bvs eccl. » Coloniœ, Quentel, 1546, 
in-40, pp. 2o5-2o6. (BB. Averbod.) 

La BB. de la Chapelle de Jéru- 
salem, à Bruges, possédait au XV^ 



siècle deux exemplaires imprimés 
« De Compendio théologie (sic) ve- 
ritatis )) n» III et no XV. C'est ce 
que nous apprend la « Revue des 
Bibliothèques et Archives de Bel- 
gique » Publiée par L. Stainier et 
autres, t. VII, Mars-Juin 1909, 
pp. 116- 122 ; j'y lis : Hain, Reper- 
torium bibliographicum, n" 433. — 
Ce traité jouit d'une grande célé- 
brité pendant plusieurs siècles. Il 
eut des copies nombreuses et plu- 
sieurs éditions en France, en Alle- 
magne et en Italie. On l'attribue 
tour à tour à Albert-le-Grand, S. Bo- 
naventure, Hugues de Strasbourg, 
S. Thomas d'Aquin, etc. Voir His- 
toire littéraire de France, t. XXI, 
p. i57 et ss. 

COOLS (Guillaume) a été loué, 
d'abord dans le Vol. I de ce Dic- 
tion., p. 139, ensuite dans le Vol, 
III, p. 35. 

CORNEUX (abbaye de), dans 
la Haute-Saône, fondée en 11 34. 

Aux archives départementales de 
Vesoul, le fonds de Corneux ne 
compte pas moins de 28 volumes 
manuscrits, 10 plans et 88 dossiers, 
renfermant i,o56 chartes et diplô- 
mes, embrassant la période com- 
plète de II 34 à 1790. Il y a aussi, 
à la BB. de Besançon, une « Copie 
des chartes et papiers concernant 
l'abbaye de Corneux ; papier in- 
fol. » 

Sources : P. Louis de Gonzagiie (Da- 
ras), Archives norbertines de France, 1884, 
p. 56; — Migne, Dictionn. des MSS., t. 
I, col. i83, no 17. 

COTO, prieur de Tronchiennes, 
et autres religieux de la même abbaye, 
vers 1284-1289. 

Fr. de Potier en J. Broechaert, dans 
leur « Geschiedenis van de Gemeen- 
ten der Provincie Oost-Vlaanderen » 
1^ deel. Destelbergen, Drongen, enz. 
Gent, 1864, p. 79, nous communi- 
quent ces remarquables détails : Na 
Mathias de Jadijs (i 281 -1284) ver- 
scheen op den prelaatstoel Jan III 
(Ariëlla), onder wiens gezag voor- 
al de wetenschap en wijsheid in 



Ecrivains, Artistes, et Savants (t. iv) 



cou 



_ 34 - 



cou 



de abdij beoefend werden. Ver- 
scheidene moniken besteedden de uren, 
buiten de oefeningen aan den gods- 
dienst en het betrachten van hun- 
nen orderegel gewijd, aan de studie 
der godsgeleerdheid en fraaye leiteren, 
en de abdij bezat versckeïdene schrij- 
vers, wier geachte werken in de be- 
roerten der volgende eeuwen, of 
door den tijd, jammerlijk zijn ver- 
loren geraakt. CotOy prior, en Arnaud^ 
monik, muntten vooral in àe po'èzij 
uit, en leverden verzen [latijnsche 
ûden] die eenen buitengewonen 
stempel van bevalligheid droegen, 

, Source (?) : Copia aathentica mortua- 
rii eccl. abbat. B. V. M. in Trunchinio 
(1775). MS cité par F. de Potier et J. 
Broeckaert, p. 61. 

COUWENBERGH (Hilaire- 
Vital) : Vol. I, pp. 142-3. Le nom 
de Vital doit remplacer celui de 
Victor, donné par erreur comme 
nom de baptême ; Hilaire est le nom 
de religion. 

2. Plusieurs cantiques, parmi les- 
quels : 

1° De Vlekkelooze. 

2° Bsdevaartslied tôt G. L. V. 
van het H. Hart te Averbode. 

30 Loflied aan het H. Hart van 
Jezus. 

40 Een lieve Naam. 

50 O. L. V. van het H. Hart. 

6° Onze Lieve Moeder. 

70 Jubellied. 

8» Meilied. Gegroet, o Konin- 
ginne ! 

9" Maria Onbevlekt. 

100 Cantique à N.-D. du Sacré- 
Cœur. 

II" Cantique des pèlerins de 
N.-D. du Sacré-Cœur. 

12" Au pied de ton autel. 

i3" Cantique jubilaire. 

14" Chant des pèlerins. 

i5o A toi nos cœurs. 

g. Opus 23 : 10 Pièces faciles 
pour Orgue ou Harmonium (2*^ sé- 
rie). 

10. H. V. Couwenhergh,.., igoS. 
Grondbeginselen der uitvoering en 
begeleiding des Kborzangs ten ge- 
bruike der Kapelmeesters, Orgelis- 



ten en Zangers. — Lier Jozef Van 
In & C'c, 1904 : pp. 92 gr. 8'». 

II. Traité Elémentaire de l'exé- 
cution et de l'harmonisation du 
Plain-Chant à Tusage des Maîtres 
de chapelle, Organistes et Chantres. 
— Lierre Jos. Van In & C'% 1904 : 
pp. 92 gr. 8". 

i2-i3. Compositions pour Orgue 
de H. V. Couwenbergh Organiste 
de l'abbaye d' Averbode (Belgique), 
membre du Jury du Conservatoire 
de Gand, etc. 
Op. 36. LIV. I. 
N» i. Adoration (Adoro Te) 
)) 2. Communion (Ave Verum) 
» 3. Bénédiction (Ecce Panis) 
)) 4. Prélude (Requiem) 
» 5. Andante 

» 6. Benedicamus Domino (Sortie) 
» 7. Ite Missa est (Thème varié) 
» 8. Marche religieuse 
Op. 40. LIV. II, Suite Sympho- 
nique. 

N» i. Prélude solennel 
» 2. Pastorale 

a) Introduction 

b) Allegretto cantabile. 

c) Andante expressivo (Prière) 

d) Hymne 

N" 3. Canzona 

No 4. Scherzo. 

14-15. Op. 44 et 48. Cantiones 
Sacrae ad usum liturgicum, pluri- 
bus vocibus, comitante organo. 

Fascicule I. 

1. O Salutaris hostia, 3 voc. 

2. Inviolata, 3 voc. 

3. Psalmus 8i toni cum falso 
burdono a 4 vocibus, 

4. Tantum ergo et Genitori, 3 
voc. 

Fascicule II. 

1. Ave verum, 3 voc. 

2. Hœc est praeclarum vas, 3 voc, 

3. Psalmus 5i toni, cum falso 
burdono a 3 et 4 vocibus. 

4. Tantum ergo et Genitori, 3 
voc. 

16. Op. 63. — î5 Pièces pour 
Orgue sur des motifs liturgiques. 

17. Op. 65. T. — Ave Maria 
(Choral à unisson avec orgue). 



cou 



35 



CUI 



i8. Op. 65. IL — Pater Noster 
(Choral à unisson avec orgue). 

ig. Op. 70. — Missa in honorem 
St-Michaelis, à trois voix égales 
avec Orgue. Partition et Parties 
séparées. 

20. Op. g5. — 25 Cantiques Fla- 
mands et Français pour Patronages 
et Congrégations. 

21. Op. 96. — Liederen in No- 
ten- en Cijferschrift. Deels met be- 
geleiding van klavier, voor de 
School en Huiskring. 

22. Op. 99. — Drie Gezelle-Lie- 
deren : 

1. Tôt de Zonne. 

2. Tôt de Mane. 

3. Morgendstond. 

23. Op. 102. — Vier Liederen 
(voor Huis en Haard) : 

1. Winteravond. 

2. Vaderland. 

3. Het Bloemeken naast de Baan. 

4. Het geknakt Bloemeken. 

24. Le Pianiste débutant Pièces 
mélodiques pour Piano. Op. io3. 

Cahier L 12 leçons, pp. 9. 

— n. 9 leçons, pp. 9. 

— HL 9 leçons, pp. 9. 
Bruxelles, Bre.itkopf & Hartel. 

25. Het vuur (Op. 104). Chœur 
descriptif pour 4 voix d'hommes. 

26. Ter Krooning van O. L. V. 
van het PI . Hart. (Cantate avec 
solos et chœurs. — Op. io5). 

COUWERVEN (Everard- 
N'orb. van) : I, pp. 143-44. 

7. Detractio Larvae Veritati im- 
positae per Libellum manuscriptum 
cui Titulus Liber monasterij de 
Tongerloo, Incipit fundatio Mona- 
sterij B. M. de Tonc3;erloo Came- 
racensis dioecesis. M S original de 
32 pp. non chiff., in-folio : aux 
archives de l'abbaye d'Averbode, 
où nous avons en outre une copie 
de la main de M^ Stan. Joris, 47 
pp. in-4". 

A la BB. de la ville d'Anvers, 
il y a un vol. imprimé, auquel on 
a donné ce titre : « Ord. Pram. 
varia ». J'ai vu et parcouru ce vol., 
et parmi les documents y insérés 
j'ai découvert : « Admodum Reue- 



rendo Amplissimoque Domino D. 
Norberfo Van Covwerven,,., Abbati 
Dignissimo Recèns (sic) inaugura- 
to. Ode Vince Amando. » In-4*' de 
4 pp. non ch., 53 vers latins. — 
|in fine] « Accinebat 5. Michael Ant- 
uerp» » 

CSORNA (abbaye de). 

Mon collaborateur si dévoué, M. 
le chan. Zàk, religieux de Géras 
et curé à Pernegg, possède plu- 
sieurs catalogues ou scheniatismi de 
cette maison de Csorna, en parti- 
culier, imprimés en : iSSg, — i885, 

— 1892, — 1901, — 1902, — 
1903 ; sans compter ceux de toute 
la circarie autrichienne, qui virent 
le jour en 1781, — 1802, — 1837, 

— i853. 

La même abbaye fait imprimer, 
depuis longtemps et chaque année, 
un « Directorium » ou ordre des 
offices divins ; en voici un spéci- 
men : « Ordo Officii divini reci- 
tandi juxta ritum Breviarii et Missa- 
lis Ecclesiae Praemonstratensis pro 
annoDominiMDCCCLXXXIVbis- 
sextili. — In usum canonicorum re- 
gularium Praemonstratensium incl. 
Canoniae ac Ecclesiae S. Michaelis 
Archangeli de Csorna, item BVM. 
Annunciatae de Tiirje, ac S. Joan- 
nis Bapt. de Ponte seu Jânoshida» » 
,... Jaurini, i883. Typis viduae 
Victoris Sauervein, pp. 52 in-8". 

CSUDAY (Eugène) : I, p. i5i. 
Il a quitté l'ordre, après 1900. 

CUISSY (abbaye de), fondée en 
1122. 

Le vénérable Luc, i^"" abbé de 
Cuissy, ne prêchait pas à ses reli- 
gieux une piété oisive et béate. 
Ami du travail, il voulait chez tous 
les siens une vie sérieusement oc- 
cupée. 

L'école de calligraphes et de mi- 
niaturistes qu'il avait formée, arri- 
va en peu d'années à une haute 
perfection. L'abbaye de Cuissy, et 
celle de Vauclair, sa voisine, riva- 
lisaient de zèle et d'industrie dans 
ce genre de travail. Il y eut, à 
cette époque, une renaissance ar- 



CUI 



— 36 



CYP 



tistique dont nous retrouvons la 
trace dans les monuments, les sculp- 
tures et les manuscrits. Pour ne 
parler que de ces derniers, ils oftrent 
sur ceux des âges précédents tous 
les signes d'une incontestable supé- 
riorité. Le parchemin est bien pré- 
paré, la division des pages en co- 
lonnes est partout nette et régu- 
lière ; l'écriture est ferme et assu- 
rée ; et des initiales fleuronnées, 
d'une élégance extrême, réveillent 
agréablement l'attention, au com- 
mencement des psaumes et des 
chapitres. Le miniaturiste a mul- 
tiplié, comme en se jouant, les 
feuillages, les entrelacs et les fleu- 
rons ; et il se trouve que tout ce 
désordre, ces entrelacements, ces 
contours variés à l'infini sont de 
véritables chefs-d'œuvre de concep- 
tion et d'exécution. Il semble que, 
chez ces hommes dont toute la vie 
se consumait dans l'étroite enceinte 
du monastère, l'imagination prenait 
sa revanche en s'égarant dans un 
monde fantastique tout peuplé de 
dragons, de chimères, de serpents 
aux formes capricieuses, aux con- 
torsions bizarres et grotesques et 
jamais vulgaires. D'autres minia- 
tures produisent de petites scènes 
dont la grâce naïve a un charme 
tout particulier. Les couleurs sont 
harmonieuses et les procédés d'ap- 
plication si parfaits que les siècles 
n'en ont pas amorti l'éclat. Les 
moines anonymes qui, dans le scrip- 
toriiim de ces abbayes, parachevaient 
des œuvres si délicates, devaient à 
l'originalité féconde de leur esprit, 
plus encore qu'à la tradition artis- 
tique, le secret de ces compositions 
qui font l'admiration et le désespoir 
de leurs imitateurs. Cuissy et Vau- 
clair tenaient à honneur d'accroître 
le nombre de leurs manuscrits. Le 
fruit d'un travail si long et si pa- 
tient comptait parmi les objets les 
plus précieux du monastère. 

Edouard Fleury nous a fait admi- 
rablement connaître l'école de calli- 
graphie de Cuissy. (P. Louis de 
Gonz,, Archiv. norbert. de France, 
p. 56). J'ai emprunté l'article qui 



; précède au beau livre de notre con- 
frère Godefrcid Madelaine, intitulé : 
Histoire de saint Norbert, 1886, 
pp. 260-261. 

Je me propose de donner plus 
loin, à la lettre L, une notice sur 
Luc, i^'" abbé de Cuissy. 

Aux Archives nation.. Hôtel Sou- 
bise, à Paris, il y a une bulle ori- 
ginale du pape Alexandre HI, et 
un carton de documents concer- 
nant Cuissy, coté L, 998. (P. Louis 
de Gonz,, ibid.) 

Dans une note, ajoutée par M^ 
Raphaël Van Waefelghem à l'Obi- 
tuaire de l'abbaye de Prémontré, 
MS. 9 de Soissons, nous lisons au 
2 février : « In Necrologio Parthe- 
nonis B. M. de Cuiciaco scripto a» 
1253 ». 

CURRIER (Sébastien), reli- 
gieux et prêtre de l'abbaye chef 
d'ordre, docteur en théologie au 16^ 
siècle ; il fut quelque temps vicaire 
de son monastère. Son nom est 
mentionné au 21 mars, mais sans 
année, dans l'Obituaire de l'abbaye 
de Prémontré, publié à Bruxel. 
par Mr Raph. Van Waefelghem, Mars- 
Juin 1910, p. 73. 

CYPRIEN, évêque, religieux de 
la maison de Prémontré, qui fut en- 
voyé en 1190 à Breslau (Silésie), 
avec quelques compagnons, pour 
y remplacer les Bénédictins au mo- 
nastère de S. Vincent. Etant à 
peine installé en qualité d'abbé, il 
fut prié et sollicité, dès le 8 avril 
T193, d'accepter la charge épisco- 
pale à Lebus. Plus tard, le i^ mars 
1201, Cyprien fut transféré, par le 
pape Innocent III, au siège épis- 
copal de Breslau : il y fut le pro- 
tecteur vénéré des- pauvres, des veu- 
ves et des orphelins, estimé de tous 
pour sa sainteté et sa sagesse. Les 
uns disent qu'il y mourut en 1206, 
d'autres avancent que ce fut en 
1207. 

N. B. Mr Ulysse Chevalier donne 
les renseignements suivants dans 
son « Répertoire des sources histo- 
riques du Moyen Age». Topo-bi- 
bliographie 4e fascicule, igoo, col. 



DAN 



- 37 



DAN 



i65i : Lehus, Lebusium, régence 
de Francfort-sur-Oder (Prusse) ; 
évêché, (1076) ii33, à Fùrstenwal- 
de 1373. 11 cite plusieurs sources, 
parmi lesquelles : WohlbriickiySliXh.,)^ 
Geschichte des ehemaligen Bis- 
thums Lebus.., ; Berlin, i82g-32, 3 
V. gr. 80. 

On ne doit nullement confondre 
Lebus avec Lubeck ou Lubica, comme 
ont fait certains auteurs — Hugo 
et Lienhardt. — Le premier des 
deux nous apprend que : « Ea Le- 
busiensis erat Praelati conditio, ea 
Cathedralis Ecclesiae prserogativa, 
ut Canonicis Praemonstratensibus 
ibi incardinatis (sic) prseesset, & 



populis Episcopus & Abbas. » — Je 
ne trouve point le mot « incardi- 
nare » dans les Dictionn. ordinaires, 
mais du Cange (Glossarium, Paris., 
1843, t. III, p. 788, col. 3) m'ap- 
prend que ft incardinare » revient à 
ceci : « in alicujus Ecclesiae pos- 
sessionem mittere » ; passim occurrit, 
ajoute-t-il. 

Sources : Cniger, S. J., Sacrorum Pul- 
verum.... Pars I, i66g, pp. 336-40 ; — Hti- 
go, Annal. II, col. iioS-y. — Lienhardt , 
Ephemerides hagiol. 1764, pp. 160-61, avec 
les notes ; celle qui est marquée (b) est 
contraire à la vérité historique. — Gains, 
o. c. 1873, p. 264 où il énumère une dou- 
zaine de sources; et p. 285-6. 



D 



DALBENDEN (Henri), natif 
de Keldenich, prit l'habit de S. 
Norbert à Steinfeld, le 23 sept. 
1645, y fit sa profession en 1647, 
et suivit, au gym.nase « Laurentia- 
num )) à Cologne, les cours de phy- 
sique, de métaphysique et de théo- 
logie. Le 25 mars 1649, il fut 
proclamé bachelier es arts, l'année 
suivante licencié, en i65i maître es 
arts ; ordonné prêtre en la même 
année, il fut quelque temps curé à 
Wildenburg, puis à S. André. Le 
24 juin i656, il fut nommé aux 
fonctions de cellérier à Steinfeld, 
qu'il remplit avec le plus grand 
soin. Il périt le 22 nov. 1662, dans 
une rivière près de Dalbenden. 

Source : Album MS der Professen der 
Abtei Steinfeld, ap. Dr Becker, o. c. de 
1881, p. 198. 

DANCKAERTS (Nicolas), né 
à Diest, le 19 oct. 1660, chanoine 
de l'abbaye du Parc, depuis sa pro- 
fession en 1680. Ordonné prêtre en 
1684, il acquit le grade de bache- 
lier en théologie, en 1687. Lecteur 
en cette science dès l'année suivante, 
en remplacement du fameux Le- 
drou ; curé de Corbeek-Loo (1691), 



prieur en la même année, cellérier 
depuis 1692, proviseur (1695), curé 
de Winghe-Saint-Georges (1698), 
licencié en théologie (1699) avec 7 au- 
tres religieux de Parc ; curé de 
Haecht depuis 1701 : il y mourut 
le 5 déc. 1725. « Fuit vir doctissi- 
mus in theologicis, magnus religio- 
sus et insignis ac exemplaris pastor ; 
ob sua preclara mérita fuit primus 
in electione cum D. De Bruyn ». 
(Ml' Van Wae/eighem, Nécrol. de 
Parc, au 5 déc, p. 480, où il ren- 
voie aux anc. documents). 

DANIEL, religieux de Ninove, 
t 12 56. — Le chroniqueur Bau- 
douin dit de lui : Il était un homme 
vénérable, sa vie et ses mœurs 
étaient à l'abri de tout reproche. 
Très versé dans la littérature, il 
parlait si bien le latin, le teuton et 
le français qu'à l'entendre s'expri- 
mer on l'aurait cru originaire du 
pays dont il parlait l'idiome ; très 
éloquent et remarquable par sa 
science théologique, il répandit par- 
tout la semence de la parole divine. 

Daniel fut successivement abbé 
de Jette (Dilighem), de Grimber- 
ghen et de Ninove. — Le Chroni- 



DAN 



3S 



DAN 



con Balduini Ninoviensis ne présente 
pas à lui seul des garanties suffisan- 
tes pour qu'on puisse se prononcer 
sur Tépoque des diftérents abbatiats 
de Daniel. Il y a au surplus plu- 
sieurs erreurs dans les listes des 
abbés de Grimberghen, notamment 
dans celle de Nicolas de Spira, 
comme le prouvent à l'évidence les 
chartes de ce monastère. — Voici 
donc ce que nous avons trouvé : 
Daniel apparaît comme simple cha- 
noine de Ninove au mois de juin 
i23o. (Cartul. de Ninove, dans 
Chroniques de Flandre, T. II, p. 
865) ; succède, en cette même an- 
née, à Gerin, comme abbé de Jette 
(Necrologmm abhaiiae Diligemensis n^" 
2012" arch, ecclques Archives Géné- 
rales du Royaume.) — De 1242 à 
1247, nous n'avons pas de traces 
de Daniel. — D'après l'Obituaire 
de Dilighem, il aurait été élu comme 
abbé de Ninove en 1242 « ita ui a 
« nativi sut conventûs cationicis in Ah- 
(( batem fiierit postulatus atque electus, 
« et sic mœsios anno 1242 coadiis fuit 
« deserere Diligemenses ». — Mais cette 
mention tombe à faux d'après les 
Nécrologes de Ninove même. Ce- 
lui du XIII^ siècle a, au 19 jan- 
vier : « Pie memorie domini DanieliSf 
« ahbatis hujus ecclesie », et en marge 
« qui rexit ecclesiam iij annis etc. » 
(le reste du texte a été rogné) ; ce- 
lui du XVIIe siècle a, le même 
jour : « Commemoratio Honorahilis in 
« Christo Patris ac Domini Danielis, 
« canonici presbyteri hujus ecclesiae, qui, 
(( ob virtutum mérita, ab abhatiis Dili- 
« ghemensi et Grimhergensi successive 
{( postulatus fuit in praelatum, ac pos- 
(( tremo electus in abbatem matricis suae 
« ecclesiae duodecimum, qiiam simul cum 
« Grimhergensi optime gubernavit qua- 
« tuor annis )), et en marge « obiit 
1255 yt. — Il est donc acquis d'a- 
près ces textes que Daniel ne régna 
que trois ans comme abbé de Ni- 
nove et qu'il dirigea ce monastère 
en dernier lieu. — A-t-il résidé à 
Ninove (1242-1244) comme a quon- 
dam abhas »? — Toujours est-il que 
nous le retrouvons comme abbé de 
Grimberghen déjà en février i25o 



(n. s.J. (Cartul. de Ninove, ouv. cité, 
p. 906). — L'abbé de Ninove Siger 
mourut en i25i (Nécrologe de Ninove 
du XV IP sièchy au 25 décembre,); 
dès cette année, Daniel, d'après 
nous, aurait été élu à sa place 
et aurait régné jusqu'au jour de 
sa mort, (ig ou 20 janvier i256 
(n, s.) — D'après la Gallia Christ., 
Daniel aurait succédé à Grimber- 
ghen à l'abbé Drogon, et non à 
l'abbé Francon (f 1244), comme 
nous le pensons. (T. V, col. 87, 
94, 114.) — Voyez aussi Sanderus, 
Chorogr. Sacr. Brah., T. I. pp. i35, 
sq et 395, et Flandria Illustrata^ T. 
III, p. 190. — Hugo, Ann. Praem,, 
T. I, col. 601, et T. II, col. 374. 
— Hugo et Sanderus omettent Da- 
niel dans leur liste des abbés de 
Grimberghen. — Heylissem fait sa 
mémoire le 17 janvier, Tongerloo, 
le 16, et Averbode, le 20. 

Sources : Chron. Balduini Ninov., edi- 
dit /. /. De Sinet, 1840, p. i53. — Raph. 
Van Waefelghem, Analectes de l'O. de 
Prém. 1905, T. I, pp. 42-43 du Nécrol. 
de l'Abb. du Parc. 

DANIEL von Lipp ou von 
Lipa, i3^ évêque de Prague, cha- 
noine de notre abbaye de Strahow, 
loué par les historiens pour sa pro- 
fonde sagesse. L'empereur Frédé- 
ric, surnommé « Barbarossa » se 
servit de Daniel pour éteindre les 
inimitiés qui divisaient les princes 
de l'Italie entre eux, et contre lui- 
même. Dom Gams, o. c. 1S73, p. 
3o3, donne les dates suivantes : 
« 1148. 3i. XII. c(onsecratur) Da- 
niel (v. Lipa), t 9. VIII. 1167. » 
Avant Gams, les Jésuites Cruger 
(Sacri Pulveres m. Ivniiy p. 87) et 
Balbinus (Miscel. dec. i, lib. 6), 
Friedenfels de Strahow, o. c. 1702, 
pp. après 3o8, font mention de cet 
évêque. 

DANTZ (Pacifique), religieux 
de notre ordre, qui, conjointement 
avec un cistercien du nom de Hil, 
Weillenpockh, défendit en 17 15 les 
thèses de l'ouvrage : Bôhm, (Chr.) 
o. Cist., Tractatus theol.-jurid.- 
moral. in libr. III. Décrétai, de 



DAV 



- 39 



DEB 



contractibus. Vetero-Pragae, 17 15, 
80. 

J'ai trouvé ce renseign. vague 
sur un catalogue autrichien. 

DAUBLAIN (Bonavent.) : I, 
p. i63. 

A la BB. royale de Bruxelles, 
le fonds intitulé « Van Hulthem » 
no 84g, contient une courte notice 
sur Bonne-Espérance, par le der- 
nier abbé, DaublaJn, MS. 1793. 
Cette notice avait été demandée en 
vue d'un ouvrage sur les abbayes 
des Pays-Bas autrichiens. 

Do m Berlière, dans le « Monasti- 
con Belge » T. I, 2^ Livraison, 
p. 393, mentionne ce MS, et nous 
fournit quelques détails sur le même 
abbé, pp. 408-9. Il ajoute tout à 
la fin de son article : M. Vos 
donne une notice sur 42 anciens 
religieux de Bonne-Espérance (Le 
clergé du diocèse de Tournai, V, 
285-287). 

Le n'J 536 du fonds « Van Hul- 
them » est une copie de la Chronique 
de B. E,, faite pour M. de Nélis 
(même p. 393). 

DAVID (Jean), S. Th. Lie, 39e 
abbé de Ninove, du i5 septembre 
161 3 jusqu'au t 25 juillet i636. 
Ses parents étant forcés de quit- 
ter la ville de Grammont à cause 
des guerres, il naquit à Mons 
dans le Hainaut. — Pendant son 
administration, il enrichit l'église 
abbatiale d'ornements précieux et 
de reliquaires splendides ; dans la 
tour il fit placer un carillon et au 
jubé un bel orgue ; « dedalio horo- 
logio mechanico (ajoute le chroni- 
queur), cum quadruplici versus qua- 
tuor mundi partes indice horario 
instruxit turrim ». Il agrandit le 
monastère, en faisant bâtir une 
écurie, une boulangerie, une cui- 
sine et une grange. 

L'abbé David se rendit trois fois 
au chapitre général à Prémontré : 
en 1618, en 1622 et en 1627. Cette 
dernière année il entreprit un voy- 
age à Rome, comme procureur gé- 
néral de l'Ordre, pour s'opposer à 



l'introduction de la réforme ou pri- 
mitive observance. — Il fut visiteur 
de nos maisons sises en Allemagne, 
en Hongrie, en Pologne ; en outre 
président des Etats de Flandre, etc. 

Sources : le continuateur de la Chro- 
nique de Baudouin de Ninove (ap. J. J. 
De Smet), Brux. 1840, pp. i58-9 ; — Hugo, 
Annal. II, col. 377-8. 

DE BISEAU (Frédéric) : Vol. 
I, p. 168, 

Notre savant confrère Nâtafalus- 
sy, chanoine de Jâszô (t 2 3. IV. 
1907), ne fait que mentionner « Fri- 
dericus Biseau » (sic) dans la liste 
des prévôts de S. Etienne à Gross- 
wardein, et ajoute la date de 1661 
(?) Cfr Schematismus... Jâszô, 1891, 
p. 67. — 

I. Jacques-François Biseau naquit 
à Louvain le 27 janvier 1626, et 
fut baptisé le surlendemain, le 29, 
à St Pierre. (Aux Archiv. du Roy- 
aume, Fonds Goethals, MS n" 1226). 
Reçu à Bonne- Espérance en 1644, 
il y porta le nom de Frère -Frédé- 
ric, et fit profession le 24 septem- 
bre 1645 (Catalog. relig., f. 5'). Il 
est signalé comme maître d'hôtel 
en 1654 (Maghe, 55 5) j comme prieur 
en 1657 fib,, 565), comme chape- 
lain de Ste Madeleine à Thorem- 
bais-St-Trond le 4 janvier 1660 
(Reg. benef,, p. 175). Il fut nommé 
le 6 janvier 1664 à la charge abba- 
tiale de Corneux en Bourgogne. Il 
abdiqua plus tard (il était remplacé 
le 24 février 1680, cf. Gallia christ., 
XV, 3i6), et mourut à B. E. le 21 
avril 1684. 

Ainsi Dom Berlière, « Monasticon 
Belge » T. I, 2^ Livraison, 1897, 
p. 407, où il cite le Nécrologe de 
B. E. Donc il faut supposer que 
l'annaliste Hugo n'a pas été exac- 
tement renseigné, puisqu'il indique 
le 21 avril 1687 comme date du 
décès du Fr. Frédéric (I. col. 552) ; 
il se peut aussi que le dernier chif- 
fre fût mal écrit par son correspon- 
dant. 

J'extrais les renseignements sui- 
vants des papiers de famille de M^" 
le capitaine retraité Charles de Bi- 



DEE 



— 40 — 



DEL 



seau de Haute ville, à Schaerbeek- 
Bruxelles. Celui-ci possède encore 
(190g) un splendide portrait, peint 
à l'huile, du prélat de Corneux. 

2. Emmamiel Biseau, natif de Mons, 
profès de 1659 à Bonne-Espérance. 
Curé de Chaumont, il y mourut le 
25 juillet 1702, âgé de 62 ans. 

3. Bernard Biseau, également né 
à Mons, profès de 1686 à la même 
abbaye, prieur de Montaigu (dans 
le Hainaut : chapelle de N. D. de 
Montaigu, près de Mariemont) le 
28 septembre 1726, mort en 1740. 
— Cfr Hugo, Annal., t. I, col. 372 ; 
et Dom Berlière, Monasticon Belge, 
t. I, 2^ Livraison, p. 408. 

DEENS (Jean-Jacq.) : I,p. 171. 

I. A la BB. de l'Université à 
Liège, le Codex marqué n» 413 est 
le i^" MS laissé par Deens, dont voici 
le titre très exact : 

Vita B. Andrew piimi Averbodien- 
sis abbatis, conscripta ab amplissi- 
mo Domino D. Nie. Hogelandio 
abbate Middelburgi Ordihis prae- 
monstratensis, notis aucta. Diligam 
dum moriar, 1730. 

Codex chartaceus, pp. 36o (prae- 
ter 6 folia in capite, quorum pri- 
mum vacuum est, secundum exhi- 
bet titulum margine picta circum- 
datum, in tertio depicta sunt insi- 
gnia D. Frederici Van den Panhuysen 
abbatis Averbodiensis, cui inscribi- 
tur epistola dedicatoria 3 seq. folia 
complens), formse minoris (o"^, 16 
X 0,10), perquam nitide exaratus ; 
initium et finem singularum par- 
tium signant ornamenta in summa 
vel in ima pagina depicta. 

Haec vita, quae primum prodiit 
Antverpise 1682, iterum typis est 
excusa Gandae 1849 in opusculo 
(( Notice historique sur l'ancienne 
abba^^e d'Averboden » pp. t3i-i5i. 
Apographum suum Frater N. N. 
\Joan. Jacoh. Dems\ dedîcavit am- 
plissimo Domino D. Frederico Van 
den Panhuysen abbati Averbodiensi. 
Vitae muîtas addidit notas : nam com- 
plent pp. 95-336. Sequitur (p. 337- 
341) Chronologia annorum B. Andreae 
ut est in notis emendata, videlicet : 



B. Andréas nascitur 1067. 

B. Andréas [Hidulphi de Altena 
archiepiscopi Coloniensis] abnepos 
ad eum a matre mittitur decennis 
1077. 

Fit canonicus Coloniensis 1079. 

B. Andréas fit prsepositus S. Cje- 
reonis 1087. 

B. Andréas Romam profîciscitur 
1095. 

Roma redux 1099 aut tardissime 

IIOO. 

Trecis synodo prsesens fuit 1107. 

Viennensi concilio ut legatus epis- 
copi Coloniensis 11 12. 

B. Andréas cum S. Godefrido 
Cluniacum petit iii3 : inde Car- 
thusiam 11 14. 

B. Andréas fit Prsemonstratensis 
1120. 

Mittitur Antverpiam ii23. 

Eligitur primus abbas, Middel- 
burgensis, et onus segre deprecatur 
1126. 

Mittitur cum 6 sociis fundando 
Averbodium 1128. 

B. Andréas pie in Domino mori- 
tur II Aug. II 39. 

De hoc viro sanctitate insigni 
actum est Ad. SS., ad d. 6 Junii, 
t. I, p. 962, num. 9, in coroU. ad 
vitam S. Norberti. 

Tout ceci est extrait des Anaîecta 
Bollandiana T. V. Fasc. IV. 1886, 
pp. 362-363. 

DELESTRÉ (Alexandre), re- 
ligieux de l'abbaye de Grimbergen, 
docteur en philosophie de l'Institut 
Léon XIII, à Louvain. 

Né à Nieuwenrode le 14 juill. 
1879, il reçut l'habit le 9 oct. 1898, 
fit sa profession tout juste 2 ans 
après, et fut ordonné prêtre le i3 
avril 1903, Professeur de philoso- 
phie depuis le 6 oct. 1905, il s'est 
décidé, ainsi que le chanoine Xav. 
Teck, à aller rejoindre les 3 con-- 
frères qui travaillent au salut des 
âmes dans la Mission "du Canada, 
dioc. de S^ Albert. (Catal. Praem. 
O. in Circar. Brabant. 1907, p. 
22). 

I. Dans la a Gazet van Grimber- 
gen » parurent des articles du Fr. 



DEL 



41 



DEL 



Alexandre, ainsi que plusieurs de 
ses lettres, écrites au Canada. 

2. Il fut le fondateur du cercle 
flamand et catholique : « Sterk door 
werk. Studentengild » ; ce cercle est 
actuellement très florissant (1910). 

DELLA FAILLE (Léon) : Vol. 

I, p. 174- 

4. Thèses theologicse de peccatis 

& legibus, quas Prseside.... D. 
Leone délia Faille,., S. Th. Licen- 
tiato ac Professore, défendent D. 
Jo. Bapt. valider Cappen, S. T. B. F. 
D. Radulphus i?o^^/z>r5... Antv. Ap. 
Corn, et Viduam Henrici Verdus- 
sen, 1722, 40 : pp. 9 non ch. (BB. 
de Tongerloo, de même que l'opusc. 
suiv.) 

5. Thèses theologicae de Sacra- 
mentis in génère, et Duobus prio- 
ribus in Specie, quas Praeside... 
D. Leone délia Faille..,, défendent 
D. Milo Adriaensens, D. Hroznata 
Ophals, Ibid. 1723, 40 : pp. 10 
non ch. 

DELVIGNE (Antoine-Louis). 

Il naquit à Hasnon le 23 août 
1747. Il fit ses humanités à Valen- 
ciennes d'abord, puis au Quesnoy. 
Il suivit les cours de philosophie 
à Douai, pendant deux ans. Deve- 
nu religieux à l'abbaye de Vicoigne 
par sa profession du 16 octobre 
1768, sous le nom d'Antoine, Del- 
vigne y étudia trois ans la théolo- 
gie. Il fut ordonné prêtre à Arras 
le 21 décembre 177 1. Sa vie régu- 
lière et son inaltérable douceur le 
firent choisir pour être maître des 
novices et circateur, charge qu'il 
remplit neuf ans. 11 fut ensuite 
curé à Vicoigne, deux ans ; archi- 
viste du monastère, six ans ; rece- 
veur des revenus de Valenciennes, 
quelques mois. 

Appelé au chapitre général à Pré- 
montré en 17S7, il gagna la con- 
fiance des supérieurs, et fut élu, 
malgré lui, abbé de Saint Martin 
du Château (près de Mortagne), 
fille de Vicoigne ; il en fut nommé 
le 24e abbé, le i3 novembre de la 
même année. Ce monastère était 



obéré et avait besoin de grandes 
réfornies. L'abbé Delvigne admi- 
nistra sa maison avec tant de sa- 
gesse, qu'au moment de sa sup- 
pression en 1791, par le gouverne- 
ment révolutionnaire, il était par- 
venu à payer toutes les dettes. Le 
gouvernement lui alloua une pen- 
sion de 6,000 livres dont il ne 
jouit qu'un an et demi. Renvoyé 
à Vicoigne, il y resta cinq mois. 
Il séjourna ensuite avec ses con- 
frères à Hasnon, pendant dix mois. 
La persécution sévissant de plus en 
plus, il se réfugia à Tournai où il 
passa l'hiver avec M. Deledecque, 
chanoine régulier de Phalempin. 
Ils se retirèrent l'année suivante 
dans le grenier de M. Payen, rue 
des Jésuites, durant 7 ans. Il ne 
parut en ville qu'au mois de mai 
1802. 

Mgr Hirn nomma l'abbé Del- 
vigne chanoine honoraire. Puis il 
le pria de prendre soin des archi- 
ves de la cathédrale et le promut 
à un canonicat titulaire en 1810. 
En i8i3, M. de Saint-Médard, 
envoyé par l'Empereur Napoléon, 
arriva à Tournai pour remplacer 
Mgr Hirn enfermé à Vincennes. 
M. l'abbé Delvigne, ne voulant 
point communiquer avec l'intrus, 
dut se cacher encore ; mais de sa 
retraite il correspondait, ainsi que 
M. le vicaire général Maton, avec 
l'évêque légitime. Ce prêtre véné- 
rable se leva régulièrement jusqu'à 
1 âge de 95 ans à quatre heures du 
matin et fit la méditation d'une 
heure. Il célébra le saint sacrifice, 
pendant de longues années, chez 
les Carmélites, puis à l'autel de 
Saint Antoine à la cathédrale. Il 
mourut le 21 avril 1842, laissant 
un « Nécrologe » (privé) de dix-huit 
abbayes de la région du Nord (1767- 
1837). Il avait conservé les archives 
de l'abbaye du Château, qui furent 
acquises en 1845 par M. Benezech 
de St-Honoré, maire de Vieux-Con- 
dé. 

Ml" A. AI. Broiitin a publié ce 
nécrologe, composé par Delvigne, 
dans le « Bulletin de la société 



DER 



— 42 



DES 



d'études de la prov. de Cambrai » 
t. XV, 1910, p. 29-37. Voyez la 
Revue Bénédictine, 27^ Année, Avril 
1910, p. 259X. Dix monastères 
bénédictins sont mentionnés dans 
le recueil de Delvigne, 

Sources : Le Glay, Cameracum Chris- 
tianum, Lille, 1849, p. 338 ; — le même, 
Mémoire sur les archives de l'abbaye de 
Vicogne, i855, Valenciennes, pp. ig-23. 
Nous y apprenons, par le procès-verbal 
de l'élection du 2g août 1781, après la 
mort du prélat Henri Dubois, que Del- 
vignc (Antoine) réunit alors déjà 17 pre- 
mières voix, sans compter quelques deu- 
xièmes voix et quelques troisièmes. Le 
roi cependant éleva Jean Grenier à la di- 
gnité abbatiale. — Vos (chanoine, archi- 
viste de la Cathédrale et de l'Evêché de 
Tournai). Le Clergé du Dioc. de Tournai 
depuis le Concordat de 1801 jusqu'à nos 
jours. Tome I, p. 96. 

DERBY II (John), abbé de 
notre ancienne maison de Haies 
Owen, en Angleterre, diocèse de 
Worcester (Vigornia). Ayant le 
grade de bachelier en droit — in 
decretis baccalarius, — il adminis- 
tra la dite abbaye de 1446 à 1482. 
Il parvint à un âge fort avancé. 
Richard Redman, le célèbre visiteur 
de nos monastères anglais vers la 
fin du i5e siècle, fait l'éloge de 
Derby II en ces termes : « Status... 
hujus monasterii (de Haies Owen) 
constat omni laude, prosperitate, 
et habundancia (sic) : laudetur 
Deus. Et prelati (sic) circumspecta 
provisione ab onere debitorum alie- 
num ». 

Source : Dom Gasquet, o. c. 1906, Vol. 
II, pp. 237, 240, 243-48; VoL III, p. 234, 
col. I. 

DERCKX (Herm. Jos.) : Vol. 
I, pp. 175-6. 

6. Verzameling van gedichten en 
verzen bij verschillende gelegenhe- 
den te zamen gesteld en vervaer- 
digd door i7. 7. D. R : C : P : 
I stc Deel. Cortenbosch, i october 
1849; — 2^ Deel, i85o. M S auto- 
graphe, petit in-40 Les poésies, au 
nombre d'une soixantaine, datent 
de l'année i835 et vont jusqu'en 
i85o. 



DERIKX(Evermode), chanoine 

de Tongerloo, docteur en théologie de 
Rome. Né à Overpelt le 21 mai 
1873, il reçut l'habit le i5 oct. i8go, 
prononça les vœux juste 2 ans plus 
tard, et fut ordonné prêtre le 28 
juin 1896. Il explique aux confrères 
de Tongerloo la Ste Ecriture, de- 
puis le i3 août i8gg, et enseigne 
la dogmatique depuis le i5 oct. 
1901. (Catalogus Praemonstr. in 
Circar. Brabant. igo8, p. 35). 

DERIKX (Léon) : I, p. 176. 

Il est préfet Apostolique au Congo 
depuis le 26 juillet igoi, et cheva- 
lier de l'ordre royal du Lion. 

2. J. M. J. N. Haec est vita 
aeterna ut cognoscant te solum 
Deum verum etquem misisti Jesum 
Christum. Katckismu na kokola 
matenda na nzame. [Catéchisme con- 
golais). Averbodii Typis abbatiae, 
igo2. pp. 23 petit format. Anonyme. 
— 2^ édit. igo4. 

3. Vocabulaire Lingala-Français. 
igio. Ce titre est suivi de pp. 2- 
188, petit in-8". Un exemplaire au- 
tographié, s. 1., se trouve à la BB. 
d'Averbode : don de l'auteur, 

4. Buku na Bakristu ad privatum 
usum fidelium Praefecturse Aposto- 
licse Uellensis-Congi Belgici. — 
Averbodii Tj^pis Abbatiae igio. pp. 
148, petit format, 

DESBANS (Pierre) : I, pp. 
I78.g. 

2. Psalterium Davidicum secun- 
dum ritum Sacri et Canonici Or- 
dinis Praemonstratensis per Hebdo- 
madam dispositum. 

Et nunc opéra ac labore F. Pétri 
Desbans, Doctoris Theologi et Sanc- 
tae Mariae Maioris Mussipontanae 
sub Abbate Servatio Coadiutoris, 
recens impressum, et ad instar Bre- 
viarii eiusdem Ordinis nuper a 
Capitulo generali restituti ordina- 
tum. 

Cum privilegio et auctoritate R"^i 
D. D. Pétri Gossetii, Ordinis Prœ- 
monstratensis Generalis. Mussipon- 
ti. Apud S. Mariam Maiorem ejus- 
dem Ordinis. Sumptibus Francisci 
du Bois, Serenissimi Ducis Lotha- 



DEV 



-43- 



DIE 



ringiae Typographi. Anno Domini 
1619. — In-folio. 

1° Frontispice : A. Hanzelet fec. 
et excudit. — Images : La Ste 
Vierge avec l'Enfant Jésus. 

S. S. Norbert & Ludolphe. 

S, S. Augustin & Frédéric. 

B. Milon. 

B. Godefroid. 

B. Siard. 

B. Joseph (Herman.) — Le verso 
du titre est en blanc. 

20 Privilegium Revi"^* Generalis ; 
— (epistola Gossetio) Fr. Servatius 
Lairvelius ; — Tabula Tempor. 
Mobilium. i6ig-i653 ; — Calenda- 
rium ; — Index ; — Benedictiones. 
pp. i-ig [praelimin.] 

30 Psalterium : pp. 1-652 ; haec 
uîtima pagina finit eu m tono Iv. 
exitu,.. (qui est tonus peregrinus). 

Il y a des exemplaires de ce 
«Psalterium » dans les Bibliothè- 
ques de Grimbergen, de Tongerloo, 
et de Zwierzyniec (ici sous le 
n" 552) ; grâce à la bienveillance 
du rév. chanoine- Daniel Delestré, 
bibliothécaire-archiviste à Grimber- 
gen, j'ai pu donner la description 
de l'exemplaire, conservé en son 
abbaye. 

DETTEY (?) I, p. i85. 

Cet écrivain n'appartenait pas à 
notre ordre. Picot dit dans le T. 
IV, p. 255, de ses « Mémoires pour 
servir à l'hist. ecclés. pendant le 
i8e s. » 2<^ édit. Paris, 18 16 : Det- 
tey, chanoine d'Auxerre. 

DEVILLERS. (Mont Saint- 
Martin) : I, p. i85. 

Vers 1148, un prémontré de cette 
maison, contemporain et témoin 
oculaire des faits qu'il rapporte, ré- 
digea : 

(( Acta viiœ Beati Garernberti, Fun- 
datoris, et primi Abbatis Ecclesiae 
Abbatialis de Monte Sancti Marti- 
ni, Ordinis Pracmonstratensis. » 

Ce fut le P. Ch. L. Devillers^ qui 
publia ces actes en 1769, pp. 98- 
127 de l'Histoire du vénér. Garem- 
hert ; il dit (p. 91) de ce témoin 
oculaire : « dont la plume a cessé 



sous le troisième Abbé Godescalc. 
Ces mémoires n'avoient pas encore 
vu le jour. » 

Il est évident que le P. de Wa- 
ghenare a mis le MS à contribution, 
o. c. i65i, pp. i25-i33. 

DE VOS (Marcel) : I, p. 186, 
col . 2 . 

1. Sermoonen van de zeven H H. 
Sacramenten. — Ces 2 vol. MSS. 
se trouvent de nos jours à la BB. 
de Tongerloo. 

DIETL (Hroznata) : V. I, p. 

190. 

Ce confrère de Tepl est actuelle- 
ment (1908) professeur au collège 
archiépiscopal de Duppau, en Bo- 
hême. 

i3. Die lustigen von Weimar. 
Drama. — Eger, Gschihay, 1905, 
pp. 24. 

14. Das alte Kreuz. Drama. — 
Eger, même imprim. igoS, pp. 20. 

DIETLEB ou DETLEB, et 

les autres évêques prémontrés d'O/- 
miltz» 

Après avoir consacré un article 
assez détaillé à l'illustre Henri Zdik, 
évêque d'Olmûtz de 1126 à ii5o 
(Ile vol. de ce Dictionn., pp. 430- 
32), il est juste de donner les noms 
des autres norbertins qui occupè- 
rent le même siège. Comme cela 
n'arrive que trop souvent dans la 
chronologie des temps qui sont dé- 
jà loin de nous, les historiens ne 
s'accordent point entre eux, dans 
la confection de la liste de ces 
évêques. Je suivrai ici notre con- 
frère de Strahow, Amand Frieden- 
Jels^ ainsi que Dom Boniface Gams, 
bénédictin ; seulement, et contrai- 
rement à l'avis de Friedenfels, il 
m'est impossible d'admettre comme 
religieux de notre ordre les évêques 
d'Olmùtz Pierre I, mort en 1104, 
et Jean II surnommé Ventrosus, 
mort en ii26(!) Donc, après Hen- 
ri Zdik, furent évêques d'Olmùtz 
les prémontrés suivants : 

2. Jean le chauve (Calvus), nom- 
mé et consacré en ii5o, décédé le 
i^ avril 1172. 



DIE 



— 44 



DIE 



3. Dietleb, élu en 1172, sacré en 
1174, mort le 4 nov. 1182. 

4. Peregriniis (Pilgram), depuis 
1182, encore mentionné au 2 mars 
ii83. 

5. Kaim ou Cayn, depuis cette 
dernière année jusqu'au t 12 janv. 
1194. 

6. Engelbert, depuis le mois de 
février 1194 jusqu'au t 17 déc. 
1199. 

7. Jean Bawor von Strakonitz, 
de 119g jusqu'au if oct. 1201, jour 
de son trépas. 

Sources : Cruger, G., S. J. Sacri Pul- 
veres mensis Ivnii. Pragas, 1669, pp. 247- 
9. N. B. Le titre du mois de Janvier est 
celui-ci : Sacrorum Pulverum Inclyti Reg- 
ni Boheraiae Et Nobilium ejusdem Perti- 
nentiarum Moravias et Silesiae Pars Pri- 
ma.... Typis Litomisslii Joannis Arnolti 
à Dobroslavina. In-40, pp. 8 non ch. et 
1-576. Ce ler volume comprend les 3 pre- 
miers mois. — Sacri Pulveres Mensis 
Aprilis : pp. 1-190. — « Majales Trium- 
phi )) (sic).... pp. 8 non ch. et 1-176. — 
« Sanctissimus Norbertus».... 1669, Pra- 
gae, 4 ff. non ch. qui se trouvent avant : 
Sacri Pulveres Mensis Ivnii... Sub Au- 
spicijs Sacromontanas Virginis, et SS: Pa- 
triarchae Norberti, Pragae, 1669, pp. i- 
282. — (Cfr PP. De Backer, BB. des 
écriv. de la Comp. de J., Ile Série, Liège, 
1854, pp. 161-2.) — Friedenfels, Sion, 
raons inclytus, 1702, pp. 809 ad 847 ; — 
Dlabacz. Chron. Necrolog. 1817, pp. 7- 
10 ; — Dom Gants, Séries Episcoporum, 
1873, pp. 286, col. 2; 297-98, nhi fontes : 
— Illana, Historia de los varones... Pre- 
monstrat,, T. II (1760), pp. 70-71. 

8. Un siècle et demi plus tard 
vécut le prémontré Jean de novo 
Foro ou Neumark, iS^abbé de Klos- 
terbruck, après la nomination de 
Jean 11 1 à l'évêché de Leitomischl. 
Ce dernier étant mort en i353 (se- 
lon Gams, o. et p. cit.), Jean de 
Neumark fut nommé pour lui suc- 
céder dans le courant de la même 
année, et fut transféré au siège 
épiscopal d'Olmùtz le 12 juillet 
1364 ; il y mourut à son tour le 
20 décembre i38o. (Gams, ibid., p. 
298). 

Sur le même Jean de Neumark 
j'ai donné une notice, rédigée par 
le savant Raph. Ungar, chan. de 
Strahow, dans le I^^ vol. de ce 
Dictionnaire, pp. 421-22. 



Conclusion. Sauf pour les dates, 
nous pouvons souscrire à cet éloge, 
écrit en 1669, par le P. Cruger, o. 
c. Mensis Ivnii, pp. 247-8 : 

Sine inierruptione multo omnino 
tempore, in Episcopali throno, ple- 
rique fere è Sionaeo Pragensi Olo- 
mucii sederunt, ac Moravicâ Infulâ 
Antistites gloriosi effulserunt. As- 
sertum istud plurimùm conducens 
ad commendationem Sapientise et 
Virtutis Praemonstratensium insi- 
nuati Cœnobii, non eget extraor- 
dinariis documentis ; quia pro eo 
faciunt historici patriae irrefragabi- 
liter, et est basis instar veterrima 
traditio, cui innititur séries Epis- 
coporum Olomucensium ab Augusti- 
no ibidem Praeposito compilata (a^ 
cire. 1640 ? — edidit Richter, Olo- 
muc. i83i). 

DIETRICH (Dominique-Jos.), 
chanoine de Wilten, qui vit le jour 
à Hall dans le Tirol, le 3o déc. 
1871, Vêtu le 3 août 1889, il pro- 
nonça les vœux le 6 août 1893, et 
fut ordonné prêtre le 26 juill. de 
l'année suivante. En 1900 il en- 
seignait à Wilten la dogmatique et 
la philosophie, et remplissait les 
fonctions de secrétaire auprès de 
MûUer son prélat. De nos jours 
(1909) il est réputé comme un bril- 
lant orateur^ un éminent conféren- 
cier. 

Sources : Catal. generalis 1900, p. 98 ; 
— Revue de l'O. de Prémontré (Parc), 
1909 passif n. 

die VOECHT (Gilles) : Vol. 
I, pp. 191 à 193. 

Parmi les manuscrits si nom- 
breux, qu'a laissés notre laborieux 
archiviste M^ Joris, j'ai découvert 
la notice suivante. 

^gidius die Voecht honestis pa- 
rentibus, pâtre F'rancisco, matre 
verô Catharina Torrekens, natus est 
Diesthemii 16 Januarii 1579. Ado- 
lescens primùm humanioribus litte- 
ris operam dédit in oppido natali, 
ast ob continuas patriae turbas a pa- 
rentibus studiorum prosequendo- 
rum causa dimittitur Leodium ad 



DIE 



- 45 - 



DIE 



collegium Jesuitarum, ubi eximios 
nactus professores RR. PP. Hal- 
loix, Buzelin, Manfroij et Le Jeune, 
eorum sub magisterio tantos fecit 
profectus ut numquam non cum 
primis de palma certaverit. Emenso 
studiorum curriculo, in patriam 
redux anno iSgô, ordinem Praemon- 
stratensem apud Averbodienses, illis 
diebus Diesthemii exulantes am- 
plexatus est et solemnia religionis 
vota, biennio (non) elapso, emisit 
(5 april. 1598). Sacerdotio initiatus, 
constituitur Bibliothecse praefectus, 
et non diu post Pastor familiae et 
supprior conventûs : ac tandem 
ipsi committitur rerum temporalium 
monasterii administratio cum titulo 
camerarii abbatis et provisoris pri- 
marii. Multis variisque licet jam 
distentus esset negotiis, studium 
tamen historiae, quam unice amare 
videbatur, minime praetermisit nec 
ullam e subsecivis horis prseterire 
sinit, qua non aut evolvendis aut 
conscribendis variis libris operam 
navaret. Erat interea ^Egidio fami- 
liare per litteras commercium cum 
doctissimis istius aevi viris, J. B. 
Gramaye, Miraeo, Geldolpho a Ry- 
ckel, Wendelino, Butkens, J. J. 
ChifBet, Gelenio Coloniensi, Van 
den Borgt de Huldenberg, Van 
den Berg aliisque. Oui omnes ipsius 
^gidii in historicis et genealogicis 
eruditionem simul ac humanitatem 
multùm venerabantur et nonnum- 
quam sua sensa illius judicio et 
censurac submittebant. 

Notandum. Papehrochii verba, qua3 
jam transcripta sunt in hocce Dic- 
tionario « Ecrivains, artistes et sa- 
vants de rO. de Prémontré » (Vol. 
I, p. 192, col. 2), leguntur in ini- 
tie, i. e. p. XLIX, col. I, maximi 
operis « Acta Sanctorvm Maii » 
T. VII, Antverp. 1688, a Godefr. 
Henschenio et Daniele Papebrochio 
e Soc. I. Etenim hic incipit a Ap- 
pendix II De Comitatu Lossensi 
& Diostensi in Tungria & Taxan- 
dria. Ex Mss. .Egidii Voechtii 
Averbodiensis ». (pp. XLIX-LIII). 

Dans le « Compte rendu des 
séances de la Commission royale 



d'Histoire» i856, T. 8, pp. 411- 
427, il y a un rapport qui intéresse 
beaucoup notre abbaye d'Averbode. 

A la séance du 26 mai i856, M. 
Adolphe Borgnet s'exprima ainsi : 

Dans le courant du mois dernier, 
je profitai de quelques jours de 
loisir,... pour aller examiner les 
manuscrits de V abbaye d'Averbode, où 
déjà j'étais allé l'année dernière. 
L'accueil bienveillant que j'y avais 
trouvé alors de la part du cellérier, 
M. MichoUe, à qui j'avais été adres- 
sé, et l'invitation d'y retourner faite 
dans les termes les plus obligeants, 
me mettaient à l'aise. J'y passai 
près de trois jours, secondé par 
M. Stanislas Joris, religieux aussi 
modeste qu'instruit, dont le zèle et 
le talent ont puissamment contri- 
bué à l'accroissement et au classe- 
ment de la bibliothèque. Il y avait 
là une trentaine de volumes in-folio 
manuscrits qu'il m'importait d'exa- 
miner soigneusement, la plupart 
concernant V histoire de Liège. Quel- 
ques mots d'abord sur l'homme qui 
a rassemblé ces nombreux docu- 
ments. 

L'abbaye d'Averbode posséda, 
dans la première moitié du XVII^e 
siècle, un proviseur du nom de 
Gilles die VoecJit [il y a : Die], qui 
s'était proposé d'écrire une histoire 
du comté de Looz. Il commença par 
réunir les matériaux, et c'est ainsi 
que fut composée cette collection 
écrite en grande partie de sa main. 
On a conservé, en outre, 'un nom- 
bre considérable de volumes moins 
intéressants, puisqu'ils concernent 
les comptes que lui imposaient les 
fonctions dont il était revêtu. Il 
est à déplorer qu'un tel homme ait 
été forcé de consacrer une partie 
de son temps, d'user une partie 
de son activité dans l'exercice d'une 
charge toute matérielle. Sans doute 
on doit attribuer à ses occupations 
officielles l'impossibilité où il s'est 
trouvé d'exécuter son projet. De 
son livre, il n'a paru que le « Pro- 
dromus » contenant la généalogie des 
comtes de Looz. 

Tel est l'écrivain laborieux à qui 



DIE 



46 - 



DIE 



l'abbaye d'Averbode doit la plus 
grande partie de ses manuscrits. 
Je vais indiquer succinctement 
quelques-uns des documents que 
contiennent ces précieux volumes, 
en les indiquant par les numéros 
qu'ils portent dans Vinventaire qu'en 
a fait M. Joris, [Jusqu'ici M. Bor- 
gnet, o. c, pp. 411-412]. 

Ce M. Ad. Borgnet, qui était 
professeur émérite de l'Université 
de Liège, mourut le i5 févr. 1875. 
Or, à la séance du 4 avril 1881, 
M. Stanisl. Bormans « exprime l'opi- 
nion qu'il importerait d'avoir un 
inventaire complet et détaillé des manu- 
sertis de Gilles die Voecht, et il s'offre 
à le dresser. » Ibid., 4^ Série, 1881, 
T. 9, p. 123. — Il y a une « Note 
sur des manuscrits de l'abbaye 
d'Everbode (sic). Par M. Ch. Piot, 
membre de la Commission » dans 
la même 4^ Série, 1884, T. 12, pp. 
184-186. Cette note est extraite des 
papiers du marquis du Chasteler, 
membre de l'Acad. roy. de Bru- 
xelles. 

Quelques années plus tard, en 
1896, M. Ed. Poncelet, conserva- 
teur adjoint des Archives de l'Etat, 
à Mons, présenta à la Commission 
roy. d'hist. un rapport sur les car- 
tulaires et documents mss. se rap- 
portant à la Belgique, etc. où il 
dit : A Averbode, j'ai pris la des- 
cription de trois beaux cartulaires de 
l'ancienne abbaye des Prémontrés ; 
les manuscrits du proviseur Gilles 
die Voecht s'y trouvent aussi. Ces 
manuscrits ont été analysés som- 
mairement dans les « Bulletins de 
la Commiss. roy. d'histoire » (2^ sé- 
rie, t. VIII, p. 411.) et la Com- 
mission a décidé d'en publier l'in- 
ventaire (4<^ série, t. IX, p. i23). 
— Le rapport de M. Poncelet, dont 
il s'agit ici, est inséré parmi les 
dits « Bulletins » 5^ série, 1896, 
t. VI, pp. 415-436 ; voyez-y surtout 
les pp. 415 et 416. 

Dans la séance du 8 mai 1899, 
M. Stan. Bormans, en son nom et 
au nom de dom Ursmer Berlière, don- 
na lecture du rapport qu'ils avaient 
rédigé sur la publication des cartu- 



laires. Ils y disent à la fin : « Nous 
croyons devoir attirer l'attention de 
nos confrères sur les recueils factices 
qui, comme celui de Gilles Die Voecht, 
à Averbode, n'ont pu figurer dans 
nos inventaires à cause de leur 
caractère incertain. Ils échappent 
à toute classification. Les matériaux 
qui y ont été accumulés, un peu 
au hasard, sont de toute nature et 
se rapportent à une foule de sujets 
divers. Parmi eux se trouvent, en 
grande quantité, des copies de 
chartes dont le texte n'existe peut- 
être plus que là. 

Ne serait-il pas possible d'obtenir 
un relevé des différentes notices de 
cette riche collection, tout au moins 
au point de vue diplomatique ? » 
Jusqu'ici M. Bormans. (5^ série, 
1899, t. .IX, p. XLIIl.) 

Après avoir lu et relu tout ce 
qui précède, je me suis proposé de 
donner Vinventaire des manuscrits de 
G, die Voecht, dressé autrefois par 
notre diligent archiviste, M^" Stanisl , 
Joris. Cet inventaire, confronté avec 
l'extrait, qui fut communiqué en 
i856 par M^' Borgnet, offre plusieurs 
variantes. 

Sequuntur tituli plurium monu- 
mentorum historicorum, a Confratre 
nostro die Voecht collectorum, (quae 
partim Averbodii servantur anno 
1910.) 

Vol. I. Recueil des blasons et 
armoiries de plusieurs peuples, na- 
tions, Princes et Nobles : en cou- 
leurs. 

Histoire généalogique de la May- 
son de Luxembourg, faicte par 
Clément de Sanghin [de Sanghien?] 
avec des armoiries peintes. 

Sensuit Ung traictie de la des- 
cente des chastellains de Lille, par 
Frère Franchois Pietin, Religieux 
de l'abbaye de Phalempin. 

Vol. II. Magistri Emondi de Dyn- 
ter Cronicon nobilissimorum Du- 
cum Lotharingiae Brabantigeque et 
Regum Francorum. fol. 91 5. 

Vol. III. Cordt beleiidt des ge- 
slachts afcomste van Graef Ado, 
grave van Mechelen ende Elisa van 
Haspegauwe syne huijsvrouwe. 



DIE 



— 47 



DIE 



vader ende moeder van den H. Mar- 
telaer Libertus. Mitsgaders de Ge- 
boorte-linie des huijs Berthout, 
wijlen Heeren van Mechelen, Grim- 
berghen, lande van Mechelen etc. 
etc. Ailes bewaricht soo bij kercke- 
lyke bescheeden, titulen, handfes- 
ten ; als bij oude schriften ende 
andere loffelijcke thoonen. Beschre- 
ven door Jhr FTendrick van der 
Borch van Moesick, oudt commu- 
niemeester ende wethouder der ste- 
de ende provincie van Mechelen. 
pp. 5g8. 

Vol. IV. CoUectanea de familiis 
nobilibus urbis et agri Lovaniensis, 
— Berthold, — Bruxellensis civi- 
tatis, — Gallo Brabantiae, — Ant- 
verpiensis civitatis etc. fol. 1-76. 

Annales Lovanienses, seu rerum 
Lovaniensium libri Petro Divaeo 
Lovaniensi auctore syndico seu 
pensionario, cum viveret Mechli- 
niensi. (praemissa vita auctoris). 
fol. 76-i5o. 

Vol V. Extract de chronicque de 
Seigneur Jehan d'Enghien, Sei- 
gneur de Kestergate et vicomte de 
Grimbergen. fol. i-23. 

Chronicon teutonicum Braban- 
tiae, Lovaniense ab anno i288-i5oo, 
(fragmentum aut extractum ipsius 
videtur esse). Incipit : Ex promo- 
tione Joannis ad Ducatum Braban- 
tiae spruyte grote twist tusschen 
Loven en Heer Aerden Bernaygen 
Heer van Wezemale. pp. 23-5o. 

Excerpta ex variis libris tum MS 
tum impressis. pp. 5o-i6o. 

Vol. VI. Varia extracta ex regis- 
tris civitatis Bruxellensis, et ex 
scriptis Joannis t*Serclaes, per die 
Voeckt. 

Vol. VII. Gesta Pontificum Tun- 
grensium, Trajectensium sive Leo- 
diensium conscripta ex chronicis 
Harigeri, Anselmi, .Egidii monachi 
Aureaj Vallis, Joannis Presbyteri 
Investiti de Warnant, et Joannis 
de Stabulao monachi S. Laurentii 
Leodiensis. pp. i83. 

Incipit prologus commendationis 
nobilis civitatis Tungrensis : Dilec- 
iissimo Fratri Joanni suus Joannes sa- 
lîdem et omne honum, — finit : Ttin- 



grenses valete, ego ad hoc iingiientum 
ioio corde recurro. finis, pp. i93-25g. 

De Origine Leodinorum et fciede- 
re inter Leodienses et Burgundos 
ad Rev™"™... Principem Erardum 
à Marca Episcopum, carmen. (ver- 
sus 35o). pp. 259-270. [Auctor : 
Hub. Thomas Leodius]. 

Georgii Tectani [De Theux ?j in 
laudem Principis Leodiorum Erar- 
di à Marca sub personâ Patriae 
Elegidion. 270-272. (versus 60 ; — 
1540, 26 februar.) 

Metralaetitiae ipsius Peronis Leo- 
diensis de Brugis ad locum pro- 
prium in civitate Leodiensi trans- 
lati, sic loquentis in personâ faemi- 
nae consolatae. pp. 272-273. (versus 
22 ; — 1478.) 

Historia fundationis nobilissimae 
quondam civitatis Tungrensis. in- 
cipit : Narraturi divina opitulante 
gratia Dei de primitiva fimdatione. 
finit : Cui laus et honor sit in saciila 
scrculorum. Amen, pp. 274-356. 

Extracta ex variis cartariis et 
archivis. pp. 357-374. 

De familia Bertholdorum litterae 
ac fragmenta, pag. 383. 

Diplomata pro civitate Buscodu- 
censi. pag. 397. 

Varia extracta historica. pp. 431- 
464. 

Fundatio capituli S. JoTs Baptis- 
tcC in Diest ejusque Statuta. pp. 
465-499. 

Costuijmen van Diest geannoteert 
bij Peter van Gelé schepen 1572. 
pp. 499-5ii. 

Concordatum seu conventiones 
de judiciis aliisque inter Ducem 
Brabantiae et Rev°^"°^ Pra^sulem 
Leodiensem de anno 1 541 . pag. 5 1 1 . 

Franchises et privilèges de Brus- 
them. pag. 532. 

Varia collecta de nobilitate bel- 
gica. pag. 545. 

Vol. VIII. Histoire mémorable 
des Evesques de Tongres et de 
Liège avec leurs gestes translatées 
de latin en rismes francijs par Jehan 
d'Oultremeuse Liegois. (incomplet), 
fol. 1.62. 

Miscellanea de comitibus et co- 
mitatu Lossensi pp. T-39. 



DIE 



- 4S _ 



DIE 



Diplomata qucrdam spectantia Ab- 
batiam de Herckenrode. pp. 48-53. 

Littenu de Mechliniensi civitate, 
et diploma pontificium, de vendi- 
tione istius civitalis dominii anno 
1346. pp. i33-i38. 

Varia miscellanea historica pp. 
53-i33 ; i38-ad finem. 

Vol. IX. I. Chronica Pontificum 
Tungrensium et Leodiensium com- 
pilata à ven^i Viro Mag. Joanne de 
Hocsem scolastico nec non canonico 
ven''^ ecclesiae Leod. qui et fuit 
praepositus S. Pétri et saepè Lega- 
tus ad Pontificem, Cardinales et 
Galliae Regem. (Natus est anno 
1278, mortuus anno 1348.) pp. 212. 

2. Radidphus de Rivo. finit : Ex- 
pliciunt scripta M. Radulphi de Rivo 
Decani Tungrensis, oriujidi de oppido 
Breda Leod. Diœcesis, viri îiiiqîie ge- 
neraliter plurihus scientiis et îitteraiinis 
(sic) prœditi. pp. 20. 

3. Incipiunt gesta Pontificum a 
tempore Joannis de Bavaria. (Auc- 
tore Joanne Stabulao monacho S. 
Laurentii Leodiensis). ab anno 
1387-1423. pp. 5o. 

4. Gesta Pontificum Tungren- 
sium sive Leodiensium ex Harigero, 
Anselmo, ^gidio Aureae-Vallis et 
Joanne Presbytero investito de 
VVarnant, usque ad Engelbertum 
de Marca Episcopum, pp. g3. 

Vol. X. C'est le nouveau traicté 
encommence par manier de cro- 
nicque par moij Jacques de Hem- 
ricourt manant en la cité de Liège, 
chlr au pnt de l'Ordre de i'hospi- 
tal S. Jean en Jérusalem l'an de la 
nativité de nre Seigneur Jesu-Christ 
i353 et par moij mesme continuées 
et finalement conclues a très grieve 
peine, labeur et travail, le quel 
traicté je veux estre appelle ; Le 
miroir des nobles de Haisbaigne. avec 
les Blasons peints en couleurs. 

Del Reije touchant le paijs de 
Liège, id. [Delreye ou Delrye ?] 

Recollection d'aucuns Epitaphes. 
id. 

Genealogia nobilium de Ryckel. 
id. 

Vol. XI. Registrum canonicorum 
S. Lamberti Leodii : cum eorum- 



dem canonicorum Insignibus gen- 
tilitiis pictis. Et alia. fol. i-ig. 

Origine, commencement et ac- 
croissement de la ville de Liège, 
fol. 21-28. 

Fundationes et descriptiones om- 
nium ecclesiarum in civitate Leo- 
diensi. 

Descriptio dignitatum saecularium 
in patria Leodiensi. 

Vol. XII. Gesta pontificum Tun- 
grensium, Trajectensium sive Leo- 
dicensium Harigeri Abbatis. — item 
pars secunda, Anselmo canonico 
Leod. auctore. pp. 117. 

Vol. XIII, Recollection d'aucu- 
nes certaines gestes et souvenances 
du pays de Liège, tant des eves- 
ques de Tongres que de Liège, 
.... extrait hors d'un vieulx certain 
libre et cronique escript par un 
quidam, en son temps nommé 
maistre Jehan d'Outremoense [Dou- 
tremeuse ?] pp. i-i5g. 

Informatie van rechte, gelyck 
men dat hielt tôt Vliedermael pp. 
161-176. 

Reformatie der Loenscher lant- 
rechten. pp. 177-184. 

Die Bolbreuken ende rechten van 
Bosch tôt Stockhem. pp. 185-187. 

Hier nae volcht die declaratie 
ende moderatie van den nieuwen 
Loij des Busdoms Lant-recht van 
Luijdich. 187. 

Hier nae volgen die puncten en- 
de articulen van den Busdom oft 
Luijcxe Loij getogen uijt der nieu- 
wen moderatien, die gemaekt ende 
geordonneert was in der stadt Ton- 
geren, geheeten den paijs van Ses- 
thienen, die gemaekt ende gesloten 
wert in den jare 1403. den 28 oct. 
pp. 188-199. 

Volgt den peijs die tôt Fech was 
gemaect, bij den wellichen peijse 
elck mensche sal loy en vonnisse 
hebben in den landen van Luijdich, 
geordonneert in den Jaere i3i6. 
pp. 200-202. 

Copia privilegii Maximiliani imp. 
Leodiensi Episcopo concessi anno 
1 5 18-24 J^^ii ; ^^c non copise alio- 
rum id genusinstrumentorum Leod. 

pp. 203-210. 



DIE 



— 49 — 



DIE 



Privilegien statuyten ehde rech- 
ten der stadt Stockhem. pp. 210-225. 

Resolutie met den casus voor 
schepenen van Vliermael gedecre- 
teert. pp. 225-233. 

Canonici S. Lamberti Leod. an- 
no 1646. pag. 235 et seq. — Genea- 
logica qufcdam. pp. 237-240. 

Acta in comitiis Londini anno 
i554 mense Novembri, diebus 28, 
29 et 3o, celebratis. 

Diplomata qua^dam Leodiensia. 
pp. 250-262. 

Genealogica quajdampp. 265-268. 

Extract uyt eender aenspraken 
naer recht van den gesworen stats- 
meesteren gedaen : item rechten 
competerende de Borgem : Schepe- 
nen, Schout etc. der stadt Diest. 
pp. 272-275. 

Lectiones variantes ad chronicon 
Harigeri, à cap. 1° ad 60 ; — item 
ad chronicon Anselmi à cap. 84'^ 
ad no ; — item ad chronicon /Egi- 
dii Aureœ Vallis à cap. 1" ad XIX. 
pp. 284-322. 

Vol. XIV. Genealogia comitum 
Lossensium ex scriptis Dni Henrici 
van den Berg rege armorum comi- 
tatus Loss. et dioec. Leod. 

Genealogia familiae de Riviera- 
Arschot. 

Charten van de Graven van Loon 
en den abt van Corbîe over de 
parochie van Beringen. 

Charta libertatis a comité Loss. 
oppido Hasselt concessa. 

Chartrc comitum Loss. pro ab- 
batia de Herckenrode. 

Kaerte van vrijdom verleent aen 
het dorp Curingen. 

Charta libertatis a comité Loss. 
Oppido Novocastri concessa. 

Miscellanea Leodiensia & Los- 
sensia. 

Genealogia familiae de Duras et 
de Dommartin. 

Necrologium vallis S. Bernardi 
Diesthemii. 

Gesta trevirorum inc : Anno anie 
Romam conditam i3oo Ninus. finit : 
Et animœ apud Deum perpétua requies- 
cent in pace Amen, (édita partim a 
G. Leibnitio inter accessiones His- 
toricas tom. i' pp. 1-124 '■> ^^ J* ^' 



Eccard in Script, rerum historié.) 

Episcoporum Moguntinorumelen- 
chus. 

Chronijcke der Bisschoppen van 
Tongeren, Tricht ende Luijck, 
(autore anonymo). 

Van S. Librechts Dood ; et varia 
spectantia civitatem Mechliniensem 
et loca vicina. Auctore Henrico 
van den Borch de Moesick. fol. 122. 

Vol. XV. Compendium decursûs 
temporum monasterii Xtiferi Beth- 
leemiticae puerperae Ordinis Canoni- 
corum Regularium juxta Lovanium : 
Auctore F. Petro Impens ejusdem 
monasterii religioso, fol. 3 16. 

Vol. XVI. Arbor genealogica Do- 
minorum de Diest. 

Chronicon genealogicum Domi- 
norum de Diest. 

Fragmenta genealogiarum Tra- 
zeigniesj Renesse, Hamale, Nassau, 
Merode, Rubempré, Vorne etc. 

Origo iliustrium Dominorum de 
Culemborgo, Abcauda et Gaesbeek, 
Boloijx, Hoezelen, Asperen etc. 

Chroniques de Bauduin d'Aves- 
nes. pag. i35. 

Varia diplomata et privilégia pro 
civitate Diestensi. 

^liscellanea genealogica. 

Vol. XVII. Catalogus et acta 
Episcoporum Leod. Principum 
Tungrensium, Ducum Brabantiae ; 
fratre Joanne Brusthemio Francis- 
cano Trudonensi coUectore. pp. i 
et seq. 

Scripta seu annotata quœdam 
quibus patet quando et quomodo 
comitatus Lossensis pervenerit ad 
ecclesiam Leodiensem. pp. 24-40. 

Chronicon Villariense. pp. 44-214. 

Origo monasterii Nostrae Domi- 
nae de Gratia, ord : carthusiani 
juxta Bruxellas. pp. 2i8-253. 

Exordium et origo capellae con- 
structce in Boondale in honore B. 
Dei Genitricis et S. Adriani Mart. 
in parochia de Uckele juxta villam 
de Watermale ad milliare juxta in- 
signem civitatem Bruxellensem ; 
quod fuit anno 1458. 

Historia de miraculosa revelatio- 
ne ven. Sacramenti in civitate Bru- 
xellensi. 



/ 



Ecrivains, Artistes, et Savants (t. iv) 



DIE 



5o 



DIE 



Paradisus Mariae seu historia mo- 
nasterii ejus nominis. (auctore Joê 
Latomo). 

Vol. XVIII. Consulum ac impe- 
ratorum Romanorum séries : pp. 
1-56. 

Annotatio de Monasterio de Hey- 
lissem. pp. 72 et 73. 

Testamenti Cardinalis Richelii à 
P. Labbe conscripti explicatio, cor- 
rectio et additio. pp. 8o-85. 

Conférence tenue à Maestricht 
entre les Députés et commis de 
Brabant et Liège sur la jurisdiction. 
i6i5. pp. 86-107. 

Investitura anno 1548 abbati tru- 
donensi ab imperatore concessa. 

Bewijs van aile die Proosten der 
collégiale kerck van S. Peter te 
Leuven. 

Extract uyt zeker chronyck der 
Bisschoppen van Luijck. 

[Ecriture du XVI^e s. ?] Ex- 
traicte faicte hors d'ung vieux chro- 
nicques (de Tongres depuis Julius 
Caesar jusqu'au règne d'Eracle evê- 
que de Liège). 

Chronike ende historié generael 
des werelds aen aile Aertsbisschop- 
pen ende Bisschoppen van Neder- 
land, 

Extracta ex variis chronicis et 
historiis tum MS, tum impressis. 

Vol. XIX et XX. Analecta Los- 
sensia. • 

Vol. XXI. Notitia comitum Los- 
sensium ex Diplomatibus etc. pp. 
1-22. 

Expressior comitum Lossensium 
memoria ex P. J. Mantelio. pp. 
31-38. 

Notitia comitum Loss. ex archi- 
vio Herckenrodiano. pp. 42-44 ; 
54-62 ; ex variis diplomatibus per 
Langium. pp. 54-62. 

Généalogie des comtes de Loss 
extraicte du chronique de Jean 
d'Outremeuse. pp. 64-68. 

Litterae Ludovici de Bourbon 
Episc. Leod. erigentis et appro- 
bantis coUegium in ecclesia de Ar- 
schot. pag. 70 etc. 

Oenealogie van het edele geslagt 
van offhuijs. 81^-84. 

Jôes Dux (i355) approbat dona- 



tiones a progenitoribus suis Gode- 
frido (1154J et Henrico (121 3) et 
Arnoldo de Lovanio Dno terrae de 
Breda (1271) factas in pago de 
Santvliet in favorem monasterii 
S. Michaëlis Antverp. : pp. 89-91. 

Epistola Chiffletii JoTs Jac.( 1643). 
pag. 92. 

Epistola Gelenii (1644), pag. 93. 

Epistolae Butkens. 1643 et 1644. 
pp. 96-98 ; et 204, 206. 

Charta Ludovici comitis Loss. 
testantis a genitore suo Gerardo 
comité monast. de Herkenrode esse 
fundatum. 121 3. pag. loi. 

Epistolae van den Borcht de Moe- 
zeke. pp. io3, 114, 124, i33, 2o5, 
207. 

Epistolae G, Wendelini. pp. io5, 

ITI, Il3. 

Epistola Henrici comitis de Ri- 
vière, p. 106. 

Testatur Henricus dux donatio 
nem monast. Affligemensi ab Arnol 
do quondam comité de Arschot 
factam de bonis in Buckenholt 
1202. p. 107. 

Extractum ex necrologio de Cor 
neolo. 108. 

Sententia supremi rotse Romani 
tribunalis super validitate antiqui 
rigoris communitatis ord. Praem 
p. ii5. 

De limitibus Cœrselensibus. p 
119. 

Joês Dux Brab. annectit Braban 
tiae pagos Meerhout et Vorst 1324 
p. 125. 

Littera, qua mittit P. Corten, 
pastor de Peer, descriptionem Pee- 
rae per Gramaye. 126; 182. 

Litterae Henrici Hovii. 127, 166, 
209. 

Miraculen geschiet aen het L. V. 
beelt te Vrouwen-perck, 134. 

Extract uit den geslacht-boom 
van Hofstadt. i36. 

Informatie anno i532 ter ordon- 
nantie van den cancelier van Bra- 
bant genomen te Lumpnen wegens 
zekere fortse abuijsen.... 144. 

Fredericus Rex advocatiam mo- 
nast. Parcensis committit Godefrido 
Duci Brabantiae, 1154. 

Visa per Abbatem Parcensem 



DIE 



5i 



DIE 



privilegii Pontificis de anno 1483. 
concessi universitati Lovaniensi de 
nominatione ad bénéficia, p. 167. 

Epistola JoTs Caesar, ord Praem., 
179. 

Variae ducutn litterae pro monas- 
terio S. Trudonis. 189. 

Joês Dux Brab. approbat dona- 
tionem Henrici Ducis de jure pa- 
tronatus et de decimis in Neer> 
winde factam monast. Heylissemen- 
si 1309. pag. 2o5. — Etc. p. 2i3. 

Vol. XXII. du Pré. Annales 
brèves ord. Praemonst. ad exemplar 
typis excusum. 

Index monasteriorum ord. Praem. 

Littera institutionis confraterni- 
tatis SS. Rosarii in eccîesia colle- 
giata Loscastrensi. 1482. 

Litteras abbatis S. Trudonis de 
Decimis in Bandwyck. i534. 

Vita S. Berthiliae in folio piano 
impressa. 

Beringensis oppiduli brevis de- 
scriptio. 

Défense faite au Nonce du Pape 
de visiter l'abbaye de Gembloux. 

Explication des vitraux de la pré- 
vôté de Meersen, representans l'his- 
toire du S. Sacrament miraculeux. 

IX Diplomata (1242, 1254, 1220, 
1270, i3o4, i322, i25i,i3oi, 1242,) 
comitum Lossensium pro Domo 
B. Mariae de Juncis ord. Teutoni- 
corum. 

Chartae fundationis et dotationis 
capellae de Pael. i5oo, i522. 

Concordatum trium statuum pa- 
triarum Leod. et Loss. i522. 

Chartae Arnoldi com. Loss et JoTs 
de Bavaria Episc. Leod. in quibus 
notificant se gratiose et precario pe- 
cunias accepisse a Nobilibus comi- 
tatus Loss. non ex debito. i320, 
1411. 

Epistohc D"' Pauli Scriber ord. 
teutonicorum syndici ad Egidium 
die Voecht. etc. 

Sacrarium diocesis Leodiensis. 
ad exemplar impressum» 

Epitaphia abbatissarum Belisien- 
sium. 

Visa litterarum Erardi a Marca 
advocato HasbanicU pro munitione 
Pagi de Peer. 1367. 



Praepositus de Kijserbosch dimit- 
tit quosdam pastoratus Saeculari 
clero. i3o5. 

Inventarium reliquiarum ecclesiae 
collegiatao Moseijckensis. 1647. 

Joês de Los confert mansiona- 
riis suis de Tessenderlo de Reijt. 

T263. 

Vita S. Ermelindis. ex MS. co- 
dice ecclesiae Trajectensis. — Etc. 

Continuatio descriptionis oppidu- 
li Beringensis. (vide supra.) 

Garsilius Decanus ecclesiae aquen- 
sis concedit abbati Cornelii montis 
Capellas S. Remacli et Grivegnee 
extra muros Leodii. 1264. 

Epistola Erasmi Roterodami, cum 
responso F. Titelmanni. 

Epistola Bern. de Fresneda con- 
fessarii Philippi II régis Hisp. ad 
abbatem Averbod. i56i. 

XIII chartae et diplomata pro 
hospitali Cornelii montis Leod. — 
Etc. 

Extracten uyt schepen register 
van Tessenderloo. 

3 chartae comitum Loss. (i263, 
i3oi, i335) pro Tessenderlooensi- 
bus. — Etc. 

Vol XXIIL Haec est genealogia 
DD. de Heynsberch. pag. i. 

Transportatio i5o scutatorum 
flor. facta per Diium Godardum 
de Chineij ad opus suorum libero- 
rum naturalium. flandrice. 141 1. 
fol. 3. 

Copia donationum de Dominio 
de Vogelsanck separato a comitatu 
de Los. i335 et i336. p. 4. — Etc. 

1254, 1271. Duae littera3 Arnoldi 
Dni de Diest pro Begginis ibid. 
27. . — duae epistolae Gelenii, p. 34 
et p. 42. 

Wenceslausen Joanna maekenhet 
klooster van S. Truijden toi vrij 
binrien Brabant. 13/2. — idem 
confirmât Carolus V. i536. pag. 35. 

Concordatum trium patriae Leod. 
et comitatus Lossensis statuum 
l522. p. 44. 

Visa Litterarum Arnoldi comitis 
Loss. et Jois de Bavaria Episc. 
Leod. i320 et 141 1, quibus testan- 
tur praecario accepisse a nobilibus 
comitatus pecunias etc. p. 48. 



DIE 



:)2 



DIE 



Qu?edam de Balen. p. 53. 

Charta libertatis oppidi de Novo- 
castro. 1244. p. 57. — Etc. 

1461. Brief daer bij die steden 
van het graefschap van Loon hun 
dolieren over de tyrannie van pro- 
cureurs fiscalen foreijns van Luyck 
etc. p. 68. 

Copia translalionis ecclesiae de 
Aldeneyck in oppidum Maseycken- 
se. 1570. p. 81. 

Ritus installationis comitis Loss. 
p. 109. 

Requeste door de noble gepre- 
senteert aen de Hertoghinne van 
Parma. p. m. 

Varia puncta a causidico ord. 
Praemonstr. in urbe Roma propo- 
sita. p. 114. 

Epistolae Christ. Butkens : i23. 

Epistola Henrici Butkens : i5o. 

Vol. XXIVï Continet extracta ex 
variis libris tum impressis tum MSS. 

Vol. XXV. Continet hoc volu- 
men ex variis libris MSS. et im- 
pressis selectas annotationes, spe- 
cialiter has : 

Fondation de la cité de Tongres, 
Liège etc. : ex libro MS pertinen- 
te ad R. D. Petrum de Coerswa- 
rem pastorem in Bettecoven et 
Decanum Christianitatis Trudonen- 
sis. 

Invitatorium ad Rebelles Hollan- 
dos. 

Wendelinus ad Sigebertum, Ad- 
ditiones. 

Elogia Gerardi vaader Schaeft et 
Dionijsii vander Schaeft, Abbatum 
Averbodiensium. 

Vol. XXVI. Continet varia ex 
variis historicis, archivis etc. ex- 
tracta fere per totum, demptis : 

Vita S. Landoaldi, quam scrip- 
sit Notgherus Episc. Leod. anno 
980. 

Aliquot diplomata pro oppido de 
Eycke. (929, i3o7, 1244.) 

Recensio reliquiarum in ecclesia 
de Eycke (1647). 

Dicta episcoporum Leod. ab an- 
no 1456. 

Chronicon episcoporum insignis 
ecclesiae Leodiensis. 

Chronicon eorumdem Episc. ab 



anno i356 usque ad 1487 : in lin- 
gua flandrica. 

Deylinge der goederen gedaen 
tusschen J'" Jan van Schoonhoven 
ende Joff. Joanna sijne gesellinne 
1420. (visa per scabinos Lovanien- 
ses 1433). 

Testamentum D. Wilhelmi dicti 
Praert de Melins (?) Dni tempora- 
lis de Thiens etc. i388, et alia 
istiusmodi. 

Vol. XXVII. Chartres de Bra- 
bant reposans (sic) a Vilvorde et a 
la chambre de comptes, pp. i-235. 

Discoers opt 'trecht van den lan- 
thol van Brabant. 235-239. 

De Brabanta an filiae in ducatu 
succédant. 239-255. 

Puncten ende articulen gestelt bij 
Jan Hertoch van Brabant, Lim- 
bourg etc. 1314. Vrijdaghs nae de 
octave Pétri et Pauli. 255-257. 

Advijs geraempt bij den steden 
van Brabant om onsen heere den 
Hertoghe in synder staten te hou- 
den sonder nieuwicheyt op hem te 
soecken. 257-58. 

Memorie om te thoonen ons ge- 
nadichs heeren Rade van diverssche 
parocelen die vervremt sijn der 
heerlyckheijt ende domeijner van 
Brabant toebehoorende. — hier nae 
volgen de versette dorpen. pp. 259- 
265. 

Herckenrodiana. 267-270. 

Diplomata ex chartulario ecclesiae 
S. Servatii Trajectensis. 

1087. Henrici Imperatoris. 

1232. Frederici II Imperatoris. 

1246. Conradi Régis Romano- 
rum. 

1282. Rudolphi Régis Romano- 
rum. 

i362. Caroli IV Imperatoris. 

1377. Caroli IV Imperatoris. 

i362. Engelberti Episcopi Leo- 
diensis. 

1357. Caroli IV Imperatoris. 

1282. Rudolphi Régis Romano- 
rum. 

1234. Henrici Régis Romano- 
rum. 

1377. Caroli IV Imperatoris. 

1436 et 1441. Philippi Ducis 
Burgundiae. 



DIE 



53 



DIE 



1232. Frederici II Imperatoris. 

1236. JoTs Episcopi Leodiensis. 

(1245). Innocentii Papse IV, pri- 
die idus Martii Pont, anno 2^. 

1265. Ottonis ecclesiae Aquensis 
Praepositi. 

1109. Henrici V Régis Romano- 
rum. 

1232. Ottonis ecclesiae Aquensis 
Praepositi. — pp. 271-308. 

Urbani Papae VIII confirmatio 
constitutionum Pii V et Gregorii 
XIII prohibentium quasdam theo- 
logorum sententias et opiniones. 
Impressa Romae 1643. pp. 3og-320. 

Joannis Armandi Plessei Riche- 
lii S. R. E. Cardinalis Eminentis- 
simi Franciae Ducis potentissimi et 
régis christianissimi Ludovici XIII 
ministri famosissimi vitae synopsis 
inscribenda tumulo. pp. 323-327. 

Houwelycksche voerwaerde ge- 
maect anno 1453 tusschen Heer 
Henric van Hoirne heere van Per- 
weijs etc. ende Joff. Elisabeth van 
Diest vrouwe van Rivieren. pp. 
329-343. 

Genealogia Dfiorum et familiae 
de Diest. pp. 346-357. 

Ceremoniae observatae in Jubileo 
F. ,Egidii die Voecht. 358-362. 

Jan Heer van Heynsberch be- 
kent onfangen te hebben van die 
van Mechelen 65o Vranckryckx 
croonen. 1417. — pp. 265-366. 

Extract uyt den register van de- 
nombrementen overgebracht in den 
jare 1440. in den Souverainen leen- 
hove van Brabant. wegens de goe- 
deren die Jan van Loon te leen 
houdende is, pp. 366-367. 

Tractatus initus inter D. Walte- 
rum de Winge militem ex una et 
Diium Joannem Diium de Rotse- 
laer ex altéra de matrimonio con- 
traherido inter Domicellum Henri- 
cum de Rotselaer JoTs fîlium et Do- 
micellam Mariam de Winge praefati 
Walteri filiam. 141 1. pp. 368-372. 

Act van deylinge van Goederen 
tusschen Jan Heere van Rotselaer, 
van Vorselaer etc. ende Heijnrick 
van Rotselaer sijnen broeder. 1417. 
pp. 373-378. 

Les lieutenant et conseilliers de 



la cour feudalle du Prince de Liège 
certifient que le château, seigneu- 
rie, justice etc. du village de Boeck- 
hoven emprès de Heusden sont en- 
tièrement tenus mouvants et rele- 
vants en fief de son Alteze comme 
evesque et prince de Liège. 1648. 
pp. 378-380. 

Praepositus Monasterii de Keyser- 
bosch dimittit curam ecclesiarum 
de Leende, de Helden, de Bug- 
genheim, de Halen, de Nunem et 
de Roggele presbyteris sascularibus. 
i3o6. Approbante Episcopo Leo- 
diensi. pp. 38o-385. 

Epistola .Egidii die Voecht ad 
Emin. Cardinalem Petrum Aloy- 
sium Caraffa, quondam nuntium 
Apostolicum per tractum Rheni. 
1648. pp. 385-388. 

De gewoenlycke Loensche lant- 
rechten. pp. 389-401. 

Resolutien vonnissen etc. van de 
schepenen van Vliermael, Curin- 
gen etc. pp. 402-411 et 415. 

Nomina abbatissarum S. Mariae 
Ruremundse, pp. 413-414. 

Genealogiae DD. Wezemael, 
Schoonvorst, Leefdael, Merode. pp. 
417-426. 

Généalogie des comtes de Los. 
pp. 429-438. 

Lettres de Henrij comte de Ri- 
vieren-Heere. pp. 441. 463. 479. 

Godefridus Dux Lotharingie con- 
firmât donationem bonorum de 
Buckenholt a comité Arnoldo de 
Arschot factam monasterio de Haf- 
flighem, ii25. pp. 443 et 444. 

Eamdem donationem approbat 
Godefridus Dux et Marchio. S. D. 
pag. 445. 

Joannes Lotharingiae Dux distin- 
guit bona universa infra allodium 
de Arschot cum Joanne dicte de 
Rivira. i283. pp. 447-456. 

Brief daer bij die steden van het 
graefschap van Loon hun dolieren 
over de tyrannie van procureurs 
fiscalen foreijns van Luyck mits- 
gaders .den versueck gedaen aen 
H . Raso de Revire om hun teghen 
sulck gewelt te weren. 1461. pp. 
465-468. 

Schepenen raet.,.. van Aerschot 



DIE 



— 04 — 



DIE 



verclaeren dat Karel van Aerschot 
Heere van Rivieren de stadt gege- 
ven heeft sine toile etc. i55y, pp. 
471-475. 

i328. Adolphe Evesque de Liège 
nomme S^ Jean de Heers mom- 
bour en temporalité pour la prin- 
cipauté de Liège.... pp. 481-482. 

Ferdinandus II imperator Roma- 
norum Henrico de Rivière Baro- 
ni de Heere concedit comitis titu- 
lum. 1623. pp. 483-488. 

Epistola Abbatis Steinfeldensis 
de lite inter abbates Lucensem et 
Strahoviensem super Jure in mo- 
nasterium Siloense. 1642. pp. 493- 
499. 

Quomodo comitatus Lossensis 
pervenerit ad ecclesiam Leodien- 
sem. pp. 5oi-5o8. — Etc. 

Concordatum inter Carolum V 
et electores Imperii : actum Au- 
gustae Vindelic. 26 Junii 1548. pp. 
521-532. 

Epistolas van der Borcht de Moe- 
zik. pp. 533, 572, 574. 

Epistola Pétri a Streithagen. 535. 

Kurtze genealogische Déduction 
von H H, Philipsen graffen zu der 
Marck. impressa et MS. pp. 536- 
546. 

Litterae Thomse abbatis S. Tru- 
donis de pascuis communibus de 
Donck et Halen et de censu V so- 
lidorum Lovan, per communitates 
dictarum villarum singuUs annis 
solvendorum. 1243. pp. 556-557. 

Joîs Ducis Lotharingiae.... de 
Slusa in Zelke prope Diest, empta 
ab abbate S. Trudonis erga Dnum 
Joêm de Raethoven. i32i. pp. 558- 
560. 

De Slusa de Zelke et piscaria 
prope Donck videlicet de parte Diii 
Arnoldi. 1372. pp. 56o-565. — Etc. 

Antiquitas, majestas et decusprin- 
cipatus Leodiensis, ex scriptis Ar- 
noldi a Lude. Impressa Leod. in 
fol. piano, p. 570. 

Epistolae virorum eruditorum. 
pp. 576-584. — Etc. 

Vol. XXVIII. Historia Pepini 
de Landen, Gertrudis etc., per Adr. 
a Moerbeek, 

Vita S. Norberti. 



Alphabetum Sanctorum. 
Catalogus Sanctorum ab ortu 
Christi etc. 

Vol. XXIX. Episcoporum Tra- 
jectensium et Leodiensium chroni- 
con anoriymi e gallico latinitate do- 
natum cum historicis amplioris co- 
gnitionis ergo illustratiunculis ex 
Egidio, Anselmo, etc., et ex eo 
quod apud nos MS. habemus (leor-, 
gio Muntero. pp. 1-193. 

M'" Stanisl. Joris croyait que l'au- 
teur de ce travail, auquel manque 
une dernière révision, est Pierre 
Boels, religieux d'Averbode. J'ai 
donné sa notice en ce Dictionnaire, 
Vol*. I, p. 67. (Ce misérable Boels, 
fugitif et devenu protestant en 161 4, 
mourut en 16 16, selon nos archi- 
ves). 

Quant à Munterus, il a vécu 
pendant la première moitié du 
XVI"^<^ s. Curé de Curingen, son 
lieu natal, il a composé une chro- 
nique latine des évêques de Liège 
en 3 vol. petit in-40. La BB. d'A- 
verbode, qui possédait autrefois ce 
MS complet, n'en a conservé que 
le 2^ volume. 

A la suite du travail de Boels, il 
y a, entre autres pièces contenues 
dans le Vol. XXIX, un fragment 
d'une vieille chronique française, 
(ii52-i2ii), qui est un abrégé de 
l'œuvre de Jean d'Outremeuse fpp. 
198-221). La fin du même volume 
comprend les 5 premiers livres des 
« Brabantsche Yeesten » . 

Vol. XXX. Chronicon Abbatiœ 
Averbodiensis inceptum a Rev. 
Do m. egidio die Voecht, e]Msd, abb. 
camerario. 

pp. 314 in-folio. D'après une 
note de M^ Jules Evers : Soort 
van cartularium gemaakt door die 
Voecht in hetwelk de oorkonden 
ingedeeld zijn volgens de volgorde 
der abten, met aanteekeningen van 
die Voecht, vooral om de regee- 
ringsjaren der verscheidene abten 
vast te stellen. 

Note. Une légère erreur s'est 
glissée dans la notice sur Gilles die 
Voecht, insérée au Vol. I de ce 
Dictionnaire, p. 192, d'après un 



DIL 



^j — 



DIL 



M S de feu M. Stanislas Joris. Ce 
n'est point d'un Chifflet, Jésuite, 
qu'il y a des lettres aux archives 
d'Averbode, mais de Chifflet (Jean- 
Jacques), médecin de l'archiduchesse 
des Pays-Bas et du roi d'Espagne 
Philippe IV. Ces lettres en effet 
sont signées ; J. Jac. Chiffletius, 
Doctor Regius Bruxellis. 

La « Biographie Universelle » 
par F. X. de Feller, Lille, L. Le- 
fort, i838, mentionne jusqu'à 7 sa- 
vants du nom de Chifflet, parmi 
lesquels un Jésuite, Pierre- Fran- 
çois : Tome II, pp. 235-6. — La 
« Biographie Univ. » Par une so- 
ciété de gens de lettres. T. I, Brux. 
1843, pp. 342-3, énumère 12 per- 
sonnages portant le même nom. — 
Et les PP. De Backer donnent des 
articles à deux PP. Chifflet, dans 
leur ouvrage sur les écrivains de 
la Compagnie de Jésus. Liège i853, 
lie Série, pp. 191 -195 ; 7^ Série, 
pp. 192-4. 

Autre observation. « Het Beleg 
van Gent ten jare 966 » (dont il est 
question à la p. 193 du même Vol. 
I de ce Dictionnaire) fait suite à la 
« Kronyk van Vlaenderen ». 

DIEZ, prémontré espagnol, est 
l'auteur d'un écrit intitulé : Retiro 
espiritualo. 1776. — B.B.. de Frigo- 
let-Leffe. 

DILIGEM (abbaye de S. Pierre 
à Jette), 

1. Le (i Necrologium » dont j'ai 
fait la description dans le Vol. I 
de ce Dictionnaire, p. 5o2, article 
« Leeuwet » se trouve aux Archi- 
ves du Royaume, cartulaires et ma- 
nuscrits, 733-'^''^ • 

2. Quidam Prior Diligem. reli 
quit MS sequens : Descriptio mi 
raculorum per intercessionem S 
Blasii. — Sic Wichmans, Brab. Ma 
riana, p. 748. 

3. A la BB. royale à Bruxelles 
Chyns-Boek van den Abt van Dili- 
gem (Brabant). MS flamand du 
XV 1/3 siècle : Jeth enz. C'est le 
n» 7395 de l'Inventaire imprimé de 
la BB. dite de Bourgogne ; de nos 
jours le no 4122, tandis que le n" 



412 1 (jadis no 5o55) énumère les 
biens de la même abbaye. 16^-17^ s. 

4. Catalogus anonymorum Dili- 
gem, M S latin du 17 ^^3 siècle : 
c'est le n" 11708 du même Inven- 
taire. 

5. Prélats de l'abbaye de Dili- 
gem, qui ont acquis un grade aca- 
démique : 

1*^ Piquot (Roland), docteur en droit 
canon : sa notice en ce Diction- 
naire, Vol. II, p. 48. 

2» Lamberti (Corneille), S. Th. B. 
F. : Vol. I, p. 484. 

3° Huenaerts (Siard), S. Th. B. 
F. t 25. 4. 1680. 

40 Crokaert (Henri), S. Th. Lie, 
t 28. I. 1744. — Quelques auteurs 
écrivent fautivement « Crokdert » . 

5*^ Van Eesheeck (Henri), S. Th. 
Lie. i. 4. II. 1749. 

6" Valvehens (Franc.), S. Th, Lie. 
t 2. 3. 1771. 

70 Van den daele [Jean-Bapt,), S. 
Th. B. ï 18. 9. 1789. 

Cfr Necrologium suprà dictum ; 
— Hugo, Annal. I. col. 607-611 ; 
Van Gestel, Hist. Archiepisc. Mech- 
lin. 1725. 

6. J. B. Van den daele fut l'a- 
vant-dernier abbé de Diligem ; le 
dernier, André de Maeght, assista 
aux horreurs de la Révolution fran- 
çaise, et en fut la victime. — A la 
BB. d'Averbode j'ai découvert les 
poésies suivantes : 

aMorIs neXUs CresCenDo JU- 
blLans sub.... Abbatibus Domino 
Joanne Baptista Van den daele Di- 
ïigemensi ac Domino Joanne Bap- 
tista Sophie Grimbergensi.... Cum 
Solemne quinque Saeculorum Jubi- 
lœum Confraternitatis celebrarent 
Grimbergae die 7 Junii 1773. — 
Bruxellis, Typis Francisci t'Serste- 
vens, Civitatis Typographi in via 
vulgô de Bergstraet. pp. i5 in-40. 

Exardenti Phœnici fraternse cha- 
ritatis et amicitiae antiquum faedus 
innovanti.... concelebrans Pelica- 
nus sub.... Domino Joanne Bap- 
tista So/j/^"^, Grimbergensi.... ac Do- 
mino Joanne Baptista Van den daele 
Diligemensi Abbatibus. Diligemii 
die V. Julii M.D.C.C.LXXIII. — 



DIO 



56 — 



DOM 



Bruxellis, Typis G. Pauwels, in ; 
foro Vulgo (sic) Carbonum. pp. ii 
in-40. 

7. Statuta : codex ij"^^ s. (1620) 
scriptus et compactus per fratrem 
loan, Vermeriiim (1620), Diligem. 
— no 41 16. jadis 6367 • Catal. des 
MSS de la BB. roy. de Belg., par 
le R. P. Van den Gheyn, t. VI, p. 
460. 

DILO (abbaye de), Dei-Lociis, 
département de l'Yonne, fondée en 
ii3g. 

1. Aux archives départementales 
d'Auxerre : 5 registres, 6 plans ; 
i5 liasses embrassant 804 diplômes, 
depuis II 39 à 1788. 

2. Même dépôt : Cartularium sur 
papier in-folio, XV^ s., 16 feuillets 
pour 16 diplômes, i35i-i376. 

3. Ml Maxime Quentin a publié 
le Cartulaire de cette abbaye. Les 
2 vol., imprimés en 1864, renfer- 
ment 900 diplômes, tous du XI I^ s.; 
le 3^ vol., imprimé en 1873, con- 
tient 742 pièces du XIII^ s. — (P. 
Louis de Gonz., Archiv. norbert. de 
France, 1884, pp. 56-57.) 

Voyez au Vol. I du présent Dic- 
tionnaire, pp. 211 et 212, les arti- 
cles Ducrocq et Dufour, chanoines 
de Dilo. 

DIONIS (Jos.) : I, p. 194. 

Cet abbé de Cuissy (1704-t 3i 
janvier i733) avait acquis le grade 
de docteur en théologie, à l'Université 
de Bourges. 

2. Chez l'éditeur Florentain, à 
Reims. 

3. Mémoire en forme de Lettre 
datée du 24. mars 17 10, au R. P. 
Maclotf Abbé de l'Etanche, in-40. 
— Voyez Blanpain, mais anonyme, 
dans ip (i Jugement des écrits de 
M. Hugo» 1736, pp. 180, 184, 
219, 238, 270, 273. — Movéri, Dic- 
tionn. 1759, VI, p. 122, art. Hugo. 

4. Remontrance soumise au cha- 
pitre général de 17 17, par l'abbé 
Joseph Dionïs de Cuissy, D^ Th., 
pour la conservation de son droit 
et de celui de ses collègues contre 
la nomination de l'abbé de Claire- 
fontaine comme vicaire général de 



tout l'ordre en cas de siège vacant. 
(Codex 5o au Séminaire de Nancy, 
in-fol., f. 465-475 ro.) 

[après les nn. 6-8.] La Réponse 
d'un anonyme, en 1709, est un li- 
belle injurieux et méprisable. Blan- 
pain, ibid. p. 233 et passim. 

Source ajoutée : Gallia Christ., IX, 
1751, col. 681. 

DIRIX ou DIRICKX (Mat- 
thieu), que j'ai nommé Vol. I, p. 
195, est décédé le 7 juin 1732. 

L'opuscule mentionné est donc 
l'œuvre de son successeur dans la 
cure de la paroisse de Wackerseel, 
à savoir le chanoine de Parc, Au- 
gustin van de Cruys : nommé en 1732, 
il y mourut déjà le 2 novembre 
1734. 

Voyez le Nécrologe de l'abb. du 
Parc, déjà cité, au 7 juin et au 2 
novembre. 

DIVISCH (Procope) : I, pp. 

195-7. 

Des recherches récentes ont per- 
mis au médecin Dr Edouard Albert 
de découvrir, que Divisch est né, 
le 26 mars 1698, à Helkowic-Senf- 
tenberg, et qu'il reçut au baptême 
le nom de Wenceslas, 

Littérature : D^" H. Meidinger, 
Geschichte des Blitzableiters, Karls- 
ruhe 1888. — K. Bornemann, Ein 
Besuch bei Diwisch. In « Znaimer 
Wochenblatt » i sept. i883. — Prof. 
J. Psenicka, « Divis ». In Zlatâ Pra- 
ha XIII. n. 38 etc. Praze 1896. 
— Anton Vrbka, Klosterbruck, 1898 
Znaim, pp. 46, 72, 73. — Dr Ed. 
Albert, « Prokop Divis » Osvëta 

1880, Casopis historicky 1897 ; en- 
fin dans un opusc. spécial, Wien 
1898, pp. 27 in-80. — Prof. . Fr. 
Nusl, « Prokop Divis » : c'est le 
titre d'une dissertation solennelle, 
publiée par l'Académie impér. et 
roy. de Franç.-Jos., Praze 1899, 
pp. 37 in-folio. [Renseign. de M»" 
le chan. Alph. Zâk], 

DOMINIQUE, dernier abbé 
du monastère norbertin des SS. 
Alexis et Boniface, sur le mont 



DOM 



5? - 



DOM 



Aventin, à Rome. 11 devint prélat 
vers i385, fut élu le 28 février i3go 
pour le siège épiscopal d'Isernia et 
Venafro, au royaume de Naples ; 
le 18 août 1402, il fut transféré à 
l'évêché de Sessa (aussi Suessa). 
Il y mourut en 1417. Voici son 
éloge par Nerini : Vir studiis opti- 
mis, prcusertim vero Divinarum Lit- 
terarum, quas publiée interpretaba- 
tur, in Sacra Pagina magistratu, 
|i. e. erat doctor theologiœ] et morum 
gravitate.... excellens. Hujus adeo 
percrebuerat doctrinœ atque inte- 
gritatis opinio, ut Bonifacius IX 
dignum existimaverit, quem Epis- 
copum Iserniensem crearet..., ad 
Suessanam sedem translatus est ; 
quam quum annos quinque et de- 
cem egregie obtinuisset, tandem 
omni illustri laude cumulatus obiit. 

Sources (communiquées par le R. con- 
frère Jules Evers) : Ughellius, Italiae Sa- 
crae, T. 6 : — Nerini (abbatis Hierony- 
mit.), De Temple et Cœnobio SS. Boni- 
facii et Alexii historica monumenta, Ro- 
mae, 1752 ; — Archivio Romano di Stato : 
Perg-ameni provenienti dell' archivio dei 
Girolamini di SS. Alessio e Bonifacio. — 
Gants, o. c. 1873, p. 886, col. i ; p. 921, 
col. 2, où il ne dit pas que Dominique 
était prémontré. 

DOMMARTIN (abbaye de), 
dont l'histoire a été publiée à Arras, 
en 1875, par le Baron. Albéric de 
Calonne. 

1. A Arras, aux Archives dépar- 
tementales, 55 volumes ou registres 
MSS. provenant de Dommartin, 8 
liasses et 79 diplômes isolés de 1198 
à 1789. 

2. A Paris, BB. nationale, Car- 
tulaire copié sur un ancien MS. au 
17e siècle, et contenant 282 feuil- 
lets : dans la collection de Colbert, 
dite des 5oo, et coté sous le n" 
161. 

3. (ibidem) Dans la collection du 
fonds de Brienne, t. 828, f" 106 : 
Enquête de i586 ; à cette époque, 
sous l'abbé Michel de Ghiers, lé- 
gitimement nommé à Dommartin, 
il y eut un schisme regrettable, sur 
lequel on peut consulter le B^» de 
Calonne, pp. 62 à 64, avec l'appen- 
dice, n» VI, pp. 287 à 290. 



Source : P. Louis de Gonzague, o. c. 
1884, Archives norbertines de France, p. 

58. 

Aux Archives du Pas-de-Calais : 

4. Petit Cartulaire de Dommartin 
comprenant 86 feuillets et 109 char- 
tes de ii37 à 1206. 

5. Autre Petit Cartulaire compre- 
nant 92 feuillets et 106 chartes de 
I i59 à 1261 . 

6. Registre ou Copie des titres des 
propriétés de Monchy de 1248 à 1482. 
(Monchy appartenait à l'abbaye de 
Dommartin). 

Les trois nn. 4, 5 et 6, réunis 
en un volume. 

7. Fonds Dommartin et liasses du 
district de Montreuil. 

Aux Archives du Nord : 

8. Fonds Dommartin : i36 pièces 
de i3i9 à 1774, portefeuille A, 
No 484. 

Source : B"" Albéric de Calonne, o. c, 
Arras, 1875, pp. 273 et 276. 

9. [Encore aux Archives du Pas- 
de-Calais :] 

Grand Cartulaire de Dommartin com- 
prenant 489 feuillets ; une note du 
Fr. Humetz .... porte qu'il a trouvé 
dans les archives plusieurs titres 
qui ne sont pas mentionnés dans ce 
recueil, rédigé en 1666 par Pierre 
Occuliot de Labroye. — B»" de 
Calonne, o. c, p. 273. 

Le II avril 1700 un incendie 
consuma le quartier abbatial et ré- 
duisit en cendres la plus grande 
partie des archives ; on regretta 
surtout la perte de deux cartulaires 
en parchemin, dont l'un était la 
copie des titres depuis la fonda- 
tion jusqu'en 1240. — Le même, 
p. 72. 

10. Je lis dans la « Cour d'hon- 
neur de Marie » 20^ année, n" 239, 
Novembre i883, page 268 : 

Le P. Louis de Gonzague vient 
de découvrir un manuscrit important 
contenant la description complète de 
r antique abbaye de Prémojiiré, par un 
chanoine de l'abbaye de Dommar- 
tin (Pas-de-Calais), description an- 
térieure aux constructions posté- 
rieures à la Renaissance, qui ont 



DRU 



— 5S 



DUN 



modifié complètement ]a physiono- 
mie primitive du vénérable archi- 
monastère. 

Ce MS se trouve de nos jours 
probablement à Storrington (An- 
gleterre), où le même P. Louis de 
(). était prieur en 1884. 

II. Le « Catalogue des Manu- 
scrits de la Bibliothèque de Douai, 
par M. l'abbé C. Dehaisnes » Paris. 
1878, nous fait connaître aux pp. 
529 et suiv. jusqu'à 535. 

No 820. Historia monastica..., 
42" Fol. 287-341, Notes assez éten- 
dues « De monasterio Domni Mar- 
tini alias divi Judoci in nemore m 
— Incipit ; Cum reverendus in 
Christo.... » Ces notes furent rédi- 
gées d'après des pièces envoyées 
par l'abbé de cette maison. (i593 
et seqq.) 

N» 822. Historia monastica.... 
t. IL 50 Fol. 337-424 (?) Vers 1600. 

A l'Histoire de l'abbaye de Dom- 
martin se trouvent jointe celle des 
g maisons filles de cette abbaye, et 
une notice sur les reliques de ce 
couvent et surtout sur les miracles 
opérés par S, Thomas de Cantor- 
béry. 

NB. La BB. de Dommartin, vers 
1787, était très-riche et en bon or- 
dre ; le public y pouvait travailler. 
Un religieux, chargé spécialement 
de la cataloguer, dressait aussi l'in- 
ventaire détaillé des médailles, sta- 
tues, portraits et tableaux conser- 
vés dans le couvent. — Ainsi le 
Baron de Calonne, o. c, p. 89. n. i. 

DRUNAEUS (Gérard) : I, pp. 
204-5. 

Son nom de famille était Adriaans, 
en latinisant Adriani ; sa paroisse 
natale était Drunen. Il prononça 
les vœuK à Tongerloo en i559 ; 
prêtre, il remplit les fonctions de 
sous-prieur ; de prieur ; de curé à 
Retie depuis le mois de mai i573 ; 
il y mourut le 24 janvier 1602. 
(Necrolog. de Tongerloo, 1902, pp. 
16 et 17.) 

DRUNAEUS (Matthieu) : I, 

p. 205. 

Fils de Guillaume, et pour ce 



motif appelé Willems, également 
originaire de Drunen, où il naquit 
en septembre 1595. Profès du 18 
avril 1620 à Tongerloo, prêtre, vi- 
caire du prévôt des norbertines à 
Herenthals, vicaire de la paroisse 
de N.-D. à Diest, circateur et maî- 
tre des novices en son couvent 
(i63i), coadjuteur à Tilburg et à 
Enschot, enfin curé à Mierlo en 
i635, où il tomba victime de son 
zèle, le 4 août i636. (Ibid., p. i52 ; 
et Coppens, o. c. 1843, 's Herto- 
genb., III, i'^ Afdeel. pp. 223-4). 

1 . Den Saterdagh van onse Lie- 
ve Vrovvve. (sic) 

2. Tractatus de Sanctis illis, qui 
ut tutelares contra varias oculorum 
infirmitates invocari soient. MS. 

DRUYS ou DRUSIUS : Vol. 

I, pp. 206-208. 

9. Le M S original de 16 19 se 
trouve aux archives de l'abbaye du 
Parc. 

10. « Louanij, 10 Octobris. An- 
no 1594. De Baptismo. Qvaestio 
Theologica. Vtrum Baptismus sit 
nouae legis sacramentum omnibus 
ad salutem necessarium ? — Pro- 
positiones (2), Conclvsio i^-5^. Prae- 
side eximio ^F^gidio Wallio Brvgen- 
si. Posvit F. loannes Drvsivs Monast. 
Parc. Religiosus. » i f. grand in- 
folio, aux archives du Parc. 

DUNBAR (Gavin), écossais, 
chanoine prémontré, prieur de Whit- 
herne, fut sacré comme archevêque 
de Glasgow le 5 février i525. Il 
mourut en cette qualité le 3o avril 
1547. 

Sources : Dom Ga»is, o. c. 1S73, p. 240, 
col. I ; — Mgr Geudens, A Sketch.... 
1878, p. 43 : il me semble inexact. — 
Note : le même Gains, p. 235, mentionne 
encore un évêque d'Aberdeen, qui a pré- 
cisément les noms de Gavin Dunbar : 
« i5i8 el(igitur\ fundat hospitale, 79 III. 
i532 ». 

DUNBROTHY (in Hibernia) : 
couvent norbertin en Irlande. 

Nous trouvons cités dans le « Ca- 
tal. Librorum MSS. Bibliothecas 
Coiioniana » Oxonii, 1696, in-fol. : 

P. 5. col. I. sub 19 : « II. Chro- 



DUP 



- 59 



DUP 



nicon ex Legiario Monasterii de por- 
iu S. Maria de Dunhrothy in Hiber- 
nia, de Regibus & Mareschallis 
Anglorum, ab An. 11 16. ad An. 
1274. " 

P. 6. col. 2. sub 36 : « Ex Re- 
gistre Monasterii de Donbrothy 
(sic) (alias de Portu) S. Mariae in 
Com. Wexford. » 

P. 7. col. 2. sub 42 : « Ex Re- 
gistre Monasterii de Portu S. Ma- 
ria3 de Dunbrothy in Hibernia. » 

P. 12. col. 2. sub 69 : « Regis- 
trum Chartarum Monasterii de Dun- 
brothy, in Com. Wexford. Capitu- 
la Privilegiorum Domus de portu 
S. Mariae. » (Et adhuc sub aliis 
NN.) — Cfr Hugo, Annales, II, 
col. 213-14. 

DUNGHEN (Henricus-Ludo- 
vici de), canonicus regularis monas- 
terii Averbodiensis, fuit immatricu- 
latus ao 1429 in Universitate Lo- 
vaniensi. 

Cfr « Analectes pour servir à 
l'hist. eccl. de la Belg. » par Reu- 
sens et Victor Barbier, Louv. 1897, 
T. XXVI de toute la collection, p. 
3i5. Extrait d'un « Rotulus » de 
1449, aujourd'hui aux Archives du 
Vatican . 

Le dit religieux d'Averbode ne 
doit pas être confondu avec « Hen- 
ricus de Dunghen » dont le nom 
se trouve là même, p. 3o5. 

DUNWALD, couvent de nor- 
bertines : voyez ma notice sur Hor- 
richeniy Vol. III de ce Dictionn., 
pp. 107-8. 

DUPAIX (Guill.) I, pp. 2i3. 
14. 

Un exemplaire de ses « Poemata 
sacra » fut adjugé pour 34 francs, 
lors de la vente de la BB. de M' 
Xavier de Theux, chez le libraire 
Vyt, à Gand. C'est le n'> 210 du 
catalogue, Novembre 1903. 

DU PRÉ (Maurice) : I, pp. 
214-ig. 

5. BB. nationale, à Paris ; Cabi- 
net des titres, n" 648 : Les .\x- 
moiries et blasons des anciens rois, 
princes, peuples et nations du 



monde, par Frère Maurice du Pré, 
religieux prémontré de Saint-Jean 
d'Amiens, i636. — MS donné, en 
1775, par le marquis de Quincie. 
(P. Louis de Gonz., 1884, Archives 
norb. de France, p. 37.) 

8. Amiens. L'abbaye de Saint- 
Jean est aujourd'hui le magnifique 
Lycée de la ville. 

Annales Ecclesise S. Joannis Am- 
bianensis. MS in-fol. Per Fr. Mau- 
rit. du Pré, A Paris, BB. nationale, 
ms. au supplément latin, n" 343. 

Janvier (Aug.) et Bréard (Ch.) 
ont publié : Annales de l'abbaye 
de Saint- Jean d^ Amiens, ordre de 
Prémontré, réunies et classées par.. . 
Maur. du Pré..., traduites pour la 1^^ 
fois en français sur le ms. lat. 
loiio de la Biblioth. nation. ; 
Amiens, 1899, gr. 8", 2 f. 241 p., 
6 pi. [Ainsi Ulysse Chevalier, Ré- 
pert. des sourc. hist. du Moyen 
âge. Topo-Bibliographie 6<^ fasc. 
Montbéliard 1903, col. 2713]. 

3 ou 10. Le no 594 de la BB. 
de la ville d'Amiens est un recueil 
formé par Maurice du Pré, in-folio. 
En voici le contenu, conformément 
aux notes qui me furent remises 
par notre confrère, M., le chan, 
Jules Evers : 

pag. I. Natales Sanctorum Gal- 
liae. Kalendarium, cum notitiis ha- 
giograph. (Communitatis Sancti 
Jôis Ambianensis, ord. Praemonstr.) 

p. 81. Histoire de la vie et mar- 
tyre de Saint Firmin, premier éves- 
que de la ville d'Amiens. 

p. 10 1. Catalogue des églises dé- 
diées à Dieu soubs le nom et in- 
vocation de S. Firmin. 

p. 102. La vie et martyre des 
Saincts Fuscian, Gentian (etc.) 

p. 107. Extraict d'un ancien ta- 
bleau de Téglise de St Firmin-au- 
VaL 

p. 117. Vita Sanctissimi Patris 
nostri Norherti, ordinis nostri Prae- 
monstratensis institutoris et archie- 
piscopi Magdeburgensis. 

p. 168. Vita beatae memoriae 
Godefridi, de comité Cappenbergen- 
si, canonici ord. Praem. 

p. 184. Vita Ivonis, ecclesiae Prae- 



DUP 



60 — 



DUP 



monstratensis conversi. — Vita Mi- 
lonis, ex primo abbate Sancti Judoci 
in Nemore, ordinis Praem., epis- 
copi Taruanensis. 

p. 188. Martyrium Adriani et Ja- 
cobi, ord. Praem. 

p. 190. Vita Gilherti, fundatoris 
et primi abbatis Novemfontium, 
Petronillae, uxoris ejusdem, primae 
abbatissae de Albapetra. 

p. igS. Vita Rayneri, primi abba- 
tis ecclesiae S. Mariani Altissiod. 

p. 196. Vita Hermanni Joseph, 

p. 211. Tractatus de Oratione. 

XVII^ siècle, papier : 227 pages. 

17. Amiens. Aux Archives dé ar- 
tement. de la Somme, Cartulaire de 
Saint-Jean, écrit de la main du P. 
Maurice du Pré, renfermant à la fin 
d'importantes tables et de précieux 
documents. — Ibid. A la BB. de 
la ville, Cartulaire original de Saint- 
Jean, écriture du iS^ siècle. Don de 
M. Rigollot. — A Tilloy (Somme), 
chez M. Tabbé Roze, curé et cha- 
noine de la cathédrale (1884), Car- 
tulaire de la même abbaye, copie 
de Maiir, du Pré avec notes. 

— Arch. départ, de la Somme : 
3 registres mss. et 6 liasses de char- 
tes originales, renfermant 436 pièces 
historiques de la même abbaye, 

Amiens. Cabinet (1884) de M. 
Duthoit : dessins nombreux d'œu- 
vres d'art provenant de l'abbaye de 
Saint- Jean et de son splendide Mu- 
sée. 

18. Ibid. BB. de la ville, 2 vol. 
in-folio : description, avec figures, 
du Musée de l'ancienne abba3'^e de 
Saint- Jean, par le P. Maur, du Pré, 

Additions. 1° A Storrington (1884) : 
Inventaire chronologique des char- 
tes et diplômes de St-Jean d'Amiens. 
— Voyez !'(( Esquisse de l'hist. litt. 
de l'ordre de Prémontré » parle P. 
Louis de Gonzague (Daras) 1884, Pa- 
ris, pp. 39 et suiv. 

2° Paris. A la BB. nationale. 
M S sur St-Jean d'Amiens, au sup- 
plém. français, n"^ 1226, C, F, 187 
(Léop. Delisle). 

30 Ibid. M S sur la même abbaye ; 
collection Duchesne. 

40 Amiens, BB. de la ville : Jour- 



nal historique écrit dans l'abbaye de 
St-Jean d'Amiens. MS du 18^ siècle, 
5 volumes. {Migne, Dictionn. des 
MSS., t. I, sous le n^' 532 : Paris, 
i853, in-40). 

50 Fondations de Prémontré. MS ré- 
digé en 1666 par un religieux de 
St-Jean d'Amiens : cité par le Ba- 
ron de Calonne, o. de 1876, p. io5, 
n. I. 

Devillers, Hist. du.... B. Garem- 
bert, 176g, pp. 58-59, ^^^^ mention 
d'une ft Histoire M S de l'Ordre » 
conservée dans la BB. de St-Jean 
d'Amiens. 

60 Catalogue de la BB. de la ci- 
devant abbaye de St-Jean d'Amiens. 
MS du i8e s. (Migne, o. et 1. c, 
n« 541). 

70 Un anonyme, probablement de 
St Jean d'Amiens, a laissé au 11^ 
siècle : 

{( Ecclesiasticus or do Premonsiraten- 
sis ordinis. » Ce MS se trouve à la 
Bibliothèque de la ville d'Amiens, 
n. 190 du Catalogue publié par M. 
Garnier, bibliothécaire, Amiens, 
1843, in-80 (M igné f Dictionn. des 
MSS., t. I, col. 96, no 190). 

8° A la même BB., selon Garnier 
et Migne, o. c, t. I, col. 88 et 
suiv. : 

N" 46. Statuta des Prémontrés. 

No 193. Cartularium eccl. S. Pé- 
tri Sèlincuriensis. 

N» 197. Obituarium eccl. S. Pé- 
tri Sèlincuriensis. 

N» 322. (ou 520 ?) Cartulaire de 
l'église collégiale de Saint-Firmin 
le Confesseur. 16^ s. 

No 335. « Diurnale des Prémons- 
très, » 

No 438. Processionale S. Firmi- 
ni Ambianensis. — col. 94. et 
suiv. : 

N" 123. « Diurnale ordinis Pre- 
monstratensis ; XVI I^ s. » 

No 186. « Ordinarius ecclesias S. 
Firmini ; XIV^ s. » 

Ailleurs j'ai lu : Martyrologe et 
obituaire de S. Firmin. 

9" Anonyme français, dont il y a 
un ouvrage MS à la Bibliothèque 
de la ville à'Aleîtçon, sous le no 84 
de la 7^^ division : Théologie. 



DUR 



— 6i 



DYK 



« Echelle de rénovation spirituelle^ 
contenant les matières dont on doit 
faire leçon aux novices de l'ordre 
des Prcmontrés. » M S in-4", cité dans 
le Dictionnaire des Manuscrits, 
Migne, Paris, i853, T. I, page 86, 
n. 84. 

TO" A Paris, BB. de Ste (iene- 
viève : Index alphabeticus scripto- 
rum Ordinis Prœmonstratensis. MS. 
12. O. I. (Ainsi Migne, Dictionn. 
des iVTSS., I, col. 1147). 

DURLIN (Jean XI), 47^ (?) 
abbé de Dommartin, originaire de 
Frévin-Capelle. Il était prieur et 
enseignait à ses confrères la théo- 
logie, depuis plusieurs années, lors- 
que leurs suffrages relevèrent à la 
prélature : cette élection eut lieu 
le 29 mars 1676 dans la ville d'Ar- 
ras, à cause de la guerre qui sé- 
vissait alors. Il fut nommé dans la 
suite vicaire général. 

Les Bénédictins de St-Maur (Gal- 
lia Christiana, 175 1, t. X, col. 
i353) lui décernent les plus beaux 
éloges, en écrivant : « Ut Philoso- 
phiae, Theologice ac juris canonici 
studia in suo ccsnobio florescerent, 
per omne prctlaturcu sUce tempus 
operam dédit, pastoralia bénéficia 
idoneis sacerdotibus contulit. Non 
semel politicis Artesicc congressibus 
pr^cfuit, agendi dicendique peritus. 
Ad christianissimum regem provin- 
ciae nomine orator delectus sajpe 
pro eadem efficaciter pérora vit. Ec- 
clesiam Dommartinensem juxtapris- 
tinum splendorem magno sumtu 
(sic) restituit & claustra perfecit. A 
provincia ArtesicC apud regem de- 
putatus Parisiis obiit 6 Mail 1701 :» 
setatis sua; 58, professionis 34, sa- 
cerdotii 33. 

Autres sources : Hugo, Annal. 
I, col. 629 ; Baron Alhéric de Ca- 
lonnej o. c. souvent, 1875, pp. 70- 
73; 290-291, avec plusieurs parti- 
cularités. 

D Ù R P O R T (Gerlac - Alois), 
chanoine de Géras, né à Iglau 
(Moravie) le 18 avril 1842. Vêtu le 
3 sept. i865, il prononça -les vœux 



le II sept. 1869, après avoir reçu 
l'ordination sacerdotale le 28 juill. 
1867. Il exerça en plusieurs pa- 
roisses le ministère des âmes,' et en 
1888 il fut nommé curé à Ran- 
zerii, en Moravie. Le i5 août 1909, 
il fut décoré de la Croix de mérite 
en or, avec couronne. La mort 
l'enleva le 28 déc. de la même an- 
née. (Catalogus.... Canoniae Geru- 
senae, 1893, p. 5). 

DYKS (Guill..CaspO : Vol. I, 

pp. 220-222. 

9. 't Portrait 

cens waaren 

Hervormers 

Uit den Staaten-Bijbel schriftmatig 

afgeschetst, 

ofte 

Onderrechtende 

Brieven 

aan de Protestanten in de veree- 

nigde Nederlanden. 

Waarin de mannen die ( lod altoos 

in de oude zo wel, als in de nieu- 

we Wet tôt hervorming van zijne 

Kerke gebruikt heeft, beschreven ; 

de voornaamste Geloofs-geschillen 

opgelost, en de onechtheid der 

zending van Lutherus, Calvinus en 

andere ten toon gesteld worden. 

In vier Brieven verdeelt, 

door 

Den Heer F. W. C. Dycks, 

Priester, en Kanunnik Régulier der 

Abdye van Knechtsteden, van de 

Ordre van Premonstryt. 

Eerste Brief. 

Te Keulen 

bij Joan. Wilhelm Huisch, Boek- 

handeler in de drankgas, 1753. 

Superiorum Permissu. 
Liminaires, pp. 24 non chiffrées ; 
titre rouge et noir, approbations, 
Voorhericht'hrtef aan de Protestanten in 
de vereenigde Nederlanden, enz. - — pp. 
598 chiffrées, 6 non chiffrées : Druk- 
fout en. 

Un exemplaire de ce très rare 
ouvrage se trouve à la BB. de Ton- 
gerloo. Je ne me rappelle pas d'en 
avoir jamais découvert sur les cata- 
logues. 



ECL 



62 — 



EER 



E 



EADDE (Philippe) : Vol. I, p. 
222. 

Il y a une erreur typographique, 
et il faut lire : Breviarium de doc- 
trina Sacramentorum. 

EAU (Thomas de 1'), ou « de 
Aqua )) : Vol. I, même p. 222. 

Né à Leugnies, il entra à Tab- 
baye de Bonne-Espérance en i5o2. 
Il composa en i5i5 en français les 
vies de St Ursmer, de St Landelin 
et de Ste Amalberge et un livre 
des miracles de St Ursmer, con- 
servé du temps de l'abbé Maghe, 
manuscrit dans les Archives du 
chapitre de Binche {Maghe, 456). 

Thomas de l'Eau fut nommé à 
la cure de Gouy-le-Piéton le 24 
décembre i5i8. Il mourut dans 
cette cure le 27 février i553. 

Ainsi Dom il. Berlière, Monasti- 
con Belge, T. i, 2«^ Hvraison, 
1897, p. 404 dans la note i ; il y 
cite le « Cart. de B.-E. » le Nécro- 
loge etc. 

(Jean de l')ECLUSE : I, p. 

418. 

Etant abbé du Mont-Saint- Mar- 
tin, il devint le chef du monastère 
et de tout l'ordre de Prémontré, 
le 10^ du nom de Jean (f le 12 mai 
i5i2, à Saint-Quentin). C'était un 
homme vénérable par ses vertus, 
sa piété, son savoir. Elu général 
vers la fin ds 1497, il se consacra 
avec zèle et sans réserve à la ré- 
forme de son ordre, sous les yeux 
des rois Charles VIII et Louis XII. 
Il reconnut la nécessité d'introduire 
des changements dans les consti- 
tutions ; il proposa donc au chapi- 
tre général, tenu en 1499 à Saint- 
Quentin, de solliciter auprès du 
pape Jules II, pour l'ordre entier, 
la dispense du précepte de l'absti- 
nence de viande. Ce fut dans ce 
but que Franc. -Jean Gambier, cha- 
noine de Séry, fut envoyé à Rome, 



avec le titre de procureur syndic 
de l'ordre, 

La commission chargée de rédi- 
ger les nouveaux statuts termina son 
travail en i5oi. Le chapitre géné- 
ral les adopta l'année suivante, et 
députa vers le Saint-Siège les ab- 
bés de Parc, d'Anvers et de Fur- 
nes, pour en obtenir l'approbation. 
Après mûr examen, Jules II accor- 
da aux Prémontrés, avec d'autres 
faveurs, l'autorisation de manger de 
la viande toute l'année, à l'excep- 
tion des mercredi, vendredi et sa- 
medi de chaque semaine, ensuite 
pendant l'Avent, et depuis la Sep- 
tuagésime jusqu'à Pâques. 

Les pères du chapitre général 
réuni en i5o5 au nombre de 44 
abbés, à St-Quentin, jurèrent au 
nom de tous, sur l'exemple et l'in- 
vitation du général Jean de V Ecluse, 
l'exécution des statuts réformés, 
connus sous le nom de statuts de 
i5o5. — Hugo, Annal., I. col. 35 ; 
— Taiée, 1872, Prémontré, i^ part., 
pp. 149-152, et 171. 

Les statuts en question furent 
publiés dans un joli vol. in-8" non 
paginé, caract. goth., sans nom de 
lieu. Le titre est tout simple : « Sta- 
tuta Ordinis Premonstrateii. » et le 
verso est en blanc; il y a 71 feuil- 
lets soit 142 pages d'impression, et 
tout à la fin la date de i5o5 est 
indiquée. — (BB. d'Averbode). 

Cf. Jean le Paige, Bibl. Pr^em., 
pp. 727 et seq ; — pp. 830'86o, 
où il donne les dits statuts, comme 
aussi Dom Martine « De antiquis 
Ecclesiae ritibus » Venetiis, III. 
Append. pp. 32 3-336. — Barbier, 
Hist. de l'abb. de Floreffe, 2^ édit. 
1892, I, pp. 254-5. — Gallia Chris- 
tiana, T. IX, col. 657. 

EERSEL (Barthélemi van) : 
Vol. I, pp. 233-35, et III, p. 44. 

6. Sylvae Ducis, i58i. Cfr J. A. 
Coppens, Nieuwe beschrijving van 



ETO 



— 63 — 



EVE 



het Bisdom van 's Hertogenbosch. 
1843 's Hertog., III, i^ afdeel., p. 
370. Et Chapeaville, Qui Gesta Pon- 
tificvm Leodiensivm.... 1616, Leo- 
dii, in-4", t. III, pp. 404, 405, 487 ; 
où il cite des vers de Barth. Hono- 
rius, 

9. C'est peut-être l'ouvrage que 
notre érudit confrère Gilles die 
Voecht intitule : Chronicon Ordinis 
Praemonstratensis. 
V 14, Descriptio Taxandriae MS. 

Ce travail est cité par Jac. van Ou- 
denhoven, en son ouvrage : Beschry- 
ving van de stad ende meyerij van 
's Hertogenbosch, 1670, II, p. 
14. 

EGGEN (Martin-Gilles) : I, p. 
235-6. 

M'" F. de Potier, dans la « Vlaam- 
sche Bibliographie » 1893, [uitg. 
door de Vlaamsche Académie], 
avance le fait suivant : Henry (P.) : 
Onderwyzingen over de christelyke 
leering, vertaeld door M. Aeg, Eg- 
gen,.,. Mech. P. J. Hanicq, 1839, 
5 dln. in 12". Nieuw herziene uit- 
gave. 

(Deze uitgaaf wordt nog heden 
gebruikt in het Vlaamschsprekend 
gedeelte van Frankrijk, waar de 
nieuwe spelling niet is ingevoerd.) 

ENGELPORT - ANGELICA 
PORTA maison de norbertines 
au diocèse de Trêves. 

M^ von Siramherg a publié : Ne- 
crolog von Engelport [in des Grafen 
von Reisach und Lindes Archiv fur 
Rheinische Geschichte]. Coblenz. 
i833-i835, IL pages 2 et suiv. — 
— Cfr Hugo, Annal. I. col. 17 1-2. 

ETOILE (Abbaye de 1'), 

1. xAux archives nationales de 
rhôtel de Soubïse, à Paris, nous 
avons trouvé — dit le P. Louis de 
Gonzague — un carton plein de do- 
cuments sur l'Etoile ; il est placé 
sous la cote S, n^ 3,292. 

2. Egalement à Paris, rue Riche- 
lieu : la collection de Gaignères^ vol. 
180, p. 537-552, renferme 16 pp. 
in-folio d'analyse des principales 
chartes, composée par le prémoniré 



qui était procureur de l'Etoile en 
1675 (? Bernardin Belleteste) ; par 
lui elle fut remise au célèbre d'Ho- 
zier, généalogiste du roi Louis XIV. 

3, Il existe au Grand-Séminaire 
de Nancy, dans la collection MS 
des historiens de l'Ordre, une nO' 
tice inédite sur l'Etoile, qui a servi 
à Ch. L. Hugo : t. i5, p. 417. 
Elle fut dressée sur les originaux 
par l'archiviste du dit monastère, 
vers 1720. — (Voyez la « Cour 
d'Honneur » vSeptembre 1886, pp. 
214-5; et Juin 1888, pp. i36-7. 

4. A la préfecture de Blois se 
trouve un grand nombre de docu- 
ments, en plusieurs cartons, sur les 
Prémontrés de V Etoile et de Saint- 
Georges-du-Bois : cette 2'^'^ maison 
fut réunie à l'Etoile en 1726 ; avant 
cette date il y avait un monastère 
bénédictin. 

(P. Louis de Gonz., Archives nor- 
bertines de France, 1884, pp. 67, 
68, 77, 78.) 

E V E R S (Godefroid. Henri), 

chanoine d'Averbode, naquit à A- 
chel, diocèse de Liège, le 10 août 
1874. Il reçut l'habit le 11 oct. 
1894, prononça les vœux juste deux 
ans plus tard, et fut promu au 
sacerdoce le 23 déc. 1899. (Catal. 
gênerai. 1900, p. 114). Le 26 févr. 
1901, il s'embarqua pour les mis- 
sions du Brésil. 

D'abord professeur au collège de 
Pirapora, puis préfet des études au 
gymnase de S. Bento à Sào Pau- 
lo ; il fut envoyé à Jaguarào en 
janvier 1904 comme professeur au 
gymnase Espirito Santo, et y fut 
nommé, peu de temps après, curé 
de la paroisse. 

1. Nombreux articles dans Vu Es- 
tandarte Catholico » de Sào Paulo. 
1903. 

2. Polémique, en langue portu- 
gaise, contre un journal franc-ma- 
çon : elle fut très appréciée par les 
revues chrétiennes. (BB. du gym- 
nase Espirito Santo, à Jaguarào.) 

3. En 1906, M. le chanoine Go- 
defr. Evers fonda un journal heb- 
domadaire tt Mensageiro Catholi- 



FAL 



64 - 



FAL 



co » ; il en fut le directeur-rédac- 
teur jusqu'en janvier 1909. 

EVRARD, 23^ abbé de S. Nico- 
las à Furnes, docteur en théologie. Il 
administra ce monastère vraisem- 
blablement vers i368. Les obi- 
tuaires de Vicogne et de Prémon- 
tré font mention de lui : le i^" « 3 
nonas Augusti » et le 2°"^^ « 4 Kal. 
Septembris » . 

Source : P. de Waghenare, o. c. i65i, 
pp. 413-14, dont les termes passèrent à 
peu près dans les Annales de Hugo, II, 
col. 35o-5i. 

EYCKENS (Simon-Philippe), 
né à Peer le 28 janvier 1873. Vê- 
tu à l'abbaye d'Averbode le 11 
octobre 1893, il y fit sa profession le 
II octobre 1895, et fut ordonné prê- 
tre le 29 janvier 1899. Après avoir 
été vicaire à Helchteren, il partit 
avec son confrère Ludolphe Brems 
pour le Danemark, le 29 juillet 
1903 ; ils fondèrent la i'^ mission 
norbertine à Vejle (Jutland) le i^' 
février 1904. M' Eyckens, revenu 
à l'abbaye le 6 mars 1906, s'adonne 
aux fonctions du saint ministère. 

I. Liste des chanoines réguliers, 
d'origine Limbourgeoise, de l'ab- 
baye d'Averbode (ordre de Prémon- 
tré) depuis i5oo jusqu'à 1800. — 
Articles parus dans « L'ancien Pays 
de Looz Tablettes mensuelles 
illustrées ».... 5^"^ Année 1901, pp. 
35 et 36 ; 42 et 43 ; 69. 



2. Antiquitates Perenses, J. B, Gram- 
maye auctore. (Inédit). — Traduc- 
tion française par M»" Eyckens, avec 
notes ; puis quelques petits articles 
relatifs à l'histoire de la ville de 
Peer. — Même revue « L'ancien 
Pays de Looz » 1901, pp. 57 à 61 ; 
1902, pp. 33 ; 76 et 77. 

3. 14 lettres du Danemark, dans 
le : Bode van O. L. V. van 't H. 
Hart, Averbode, 1903-1904-1905. 

4. Statuter for den Katholske Fo- 
reuing « Concordia » i Vejle, 5 pages 
in-4", imprimées à Averbode, T904. 

5. Une notice historique sur l'Is- 
lande, dans l'Almanach de N.-D. 
du S. Cœur, Averbode, 1908. 

6. « Nyt fra Island », recueil de 
lettres d'une sœur-missionnaire en 
Islande, traduites du danois, dans 
le Messager de N.-D du Sacré- 
Cœur, Averbode, 1908. 

7. « Chronicon Praemonstraten- 
sium in Vejle » : 40 pages in-folio. 
MS. 

8. Notes historiques sur la com- 
mune de Helchteren : environ 200 
pages in-4" MS. 

9. Recueil de notes historiques 
pour une histoire de la ville de 
Peer, 100 pages in-4" MS. 

10. Mr Eyckens et son confrère» 
M^" Josse Verwimp ont classé avec 
soin le riche dépôt de monnaies 
anciennes conservées à l'abbaye, et 
en ont dressé la liste complète. — 
(Mémoire de M^' Eyckens,) 



F 



FALAISE (abbaye de Saint- Jean 
de), 

.1. A Paris, BB. nationale : le 
Cariulaire 229 dans la collection de 
Léchaudé d'Anizy, t. 6, fonds la- 
tin, coté sous le n« 10,068. 

2. A l'hôtel Soubise, trésor des 
Chartes, supplément, gouverne- 
ments, p. 3. (i325 à i383) ; on 
trouvera dans ce volume, sous la 
cote J, 221, des documents histo- 



riques sur ce monastère. — Ainsi 
le P. Louis de Gonz., Archiv. norb. 
de France, 1884, pp. 5g et 60. 

3. A Bayeux : 16 liasses d'ar- 
chives, 293 diplômes et pièces di- 
verses, 1611-1765. (Le même ibid.) 

4. J'ai sous les yeux l'a Histoire 
de l'abbaye royale de Saint-Jean- 
de-Falaise Ordre de Prémontrés 
(sic) Par Amédée Mériel — 2/me 
Edition. Alençon Imprimerie A, 



FAL 



65 — 



FAS 



Lepage i883 » pp. 206 petit in-80 
(BB. d'Averbode). 

5. A la page 162 de cette mono- 
graphie nous lisons : « le nécrologe 
de l'abbaye de St-Jean, que l'abbé 
Halley, ancien curé d'OUendon, 
autrefois [c'est-à-dire avant la grande 
Révolution] chanoine du monastère, 
avait précieusement conservé. A la 
mort de ce prêtre, le manuscrit fut 
acheté par un fripier de Falaise 
qui le revendit à M, le curé de 
Guibray, moyennant 3 francs, et 
ce dernier en a fait hommage à M. 
le supérieur de l'abbaye restaurée 
de Mondaye fjos. Willekens], qui 
a eu l'obligeance de nous le com- 
muniquer. » 

6. A la page 188 de cette même 
monographie, nous apprenons que 
la bibliothèque de Saint-Jean-de- 
Falaise était fort riche, et que celle 
de la ville de Caen possède actuel- 
lement plusieurs volumes qui en 
proviennent. 

FALCON : Vol. I, p. 246. Il 
était prévôt à l'abbaye de Floreffe, 
vers i3oo, sous le 18^ abbé Hugues 
de Refayt. Nous lisons dans le 
« Catalogus Abbatum Floreffien- 
sium » rédigé par Pierre de Heren- 
ihals, et publié par Dom U. Ber- 
lière (Brux. 1898, à la p. 24) : 
(( Hic [Hugo] sibi praepositum ha- 
buit fratrem Falconem in spirituali- 
bu3 negotiis expertissimum, cuius 
tempoie ecclesiae quantae fuerint 
piossessiones ac divitiae testantui 
eiiis scripta qui possessiones ipsas 
singulatim et accurate descripsit ». 
Il s'agit ici d'un tableau indiquant, 
avec leur origine, les propriétés, 
les dîmes et les revenus de l'ab- 
baye. La Chronique rimée, p. loi- 
102, V. 1004, et la Chronique ma- 
nuscrite, p. 3i, font l'éloge de ce 
saint prévôt Falcon, mort le 2 dé- 
cembre t3o8. 

On trouve son nom avec des va- 
riantes : Faulcon, Francon, Foul- 
ques. Il est signalé dans le nécro- 
loge au 2 décembre (Analectes, 
XIII, 279) et avec sa famille au 
2 3 février (ibid., 40). 



Sources : Catalogus mentionné ci-des- 
sus, avec la note (i) ; Barbier (Victor), 
Hist. de l'abb. de Floreffe, 2e édit., t. I, 
1802, p. 174 avec la note 14), et p. 175 ; 

— Dom Berlière, Monasticon Belge, t, I, 
1890, p. 118. 

FARISEAU (Nicaise) : I, p. 

247. 

On doit lire : archiprêtre du dis- 
trict de Bruxelles, en 17 19. Il mou- 
rut le 17 août 1741. 

FASSEAU (Arsène-Théod.) : 
Vol. I, p. 248. 

I, Un superbe exemplaire de cet 
« Arbre » existe à Strahow lez Pra- 
gue ; il est imprimé sur satin, et le 
Général J. B. VEcuy en fit présent 
à cette abbaye, en 1820. 

Le laborieux chanoine Ignace Van 
Spïlbeeckj de pieuse mémoire, a don- 
né une description détaillée du 
même « Arbre » dans la 2^ livrai- 
son de son « Iconographie Norber- 
tine » (Gand, 1895, pp. 37 à 60). 

— Dédiée à l'empereur d'Alle- 
magne François I^i, dit-il, la 
planche représentant l'arbre généa- 
logique mesure i,335 de h. sur 
0,788 de 1. ; elle a été gravée par 
Joseph et Jean Klauber frères, sur 
les indications du Père Arsène Fas- 
seau.... On y remarque l'arbre gé- 
néalogique proprement dit, plus un 
soubassement mesurant 0,173 de h., 
encadré de nervures en haut et en 
bas, et enjolivé sur les côtés par 
des ornements en style rocaille. 

Sur le tronc de cet arbre im- 
mense, on compte successivement 
18 écussons représentant l'abbaye 
de Prémontré et les autres abbayes 
issues de la maison-mère. De nom- 
breux rameaux s'étendent en di- 
vers sens.... L'arbre généalogique 
fait mention de 711 établissements, 
abbayes, prieurés, collèges, évêchés, 
monastères de moniales, depuis l'an 
1120 jusqu'en 1727. 

A coup sûr cette planche est une 
des œuvres les plus remarquables 
des graveurs Klauber. Elle est d'une 
grande valeur sous le double rap- 
port de rinvention et du travail. 
Que d'études, que d'efforts pour 
' représenter les 700 fondations, pour 



Ecrivains, Artistes, et Savants (t. iv) 



FAS 



66 — 



FEL 



en combiner le classement et pour 
les distribuer sur le tableau avec 
exactitude et avec goût. On peut 
affirmer que la composition est très- 
heureuse d'ensemble et de détails. 

Quant à l'énumération faite par 
FasseaiCf elle est incomplète et sou- 
vent inexacte, et les sources où il 
a puisé ne sont pas indiquées. 
Toutefois, n'a-t-il pas bien mérité 
de l'Ordre?... au iS^ siècle il a 
montré au grand jour la vitalité et 
la fécondité de l'œuvre de S. Nor- 
bert ! (D'après le chan. Ign. Van 
Spilbeeck, ibid.) Les exemplaires de 
cet « Arbre » sont devenus assez 
rares. 

On a publié aussi plusieurs listes 
des monastères de notre Ordre. 

1. Dans l'tt Optica Regvlarivm » 
Mvssiponti, i6o3, 4"^, pp. 383 à 422, 
Serv. de Lairvelz a inséré l'a Index 
Coenobiorvm ». Egalement dans 
ledit, de 1614, Colon. Agrip. 

2. Mirœus a fait réimprimer, à la 
fin du « Chronicon Ord. Praem. » 
la même liste, tant soit peu modi- 
fiée. — Dans quelques exemplaires 
de ce Chronicon Mùcbus a ajouté 
un tableau in-folio, ayant pour titre : 
Catalogus Monasteriorum Ordinis 
Praemonstratensis per Circarias 
suas, quae sunt numéro 34, monas- 
teria vero citra pastoratus sunt nu- 
méro 473. Ex Opticis R. P. Servatii 
de Lairvelz Doctoris theologi.... 
Ce tableau mesure 0,60 sur o,35. 

3. Jean le Paige, syndic ou pro- 
rureur général de l'Ordre, a donné 
dans la « BB. Praemonstr. » (Paris 
i633, in fol.) la liste des maisons 
dressée, en i320, par une ordon- 
nance du chapitre général. 

4. Hugo, au début du i^r tome 
des Annales, offre aussi une liste 
de nos monastères : 12 pp. in-folio 
à 5 colonnes. 

5. N'oublions point les « Ephe- 
merides hagiologicae » de Georges 
Lienhardt, 1764, et son « Auctarium » 
de 1767. Il y a là des catalogues 
des monastères norbertins. 

6. Egalement dans la belle mo- 
nographie sur Prémoniréf par Ch. 
Taiée, Laon, 1872-73. 



7. Enfin il existe un tableau de 
forme oblongue in-folio, intitulé : 
« Compendiosa tabella status Or- 
dinis Praemonstratensis orbe toto 
florentissimi. » Il est sans nom d'au- 
teur et d'imprimeur, et doit être 
antérieur à l'année 164g, puisque 
le couvent des religieuses norber- 
tines d'Anvers n'y est pas men- 
tionné. Ce tableau est divisé en 5 
colonnes. 

Le lecteur peut trouver encore 
d'autres détails dans l'étude de M^ 
Ign. Van Spilbeeck, que j'ai citée 
plus haut. 

FELLERIES (Augustin-Char- 
les de) : Vol. I, pp. 252-64. 

Entré à l'abbaye de Bonne-Es- 
pérance en 161 3 (Catal. relig., f. 
4^) curé de Haine-St-Paul le 2 avril 
i632 (Reg. benef., p. io3), fut élu 
abbé en 1642 et nommé le 2 juin 
1643 (Conseil, d'Etat, carton 61 ; 
Maghe, 5 1 8 ; Nouveau Conseil privé, 
141 1). En 1643, les Français occu- 
pés au siège de Binche pillèrent 
l'abbaye. Lors de l'invasion des 
Français en 1654, les religieux du- 
rent prendre la fuite et subirent des 
pertes considérables. (Dom Berlière^ 
Monasticon Belge, I, 11^ Hvr. pp. 
406-7). 

Le 6 juin 1661 s'ouvrit à B. E. 
un synode de l'ordre présidé par 
le Général, Augustin le Scellier, 
en vue de fixer les rapports qui 
devaient exister entre les monas- 
tères de l'observance commune et 
ceux de la réforme établie par Ser- 
vais de Lairvelz. 

L'abbé de Felleries mourut à 
l'âge de 77 ans. (ibid.) 

FELSENECKER (Sébastien): 
Vol. I, p. 255. 

3. Von Hertzen zu Hertzen wohl 
abgeschossener Hertzens-Pfeil / Das 
ist : Von Treu-meynendem Hert- 
zen Wohl eingerichte Geist- und 
Lehr-reiche Predigen / Auf jede 
Sonntâg desz gantzen Jahrs / Der 
schertzlichen Welt Zur hertzlichen 
Bekehrung von oftentlicher Cant- 
zel abgeschossen und vorgetragen 
Durch P. Sebastianum Felsenec- 



FER 



-67 - 



FIN 



ker,... Augspurg / Verlegts Joh. 
Strôtter,... Gedruckt bey Ant. Ma- 
ximil. Heisz. Anno 17 18. In-4'>, 
avec un frontisp. très original, re- 
présentant l'auteur avec un arc et 
un livre, qu'il offre à son prélat 
Walner. 

i" Titre en caract. allemands, 
rouges et noirs. Le verso en blanc. 

— 2" Dem Hochwùrd. Herrn Vin- 
centio Walner des Stiffts Bruck an 
der Ta3^a Abbtea. pp. 3 non chiff. 

— 3" Facultas, Approbationes 
theol., Vorred, Innhalt : pp. 7 n. 
ch. — 4« Texte, pp. (i)-63o. — 
5" Register, pp. 8 à 2 col., n. ch. 

— BB. de Tongerloo. 

Parmi les docteurs en théol., qui 
donnèrent leur approbation pour 
cet ouvrage, figure : 

« P. Hermanus Augesky, SS. Theol. 
Doctor^ ejusdémque Professor eme- 
ritus dicti Ord. & loci Can. Reg. 
& p. t. Supprior. » (17 14). Ce sa- 
vant appartenait donc à l'abbaye de 
Closterbruck, en latin Luca ad 
Tayam. 

FERAILLE (Clément), de Na- 
mur, vêtu à Floreffe sous l'abbé 
Bern. de la Perle, le 5 juin 17 18, 
à l'âge de 19 ans, profès le g juin 
1720, prêtre le 18 septembre 1723, 
lecteur en théologie en 1725, curé 
à Floreffe, ensuite prieur, curé à 
Aublain. 

Après la mort du prélat Burlet, 
arrivée le 10 mai 1737, l'élection 
préparatoire de son successeur eut 
lieu, le 4 juin suivant, et 64 reli- 
gieux y prirent part. Clément Fe- 
raille, prieur, obtint 39 premières 
voix et 3 deuxièmes, tandis que les 
autres voix se portèrent sur plu- 
sieurs religieux. Voici le bel éloge 
que les commissaires de la cour 
font du dit prieur dans leur rap- 
port à l'empereur Charles VI : 

« Clément l'^eraille est qualifié 
par ses confrères et réputé pour un 
homme d'un grand génie et d'une 
profonde érudition, ayant enseigné 
la théologie au monastère, comme 
il fait encore à présent une leçon 
d'Ecriture sainte, à l'aggréation 



(sic) et l'applaudissement d'un cha- 
cun ; comme estant d'une bonne et 
saine doctrine, estant fort prudent, 
fort estimé et souhaité de ses con- 
frères ; grand religieux, fort savant, 
fort humble, très capable et plus 
qu'aucun aultre de bien gouverner 
le spirituel et le temporel de sa 
maison ; estant fort exact à ses de- 
voirs et d'une grande édification, 
aymant beaucoup l'union et la ré- 
gularité de la discipline monastique ; 
ayant déjà connaissance du tem- 
porel de la maison et pourquoy 
l'abbé défunct luy avoit destiné 
l'employ de proviseur. » — On i- 
gnore les motifs pour lesquels l'em- 
pereur préféra Charles Dartevelle, 
curé de Trazegnies, au prieur de 
Floreffe. (g juillet 1737). 

Quoi qu'il en soit, après le dé- 
cès de Dartevelle, arrivé le 20 mai 
1756, Marie-Thérèse appela Clé- 
ment Feraille au gouvernement de 
l'abbaye, le 4 septembre suivant : 
celui-ci était alors curé d' Aublain. 
Le général de l'ordre confirma sa 
nomination le 3o octobre, et les 
religieux, réunis sous la présidence 
de l'abbé de Lefïe, Perpète Guis- 
sart, l'élurent unanimement le 21 
novembre de la même année. 

Le pieux prélat Feraille mourut 
le 7 février 1764. Il avait admis 18 
novices. 

Source : le chan. V. Barbier, Hist. de 
l'abb. de Flor., 2e édit. 1892, I, pp. 418, 
417-8, 42g et suiv., où il cite les docu- 
ments consultés, ainsi qu'une pièce de 96 
vers français, adressée par les religieux 
à leur abbé Clément, le jour de son instal- 
lation. Cette pièce a été imprimée à Na- 
mur, chez Guill.-Jos. Lafontaine. 

FINESTRES Y DE MON- 
SALVO (Daniel), mentionné au 
Vol. III, p. 48. 

Fr. Aldéric Vincke, frère convers 
de Tongerloo, qui réside à Rome 
depuis le 28 oct. igoi (in Procu- 
ratura), a découvert, dans la BB. 
royale Victor-Emmanuel, l'ouvrage 
rarissime du P. Lucien Gallisd y 
Costa, 2 t. in-4", 1802. Il a eu la 
bonté de transcrire intégralement, 
pour être insérés en mon Diction- 



FIN 



— 68 — 



FIN 



naire, les détails biobibliographi- 
ques sur le savant Daniel Finestres. 
En outre, il donne ainsi le titre 
d'un livre que j'ai cité : D. Félix 
Torres Amat, Memorias.... Diccio- 
nario Critico de los escritores Ca- 
talanes, Barcelona i836. 

COMMENTARIORUM 

DE VITA ET SCRIPTIS 

D. JOSEPHI FINESTRES ET A 
MONSALVO 

PRIMARII IN CeRVARIENSI AcaDEMIA 
I. CiV. PROFESSORIS EMERIÏI 

PARS ALTERA, 

continens recensionem scriptorum 
Josephi, eiusque fratrum Finestre- 
siorum cum observationibus digesta 
et adornata a D. Luciano Gallisà et 
Costa, presbitero ausetano. 

Cervariae Lacetanorum, Typ. Si- 
gism. Bou et Baranéra, anno Do- 
mini MDCCCII. 

Catalogus Operum editorum et 
ineditorum a Finestresiis Fratribus 
Scriptorum. 

p. 5o. I & II =r M. R. P. M. 
Jayme Finestres y de Monsalvo, 
monge del real monasterio de Po- 
blet(Ord. Cist). 

p. 55. III & IV — P. D. Daniele 
Finestres et de Monsalvo (Ord, Praem.) 

p. 63. V & VI = D. Pedro Juan 
Finestres, Canonigo de Lérida. 

III. 

Opuscula quaedam latina, par- 
tim carminé, partim oratione soluta 
scripta, a P. D. Daniele Finestres 
et de Monsalvo. MS. in fol. et in 

Pauca codex hic opuscula com- 
plectitur, sed efudita et eleganter 
conscripta ; aliquas nimirum episto- 
las ad Gregorium Maiansium. Ea- 
rum litterarum altéra sed hispana 
lingua exarata, si intégra extaret, 
dissertatio quaedam esset valde docta 
de orthographia sermonis hispani, 
in qua multa egregie disputât ad- 
versus Maiansium, cujus scribendi 
hispanice régulas in examen vocat. 
Ex hac epistola et alia Maiansii ad 
Danielem, constat, aliis iam antea 
litteris, contra illius linguae castel- 
lanae orthographiam disputasse ; 



quae fortasse etiamnunc, apud Mai- 
ansianos heredes supersunt. 

Pauca etiam extant carmina : 
scilicet i'^ Carmen epicum, quod 
cecinit, cum abdicante Philippo 
pâtre, regnum hispanorum Ludo- 
vicus I, filius iniret. Vix vigesi- 
mum annum agebat, cum illud 
panxit ; et tamen, vel ex hoc uno 
apparet, quantum in hac arte ex- 
cellere potuisset. Plénum est enim 
ingenio et spiritu poêtico, probe 
latine scriptum ; et quamvis sibi 
Claudianum imitandum, propter ar- 
gumenti affinitatem, proposuisse vi- 
deatur ; sanior tamen est stylus, et 
virgileo quodam colore illuminatus. 

2^. Elegidia quaedam et iambi, 
in laudem praeceptoris sui Francisci 
Bru, cum provinciae Aragonise so- 
cietatis Jesu praefectus eam de 
more obiret, sic inscripta : Provin- 
cia Aragoniae societatis Jesu sibi 
de R. P. Francisco Bru provinciali 
gratulatur. Haec omnia sequenti 
claudit epigrammate : Antonius Fi- 
nestres (id tum erat eius nomen) 
de se discipuli venerationem R. P. 
Francisco Bru provinciali societatis 
Jesu testatur. 

Ille tuae minimus, Francisée, Antonius 

[aulae, 
Ut mea verba legas, supplice voce rogo. 
Illa quidem de te nostrae didiscere ca- 

[maenae 
Carmina, Phaebe potens, qualiacumque 

[putes, 
Quod si non satis exculta est facundia 

[linguae, 
Phebaeam inspira mentem animumque, 

[pater. 
Tum decus et nomen, praeconia magna, 

[luasque 
Ingenio laudes uberiore canam. 

Cum vero vix ex ephebis exce- 
dens, mutato nomine Antonii in 
Danielem, canonicorum Praemon- 
stratensium Ordinis institutum pro- 
fessus sit, seque hic loci Antonium 
appellet, coniici inde potest, haec 
carmina, adhuc paene puerum com- 
posuisse. 

IV. 

Vida de nuestro Padre San Nor- 
berto, fundador de canônigos Pre- 
mostratenses, arzobispo de Magde- 



FIN 



-69- 



FIN 



burg, apostol de Flandes, expre- 
sada en 35 figuras con otras tantas 
octavas. MS. en 4°. 

Haec quoque ogdoades, Castel- 
lano sermone conscriptae, décla- 
rant, quam esset Danielis ingenium 
ad poësim natum factumque, quan- 
toque iudicio poUeret. Cum enim 
tune, ex superioris saeculi vitio 
pingue quoddam et corruptum ver- 
sificandi genus in laude esset, et 
nubes et inania poëtae Castellani 
captarent ; haec vitia ita ille cavit, 
ut non tamen tutus nimium timi- 
dusque, ut ait ille, humi serperet. 
Nam numerosae sunt, sponte sua 
fluentes ; nihil in iis turgidum, 
rursus nihil humile, nihil propter 
omaeoteleuta anxie quaesitum, aut 
contortum ; castigatae sunt et ta- 
men ^randiloquae, quod in argu- 
mente sacro, quanto minus pervul- 
gatum, tanto maiori laudi tribuen- 
dum est. 

De eius ingenio, doctrina, et 
pietate, ita scribit Josephus frater, 
modestissimus rerum, quoque modo 
ad se pertinentium, existimator, 
cum Maiansio litteris XIV kalen- 
das februarii MDCGXXXXIV, mor- 
tem fratris nuntiaret 1= « Mi buen 
hermano Daniel y muy apasionado 
a Vm. despues de haber dado 
algunas muestras de mejora, por 
ùltimo vencido del mal que exâ- 
cerbô mucho el intenso frio, diô 
su aima al criador, dia de la epi- 
fania a las écho de la manana, 
hacienda una muerte come un 
santo, y dexandonos un perfectî- 
simo exemplar de paciencia, en 
los gravisimos trabajos que pade- 
ciô, en dos meses de enfermedad, 
y de resignacion y conformidad 
en la disposicion de Dios. Fue 
extraordinario el gozo interior, que 
en todos nos dejô su muerte, mas 
para embidiada que para llorada. 
El P. Ferrusola que le asistiô en 
su enfermedad y lïltimo trance, 
quedô tan satisfecho que gritaba 
a voces, que Daniel estaba en el 
cielo, y que no dudasemos. Tuvo 
el consuelo de tener présentes â 
dos hijos suyos de habito, muy 



estimados y de vida exemplar, al 
uno de los quales parece que visi- 
blemente le llamô Dios paraque 
viniese d asistir a Daniel, en los 
ùltimo periodos de su vida. Los 
dos le Uevaron a su monasterio, 
con la debida decencia. Muriô 
Daniel de 40. aiios' quadragesimum 
secundum iam excesserat' tan lleno 
de doctrina, que me ténia pasmado. 
Al P. Ferrusola varon ingenuo y 
juicioso, he ohido varias veces, 
que jamas habia tratado hombre 
mas docto, ni que en todas mate- 
rias discurriese y hablase con mas 
acierto. Fue lastima que los conti- 
nuos achaques, que muchos anos 
ha padecia, no le permitiesen em- 
prendar alguna obra considérable; 
pues era capaz de desempeilar bien 
qualquier asunto. De su virtud solo 
dire, que de quantos le trataron 
era tenido por varon de santidad 
sôlida. Dios le quiso para si, y 
remunerar sus méritos. El sea por 
siempre bendito. Espero que Vm. 
como buen amigo le tendra pré- 
sente en sus oraciones, 6 para 
sufragio si lo necesita, ô paraque 
intercéda a Dios por nosotros. » 

Quam vero nihil his litteris Jo- 
sephus, charitati fraternae, nihil 
non veritati dederit, déclarât com- 
mentarius M. S. de rébus et scrip- 
tis Danielis, qui apud me est. Hic 
diligentissime confectus fuit a Ca- 
nonicis Praemonstratensibus coUe- 
gis suis, quo in monasterio semina 
virtutis et doctrinae, quae Daniel 
sparsit, adeo uberes fructus tule- 
runt, ut coenobiis reliquis exemplo 
esse possint, eruditionis cum mo- 
nasticae vitae instituto, ne otio 
marcescant, coniungendae. Ex hoc, 
id modo, quod instituti nostri ratio 
patitur, quam brevissime, ipsis ver- 
bis, ut fides magis constet, tran- 
scribam. 

El P. D. Daniel Antonio Fines- 
tres (antes llamado solamente An- 
tonio) de solos quince anos de 
edad entrô canônigo regular en este 
monasterio de Santa Maria de Bell- 
puig de las Avellanas, â los 6. de 
agosto de 1717, é hizo la solemne 



FIN 



70 — 



FIN 



profesion en manos del abad D. 
Joseph Agustin Bover, a los 7. de 
agosto de 17 18. Despues de profeso 
se exercitô algunos anos en la vir- 
tud y disciplina regular, y en este 
tiempo estudiaria la filosofîa, que 
se dictaba entonces en el monas- 
terio. 

Por los anos de 1723, fue a Cer- 
vera a estudiar teologla. Poco des- 
pues de sus estudios, en 1728, le 
nombrô su magestad por abad de 
este real monasterio, siendo de solo 
26. anos de edad, tal vez sin 
exemplar ni antes, ni despues ; 
prueba de su gran n>érito ; pues 
no faltaban a la sazon sugetos muy 
capaces de obtener aquella digni- 
dad. Durante su gobierno promo- 
viô con ardiente zelo la gloria de 
Dios y el decôro de su casa. En 
su tiempo se hizo la bôveda de la 
iglesia, y las cupulas de las quatro 
capellas que faltaban. 

Concluido su abadiato pasô a 
Madrid, en calidad de sindico del 
monasterio, para agenciar asuntos 
graves en aquella corte. Allî con 
su amable genio ganô las volunta- 
des de sus hermanos Premonstra- 
tenses, en cuya casa se hospedaba, 
especialmente del R. P. D. Joseph 
Estevan Noriega, gênerai de la 
congregacion Premonstratense de 
Castilla, varon recomendable por 
su piedad y letras. Con este se 
correspondia frequentemente, co- 
municandose las noticias que po- 
dian servir a sus designios. Una 
de estas noticias que descubiô el 
P. D. Daniel fue la fundacion del 
monasterio de Vall-Clara en Ca- 
bassés del Obispado de Tortosa, el 
primero de la Orden que se fundô 
en Cataluna, de que no se ténia 
noticia. De esto habla con honori- 
fica mencion del P. D. Daniel, el 
chronista gênerai de nuestra Orden 
Carlos Hugo, en el tomo oP Anna- 
lium Praemonstratensium. El ha- 
ber descubierto el senor Finestres 
este instrumento en el archivo de 
la santa iglesia de Tortosa, abriô 
camino à los PP. Don Jayme Ca- 
resmar, y Don Jayme Pasqual para 



hallar otros dos instrumentes de 
cesion de bienes, que hizo â aquel- 
la iglesia, Federico prior de Vall- 
Clara, y su confirmacion por el cou- 
de Don Ramon Berenguer. 

Apenas fue electo dicho Rmo. 
P. Noriega obispo de Solsona, le 
escribiô, y despues de haberle dado 
noticia de su eleccion, con la mayor 
confianza le pide, que le informe 
por menor del estado de aquella 
diocesis, y quanto mira â la paz, 
quietud y gobierno de su cargo. 
Despues que se sentô en su sede, 
estaba nuestro Finestres casi siem- 
pre â su lado, â fin de poderle 
ayudar con sus sâbios y prudentes 
consejos. Por el gran concepto que 
ténia de su literatura, quiso ponerle 
por director de un colegio que 
proiectaba erigir en Cervera, para 
los jôvenos de nuestro monasterio. 

No era menor el aprecio que 
hacia de nuestro canônigo, el ilus- 
tre cabildo de Urgél, asegurandole, 
por medio del canônigo Don Juan 
Bautista Zaydin, que se le fran- 
quearia quanto se encontrase en su 
rico archivo, para continuai la his- 
toria de su monasterio, y el épis- 
copologio de aquella sede, que 
deseaba sacar â luz. 

Era hombre de un raro talento 
y capacidad. Su aplicacion tal, que 
alguna vez le aconteciô, al que 
estaba para meterse en cama, mirar 
una especie, y aquella despertar 
otra, y esta otra, y hallarse asi al 
otro dia por la manana, registrando 
libros. Con esto y con su vasta 
compréhension aprendiô varies gé- 
neros de literatura. Sin haber cur- 
sado jurisprudencia, contô su her- 
mano Don Joseph â uno de los 
nuestros, que en una disputa de 
leyes, no pudiendose avenir los 
letrados, diôle â leer el punto, y 
poco despues lo explicô con tanta 
claridad, que les dexô enteramente 
satisfechos, y no poco admirados. 

A todas estas disposiciones juntô 
aquella afabilidad y dulzura, con 
que ganaba â todos : la humildad, 
mansedumbre, y exàctitud en la 
observancia regular. Sobre todas 



FIN 



— 71 — 



FIN 



sus virtudes se distinguiô aquella 
magnanimidad y valentîa de espi- 
ritu en las adversidades, junto con 
un candor poco visto en medio de 
tanta sabidurîa, y un ardiente zelo 
de la gloria de Dios. Muriô a los 
6. de enero de 1744, de edad de 
42 anos, en Cervera, en casa de 
su hermano Don Joseph, con gran 
sentimiento non solo de nuestro 
monasterio, sino lambien del de 
nuestros canônigos de Madrid, 
como atestigua la carta del R. P. D. 
Juan Bueno, amigo del difunto. » 

Sequitur catalogue operum M. 
SS. Danielis, quo nihil neque syn- 
cerius, neque accuratius fieri po- 
test, quem ego contractiorem, ea- 
dem fide et eiusdem fere verbis 
subiicio, ut quam late pateret ejus 
eruditio, constet = 

1° Tractatus theologicus scholas- 
ticus in fol. Esta obra parece que 
habia de ser un curso de teologîa 
para nuestros jôvenes, â quienes 
dirige el proemio : no ha quedado 
de ella sino el primer quaderno, 
y otro de apuntaciones, con un 
indice de las disputaciones que 
habia de contener. 

qP Adnotationes in Kalendarium 
ecclesiae Sanctae MariaePulchripodii 
Ordinis Praem. Quedan solo apun- 
tamientos, 

30 Adnotationes in Martyrolo- 
gium Roihanum, eiusque supple- 
mentum ad usum sanctae ecclesiae 
Pulchripodii accomodatum. Con- 
tiene quatro quadernos en 40, uno 
de ellos : Adnotanda et varianda 
in Martyrologio Baronii. 

4" Kalendarium festorum om- 
nium, quorum officia celebrantur 
in ecclesia sanctae Mariae Pulchri- 
podii. Este calendario esta todo 
postillado de griego. Pone al prin- 
cipio algunas advertencias sobre el 
calendario griego. Parece un para- 
lelo de este con el latino. 

50 De cyclo paschali. Quader- 
no en 4". Tabula annorum arabi- 
corum, sive hegirae, respondentium 
annis Christi vulgâribus, ex Anto- 
nii Pagi critica Baronii. Ibid. De 
Indictione et olympiadibus. En otro 



j quaderno en 4°. Aetates mundi sex 
iuxca numerum dierum, quibus fuit 
creatus mundus. 

60 Catalogushaereticorum, ordine 
alphabetico. Quaderno en 4°. 

70 Un diccionario de proposi- 
ciones condenadas, con el nombre 
del autor 6 autores que las defen- 
dieron, y el de quien las impugnô 
y condenô : dos quadernos en 4°. 

8° Onomasticum biblicum pro- 
priorum nominum et apellativorum 
novi testamenti : dos quadernos 
en 40 compléta. 

90 Dictionarium biblicum : un 
quaderno en 4°. No pasa mas alla 
de la letra C ante E : algunos tér- 
minos se explican en espaiiol. 

10° Diccionario latin, espaiiol, 
frances, catalan, griego, italiano. 
Este ne hizo mas que principiarle. 
El latin y espanol no pasan de la 
letra A. El frances, catalan, y griego 
no mas que en las très primeras 
hojas. El italiano no lo empezô. 

11° Dictionarium latino-graecum, 
et graeco-latinum. Del primero, 
solo se hallan quatro quadernos en 
octavo que llegan hasta la letra M 
ante O. No falta quien ha visto 
otros quadernos en foleo puestos 
ya en limpio. Del segundo, un 
quaderno en 8°. 

12° Janua linguarum reserata : 
très quadernos en 4» compléta. En 
ella despues de haber explicado en 
que consiste el ser erudito, trata de 
todo este mundo visible, y de sus 
partes con mucha concision y cla- 
ridad, de los animales, de los in- 
sectos, del hombre, etc. 

i3o Notae super cantica. Un 
quaderno en foleo. Es una expo- 
sicion de los canticos evangelicos. 
Comienza con noticias muy buenas 
sobre los canticos en gênerai. Si- 
guese : Canticum Beatae Mariae 
Virginis, etc. 

140 Notas per la historia del real 
monastir de nostra Seiiora de Bell- 
puig de las Avellanas. Un quader- 
no en foleo de la fundacion ; otro 
en 40 de las encomiendas ; quatro 
en 4" desde Felipe II ; y muchos 
otros papeles sueltos, sobre nuestrg 



FIN 



— 72 — 



FLO 



monasterio y sus anexas. De la de 
San Nicolas de Fondarella hay la 
série de sus abades y priores, con 
algunas memorias pertenecientes a 
aquella casa. Aunque solo persé- 
véra lo citado, de varias cartas in- 
iiero que la historia la ténia con- 
cluida, ô muy adelantada. Del 
episcopologio de Urgél solo persé- 
véra una série de sus obispos en 
una hoja en foleo. 

i5^ Una comedia sobre la vida 
del B. Joseph Hermano, canônigo 
Premonstratense, con el titulo : 
El Segundo esposo de Maria. No 
se ha hallado mas que la primera 
parte de la jornada tercera ; hay 
no obstante en casa quien la ha 
visto y leido entera. 

16" Varios papeles sueltos sobre 
diferentes asuntos. Uno que intitu- 
la Escritores catalanes, y otro ano- 
nims catalans. Otro del origen de 
las letras, y un alfabeto hebreo- 
griego con los nombres de las le- 
tras hebreos, antiguos y modernos, 
phenicios, y griegos, y sus signi- 
fîcados latinos. 

170 Otros papeles de poesia la- 
tina y castellana. Los mas princi- 
pales son : Un dialogo entjre San 
Ignazio y San Ffancisco Xavier, y 
un Iragmento de un poema sobre 
el martirio de Santa Eulalia de 
Barcelona. 

18° Finalmente algunos sermo- 
nes panegiricos y morales, y una 
brève coleccion de cartas criticas 
à diferentes, 

Los mas de sus M. SS. se han 
perdido, porque cierto individuo 
del monasterio, come el seiior Fi- 
nestres muriô de enfermedad con- 
tagiosa, mandô rasgarlos. Yo mis- 
mo he visto todavia algunos de 
rasgados, y el que lo executô me 
lo contô mas de una vez. El haber 
dexado las mas de sus obras im- 
completas, se debe atribuir â su 
temprana muerte, y â sus muchas 
distracciones ; pero principalmente 
â la lalta de salud, que concluido 
su abadiato se le quebrantô de tal 
suerte, que jamas la tuvo perfec- 
ta. 



FISCHER (Jean-Benoit) : I, 
pp. 25g-6o. 

10. Centifolium Dolorosum. Saltz- 
burg i683, 40 : 12 ff., pp. 777 ; 
Index. — BB. de Tongerloo. 

Parmi les sources que j'ai indi- 
quées, il faut corriger une légère 
erreur typogr. : Prôll, iSyjf pp. 
268-270. 

FLABEMONT (abbaye de), 
dans les Vosges. 

1. A la BB. nationale, à Paris, 
dans la l'c série de la Collection 
de Lorraine, le volume 284 est con- 
sacré à l'abbaye de Flabemont. 

2. Et dans la Collection de Gai- 
gnères, le volume 180 contient plu- 
sieurs documents sur la même mai- 
son. 

3. Aux archives d'Epinal : 2 re- 
gistres, 3 plans, 3 liasses de pièces 
relatifs à Mabemont. — (P. Louïs 
de Gonz., Archiv. norbert. de Fran- 
ce, 1884, p. 60). 

FLOREFFE. 

Cfr Barbier, Hist. de l'abbaye de 
Florefïe, 1880, Namur ; et 2^ édit. 
1892, 2 tomes, Namur; et Dom 
Berlière, Monast. Belge, t. I, 1890- 
97, pp. 111-112. 

1. Cartulaire de l'abbaye de Flo- 
refïe. 2 vol. m-fol, MS, (Archives 
générales du Royaume, à Bruxelles.) 

2. Cartulaire de l'abbaye de Flo- 
reffe. Il se compose d'un grand 
nombre de cahiers de différents for- 
mats, dans un mauvais état de 
conservation. (Séminaire de Namur.) 
MSS. 

N. B. Pour ces Cartulaires, con- 
sultez ma notice sur le P. Jacquet : 
V. I, p. 408. 

3. Je lis dans le Dictionn. des 
MSS de Migne, II, col. 35g, tout 
en haut : « P. de Floreffe, dont on 
voit les armes au recto du premier 
feuillet du 11^ vol. qui a aussi 9 
vignettes, divers dessins, arabesques, 
et qui fut achevé en i5i4. » (sic) 
Le P signifie sans doute « Pro- 
prium», le n^ précéd. et les suivv. 
étant « Proprium. » (Bruxell., BB. 
de la ville). 

4. Nécrologe ou registre des morts : 



FLO 



73 - 



FLO 



petit in-fol, ou in-^ , à reliure en 
veau relativement moderne, gi ff. 
de parchemin, dont le dernier a dis- 
paru. Le nécrologe finit donc au 
26 décembre. (BB. du Séminaire 
de Namur). 

L'écriture du texte primitif, en 
caract. goth., est belle, d'une lec- 
ture assez facile ; fin du i5^ s. ou 
commenc. du 16^. — M. J^os, Bar- 
bier, curé de Liernu, a édité ce 
Nécrologe, avec des notes nom- 
breuses, dans le T. iS"^ des Ana- 
kcies, 1876, ii'e livrais, pp. 1-70; 
2^ pp. 190-256 ; 3^ pp. 257-286. J'ai 
dans ma BB. un exemplaire tiré à 
part, Louvain, Ch. Peeters, 1876, 
in-S» de 167 pp. 

Selon la coutume reçue, le Né- 
crologe a été continué et poursuivi 
jusqu'à la mort du dernier survi- 
vant des religieux, en 1844. Tou- 
tefois il est loin de donner les noms 
de tous les religieux de l'abbaye, 
du moins pour les siècles antérieurs 
au i6e (M. Barbier, Introduction). 

5. De Flore ffiensi monasterio, abba- 
tibus qui eidem praefueruni, et aliis 
nonnullis memoratu dignis. Cette chro- 
iiiqucy composée sous le gouverne- 
ment de l'abbé Henri d'Eerselj s'ar- 
rête à i5g6. L'exemplaire, dont 
nous nous sommes servis, (disent 
MM. Barbier, o. c. 1880, p. (XI), 
a été transcrit au siècle dernier ; 
il forme un petit vol. in-12. Nous 
citons cette chronique sous le titre 
de Chronique manuscriie. (BB. des 
Bollandistes). 

6. Cathalogus omnium abbatum mo- 
nasierii B. M. Flore ffiensisj ordinis 
Praemonstraiensis ; item et canonicorum 
ejusdem monasierii ab anno Domini 
1445 sub domino Lucd ab Eyck, abhate 
34. yiS sur vélin, en rouleau de plus 
de 10 mètres de longueur, monté sur 
cylindre de mahoni dans un étui. 
Belle écriture ; rubrications. Il com- 
mence par une histoire sommaire 
des premiers abbés ; à partir de 
l'année 1445, il donne la liste de 
tous les chanoines jusqu'à l'année 
1647. Ce M S original écrit à diffé- 
rentes époques est parfaitement con- 
servé. (British Muséum). — Voyez 



le chan. V, Barbier, Hist. de l'abb. 
de Flor., 2^ édit. 1892, I, p. 8. 

Une copie de ce catalot^ue se 
trouve au séminaire de Namur. 
C'est un rouleau de sept bandes de 
parchemin collées et mesurant en- 
semble 5 mètres 36 centimètres de 
longueur sur i5 centimètres de lar- 
geur. Jusqu'en 1444, ce catalogue 
ne fait connaître que les abbés ; 
mais, à partir de cette époque, il 
mentionne aussi les religieux ad- 
mis à la profession et les diverses 
fonctions qu'ils ont exercées. Ce 
premier catalogue a été depuis con- 
tinué, et il s'étend jusqu'aux der- 
niers chanoines reçus au moment 
de la suppression du monastère. 
C ette continuation forme deux rou- 
leaux beaucoup plus longs que le 
premier. (BB. du Séminaire de 
Namur). — Ainsi MM. Barbier, 
1880, p. (XI), et 1892, I, p. 8. 

Un 3<^ Catalogue, qui donne les 
noms des religieux de 1434 jus- 
qu'en 1647. (Archives générales du 
Royaume). 

7. Farde intitulée : Flore fe. His- 
toire et administration, 1226-1824. 
(Archives de l'Etat, à Namur). 

8. Registre contenant divers sta- 
tuts et ordonnances, petit in-fol. 
(BB. du Sémin. de Namur). 

9. Varii casus et alia concernejitia 
secret arium Floreffiensem, petit in-fol. 
(Sémin. de Namur). 

10. Dénombrement des fiefs de 
l'abbaye de Floreffe, 1753-56, fol. 
(Arch. de l'Etat, Namur). 

11. Eloge historique des abbés 
de Florefte, MS. n" 6639 de la BB. 
roy. de Belg. 

12. Notice sur Moreffe : MS. 
français du 18^ siècle, à la I)B. de 
Bourgogne, n» 13&82. 

i3. Chronicon abbatum Floref- 
fiensium. MS du milieu du i8c s. 
(1728) : aux Archiv. génér. du 
Royaume, à Brux. M. ] os. Barbier 
a publié ce travail d'un norbertin 
anonyme dans le T. 8 (pp. 417- 
449) des Analectes pour servir à 
l'hist. ccclés. de la Belg., Louvain, 
i86S-(9o) ; il l'a complétée en fran- 
çais, et il a inséré dans cette même 



FLO 



— 74 — 



FOL 



publication un grand nombre de 
chartes et de documents concer- 
nant l'abbaye. 

14. Formula Novitiorum ; de pro- 
fectu religiosorum. In fine : « Fra- 
ter Joannes de Monte de Laud. hune 
scripsit librum in Herlamont, » a^ 
1400, MS. in-40 en 1892 dans la 
BB. du Musée archéol. de Namur. 
(V, Barbier, 1^ édit., 1892, I, p. 
243.) Hugo, Annal., I, col. 102. — 
Herlaimont était un prieuré dépen- 
dant de Floreffe. Le Nécrol. n'a 
rien sur le F. Jean de Monte. 

i5. Ordinis Praem. Ordinarium 
antiquum. MS. in-S''. (Annal., ib., 
c. lOl). 

16. Statiita Ord. Prœm., quae vi- 
gebant a» 1463. MS. in-cÇ" (ib., c. 
102). 

17. Martyrologe de Floreffe. Ce 
Martyrologe contient les décès de- 
puis 1121, classés selon l'ordre du 
calendrier du i janvier jusqu'au 3i 
décembre. (Catalogue de la BB. 
De Ridder, 1877, n" 78.) 

18. Nomina canonicorum Flo- 
reffiensium recensentur ab anno 
1640 usque ad haec tempora (-1727). 
MS aux Archiv. du royaume. Car- 
tulaires et Mss., 769, fF. 37-66 sur 
papier, in-80. (Cf. Dom Berlière, 
Inventaire des Obituaires belges, 
1903, p. i3). 

19. Dans le « Compte-rendu des 
séances de la Commission roy. 
d'hist, » T. III, Brux. 1840, nous 
lisons à la p. 14 (Séance du i5 
déc. i838) : M, De Smet fait la 
communication qui suit : J'ai dé- 
couvert « des notes chronologiques 
dans une bible manuscrite in mem- 
hranis, qui a appartenu à la biblio- 
thèque de l'abbaye de Floreffe, et 
qui fait maintenant (i838) partie de 
celle de M. Fr. Vergauwen à Gand. 
Ce précieux ouvrage, en deux vo- 
lumes grand in-folio, est enrichi 
de miniatures exécutées avec au- 
tant de soin que de goût, et pas- 
sait à Floreffe pour avoir été fait 
au XF siècle ; on assure même qu'un 
feuillet de garde, arraché du livre 
lors de la destruction de rabba3^e, 
indiquait le nom du peintre qui 



avait illustré l'ouvrage à cette épo- 
que. Malgré cette tradition, nous 
avons raison de croire, ce semble, 
que les deux volumes n'ont été ter- 
minés qu'à la fin du XI !« siècle ou 
même au commencement du XI 11^=. 
Le caractère de l'écriture et le terme 
où s'arrêtent les notes écrites de la 
même main, nous semblent des 
preuves assez solides pour rejeter 
la prétention à une plus haute anti- 
quité. 

Le texte même de la bible et des 
prologues ordinaires de S^ Jérôme 
est précédé par différentes tables 
chronologiques et généalogiques ; 
c'est sur les marges des premières 
que se trouvent des notes dont on 
pourrait former une chronique. 
.... L'auteur fournit quelques faits 
relatifs à l'histoire du pays de Liège 
et de Namur, et, en le confrontant 
avec Sigebert de Gembloux et les 
auteurs publiés par Chapeauville, 
je me suis convaincu qu'il ne les 
a point copiés. » 

Jusqu'ici M. De Smet, qui insère 
ensuite un fragment de ces notes, 
pp. i5-i9 ; lesquelles notes furent 
imprimées sous ce titre : 

20. Aimales Floreffienses^ 1139-1482 
(edid. Bethmann ap. Pertz, XVI, 
6i8-53i ; cf. Neues Archiv., IV, 
357). Je pense qu'il est opportun 
de renvoyer ici aux détails, que 
j'ai insérés au t. I de ce Dictionn,, 
pp. 475 et 476. 

21. De Varick. Fundatio et abba- 
tes abbaticB Florefïiensis. Chronique 
publiée par le baron de Reiffenherg, 
op. c, t. VIII, pp. 192-198. 

22. Procès- verbaux des élections 
abbatiales de Floreffe. (Archiv. gê- 
ner, du royaume; x\rchiv. de l'E- 
tat, à Namur). 

FOLKERUS, 22^ abbé de Lid- 
lum. (1430-1439 ; une 2^ fois de 
1450 à 1468 ?) 

L'historiographe de l'abbaye de 
Lidlum, c'est-à-dire Sibrand Léon 
(1575) nous fournit les détails bio- 
graphiques suivants sur ce prélat : 
Natione Schellinganiis, vico Lees pagi 
Hornensis, primis Grammatices ru- 



FON 



75 



FRA 



dimentis affatim excultus Erphor- 
diensem adiit celebrem Academiam, 
magnis laboribus studiis intentus 
siimmam assequitur utrmsque juris prit- 
deniiam.., Lidlum ingrediens, hono- 
rifice ab [abbate Hesselo] acceptus 
integro biennio in monasterio scho- 
lam novitiorum frequentans per- 
mansit. Hinc Abbatis sumptibus 
Coloniam repetit, ubi rursum inte- 
gris Musarum latebris delitescens 
majorem eruditionis opinionem in- 
deptus est. Rediens sacerdotio deco- 
ratur. Hinc ecclesise Hornensis & 
Pastor & Decanus existens, utrum- 
que munus sua prudentia optime 
disponit. Exili corpore existens 
animo pollebat excelso & magnifi- 
co. 

Voilà l'homme que les chanoines 
de Lidlum mirent à la tête de leur 
communauté, après la mort de Hes- 
selus, arrivée le g juin 1430. 

Folkerus enrichit des meilleurs 
ouvrages la bibliothèque conven- 
tuelle ; il restaura aussi les murs 
et les fortifications du monastère, 
qui avaient été détériorés par des 
hordes impies. En 1439 il renonça 
spontanément à la charge abbatiale. 

Chose étonnante et remarquable, 
après l'administration de deux suc- 
cesseurs, à savoir du négligent et 
inutile Reynerus (1439-47) et de 
l'imprudent Tjebbo (1447-50), tous 
les religieux supplièrent Folkerus 
de reprendre le gouvernement de la 
maison. Celui-ci, ayant acquiescé 
à leurs désirs, voulut réformer un 
grand nombre d'abus ; cela lui atti- 
ra des tribulations cruelles. Il mou- 
rut en 1468 f?), la 18^ année de 
son dernier abbatiat. 

Source : Sihrand Léon ap. Anton. Mat- 
thœuni, o. c. lySS, III, pp. 564-69. 

FONTENAY (Pierre de). 

Ce personnage est mentionné ain- 
si parmi les évêques de Nevers, 
par Dom GamSy o. c. 1873, p. 585, 
col. 2 : 1461. 23. IX. suce. Petrus 
de Fontenay, y 3. VI. 1499. 

Gallia Christiana, XII, col. 654 
et 684, nous offre les renseigne- 
ments que voici : 



(( LXXXIII (episcopus Nivernen- 
sis) Petius VI de Fontenay, Gui- 
donis baronis de Fontenay domi- 
ni Turris in Vaivra,... canonicus 
& cantor Bituricensis, ahbas Bellœ- 
vallis & prior Luperciaci burgi in 
dioecesi Nivernensi, electus episco- 
pus per cessionem Johannis, IX 
cal. Octobr. 1461, ex regestis Va- 
ticani, urbem solemniter ingressus 
est 4 Aprilis 1462. Memoratur 1473 
& 1481 in chartis B. Mariae Niver- 
nensis, 1480 in Carnotensibus, 1482 
in regestis Vaticani, & 1480 ia ta- 
bulis Meldensibus. Hoc autem ul- 
timo concilio Senonensi adfuit. Ex- 
struxit capellam in ecclesia cathe- 
drali quas nomen ejus retinet, in 
qua plures missas fundavit, ubi 
nunc missarum sacristia, Exstruxit 
& basilicae australem portam ac 
plurima donavit ».... — « ejus epi- 
ta(p)hium laminae cuprese incisum 
olim conspiciebatur : In reverendi 
atque piissimi quondam Nivernen- 
sis praesulis domini Pétri de Fon- 
tenay o iii utroque jure doctoris deflen- 
dum ab omnibus interitum. [Se- 
quuntur 6 disticha seu 12 versus]. 
Ôbiit die 3 Junii anno Domini 
1499, episcopatus sui 39, aetatis vero 
suae 66. 

Notes historiques. L'abbaye de Bel- 
levaux fut fondée vers 11 88; elle 
était située à 10 lieues de Nevers. 
En i56o, les troupes de l'ami- 
ral de Colligny la dévastèrent et 
l'incendièrent : c'est alors que pé- 
rirent les vieilles archives et les or- 
nements sacrés. — Comme le sei- 
gneur de Tournon, Biaise Cornu, 
fut le i^abbé commendataire (j6ii- 
1629), il 6st clair que Pierre de 
Fontenay doit être considéré comme 
un membre de notre ordre. (Gallia 
Christ., ib. col. 683, après les An- 
nal, de HtigOj I, 267*9). 

FRANKEN (Gerlac) : Vol. I, 
p. 269. 

I. Novene ter eere van den H. 
Aloisius ter voorbereiding van zijn 
3^1^^ eeuwfeest 1891 den 2i/Juli. — 
pp. 22 petit-format. (Anonyme). 

3. Voici ce que nous lisons dans 



FRA 



76 



FRE 



la brochure, imprimée à Averbode 
sous ce titre : 

1903. Algemeene lijst der boek- 
werken, uitgegeven door de Aarts- 
broederschap van O. L. V. van het 
H. Hart te Averbode. 

De Bode van O. L. V. van het 
H. Hart is het tijdschrift der Aarts- 
broederschap van O. L. V. van het 
H. Hart, opgericht in de abdij-kerk 
van Averbode, en waarvan de Be- 
stuurder is : de Hoogw. Heer Pre- 
laat G. Crets. Hij wordt uitgege- 
ven onder de goedkeuring van het 
Aartsbisdom van Mechelen, ver- 
schijnt aile weken in twaalf bl. en 
omslag, met schoone platen, en 
wordt besteld door de werkende 
leveraars en leveraarsters. Daar, 
viraar hij per post besteld wordt, 
verschijnt hij den i of den i5 van 
elke maand, met 2 of 3 maal twaalf 
bladzijden. De schoone uitgave kost 
(vooraf betaalbaar) : voor België 
2,00 fr. per jaar, voor HoUand 2,5o; 
voor aile andere landen 3,5o. — 
Het abonnement begint altijd met 
Januari. — De nieuwe inschrijvers 
voor de schoone uitgave ontvangen 
de verschenen nummers van het 
loopend jaar. — De mindere uit- 
gave is alleen verkrijgbaar bij onze 
leveraars en leveraarsters, aan 2 
centiemen per nummer, voor het 
buitenland aan 2,00 per jaar. 

i^te Jaar. 1886. Bode van O.-L.-V. 
van het H. Hart. Maandschrift der 
Aartsbroederschap van Averbode. 
(afleveringen van 32 bladz., 16». — 
Averb., Drukk. C. Compiet. — 2^^ 
tôt 26^ Jaarg. Bode der Aartsbroe- 
derschap van O. L. V. van 't H, 
Hart. Uitgegeven met de goedkeu- 
ring van het Aartsbisdom van Me- 
chelen, 191 1. Averbode. — Druk- 
kerij der Abdij. 

Het getal abonnementen op de 
Vlaamsche uitgave beloopt tegen- 
woordig (21 August. 1910) meer 
dan 72,500, terwijl de Fransche uit- 
gave de 26,000 overschrijdt ; samen 
dus : meer dan 98,500 wekelijksche 
afleveringen. — Sinds vier jaar ge- 
ven we een bijvoegsel aan den Bode 
uit, onder den titel van Averbode' s 



Wcchblad. In dit korte tijdsverloop 
bereikte de Vlaamsche uitgave meer 
dan 35,5oo, de Fransche meer dan 
20,000 abonnementen ; samen, over 
de 55,5oo. (fr. Ludovicus Blomme, 
O. S. N. Averbode. 21 Aug. 191 o, 
Bode, 25 Jaargang, n. 34, bl. 407). 

6. De nieuwe leveraar en leve- 
raarster van O. L. V. van het H. 
Hart, of iedereen werker voor den 
Godsdienst, het heil der zielen en 
het welzijn der maatschappij, door 
Fr. G. Franken, Ord. Précm. — 
Averb., 1900, 12" : pp. 157. 

9, Le Nouveau Zélateur ou Zé- 
latrice de N.-D. du Sacré-Cœur, ou 
tout le monde collaborateur de la reli- 
gion, du salut des âmes et du bien-être 
de la société, par Fr. G. Franken, 
sous-directeur de l'Archiconfrérie. 
— Averb,, 1900, 12": pp. 95. 

FRÉDÉRIC, FRIDERICUS, 

iS'^ archevêque de Magdebourg et 2^ 
successeur de S. Norbert sur ce 
siège. D'origine noble, il portait le 
titre de comte « von Wethin ». Il 
fut élu archevêque le 7 mai 11 42, 
et mourut le i5 janvier ii52. Notre 
illustre Illana, tant de fois cité pour 
son « Historia de los varones » II. 
pp. 10 et II, soutient que Frédé- 
ric était membre a de gremio » de 
Ste Marie de Magdebourg. 

On cite de lui quelques diplômes. 

Sources : Leuckfeld, Antiq. Prasmonst. 
1721, pp. 72-74 ; — Dr. Hertel, Urkun- 
denbuch des Klosters U. L. F. zu Màg- 
deb., 1878, pp. 10-20 passim ; — le Bé- 
nédictin Ganis, o. c. 1873, p. 288. 

FRÉDÉRIC DE HALLUM 

(Bienheureux), Frethericus (f ii75). 
Ce fondateur de l'abbaye norber- 
tine de Mariengaarde ou « Ortus 
Sancte Marie » dans la Frise Occi- 
dentale, a eu plusieurs biographes, 
et tous s'accordent à exalter son sa- 
voir et son érudition. A Bruxelles, à 
la BB. royale, sa vie M S se trouve, 
en second lieu, dans le « Codex sig- 
natus n" 67 17-6721 » : j'en ai déjà 
donné la description au Vol. II de 
ce Dictionnaire, pp. 20-22 et 176- 
77, conformément à celle des « Ana- 
lecta Bollandiana tom. II-V » Brux. 



FRE 



— 77 



FRE 



1886, pp. 6oi-6o3. Or cette « Vita 
Fretheryci (sic), primi abbatis et 
fundatoris Orti Sancte Marie » par 
Sibrand, qui ne fut point insérée au 
t. XXIII de la colossale collection 
des « Monvmenta Germaniae histo- 
rica » (Pertz, proprement le colla- 
borateur Ludewicus Weiland^ 1874, 
p. 573), fut publiée pour Xs. première 
fois en 187g, par le laborieux ^éw, 
W . Wyhrands. Voici le titre com- 
plet de son sérieux et beau livre : 

Gesta Abbatum Orti vSancte Ma- 
rie. Gedenkschriften van de Abdij 
Mariengaarde in Friesland. Naar 
hetteBrussel bewaarde Handschrift 
uitgegeven, met Inleiding, Aantee- 
keningen en Register door Aem. W. 
Wybrands. Uitgegeven voor reke- 
ning van het Friesch Genootschap 
van Geschied-, Oudheid- en Taal- 
kunde. Leeuwarden, H. Kuipers. 
1879, 8° pp. XXXIV, 275, IX. 

La vie du B. Frédéric occupe, 
en ce volume imprimé, les pp. i 
à 75 et compte 61 chapitres. 

Nous lisons au chap. IV, p. 5 : 
« Dederat ei Dominus per omnia 
intellectum. Cepit autem assiduis 
eius studiis tantis respondere pro- 
fectibus, ut gracia Dei merito in 
eo vacua non videretur. Nam in 
brevi omnes collegas suos non so- 
lum scientia cepit antecellere, verum- 
eciam omni virtutum scemate mo- 
rumqueprobitate. » [sicj Et au chap. 
V, p. 6, nous apprenons que Fré- 
déric se rendit à Munster (Monaste- 
rium), pour suivre à l'université le 
cours des arts libéraux et celui de 
théologie ; il s'y livra avec ardeur 
à l'ctude, de sorte qu'il acquit une 
haute réputation, « cumque profec- 
tibus crebris iam cepisset clarus 
haberi »... 

Revenu à Hallum, et voyant qu'il 
se trouvait, dans la contrée, à peine 
assez de prêtres pour les besoins 
du culte, Frédéric crut ne pouvoir 
mieux faire que de réunir et de 
préparer, à ces sublimes fonctions, 
de nombreux enfants : il fut en 
vérité leur instituteur^ et ses leçons 
étaient entièrement gratuites comme 
celles qu'il avait reçues lui-même 



autrefois. Elevé enfin à la dignité 
sacerdotale, il fut prié par le véné- 
rable curé de Hallum, déjà avancé 
en âge, de bien vouloir lui servir 
de coadjuteur ou vicaire. Dans l'es- 
poir de gagner des âmes à Dieu, 
sous la conduite d'un ministre ex- 
périmenté, à qui il devait témoigner 
sa reconnaissance, Frédéric accepta 
la proposition avec bonheur ; aussi, 
tout en faisant fructifier les talents 
qu'il avait reçus du ciel, il fut un 
sujet d'édification pour toute la pa- 
roisse, par ses éloquentes prédica- 
tions et ses sages conseils. Et lors- 
que le vieux pasteur de Hallum 
rendit son âme au Créateur, le vi- 
caire fut désigné par tout le peuple 
pour le remplacer : « unanimiter 
ab omnibus eligitur ipse in pastorem,)) 
(ibid. p. II.) 

Après la mort de sa pieuse mère, 
le nouveau curé alla trouver l'évê- 
que d'Utrecht, Godefroid van Rhe- 
nen (ii56-t 11 77), pour le supplier 
de le revêtir de l'habit des cha- 
noines et de lui permettre d'établir 
une communauté de clercs ; il ob- 
tint aisément cette double faveur, 
et se rendit alors dans le monastère 
norbertin de Mariënvi^âard (Insula 
Sancte Marie), non loin de Kuilen- 
burg et d'Utrecht, pour s'y mettre 
au courant des observances régu- 
lières. « Ibi eciam scribi fecit Or- 
dinarium... » (p. 28 l. c.) 

En II 63, Frédéric fit bâtir une 
chapelle « capella.... in loco cam- 
pestri et piano, mari magno vici- 
no.... Appellavitque nomen loci 
sui,... Ortus Sancte Marie», (p. 
32 ibid.) 

Quelque temps après, il se rendit 
à Steinfeld, près de Zûlpich, diocèse 
de Cologne, dans le but d'obtenir 
que ce florissant monastère adoptât 
pour fille sa nouvelle fondation. Il 
eut le bonheur de réussir complè- 
tement. En effet — dit le même bio- 
graphe : «adoptatis eis in filios,... 
prepositus [Steinveldensis] dédit eis 
priorem domnum Herimannum, 
virum probate scientie et experientie 
multe, nec non et ordinis emuiato- 
l remferventissimum.... Mox ea, que 



FRE 



78 



FRE 



viderat in ecclesia Steinveldensi, 
solatio fretus domni Herimanni, cui 
iam prioratum commiserat, ipse 
observavit et alios diligenter fecit 
observare in tantum, ut contentio 
fieri posset inter discipulos Jhesu 
(sic), id est inter matrem et filiam, 
que earum videretur esse maior in 
ordinis observantia. Exinde con- 
suetudo inolevit usque ad nostra 
tempora, ut ecclesia Steinveldensis 
numquam nostris careret personis, 
quin aut duo vel très, pro scriben- 
dis libris vel aliis spiritualibus ex- 
cercitiis, per aliquot annos ibi sta- 
rent, et illis redeuntibus alii super- 
venirent, ut hinc inde mutua dilec- 
tio non tepesceret, sed potius ad 
honorem Dei sumeret incremen- 
tum. )) (p. 5i ibidem). 

Le B, Frédéric mourut le 3 
mars 11 75, dans la i3e année de 
la fondation de sa communauté. 

Voici les titres de ses biographies 
principales, qui contiennent le récit 
des miracles opérés par son inter- 
cession auprès de Dieu : 

I" Vita Fretherici, ap. Wyhrands, 
comme nous l'avons dit déjà. — 
Les BoUandistes, dans les « Acta 
Sanctorum )) au 3 Mars, donnent 
des extraits assez maigres, emprun- 
tés à divers MSS. 

2^ G. van den Elsen, Leven van 
den Zal. Fredericus van Hallum. 
1893, Oosterhout, in-120. 

30 L V. S. [Ignace Van Spilbeeck]^ 
Vie du Bienheureux Frédéric. 1895, 
Tamines, in-80 pp. i36. Aux pp. 
134-5 de ce bon livre il y a une 
« Littérature : Bibliographie » dé- 
taillée concernant notre B. Frédé- 
ric, fondateur et i^ abbé du Jardin 
de Marie, qu'il ne faut poi7ît con- 
fondre (N B) avec le personnage 
suivant. 

FRÉDÉRIC, maître ès-arts ; 

FRETHERICUS, artium Ma- 
gister (t 1236). 

Ce prémontré, prêtre et chanoine 
de l'abbaye de Mariëngaarde, y fut 
nommé prieur par l'abbé Sibrand. 

Voici la notice pleine d'éloges que 
consacre, à la mémoire de ce savant 



peu connu, l'auteur anonyme de 
la « Vita Sibrandi, larici, Ethelge- 
ri » insérée par Aem, W. Wyhrands 
dans les a Gesta Abbatum Orti 
Sancte Marie » Leeuwarden, 1879, 
pp. 172 et suiv. Je la donne avec 
la plus rigoureuse exactitude. 

Iste Frethericus, arcium Magister 
quas libérales appellant, inter eru- 
ditos existens eruditus, gramatice 

— que prima ex septem et dicitur 
et est — eruditorum erudicior tune 
temporis ab omnibus magistris ha- 
bebatur, ita ut circumquaque de 
omnibus Fresie partibus, ubicun- 
que fuerant, clerici litterati vel ar- 
cium periti ad ipsum sepius con- 
fluèrent, nodosas seu intricatas 
questiones, quas forte diucius ex- 
cogitando sive legendo adinvenire 
poterant, deferendo proponerent ; 
quas omnes ipse facilius quam credi 
potest explicatas solvebat et com- 
planabat. — Auctoristam ipsi simi- 
lem Fresia vix habebat ; [ici Wy- 
hrands ajoute cette note très inté- 
ressante : Auciorisia, Het woord, 
dat ik nergens anders vond, schijnt 
te beteekenen : « die ervaren is de 
auctores », — « een belezen man » . 

— Maar wie zijn de auctores ? In 
den regel worden met dit woord de 
« gewijde » auctores aangeduid (ni. 
de Bijbelschrijvers, Kerkvaders, 
enz..,.) Hier echter worden blijk- 
baar de klassieken bedoeld.J Persium, 
luvenalem, Virgilianos, Oracianos 
(sic), Ovidianos, quos habebat pro 
multa parte corde tenus, et sciebat 
et legebat ; in quibus legendis et 
relegendis iuvenis existens (ut quan- 
doque ipsum audivi dicentem) quam 
plurimum iocundabatur et delecta- 
batur. Etate vero succedente (ut 
pro parte cognovi), certe non sic. 
Nam libris istis gentilium seposi- 
tis, in libris catholicis, videlicet 
Boecio, Prudencio, Aurora [Petrus 
de Riga scripsit a" 1191 carmen 
biblicum intitulatum «Aurora»], 
Aratore, Sedulio, Florido aspectu 
[prosa ao 11 20 incœpta per Lam- 
bertum, canonicum Audomaren- 
sem], lob et Thobie libris ac cete- 
ris, quos longum est enarrare, suo- 



FRE 



— 79 — 



FRI 



rum scolarium ingénia exercebat... 
Ipse vero, in libris Veteris scilicet 
ac Nove Legis fréquenter intentus, 
psalmorum David precipue rumi- 
nacionibus ac dulcioribus super mel 
et favum meditacionibusinvigilabat. 
Et ut breviter concludam, omnium 
librorum sacre pagine, quos vel ha- 
buit vel habere potuit, videlicet 
Gregorii, Ambrosii, Augustini, le- 
ronimi, Bernardi ac aliorum sancte 
ecclesie doctorum, vix aliquem a se 
reliquit indiscussum, de quo fruc- 
tum non carperet salutarem, quem 
non solum suis usibus aptum re- 
servaret, verum aliis quibuscumque, 
necessitatem qualemcumque pacien- 
tibus, refocillacionis causa impertiri 
potuisset. 

Après les mots écrits quelques 
lignes plus haut, Wyhrands ajoute 
cette note au bas de la p. 174 : 
Anders luidt het bericht bij Sibr(an- 
dus) Léo éd. Matth. Anal. V, p. 
25o, 25 1) : ({ Anie meridiem eûimco- 
rum poëtarum, historicorum audita 
lectione, sumpto prandio Ambrosium, 
Augustinum et Hieronymum illis 
praelegit, ut omni doctrina exculti 
verae Theologiae notitiam habe- 
rent. » — (Sibrandus Léo was trou- 
wens zelf niet afkeerig van de stu- 
die der klassieken : men zie de Op- 
dracht vôôr zijn Abtenlevens van 
Lidlum, Matth. Anal. III, p. 640). 

Voilà le portrait de maître {ma- 
gister) Frédéric, que l'abbé Sibrand 
de Mariëngaarde constitua en qua- 
lité de prieur ; celui-ci est repré- 
senté dans l'histoire comme un 
prieur très ponctuel, bienveillant, 
zélé, à l'occasion fort sévère. Il 
mourut dans de grands sentiments 
de piété, le i5 mars i236. 

Sources : Monvmenta Germaniae histo- 
rica (Pertz), Tom. XXIII, pp. 583-5 ; — 
Wybrands, o. c. 1879, pp. 172 et suiv. 

FRÉDÉRIC, religieux de l'ar- 
chimonastère de Prémontré, qui fut 
désigné en 122g, par le chapitre 
général, pour être le premier prévôt 
des norbertines, envoyées de Vùs- 
senich près Zùlpich et Bonn en 
Westphalie, vers Zennewijnen non 



loin de Tiel, pour y fonder un 
nouveau couvent. Or Zennewijnen 
se traduit en latin par «de Sinu 
Sanctae Mariae » en néerlandais 
par « Mariënsohoot » au diocèse 
d'Utrecht. 

Frédéric adressa au général de 
l'Ordre, Guillaume II, un travail 
intitulé (?) : Narraiio de Stadingis, et 
mourut en 1237 (?). 

Sources : « Chronica Albrici monachi 
Trium Fontium, a monacho Novi Mona- 
sterii Hoiensis interpolata. Edidit Paulus 
Scheffer-Boichorst. » Apud Pertz, Monv- 
menta Germaniae Historica, t. XXIII 
Scnptor., 1874, p. 935. — M. le chan. 
Hoevenaars, archiv. de notre abbaye de 
Berne-Heeswijk : Het Premonstr. Nonnen- 
klooster van Zennewijnen, Utrecht (s. a.), 
pp. 20-36, et io3. 

Note explicative, tirée de Dnfresne 
du Cange, Glossarium med. et inf. 
Latinitatis, édit. de Paris 1846, t. 
6, p. 344, col. 3 : « Siadingi, Ste- 
dingi, Populi in confinio Frisi^e et 
Saxoniae siti, paludibus inviis et flu- 
minibus circumcincti, qui pro suis 
excessibus et subtractionibus deci- 
marum multis annis excommunica- 
ti, contemtores clavium Ecclesiae 
sunt inventi. Qui cum essent viri 
strenui, vicinos populos, imo et 
Comités et Episcopos pluries sunt 
aggressi ; srepe victores, raro victi, 
Ob quam causam auctoritate papali 
verbum Crucis contra eos fuit per 
multas diœcesesprccdicatum )).{Haec 
Godefr. Monachus vS. Pantaleonis ; 
Joan. de Beka ; Will. fleda ; Al- 
bertus Stadensis ann. 1234). 

FRIDEZ (Servais) : I, p. 276. 

Il y a là une erreur typographi- 
que ; il faut lire : prévôt à la Porte- 
du-Ciel (1544). — « Porta-Coeli » 
était un prieuré, situé au diocèse 
de Constance, non loin de la ville 
de Bâle, et dans la circarie de 
Souabe-Bavière. Voyez les Annales 
de Hugo, articles : Bellelagia et 
Porta-Coeli. 

FRIGOLET (abbaye de, — de 
nos jours à Leffe, lez Dinant). 

Après la mort du P. Louis de 
Gonzague Duras, 'l 4 nov. 1892, les 



FRI 



— 80 



FRO 



Annales Norbertines ne parurent 
plus en France. Je l'ai dit dans la no- 
tice, que j'ai consacrée à ce travail- 
leur, Vol, I du Dictionn., p. 540. 

Or, nous lisons dans la BB. 
Norb. de Parc, Mai igoS, p. i3g : 
Un changement, assez important et 
digne de remarque, vient d'être ap- 
porté à la publication de nos con- 
frères, les Prémontrés de France. 
Depuis le mois de mars (igoS), les 
Annales des P.P, Prémontrés de France 
se sont fusionnées avec La Dïvhie 
Hostie, revue eucharistique norber- 
tine, qui servait de bulletin à l'œu- 
vre aujourd'hui si connue de la 
Messe Réparatrice. 

La persécution, qui sévit en ce 
moment en France contre les Con- 
grégations religieuses, semblait de- 
voir emporter et détruire les Anna- 
les des P.P. Prémontrés, à peine sorties 
de leur berceau. Et voilà, qu'au lieu 
de disparaître, il leur est donné 
de prendre un nouvel essor. 

Sur la demande du Directeur de 
l'Archiconfrérie de la Messe Répa- 
ratrice, le si dévoué Chanoine Ré- 
vol, curé de Bonlieu, des pourpar- 
lers ont été engagés, et ce qui 
n'était qu'un désir de part et d'au- 
tre, est devenu une réalité. C'est 
ainsi que deux revues qui marchaient 
parallèlement sous la même ban- 
nière, en défendant la même cause, 
n'en feront désormais plus qu'une ; 
et l'unique revue ainsi formée aura. 
Dieu aidant, une vie d'autant plus 
intense et plus féconde. 

Grâce à la fusion toute provi- 
dentielle qui s'opère aujourd'hui, 
l'œuvre de Sœur Rose va prendre 
un nouveau développement. Ses 
frères en Saint Norbert garderont, 
avec une fidélité plus grande, l'hé- 
ritage qu'elle a légué à son Saint 
Ordre. Malgré cette modification, 
les Annales Religieuses des P.P. Pré- 
montrés^ en se fondant avec La Di- 
vine Hostie, ont à peine besoin de 
modifier leur plan, car celui-ci s'a- 
dapte de lui-même au but eucha- 
ristique, qui désormais le leur sera 
d'une manière plus précise et plus 
accentuée. 



Aux études sur l'Ordre de Pré- 
montré et sur ses Saints, aux études 
sur l'ascétisme chrétien qui ont été 
poursuivies pendant quatre années, les 
annales religieuses ajouteront des 
études théologiques sur l'Eucha- 
ristie, des études historiques sur la 
Sainte Messe à travers les siècles, 
tandis qu'une place importante sera 
toujours réservée à la chronique de 
l'œuvre de la Messe Réparatrice. 

2. Brochure dont l'auteur est, à 
ce que je pense, le R. P. Edmond 
Boulbon, abbé. (Voyez ce nom, Vol. 
I de cet ouvrage). « Petit aperçu 
de l'histoire, de l'esprit et des Con- 
stitutions primitives de l'ordre sacré 
de Prémontré. » Avignon Fr. Seguin 
aîné, 1874. Cette brochure de (3)- 
32 pp. in-8" se trouve dans ma 
I BB. 

' 3. La {( Cour d'Honneur de Ma- 
rie » dans la livraison d'xA.vril 1881, 
pp. 8o-83, a publié une belle pièce 
de vers français, intitulée : 

« L'entrée du postulant au novi- 
ciat de Frigolet. » Elle est signée : 
Un jeune novice de Frigolet. 

Cette pièce est composée de XII 
strophes, de 8 vers chacune : soit 
96 vers. 

4. Cantate, écrite par un scholas- 
tique, en 1887. (Ibid., livraison de 
Décemb. 1887). 

FROMM (Cyrille) : I, p. 283. 

Le célèbre bibliothécaire de Stra- 
how, Godefr. Dlahacz, écrit à sa 
louange : Cyrill Karl Friedrich 
Fromm zeigte sich seines beriihm- 
ten Vater Andréas Fromm wùrdig ; 
und hatte sich den Ruf eines der 
ersten geistlichen Redner erworben. 
(Histor. Darstell. des.... Strahow, 
3^ Période, 1807, p. 2o5, où il 
renvoie aux sources). 

2. Ein heiterer nothwendiger 
Tuchtspiegel der zur eigener Er- 
kantnis den Weg bereitet. Prag (?) 
1696. 

Ce titre en allemand, que j'ai dé- 
couvert sur un catalogue, est sans 
doute celui de la i^e édition. Lien- 
hardt cite une édition en latin de 
1703, in-8o ; mais comme je l'ai 



FUL 



FUR 



observé ailleurs, il ne nous com- 
munique pas toujours le vrai titre, 
et il se peut que ce livre, imprimé 
à Prague en lyoS, soit également (?) 
publié en langue allemande. 

5. Recursus ad punctum circini. 
Pragae lyiS, ff. i6 in-40. — (Ren- 
seign. du libraire Rosenthal, à Mu- 
nich). 

FROTTÉ (Adrien) : Vol. III, 
p. 5o. 

Voici la description du livre in- 
téressant et édifiant, qu'il a publié 
sous ce titre : Avril igoS — i^^" Juil- 
let IÇ04. Quinze mois de siège chez 
les RR. PP. Prémontrés de Nan- 
tes. — Nantes, Louis Landreau, 
1904, gr. 80 (Anonyme). 

1» En face du titre, i photogra- 
phie représentant a les six Pères 
expulsés » R. P. Augustin [Anachar- 
sis Balley] Supérieur, P. Bernard 
Dugast^ P. Adrien Frotté, P. Do- 
natien Flewy, P. Alphonse Gode- 
froid, P. Joseph Douand. — 2" Pré- 
face de M. Franc. Coppée Membre 
de l'Institut : i f. non ch. — 3° 
Texte : pp. (i) — 122. — 4° Table, 
p. I n. ch. — Outre la photogra- 
phie en face du titre, il y a 10 gra- 
vures dans le volume. — BB. d'A- 
verbode. 

Rectification. 

FULIENSIS (Pierre). 

Le catalogue du mois d'Août 
1908, chez Messieurs vander Schel- 
dea à Ciand, offrait en vente pour 
I franc : 

(n") 5oi2 « Petro Fiiliensis. (Pré- 
montré). Idea theologiai sacramen- 
talis etc. Col. 1648. Frontispice. » 
In-24" (sic). 

L'auteur en question appartenait 
à l'ordre des Cisterciens, sous le nom 
de : « Petrus à S. Joseph » selon 
le témoignage du P. Charl. de 
Visch, Bibliotheca Scriptor. s. O. 
Cisterc, Col. Agrip. i656, pp. 267, 
409. 



FURNES (abbaye de St-Nico- 
las). 

Necrologium monasterii S. Ni- 
colai Furnensis ex ejusdem monu- 
mentis et aliunde confectum. An. 
1641. (Transcrit par Pirrre de Wa- 
ghenare, sous-prieur et plus tard 
prieur du monastère). 

MS in-8^ sur vélin, 187 feuillets, 
suivis de a Origo ac progressus ce- 
lebris Abbatiae S. Nicolai Furnen- 
sis » — de la vie de Chrétien Wal- 
lins et de celle de Jean Pilgrem, 
chanoines de S. Nicolas ; et d'une 
liste des religieux en 1646. 

Ce M S se trouve aux archives du 
Royaume, cartulaires et manuscrits, 
73 1'- ; extraits dans le MS no 58 du 
séminaire de Nancy, fol. 68 ; cf. 
« Compte rendu des séances de la 
Commiss. ro3^ d'hist. » 5^ série, t. 
8, p. i5o. (Dom Bevlicre, Inven- 
taire des Obit. belges, Brux. 1899, 
p. 26). 

En ce Dictionnaire, Pierre de 
Waghenare a eu déjà sa notice, Vol. 
Il, pp. 356-359 î voyez-y les nn. 3, 
4, 5, 8. 

FURSTENBERG (Antoine), 
allemand de naissance, dernier pré- 
vôt de notre abbaye de Bôrglum, 
en Danemark (i 509). Docteur en droit 
canon, il fut nommé professeur à 
l'université de Copenhague. En i5i3 
il assista le roi Hans mourant à 
Aalborg. En i5i5, Fùrstenberg était 
membre du conseil d'Etat : en cette 
qualité il fut présent à la conférence 
où la paix fut conclue avec les Sué- 
dois. 

Voyez à la p. 3i 8 du beau livre, 
publié par notre confrère M^" Lu- 
dolphe Brems, sous ce titre : a Het 
Apcstolisch Vicariaat van Denemar- 
hen en IJsland in beeld en schrift. 
Aanteekeningen op de kerkelijke ge- 
schiedenisvan Denemarken. » (Aver- 
bode 1910, pp. 433 in-80.) — A la 
p. 317, nous apprenons qu'un re- 
ligieux de Bôrglum, anonyme, a 
écrit la chronique de S. Canut (? en 
ne dit point en quelle année). 



Ecrivains, Artistes, et Savants (t. iv) 



GAM 



— 82 



GAR 



G 



GALLIEN (Hugues) ; I, p. 289. 

Je dois à l'obligeance de Dom 
U. Berlière, Bénédictin de l'abbaye 
de Maredsous, les renseignements 
suivants sur un opuscule, que la 
BB. de la même abbaye vient d'ac- 
quérir ; je les transcris fort exacte- 
ment : 

Réflexion | sur | le priorat | des 
abbayes | possédées | en commande. 
Où il est justifié que la disposition de 
la Règle tou- | chant le Supérieur — 
son élection, déposition, assi- | stan- 
ce au Chapitre Général, jurisdiction 
spirituel- | le, etc. a lieu, et se doit 
observer au regard du | Prieur de 
l'Abbaye possédée en Commande. 
Petit in-40, 48 p. — On a ajouté, 
après le titre, à la plume : « par fr. 
Gallien, religieux de Prémontré, 
Prieur de Vei mand, et destitué pour 
une contestation au chapitre géné- 
ral de 1686, mort curé de Mizy, 
dans le diocèse de Laon 1710. » 

Il y eut une réponse à cet opus- 
cule. « Dissertatio de regimine ab- 
batiarum commendatarum ordinis 
Praemonstratensis. » petit in -4°, 
37 p. 

Elle est suivie dans l'exemplaire 
de Maredsoas de 

a Epistola ad authorem Disserta- 
tionis de Regimine Abbatiarum Com- 
mendatarum ordinis.... » (sic) 18 p. 

(Lettre du Rév. Dom Berlière, du 
19 octobre 1909.) 

GAMBIER (Jean), prêtre pro- 
fès de l'abbaye de Séry aux Prés 
(Seriacum), au diocèse d'Amiens. 
Il était originaire de Friville, où la 
paroisse était administrée par des 
religieux du même monastère. Après 
avoir acquis le grade de docteur en 
l'un et l'autre droit, il devint pro- 
cureur syndic de l'ordre de Pré- 
montré ; en cette qualité, il fut dé- 
légué par le chapitre général (1499) 
auprès du pape Jules II, pour en 
obtenir la dispense, pour l'ordre 



entier, du précepte de l'abstinence 
de viande. Voyez plus haut l'arti- 
cle : Jean de l'Ecluse. 

A son retour, Gambier remplit 
les fonctions de curé à Friville. 
Nommé abbé de Séry en i520, il 
commit la lâcheté de ne pas résis- 
ter aux tracasseries de deux ému- 
les, et ht place, en i533, au i^^ 
abbé commendataire, Antoine de 
Hallwin ; lui-même se retira à Fri- 
ville, où il mourut le 28 mars (?) 
i55o. 

Sources : Ht^^o, Annal., II, co\.Soo(bis); 

— Gallia Christ., lySi, t. X, col. i366 ; 

— Taiée, o. c, I, p. i5o. 

GANDERT (Jean-Bapt.) : I, 

p. 290. 

2. Séries Romanorum Pontifi- 
cum.... Tomus I continet prima X 
Saecula. cum annexis positionibus 
theologico-canonicis, quas.... Prae- 
side P. Joanne Bapt. Gandert,.,. so- 
lenniter propugnandas suscepit P. 
Valentinus Mantzer^.,, ducalis Eccle- 
siae Teplensis Canonicus. — Pra- 
gae, Typis Archi-Episc, 1755, pp. 
326 in-8". 

Tomus 1 1 continet posteriora VIII 
Saecula, cum annexis [ut suprà] 
propugnandas suscepit Augustinus 
Hilte ejusdem Sacri Ordinis, ac 
loci Canonicus. (i. e, Montis Sion 
seu Strahov). Anno 1756, Die [en 
blanc] Julii, horis.... meridiem con- 
suetis. — Pragae, ap. Franc. Ca- 
rol. Hladky, Archi-Episc. Typogr. : 
pp. 324 in-80. 

Le II tome se trouve à la BB. 
de Mondaye ; le 2^"^ tome se trouve 
en double à la BB. de Tongerloo, 
mais un exemplaire porte pour le 
nom du défendant : P. Jacobus 
Liebisch ord. cisterciensis, monast. 
B. V. M. de Osseco Professus. — 
Anno 1756, Die [en blanc] Julii etc. 

GARCIA (Frédéric-Biaise) : 
Vol. I, 290-91. 

Ce prémontré espagnol naquit à 



GAR 



— 83 — 



GAS 



Santo Thomè de Rozados, à 3 lieues 
de Salamanque. Il prononça les 
vœux de religion à l'abbaye « de la 
Charidad ». Envoyé au monastère 
de S. Norbert à Madrid, il s'adon- 
na à la prédication avec une ar- 
deur sans pareille, enflammant ses 
propres confrères de l'amour divin, 
et entraînant dans la voie de la 
piété les princes et les seigneurs, 
les ecclésiastiques et les simples 
fidèles. Sa réputation de profond sa- 
vant le fît nommer, par l'archevê- 
que de Tolède, examinateur synodal, 
et en 162 1 professeur-directeur au 
collège de Passantia. 

Dans la suite, Frédéric dut par 
obéissance administrer la paroisse 
de Robledillo (Villa de la Sierra de 
Gâta), qui dépendait de l'abbaye, 
lieu de sa profession. Pour tout dire 
en un mot : il y fut et vécut comme 
un véritable apôtre, comme un 
saint ! 

Il revint à Madrid, au couvent 
de S. Norbert ; il y donna des ex- 
emples admirables de mortification 
et d'humilité, de compassion à l'é- 
gard des pauvres. Animé de la dé- 
votion la plus tendre à la T. S. 
Eucharistie, il retirait de cette même 
dévotion des fruits abondants pour 
le salut des âmes qui se confiaient 
à sa direction, et le divin Rédemp 
teur lui octroyait des faveurs in 
signes. Héritier légitime de l'espri 
et des vertus de notre célèbre Fon 
dateur, le fr, Frédéric alla le rejoin 
dre au ciel le 5 juillet i63i : i 
était dans la Sy^ année de son âge 
Quelques années après, lorsque le 
P. Ahreu (Ambrosio Bautista), son 
confesseur et biographe, fit ouvrir 
son sépulcre, une odeur toute suave 
fut sentie par lui et tous les assis- 
tants. 

La vie de ce vénérable religieux 
est donnée par Illana, Historia de 
los varones ilustres.... Premonstrat. 
(1760), t. II, de la p. 36i à la p. 
414. Nous y apprenons que Frédé- 
ric a laissé : 

Tractatûs plures de materiis mo- 
ralibus. MSS. Illana, ibid. 11(1760), 
p. 408, col., I ; p. 413, col. 2. 



Addition. 

ABREU (Jean-Ambroise) est 
le même personnage que Bapiista ou 
Baidista, portugais, profès du mo- 
nastère de St Saturnin en Espagne, 
auquel j'ai consacré un article dans 
le 1^1" volume de ce Dictionnaire, 
pp. 33-34. Outre son « Discurso 
brève de las miserias c'e la vida » 
imprimé en i635 à Madrid, il a 
laissé une biographie de son révé- 
ré confrère et pénitent, Frédéric- 
Biaise Garcia, qui fut un prodige 
de sainteté : MS en langue espa- 
gnole, largement utilisé par le P. 
Illana. 

Source : Illana, Historia de los varones 
ilustres.... Premonstrat., T. II, pp. 36i, 
col. I et 2 ; 395, col. i ; p. (3) col. i de 
r« Indice « ; et passiin. 

GARCIAS cEmmanuel) : Vol. 
I, p. 291. 

Les Annales, que ce Maître gé- 
néral des Prémontrés espagnols a 
réunies et rédigées en 1574, ont 
pour titre : Chronica de S. Norberio^ 
2 tom. in-folio MSS, et occupent 
pour le moins 653 feuillets à 2 co- 
lonnes. Ce fait est avancé par Illa- 
na, cité plus haut ; il écrit le nom 
sans s final, Garcia, et ajoute : 
« Lease en el dicho Author toda la 
historia de la reforma,... y à dispues- 
ia para la Prensa, y en cuya con- 
textura siguiô los apuntamientos 
del P. Vergara, testigo ocular de 
quanto passô en el arduissimo ne- 
gocio de la reforma. » [La notice 
sur le même Vergara se trouve en 
ce Dictionn., Vol. II, pp. 334-5.] 

Source : Illana, o. c. (1760) t. II, in 
(c Prologo » p. (7) qui n'est pas chiffrée; 
et plus loin p. 396, col. i ; enfin dans 
!'(( Indice» p. (5), col. 2. 

GARRET (Benoit) : V. I, p. 
293. 

Le bénédictin Gams avance que 
cet évêque de Nicaragua prit pos- 
session de son siège en 1711, et 
qu'il mourut le 7 octobre 17 16. 
(Ouvr. cité de 1873, p. 157, col. i). 

GASPAR (Maurice) : III, p. 
53. 



GAU 



84 - 



GAU 



2. Il fit imprimer séparément : 
Les Prémontrés de Tongerloo au 
Congo (Préfecture Apostolique de 
rUelé) — Orné de 27 simili-gravu- 
res dans le texte et une carte. — 
Louvain, Pierre Smeesters, igoS. 
pp. 58 in-8"\ 

3. Minas Montes Claros, 1° de 
Maio de 1907. Brazil. A Verdade 

— Semanario religioso, scientifico, 
litterario e noticioso, da freguezia 

— de Montes Claros, Com autori- 
saçào da autoriiade eclesiastica — 
Loquimini veritatem (Zach. VI 11 
16) — Anno I. Redactores-Sacer- 
dotes e Catholicos. Num. i. 

Le rédacteur en chef de cette 
feuille hebdomadaire est le cha- 
noine Charles Vincart, prémontré de 
l'abbaye du Parc ; le chanoine Gas- 
pay en est (19 10) le directeur et co- 
rédacteur. La ii"^ année, du i^ mai 
1907 au 6 juin 1908, contient 52 
numéros in-folio, et compte 106 
feuillets, soit pp. 212 à 3 col. A la 
fin de chaque n" se trouvent ces 
mots : « Typ. d'O Bohemio ». 

Anno. IL i3 de Junho de 1908. 
Num. 53. Cette 2^ année, du i3 
juin 1908 au 3 juillet igog, compte 
52 numéros in-folio [53-104], sur 
104 feuillets, soit pp. 208 à 3 col. 

Anno. IIL 10 de Julho de 1909. 
Num. io5. Cette 3^ année, du 10 
juillet 1909 au 10 mai igio, va du 
numéro io5 au num. 139 inclusive- 
ment, comptant 69 feuillets, soit 
pp. i38 à 3 col. 

4. Conep^o Mauricio Marcello 
Gaspar — A imprensa em Montes 
Claros Durante um quarto de se- 
culo 1884-1909. Typ. d'({ A Verda- 
de ». 1909. pp. 8 à 2 col. 

5. « Dans le Sertao de Minas. 
Ouvrage illustré de 45 simili-gra- 
vures et d'une carte ». — Imprime- 
rie, lithogr., gravure Alph. Meule- 
mans-De Prêter, Louvain. 

Splendide volume in-S^', pp. ii3 ; 
I f. pour la Table. 

GAUTIER de S. MAURICE, 
évêque de Laon. 

En II 24, Barthélémy évêque de 
Laon rédigea et signa la charte de 



fondation de l'abbaye de Saint- 
Martin. 

A la tête des 12 religieux, envoyés 
de Prémontré à Saint-Martin, Nor- 
bert plaça Gautier de Saint-Maurice, 
un des 7 jeunes étudiants qui 
avaient quitté l'école de Raoul à la 
voix de l'homme apostolique. De- 
puis 4 ans, Gautier se faisait re- 
marquer par son amour de l'oraison 
et de l'étude, par des œuvres de 
charité ; il était le vivant portrait 
de Norbert 1 

L'existence des nouveaux reli- 
gieux fut à peine assurée pendant 
les premiers temps. Tous les frères 
mettaient la main à l'œuvre : on 
défrichait, on cultivait, on construi- 
sait. Le travail persévérant, l'épar- 
gne, les donations de Barthélémy 
et des seigneurs de la province, 
avec la bénédiction de Dieu, eurent 
vite changé le premier état de cho- 
ses. Les vocations se multipliaient 
d'une façon merveilleuse ; en moins 
de 12 ans, l'abbaye de Saint-Mar- 
tin comptait plus de 5oo religieux. 
D'innombrables aumônes s'y fai- 
saient ; une hôtellerie y était con- 
stamment ouverte aux pauvres et 
aux voyageurs. Et malgré ces libé- 
ralités, — comme s'exprime un his- 
torien de nos jours, — que dis-je ? 
à cause même de ces largesses, la 
prospéiité la plus entière régnait 
à l'abbaye. 

Gautier de Saint-Martin fut élu, 
en ii5i, pour être le 46^ évêque 
de Laon. Il fut le fondateur de 
plusieurs abbayes de son ordre, et 
le propagateur zélé de la vraie re- 
ligion en plusieurs contrées, même 
au-delà des mers. La 272^ épître de 
S. Bernard fut adressée à Gautier. 
(Gallia Chrisiiana, IX, 1. infrà cit.) 

GAUTIER de S. MAURICE 
et GAUTIER de MORTAIGNE, 
évoques de Laon : Vol. I, pp. 
295-96. 

Le Bénédictin Gams, dans la « Sé- 
ries Episcoporum Ecclesiae Catho- 
licse » 1873 (p. 559, col. 2) distin- 
gîie avec raison ces deux personnages 
en écrivant : « ii5i Gualter. (Gau- 



GAU 



— 85 



GEN 



lier.) de S. Mauritio, f ii55; — 
ii55 es. Romae [i. e. consecratur] 
Gualter, II. de Mortagne, scriptor 
eccles. t 1174. » Pourquoi Dom Gains 
n*ajoute-t-il pas que ces deux évo- 
ques appartenaient à l'Ordre de 
Prémontré, étant chanoines, le pre- 
mier du monastère chef d'ordre, et 
le second de S. Martin-de-Laon ?... 
Voici en abrégé ce que les auteurs 
(bénédictins) de « Gallia Christia- 
na )) nous apprennent : Antequam 
Galterus de Mauritania fieret epis- 
copus Laudunensis an. ii55, cano- 
nicatum Anthoniensem, deinde de- 
canatum Laudunensem possederat 
loiigo iempore, ex literis Ludovici VII 
régis privilegium episcopis Laudu- 
nensibus concedentis an. 1 158, quas 
habes in spicilegio, tom. 10, pag. 
i65. — Credidit Mabilio noster, 
scholis Laudunensibus praefectum 
fuisse post Radulfum fratrem An- 
selmi. (Annal. Bened. tom. 6, p. 

23l). 

Galterum quidam putant Prae- 
monstratensi ordini nomen dédisse 
in monasterio S. Martini. Ibi se- 
pultus fuit. 

I et 2. Selon le Dictionnaire des 
Manuscrits, ^divMigne {l\. co\, 1194 
et 1221), il y a à Rome des codex 
qui renferment : Gualterii de Mau- 
ritania Epistolœ. — « Ejus epistolœ 
numéro quinqiie scriptae de rébus 
theologicis, quas habes in spicile- 
gio, tom, 2, pagg. 469 & seq. non 
levé sunt doctrinal ejus & eruditio- 
nisargumentum. » (Ita Gallia Christ., 
loco citj 

Dom Remy Ceillier, cité parmi 
les sources, écrit : Gauthier de 
Mauritanie, ou de Mortagne, en- 
seigna avec réputation la rhétorique 
au Mont de Sainte-Geneviève, à 
Paris, depuis l'an ii36 jusqu'en 
1148 ; Jean de Sarisbéry fut un de 
ses écoliers : ensuite il professa la 
philosophie, puis la théologie en la 
même ville. 

Le même Bénédictin donne alors 
une analyse de 6 lettres de Gauthier, 
ettermine en affirmant que ces lettres 
u sont écrites avec élégance, les rai- 
sonnements en sont solides et pro- 



posés avec beaucoup de netteté. » 

Sources : outre celles, que j'ai indiquées 
à la p. 296 du Vol. I du présent Diction- 
naire, à savoir le Spicilège (ire édit.) de 
Dora Luc d'Achéry, II, pp. 459, 462, 467, 
473, etc. : Hugo, Annal. I, col. 57-59 ; 

— Gallia Christ., IX, 1751, pp. 532-34 ; 

— Dom Remy Ceillier, o. c, tome 14, 2e 
partie, pp. 659-661 ; — Dom Gams, o. c, 
énumère 5 sources à la p. 56o, col. i ; — 
P. Godefr. Madelaine, Hist. de saint 
Norb., 1886, pp. 262-64 ; — Acta Sancto- 
rum (1695), T. I Junii, pp. 843, 844, 865, 
ex Hermanno Monacho, lib. III de Mi- 
raculis S. Marias Laudunen. — Lienhardt , 
Ephemer. haj^ioL, 1764, pp 285-86 : au 
5 octobre, qui serait en ii53 (?) le jour 
de la mort du ir abbé de S. Martin. (Acta 
Sanctorum ibid. p. 844, col. 2, b.) 

GEGE (Félix), 49e prélat du 
monastère norbertin de Schefftlar 
en Bavière, qui de prévôté était 
devenu abbaye en 1598, sous le 
pape Clément VIII. 

Félix Gege fut en 175 1 le suc- 
cesseur de Herman Fiey, mort en 
la même année, après une adminis- 
tration de 32 ans. Les éditeurs des 
« Monumenta Boïca,.., Schefftlarien- 
sia )) in-40 pp. 359-5io, font l'éloge 
de l'abbé Félix dans la « Praefatio ». 
Ils s'expriment en ces termes : No- 
bilissimus Codex Tradiiionum sub 
ipsa restaurationis tempora inchoa- 
tus, indeque ad finem usque seculi 
XIII. singulari prorsus studio per- 
ductus.... omnia fidei nostrae per- 
quam humaniter commisit Reve- 
rendissimus Abbas Félix, promotov 
operis nostri eximius, menteque gra- 
tissima nuncupandus. — La vue 
de la belle et vaste abbaye de 
Schefftlar se trouve « Mon. Boic. 
Vol. VIII. p. 362. » 

Voyez plus loin l'article Schefftlar. 

GENERE (Franc.) : Vol. I, 
pp. 3oi-2 ; III, p. 55. 

2. A la BB. du Parc, il y a un 
exemplaire de l'opuscule rarissime, 
dont voici le titre exact : 

Oraison funèbre prononcée aux 
exeques de tres-illustre, tres-noble 
et tres-vertueuse dame Madame Ma- 
rie Philippine d'Ennetieres de la 
Plaigne, Abbesse du noble monas- 
tère de Grand Bigard, Par François 



GES 



86 — 



GEV 



Genève Chanoine de l'Abbaye de 
Parcq de l'Ordre de Prémontré, 
Receveur de ladite Noble Abbaye 
de Grand Bigard, le ii. Août 1761. 
— Bruxelles, Chez C. De Vos, Im- 
primeur de la Ville Marché aux 
Charbons, pp. 16 petit 8". 

GERARD (Dominique) : I, pp. 
3o2-3o3. 

Ce religieux avait fait sa profes- 
sion au monastère de S'^ Marie de 
Pont-à- Mousson ; de là il fut trans- 
féré à Prémontré. Voyez l'ouvrage 
de Lairvelz, Catech. Novit. II, tout 
à la fin, p. xxiij. 

GÉRIGNY (prieuré de), dépen- 
dant de l'abbaye de Chaumont. Sous 
ce dernier nom, j'ai cité le dit 
prieuré, Vol. IV, p. 29, au n» 5. 

GERVAIS ou JORWERTH, 

chanoine de la communauté norber- 
tine de Tallacht-y-Llycham, en An- 
gleterre : cette maison, fille de l'ab- 
baye de Saint-Jean d'Amiens, était 
située près de Caermarthen, dans 
la principauté de Galles. Le 7 dé- 
cembre 12 15, Gervais fut consacré 
évêque de S. Davids^ en latin Menevia. 
Il mourut en 122g. 

Sources : Hugo, Annales, I, col. 903 et 
911, où le couvent anglais est appelé « Tha- 
lestem» — II, col. 949; — Dom Gains, 
o. c. 1873, p. 186 ; — Mgr. Geudens, A 
Sketch of the Premonstr. O., p. 37. 

GESTIAL (Nicolas II de), ig'^ 
abbé de Florefle, de i3o6 à i3io, 
sur lequel Pierre de Héienthals a 
laissé la notice suivante, dans le 
(( Catalogus abbatum Floreffien- 
sium » (publié par Dom Berlière, 
1898, pp. 24-25). 

Dominus Nicolaus de Gestialsub- 
prior ecclesiae Floreffiensis, vir so- 
lide doctus et artium magisterio in- 
signitus, sed rerum secularium im- 
peritus et inexpertus, per electionem 
conventus ad abbatialis dignitatis 
apicem provectus est, sed postquam 
huic loco per quadriennium fere 
praefuisset, e medio sublato fratre 
Falcone praedicto necnon aliis bonis 
ecclesiae religiosis, testes iniqui de 
nersonis ecclesiae insurrexerunt in 



illum quibus displicebat eius sim- 
plex et religiosa conversatio, qui 
sub habitu religioso seculariter vivere 
affectabant et conabantur iuxta pro- 
phetam in bonis ducere dies suos. 
Horum conspiratione et falsi testi- 
monii machinatione imponenlium 
eidem quod similis esset conditio- 
nis, abbas [Praemonstratensis] fuit 
deprecarie causa visitationis facien- 
dae ad ecclesiam Floreffiensem evo- 
catus ; inter quos conspiratores fuit 
frater Petrus de Solre, dicti domini 
sacellanus, inde traditoiis veneno 
imbutus ad dignitatem anhelans 
pastoralem, uti ex post facto evi- 
denter apparuit. Veniens itaque ab- 
bas Praemonstratensis Floreffiiam, 
et visitatione facta quomodocum- 
que informatus déposait dominum 
Nicolaum, cumque appellaret, facta 
est concordia quod daretur ei pa- 
rochia de Ablen cum aliquibus ec- 
clesiae redditibus ibidem, qui in 
loco illo multis degens annis, tan- 
dem in eodem vitam finivit anno 
domini i3og xix kal. februarii ; se- 
pultus est sub lapide ad caput loan- 
nis de Auvelois, 

Le nécrologe de Floreffe (Ana- 
lectes, XIII, 22) donne la date du 
14 janvier. La date de i3og est en 
contradiction avec le multis degens 
annis de l'annaliste, puisque Nico- 
las ne put être déposé avant i3o9 
ou i3io (Barbier, Hist. de l'abb. 
de Flor., 1892, I, pp. 175-6). — 
Ablen : i. e. Aublain, 

GEUDENS (Martin) ; III, p. 

58. 

16. History and Objects of the 
Eucharist Congresses by the Right. 
Rev. Abbat Geudens Corpus Christi 
Priory, ^Manchester. Petite brochu- 
re ou tract. 

GEVELERS (Libert-Alph.) : 
III, pp. 58-5g. 

10. Lucas Fay d'herbe en de Kerk 
van Leliëndael. — Leuven, Smees- 
ters, igii. pp. 2g in-S». (Extrait 
des « Analectes de l'Ordre de Pré- 
montré » T. VI, no 3 Sept. 191 o, 
pp. 1-6; n" 4 Dec. 1910, pp. i3- 
3x). 



GOD 



— 87 



GOD 



GHOYEE (Erasme) : Vol. I, 
pp. 3o9-3io. 

2. Commentarius in Regulam S. 
Augustini. MS de 56 feuillets soit 
112 pp. in-4". — A la BB. d'A- 
verbode, comme l'avance M^ le 
chan. Siaji. Joris, en son manuscrit 
sur quelques écrivains norbertins, 
in-40. 

GHYSELBRECHT (Godefr.) : 
V. I, p. 3io. 

Né à Steenvorde en 1616, il pro- 
nonça les vœux en lôSy. Il mou- 
rut en 1670. (Cfr Chronicon et 
Cartul. Furn.) 

GILBERTUS : cité plus haut, 
p. 14, col. I, parmi les évêques de 
« Candida Casa ». Il faut corriger 
là une erreur typographique, et 
lire ; i235. Gilbertus, t i253. 

GLÉNISSON (Edouard), cha- 
noine du Parc, licencié en philosophie. 
Né à Turnhout le 14 mars 187g, 
il reçut l'habit le 9 oct. 1898, pro- 
nonça les vœux tout juste 2 ans 
après, et fut élevé à la prêtrise le 
6 déc, 1903. (Catalogus Circar. 
Brabant. 1909, p. 28). Il achève 
actuellement à Rome les études su- 
périeures (1910-11). 

GLOB (Olaus), d'abord prévôt 
du couvent norbertin à Bôrglum, 
élu évèque àM même siège vers i252, 
peut-être en i25i. En 1262 (?) il 
fut massacré par son neveu Jens 
Glob, dans l'église de Hvidberg. 

Sources ; Dora Gams, o. c. déjà sou- 
vent, 1873, p. 329, col. i; — Ludolph. 
Brenis, Het Apostolisch Vicariaat van 
Deneraarken en IJsland, 1910, Averbode, 
p. 317. 

B. GODEFRIDI biographus. 

Le P. Serariiis (Nicolas) S. J, a 
publié en i6o5 : Comitum par gé- 
nère, potentia, opibus, heroicaque 
virtute inclytum. B. Godefridus^ 
Westphalus, S. Romaricus, Austra- 
sius. E manuscriptis libris, cum no- 
tatiunculis. — Moguntiae, Balth. 
Lippius, i6o5, in-12. {Sic apud D^ 
Backer, I (i853), p. 747.) 

Dans les « Acta SS. » t. I Ja- 



nuarii 1643, pp. 846-863, il y a 3 
vies anonymes de notre B. Gode- 
froid, comte de Cappenberg. 

La ii'^ en pj'ose latine, ayant i3 
chapitres, est sans contredit l'ou- 
vrage d'un prémontré contemporain : 
[Vita Auctore anonymo ord. Prae- 
monst. Edita à Nicolao Serario 
Soc. lesv.] « De beato viro Gode- 
frido Comité, Capenbero^ensis cœ- 
nobij, hoc est, loci nosiri fundatore » 
— dit le même prémontré en son 
prologue (pp. 846-57). 

La 2^ vie, également en prose la- 
tine, n'a que 4 chapitres ; « è vête- 
ri codice Carthusiae Coloniensis ». 
(ibid. pp. 357-860). 

Enfin : a Alia vita metrica Auctore 
anonymo, ex peruetusto MS. Ca- 
penbergensi. » Sunt 394 versus in 
distichis 197, et paragraphis V. 
Hanc vitam (ait P. Joan. Gamans, 
S. J., ibid. pp. 834 et 860) serô 
nacti su mus, studio D. MallinckroU 
V(iri) Cl(arissimi) Canonicorumq. 
Capenbergensium :... Auctor, Ca- 
penbergensis Canonicus fuit ; idem for- 
tassis qui priorem vitam scripsit : 
pressé sanè eam métro reddidit, ast 
ordine ferè concinniori. » 

Ibid. pp. 842-3 : Catalogus Prœ- 
positorum Capenhergœ, 

Je dois à la vérité de déclarer 
que les bio-bibliographes sont en 
désaccord, lorsqu'ils tentent de dé- 
signer les auteurs [anonymes) des 
vies, mentionnées plus haut. Voyez 
mes notices sur Hermann de Scheida 
et Otto Legatus, 

Dans la vaste collection des 
« Monvmenta Germaniae historica» 
de Pertz, Scriptorvm T. XII, i856, 
se trouve aussi : Vita Godefridi 
comitis Capenbergensis. Edidit Phi- 
lippus Jaffé. pp. 5i3-53o. 

GODISSAR (Grégoire), origi- 
naire de Noville-les-Bois, au dio- 
cèse de Namur : il y fut baptisé 
le 21 juin 1708. Admis le 2 août 
1732 au couvent d'Averbode, en 
qualité de frère convers, il reçut l'ha- 
bit le 8 septembre suivant, en gar- 
dant son nom de Grégoire ; il pro- 
nonça les vœux le 8 mars 1734. Il 



GOD 



88 



GOD 



acquit peu à peu la réputation d'un ^ 
habile et insigne architecte, et termi- 
na sa carrière le 25 juillet 1780. 
(Ex Necrologiis Averbod.) 

Un MS de 1758, rédigé par le 
chanoine Cyrille- Corn, van Eyxul, 
archiviste de Tongerloo, nous ap- 
prend que Godissar était alors le 
seul frère lai d'Averbode, (Memo- 
rie.... de Gijselingen, p. 5). — Le 
17 novembre 1772 arriva à l'ab- 
baye UQ autre frère (fr. donaius) du 
nom de Verbeeck : il avait été er- 
mite à Kaenrodc. 

Un autre MS,, offrant des ex- 
traits des archives d'Averbode (Van 
Bcterdaelf n" 119, pp. 402 et sq.), 
nous apprend les particularités sui- 
vantes, qui se rapportent à l'admi- 
nistration du savant abbé Simon 
Braunman, et à celle de son suc- 
cesseur : Sub finem anni i73g de- 
jecta suât vetera, sed solida adhuc, 
conventus aedificia ; pars scilicet 
ambitus quarta cum sacristia, loco 
capitulari, scHola, ac sacerdotum 
commun! calefactorio. Secundum 
architecti [qui erat fr. Gregorius Go- 
dissar laicus] delineationem, ad ali- 
quorum passuum distantiam pro- 
longari ambitus debebat, adeoque 
et haec aedificia versus pomarium 
extendi. Id observatum fuit, et a^ 
1740 novi aedificii fundamenta lo- 
cata sunt : tanta porro diligentia 
opus promotum fuit, ut sub alte- 
rius anni finem (1741) aedificia jam 
tectis cooperta viderimus (sic). Ap- 
tandis et perficiendis interioribus 
anni duo subséquentes insumpti 
sunt (1743) : at pro adornanda sa- 
cristia elegantique opère sculptorio 
(a M''o Foillano Houssar, namu- 
rano sculptore), quod ibidem ad- 
huc visitur, absolvendo, vix anni 
quatuor suflecerunt. Anno 1744 ^^' 
tum aedificium completum fuit. 

Aliud adhuc aedificium exstruen- 
dum restabat, ut nempe codicibus 
reponendis ac fovendis debilibus et 
infirmis lociis esset. Secundum prae- 
conceptam formam delineationis, 
priori aedificio hoc ipsum adhaerere 
debebat atque ad longitudinem pe- 
dum i3o extendi, Anno 1744 jus- 



sit A. D. Abbas Braimman diiui 
velus infirmitorium et fundamenta 
novi aedificii locari. Anno 1745 
aedificium perductum erat ad fenes- 
tras superiores, permansitque in illo 
statu usque ad a. 1749. [R. D. 
Julius EverSy in M S. post K. D. Van 
Hiilsel], 

Abbas Gisbertus Halloint absolvit 
et instruxit Infirmitorium et Biblio- 
thecam a Braunman incepta ; hoc 
ultimum opus absolutum est a^ 
1752. 

Gisbertus in Templo construi cu- 
ravit : i» Summum altare, a» 1759 
perfectum ; delineatio M^i Houssar, 
executio M^i Bayar ; 2^ duo altaria 
in choris lateralibus ; 3" quatuor 
porticus marmoreos ; 40 pavimen- 
tum, et compages in ecclesiae in- 
troitu ; 5" duas tabulas summi cho- 
ri. [Idem D. Juliiis Evers], 

Vers le milieu de l'année 1763, 
on commença à construire la nou- 
velle église de Cosen, non loin de 
S. Trond et de Cortenbosch, sous 
la direction et probablement d'a- 
près les plans du frère convers 
(« fratre nostro Gregorio ingénieur » : 
sic in MS rêver. D. Hugonis Bren- 
gel m ans). 

Pour nous faire une idée de l'ac- 
tivité et de l'habileté de notre fr. 
Grégoire Godissar, nous n'avons qu'à 
parcourir et examiner la liste de 
plusieurs travaux, entrefrises, \oy- 
ages, auxquels il prit part, soit 
comme architecte-ingénieur, soit 
comme aide, soit comme conseiller. 
Autant que possible, j'ai suivi l'or- 
dre chronologique. 

1735. Nouvelle brasserie à Lou- 
vain, au refuge qu'y avait notre ab- 
baye. 

1737. Excursions à Meensel, Tir- 
lemont, Wahanges et Tourinne. 
(25 avril 1737). 

1737. Transport de bois pour le 
moulin de Tourinne (26 juillet). 

1739. Ferme restaurée à Meensel. 

1739-1741. Vente d'arbres à l'en- 
trepreneur de l'église à Gastel. 

1739- 1759. Le fr. Grégoire s'est 
distingué par sa participation intel- 
ligente aux grands travaux, qui fu- 



GOD 



- 89 



GOE 



rent exécutés alors à l'église et au 
couvent d'Averbode, et indiqués 
plus haut. 

1743. Travaux au presbytère de 
Testelt. 

1744-1750. Diverses ventes d'ar- 
bres ou de bois, à Cortenbosch, à 
Meldert, à l'abbaye de S. Michel 
d'Anvers, etc. 

1753 : « om twee vlotte (schepen) 
hout tôt Dendermonde enz. te ver- 
koopen ». 

1757. Restauration de l'église de 
Messelbroek. 

i76o-années suiv. Ayant reçu une 
énorme quantité de matériaux, le 
fr. Godissar dirigea plusieurs tra- 
vaux : la construction des églises 
de Cosen et de Rummen ; la res- 
tauration de celle de Tessenderloo ; 
de la chapelle à « St Jansberg » ; 
de la ferme à Wahanges ; du mou- 
lin à Testelt ; des refuges de notre 
abbaye à Diest, à Malines et à 
Bruxelles. 

1762-65. Voyages : à Meensel ; à 
S^ Trond, avec le rév. proviseur 
Salé ; à Ruremonde : ici le fr. Gré- 
goire fut appelé par le comte van 
Hoensbroek et par l'autorité civile, 
pour bâtir un nouveau pont de 
pierres sur le Roer près de la ville, 
et pour e;.écuter des travaux à 
l'hôtel du même seigneur. 

1767. Réparation de la toiture 
de l'église à Opitter. — Pavements 
au presbytère de Glabbeek. 

176g. Au lieu du portail en bois 
de 1702, placement du portail en 
marbre à l'église d'Averbode. 

177 1. Achèvement du jubé dans 
le même temple : plan et exécution 
de G. D. Bayar, architecte et sculp- 
teur à Namur. 

1772-1773. Le nommé F. X. Ba- 
der, bavarois, résidant à Ruremonde, 
fit tous les ouvrages en stuc dans 
la dite église. 

1771-1773. Le liégeois G. Ro- 
bustelli fabriqua et plaça les orgues 
d'Averbode. Par sa correspondance 
et celle du proviseur Salé, il conste 
que Godissar fit confectionner la boi- 
serie à l'abbaye par ses propres ou- 
vriers, dont il était le chef-directeur. 



1773 mense Augusto, muta tus 
est introitus chori nostri, nempe 
sublata porta ac toto opère sublato 
quod erat inter altaria SS. Laurun- 
tii et Catharinae, chori introitus 
omnino apertus fuit. (MS Van Hul- 
sely Bona sub Brabaniia, p. 12 ver- 
so). — Altare S. Catharinae erec- 
tum fuerat in veteri templo a" 1640, 
per abbatem Nicolaum Ambrosii ; 
a" 1673 abbas Servatius Vaes po- 
suit in novo templo altare S. Lau- 
rentii. Ergo per 100 annos (1673- 
1773) illa duo altaria unita fuerunt 
in ecclesia nova. 

Note. Je dois la plus grande par- 
tie de ces renseignements à la bien- 
veillance de notre archiviste actuel. 
Il les puise dans le Registre 



Si 



C-4-V111 



passim ; le Registre j^^ ^^j- passim ; le 

B.eg, no "yt^^xx /^^^//w ; Ambr, Van 
Hulsel, MS. Bona sub Braban- 
tia. 

GOETGHEBUER(Raso):Vol. 

I, p. 3x5. 

Le Dialogue de RasOf entre le 
maître et le novice, fut imprimé à 
Cologne en t5ii. Les exemplaires 
sont excessivement rares, je dirais : 
introuvables, j'en ai vu un seul, 
dans la BB. de M^" le chanoine 
Evermode LaJiaise, Rév'™'^ Prélat 
de Grimbergen (1909). En voici 
la description détaillée, dont je suis 
redevable à la parfaite obligeance 
du rév. W Daniel Delesiré, biblioth. 
et archiv. de l'abbaye de Giimber- 
gen (1910). 

1. Mesures du petit livre : 
Longueur rr^r 124 m. m. 
Largeur == 89 m. m. 
Mesures de la justification : 
100 m. m (long.) 

64 m. m. (larg.) 

2. Pagination : Point. 
Foliotation : Non plus ; ou plutôt 

elle est incomplète et donne le nu- 
méro des cahiers. Ainsi à la p. 3^ 
du livre (2^ feui let r") on lit au 
bas : a. ij. Au feuillet suiv. : a. 
iij. ; à la feuille suiv. il n'y a rien. 
— Puis, on trouve b. j ; bij ; b. 
iij ; rien. — cj ; cij ; ciij ; — rien ; 



GOE 



— 90 — 



GOE 



et ainsi de suite. Les 3 derniers 
folios n'ont rien. 

Il y a en tout 36 feuilles de texte 
proprement dit ; plus i feuille de 
frontispice et 3 de prologue : donc 
40 fol. ou 80 pages. En outre, et 
du même papier que celui du livre, 
il y a 4 feuilles de garde : 2 au 
commenc. et 2 à la fin. 

Reliure : Originale, en parchemin. 
Deux traits dorés font le tour de la 
reliure ; également sur le dos. 6 
lignes doubles, parallèles, horizon- 
tales, dorées. 

Papier : fort, à lignes filigranées. 
Çà et là, on trouve des figures-fili- 
granes incomplètes : des croix, une 
partie de couronne. (Le papier a 
été coupé au milieu des fig.-filigr., 
vu la minime mesure de l'opus- 
cule). 

Division : Frontispice. — Pro- 
logus. — Texte. 

Derrière les 2 feuilles de garde, 
on trouve le Frontispice, portant en 
tête : 

Dialogus in vitaz (m) beati Jo- 
seph Canonici Steynueldensis. 

Figure : 

S^ Herman J. agenouillé présente 
un calice (?) duquel émergent trois 
fleurs de lys, à la S^^ Vierge, por- 
tant sur le bras droit l'Enfant Jé- 
sus. Le divin Enfant entoure du 
bras gauche le cou de sa Mère et 
de l'autre semble cueillir un lys. 

Ornements : sorte d'arcade go- 
thique ; dans les coins vides il y a 
des fenêtres. 

Avant-plan : dallage blanc et 
noir ; et au fond : vase à deux 
branches fleuries. (Figures rudi- 
mentaires). 

Page 2^ au Revers du Frontis- 
pice. 

Dialogus Magistri Rasonis Boni- 
yicini Candidi Ordinis premonstra- 
tensis In vitam fratris Joseph Ca- 
nonici Ste3'nveldensis eiusdem or- 
dinis. Opu3 certe non minus cultum 
quam pium et divinum ex vero ori- 
ginali compendioso coscriptum. 

(Compendioso : ne faudrait-il pas 
ici : compendiose ?) 

Page 3^ : Frologus, qui occupe 5 



^ pages et demie ; commence : « Pre- 
clare mi frater Novitie / et (ut sic 
dicam) novelle adhuc tyro »... ; fi- 
nit : « Ne ante negotium gravemur 
negotio. — Finis prologi. te. 

A la même page, un peu plus 
bas que le milieu : 

Impressus Colon(i3e) supra An- 
tiquri(m) Forum in silvestri viro. 
te. 

Page 4e : Une Figure : L'En- 
fant Jésus est tenu par la S^e Vierge 
à droite, et à gauche une autre 
Sainte ; derrière ces 3 personnages 
une figure de vieillard, ayant les 
2 mains sur sa poitrine. 

Page 5^ : Texte. Vita.... Cap. i. 
Il y a en tout 3i chapitres. 

Impression : Elle est pour ainsi 
dire une reproduction du manuscrit ; 
abbréviations et signes usuels. Les 
majuscules portent toutes un trait 
à l'encre rouge, lequel trait paraît 
être fait à la main ; il est irrégu- 
lier, c.-à-d., ne se trouve pas de 
la même façon dans les mêmes 
lettres ; voici un exemple pris au 
hasard : au chap. 4, le E initial est 
écrit avec un trait à la partie su- 
périeure, tandis que 2 ou 3 lignes 
plus loin, le trait se porte tout le 
long de la lettre. 

Date : aucune n'est indiquée. (Jus- 
qu'ici Ml" le chan. Delestré). 

Pierre de Waghenaer (sic), Beati 
Herm. los.... Vita metrica, Col. 
Agripp. i656, p. 144, et le Jésuite 
Hartzheim, BB. Coloniensis, p. 2S8, 
col. I, avancent que l'ouvrage de 
Raso fut imprimé en t5ii, donc 
après son décès ; mais le P. Hen- 
schenius, Bolîandiste, Acta SS. 7 
April., p. 683, col. 1, opine qu'il 
\d fut du vivant de son auteur (?) 

En 1899, l'abbé F. Timmermans 
a publié un beau et gros volume, 
intitulé : Vie du Bienheureux Her- 
man=Joseph,.., stiivie de sa Vie la- 
tine, par Bonovicinus-Raso, O. Prem. 
(Soc. de S. Augustin, Lille-Paris, 
gr. in-8"). Cette vie latine y occupe 
les pp. (27i)-32i. Mr Timmermans 
dit que cette même vie latine fut 
publiée à Cologne, en i5o5 (?) 
(pp. 255 et 273). 



GOF 



— 91 



GOF 



GOFFINE (Léonard) : I, pp. 
3i5 à 319. 

Dans les « Annalen des histor. 
Vereins fur den Niederrhein » VI 
Heft, Koln 1859, p. 234, il y a un 
extrait de V Album de l'abbaye de 
Steinfeld commençant à l'année 1579. 
Suivant cet album, le célèbre Gof- 
fine aurait vu le jour à Broich 
près de Juliers, et serait issu de la 
famille des Boys et Wisshii patri- 
ciens de Cologne. Vers 1667 il étu- 
dia la philosophie, et après son ad- 
mission à Steinfeld, — le 16 juil- 
let 1669, — il fut envoyé à Co- 
logne le i3 avril 1671, pour y con- 
tinuer ses études, ensuite à Dûn- 
wald. Ordonné prêtre en 1675, aux 
quatre-temps de l'avent, il oftrit ses 
prémices le 2 février 1676 à Dûn- 
wald, où il demeura jusqu'au 28 
mars 1679 ; il fut ensuite chapelain 
à EUen, mais peu de temps, puis- 
que le 26 février 1680 il fut nom- 
mé maître des novices à Steinfeld, 
et le 3o novembre de la même 
année curé à Clarholt. 

Rappelé à l'abbaye le 12 mars 
i685, il dut se rendre par obéis- 
sance à Niederehe, le 8 juin sui- 
vant. Apte à remplir toutes les 
fonctions, il fut, depuis le 26 juil- 
let i685, vicaire de St Lambert à 
Coesfeld : cette paroisse du dio- 
cèse de 3*Iùnster était incorporée 
au couvent des Prémontrés de Var- 
lar. 

Au mois de septembre 1691, Gof- 
fine fut nommé curé à Wehr, non 
loin de Maria-Laach, archidiocèse 
de Trêves ; il y resta jusqu'en 
1694, soignant aussi depuis 1692 
les intérêts spirituels des catholiques 
délaissés de RheinboUen, et proba- 
blement d'autres localités dans le 
Palatinat. Le i^" décembre 1696, 
sur les vives instances de l'arche- 
vêque de Trêves, Jean-Hugues von 
Orsbeck (1676-v 171 1). et avec l'ap- 
probation de Michel Kuell, prélat 
de Steinfeld, il fut envoyé à Ober- 
stein, en qualité de curé. (Voyez 
plus haut, Vol. I, p. 3i6). 

Notre savant confrère }os. Prie- 
kartz, S. T. D. (apud Hartzheim, 



S. J., Bibliotheca Coloniensis, 1747, 
p. 222), appelle Gofîine a